La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COMPETENCE 4. Justesse dans les modalités de mise en œuvre des thérapeutiques et de réalisation des examens, et conformité aux règles de bonnes pratiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COMPETENCE 4. Justesse dans les modalités de mise en œuvre des thérapeutiques et de réalisation des examens, et conformité aux règles de bonnes pratiques."— Transcription de la présentation:

1 COMPETENCE 4

2 Justesse dans les modalités de mise en œuvre des thérapeutiques et de réalisation des examens, et conformité aux règles de bonnes pratiques

3 Définitions : Justesse : exactitude, précision, authenticité Modalités : aspect, circonstance, disposition, manière, mode, moyen, particularité Mise en œuvre : combinaison, élaboration, emploi, production Thérapeutiques : thérapie, traitement, médecine, médicament, remède, soin Réalisation : accomplissement, action, application, exécution, production Examens : auscultation, contrôle, exploration, inspection, recherche Conformité :, accord, adhésion, concordance, Règles de bonnes pratiques : principes, normes qui font un consensus et qui sont considérés comme indispensables

4 Finalement…. C’est le fait de prodiguer des soins dans l’exactitude des protocoles et des procédures en vigueur (soins relationnels, traitement, éducation thérapeutique….) en se référant aux règles de bonnes pratiques qui comprennent entre autre la sécurité, l’hygiène, l’asepsie et la traçabilité.

5 Respecte les règles de sécurité, hygiène et asepsie Exemple : Lors d’un prélèvement veineux, il s’agit d’assurer toutes les étapes pour un soin conformes : - à la prescription médicale - identité du patient - explication du soin - sécurité, asepsie et hygiène - respect des protocoles - traçabilité

6 Met en œuvre les contrôles de conformité Exemple : Etalonnage de l’appareil glycémique, il s’agit de contrôler les paramètres et la bonne conformité de l’appareil de contrôle glycémique afin de s’assurer de l’exactitude, de la fiabilité des résultats obtenus => sécurité des soins

7 Explique les actions au patient Exemple : Lors d’un prélèvement d’urines pour un ECBU, il s’agit de donner au patient les consignes et informations nécessaires (se désinfecter au dakin, uriner dans la cupule sans toucher les bords, etc) afin de s’assurer de sa collaboration pour un prélèvement effectué dans les règles pour obtenir des résultats fiables.

8 Respecte les règles de qualité et de traçabilité Exemple : Lors d’une prise de tension artérielle, il s’agit de s’assurer que les résultats aient été obtenus en respectant les principes de prises. - Prescription médicale + connaissances du dossier du patient - Identité - Patient au repos, allongé - Choix du bras - Transmissions au médecin si besoin - Traçabilité - Evaluation du soin et cohérence des résultats

9 Apporte une attention à la personne Exemple : Lors d'une toilette, avec les gestes et attentions qu'on apporte à la personne. Gestes : friction du corps, toucher et Attentions : regard, écoute, compréhension L'attention peut être physique, verbale, réelle, concrète avec les gestes adaptés à son égard, mais également, non verbale, à travers les regards échangés, l'écoute apportée.

10 Respecte les protocoles et modes opératoires : préparation, déroulement et surveillance Exemple : Lors d'une ponction veineuse, il s’agit d’informer le patient du soin réalisé, puis de préparer le chariot de soin. Le soin est réalisé selon un déroulement adapté en respectant les règles de bonnes pratiques, l’hygiène, etc. Au retour en salle de soins, il y aura le rangement et la décontamination du chariot de soin, l’acheminement des prélèvements au laboratoire et la traçabilité du soin dans le dossier du patient et transmissions à l'équipe. Enfin, le soin se termine par la surveillance du patient (état général, point de ponction, douleurs, etc)

11 Réalise les gestes avec dextérité Exemple : Lors d’une injection Intra-Musculaire (dans le muscle fessier), il s’agit d’ouvrir au préalable l’emballage de la seringue, du trocart et de l’aiguille sans déstériliser le matériel. Puis, il faut adapter correctement le trocart à la seringue, aspirer le produit et mélanger si besoin et enfin purger la seringue, en faisant attention de ne pas toucher le piston. Le trocart est enlevé avec précaution à l’aide de la pince Kocher, puis évacuer dans le container OPTC. Enfin, lors de l’injection IM, la manière de piquer doit être calme et franche en prévenant le patient.

12 Prévient la douleur générée par les soins Exemple : Lors de la réfection d’un pansement d’escarre, il s’agit de prévenir la personne du soin. Un traitement antalgique peut lui être proposé sur prescription médicale afin de limiter la douleur générée par ce soin. Si la douleur est trop forte, l’application de Xylocaïne sur la plaie (P.M ou protocole) est possible. De plus, le soin est effectué avec douceur, des gestes lents mais efficaces. La personne est prévenue des gestes que l’on effectue. Il faut éviter que le soin soit trop long. Enfin, il est important de parler avec la personne pendant le soin pour « détourner » son attention.

13 Respecte la procédure d’hémovigilance Exemple : Lors d’une transfusion, il s’agit de vérifier la PM, la carte de groupe du patient avec R.A.I de moins de 3 jours, de prévenir le patient de sa future transfusion. A l’arrivée des culots, il faut vérifier la concordance entre la carte et la poche, la date de péremption et remplir tous les papiers administratifs. Ensuite, il faut faire le test ultime de compatibilité au lit du patient et vérifier la TA et la température avant le branchement du culot Après le branchement du culot, il faut surveiller les risques d’accident de transfusion et noter toutes les 15 minutes les constantes.

14 Justesse dans le respect de la prescription après repérage des anomalies manifestes

15 Définitions : Justesse : exactitude, précision Respect de la PM : application du protocole en vigueur disant qu’une prescription médicale doit être : horodatée et signée, identité patient, voie d’administration, posologie Repérage : distinction, dépistage, remarque Anomalies manifestes : éventuelles erreurs (posologie, voie d’administration, allergie, patient, dosage du médicament) entre la PM, la thérapeutique, le patient.

16 Administre la thérapeutique conformément à la prescription Exemple : Lors de la prescription d’une perfusion à administrer, il s’agit de vérifier les préalables afin d’éviter toute anomalie, c’est-à-dire le nom, la qualité du médecin, sa signature et la date à laquelle l’ordonnance a été rédigée., la dénomination du médicament, son dosage, la posologie, son mode d’administration et la durée du traitement, le nom et prénom du patient, son âge et son sexe. Lors de la préparation, il faut vérifier la concordance du médicament avec la PM et le patient à qui il faudra l’administrer, l’intégrité de l’emballage, sa date de péremption, et la limpidité du produit.

17 Signale les anomalies Exemple : Lors de la prescription d’un médicament à dosage adulte pour un enfant aux urgences, il s’agit de connaitre les médicaments prescrits ainsi que leur dosage ou de vérifier dans le vidal les posologies et voies d'administration. En relisant la PM avant d’administrer la thérapeutique à l’enfant, je constate qu’il y a une erreur de dosage. J’avertis immédiatement le médecin afin qu’il réajuste le dosage en rédigeant une nouvelle PM.


Télécharger ppt "COMPETENCE 4. Justesse dans les modalités de mise en œuvre des thérapeutiques et de réalisation des examens, et conformité aux règles de bonnes pratiques."

Présentations similaires


Annonces Google