La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Comment améliorer la compétitivité de l’ économie Mauritanienne Luc De Wulf Banque mondiale Juillet 30, 2003.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Comment améliorer la compétitivité de l’ économie Mauritanienne Luc De Wulf Banque mondiale Juillet 30, 2003."— Transcription de la présentation:

1 Comment améliorer la compétitivité de l’ économie Mauritanienne Luc De Wulf Banque mondiale Juillet 30, 2003

2 Schéma de la présentation 1. Initiative Cadre Intègre : son importance dans le diagnostic et plan d’ Action –appui extérieur. 2. Compétitivité internationale : définition 3. Facteurs qui impactent sur cette compétitivité a. Taux de Change effectif b. Tarif douaniers c. Procédures douanières d. Accès au crédit e. Coûts des facteurs de production: routes, eau, main d’œuvre,. f. Contexte des affaires et compétitivité, etc. g. Facteurs d’ ordre institutionnel 4. Nécessite d’ un Plan d’ Action—de nouveau le Cadre Intègre

3 1.Initiative cadre Integre Bref rappel Initiative crée en 1966—OMC Réanime en 2000 Diagnostic de l’intégration de la Maurétanie dans l’économie internationale Présentation du rapport:Atelier Décembre 2001 Validation par G’nt Mauritanien : Printemps 2002 Réunion Bailleurs de Fonds : fin Suivi : en cours de mise en oeuvre….

4 2. Compétitivité des exportations Définition Offrir des biens et services:.  bonne qualité;  prix compétitif pour la qualité offerte;  offrir les produits qui sont en demande par le consommateur international.

5 3. Facteurs avec un impact sur la compétitivité

6 a. Taux de Change Taux de change effectif.

7 L’importance de cette dépréciation sur les exportation Secteur minier : contrainte de l’ offre; développement du marche mondial lus important; contrats a long terme. Secteur de la pêche : contraintes structurelles et sur-exploitations; niches non traditionnelles— filets, etc. Exportations non-traditionnelles : agriculture, tele- travail, manufacturier, commerce régional, etc.

8 b. Régime commercial Tarifs renchérissent les importations et donnent une incitation a la substitution des importations. En fait ils biaisent les incitations économiques contre les exportations.

9 Tableau 1 : Points saillants de la structure tarifaire NPF de la Mauritanie, 2001 (en pourcentage) 2001 Nombre de taux4 Tarif simple moyen10,6 Écart type (moyenne simple)7,6 Lignes en franchise de droit690 Tarif maximal20 « Pics » tarifaires intérieurs (trois fois le tarif global moyen)0 Part des taux ad valorem100 Part des taux consolidés15,1 Par secteur : Selon le SH : Agriculture (SH 01-24)13,8 Industrie (SH 25-97)10,0 Source : Secrétariat de l’OMC ; données fournies par les autorités mauritaniennes. Tableau 1 Traits saliants de la Structure tarifaire de la Mauritanie (en %)

10 Droits tarifaires, 2001Fardeau fiscal total, Ensemble des produits10,6 (7,6)33,5 (8,6) Selon l’étape de transformation : Matières premières9,8 (8,3)31,2 ((8,9) Biens intermédiaires8,0 (6,6)30,5 (6,9) Biens transformés12,3 (7,6)35,2 (8,4) Selon la fonction : Biens d’équipement6,0 (5,1)26,1 (5,9) Biens intermédiaires8,9 (7,2)30,9 (8,3) Biens de consommation16,7 (5,9)39,2 (6,7) Tableau 3 Droits tarifaires, stade de transformation, en %

11 c. Procédures douanières Dédouaner les importations cause des frais qui ont le même impact que les tarifs et donc ont un effet anti-export. A travers le monde les procédures douaniers dans beaucoup de pays sont très coûteuses en temps perdue, tracasseries, corruption et frais divers. Sans aller dans les détails les services douaniers doivent se moderniser et minimiser les coûts des importations et éliminer tant que peut la corruption.

12 Modernisation des services douaniers Simplifier les procédures douaniers, en combinaison avec l’ Utilisation maximale du système automatise: SYDONIA – impact sur la celerite des transactions et transparence. Appliquer la sélectivité des inspections: analyse de risque. Mieux gérer l’évaluation en douanes-OMC

13 d. Facteurs de production Main d’œuvre Moins coûteux que dans les pays voisions, ($30 par mois compare avec $50 au Sénégal ) mais qualité laisse a désirer ; Bas salaires n’est reflète en gain de compétitivité que quand cela est accompagne par une bonne productivité Productivité est fonction de (i) Code de Travail flexible et discipline des travailleurs, mais surtout (ii) bonne formation; formation de base, professionnelle pointue.

14 Accès au Crédit a Coût raisonnable Secteur financier n’est pas bien développe et régresse. En 1999 masse monétaire : 15% du PIB (21% en 1980). Autres PMA: 25 % en 1998 et 35% en 1995!!! Marges d’intermédiation sont généreux (10% avec inflation de 5%). Ceux ci couvrent le risque mais aussi reflète une manque de compétitivité et concentration excessive dans le secteur. Crédits sont surtout crédits a court terme, commerciales… Solutions: stimuler la compétition (rôle des banques eétrangeres); pourvoir meilleure information aux banques pour apprécier le risque (Banque de Bilans, Centrale de Risques, Centrale d’ Incidents de Payement).

15 Télécommunications Coûts de telecommunications peuvent être un handicap important pour l’intégration dans l’économie internationale; accès a l’information et contact avec la clientèle. Coûts des appels téléphoniques et accès Internet sont chers en Mauritanie. Futur du télétravail (important au Maroc, Indes, Philippines) dépend largement de ces coûts. Voir possibilité de plus de compétition encore. Renforcer bonne réglementation.

16 Électricité Part importante des coûts de production. Coût de l’ Électricité les plus élèves de la région. Pannes trop fréquentes… utilisation de générateurs coûteux. Gestion de SOMALEC devrait résulter en coûts réduits. Quid de sa privatisation? Promesses de Manantali

17 Eau Coût des plus élèves de la région (+20 plus qu’en Cote d’ Ivoire, +60% qu’au Ghana). Investissement important nécessaire. Eau moins chère aidera aussi la santé de la main d’œuvre – productivité-- et réduira a cherté de vie –et demandes salariales--car dépenses pour l’eau potable figure largement dans les dépenses des ménages.

18 Transport Facteur très important de compétitivité pour vendre dans le marche local, régional et international. Marche régional est le tremplin pour le marche international. Routes: accélérer investissements pour Nouakchott- Nouadhibou et routes du Sud. Monopole de facto de le Fédération Nationale des transporteurs. Question: Est ce que l’ iinfrastructure est handicap a l’investissement? Voir Handicaps important au Cameroun, Kenya, Malawi; pas trop serieux Code d’Ivoire, Namibie, Afrique du Sud.

19 Transport maritime: Coûteux en partie résultat du maigre volume. Coordination régional apporte une partie de solution (transport des produits de GDM en coordination avec +GDM associe au Cameroun). Transport aérien: des progrès récents tres importants dans la libéralisation du secteur, mais destination Mauritanie est toujours très chère. Vols nolises toujours a libéraliser davantage?

20 e. Contexte d’ affaires et compétitivité Régime fiscal s’est beaucoup améliore depuis le budget Taux effectifs marginaux d’imposition,2000 Régime fiscal habituelAvec les avantages du Code d’investissement IndustrieServicesIndustrieServices Mauritanie ,919,1 Mali41,034,620,421,9 Sénégal45,435,723,018,1 Maroc29,228,723,321,7 Tunisie33,843,122,329,1 Pologne20,017,16,16,0

21 Cadre judiciaire et le Code Commercial se sont considérablement améliore…mais le système judiciaire laisse a désirer. Aussi la législation sur la concurrence devrait être applique. Application transparente et fluide du Code d’Investissement. Nouveau Code??? Guichet unique qui fonctionne pour attirer l’investissement extérieur?

22 Bonne Gouvernance Études récentes démontrent que la performance de l’économie en général et le s exportations et l’attrait pour les investissements extérieurs est tres influence par la perception de bonne gouvernance. Je n’ai pas sous la main les données de la Mauritanie. Mais certaines statistique d’autres pays tires du site Internet de la BM démontrent la variabilité de certain de ces indicateurs de bonne gouvernance.

23 Government Effectiveness

24 Respect de la Loi

25 Perception de Corruption

26 f. Facteurs d’ordre institutionnel Depuis plusieurs années maintenant l’importance sur le développement de bonnes institutions est mieux reconnue. Ces institutions sont du secteur public et prive Public: responsabilités régaliennes: assurer les bonnes incitation, negotiations internationales, collecte de statistiques, mobiliser pour que toutes les instances publiques aident les transactions internationales, etc. Ministère, Sous Ministère attache a une Ministère de l’Économie, Secrétariat?

27 Secteur prive : Promotion des exportations qui est du ressort des Associations Professionnelles qui devraient s’associer entre eux, avec une aide du secteur public… Nécessite d’accéder aux informations, d’assurer la qualité des produits exportes afin qu’ils soient acceptes dans les marches internationaux. Possibilité d’un Office de Promotion des Exportations –OPE. Pas de structures modèles, chaque pays se doit de se doter d’une structure pertinente en fonction des particularistes du pays et de la structure de production et exportation. Approche pragmatique est importante.

28 4. Plan d’ Action La compétitivité ne vient pas spontanément. Si elle fait absence – faible intégration dans le commerce international, ce est le constat pour la plus part des PMA-elle peut être le résultat de la mise en oeuvre d’un plan d’ Action bien cible. Partenaires au développement peuvent aider, ne peuvent se substituer aux efforts nationaux. Volonté politique et priorité Préparer des indicateurs clair, avec un timing et suivi.

29 Merci !!


Télécharger ppt "Comment améliorer la compétitivité de l’ économie Mauritanienne Luc De Wulf Banque mondiale Juillet 30, 2003."

Présentations similaires


Annonces Google