La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Relation décroissante entre demande et prix peut être justifiée mathématiquement Prix Quantités Demande 1Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Relation décroissante entre demande et prix peut être justifiée mathématiquement Prix Quantités Demande 1Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2."— Transcription de la présentation:

1 Relation décroissante entre demande et prix peut être justifiée mathématiquement Prix Quantités Demande 1Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2 2- La détermination de l’équilibre partiel de marché 2.1 La construction de la courbe de demande La « loi » de la demande

2 A l’optimum Donc si Px augmente, pour rester à l’optimum, Umx doit augmenter Selon le principe de l’utilité marginale décroissante, la hausse d’Umx ne sera possible que si les quantités consommées de x diminuent  On a donc bien une relation inverse entre prix et quantité consommée d’un bien Double débat : - pertinence empirique (effets Veblen et Giffen) - pertinence épistémologique 2Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2

3  Demande sur le marché correspond à la somme des demandes individuelles Prix Quantités Prix Quantités Prix Quantités Q1Q1 Q2Q2 Q 1 + Q 2 3Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo De la demande individuelle à la demande de marché

4  même principe que pour la courbe de demande : courbe d’offre est établie à partir de l’agrégation des courbes d’offre individuelles Prix Quantités Prix Quantités Prix Quantités Q2Q2 Q2Q2 Q’1Q’1 Q’2Q’2 Q’ 1 + Q’ 2  Agrégation des courbes d’offre permet de faire disparaître le problème de la non-continuité des courbes d’offre individuelles 4Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo La construction de la courbe d’offre

5  Équilibre se définit comme le prix p* tel que : O (p*) = D (p*)  Conclusions des raisonnements précédents débouchent sur l’existence d’une courbe d’offre et d’une courbe de demande monotones Résolution du problème de l’équilibre se fait alors de manière algébrique ou graphique « Le mécanisme de la hausse et de la baisse des prix sur le marché (…) n’est rien d’autre chose qu’un mode de résolution par tâtonnement des équations de ces problèmes » Léon Walras – Eléments d’économie politique pure 5Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo La détermination de l’équilibre

6 OffreDemande Prix Quantités Prix d’équilibre Quantités échangées à l’équilibre 6Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2

7  Caractéristiques de l’équilibre : - Absence de rationnement - Echanges se font uniquement à l’équilibre - Acteurs ne peuvent agir sur l’équilibre de marché 7Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2

8 8  étude d’un marché dont les conditions se rapprochent de celles de la concurrence « Les marchés les mieux organisés sous le rapport de la concurrence sont ceux où les ventes et les achats se font à la criée, par l’intermédiaire d’agents tels qu’agents de change, courtiers de commerce, crieurs, qui les centralisent, de telle sorte qu’aucun échange n’ait lieu sans que les conditions en soient annoncées et connues et sans que les vendeurs puissent aller au rabais et les acheteurs à l’enchère. (…) Voyons donc comment s’exerce la concurrence sur un marché bien organisé, et, pour cela, entrons à la bourse des fonds publics d’un grand marché de capitaux tel que Paris ou Londres. » L. Walras – Eléments d’économie politique pure 2.3 Comment arriver à l’équilibre ? Le tâtonnement walrassien

9 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 29 « Prenons par exemple (…) les opérations sur la rente française 3 % à la Bourse de Paris. Le 3 % est, comme on dit, à 60 fr. Des agents qui ont ordre de vendre à 60 fr. ou moins offrent une certaine quantité de rente 3 %, c’est à dire un certain nombre de titres de 3 fr. de rente sur l’Etat français au prix de 60 fr. Nous appellerons offre effective l’offre ainsi faite d’une quantité déterminée de marchandise à un prix déterminé. Par contre des agents qui ont ordre d’acheter à 60 fr. ou plus demandent une certaine quantité de rente au prix de 60 fr. Nous appellerons demande effective cette demande d’une certaine quantité de marchandise à un certain prix. Nous avons maintenant trois hypothèses à faire suivant que la demande est égale, supérieure ou inférieure à l’offre. 1 ère hypothèse. On demande à 60 fr. une quantité égale à celle qui est offerte à ce même prix. Chaque agent vendeur ou acheteur trouve exactement ce qu’on appelle sa contrepartie chez un autre agent acheteur ou vendeur. L’échange a lieu. Le cours de 60 fr. se maintient ; il y a état stationnaire ou équilibre du marché.

10 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 210 2ème hypothèse. Les agents acheteurs ne trouvent plus leur contrepartie, ce qui prouve que la quantité de 3 % demandée au prix de 60 fr. est supérieure à la quantité offerte au même prix. Théoriquement l’échange doit être suspendu. Les agents qui ordre d’acheter à 60 fr. 05 ou plus demandent à ce prix. Ils vont à l’enchère. Cette enchère produit un double résultat : 1) des acheteurs à 60 fr., qui ne sont plus acheteurs à 60 fr. 05 se retirent ; 2) des vendeurs à 60 fr. 05, qui n’étaient pas vendeurs à 60 fr., surviennent. Les uns et les autres donnent leurs ordres s’ils ne les ont déjà donnés. Ainsi, par un double motif, il y a réduction de l’écart existant entre la demande effective et l’offre effective. Si l’égalité est rétablie, la hausse s’arrête là ; dans le cas contraire, il ya enchérissement de 60 fr. 05 à 60 fr. 10, de 60 fr. 10 à 60 fr. 15, jusqu’au rétablissement de l’égalité entre l’offre et la demande. Il y a alors nouvel état stationnaire à un cours plus élevé. 3 ème hypothèse. Les agents vendeurs ne trouvent plus leur contrepartie… A vous de compléter le raisonnement…

11 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 211 Formulation mathématique du tâtonnement Définition de la demande nette : différence entre la demande globale et l’offre globale pour un prix donné Z (p) = D(p) – O (p) Si Z (p) est négative, cela correspond à un excès d’offre qui suppose une baisse des prix Si Z (p) est positive, cela correspond à un excès de demande qui suppose une hausse des prix  Équilibre est atteint pour Z (p*) = 0

12 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 212 Prix initial Demande nette négative Prix Quantités Offre Demande Prix d’équilibre Demande nette positive

13 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 213 Remarques sur le processus de tâtonnement  Raisonnement « toutes choses égales par ailleurs » : déplacement sur les courbes et non des courbes  Hypothèses sur le comportement des agents : « myopes » et « amnésiques »  Question de la centralisation de l’information (hypothèse du commissaire – priseur)

14 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 214  Analyse de Walras concerne une économie d’échange  Question de la prise en compte du processus de production : existence d’un décalage entre le moment de la décision de production et la mise en vente du produit sur le marché  Demande dépend du prix au temps t  Offre dépend du prix au temps t Le principe du cob web

15 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 215 D t = - a P t + b O t = c P t-1 + d Formulation mathématique équilibre courant du marché est tel que D t = O t Donc - a P t + b = c P t-1 + d OuP t = - c/a P t-1 + (b-d)/a Équilibre dynamique suppose que le prix reste stable donc qu’il existe un prix P* tel que P* = P t = P t-1 = … Détermination de la valeur d’équilibre de P* -aP* + b = c P* + d soit P* = (b – d) / (c +a)

16 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 216 Question des conditions de convergence du prix courant vers le prix d’équilibre P t – P* tend-il vers zéro ? A partir des expressions précédentes, on peut écrire que P t – P* = - (c/a) (P t-1 – P*) Ou P t – P* = - (c/a) t (P 0 – P*)  Condition d’équilibre est alors que - (c/a) soit, en valeur absolue, inférieure à 1  En terme économique, l’élasticité de l’offre par rapport au prix doit être plus forte que celle de la demande

17 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 217 Prix Quantités Offre Demande p1 q0 p0 q1 p2 q2

18 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 218  Identification de différents types de fluctuations en fonction des pentes relatives des courbes d’offre et de demande (Tinbergen)  applications du modèle à l’étude de la fluctuation des prix des produits agricoles et à l’analyse des cycles

19 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 219  Analyse de la situation des offreurs et des demandeurs à l’équilibre Offre Demande P Q Surplus du consommateur Surplus du producteur 3- Le surplus sur le marché

20 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 220  Équilibre de concurrence pure et parfaite permet la maximisation du surplus des participants à l’échange

21 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 221 MarchéFirme 1Firme 2  Firmes en perte doivent quitter le marché ou modifier leur structure productive  Existence de profit suscite des entrées sur le marché 4- L’équilibre de long terme P Q Q P - C Q

22 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 222  Équilibre de long terme se situe au minimum du coût moyen P QQ P - C

23 Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 223  Première conclusion : Jeu de la concurrence contraint les producteurs à mettre en œuvre la technique de production la plus efficace Concurrence entraîne la minimisation des coûts de production  Deuxième conclusion : Paradoxe de la concurrence : profit maximisé tend vers zéro Réponse de Marshall : différence entre « profit normal » (intégré dans les coûts) et « windfall profit » (profit exceptionnel réduit à zéro par la concurrence) Question : pourquoi le « profit normal » ne serait pas lui aussi ramené à zéro par la concurrence ?


Télécharger ppt "Relation décroissante entre demande et prix peut être justifiée mathématiquement Prix Quantités Demande 1Ch. 3 - Equilibre partiel de marché - diapo 2."

Présentations similaires


Annonces Google