La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La scénarisation c’est définir son objectif en vue de réaliser une capsule vidéo pour une classe-inversée Sommaire 2. Réflexions approfondies sur les.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La scénarisation c’est définir son objectif en vue de réaliser une capsule vidéo pour une classe-inversée Sommaire 2. Réflexions approfondies sur les."— Transcription de la présentation:

1

2 La scénarisation c’est définir son objectif en vue de réaliser une capsule vidéo pour une classe-inversée Sommaire 2. Réflexions approfondies sur les attentes et les modalités 1. Scénariser c’est choisir son outil Introduction sur les choix des outils en vue d’une scénarisation 5. La granularisation et ses découpages 4. La scénarisation en quatre points 3. Définition de l’objectif pédagogique au regard des notions de scénarisation globale et détaillée Page 1

3 Si les enseignants se trouvent confrontés à un choix difficile parmi la variété des outils et des supports numériques à disposition, ils peinent aussi à élaborer le scénario pédagogique permettant la combinaison des savoirs, des capacités mobilisées et d’outils cohérents. La difficulté majeure n’est-elle pas de savoir comment scénariser une formation ? Page 2

4 La conception des ressources pédagogiques dans le contexte d'une plate-forme requiert une attention particulière. Il s'agit de supports que les apprenants pourront utiliser en ligne, en toute autonomie. Contrairement à ce qui se passe dans un cours traditionnel, vos apprenants ne sont pas en face de vous et vous ne pouvez pas repérer d'un simple coup d'œil ceux qui n'ont pas compris, ont besoin d'être encouragés ou dont l'attention s'émousse... il faut cependant penser à tout cela : anticiper. Suivre un cours seul, hors de la classe, comme vous le faites actuellement, peut vite devenir ennuyeux (n'est-ce pas ?) ; il faut imaginer des activités qui aideront à maintenir l'attention, éviter les lectures fastidieuses : rendre actif. Le support d'internet prend tout son intérêt lorsque l'on combine divers media (texte, image, vidéo, audio...) : si la lecture d'un texte à l'écran est fastidieuse, l'insertion d'illustrations ou de vidéos peut le rendre plus attrayant. N.B. Principe de variété de Marcel LEBRUN Pour résumer : anticiper, rendre actif et tirer partie du multimédia sont en ligne de mire tout au long de la conception des ressources pédagogiques !

5 La première étape consiste à découper votre cours en unités pédagogiques (leçons, modules, grains...) on utilise le terme générique de grain pédagogique. Ce découpage est probablement déjà réalisé, il est identique à celui de vos fiches de cours. Il a pour point de départ une analyse des besoins : Quels sont les objectifs ? Quels sont les contenus pédagogiques ? Quelles sont les modalités de formation ? Quel est le public cible et quelles sont ses caractéristiques (niveau, compétences...) ? Quelles seront les situations pédagogiques ?

6 D’abord choisir son outil 1. Exemple vide Pour scénariser votre contenu, je vous conseille d’utiliser le logiciel PowerPoint ou ce gabarit gabarit Démarrer Car vous pouvez disposer vos textes, vos photos, sons, vidéos comme bon vous semble…

7 Page 6 Il est donc nécessaire de mener une réflexion approfondie autour des questions suivantes : Quel est le public visé ? Professionnel ou scolaire ? Formation initiale ou continue? Pourquoi ce module de formation est-il proposé ? Est-il nécessaire à la cohérence de l’ensemble de la formation ? Quels savoirs, quelles capacités/compétences sont à mobiliser ? Quels savoirs, quelles capacités/compétences seront développées ? Une pratique ou une observation sur le terrain est-elle requise ?

8 Page 7 Il est donc nécessaire de mener une réflexion approfondie autour des questions suivantes : 1. Déterminer le public visé et le contexte L’âge, le niveau, le profil des apprenants, le cadre de la formation (initiale ou continue, scolaire ou professionnelle), Prenons un exemple : une formation portant sur la « pratique des outils de communication ». L’objectif dans le cadre d’une formation professionnelle pourrait être :« utiliser des outils de communication professionnelle ». Cet objectif est-il le même dans le cadre scolaire ? Non car le public, le cadre et le contexte ne sont pas identiques. Dans le cadre scolaire on pourrait d’avantage construire la formation autour de l’objectif suivant : « Utiliser les outils collaboratifs au lycée ». Si l’usage et la pratique des outils de communication différent selon le public visé alors l’objectif est à différencier.

9 Page 8 2. Définir les objectifs généraux de la formation Le concepteur pédagogique fixe les objectifs visés par la formation en répondant à une simple question : «Qu’est-ce que l’apprenant sera capable d’être, de faire ou de savoir, à la fin de cette formation ? ». La réponse permet de circonscrire précisément l’objectif. La scénarisation nécessite un travail de conception en profondeur centré sur le point de vue de l’élève comme acteur principal de son apprentissage.

10 Page 9 3. Vérifier la cohérence de l’objectif avec le but visé La réflexion autour de l’objectif doit être complétée par l’identification du but recherché. Ainsi, à partir de l’exemple précédent, l’objectif est que l’apprenant soit capable de comprendre le cours. Mais dans quel but ? Afin de l’appliquer personnellement dans ses supports de cours. Si l’enseignant a suivi les 3 étapes, il est être à même de compléter la formulation suivante : « A la fin de la formation………, l’apprenant est capable de………. afin de………… ».

11 Page Vérifier la cohérence de l’objectif avec le but visé « A la fin de la formation………, l’apprenant est capable de………. afin de………… ». Enrichir les ressources d’apprentissage trouvé sur des livres, des documents, des vidéos, internet : « elles seront plus variées, plus authentiques, ouvertes sur des pratiques sur le monde professionnel » par exemple. Augmenter mes interactions avec mon publique de cours Rendre les participants davantage actifs Familiariser les étudiants avec des outils et démarches professionnelles Mettre en œuvre des compétences de plus haut niveau (faciliter l’esprit critique, l’esprit de synthèse, faciliter l’expression de l’avis personnel) Expérimenter des pratiques innovantes.

12 Page Le séquençage, un travail pédagogique approfondi À chaque séquence correspond généralement un objectif d’apprentissage. On observe cependant qu’une pluralité d’objectifs est à atteindre lors d’une séquence. Le choix de l’une ou de l’autre option varie alors selon la formation et le public auquel elle s’adresse. Les objectifs sont donc multiples. Le pédagogue confronté à cette diversité peut se tourner vers le travail réalisé par Bloom qui propose une démarche par niveaux et identifie différents objectifs éducationnels.

13 Page La conception de l’objectif d’apprentissage Si le thème de la séquence concerne l’étude du Il convient de distinguer l’identification des différents os d’un squelette et leurs rôles. Nous avons deux apprentissages différents donc deux activités à prévoir.

14 Page La technique des 5 w pour « Who, What, Where, When, Why ? En anglais ou QQOQCP (pour « Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Et pourquoi en français? I

15 Page Introduction J’ai remarqué durant ma progression de la formation « Tout le long de la vie » sur le Net et notamment lors du Mooc Elearn2 que la compréhension des termes était primordiale et les resituer dans leurs contextes l’était tout autant. La notion scénario globale est un schéma idéalement accompagné d’un texte qui précise la portée de l’enseignement dans le déroulé. Le scénario détaillé quant à lui précise une partie du déroulé. Qu’elle en est la différence ?

16 Page 15 Elle se réalise en 4 points

17 Page 16 Précise :  le public cible des apprenants  La durée du cours  La charge de travail des apprenants, exprimée en heures de crédit ECTS à valeur européenne ou en heures d’apprentissage stagiaire  Le type de certification auquel aboutira la formation dispensée en modèle hybride à distance et en présentiel, la formation est ici dispensée à 80 % à distance et à 20 % en présentiel lors d’un retour de stage ou d’une évaluation de fin de module 1 er Point :

18 Page 17 2 ème point : Précise :  Si la formation a lieu en présentiel ou à distance  La durée de la formation et les lieux.

19 Page 18 3 ème Point : Précise :  Les objectifs ou sous-objectifs à atteindre  Les modalités d’évaluation  Le type d’activités d’apprentissage  Le découpage de la matière à apprendre en séquences / chapitres  Eventuellement les modalités de tutorat

20 Page 19 4 ème point : Précise :  Les objectifs à atteindre  Les modalités d’évaluation  Le type d’activités d’apprentissage.  Le découpage de la matière en : Séquences / Chapitres / paragraphes  Fixe les modalités de tutorat.

21 Page 20 La granularisation consiste, en autant de grains que nécessaire. Granulariser un parcours, c’est le découper en « grain pédagogique ». C’est à dire en unité autonome qui permet de transmettre un savoir, savoir-faire ou savoir être à l’apprenant. Ce grain sert peut être à découper les thèmes, les matières enseignées, un chapitre, une leçon, un paragraphe, … Les unités combinées entre elles forment la progression pédagogique.

22 Page 21 Chaque grain doit correspondre à un objectif précis et clairement formulé. On peut choisir comme guide de découpage soit une approche thématique, soit une approche par objectif pédagogique. La question à se poser : quel est l'objectif (ou les objectifs) de ce grain ? Chaque grain doit comporter une ou plusieurs activités. La question à se poser : quelle activité permettra d'atteindre tel objectif ? Il doit être possible d'évaluer l'atteinte de l'objectif. La question à se poser : comment vais-je évaluer ce grain ?

23 Page 22 Scénariser un grain pédagogique, c'est déterminer les activités que devront réaliser les apprenants en fonction de l'objectif défini et concevoir leur parcours au travers de ces activités. Ce parcours peut être plus ou moins imposé : de forme linéaire (parcourir les étapes dans un ordre pré-établi) ou libre (l'apprenant choisit lui même dans quel ordre il les effectue). Moodle ou la plateforme Claco favorise la conception de parcours libres, s'appuyant sur l'autonomie des apprenants, cependant rien ne vous empêche de leur proposer un plan d'étude indiquant un ordre de réalisation.Claco

24 Un grain pédagogique est : Autonome : Chaque grain pédagogique peut-être utilisé de manière indépendante Réutilisable : Dans d’autres contextes et par d’autres enseignants ou formateurs Compilable : Chaque utilisateur peut créer sa propre collection de grains Métadonnable : Chaque grain pédagogique est décrits par des mots-clefs pour faciliter la recherche Capsulable : La plus petite unité d’un scénario pédagogique peut durer de 2 à 15 mn

25 Page 24 Contenu du grain 11 22

26 Page Formuler le sujet et l’objectif du cours Il s’agit ici de faire le choix de votre SujetSujet EtEt De vos Il doit être précis et univoque

27 Page 26 Il peut s’agir d’une présentation, d’un événement, d’un récit auto-biographique, d’une matière de cours ( Français, Histoire, Géographie°)… d’une courte explication d’un paragraphe … d’un point que vous êtes amené à soulever lors d’une difficulté d’incompréhension d’un ou plusieurs élèves. Pour être sûr que votre sujet est valable, il doit comporter un verbe d’action… Après avoir consulté cette vidéo vous serez capable de…verbe d’action 2. Un sujet cela peut être quoi ?

28 Quelques exemples de verbes d’action Quelques exemples de verbes d’action : Reconnaître : Consiste à manipuler l’information de façon basique, c’est là qu’on trouve des opérations simples comme identifier, lister, discriminer etc. Comprendre : correspond à un traitement de l’information, un apprenant qui a compris l’information est capable de la restituer en la reformulant ou en donnant un exemple. Les QCM et les exercices de mise en relations sont bien adaptés pour travailler à ce niveau 3. Formuler ses objectifs de cours par des verbes d’action.

29 Quelques exemples de verbes d’action Quelques exemples de verbes d’action : Appliquer: Consiste pour l’apprenant à mettre une règle, une méthode ou a mobiliser des situations ordinaires. Analyser : on travaille à présent au niveau de l’outil, la règle, la méthode, on cherche alors quelles sont ses composantes et comment elles fonctionnent. Les corrections ouvertes lors d’un enseignement demandent à être corrigé par un enseignant.

30 Quelques exemples de verbes d’action Quelques exemples de verbes d’action : Evaluer: Relève du jugement, l’apprenant s’exerce ici à faire des hypothèses et à estimer un cours à partir de critères. Créer : Lorsqu’on est arrivé au bout d’une méthode et de son analyse spécifique et que les méthodes ne fonctionnent plus, il faut rectifier les outils existants ou en proposer de nouveaux. La conception d’outils et de nouvelles théories relèvent du niveau créer. Relève des outils Relève de la mise en pratique

31 Page 30 Vous serez amené à faire la différence entre la scénarisation Globale et détaillée. Reprend le processus dans son entiéreté Faire le zoom sur une partie du processus Lecture du storyboard Tournage de la capsule vidéo

32 Page Rédiger le texte audio Nous fabriquerons un tableau à 3 colonnes

33 Page Rédiger le texte audio

34 Page Rédiger le texte audio

35 Page Rédiger le texte audio

36 Page Enregistrer le texte Pour cela utiliser Audacity en enregistrant votre texte à l’aide de votre casque audio au format MP3 ou Bien mettez votre texte dans le logiciel DSpeech et enregistrer-le au format MP3 Veuillez cliquer sur le bouton De couleur rouge pour enregistrer

37 Page Participer au projet de scénarisation de cours Participer au projet de scénarisation de cours Parties prenantes UtilisateursUtilisateurs Organismes financiers Maître d’oeuvre Equipier projet Chef de projet


Télécharger ppt "La scénarisation c’est définir son objectif en vue de réaliser une capsule vidéo pour une classe-inversée Sommaire 2. Réflexions approfondies sur les."

Présentations similaires


Annonces Google