La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

RÉGION ET MUNICIPALITÉS PARTENAIRES DU DÉVELOPPEMENT DES SENTIERS RÉCRÉATIFS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "RÉGION ET MUNICIPALITÉS PARTENAIRES DU DÉVELOPPEMENT DES SENTIERS RÉCRÉATIFS."— Transcription de la présentation:

1 RÉGION ET MUNICIPALITÉS PARTENAIRES DU DÉVELOPPEMENT DES SENTIERS RÉCRÉATIFS

2 Le Plan de développement des sentiers récréatifs de la Mauricie Roger Trudel La planification du sentier Transcanadien dans la MRC de Maskinongé Jean-Guy Morand Objectifs Démontrez comment une URLS peut soutenir le milieu municipal pour un développement régional ou comment par des dossiers municipaux nous pouvons développer une région Note Comme il s’agit d’un congrès AQLM – URLS, nous allons mettre l’accent sur les URLS, les municipalités et les MRC. Mais, il ne faudrait pas perdre de vue qu’il y a plusieurs autres intervenants essentiels au développement des sentiers, notamment les propriétaires fonciers qui donnent des droits de passage et les bénévoles des clubs, sans oublier les Conférences régionales des Élus, plusieurs ministères, les organismes régionaux et toutes les associations concernées par le développement des sentiers récréatifs

3 LE PLAN DE DÉVELOPPEMENT DES SENTIERS RÉCRÉATIFS DE LA MAURICIE Contexte •Route verte •Sentier national •Sentier Transcanadien Principales problématiques •Méconnaissance de la localisation des sentiers. •Absence de vision régionale. •Manque de ressources financières pour le développement des sentiers récréatifs.

4 Interventions de l’URLS de la Mauricie •Mise en place du Comité de travail sur les sentiers récréatifs: •Concertation des forces •Réseautage des organismes et des municipalités. •Réalisation d’un inventaire de tous les sentiers récréatifs (randonnée équestre, randonnée pédestre, vélo, quad et motoneige). •Organisation d’un premier colloque régional sur les sentiers récréatifs. •Reconnaissance de la CRÉ de la Mauricie / Plan stratégique et programme de subvention. •Obtention d’un financement collectif pour le développement de la Route verte. •Adoption d’un plan d’action.

5 Interventions des municipalités •Participation au sein du Comité de travail. •Présentation et réalisation de projet notamment pour la Route verte. •Soutien aux clubs et aux promoteurs de projets (service géomatique, recherche de cadastre, etc.). Ce que nous retenons de la période •La volonté du milieu municipal de travailler régionalement pour développer des sentiers. •Les besoins sont nombreux pour les promoteurs de sentiers. •La nécessité de se doter d’un plan régional afin de mieux définir les actions et les priorités.

6 Contexte •Un réseautage très dynamique des intervenants du milieu. •La CRÉ adopte son plan quinquennal et reconnaît l’URLSM / pour le dossier des sentiers récréatifs. •Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune débute son Plan régional de développement du territoire public (PRDTP). •Le monde du VHR est ébranlé. Jugement du Petit train du nord. Le ministère des Transports du Québec met en place des Tables de concertation régionale pour les véhicules hors route. •La Route verte est de plus en plus populaire. •Le milieu équestre est en pleine progression. •Il y a une multitude de demandes pour aménager des sentiers.

7 Principales problématiques •Isolement des clubs et promoteurs. •Emplacement des sentiers peu connu par les municipalités ainsi que les retombées économiques. •Méconnaissance intersectorielle. Les promoteurs et les clubs d’une discipline ne connaissent pas les promoteurs et les clubs de l’autre discipline.

8 Interventions de l’URLS de la Mauricie •Embauche d’une ressource régionale en soutien aux promoteurs de sentiers et à la coordination du Comité régional sur les sentiers récréatifs. •Mise en place des rencontres de promoteurs. •Élaboration du Plan de développement régional des sentiers récréatifs de la Mauricie / rencontre de tous les clubs de la région. •Analyse de tous les sentiers et arrimage public et privé. •Organisation d’un 2e colloque des intervenants / sentiers récréatifs. •Mandataire de la Table de concertation régionale sur les VHR /MTQ. •Participation au PRDTP (Plan régional de développement du territoire public).

9 Interventions des municipalités •Participation au sein du Comité régional sur les sentiers récréatifs. •Participation des municipalités au Plan régional de développement des sentiers récréatifs de la Mauricie. •Participation des municipalités au PRDTP (Plan régional de développement du territoire public). •Réalisation de voies cyclables sur leur territoire. •Accentue leur support aux promoteurs et aux clubs.

10 Ce que nous retenons de cette période •L’importance d’un Plan régional et de lignes directrices pour la région. •Les municipalités ont maintenant une très bonne connaissance de leurs sentiers. •Les promoteurs de clubs ont maintenant un répondant au sein des villes et MRC. •Les promoteurs de sentiers travaillent de plus en plus ensemble, avec leur municipalité et avec la région.

11 Contexte •Suivi du Plan de développement régional des sentiers récréatifs. •Suivi du Plan régional de développement du territoire public (PRDTP). •(PRDIRT) et mise en place du Plan directeur des sentiers récréatifs mauriciens, volet « Activités motorisées ». •Suivi du mandat VHR/MTQ. •Arrivée de la Commission régionale des ressources naturelles et du territoire (CRRNT) et du Plan régional de développement intégré des ressources et du territoire (PRDIRT). Principales problématiques •Arrimage public/privé et interrégional. •La perte de droits de passage versus la permanence des sentiers. •La complétion des sentiers. •Intolérance citoyenne. •Un financement qui se fragilise.

12 Interventions de l’URLS de la Mauricie •Poursuite de la coordination du Comité régionale sur les sentiers récréatifs. •Présence d’une ressource régionale en soutien aux promoteurs de sentiers. •Organisation d’un 3e colloque des intervenants / sentiers récréatifs. •Mandataire de la Table de concertation régionale sur les VHR /MTQ. •Interventions spécifiques, par exemples, la véloroute, un projet de signalisation, la négociation de droits de passage avec les grands propriétaires fonciers. •Nomination d’un représentant pour le volet “sentier” à la CRRNT Intervention des municipalités •Certaines municipalités se dotent de plan de développement pour les sentiers. •Quelques municipalités prennent en charge des tâches et des éléments relatifs au développement des sentiers. Interventions spécifiques, par exemples, assurance, aide à la négociation avec des citoyens, droit de passage, inauguration de sentiers, démarche pour le maintien de sentiers.

13 Ce que nous retenons de la période •Les années ont été des années de continuité. •Les petits problèmes se règlent bien…. Pour les gros problèmes, le travail doit se faire de plus en plus en concertation, avec plusieurs intervenants. •L’arrivée de nouvelles problématiques importantes : intolérance des citoyens, perte de droits de passage. •Une bonne maturité des clubs et des associations.

14 Le défi des prochaines années •La mise en place du nouveau Régime forestier. •Une présence accrue de disciplines plein air qui ne se pratiquent pas uniquement dans un réseau de sentiers : escalade, canot, raquette, ski de fond. •L’essoufflement des bénévoles. •Le financement. •Les droits de passage. •La gestion des nuisances. •L’accès au territoire.

15 Ce que nous retenons … •Prendre le temps de se connaître •Se doter de lignes directrices connues et reconnus par tous les partenaires •Avoir confiance et travailler dans un climat de partenariat et surtout •la nécessité d’avoir une personne au palier régional pour soutenir le développement des sentiers récréatifs et des sites de plein air

16 LA PLANIFICATION DU SENTIER TRANSCANADIEN DANS LA MRC DE MASKINONGÉ Contexte •Sous l’égide du Conseil québécois du sentier Transcanadien, le sentier Transcanadien se déploie déjà au Québec sur près de 1500 kilomètres reliant Gatineau et Degelis dans un tracé qui, entre Montréal et Québec, est situé au sud du fleuve Saint-Laurent. •Toujours sous l’impulsion du Conseil québécois, le sentier Transcanadien a accepté d’ajouter un important tronçon qui sera développé notamment entre Québec et Montréal sur la rive nord du fleuve et sera principalement dédié à des activités non motorisées (équestre, pédestre et ski de fond). •Un premier tronçon sur cet axe a été reconnu en 2008 dans la région de la Mauricie, le sentier Pégase situé à l’est de la rivière Saint-Maurice et reliant le barrage de La Gabelle à la limite des régions de la Mauricie et de Québec. •Il reste à faire, la section à l’ouest du St-Mauricie, entre la région de Lanaudière et la rivière St-Maurice. … mais il nous manque un joueur important un promoteur

17 La MRC de Maskinongé demande le soutien de l’URLSM •2 février 2010 Le Conseil québécois du sentier Transcanadien et l’URLS de la Mauricie rencontrent la Commission d’aménagement du territoire de la MRC de Maskinongé afin de présenter le projet d’aménager une portion du sentier Transcanadien sur leur territoire. •10 février 2010 La MRC adopte une résolution pour demander à l’URLS de la Mauricie d’initier la démarche de planification et la recherche d’éventuels promoteurs afin d’assurer le développement et la gestion du sentier Transcanadien.

18 L’ULRSM intervient … •L’URLSM présente un projet, volet 2. Ce projet comprend : –des tâches techniques –la sensibilisation municipale et la mobilisation du milieu

19 AU NIVEAU TECHNIQUE •Définir des hypothèses de tracés et réalisation de cartes de travail •Identifier les droits de propriété •Identifier les activités qui y seront permises en lien avec le concept du sentier Transcanadien •Identifier les infrastructures qui devront être aménagées sur le sentier •Identifier les coûts et des diverses sources de financement admissibles •Identifier les permis et les autorisations requises pour la construction du sentier •Confectionner un outil de négociation de droit de passage

20 LA SENSIBILISATION MUNICIPALE ET LA MOBILISATION DU MILIEU Séance d’information pour les élus de la MRC de Maskinongé •Rencontre Rencontre des maires, en novembre 2010 •Objectif Comment rejoindre les gens de chevaux sur le territoire de la MRC de Maskinongé •Résultats : Trois municipalités ont lancé une invitation aux gens de chevaux pour venir assister à une rencontre d’information sur le projet. Ces rencontres nous ont permis de rencontrer et d’informer au-delà de 75 personnes provenant d’un peu partout sur le territoire. Suite à ces rencontres deux comités ont été formés, du « côté est » de la MRC. Ces comités ont chacun de leur côté, élus des responsables aux postes de président et de secrétaire. Un comité regroupait des gens de Charette, de St-Barnabé et de St-Élie-de-Caxton. L’autre comité regroupait des gens de St-Étienne-des-Grès, de Yamachiche, et de St-Boniface. Notons qu’un club équestre est présent du “côté ouest” de la MRC de Maskinongé. Il s’agit du club “Les Amis des Chevaux”.

21 AUTRES DÉMARCHES •Rencontres du milieu équestres. •Rencontres du milieu touristique. •Visite terrain avec les gens de chevaux. •Visite terrain pour évaluer les coûts avec un entrepreneur, adepte de chevaux. •Visite terrain avec le représentant du Conseil québécois du sentier Transcanadien. •Sondage pour connaître l’intérêt de la population sur ce projet (650 signatures). •Rapport d’étape au Conseil des maires, en décembre •Rapport final au Conseil des maires, en juin 2011, accompagné de représentants des trois clubs. •Tournée des municipalités concernées par le projet.

22 LES PRÉOCCUPATIONS DU MILIEU MUNICIPALE •La traverse des rivières, de l’autoroute 55. •Le lien avec la région de Lanaudière. •La nécessité d’emprunter quelques routes rurales en gravier pour faire des liens, ce qui entraîne un partage obligatoire avec la circulation locale de toutes sortes à ces endroits. •La gestion des fumiers. •Le sentier ne peut pas rejoindre toutes les municipalités de la MRC de Maskinongé. Voir la possibilité de greffer des boucles à l’artère principale. •La crainte des propriétaires concernant les éventuels quadistes contrevenants. •Les assurances. •La compatibilité des activités Et surtout •Combien ça coûte ? •Qu’est-ce que ça implique ?

23 ÉLÉMENTS EN PRENDRE EN CONSIDÉRATION…. POUR LES MUNICIPALITÉS ET POUR LA RÉGION…. •Sentier pouvant accueillir les disciplines suivantes : marche, raquette, vélo de montagne, ski de fond et traîneau à chiens. •Tenter de mettre le territoire et les attraits en valeur. •Favoriser les retombées économiques et touristique. •Doter le sentier de haltes-repos au 8 km à 10 km, de relais au 10 à 20 km et de refuges au 20 à 50km. •Doter le sentier des services essentiels à une belle expérience de randonnée équestre (halte, points d’eau, écurie de dépannage, maréchal ferrant, nourriture pour chevaux, vétérinaire, restauration, épicerie, etc. •Sentier situé à proximité de la zone habitée. •Éviter les routes asphaltées dans la mesure du possible. •Sentier sécuritaire et aménagé dans le respect de l’environnement. •Sentier localisé de façon à desservir le plus de gens de chevaux possible. •Créer le moins possible de nouvelles ouvertures dans la forêt en maximisant l’utilisation des chemins ou sentiers existants.

24 TROUVER UN PROMOTEUR POUR LA SUITE DES CHOSES… ET POURQUOI PAS DEUX… •Les deux comités que nous avions formés pour représenter les municipalités de Charette, St-Barnabé, St-Élie-de-Caxton, St-Boniface, St-Étienne-des-Grès et Yamachiche, se sont fusionnés et on initié une démarche de constitution d’un nouveau club équestre dans Maskinongé. Ces gens ont créé un nouveau club équestre « La Foulée mauricienne » précisément pour prendre en charge le développement et la gestion du sentier Transcanadien situé à l’est du territoire de la MRC de Maskinongé. •Quant à la portion à l’ouest du territoire de la MRC de Maskinongé, « Les Amis des chevaux » assumeront cette tâche.

25 Le milieu reprend le projet •Le milieu équestre de Maskinongé assume maintenant le leadership du sentier Transcanadien dans Maskinongé. C’est lui qui : •négocie les droits de passage •fait ses demandes de financement •prévoit les travaux d’aménagement •embauche une coopérative pour réaliser les travaux •Et le rôle de l’URLSM maintenant Organisme ressource…


Télécharger ppt "RÉGION ET MUNICIPALITÉS PARTENAIRES DU DÉVELOPPEMENT DES SENTIERS RÉCRÉATIFS."

Présentations similaires


Annonces Google