La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conférence de presse UFE Colloque UFE – 17 juin 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conférence de presse UFE Colloque UFE – 17 juin 2014."— Transcription de la présentation:

1 Conférence de presse UFE Colloque UFE – 17 juin 2014

2 A la veille des analyses du projet de loi de programmation sur la Transition énergétique, l’UFE souhaite contribuer activement au travers de 6 grandes recommandations 2 Objectif : Réussir la transition énergétique au moindre coût

3 3 L’urgence climatique exige une stratégie bas carbone Le « Facteur 4 » en France = 5 jours d’émissions actuelles de GES de la Chine ! France 1% Source : Calculs UFE selon données BP Statistical Review 2013

4 L’urgence mondiale est climatique et pas autre Le GIEC appelle à réduire le recours aux énergies fossiles qui émettent du CO 2 La France accueille la COP 21 en 2015 Le cri d’alerte du GIEC sera au centre de cette Conférence Valeur d’exemple de la France dans le domaine climatique La France est en avance : pas en retard ! Elle a des champions industriels dans ce secteur L’ennemi N°1 du climat, c’est le CO 2 La France doit donc être ambitieuse L’UFE soutient -40% de CO2 à Réussir la transition énergétique c’est CIBLER la lutte contre le changement climatique

5 5 Ciblons la réduction des émissions de CO2 en France Une stratégie bas carbone conduit à réduire massivement le recours au pétrole à 2050 Source : UFE selon SOeS

6 Une Stratégie Bas Carbone s’attaque aux principales sources d’émissions de CO 2 98% des émissions de CO2 dans l’énergie 60% des émissions de CO2 de l’énergie liée au pétrole dont : 70% dans le transport 10% dans le chauffage Pour l’UFE, le développement des ENR doit être corrélé à la diminution du recours au pétrole Une stratégie bas carbone conduit à réduire massivement le recours au pétrole à Réussir la transition énergétique, c’est CHOISIR de se doter d’une stratégie bas carbone

7 7 Une Energiewende très chère Subvention moyenne par MWh 140 € / MWh Subventions associées 78 Md€ Production EnR 545 TWh Des subventions aux ENR très élevées Sources : BDEW, Eurostat La France n’a pas les moyens de copier l’Allemagne Des prix de l’électricité qui se sont envolés

8 Tirons les leçons de l’expérience de nos voisins Le coût de l’Energiewende a été prohibitif sur les dix dernières années pour l’Allemagne : Une subvention de 140€ par MWh d’ENR produit, soit ARENH x 3,5 Une augmentation des prix pour les particuliers de près 100% (143 à 285€/MWh) Une taxe EEG (CSPE en France) de 55€/MWH, soit plus que l’ARENH Français ! Une subvention de euros par emplois créés => Ce lourd bilan conduit l’Allemagne à revoir sa politique ! La France n’a pas les moyens de se payer une transition énergétique à l’allemande Pour la France, agir au moindre coût, c’est une condition du financement de la Transition Energétique, donc, de sa réussite 8 Réussir la TE, c’est la FINANCER, donc la réaliser au moindre coût

9 9 L’impact du progrès technique est dix fois plus fort que celui de l’efficacité énergétique Consommation d’électricité du secteur résidentiel Source : Calculs UFE Priorité : Encourager le progrès technique !

10 Exemple de l’évolution des consommations électriques du secteur résidentiel où la demande augmente : Démographie : population française supérieure à Allemagne en 2040 Nouveaux usages en plein essor Transferts d’usages vers électricité inéluctables dans le cadre d’une stratégie bas carbone afin de réduire les consommation de pétroleLe progrès technique joue pleinement : Une bonne réglementation induit le progrès technique : exemple :des lampes basse consommation Le Progrès Technique impacte peu le pouvoir d’achat car il joue naturellement, lors du renouvellement des appareils : lampes, voitures, produits blancs… Le progrès technique a un impact dix fois plus important en termes d’économie d’énergie que l’efficacité énergétique telle qu’elle a été conçue depuis le Grenelle ! 10 Réussir la TE au moindre coût, c’est FAIRE JOUER, en priorité, le levier le plus efficace et le moins coûteux : le progrès technique

11 11 Minimiser le coût des actions d’efficacité énergétique pour les consommateurs Source : Calculs UFE et Carbone 4 Il faut cibler les actions d’efficacité énergétique

12 Les actions d’ efficacité énergétique divergent fortement au regard de trois critères : Economie de facture réelle Impact en termes d’économie d’émission de CO2 Temps de retour sur investissement Pour défendre le pouvoir d’achat réel du consommateur tout en maximisant l’impact « bas carbone » : il faut hiérarchiser et cibler les actions d’Efficacité énergétique L’UFE demande depuis des années, une révision profonde de la politique d’incitation à l’Efficacité Energétique Introduire un critère CO2 (inexistant actuellement) Introduire un critère d’économie réelle mesurée de façon tangible Introduire un temps de retour s/investissement raisonnable 12 Réussir la TE au moindre coût c’est aussi HIERARCHISER les choix des consommateurs en matière d’EE

13 Les déficits publics doivent diminuer L’objectif de logements rénovés/an = 10 Mds€/an : Le coût pour les finances publiques est de 1,2 Mds€ sous forme de réduction d’impôts Où trouver ces financements ? 13 Réussir la transition énergétique, c’est MINIMISER le coût pour les finances publiques

14 14 Mettre en concurrence les projets et les technologies matures A terme, réduire puis supprimer toutes subventions aux technologies matures Subvention moyenne par MWh produit des ENR + 12 % dans la facture du client Subvention 2 Md€ / an Subvention 0,5 Md€ / an

15 Pour une technologie mature, il faut mettre en compétition les projets pour retenir les plus performants A terme, il faudra aussi mettre en compétition les technologies entre elles Aujourd’hui, l’absence de prix du CO 2 fait un grand gagnant : le charbon ! Un impératif : Redonner aux technologies bas carbone une compétitivité forte grâce à un prix du CO 2 correct (≥ 50€/T) Organiser une compétition entre technologies bas carbone matures Réduire et, à terme, supprimer les subventions aux technologies matures 15 Réussir la TE au moindre coût c’est REDUIRE les subventions au technologies matures

16 16 Fermeture de 20 GW de nucléaire Développement massif des EnR Capacités nucléaires prolongées 210 Md€ 35 Md€ Nucléaire vs ENR Tout est dans la trajectoire d’investissement Dans une stratégie bas carbone, les ENR doivent prendre le relais du pétrole et non du nucléaire Source : calculs UFE selon données Cour des Comptes et CRE

17 ENR et Nucléaire sont deux vecteurs clefs d’une stratégie bas carbone Remplacer, à court terme, du nucléaire par des ENR : n’apporte rien sur le plan climatique et nécessite des investissements colossaux : 210 Mds d’€ d’investissements = le coût du remplacement de 20GW de nucléaire par des ENR, sans compter les questions de back-up 35 Mds = coût de la prolongation de 10 ans de 20 GW de capacités nucléaires. Le développement des ENR doit se faire en remplacement du pétrole pour maximiser l’impact climatique et optimiser l’investissement dans le rééquilibrage du mix électrique 17 Réussir la TE au moindre coût, c’est OPTMISER le rééquilibrage du mix électrique !

18 18 Réussir la transition énergétique au moindre coût, c’est : Se centrer sur la réduction des émissions de CO 2 : une vraie stratégie bas carbone pour la France Gérer la demande d’énergie pour réduire les consommations de pétrole Placer le progrès technique au cœur de l’amélioration de l’IE pour ne pas peser sur le pouvoir d’achat et sur les finances publiques Hiérarchiser les actions d’EE Gérer les trajectoires d’évolution du mix électrique de manière à minimiser les coûts, mais aussi les risques pour l’équilibre du système électrique Organiser une saine compétition entre toutes les technologies bas carbone matures, sans subventions En Résumé…


Télécharger ppt "Conférence de presse UFE Colloque UFE – 17 juin 2014."

Présentations similaires


Annonces Google