La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Spondylarthropathies. Rhumatologie Affections ostéo-articulaires Arthrite Arthrose Ostéopathies Pathologies rachidiennes Pathologies abarticulaires.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Spondylarthropathies. Rhumatologie Affections ostéo-articulaires Arthrite Arthrose Ostéopathies Pathologies rachidiennes Pathologies abarticulaires."— Transcription de la présentation:

1 Les Spondylarthropathies

2 Rhumatologie Affections ostéo-articulaires Arthrite Arthrose Ostéopathies Pathologies rachidiennes Pathologies abarticulaires et syndromes douloureux

3 Généralité Définition: les spondylarthropathies regroupent plusieurs entités qui ont en commun des facteurs génétiques, une cible pathologique particulière constituée par l’enthèse et des caractéristiques clinique et d’imagerie

4 SPA Rhumatisme psoriasique Arthites réactionnelles SAPHO SPA indifférenciée SP des entérocolopathies

5 Généralités Épidémiologie: 0,5% de la population générale Physiopathologie: L’enthèse désigne la zone d’encrage des ligaments, des tendons, et des capsules articulaires sur l’os. Dans les spondylarthropathies, l’enthèse est le siège d’une inflammation qui évolue en 3 phases: Une phase inflammatoire Une phase de fibrose Une phase d’ossification Cette atteinte peut toucher toutes les articulations mais préférentiellement, le rachis, les sacro-iliaques, le calcanéum

6 Généralités l’articulation peut aussi être touchée, l’inflammation est alors caractérisée par une synovite Facteurs génétiques: Association forte avec le HLAB27 (90% des patients atteints) Les facteurs d’environnement: Rôle déclenchant des agents infectieux dans les arthrites réactionnelles: arthrites aseptiques survenant dans les suites d’une infection digestive ou génitale

7 Manifestations communes des spondylarthropathies Les spondylarthropathies ont un certain nombre de caractéristiques cliniques, biologiques et radiologiques, qui sont à l’origine du développement de critères diagnostiques Atteintes périphériques: calcanéum (talalgie inflammatoire), orteil ou doigt en saucisse. Le plus souvent sous forme d’une mono ou oligo-arthrite Atteintes axiales: sacro-iliite (douleurs fessières inflammatoires), rachialgies inflammatoires, douleurs intercostales, sternoclaviculaires ou manubriosternales Sensibilité aux AINS Uvéite antérieure

8

9 Spondylarthrite ankylosante Définition: rhumatisme inflammatoire caractérisé par une atteinte pelvirachidienne, une évolution vers l’ankylose, une association fréquente aux polyenthésopathies périphériques, une forte association au groupe HLAB27 Épidémiologie: 3 homme pour 1 femme, débute chez le jeune avant 40 ans Clinique: douleurs rachidiennes (rachis lombaire et charnière dorsolombaire), inflammatoire, douleurs sacro-iliaque, enthésopathies périphériques, mono ou oligo-arthrite

10 Spondylarthrite ankylosante Biologie: syndrome inflammatoire, HLAB27 Imagerie: les anomalies évoluées sont bien visibles en radiographies standard, les lésions débutantes sont mieux appréciées par le scanner et l’IRM Sacro-iliaques: successivement déminéralisation, érosions des berges, condensation et fusion Rachis: érosion du corps vertébral, ossification de l’angle du corps vertébral (syndesmophyte), réalisant à terme « la colonne bambou » Enthésopathies: aspect hérissé de l’os

11

12

13

14 Spondylarthrite ankylosante Evolution: Imprévisible, par poussée entrecoupé de rémission. L’ankylose a spontanément tendance à s’effectuer en cyphose pouvant aboutir à une perte du regard horizontal, l’ankylose de la cage thoracique et la cyphose peut se compliquer d’insuffisance respiratoire. Ankylose des articulations coxo-fémorales Fracture du rachis Complications extra-articulaires

15 Arthrites réactionnelles (syndrome de Fiessinger- Leroy-Reiter) Définition: arthrites aseptiques survenant quelques semaines après une infection située à distance de l’articulation Germes en causes: Chlamydia, Ureaplasma, Salmonella, Yersinia Clinique: Articulation: oligo-arthrite des membres inférieurs, manifestations axiales Urétrite Diarrhée Ophtalmologique: Uvéite, Conjonctivite Manifestations cutanées

16 Rhumatisme psoriasique Appartient au groupe des spondylarthropathies mais emprunte des signes à la PR Particularités: Atteintes des interphalangiennes distales, Association plus faible avec le HLAB27 Spondylarthropathies des enterocolopahies 20% des enterocolopathies inflammatoires (maladie de Crohn, ou recto-colite hémorragique) Particularités: Contre-indication relative des AINS SAPHO: Synovite, Acné, pustulose, hyperostose et ostéite

17

18 Traitements symptomatiques AINS: la base du traitement des spondylarthrites !!! Antalgiques: paracétamol, Paracétamol- dextropropoxyphène, tramadol, Morphine (Skenan®) Traitements locaux: Infiltration intra-articulaires (produits cortisoniques voir synoviorthèse isotopique) Orthèse et règles d’économie articulaire Kinésithérapie, physiothérapie, information du patient

19 Traitement de fond Ils n’ont jamais fait la preuve de leur efficacité sur l’atteinte pelvi-rachidienne, réservés aux formes périphériques Salazopyrine: 1-4 comp/j surveillance foie: TGO, TGP, NFS (leucopénie, thrombopénie) Méthotrexate: IM ou PO 7,5-20 mg/s traitement de référence !!! Surveillance poumons (allergie rare), foie (TGO, TGP), rein (creat), NFS (leucopénie, thrombopénie) Arava:1 comp/j surveillance foie (TGO, TGP), rein (creat), NFS (leucopénie, thrombopénie) Biothérapies: Anti-TNF 

20 Le méthotrexate  Traitement de fond immunosuppresseur de la PR  Forme orale : Novatrex ® comprimés à 2,5mg  Peut être donné en I.M.  Prise hebdomadaire de 7,5mg à 15mg  Latence d’activité de 4 à 6 semaines

21 Risques du Méthotrexate  Pneumologique (pneumopathie immuno- allergique ou de fibrose pulmonaire)  Radio des poumons ± E.F.R. avant traitement,  À contrôler si toux fébrile ou dyspnée.  Hépatique (fibrose)  Bilan hépatique avant traitement,  puis tous les mois (transaminases ++)

22 Risques du Méthotrexate  Atteinte des lignées sanguines  N.F.S.plaquettes avant traitement,  puis chaque semaine pendant les 3 premiers mois,  puis tous les mois  Infections  avant traitement éliminer un foyer infectieux actif  Risque tératogène

23 Le léflunomide (Arava ® ) WTraitement immunosuppresseur WA la même efficacité et les mêmes indications que le méthotrexate. Il n’y a pas de critères de choix entre les deux.

24 Modalité d’administration du léflunomide (Arava ® )  Voie orale  Dose de charge : 100mg/j les 3 premiers jours  10 ou 20mg/j en suite  Actif après 4 à 6 semaines  S’améliore encore en 4 à 6 mois  Pas d’ajustement posologique chez l’insuffisant rénal et le sujet âgé.

25 Risques du léflunomide (Arava ® )  Hépatite médicamenteuse  Surveillance du bilan hépatique tous les mois pendant les 6 premiers mois, puis tous les 2 mois  Atteinte des lignées sanguines (leucopénie ++)  NFS plaquettes toutes les 2 semaines pendant les 6 premiers mois, puis tous les 2 mois  Augmentation (souvent modérée) des chiffres tensionnels  Stomatite  Chute des cheveux, prurit, eczéma, urticaire

26 Traitements de fonds: les biothérapies Anticorps monoclonaux ou récepteur soluble bloquant le TNF-  Rémicade, Humira (anticorps monoclonaux) Enbrel (récepteur soluble) Surveillance risques infectieux (tuberculose)

27 L’infliximab (Rémicade ® ) L’infliximab (Rémicade ® ) est un anticorps monoclonal chimérique IgG fabriqué à partir d’une lignée de cellules recombinantes en partie humaine, en partie souris, dirigé contre le TNF- 

28 TNF  cellule inactive CelluleImmuno-compétenteinactive

29  L’efficacité et la sécurité ont été démontrées seulement en association avec le méthotrexate.  Initié et surveillé par un rhumatologue ou un interniste et réservé aux hôpitaux.

30 Posologie et mode d’administration  Présentation sous la forme d’ampoules à 100mg d’infliximab à administrer IV en 2 heures.  Dose de 3mg/kg à S0, S2, S6, puis toutes les 8 semaines.  En association avec le méthotrexate.

31 Contre-indications  Infection active non contrôlée aiguë ou chronique,  Tuberculose active ou « latente » c’est à dire antécédent tuberculeux non déjà traité par antibiothérapie,  Insuffisance cardiaque modérée à sévère,  Grossesse et allaitement.

32 Complications Tuberculose : miliaire, extra-pulmonaire,… Infections graves, parfois mortelles, Infections à opportunistes, Réactions allergiques à l’infliximab, anti- corps anti-infliximab, Aggravation d’insuffisance cardiaque.

33  L’éthanercept (Enbrel ® )  Présentation sous la forme de poudre à 25mg d’éthanercept à conserver entre +2°C et +8°C et à dissoudre dans son solvant ppi.  1 injection sous-cutanée 2 fois par semaine.

34 TNF  cellule inactive CelluleImmuno-compétenteinactive cellule activée

35 Étanercept = récepteur soluble cellule inactive CelluleImmuno-compétenteinactive


Télécharger ppt "Les Spondylarthropathies. Rhumatologie Affections ostéo-articulaires Arthrite Arthrose Ostéopathies Pathologies rachidiennes Pathologies abarticulaires."

Présentations similaires


Annonces Google