La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pour que nous puissions dire à nos patients : “Vous êtes en de bonnes mains…” Prévention des infections nosocomiales et maîtrise de la résistance par la.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pour que nous puissions dire à nos patients : “Vous êtes en de bonnes mains…” Prévention des infections nosocomiales et maîtrise de la résistance par la."— Transcription de la présentation:

1 Pour que nous puissions dire à nos patients : “Vous êtes en de bonnes mains…” Prévention des infections nosocomiales et maîtrise de la résistance par la promotion de l’hygiène des mains Campagne nationale belge Conformément aux directives de l’OMS

2 Par la promotion des pratiques optimales d’hygiène des mains et de contrôle des infections, le Premier Défi Mondial pour la Sécurité des Patients a pour but de réduire les infections associées aux soins (IAS) dans le monde

3 121 pays engagés dans la prévention des IAS, couvrant 87% de la population mondiale Perspective as of 5 May 2009

4 Save Lives: Clean Your Hands 5 mai 2009–2020 En consacrant une journée de portée mondiale à la promotion de l’hygiène des mains au cours des soins, cette initiative rappelle avec constance l’hygiène des mains, partout où sont délivrés les soins dans le monde, et soutient la durabilité de son amélioration Clean Care is Safer Care Un soin propre est un soin plus sûr Premier Défi Mondial pour la Sécurité des Patients

5 Partie 1 Définition, impact et conséquences des IAS

6 Définition Infection associée aux soins (IAS) ■Aussi connue sous les dénominations suivantes: « infection nosocomiale » ou « infection hospitalière » « Infection acquise par un patient au cours des soins délivrés à l’hôpital ou dans tout autre établissement de soins et : qui n’est ni présente, ni en incubation à l’admission ou au moment de délivrer les soins, qui comprend l’infection contractée dans un établissement de soins mais qui ne se manifeste qu’après la sortie, qui comprend l’infection acquise par le personnel dans le cadre des ses activités professionnelles».

7 IAS : Impact ■Les estimations de l’ampleur de la problématique sont limitées par le manque de données fiables ■Les conséquences pour les établissements de soins et pour la communauté sont inconnues dans la plupart des pays ■Aucun établissement de soins, aucun pays, aucun système de santé ne peut prétendre avoir résolu ce problème

8 Fréquence des IAS dans le monde ■Les IAS touchent des centaines de millions de personnes dans le monde et représentent un problème majeur pour la sécurité des patients ■Dans les établissements de soins modernes et des pays développés, 5 à 10% des patients contractent une ou plusieurs IAS ■Dans les pays en développement, le risque d’IAS est 2 à 20 fois supérieur à celui dans les pays développés; la proportion de patients affectés par ces IAS peut dépasser 25% ■Dans les unités de soins intensifs, les IAS touchent environ 30% des patients, et la mortalité associée peut atteindre 44%

9 Impact des IAS en Europe ■Europe : Prévalence de 3,5 à 14,8% ■Norvège : Prévalence nationale de 5,7% en 2007 (Eurosurveillance) ■France : Selon une étude multicentrique réalisée sur une période de 4 ans ( ), prévalence des IAS de 6,1%, allant de 1,9% (patients à faible risque) à 15,2% (patients à haut risque) (Floret N et al., JHI 2004) ■Italie : Selon une étude régionale réalisée en 2003, prévalence des IAS de 7,6% (Pellizzer P, et al. Infection 2008) ■Suisse : Dans 18 établissements de soins répartis dans tout le pays, prévalence globale des IAS de 10,1% ; cas/an ; coût annuel : millions CHF (Sax H, et al. Arch Int Med 2002) ■Royaume-Uni : Incidence de 7.2%; cas/an ; morts/an (Mayor S. BMJ 2000)

10 Conséquences des IAS Les IAS peuvent provoquer : ■Des maladies plus graves ■Un prolongement de la durée de séjour en établissement de soins ■Une invalidité à long terme ■Une mortalité excessive ■Une charge financière supplémentaire élevée ■Des coûts personnels élevés pour les patients et leurs familles

11 Taux et conséquences par types d’IAS (Etats- Unis et Europe) Type d’IASTaux moyen de mortalité associée Augmentation moyenne de la durée du séjour Coûts associés (USD)Intervalle (%)(jours)MoyenneDSMinimumMaximum Bactériémie208, Infection du site chirurgical 4,36, Pneumonie associée à la ventilation Infection urinaire // Bennett and Brachman's, Hospital Infections, 5th Edition

12 Les IAS les plus fréquentes et leurs facteurs de risque INFECTION DES VOIES RESPIRATOIRES INFERIEURES V entilation mécanique - Aspiration Sonde naso-gastrique Dépresseurs du système nerveux central Antibiotiques et antiacides Séjour prolongé en établissement de soins Etat nutritionnel insuffisant Age avancé Chirurgie Immunodéficience 13% INFECTION DU SANG Cathéter vasculaire Age : néonatal Soins aigus et réanimation Maladie sous-jacente grave Neutropénie Immunodéficience Nouvelles techniques invasives Formation et supervision insuffisantes 14% INFECTION DU SITE CHIRURGICAL Prophylaxie antibiotique inadaptée Préparation cutanée inappropriée Soins des plaies inappropriés Durée de l’intervention chirurgicale Type de plaie Asepsie chirurgicale insuffisante Diabète Etat nutritionnel insuffisant Immunodéficience Formation et supervision insuffisantes 17% INFECTION URINAIRE Cathéter urinaire Procédure urologique invasive Age avancé Maladie sous-jacente grave Lithiase urinaire Grossesse Diabète 34% Les IAS les plus fréquentes et facteurs de risque à leur survenue Hygiène des mains déficiente

13 Partie 2 Principaux modes de transmission des germes au cours des soins et transmission par les mains en particulier

14 Principaux modes de transmission des germes au cours des soins (1) Mode de transmission Réservoir / sourceDynamique de transmission Exemples de germes Contact directPatient, personnel soignant Contact physique direct entre la source et le patient (contact de personne à personne) Par exemple lors de : serrer la main du patient, toilette du patient, palpation abdominale, exposition au sang ou à des liquides biologiques (transmission du patient au soignant par l’intermédiaire de lésions cutanées), etc. Staphylococcus aureus, bactéries à gram négative, virus respiratoires, VHA, VHB, VIH

15 Principaux modes de transmission des germes au cours des soins (2) Mode de transmission Réservoir / sourceDynamique de transmission Exemples de germes Contact indirectDispositif médical, matériel, endoscope, objet (jouet dans les unités pédiatriques) Transmission passive de l’agent infectieux de la source au patient par l’intermédiaire d’un objet (généralement inanimé) Par exemple lorsque: les gants ne sont pas changés entre les patients, un stéthoscope est utilisé pour plusieurs patients Salmonella spp, Pseudomonas spp, Acinetobacter spp, S. maltophilia, virus respiratoire syncytial (VRS)

16 Principaux modes de transmission des germes au cours des soins (3) Mode de transmission Réservoir / sourceDynamique de transmission Exemples de germes GouttelettesPatient, personnel soignant Transmission par l’intermédiaire de grandes gouttelettes (> 5 µm) propulsées dans l’air, lorsque la source et le patient sont proches ; Par exemple lors de: éternuement, toux, aspiration, la parole Virus de la grippe, Staphylococcus aureus, Neisseria meningitidis, coronavirus associé au SRAS

17 Principaux modes de transmission des germes au cours des soins (4) Mode de transmission Réservoir / sourceDynamique de transmission Exemples de germes AirPatient, personnel soignant, eau chaude, poussière Propagation dans l’air (à proximité et à distance de la source) des germes contenus dans des aérosols et particules de petite taille (< 5µm) évaporés de gouttelettes ou émanant de poussières Par exemple lors de: respiration Mycobacterium tuberculosis, Legionella spp

18 Principaux modes de transmission des germes au cours des soins (5) Mode de transmission Réservoir / sourceDynamique de transmission Exemples de germes Véhicules communs Aliment, eau ou médicament Un véhicule inanimé permet la transmission de germes de la source à un ou plusieurs hôtes Par exemple : eau contaminée, injectable contaminé Salmonella spp, VIH, VHB, bactéries à gram négative

19 Transmission par les mains ■Les mains constituent le moyen le plus fréquent de transmission des germes au cours des soins ■La transmission des germes d’un patient à l’autre au cours des soins par les mains du personnel soignant se déroule en 5 phases successives

20 Les 5 phases de la transmission par les mains Des germes sont présents sur la peau du patient et sur les surfaces situées dans son environnement immédiat Les germes dont le patient est porteur contaminent par contact direct ou indirect les mains du personnel soignant Les germes survivent et se multiplient sur les mains du personnel soignant Les mains restent contaminées lorsque l’hygiène des mains est déficiente Les mains contaminées sont à l’origine de la transmission des germes d’un patient à l’autre

21 Transmission par les mains : phase 1 Des germes sont présents sur la peau du patient et sur les surfaces situées dans son environnement immédiat ■Germes (S. aureus, P. mirabilis, Klebsiella spp. et Acinetobacter spp.) présents sur la peau intacte de certains patients : millions d’unités formant colonies (UFC)/cm² ■Près de 1 million de squames contenant des germes se détachent de la surface de la peau chaque jour ■L’environnement immédiat du patient (literie, mobilier, autres objets) est contaminé par ces germes (staphylocoques et entérocoques en particulier) dont le patient est porteur Pittet D et al. The Lancet Infect Dis 2006

22 Transmission par les mains : phase 2 Les germes dont le patient est porteur contaminent, par contact direct ou indirect, les mains du personnel soignant ■Les mains des infirmiers peuvent être contaminées par 100 à 1000 UFC de Klebsiella spp. Au cours d’un soin supposé « propre » (mobilisation du patient, mesure des pulsations, de la tension ou de la température buccale) ■15% des infirmiers travaillant en soins intensifs sont porteurs de UFC de S. aureus sur leurs mains ■Dans un hôpital général, 29% des infirmiers sont porteurs de S. aureus (en moyenne: 3’800 UFC) et 17-30% sont porteurs de bacilles Gram- négative (en moyenne: 3’400-38’000 UFC) sur leurs mains Pittet D et al. The Lancet Infect Dis 2006

23 Transmission par les mains : phase 3 Les germes survivent et se multiplient sur les mains du personnel soignant ■Après un contact avec le patients et/ou son environnement immédiat, les germes peuvent survivre sur les mains des professionnels durant 2 à 60 minutes ■En l’absence d’hygiène des mains, plus la durée du soin est longue, plus le degré de contamination des mains est élevé Pittet D et al. The Lancet Infect Dis 2006

24 Transmission par les mains : phase 4 Les mains restent contaminées lorsque l’hygiène des mains est déficiente ■L’utilisation d’une quantité insuffisante de produit et/ou la durée insuffisante de la procédure d’hygiène des mains ne permettent pas l’antisepsie satisfaisante des mains ■La flore transitoire persiste après un lavage des mains au savon et à l’eau; l’usage d’un produit hydro-alcoolique pour la friction des mains est significativement plus efficace Pittet D et al. The Lancet Infect Dis 2006

25 Transmission par les mains : phase 5 Les mains contaminées sont à l’origine de la transmission des germes d’un patient à l’autre Pittet D et al. The Lancet Infect Dis 2006

26 Transmission par les mains : phase 5 La manipulation des dispositifs médicaux invasifs avec des mains contaminées est à l’origine de la transmission des germes dont le patient est porteur sur les sites présentant un risque infectieux pour le patient Pittet D et al. The Lancet Infect Dis 2006

27 Partie 3 Hygiène des mains et prévention des IAS

28 Prévention des IAS ■Il est démontré que des stratégies de prévention validées et standardisées permettent de réduire les IAS ■50% des IAS peut être évité ■La plupart des mesures de prévention sont simples et peu coûteuses ; elles peuvent être mises en œuvre aussi bien dans les pays développés que dans les pays à ressources limitées

29 Stratégies de contrôle des infections ■Mesures générales:  Surveillance  Précautions standards  Mesures spécifiques basées sur le mode de transmission ■Contrôle de l’usage des antibiotiques ■Stratégies préventives ciblées sur les :  Infections urinaires  Infections du site chirurgical  Infections respiratoires  Bactériémies

30 Précautions Standard et mesures spécifiques basées sur le mode de transmission (CDC, 2007) (1) MoyenPrécautions Standard Précautions Transmission « contact » Précautions Transmission « gouttelettes » Précautions Transmission « air » Chambre du patient Standardindividuelle individuelle ; porte fermée ; pression négative ; 6-12 renouvellements d’air/heure ; filtrage et sortie d’air vers l’extérieur contrôlés Hygiène des mains avant et après contact avec le patient ; après contact avec du sang, des liquides biologiques, excrétions, muqueuses, peau lésée, pansements ; entre un site corporel contaminé et un autre site corporel; après contact avec des objets de l’environnement du patient ; après le retrait des gants Standard

31 Précautions Standard et mesures spécifiques basées sur le mode de transmission (CDC, 2007) (2) MoyenPrécautions Standard Précautions Transmission « contact » Précautions Transmission « gouttelettes » Précautions Transmission « air » Gantsavant contact avec des liquides biologiques et des objets contaminés ; gants de soins non stériles en entrant dans la chambre ; gants de soins non stériles Standard Blouse d’isolement en cas de contact prévu avec du sang ou un liquide biologique Standard ; en entrant dans la chambre avant contact prévu avec le patient ou les surfaces contaminées de son environnement, ou en cas de diarrhée, de drainage de plaie ouverte ou de sécrétion Standard

32 Précautions Standard et mesures spécifiques basées sur le mode de transmission (CDC, 2007) (3) MoyenPrécautions Standard Précautions Transmission « contact » Précautions Transmission « gouttelettes » Précautions Transmission « air » Masques ou lunettes de protection avant toute procédure à risque de projection de sang, de liquide biologique, de sécrétion, d’excrétion Standardport d’un masque en entrant dans la chambre ; lunettes de protection standard respirateur N95 agréé par le NIOSH, et testé (test d’ajustement) Exemplestous les patients, indépendamment de leur statut infectieux (suspecté ou confirmé), dans tout environnement de soins bactérie multi- résistante (SARM, ERV), Clostridium difficile, diarrhée, infection à VRS méningite, coqueluche, grippe, oreillons, rubéole, diphtérie tuberculose, variole; pas de recommandation sur le type de masque à porter en cas de rougeole, varicelle

33 Simple évidence… L’hygiène des mains est la plus simple et la plus efficace des mesures pour prévenir la transmission des germes et réduire les IAS

34 Contrainte de temps = Obstacle majeur à l’hygiène des mains Durée recommandée du lavage des mains au savon et à l’eau : secondes Durée moyenne effective consacrée par le personnel soignant : <10 secondes

35 Autres obstacles majeurs dans certains établissements de soins Manque de lavabos et accès permanent à de l’eau courante et propre limité, approvisionnement insuffisant en savon et essuie-mains sur le lieu de travail

36 La friction hydro-alcoolique est le gold standard dans toutes les autres situations de soins Le lavage des mains au savon et à l’eau est recommandé lorsque les mains sont visiblement sales ou exposées directement à des liquides biologiques Friction hydro-alcoolique : la solution aux obstacles à l’hygiène des mains

37 Contrainte de temps = Obstacle majeur à l’hygiène des mains Lavage : secondes Friction : secondes

38 Durée appliquée aux méthodes d’hygiène des mains et réduction de la contamination bactérienne 015sec30sec1 min2 min3 min4 min Contamination bactérienne (réduction moyenne 10 log) Lavage Friction Pittet and Boyce. Lancet Infectious Diseases 2001 La friction hydro-alcoolique est :  plus efficace  plus rapide  mieux tolérée

39 Partie 4 Recommandations de l’OMS pour l’Hygiène des Mains au cours des Soins, stratégie et outils de mise en œuvre

40 Stratégie et outils de mise en œuvre des Recommandations de l’OMS pour l’Hygiène des Mains au cours des Soins ConnaissanceAction

41 Outils de mise en œuvre : Rappels et incitatifs sur le lieu de travail ■Affiche – Les 5 Indications de l’Hygiène des Mains ■Affiche – La Friction Hydro-alcoolique: Comment ? ■Affiche – Le Lavage des Mains: Comment ? ■Dépliant – Hygiène des Mains : Quand et Comment ■Ecran de veille – SAVE LIVES: Clean Your Hands

42 Partie 5 Pourquoi, comment et quand pratiquer l’hygiène des mains au cours des soins

43 Mes mains sont-elles propres ? SAVE LIVES : Clean Your hands

44 Hygiène des mains – Pourquoi ? ■Tout professionnel et toute autre personne impliqués dans les soins dispensés aux patients sont concernés par l’hygiène des mains En tant que professionnel de soins : ■L’hygiène des mains me concerne directement ! ■Je pratique l’hygiène des mains pour : ■Protéger le patient des germes présents sur mes mains ou sur sa propre peau ■Me protéger ainsi que l’environnement des soins de la dissémination des germes

45 L’hygiène des mains est réalisée sur le lieu même où je dispense des soins aux patients (lieu de soins) Au cours des activités de soins, je pratique l’hygiène des mains selon l’approche des « 5 indications » Pour l’ antisepsie des mains, je préfère la friction avec un produit hydro- alcoolique, si possible. Pourquoi? Parce que le produit est disponible, accessible sur le lieu de soins, parce que la friction hydro-alcoolique est plus rapide, plus efficace et mieux tolérée Lorsque mes mains sont visiblement souillées, je lave mes mains au savon et à l’eau. Je respecte la technique et la durée recommandées pour la friction hydro- alcoolique ou pour le lavage au savon et à l’eau Règles fondamentales et individuelles de l’hygiène des mains

46 ENVIRONNEMENT DE SOINS ZONE PATIENT Représentation géographique du risque de transmission Site critique présentant un risque infectieux pour le patient Site critique présentant un risque d’exposition à un liquide biologique

47 Définitions : Environnement de soins et zone patient (1) ■Du point de vue de chaque patient, le milieu dans lequel il reçoit des soins se compose de deux zones géographiques virtuelles : la zone patient et l’environnement de soins ■Zone patient : espace limité qui comprend le patient lui-même et des surfaces et objets qui lui sont temporairement et exclusivement dédiés, tels que les surfaces inertes touchées par le patient ou en contact direct avec le patient (par exemple: literie, barrières de lit, chaise, table de nuit, tubulure de perfusion, moniteur de surveillance, bouton sur un appareil médical, et tout autre équipement médical)

48 Définitions : Environnement de soins et zone patient (2) ■Environnement de soins : correspond à l’ensemble d’un établissement de soins, en dehors de la zone d’un patient donné, qui comprend toutes les surfaces et tous les autres patients et leurs zones respectives. L’environnement de soins est caractérisé par la présence de nombreuses espèces microbiennes différentes, y compris les germes multi-résistants

49 H Sax, Hôpitaux Universitaires, Genève, 2006 Avant contact Avant 3 5 Comment les mains se déplacent et touchent le patient, les objets, les surfaces de la zone patient

50 L’HYGIENE DES MAINS OPTIMALE EST REALISEE SUR LE LIEU DE SOINS

51 Lieu de soins : définition (1) ■Lieu de convergence de trois éléments – le patient, le professionnel en contact avec le patient et le soin ou traitement délivré au patient (dans la zone patient) ■La notion de « lieu de soins » intègre la nécessité de pratiquer l’hygiène des mains au moment opportun sur le lieu même où les soins sont dispensés ■Cela implique qu’un produit hydro-alcoolique est, lorsqu’il est disponible, au plus près ou à portée de main du professionnel soignant, là où il dispense les traitements et les soins. Le produit mis à disposition sur le lieu de soins doit être accessible sans que le soignant quitte la zone patient

52 Lieu de soins : définition (2) ■Le produit hydro-alcoolique sur le lieu de soins permet au personnel soignant de satisfaire aux 5 indications de l’hygiène des mains (expliquées ci-après) ■Le produit hydro-alcoolique sur le lieu de soins est réalisée par la mise à disposition de flacons de poche individuels, de distributeurs muraux, de distributeurs fixés sur les lits ou sur les tables de nuit des patients, ou sur les chariots et autres plateaux emmenés sur le lieu de soins

53 Produits hydro-alcooliques accessibles sur le lieu de soins

54 Pratiquer l’hygiène des mains dès que le geste exposant effectivement ou potentiellement aux liquides biologiques est terminé (et après retrait de gants) ! Pour protéger le professionnel d’une infection par les germes dont le patient est porteur et pour protéger l’environnement des soins d’une dissémination de ces germes. Pratiquer l’hygiène des mains en quittant la zone patient, après en avoir touché un objet ou une surface, à l’exclusion de tout contact avec le patient ! Pour protéger le professionnel d’une colonisation par des germes du patient, présents dans la zone patient, et pour protéger l’environnement de soins d’une dissémination de ces germes Pratiquer l’hygiène des mains en quittant le patient et la zone patient, après avoir touché le patient ! Pour protéger le professionnel d’une colonisation par des germes dont le patient est porteur et pour protéger l’environnement des soins d’une dissémination de ces germes. Pratiquer l’hygiène des mains immédiatement avant de toucher un site critique présentant un risque infectieux pour le patient ! Pour protéger le patient d’une infection par inoculation de germes, y compris ceux dont il est lui-même porteur. Les 5 indications de l’hygiène des mains Pratiquer l’hygiène des mains en approchant le patient, avant de le toucher ! Pour protéger le patient des germes présents sur les mains des soignants.

55 Les « 5 Indications »: une approche qui s’applique à tous les soins impliquant le contact avec le patient, quelle que soit la structure dans laquelle les soins sont délivrés

56 Situations illustrant le contact direct avec le patient :  Serrer la main du patient, caresser le front d’un enfant  Aider à la mobilisation ou à la toilette d’un patient  Appliquer un masque à oxygène, pratiquer un massage  Mesurer les pulsations et la tension artérielle, ausculter les poumons, palper l’abdomen, enregistrer un ECG Pouvez-vous citer des situations de votre pratique quotidienne des soins illustrant cette indication ?

57 Situations illustrant des gestes aseptiques :  Brosser les dents du patient, instiller des gouttes oculaires  Soigner une lésion cutanée, refaire un pansement, pratiquer une injection sous- cutanée  Insérer un cathéter, ouvrir un système d’accès vasculaire ou un système de drainage, aspirer des sécrétions  Préparer des repas, des médicaments, du matériel stérile Pouvez-vous citer des situations de votre pratique quotidienne des soins illustrant cette indication ?

58 Situations illustrant les risques d’exposition à des liquides biologiques :  Brosser les dents du patient, instiller des gouttes oculaires, aspirer des secrétions  Soigner une lésion cutanée, refaire un pansement, pratiquer une injection sous- cutanée  Prélever et manipuler un échantillon de liquide biologique, ouvrir un système de drainage, insérer et retirer une sonde endo-trachéale  Evacuer des excrétions (urine, selles, vomissements), manipuler des déchets (bandage, serviette hygiénique, couche d’incontinence), nettoyer du matériel et des surfaces contaminés ou visiblement souillés (literie, cuvette de wc, urinal, bassin, instrument médical) Pouvez-vous citer des situations de votre pratique quotidienne des soins illustrant cette indication ?

59 Situations illustrant le contact direct avec le patient :  Serrer la main du patient, caresser le front d’un enfant  Aider à la mobilisation ou à la toilette d’un patient  Appliquer un masque à oxygène, pratiquer un massage  Mesurer les pulsations et la tension artérielle, ausculter les poumons, palper l’abdomen, enregistrer un ECG

60 Situations illustrant le contact avec l’environnement du patient :  Changer de literie, sans le patient alité  Régler un débit de perfusion  Régler une alarme de monitorage  Relever une barrière de lit, s’appuyer contre un lit ou une table de nuit  Ranger et nettoyer la table de nuit Pouvez-vous citer des situations de votre pratique quotidienne des soins illustrant cette indication ?

61 Les recommandations de l’OMS combinées en 5 indications de l’hygiène des mains Les 5 indications d l’hygiène des mains Recommandations consensuelles Recommandations de l’OMS pour l’Hygiène des mains au cours des Soins Avant de toucher un patient D.a) Avant et après avoir touché un patient (IB) 2.Avant un geste aseptique D.b) Avant de manipuler un dispositif médical invasif pour les soins au patient, indépendamment du port de gants (IB) D.d) Passer d’un site corporel contaminé à un autre site corporel lors des soins à un même patient (IB) 3.Après un risque d’exposition à un liquide biologique D.c) Après avoir touché des liquides biologiques ou excrétions, des muqueuses, une peau lésée ou un pansement (IA) D.d) Passer d’un site corporel contaminé à un autre site corporel lors des soins à un même patient (IB) D.f) Après avoir retiré des gants stériles (II) ou non stériles (IB) 4.Après avoir touché un patient D.a) Avant et après avoir touché un patient (IB) D.f) Après avoir retiré des gants stériles (II) ou non stériles (IB) 5.Après avoir touché l’environnement d’un patient D.e) Après avoir touché des surfaces et objets inanimés (matériel médical inclus) à proximité immédiate du patient (IB) D.f) Après avoir retiré des gants stériles (II) ou non stériles (IB) Tableau des correspondances entre les 5 Indications et les Recommandations de l’OMS

62 De façon à éliminer les germes et à en réduire leur croissance sur les mains, la friction hydro-alcoolique doit être pratiquée selon les étapes illustrées ci-contre. Elle ne dure que 20 à 30 secondes ! La friction hydro-alcoolique – Comment ?

63 Le lavage des mains : Comment ? De façon à éliminer les germes et à en réduire leur croissance sur les mains, la procédure de lavage des mains doit durer 40 à 60 secondes et être réalisée selon étapes illustrées ci-contre

64 Hygiène des mains et usage des gants (1) GANTS ET HYGIENE DES MAINS = MAINS PROPRES GANTS SANS HYGIENE DES MAINS = TRANSMISSION DES GERMES

65 Hygiène des mains et usage des gants (2) ■Le port de gants ne dispense pas de l’hygiène des mains ! ■Les gants doivent être retirés pour pratiquer l’hygiène des mains lorsqu’elle est indiquée ■Les gants doivent être employés strictement et uniquement lorsqu’ils sont indiqués (cf. schéma pyramidal de la brochure « Hygiène des Mains : Pourquoi, Comment et Quand » et de la fiche d’information sur l’Usage des Gants). L’usage inapproprié des gants constitue un risque majeur de transmission de germes

66 ≠ Points-clés de l’hygiène des mains et de l’usage des gants (1) ■L’usage des gants ne modifie en rien les indications de l’hygiène des mains ■L’usage des gants ne remplace pas l’hygiène des mains

67 Points-clés de l’hygiène des mains et de l’usage des gants (2) Coïncidence des indications de l’hygiène des mains et de l’usage des gants ■Lorsque des indications de l’hygiène des mains de type « avant » coïncident avec l’usage des gants, l’hygiène des mains doit précéder immédiatement l’enfilage des gants 1 22

68 Points-clés de l’hygiène des mains et de l’usage des gants (3) Coïncidence des indications de l’hygiène des mains et de l’usage des gants ■Lorsque des indications de l’hygiène des mains de type « après » coïncident avec l’usage des gants, l’hygiène des mains doit suivre immédiatement le retrait des gants 1 2

69 Points-clés de l’hygiène des mains et de l’usage des gants (4) Lorsqu’une indication de l’hygiène des mains se présente, alors que le professionnel porte des gants, ceux-ci doivent être retirés pour permettre l’hygiène des mains. Au besoin, les gants sont changés

70 L’ amélioration de l’hygiène des mains dans les établissement de soins est désormais possible ! La protection des patients et des professionnels est un devoir ! Chacun est acteur du changement ! Le contrôle des infections est à portée de tout le monde... Une mesure simple sauve des vies !

71 Partie 6 L’observation des pratiques d’hygiène des mains des professionnels soignants

72 Les 5 indications de l’hygiène des mains

73 Coïncidence de deux indications (1) Activité de soins

74 Coïncidence de deux indications (2) Activité de soin

75 En résumé ■Les infections associées aux soins ont un impact sur la morbidité et des conséquences économiques significatifs pour les patients et les systèmes de santé ■L’hygiène des mains – le simple fait de pratiquer l’hygiène des mains aux moments opportuns et de manière appropriée – permet de sauver des vies ■Il y a 5 indications de l’hygiène des mains au cours des soins ■L’observance mondiale à ces 5 indications est universellement insuffisante ■L’institution X a mis en œuvre un plan d’action destiné à promouvoir l’hygiène des mains et à réduire les infections ■Votre soutien et votre adhésion à ces initiatives sont primordiaux pour sauver des vies dans notre établissement

76 Pour plus d’informations… ■Contacter ■Consulter le site SAVE LIVES: Clean Your Hands :


Télécharger ppt "Pour que nous puissions dire à nos patients : “Vous êtes en de bonnes mains…” Prévention des infections nosocomiales et maîtrise de la résistance par la."

Présentations similaires


Annonces Google