La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pneumologie Plan (1) •BronchodilatateursAsthme •Antileucotriènes •Mucolytiques Bronchite chronique •Analeptiques respiratoires Bronchite Oxygénothérapie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pneumologie Plan (1) •BronchodilatateursAsthme •Antileucotriènes •Mucolytiques Bronchite chronique •Analeptiques respiratoires Bronchite Oxygénothérapie."— Transcription de la présentation:

1 Pneumologie Plan (1) •BronchodilatateursAsthme •Antileucotriènes •Mucolytiques Bronchite chronique •Analeptiques respiratoires Bronchite Oxygénothérapie chronique

2 Pneumologie Plan (2) hypertension artérielle pulmonaire Médicaments de l’HTAPhypertension artérielle pulmonaire La toux non productive Les antitussifs La toux non productive

3 PNEUMOLOGIE TRAITEMENT DE L’ASTHME

4 Asthme -Epidémiologie •Prévalence en France : 6 à 8 % •1500 à 2000 décès par an •Facteur génétique •Causes : Allergie (80% des cas)

5 Asthme -Définition •Définition clinique : accès de dyspnée intermittentes, sibilantes à prédominance nocturne, associé à un syndrome fonctionnel caractérisé par une hyper- réactivité bronchique.

6 Asthme – Symptômes (1) Oppression Toux Essoufflement Sifflement

7 Asthme – Symptômes (2) •Sur le plan clinique, on distingue : •la crise simple : –brutale et nocturne –dyspnée avec ralentissement expiratoire –toux et les sifflements. •L’asthme d’effort : –Toux + gène respiratoire +/- sibilance –Effort bref et violent –Isolé

8 Asthme – Symptômes (3) •Asthme à dyspnée continue : –sujet en permanence essoufflé. •Attaque d'asthme : –Succession de crises. –Évolution vers l'état de mal Asthmatique ( Asthme aigu grave: AAG ) = forme grave de l'asthme qui nécessite hospitalisation

9 Asthme – Physiopathologie (1) Agression allergique Formation d’Ac IgE Complexe Ag +Ac activation des mastocytes bronchiques libération histamine, kinine etc… Spasmes des bronches Œdème de la muqueuse Hypersécrétion Réaction inflammatoire

10 Asthme – Physiopathologie (2) Bronche saine. Elle est entourée par des muscles ici en rouges Inflammation et hypersécrétion de la bronche. c'est ici qu'agissent les corticoides ( ex :bécotide ) Bronchoconstriction : les muscles entourant la bronche se resserrent. C'est ici qu'agissent les broncodilatateurs ( ex : ventoline, maxair )

11 Asthme - Traitement ALLERGIE : antihistaminique, antileucotriène

12 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (1) –Activité +++ –Mode d’action –Mode d’action : Agoniste spécifique des Récepteurs Bêta -2 adrénergique des muscles lisses des bronches –Indications –Indications : •Traitement de la crise d’asthme •Prévention de l’asthme d’effort •Traitement de fond de l’asthme en association avec un corticoïde inhalé

13 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (2) –EI –EI : nervosité, céphalées, vertiges, palpitations, tachycardie sinusale, crampes musculaires, bronchospasmes, hypokaliemie pour forme systemique –Précaution d’emploi –Précaution d’emploi : ne pas dépasser 15 inhalations /jour modification du traitement.

14 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (3) –Spécialités action brève-aerosol doseur : Délai d’action : quasi immédiate Durée d’action : 4 à 8 heures –VENTOLINE (salbutamol) 100 µg : 1 à 2 bouffées au moment de la crise ou en prévention de l’asthme d’effort. Traitement de fond 1 à 2 bouffées x 3 à 4/j –BRICANYL (terbutaline) 250 µg : idem –BEROTEC (fenoterol) 100 µg : idem –MAXAIR (pirbuterol) 200 µg : système autohaler réservé à l’adulte

15 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (4) –Spécialités action brève-poudre pour inhalation : Délai d’action : quasi immédiate Durée d’action : 4 à 8 heures –BRICANYL Turbuhaler (terbutaline) 500 µg : 1 inhalation au moment de la crise ou en prévention de l’asthme d’effort. Inhalation répétée 2 à 3 x /jour pour traitement de fond –VENTODISK (salbutamol) 200 µg : idem

16 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (5) –Spécialités action prolongée-poudre pour inhalation : »Délai d’action : 1 minute à 15 minutes »Durée d’action : 12 heures Intérêt dans la préventions des crises nocturnes mais non utilisés pour crise Jamais prescrit seul, sans corticostéroïdes +++ –FORADIL (formoterol) 12 µg : 1 à 2 inhalations en prévention de l’asthme d’effort. Idem pour traitement de fond –SEREVENT (salmeterol) 200 µg : idem –SYMBICORT (formoterol 12 µg + budesonide 200 µg)

17 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (6) –Spécialités solution pour générateur d’aérosol »Délai d’action : quasi immédiate »Durée d’action : 4 à 8 heures Traitement d’urgence des crises d’asthme aigues sévères en milieu hospitalier Si diminution de l’effet = aggravation de l’asthme –VENTOLINE (salbutamol) 50 mg : 2.5 à 10 mg –BRICANYL ( terbutaline) 5 mg : idem

18 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (7) –Spécialités forme orale action prolongée »Durée d’action : 12 à 24 heures -BRICANYL LP ( terbutaline) 5 mg : 1 cp x 2 /jour - OXEOL ( bambutérol) 10 mg : 1 cp /jour

19 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (8) –Spécialités forme orale action brève - VENTOLINE ( salbutamol) 2 mg / mesure : forme pédiatrique ATTENTION : forme orale contre-indiquée dans infarctus du myocarde, angor instable et sévère

20 Les bronchodilatateurs bêta-2 stimulants (9) –Spécialités forme injectable »Délai d’action : immédiat »Durée d’action : 4 à 6 heures - BRICANYL (terbutaline) 0.5 mg : 0.5 mg x 3 à 6 /jour SC -VENTOLINE (salbutamol) 0.5 mg : idem -SALBUMOL fort (salbutamol) 5 mg : Perf IV 0.1 à 0.2/µg/kg/min ATTENTION : forme injectable contre-indiquée dans infarctus du myocarde, angor instable et sévère

21 Les bronchodilatateurs anticholinergiques (1) –Mode d’action –Mode d’action : Antagoniste des Récepteurs muscariniques M3 des muscles lisses des bronches : inhibe la bronchoconstriction par diminution du tonus bronchique –Délai d’action : 30 à 90 minutes (tardif) –Durée d’action : 4 à 10 heures

22 Les bronchodilatateurs anticholinergiques (2) –Indications –Indications : •Traitement de la crise d’asthme en association avec Bêta 2 •Traitement de fond de l’asthme –EI –EI : bouche sèche et irritation pharyngée diminuées par la prise d’un verre d’eau après chaque bouffée

23 Les bronchodilatateurs anticholinergiques (3) –Spécialités aérosol-doseur –Spécialités aérosol-doseur : •ATROVENT (ipratropium bromure) 20 µg : 2 bouffée x 3 à 4 /jour •TERSIGAT (oxitropium bromure) 100 µg : 2 bouffées x 2 à 3 /jour

24 Les bronchodilatateurs anticholinergiques (4) –Spécialités solution pour aérosol : •ATROVENT (ipratropium bromure) 0.5 mg : 1 dose dans sérum physiologique à utiliser dans un nébulisateur.

25 Les bronchodilatateurs anticholinergiques (5) –Association Anticholinergique + bêta-2 stimulant : •COMBIVENT 20 µg ipratropium µg salbutamol : 2 bouffées x 4 /jour en aerosol doseur •BRONCHODUAL 20 µg ipratropium + 50 µg fenoterol : idem en aerosol doseur •BRONCHODUAL 40 µg ipratropium µg fenoterol : 1 inhalation x 3 à 4 /jour en poudre pour inhalation

26 Asthme Les dispositifs d’inhalation (1) L’aerosol-doseur : •Agiter le spray doseur •Enlever le capuchon protecteur du spray •Expirer à fond •Mettre l'embout dans la bouche en serrant les lèvres autour, le fond de la cartouche doit être vers le haut •Appuyer une seule fois sur la cartouche en inspirant lentement et profondément par la bouche •Bloquer 10 secondes la respiration puis expirer lentement •Recommencer en fonction du nombre de bouffées prescrites •Faire toujours les broncodilatateurs ( ex: ventoline ) avant les corticoides ( ex: bécotide ) •Se rincer la bouche après la prise des corticoides. Difficulté d’utilisation quand mauvaise coordination entre main et respiration : cas de l’enfant

27

28 Asthme Les dispositifs d’inhalation (2) Les systèmes poudre pour inhalation : turbuhaler, diskhaler : •Enlever le capuchon •Charger la dose à inhaler (disque ou molette) •Expirer à fond •Inspirer profondement en mettant l'embout dans la bouche en serrant les lèvres autour, •Bloquer 10 secondes la respiration puis respirer normalement Facilite l’utilisation car la délivrance du PA est déclenchée par l’inspiration : pas de pb de coordination main-inspiration

29

30 Asthme Les dispositifs d’inhalation (3) Les chambres d’inhalation •Introduire le nombre de bouffées prescrites dans la chambre par l’orifice prévu à cet effet. •Inspirer et expirer durant 30 secondes dans la chambre •Ne pas mélanger les produits, faire toujours les broncodilatateurs avant les corticoides •La chambre doit être maintenue propre système adapté à l’enfant et au malade très dyspnéique

31 Asthme Les dispositifs d’inhalation (4) La nébulisation •La solution est placée dans la chambre de nébulisation qui doit rester en position verticale •L’aérosol est délivré par embout buccal ou masque •Le patient doit être en position semi assise et respirer lentement

32 Les bronchodilatateurs theophylline (1) –Mode d’action –Mode d’action : •inhibition de la phosphodiesterase : relaxation des muscles lisses bronchiques. •Effet anti-inflammatoire •action analeptique respiratoire centrale et psychostimulant •effet diurétique, chronotrope + et inotrope+ –Pharmacocinétique –Pharmacocinétique : •bonne absorption par voie orale, variable par voie rectale, élimination hépatique (interactions medicamenteuses)

33 Les bronchodilatateurs theophylline (2) –indications –indications : •Forme orale :crise asthme chez enfant, traitement de fond •Forme rectale :crise d ’asthme modérée et traitement de fond •Forme injectable : crise d ’asthme aigue et mal asthmatique moins utilisées beaucoup plus difficiles à manipuler, beaucoup moins efficaces et effets secondaires importants.

34 Les bronchodilatateurs théophylline (3) –EI dose-dépendant –EI dose-dépendant : troubles gastriques, tachycardie, céphalée, nervosité, tremblements, convulsions à haute doses •suivi thérapeutique important – adaptation posologique –Interactions médicamenteuses –Interactions médicamenteuses : •contre-indiquée : enoxacine (ENOXOR), viloxacine (VIVALAN) : risque de surdosage en théophylline

35 Les bronchodilatateurs théophylline (4) –Spécialités orales forme LP –Spécialités orales forme LP : •DILATRANE LP gélule 50, 100, 200 ou 300 mg •THEOSTAT LP cp séc. 100, 200 ou 300 mg •DILATRANE sirop 10 mg/ml Posologie : 10 mg/kg/jour –Spécialités rectales : •DILATRANE 350 mg

36 Les bronchodilatateurs théophylline (5) –Spécialités injectables –Spécialités injectables : •AMINOPHYLLINE (aminophylline) 250 mg perf IV •TRENTADIL (bamifylline) 300 mg perf IV ATTENTION : ne pas utiliser en IM ou IV directe = douloureux

37 Les anti-inflammatoires corticoïdes inhalés (1) –Mode d’action –Mode d’action :anti-inflammatoire puissant au niveau bronchique. –Peu d’effet systémique –indication –indication : •Traitement de fond de l’asthme persistant –EI –EI : irritation locale transitoire, candidose oro- pharyngée –Contre-indication –Contre-indication : tuberculose pulmonaire non traitée, ulcère gastro-intestinal non traité

38 Les anti-inflammatoires corticoïdes inhalés (2) •Spécialités non associées –BECOTIDE (beclometasone) –PULMICORT (budésonide) –FLIXOTIDE (fluticasone) •Spécialités associées –SERETIDE (salmeterol + fluticasone) Forme galénique : Aérosol doseur, poudre pour inhalation

39 Les anti-inflammatoires cromones –Mode d’action –Mode d’action : action locale, inhibe la libération des agents bronchoconstricteurs, pro-inflammatoires et chimiotactiques –Indications –Indications : traitement préventif de l’asthme allergique et de l’asthme d’effort Alternative aux corticoïdes dans les formes mineures –EI –EI : rares bronchospasmes modérés, toux irritative, bronchospasmes sévères exceptionnellement

40 –Spécialité –Spécialité : –LOMUDAL ( Cromoglycate disodique) : 20 mg solution pour nébulisation : 1 amp x 3 à 4/jour

41 Traitement de l’allergie les antileucotriènes (1) –Mode d’action –Mode d’action : antagoniste sélectif des récepteurs aux cystéinyl-leucotriène (médiateurs pro-asthmatique) –Pharmacocinétique –Pharmacocinétique : absorption modérée, élimination hépatique (interactions médicamenteuses)

42 Traitement de l’allergie les antileucotriènes (2) –Indications –Indications : •traitement additif chez patient contrôlé par corticoïdes et Beta-2 inhalés. •Prévention de l’asthme d’effort –EI –EI : céphalées, syndrome grippal, troubles digestifs

43 Traitement de l’allergie les antileucotriènes (3) –Spécialité –Spécialité : •SINGULAIR (montelukast) 5 et 10 mg. Alternative de traitement quand mauvaise compliance aux spray, notamment pour les enfants Tous les malades ne répondent pas aux antileucotriènes : il ne s'agit donc pas d'un traitement universel dans l'asthme.

44 Traitement de l’allergie les antihistaminiques (1) –Mode d’action –Mode d’action : antagoniste des récepteurs à l’ à l’histamine H1. Inhibition de la bronchoconstriction. –Pharmacocinétique –Pharmacocinétique : absorption rapide, élimination hépatique en dérives conjugués

45 Traitement de l’allergie les antihistaminiques (2) –Indications –Indications : •Traitement prophylactique de l’asthme allergique –EI –EI : somnolence

46 Traitement de l’allergie les antihistaminiques (3) –Spécialité –Spécialité : •ZADITEN (ketotifene) 1mg gelule ou solution buvable •ZADITEN LP

47 Asthme – Nouveau traitement •XOLAIR omalizumab : Ac monoclonal recombinant humanisé dirigé contre les IgE pour les empêcher de se fixer sur leur cible. Indiqué dans les asthmes sévères, résistants aux autres traitements. Médicament sous ATU

48 Asthme Stratégie thérapeutique (1) •Les paliers de l'asthme vont guider la thérapeutiquepaliers de l'asthme Pallier 1 : intermittent CritèresTraitement de fond Traitement des symptomes Symptômes - crises courtes < 1 h - rares < 1/ semaine - nocturne < 1/mois non- b2-adrénergiques inhalés courte durée - b2-adrénergiques ou cromones avant exercice ou allergène

49 Asthme Stratégie thérapeutique (2) Pallier 2 : persistant léger CritèresTraitement de fond Traitement des symptomes Symptômes - crises > 1 / semaine - mais < 1/ jour - nocturne < 2/mois Corticoïdes inhalés µg ou cromones Si crises nocturnes - théophylline action longue - b2-adrénergiques longue action - b2-adrénergiques inhalés courte durée

50 Asthme Stratégie thérapeutique (3) Pallier 3 : Persistant modéré CritèresTraitement de fond Traitement des symptomes - symptômes quotidiens - b2 court pluri quotidien - nocturne > 1/mois Corticoïdes inhalés µg Si insuffisant - soit théophylline action longuethéophylline - soit b2- adrénergiques longue action surtout si nocturne Si insuffisant - Flixotide® (1000 µg)Flixotide® - - b2-adrénergiques inhalés courte durée +/ - anticholinergique inhalés

51 Asthme Stratégie thérapeutique (4) Pallier 4 : Persistant sévère CritèresTraitement de fond Traitement des symptomes - Symptômes permanents - b2 court pluri quotidien - nocturne fréquents Corticoïdes inhalés µg Bronchodialatateurs - b2-adrénergiques longue action - +/ - théophylline action longue Si insuffisant - corticoïdes oraux (courtes cures) - Flixotide® (2000 µg)Flixotide® - - b2-adrénergiques inhalés courte durée +/ - anticholinergique inhalés

52 Asthme Stratégie thérapeutique (5) •Si prise > 10 bouffées par jour de beta-2 adrenergique > 20 bouffées par jour de corticoidesmodification de traitement •Critères de gravité : mesure de débit expiratoire de pointe vitesse à laquelle l’air peut circuler dans les voies aeriennes (< 65 % signe de gravité) Peak flow

53 PNEUMOLOGIE Traitement de la bronchite chronique et bronchite chronique obstructive (hors anti-infectieux)

54 Epidémiologie -Etiologies (1) •La bronchite chronique touche 2,5 millions de personnes en France et meurent chaque année de ses complications. La cause la plus fréquente est le tabac. •Autres causes : gaz toxiques, ciment, solvants, produits de la mine, poussières de silice (professionnelles)

55 Epidémiologie (2) •Les fumeurs considèrent à tord comme normal de tousser, cracher et d’être plus essoufflés que les non-fumeurs. •Or derrière ces symptômes peut se cacher le début d’une bronchite chronique obstructive.

56 Définitions (1) •La bronchite chronique : toux grasse avec expectoration (crachats) tous les matins pendant au moins trois mois de suite dans l’année et au moins deux années consécutives. C’est la conséquence d’une augmentation des sécrétions par les grosses bronches.

57 Définitions (2) •Bronchite chronique obstructive : complication principale de la bronchite chronique avec rétrécissement des bronches d’où un essoufflement d’abord à l’effort, puis au repos. Peut s’y associer une destruction progressive des poumons (emphysème).

58 Evolution de la maladie Bronchite chronique simple Bronchite chronique obstructive Insuffisance respiratoire et infections bronchopulmonaires plus de 60 % des malades sont dépendants d’une bouteille d’oxygène pendant 15 heures par jour !

59 Traitements (1) ARRET DU TABAC OU ARRÊT DE L’EXPOSITION TOXIQUE !!!

60 Traitements (2) Bronchite chronique simple –kinésithérapie –Mucorégulateurs Les antitussifs sont contre-indiqués.

61 Traitements (3) Bronchite chronique obstructive –bronchodilatateurs par voie inhalée –Les corticoïdes dans les formes plus graves Les bêta-bloquants sont contre-indiqués

62 Traitements (4) Insuffisance respiratoire –Analeptiques respiratoires –oxygénothérapie les sédatifs et les somnifères sont contre-indiqués

63 Les mucorégulateurs (1) •Mode d’action •Mode d’action : agents fluidifiant par diminution de la viscosité du mucus par rupture des liaisons chimiques au niveau des mucines •EI •EI : risque de liquefaction brutale des sécretions bronchiques avec formes locales et injectables

64 Les mucorégulateurs (2) •Mode d’utilisation •Mode d’utilisation : –incompatibilité chimique avec le caoutchouc et certains métaux. –Utiliser avec appareil compatible

65 Les mucorégulateurs (3) •Spécialités voie locale •Spécialités voie locale : instillations trachéale –MUCOMYST (N-acétyl-cystéine) –MUCOFLUID (Mesna) •Spécialités voie injectable •Spécialités voie injectable : IM ou IV –SURBRONC (ambroxol)

66 Les mucorégulateurs (4) •Spécialités voie orale •Spécialités voie orale : –MUCOMYST (N-acétyl-cystéine) forme sachet, cp, susp buvable. –SURBRONC (ambroxol) forme cp, sachet, susp buvable –BRONCHOKOD (carbocystéine) forme sirop

67 Les analeptiques respiratoires (1) •Mode d’action •Mode d’action :augmentation de la PaO2 et diminution de la PaCO2 •Pharmacocinétique •Pharmacocinétique : bonne absorption par voie orale, métabolisme hépatique

68 Les analeptiques respiratoires (2) •EI •EI : hyperventilation transitoire, perte de poids •Précaution d’emploi •Précaution d’emploi : faire un test d’efficacité préalable.

69 Les analeptiques respiratoires (3) •Spécialités •Spécialités : –VECTARION (almitrine) : forme orale et injectable

70 Oxygénothérapie •Indiquée quand PaO2<60 mm hg •Traitement 8 à 16 heures par jour •Faible débit : 0.5 à 3l /min Ne pas augmenter le débit si aggravation : risque de pause respiratoire et hypoventilation aboutissant au coma respiratoire

71 Pneumologie Traitement de la toux non productive gênante

72 Les antitussifs opiacés (1) •Action centrale •Référence = codéine •Dextrométhophane à utiliser de préférence Codéine Néo-codion Dextrométhorphane Nodex, drill, dexir Noscapine Tussisédal Pholcodine Respilène Depression respiratoire analgésie toxicomanogèn e

73 Les antitussifs opiacés (2) •Pharmacocinétique •Pharmacocinétique : absorption rapide et complète, élimination hépatique (dérivés conjugués), passage transplacentaire •EI •EI : –constipation, somnolence, nausées –Dépression respiratoire avec codéine –Dépendance avec codéine principalement

74 Les antitussifs opiacés (3) •Contre-indications •Contre-indications : –Toux productives –Toux de l’asthme –Insuffisance respiratoire •Interactions médicamenteuses •Interactions médicamenteuses : –Agoniste-antagoniste morphiniques –IMAO non selectif (ex iproniazide) et IMAO A (moclobemide)

75 Les antitussifs non opiacés, non antihistaminiques (1) •Spécialité •Spécialité : SILOMAT clobutinol •Mode d’action •Mode d’action : –action centrale sans effet depresseur respiratoire. –Action antitussive équivalente à la codéine •Pharmacocinétique •Pharmacocinétique : absorption rapide et complète, élimination urinaire

76 Les antitussifs non opiacés, non antihistaminiques (2) •EI •EI : –Nausées, vomissements –Action antitussive équivalente à la codéine –Convulsions à forte dose

77 Les antitussifs non opiacés, non antihistaminiques (2) •Contre-indications •Contre-indications : –Toux productive –Toux de l’asthme –Insuffisance respiratoire –Antécédent convulsion –Épilepsie

78 Les antitussifs antihistaminiques (1) •Spécialité •Spécialité : FLUISEDAL promethazine •Mode d’action •Mode d’action : –Antihistaminique –Propriétés sédatives et anticholinergiques •EI •EI : somnolence, effet atropinique (secheresse buccale, rétention urinaire)

79 Les antitussifs antihistaminiques (2) •Contre-indications •Contre-indications : –Toux productive –Toux de l’asthme –Insuffisance respiratoire –glaucome –Adénome prostatique

80 Pneumologie Surfactant pulmonaire

81 Surfactant pulmonaire (1) •Mode d’action •Mode d’action : réduit la tension de surface au niveau des alvéoles pulmonaires, facilite les échanges gazeux, prévient le collapsus alvéolaire •EI •EI : hemorragie intrapulmonaire, obstruction du tube endotrachéal par les sécrétions muqueuses

82 Surfactant pulmonaire (2) •Précaution d’emploi •Précaution d’emploi : –réservé en néonatalogie chez enfants intubés –Vérification radiologique du bon positionnement de la sonde intra-trachéale –Vérification continue de la PaO2 •Indication •Indication : en instillation endo-trachéale chez nouveaux nés présentant un syndrome de détresse respiratoire et dont le poids de naissance est > 700g

83 Surfactant pulmonaire (3) •Spécialités •Spécialités : –SURVANTA (colfoscéril palmitate)

84 Pneumologie Traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP)

85 Epidémiologie •Maladie rare, sévère, mortelle dans un délai moyen de 2.8 ans sous traitement conventionnel •1 à 2 cas /millions •Sujet jeune (36 ans en moyenne) •Sexe féminin

86 Symptomatologie •Symptomatologie peu spécifique : délai entre 1er symptomes et diagnostique = 20 mois •Dyspnée, fatigue, douleurs thoraciques, syncopes (stade 1 à 4)

87 Définition-physiopathologie •Définie par l’élévation de la pression artérielle pulmonaire moyenne supérieure à 20 mmHg au repos, et 30 mmHg à l’effort (chez le sujet sain 10 et 15 mmHg) •Augmentation des résistances vasculaires pulmonaires évoluant vers l’insuffisance cardiaque et la mort. Implication de l’endothéline et des récepteurs ET A et ET B

88 Stratégie thérapeutique •Traitement de référence : oxygénothérapie •Pronostic amélioré par Flolan : mais utilisation difficile cathéter central à demeure •Développement d’un traitement voie orale Tracleer •Alternative au tracleer : Ventavis

89 Traitements FLOLAN epoprostenol perf IV (1) –Mode d’action –Mode d’action : •prostaglandine vasodilatatrice directe pulmonaire et systémique •Anti-agrégant plaquettaire –EI –EI :hypotension, bradycardie, céphalées,flush

90 Traitements FLOLAN epoprostenol perf IV (2) –Contre-indications –Contre-indications : •Insuffisance cardiaque gauche •Œdème pulmonaire •Maladies veino-occlusive (ex : phlébite) •Maladies hémorragiques –EI –EI :hypotension, bradycardie, céphalées,flush

91 Traitements TRACLEER bosentan cpr (1) –Mode d’action –Mode d’action : antagoniste des R ET A et ET B avec diminution des résistances vasculaires –Pharmacocinétique –Pharmacocinétique : absorption moyenne, métabolisme hépatique, inducteur enzymatique (induit son propre métabolisme et celui des médicaments associés = interactions médicamenteuses)

92 Traitements TRACLEER bosentan cpr (2) –Posologie –Posologie : 62.5 mg x 2/jour 4 semaines, augmentation à 125 mg x 2/jour (cf pharmacocinétique) –EI –EI : céphalées, bouffées de chaleur, perturbation de la fonction hépatique surveillance ALAT et ASAT tous les mois

93 Traitements TRACLEER bosentan cpr (3) –Contre indications –Contre indications : •Insuffisance hépatique •ALAT et ASAT > 3 fois la normale •grossesse –Intéractions médicamenteuses : •cyclosporine +++

94 Traitements VENTAVIS iloprost inhalation (1) –Mode d’action –Mode d’action : •prostaglandine vasodilatatrice directe pulmonaire et systémique •Anti-agrégant plaquettaire –EI –EI :hypotension, bradycardie, céphalées, flush, majoration de la toux (mode d’administration)

95 Traitements VENTAVIS iloprost inhalation (2) –Contre-indications –Contre-indications : •Maladies hémorragiques •Coronaropathie sévère, angor instable •Maladies veino-occlusive (ex : phlébite) –EI –EI :hypotension, bradycardie, céphalées,flush

96 Traitements VENTAVIS iloprost inhalation (3) –Utilisation –Utilisation : •Utilisation d’un nébuliseur particulier : nébuliseur prodose (à louer par le service) •6 à 9 inhalations par jour


Télécharger ppt "Pneumologie Plan (1) •BronchodilatateursAsthme •Antileucotriènes •Mucolytiques Bronchite chronique •Analeptiques respiratoires Bronchite Oxygénothérapie."

Présentations similaires


Annonces Google