La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Εθνικό και Καποδιστριακό ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΑΘΗΝΩΝ Jean-Christophe Pitavy Université Jean-Monnet, Saint-Étienne (France) Les marqueurs pragmatiques textuels.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Εθνικό και Καποδιστριακό ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΑΘΗΝΩΝ Jean-Christophe Pitavy Université Jean-Monnet, Saint-Étienne (France) Les marqueurs pragmatiques textuels."— Transcription de la présentation:

1 Εθνικό και Καποδιστριακό ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΑΘΗΝΩΝ Jean-Christophe Pitavy Université Jean-Monnet, Saint-Étienne (France) Les marqueurs pragmatiques textuels Πραγματολογικοί κειμενικοί δείκτες

2 Pas de rôle grammatical, mais rôle discursif (ou pragmatique) permettent au locuteur d’organiser sa communication (la structure de son discours).

3 Diverses expressions particules discursives (μόρια λόγου) Mots du discours (Ducrot) Marqueurs pragmatiques (pragmatic markers, πραγματολογικοί δείκτες) discourse markers, marqueurs textuels κειμενικοί δείκτες, δείκτες λόγου.

4 conversation (συνομιλία) interaction (διεπίδραση) → Mise en forme du discours (« texte ») rôle du point de vue de la cohérence (συνεκτικότητα) conversationnelle et textuelle.

5 Du conversationnel au « textuel » : décidément par rapport à encore — Le lave-vaisselle est de nouveau en panne. — Décidément. / Encore !

6 Encore « sémantique » Il dort encore. 1. « il dort une nouvelle fois, à nouveau » → πάλι (again) 2. « il continue à dormir » → ακόμα (still)

7 Encore pragmatique Qu’est-ce que ça veut dire, malheureux ? Tu as trop bu, tu le sauras dans quelques heures... Non. Je n’ai jamais été aussi lucide, au contraire. Charles... Quoi encore ? s’agaça-t-il. Malheureux, c’est le contraire d’heureux. Anna Gavalda, La Consolante, 2008 ± τι είναι πάλι;

8 Encore pragmatique Qu’est-ce que ça veut dire, malheureux ? Tu as trop bu, tu le sauras dans quelques heures... Non. Je n’ai jamais été aussi lucide, au contraire. Charles... *Quoi décidément ? s’agaça-t-il. Malheureux, c’est le contraire d’heureux. Anna Gavalda, La Consolante, 2008

9 Encore pragmatique encore P = P représente un événement, une situation qui se produit très souvent est l’objet de lassitude ou de commentaire ironique (comme d’habitude, pour changer…). Encore induit donc une répétition qui irrite le locuteur

10 Encore pragmatique Je reste debout, immobile. Ma femme lève tranquillement la tête, me regarde calmement, demande : - Qu’est-ce qu’il y a encore ? - Ce qu’il y a ? Eh bien, tiens. Rien qu’une idée, qu’une petite idée, pour nous mettre en appétit. Serge Doubrovsky, Le Livre brisé, 1989 ± τι είναι πάλι;

11 Encore pragmatique - Ma grand-mère?... dit Pandora. - Ta grand-mère..., recommença Brian. - Eh bien ! dit Pandora en riant franchement aux éclats, qu’est-ce qu'elle a encore fait, ma grand-mère? Elle n’a tout de même pas tué son mari? Ce serait un tic de famille... Jean d’Ormesson, Tous les hommes sont fous, 1986

12 Encore pragmatique - It’s the Princess of Wales. - Why? What’s she done now ? français — C’est la Princesse de Galles. — Qu’est-ce qu’elle a encore fait ! ελληνικά — Η Πριγκίπισσα της Ουαλίας. — Γιατί; τι έκανε πάλι; Peter Morgan & Stephen Frears, The Queen, 2006

13 Connecteurs logiques et marqueurs pragmatiques Λογικά συνεκτικά και πραγματολογικοί δείκτες

14 Parce que «paradoxal» — Attends, mais je te dis ça, c’est pas forcément avec moi ! - J’en veux pas. - Ah bon ? fit-il déçu. - Non. - Pourquoi ? - Parce que. Il l’attrapa par le cou et la ramena de force tout près de son oreille. — Dis-moi... — Non. — Si. Dis-moi. Je le répéterai à personne... Anna Gavalda, Ensemble, c’est tout, 2004 Connecteur causal, parce que joue double rôle et implique que il y a vraiment une cause (une réponse) employé seul, clôt la discussion (aposiopèse). ± Γιατί έτσι!

15 Parce que «paradoxal» Leurs mains se frôlent, s’étreignent. Boris tout seul : - Venez chez moi ? - Non, Boris. – Pourquoi ? - Parce que. C’est Noël dans quelques jours. Je ferai une fête à la maison, avec Mary-Loire et Jimmy, Tournès et sa femme. Vous viendrez, n’est-ce pas ? Promis? Boris Schreiber, Un silence d’environ une demi-heure, 1996 Ce qui suit parce que n’est pas la cause (parce que P), mais le moyen de ne pas donner cette information (la réponse à la question). ± Γιατί έτσι!

16 Parce que «paradoxal» « Mais plaire comment ? plaire… ? plaire pourquoi ? » demanda opiniâtrément le petit boutiquier, qui était sans doute un de ces raisonneurs si communs, incapable de s’élever jusqu’à la logique de l’Absurde. « Parce que ! parce que ! » répliqua la Fée courroucée, en lui tournant le dos. Baudelaire, Les Dons des fées, 1869 répétition intensifie l’acte (et la clôture).Explicitation du narrateur : courroucée, tourner le dos

17 Parce que «paradoxal» J’ai demandé à mon amie pourquoi les Français n’avaient jamais perquisitionné chez elle. Il était même étrange que le capitaine de Saint-Vérace n’eût pas établi son PC dans cette belle maison. — Parce que, dit-elle d’un air mystérieux et content d’elle. — Parce que quoi ? — Voilà. Roger Nimier, Le Hussard bleu, 1950 Parce que non-réponse associé à «un air mystérieux». Avec parce que quoi, la conjonction parce que joue le rôle de pourquoi.

18 Parce que : du micro- au macro-syntaxique Pierre est rentré, parce qu’il pleuvait. Victorine Hancock (1997) « Parce que : un connecteur macro-syntaxique » Aile 9 C’est parce qu’il pleuvait que Pierre est rentré. La pluie a eu comme conséquence que Pierre rentre.

19 Parce que : du micro- au macro-syntaxique Pierre est rentré, parce qu’il pleuvait. Victorine Hancock (1997) « Parce que : un connecteur macro-syntaxique » Aile 9 *C’est parce que sa voiture est devant la porte que Pierre est là. *La présence de sa voiture devant la porte a fait que Pierre soit là…

20 parce que : du micro- au macro-syntaxique Je dis/pense que Pierre est là, parce que (je sais/vois que) sa voiture est devant la porte. Parce que ne marque pas une relation entre deux prédicats (κατηγορήματα), mais entre deux actes énonciatifs (εκφωνηματικές πράξεις). γιατί

21 parce que : du micro- au macro-syntaxique Parce que équivaut à «je dis cela, je produis cet énoncé parce que…» Parce que justifie a posteriori une organisation discursive ou textuelle. Pour Moeschler, parce que introduit dans le discours un acte secondaire (« subordonné ») par rapport à un acte énonciatif principal que l’on veut justifier.

22 parce que : du micro- au macro-syntaxique Est-ce que Marie est malade ? Parce qu’elle a mangé des huîtres. Bernard Pivot (émission TV littéraire) : Et votre père, c’était qui, André Chamson, parce que tous les spectateurs ne savent pas. Moeschler (1996) « Les connecteurs pragmatiques et la coherence conversationnelle » γιατί

23 parce que : du micro- au macro-syntaxique Quand je suis partie, j’avais compris quelque chose d’important. Tout ça est lié à Belfort. A Erika aussi, je ne peux pas le cacher. Je pense que tu comprends. — Oui. — Mais surtout Belfort est la meilleure ville pour laisser la voiture, parce que maintenant on va en Suisse. Par le train. Ensuite, je te mets dans un avion, je récupère la voiture ici, et... — Vous ne venez pas à Copenhague ? — Plus tard. » Hélène de Monferrand, Journal de Suzanne, 1991 Parce que permet d’insérer un commentaire permettant de comprendre un enchaînement.

24 voilà Parce que, dit-elle d’un air mystérieux et content d’elle. — Parce que quoi ? — Voilà. Roger Nimier, Le Hussard bleu, 1950 τίποτα

25 voilà Voici / voilà (présentatifs) : marquent l’introduction d’un nouvel élément dans la situation, assurent le même rôle d’introduction dans le discours.

26 voilà Si j’avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais : Les peuples d’Europe ayant exterminé ceux de l’Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l’Afrique, pour s’en servir à défricher tant de terres. Montesquieu, L’Esprit des lois, 1748 voici précède la nouveauté introduite να

27 voilà Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit - Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit Rostand, Cyrano de Bergerac, 1897 voilà suit (conclut) ce qui a été introduit Να

28 voilà Tiens, voilà le facteur ! Et voilà ! Dans la langue courante actuelle, voici n’est presque plus employé. Voilà assure les deux valeurs.

29 voilà «d’expectative» — Une telle décision aurait pour conséquence l’appauvrissement des pays les plus démunis. — Nous y voilà. Elle serait donc catastrophique sur le plan social et économique et est indéfendable. Léard, Les gallicismes: étude syntaxique et sémantique. Nous y voilà pour introduire conclusion attendue ou idée fondamentale qui justifie le développement (cf. nous y sommes). ακριβώς

30 voilà «d’expectative» Nous y voilà. C’est pour ça que tu me dis bonjour aujourd’hui… tu as besoin de moi ! Valeur pragmatique en conversation : le locuteur montre qu’il comprend les arrière-pensées de l’interlocuteur : Μάλιστα! Τώρα κατάλαβα!

31 voilà d’introduction Puis, dans l’après-midi, il appelle très aimablement en me proposant de passer le voir : c’est dans la plus grande inquiétude que je prends le métro. Alors voilà, me dit-il, j’aime beaucoup votre texte, on peut le publier comme ça si vous voulez. Jean Échenoz, Jérôme Lindon, 2001 [Alors/eh bien] voilà seul peut fonctionner comme introducteur (comme voici) et signifie que l’on aborde enfin l’élément important : Επί τω προκειμένω

32 voilà d’objection Je décidai de réaliser la promesse formulée au fond de moi-même : voir ma sœur Georgette, en tête-à-tête, à Noël. Seulement voilà, ce n'est pas si simple ! On ne va pas chez sa sœur, pour la première fois, les mains vides. Yvette Szczupak-Thomas, Un diamant brut Vézelay-Paris , 2008 Seulement voilà indique que ce qui suit constitue un obstacle : μόνο που…

33 voilà «filler» Eh bien, ça ne peut pas durer, voilà quoi ! J’en ai assez de voir Maman vivre avec ce... cet ivrogne, ce bon à rien, et de la voir dépérir, ça ne peut plus durer, voilà quoi ! En plus, il est malpropre, il ne se lave jamais, il sent mauvais, c’est insupportable de vivre avec lui ! Il faut faire quelque chose ! Il faut... qu’il parte ! Martin Winckler, La maladie de Sachs, 1998 Emploi extrêmement fréquent à l’oral: voilà (quoi) avec valeur conclusive + articulation articulant des unités du discours : « rien n’est à ajouter, j’ai tout dit » Τέρμα πια, τέρμα και τελείωσε!

34 (eh) ben… Ben, j’pense qu’il vaudrait mieux laisser tomber. G. Dostie, Pragmaticalisation et marqueurs discursifs, 2004 Voilà quoi élément structurant (filler), peut être remplacé par quoi seul. Omniprésent chez certains locuteurs: terme final de toute unité discursive (+ autres formes de remplisseurs : tu vois, tu sais, cf. you know) Début de discours: ben λοιπόν Αυτά!


Télécharger ppt "Εθνικό και Καποδιστριακό ΠΑΝΕΠΙΣΤΗΜΙΟ ΑΘΗΝΩΝ Jean-Christophe Pitavy Université Jean-Monnet, Saint-Étienne (France) Les marqueurs pragmatiques textuels."

Présentations similaires


Annonces Google