La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ecarts de revenus dans les pays riches Banque Mondiale – OMS – Nations Unies - OCDE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ecarts de revenus dans les pays riches Banque Mondiale – OMS – Nations Unies - OCDE."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Ecarts de revenus dans les pays riches Banque Mondiale – OMS – Nations Unies - OCDE

4

5

6 PRINCIPAUX DETERMINANTS SOCIAUX  Age – sexe – facteurs héréditaires  Comportements individuels ( tabac, alcool, alimentation, exercice physique )  Les réseaux sociaux – Les communautés  Conditions de vie – Conditions de travail ( Emploi, logement,transport,accès aux sercives publics essentiels )  Conditions économiques, culturelles et environnementales.

7

8

9

10

11

12 Répartition géographique des omnipraticiens libéraux en 2007 Source : Eco-Santé Régions & Départements, d'après données du Snir de la CnamtsEco-Santé Régions & Départements Sur cette carte en équirépartition (en quartiles), on constate une forte attractivité des omnipraticiens libéraux pour le Sud de la France métropolitaine. C’est ce que l’on qualifie d’héliotropisme. Ainsi, la densité est près de deux fois plus forte dans les Pyrénées-Orientales (132,02) qu’en Seine-Saint-Denis (69,35). En outre, les Pyrénées-Orientales présentent une densité 4 fois plus forte d’omnipraticiens libéraux qu’en Guyane (33,14).

13 Densité de MG par département Densité moyenne 171,6 MG pour hts Alpes Maritimes 300 MG / hts Moins de 100 MG pour la Seine et Marne 69,35 MG / h en Seine Saint Denis Plus de 200 MG pour les Hauts de Seine 33,14 MG/ h en Guyane

14 Répartition géographique des spécialistes libéraux en 2007 Source : Eco-Santé Régions & Départements, d'après données du Snir de la Cnamts Eco-Santé Régions & Départements Sur cette carte en équirépartition, en quartiles, on constate que la répartition des médecins spécialistes sur le territoire est encore plus inégale que celle des omnipraticiens, passant de 1 à 7,5 : (33,04 pour la Haute-Loire à 248,65 pour Paris) et de 1 à 12,3 lorsque l’on compare Paris à la Guyane (20,25). Les densités sont plus importantes dans les départements dotés d’un CHR ou d’un CHU.

15 Répartition géographique des consultations par médecin généraliste actif à part entière (APE) en 2010 Afficher le tableau (Source : Données : Snir, Cnamts) En France métropolitaine, c’est dans la moitié nord que les médecins généralistes actifs à part entière (APE) consultent le plus et tout particulièrement dans le Pas-de-Calais (5 693 consultations par généraliste APE) mais c’est également dans la moitié sud que leur densité est la plus forte (110 généralistes APE pour habitants). Par contre, si l’on inclut les DOM, c’est en Guyane que les généralistes font le plus de consultations (7 075 consultations par généraliste APE, avec la densité la plus faible de la France entière : 32 généralistes APE pour habitants), suivie de peu par la Réunion (7 008 consultations), exception faite de Paris (3 268 consultations par généraliste APE pour une densité de 70 généralistes APE pour habitants).

16 Les prescriptions Evolution de l’ensemble des montants de prescriptions (100 = 1980) (Source : Données : Snir, Cnamts) Le montant des prescriptions, à prix relatifs, pour l’ensemble des médecins, est passé de 13,2 milliards d’euros en 1980 à 33,8 milliards en En tenant compte de l’inflation, ce montant a donc été multiplié par 2,6 sur cette période.

17 OMS « La santé n’est pas seulement l’absence de maladie et de handicap, mais surtout un état de complet de bien être physique, mental et social. »


Télécharger ppt "Ecarts de revenus dans les pays riches Banque Mondiale – OMS – Nations Unies - OCDE."

Présentations similaires


Annonces Google