La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La quête du sens Une illusion ou un besoin humain fondamental?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La quête du sens Une illusion ou un besoin humain fondamental?"— Transcription de la présentation:

1 La quête du sens Une illusion ou un besoin humain fondamental?

2 Plan Introduction : Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la religion? 1. La question du sens de la vie 2. La position idéaliste de Luc Ferry: un sens absolu qui transcende la vie 3. La position matérialiste d’André Comte-Sponville: un sens immanent au service de la vie Conclusion

3 Introduction Pourquoi s’intéresser à la religion ? Parce qu’il est nécessaire de porter un regard critique sur la religion.

4 La religion est-elle une imposture? L’existence d’escroqueries ou d’abus de pouvoir commis par les policiers ne permet pas de conclure que la police est une association de malfaiteurs. De même, les forfaits commis sous couvert de religion n’impliquent pas que le religieux soit, dans son principe, une imposture. Lucien Scubla

5 Introduction Pourquoi s’intéresser à la religion? Parce qu’il est nécessaire de porter un regard critique sur la religion. Parce qu’il y a tout lieu de penser que la religion nous apprend quelque chose d’essentiel sur l’homme.

6 L’homme est-il un être essentiellement religieux?

7 L’athéisme Je n’ai rien à dire des dieux, et la vie est trop courte pour s’y intéresser Protagoras, V e siècle avant J.-C.

8 Deux grandes thèses sur le devenir de la religion… Thèse 1 : Pas d’humanité, pas de société humaine sans religion. Thèse 2 : Nos sociétés occidentales modernes ont accompli leur sortie de la religion.

9 La thèse de la sortie de la religion Elle n’implique pas que les hommes ont cessé ou cesseront jamais de croire.

10 Croire en tout et en n’importe quoi… Depuis que les hommes ne croient plus en Dieu, le problème n’est pas qu’ils ne croient plus en rien mais qu’ils sont prêts à croire en tout. Chesterton

11 La thèse de la sortie de la religion Elle n’implique pas que les hommes ont cessé ou cesseront jamais de croire. Elle affirme plutôt que la croyance s’est dissociée de la religion, qu’elle s’est désinstitutionnalisée et privatisée (ou individualisée).

12 La croyance est constitutive de l’existence L’homme est-il un être essentiellement religieux? Peut-être pas. Mais l’homme est sans doute un animal croyant, qui a besoin de croire pour vivre, qui doit donner un sens à sa vie.

13 Diagnostic provisoire… La religion fournissait un discours commun du Sens de la vie. Dès lors que nous sommes sortis de la religion, « nous ne disposons plus d’un discours commun » du Sens de la vie. Or tous les hommes ont besoin de donner un sens à leur vie. C’est pourquoi « la question du sens de la vie se pose avec plus d’acuité que jamais dans nos existences privées » (Luc Ferry).

14 Plan Introduction : Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la religion? 1. La question du sens de la vie 2. La position idéaliste de Luc Ferry: un sens absolu qui transcende la vie 3. La position matérialiste d’André Comte-Sponville: un sens immanent au service de la vie

15 1.La question du sens de la vie

16 Le désenchantement du monde Le destin de notre époque caractérisée par la rationalisation, par l’intellectualisation et surtout par le désenchantement du monde, a conduit les humains à bannir les valeurs suprêmes les plus sublimes de la vie publique. Max Weber ( )

17 Le grand paradoxe… Plus la question du sens est absente de la sphère publique, plus elle est présente dans la sphère privée.

18 L’échec des 3 grandes réponses à la question du sens de la vie (selon Luc Ferry)  La réponse cosmologique La réponse religieuse La réponse politique

19 Du monde clos à l’univers infini… L’homme a perdu sa place dans le monde ou, plus exactement, a perdu le monde même qui formait le cadre de son existence et l’objet de son savoir, et a dû transformer et remplacer non seulement ses conceptions fondamentales mais jusqu’aux structures de sa pensée. Alexandre Koyré

20 Maîtres et possesseurs de la nature... Sitôt que j’ai eu acquis quelques notions générales touchant la physique (…), j’ai cru que je ne pouvais les tenir cachées sans pécher grandement contre la loi qui nous oblige à procurer, autant qu’il est en nous, le bien général de tous les hommes (…) Car elles m’ont fait voir qu’il est possible de nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature. René Descartes Le Discours de la méthode, 1637

21 La découverte du nouveau monde Il faut, pour que le monde apparaisse, que soit rompue l’unité organique qui liait à celui-ci l’un des habitants, l’homme. Réciproquement, c’est à partir du moment où le monde apparaît dans son autonomie que la présence de l’homme en lui va pouvoir surgir comme problème. Rémi Brague

22 L’échec des 3 grandes réponses à la question du sens de la vie (selon Luc Ferry) La réponse cosmologique  La réponse religieuse La réponse politique

23 Qu’est-ce que les Lumières? La sortie de l’homme de sa Minorité, dont il est lui- même responsable. Minorité, c’est-à-dire incapacité de se servir de son entendement sans la direction d’autrui. Sapere aude. Emmanuel Kant, 1784

24 La sortie de la religion Le déclin de la religion se paie en difficulté d’être-soi. La société d’après la religion est aussi la société où la question de la folie et du trouble intime de chacun prend un développement sans précédent. Parce que c’est une société psychiquement épuisante pour les individus, où rien ne les secourt ni ne les appuie plus face à la question qui leur est retournée de toutes parts en permanence : pourquoi moi? Pourquoi naître maintenant quand personne ne m’attendait? Que me veut-on? Que faire de ma vie quand je suis seul à la décider? Serai-je jamais comme les autres? Pourquoi est-ce que cela – la maladie, l’accident, l’abandon – tombe sur moi? À quoi bon avoir vécu si l’on doit disparaître sans laisser de traces, comme si, aux yeux des autres, vous n’aviez pas vécu? Nous sommes voués à vivre désormais à nu et dans l’angoisse, ce qui nous fut plus ou moins épargné depuis le début de l’aventure humaine par la grâce des dieux. À chacun d’élaborer ses réponses pour son propre compte. Marcel Gauchet

25 Une pensée de Pascal… Je ne sais qui m’a mis au monde, ni ce que c’est que le monde, ni que moi-même; je suis dans une ignorance terrible de toutes choses; je ne sais ce que c’est que mon corps, que mes sens, que mon âme et cette partie même de moi qui pense ce que je dis, qui fait réflexion sur tout et sur elle-même, et ne se connaît non plus que le reste. Je vois ces effroyables espaces de l’univers qui m’enferment, et je me trouve attaché à un coin de cette vaste étendue, sans que je sache pourquoi je suis plutôt placé en ce lieu qu’en un autre, ni pourquoi ce peu de temps qui m’est donné à vivre m’est assigné à ce point plutôt qu’à un autre de toute l’éternité qui m’a précédé et de toute celle qui me suit. Je ne vois que des infinités de toutes parts, qui m’enferment comme un atome et comme une ombre qui ne dure qu’un instant sans retour. Tout ce que je connais est que je dois bientôt mourir, mais ce que j’ignore le plus est cette mort même que je ne saurais éviter. Blaise Pascal ( )

26 La mort de Dieu Le dément se précipita au milieu d’eux et les transperça du regard: “Où est passé Dieu? lança-t-il, je vais vous le dire! Nous l’avons tué vous et moi! Nous sommes tous ses assassins! Comment nous consolerons-nous, nous, assassins entre les assassins? Ce que le monde possédait jusqu’alors de plus saint et de plus puissant, nos couteaux l’ont vidé de son sang, qui nous lavera de ce sang? La grandeur de cet acte n’est-elle pas trop grande pour nous? Ne nous faut-il pas devenir nous-mêmes des dieux pour apparaître seulement dignes de lui? Jamais il n’y eut acte plus grand. Cet événement formidable est encore en route et voyage, – il n’est pas encore arrivé jusqu’aux oreilles des hommes. Cet acte est encore plus éloigné d’eux que les plus éloignés des astres, et pourtant ce sont eux qui l’ont accompli ”. Friedrich Nietzsche ( )

27 L’échec des 3 grandes réponses à la question du sens de la vie (selon Luc Ferry) La réponse cosmologique La réponse religieuse  La réponse politique

28 La fin des grands récits politiques… Après l’effondrement du mur de Berlin et le déclin du communisme, nous ne croyons plus en une fin (radieuse) de l’histoire.

29 Plan Introduction : Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la religion? 1. La question du sens de la vie 2. La position idéaliste de Luc Ferry: un sens absolu qui transcende la vie 3. La position matérialiste d’André Comte-Sponville: un sens immanent au service de la vie

30 Immanence et transcendance Immanent : ce qui est intérieur à un être et n’est pas chez lui l’effet d’une action extérieure. Ce qui reste dans le domaine de l’expérience, de l’ici-bas. Transcendant : du latin transcendere, franchir ou dépasser. Ce qui est au-delà, ou qui s’élève au-dessus d’une limite définie parce que d’un ordre supérieur (Dieu est transcendant au monde)

31 Plan Introduction : Pourquoi s’intéresser aujourd’hui à la religion? 1. La question du sens de la vie 2. La position idéaliste de Luc Ferry: un sens absolu qui transcende la vie 3. La position matérialiste d’André Comte-Sponville: un sens immanent au service de la vie

32 Le mythe de Sisyphe Il n’y a qu’un problème philosophique vraiment sérieux: c’est le suicide. Albert Camus

33 Le mythe de Sisyphe Il faut imaginer Sisyphe heureux Albert Camus

34 Conclusion Deux réponses philosophiques à la question du sens de la vie La réponse idéaliste et éthique (Luc Ferry): l’affirmation de la valeur absolue de l’individu comme prochain La réponse matérialiste (Comte-Sponville): une acceptation lucide du non-sens de la vie


Télécharger ppt "La quête du sens Une illusion ou un besoin humain fondamental?"

Présentations similaires


Annonces Google