La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

XX/XX/XX 27 juin 2014 Journée régionale des systèmes d’information partagés et de la télémédecine.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "XX/XX/XX 27 juin 2014 Journée régionale des systèmes d’information partagés et de la télémédecine."— Transcription de la présentation:

1 XX/XX/XX 27 juin 2014 Journée régionale des systèmes d’information partagés et de la télémédecine

2 2 Ouverture Pierre BERTRAND, Directeur général Adjoint, ARS Bretagne

3 3 Stratégie e-santé et Programmes en cours Philippe Cirre Délégué adjoint à la Délégation à la stratégie des systèmes d’information de santé (DSSIS) Ministère des affaires sociales et de la santé Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales

4 Stratégie e-santé et programmes en cours L’e-santé au service de la stratégie nationale de santé (SNS) Les orientations prioritaires La gouvernance de l’e-santé Les composants du socle de l’e-santé Les programmes en cours Les axes de travail pour les prochaines années DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin 20144

5 L’ e-santé au service de la stratégie nationale de santé (SNS) Utiliser l’usage des TIC comme un levier d’innovation, de progrès et d’efficience pour optimiser le système de santé – décloisonner les pratiques et favoriser la coopération des acteurs de santé pour optimiser la coordination et la continuité des soins – faire évoluer les relations entre les professionnels de santé et les patients – répondre à l’aspiration des patients de prendre une part plus active dans leur prise en charge Intégration de la e-santé dans la stratégie du gouvernement pour le numérique (février 2013) : une mesure 17 « Territoire de soins numérique » Une collaboration plus active avec les industriels (contrat de filière CSIS, plan santé numérique…) DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin 20145

6 Les orientations stratégiques prioritaires pour l’ e-santé Un plan stratégique centré sur quelques axes stratégiques majeurs : 1.Le développement de l’usage des TIC et de services de télésanté par les professionnels et les établissements de santé, dans un espace d’interopérabilité et de confiance, utilisant des infrastructures performantes, pour favoriser des organisations plus efficientes 2.Les TIC, levier du renforcement de la coordination et de la coopération dans le cadre du parcours de soins/de santé pour la qualité des soins 3.L’amélioration des services d’information fournis aux usagers et aux patients pour une démocratie sanitaire renforcée 4. Le développement des capacités d’exploitation des données de santé à des fins de pilotage, de santé publique et de recherche (open-data et accès maîtrisé aux données sensibles) 5. Une collaboration active avec les industriels (contrat de filière CSIS, plan santé numérique…) DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin 20146

7 La gouvernance de l’ e-santé La nécessité d’un pilotage de l’Etat unifié, renforcé, identifiable L’e-santé sous la responsabilité du secrétaire général des ministères sociaux, en appui sur la DSSIS pour assurer le pilotage stratégique de l’e-santé Une coordination étroite avec les services du premier ministre (DISIC, Etalab…) et le ministère de l’économie, du redressement productif et du numérique (DGCIS) Les directions « métier » du ministère (DGOS, DGS, DGCS et DSS) définissent et mettent en œuvre les programmes SI dans leur domaines Une coordination de plus en plus étroite sur les projets avec l’assurance maladie (CNAMTS) et la CNSA (caisse nationale de solidarité pour l’autonomie) DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin 20147

8 La gouvernance de l’ e-santé (2) Les agences régionales de santé (ARS) déclinent la stratégie nationale dans les régions et pilotent les politiques régionales d’e-santé, dans le cadre des plans régionaux de santé (PRS) Les GCS e-santé contractualisent avec les ARS sur des actions prioritaires d’intérêt commun L’ASIP Santé conduit une mission de développement des SI de santé partagés sous la tutelle du ministère (DSSIS) L’ANAP accompagne les établissements de santé et médico- sociaux dans la mise en œuvre des programmes pilotés par la DGOS (tutelle de l’ANAP). DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin 20148

9 Les composants du socle de l’e-santé Les pré-requis : interopérabilité, sécurité, confidentialité Les besoins à prendre en compte : confiance, facilité d’usage, optimisation des process, mobilité… Les piliers du socle : – Une approche d’urbanisation globale, cohérente, progressive – Un cadre national d’interopérabilité (y compris sémantique) articulé avec les travaux de standardisation-normalisation internationales – Les grands référentiels nationaux : INS, RPPS, ROR… – La politique générale de sécurité des systèmes d’information de santé (PGSSI-S) – Le cadre juridique relatif à la communication, au partage et au traitement des données personnelles de santé (des mesures prévues dans le cadre de la future loi de santé publique) DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin 20149

10 Les programmes en cours dans le champ de l’e-santé Territoire de soins numérique (TSN) Programme « Hôpital numérique » (PHN) Programme de déploiement de la télémédecine (expériences de l’art. 34 de la LFSS 2013) DMP2 (dossier médical personnel de seconde génération) Messageries sécurisées santé (MSS) Expérimentations « Parcours de soins » dans le cadre des projets PAERPA L’urbanisation des ENSR Définition d’orientations stratégiques pour les SI du médico- social DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin

11 Les programmes en cours dans le champ de l’e-santé (2) L’identifiant national de santé Mise en œuvre et qualité des répertoires nationaux (RPPS, ROR…) Labellisation-certification des applications de production de soins dans le cadre de PHN La relance de la participation de la France aux travaux de normalisation européenne et internationale La construction de l’e-santé européenne DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin

12 Les axes de travail pour les prochaines années La définition et la mise en œuvre des ENRS (espaces numériques régionaux de santé) dans une approche d’urbanisation et de normalisation-standardisation L’extension probable du champ de la labellisation et de la certification Le paiement à l’usage et sur objectifs de santé publique Open data et Big data en santé (coopération avec Etalab) Objectiver l’apport de l’e-santé par l’évaluation médico-éco Les SI, outils de l’aide à la décision médicale La nécessité d’une stratégie e-santé à plus long terme, plus innovante, plus lisible, capable de susciter intérêt et adhésion DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin

13 Merci de votre attention DSSIS - Cirre Philippe - Rennes - 27 juin

14 14 Le dossier médical personnel (DMP) Point sur le DMP en région Anne BERTAUD, Responsable de Missions, ASIP Santé, Pierre BAREL, Chef de projet, GCS Esanté Bretagne, Dr Eric HENRY, Secrétaire général, Union Régionale des Professionnels de Santé.

15 Point d’actualité DMP Journée régionale des systèmes d’information partagés et de la télémédecine 27 juin 2014 Anne Bertaud Responsable de Mission ASIP Santé - Pole Territoires

16 DMP : quelques chiffres (mai 2014) 15 régions actives dans le déploiement DMP créés alimentés, avec en moyenne 5 documents documents médicaux (60% sont produits par des établissements) 1400 documents masqués 5800 professionnels de santé libéraux dont : -70% de médecins, 19% de masseurs- kinésithérapeutes, 8% d’infirmiers 141 logiciels homologués -Dont 69 logiciels hospitaliers, 36 logiciels gestion de cabinet, 18 connecteurs / passerelles 16

17 DMP : Point d’actualité Le DMP inscrit dans les programmes nationaux ►Stratégie Nationale de Santé Chantier N° 23 : accélérer le déploiement des systèmes d’information supports de la coordination des soins …Accélérer le déploiement du « DMP 2 » ►Territoire de soins numériques « … soutenir des projets innovants en matière de partage et d’échanges d’informations grâce à des outils numériques au bénéfice d’une prise en charge coordonnées des patients… » … intégration des services de partage et d’échange de données de santé (DMP, MSSanté) en conformité avec le Cadre d’Interopérabilité … selon les processus d’homologation en vigueur (DMP Compatibilité..) … » ►Expérimentation PAERPA (personnes âgées en risque de perte d’autonomie) Echanger et partager 4 documents de synthèse structurés (Plan Personnalisé de Santé -PSS- Volet Médical de Synthèse -VMS- Dossier de Liaison d’urgence -DLU- Compte rendu d’hospitalisation -CRH- Via une messagerie sécurisée de santé… Utilisation du DMP pour mieux partager les informations, en particulier les documents de synthèse… » Expérimentation avec la CNAM de l’utilisation du DMP dans le cadre du PRADO ►Intégration du DMP dans la programme de retour à domicile (patients insuffisants cardiaques et orthopédie) ►Au sein de 6 régions 17

18 L’expérimentation Biologie en Alsace : Projet ALBIOM : intégration des comptes rendus structurés d’examens de de biologie médicale dans le DMP 18 Offrir aux Professionnels de Santé le moyen de visualiser les résultats structurés des examens biologiques de façon homogène et ergonomique Médecin libéral ou unité de soins en établissement ? CAS D’USAGE 1 : Alimentation du DMP Intégration des référentiels nationaux LABO Production de CR de biologie structurés et codés (CDAR2N3 / LOINC Présentation ergonomique des données codées issus des CR de biologie stockés dans le DMP CAS D’USAGE 2 : Consultation des résultats Définition des modalités pratiques de présentation ergonomique des résultats

19 Présentation du GCS Dossier Médical Personnel Journée régionale SI et Télémédecine 27 juin 2014

20 Présentation du GCS DMP : point de situation en Bretagne Dossier Médical Personnel

21 Présentation du GCS Page n°21 Rappel du contexte Dossier Médical Personnel Les étapes du projet : > : pilote sur les bassins de santé de Vannes- Ploërmel et de Rennes >2014 : déploiement à d’autres bassins de santé de la région 2 programmes de déploiement : >« DMP en établissements » : 33 établissements (dont 2 bretons) sélectionnés fin 2011 pour expérimenter le déploiement du DMP >« DMP en régions » : 14 régions sélectionnées pour déployer le DMP sur un ou plusieurs bassins de santé

22 Présentation du GCS Page n°22 Etat du déploiement en Bretagne Dossier Médical Personnel Chiffres clés : > DMP créés sur la région >5 établissements de santé opérationnels : CH Bretagne Atlantique, Clinique Océane, CH Ploërmel, EPSM du Morbihan, Pôle St Hélier >250 professionnels de santé libéraux impliqués >Plus de documents alimentent ces DMP Principaux documents alimentant les DMP : >CR d’hospitalisations : >CR de consultations : >Synthèses médicales : >Documents ajoutés par les patients : 5 788

23 Présentation du GCS Page n°23 Elargissement du périmètre de déploiement Dossier Médical Personnel Déploiement sur le territoire de santé n°8 (Pontivy) : >Travail en cours avec les principales structures du territoire (CH Centre Bretagne et Polyclinique de Pontivy) pour permettre un déploiement du DMP dans le courant de l’été 2014 >Premières réunions d’informations des professionnels de santé libéraux initiées dès 2013 Déploiement sur le territoire de santé n°5 (Rennes) : >Travail en cours avec plusieurs établissements du territoire pour un déploiement à court terme (CHP St Grégoire, CH de Montfort-sur- Meu, CH de St Méen-le-Grand, CH de Janzé). >Actions auprès des professionnels de santé libéraux du territoire depuis 2013 Territoire de Soins Numérique : >Si le projet breton est retenu, le territoire de santé n°7 (St Brieuc) sera un des bassins de déploiement privilégiés en 2014.

24 Présentation du GCS Déploiement du DMP dans le domaine libéral Dossier Médical Personnel

25 Présentation du GCS Page n°25 Enseignements des actions menées sur le bassin pilote de Vannes Dossier Médical Personnel Le DMP globalement est bien perçu par les professionnels de santé libéraux en ce qu’il permet un partage d’information, un décloisonnement entre ces derniers et donc une meilleure prise en charge du patient MAIS … >Le DMP s’il est gratuit pour les patients n’est pas gratuit pour tous les professionnels de santé (obligation de mise à jour, module optionnel payant pour intégration au logiciel métier) : investissement de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers d’euros par an. >Le DMP pour sa création demande du temps (en particulier d’information du patient). Temps non compensé et donc synonyme de perte de rémunération pour le professionnel libéral. >Le DMP souffre auprès des professionnels d’une très mauvaise publicité du fait des rapports et des interventions parlementaires successifs

26 Présentation du GCS Page n°26 Le DMP : outil facilitant le partage d’informations dans le cadre des Maisons, Pôles de Santé et groupements pour l’exercice coordonné (GECO) Dossier Médical Personnel Les professionnels de santé cherchant à travailler en exercice coordonné sont tous très vite confrontés à la même problématique de l’échange et du partage d’informations de santé entre professionnels de santé prenant en charge les patients. Sur 2013/2014, plus de 20 réunions réalisées sur toute la Bretagne par l’URPS

27 Présentation du GCS Page n°27 Utiliser le DMP pour mieux soigner les personnes âgées Dossier Médical Personnel Le DMP est particulièrement utile pour une meilleure prise en charge des patients atteints de maladies chroniques, polypathologiques ce qui est souvent le cas du patient âgé. Dans ces situations complexes, la coordination entre les acteurs de la prise en charge (ville-hôpital, EHPAD, réseaux géronto, MAIA, CLIC) nécessite plus qu’ailleurs la possibilité de partager l’information comme par exemple le Dossier de Liaison Urgence (DLU) ou bien le Plan Personnalisé de Santé (PPS). Le patient doit également pouvoir exprimer ses directives anticipées ou désigner une personne de confiance. Le DMP est une opportunité pour permettre ce partage mais là encore il y a des freins (les mêmes que ceux précités étant aussi applicables aux établissements d’hébergement des personnes âgées dépendantes).

28 Présentation du GCS Perspectives de déploiement en Bretagne Dossier Médical Personnel

29 Présentation du GCS Page n°29 Perspectives de déploiement en Bretagne Dossier Médical Personnel Priorisation du déploiement en lien avec la Stratégie Nationale de Santé : >Pour la coordination du parcours de soins des personnes âgées >Pour le suivi des patients atteints de maladies chroniques Pilote sur le déploiement du DMP en EHPAD : >Création du DMP par l’EHPAD >Alimentation du DMP avec le DLU par le médecin coordonnateur >Information par le personnel de l’EHPAD lors de l’appel au SAMU qu’il existe un DMP pour consultation et aide à la prise de décision du médecin régulateur >Consultation par l’EHPAD, au retour du résident, du CR d’hospitalisation

30 Présentation du GCS Page n°30 Perspectives de déploiement en Bretagne Dossier Médical Personnel Etat d’avancement du pilote : >Le DMP est opérationnel au SAMU 56 (accès via le site web DMP et dans les toutes prochaines semaines par le logiciel de régulation Centaure 15) >Recrutement d’EHPAD en cours : Plus d’une trentaine d’EHPAD rencontrés Les premières structures seront déployés cet été Un courrier de l’ARS est en préparation pour envoi aux EHPAD du territoire de santé n°4

31 Présentation du GCS Questions / Réponses Dossier Médical Personnel

32 32 Le dossier médical personnel (DMP) Le déploiement du DMP en EHPAD Dominique PIERRE, Responsable Système d’Information, ARS Centre, Emmanuel BLOT, Directeur de Projet, GCS Télésante Centre.

33 Le Dossier Médical Personnel est un service de l’ASIP Santé Nos partenaires :

34 Déploiement du DMP en région Centre Décembre 2011Octobre Décision ARS : priorité EHPAD 2- Grpe Travail Fédérations + Médecins coordonnateurs + Collège Médecine d’Urgence 3- Réunions sensibilisation ARS / GCS Axe gérontologique / PRS DMP / Télémédecine 4- Accompagnement 39 EHPAD du Berry Expérimentation : VSM : volet synthèse médicale DLU : dossier de liaison d’urgence = VSM + grille AGGIR + directives anticipées Région Retenue Appel à Projets ASIP Bassin de l’Indre Bassin d’Amboise Extension au Berry : Indre + Cher Généralisation du déploiement à l’ensemble des EHPAD de la région 60 EHPAD par trimestre Territoire PAERPA

35 Déploiement du DMP en région Centre Bassin pilote de déploiement Berry Amboise Bassin expérimentation Bourges Issoudun 35

36 SAMU DLU L’usage du DMP en EHPAD EHPAD 36

37 Ce que les professionnels en disent… En EHPAD :  Amélioration de la tenue des dossiers des résidents  Soulagement des personnels de nuit en cas d’urgence Au SAMU :  Gain de temps  Accès au dossier patient du CH ou du CHU => restreint aux patients déjà connus  Accès au DMP : non limité aux patients du CH Aux Urgences :  Accès rapide aux informations essentielles 37

38 Planning de déploiement Déploiement région Centre pour Envoi de courriers - courrier DG ARS aux directeurs des EHPAD : contexte - objectifs - courrier GCS : présentation démarche – formulaires CPx – Invitation réunion « lancement » 2- Réunion lancement - Public : EHPAD - SAMU – SAU – Organismes tutélaires – CG – CISS 3- Déploiement 38

39 a- Définir et identifier les EHPAD entrant dans la démarche b- Contacter puis présenter à la direction de l'EHPAD et au médecin coordinateur le DMP et l'usage DMP(DLU) / médecine d'urgence. Réunion de lancement dans chaque département avec mise à disposition d’un kit de démarrage à chaque EHPAD présent c- Contacter l’établissement et communiquer une fiche de prérequis basée sur la plaquette du DMP en EHPAD de L’ASIP santé d- Faire l’état des lieux conjointement avec le référent DMP de la structure, de l’éventuel delta entre les prérequis attendus et le niveau de l’établissement par rapport à ces prérequis lors d’un RDV téléphonique e- Informer en CME et/ou directoire et/ou autre si demandé f- Accompagner à l’installation technique et vérifier la fonctionnalité des postes (à distance) g- Faire un dernier point téléphonique avant la prise de RDV pour la formation du personnel h- Former au web DMP et à l’interface web DMP (si nécessaire). La formation est soldée par la création et l’alimentation d’au moins un DMP d’un résident (validation du process) i- Si demandé par l’EHPAD : Etendre l'information à l'ensemble du personnel (jour/nuit) dans le cadre de la procédure d’appel SAMU Méthode de déploiement EHPAD 39

40 a- Définir et identifier les SAMU + établissements avec SAU entrant dans la démarche b- Contacter puis présenter à la direction l’établissement et au médecin responsable du service / Pôle le DMP et l'usage DMP(DLU) / médecine d'urgence. Réunion de lancement dans chaque département avec mise à disposition d’un kit de démarrage à chaque structure présente c- Contacter l’établissement et communiquer une fiche de prérequis d- Faire l’état des lieux conjointement avec le référent DMP de la structure, de l’éventuel delta entre les prérequis attendus et le niveau de l’établissement par rapport à ces prérequis lors d’un RDV téléphonique : validation du processus organisationnel aux urgences notamment : implication des IAO e- Informer en CME et/ou directoire et/ou autre si demandé f- Accompagner à l’installation technique et vérifier la fonctionnalité des postes (à distance) g- Faire un dernier point téléphonique avant la prise de RDV pour la formation du personnel h- Former à l’interface web DMP. Formation des professionnels médicaux et paramédicaux. Méthode de déploiement SAMU / Urgences 40

41 Les dates clés (jalons) 41 J – 1.5 mois Réunion Lancement Avant J – 10 Commande produits authentification + Demande d’accompagnement par Télésanté Centre Avant J + 1 mois Rdv Prérequis DMP avec Télésanté Centre Avant J + 2 mois RDV atteinte des Prérequis DMP avec Télésanté Centre Avant J mois Formation DMP par Télésanté Centre au sein de l’EHPAD avec création et alimentation d’un DMP J + 3 mois Fin de l’accompagnement Télésanté Centre Accompagnement Par TéléSanté Centre J 0

42 Ressources mobilisées Déploiement par trimestre (environ 60 EHPAD) :  GCS Chef de projet Support technique Support médical Formateur / Accompagnateur  ARS Référent ARS Soutien des DT => environ 180 jours / homme Soit 3 jours / homme par EHPAD en moyenne 42

43 Outils mis en place Pré-remplissage des formulaires de demande de produits de certification Tableau de suivi des commandes de produits de certification par EHPAD Tableau de pré requis avec liens dynamiques :  Eléments conduite de projet  Aspects organisationnels : création – alimentation – consultation  Production du DLU : logiciel métier …  Aspects techniques  Produits d’authentification  Communication  Formation / démarrage Tableau de suivi d’avancée du déploiement Indicateurs 43

44 Outils mis en place Indicateurs basés sur les 6 étapes du déploiement DMP en EHPAD (plaquette ASIP Santé) : 44

45 Suivi du déploiement 45

46 Facteurs clés de succès :  Soutien politique ARS du Centre  Optimisation des circuits obtention produits de certification  Implication de la direction des ES  Implication des médecins coordonnateurs EHPAD  Projet avant tout organisationnel  Réunir les « producteurs » et les « consommateurs » de l’information Ecueils à éviter :  Cibler uniquement les équipes informatiques  Aspects techniques exclusifs  Approche corporatiste 46

47 Témoignages Disponibles sur & VMS et DLU dans le DMP : pour une meilleure prise en charge en situation d’urgence Dr Alban FOREL, Médecin urgentiste, SAMU 37 à Tours (Centre) Les infirmiers au cœur de la coordination des soins Nicolas SCHINKEL, Infirmier libéral (Franche- Comté) Le DMP dans la prise en charge des personnes âgées Dr AUZON, Médecin Gériatre au CH d’Orthez (Aquitaine) Le DLU dans le DMP en EHPAD Dr Yannick Legeay, Médecin généraliste en EHPAD (Centre) 47

48 Merci de votre attention 48

49 49 Le télémédecine dans les établissements médicosociaux Le projet TELEHPAD pour la prise en charge des personnes âgées Dr Pierre ESPINOZA, Référent médical, Laurent LECLERE, Directeur, Mutualité 22

50 50 Journée régionale ARS 27 juin 2014

51 Plan d’intervention Présentation du projet TELEHPAD Origine du projet, spécificité Méthodologie Objectifs 2. Déploiement et mise en œuvre Analyse des besoins, spécialités prioritaires Modélisation Préparation du déploiement 3. Evaluation médico-économique Enjeu de reproductibilité Du démonstrateur à « l’industrialisation » Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

52 Présentation du projet TELEHPAD 52 Origine du projet, spécificité Méthodologie Objectifs Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

53 Être patient en milieu rural 53 Inquiétudes fortes sur la densité des médecins généralistes Démographie médicale, Intérêt des jeunes pour la MG et le secteur rural. Accès difficile aux spécialistes Démographie faible en particulier sur le 22, Distance qui nécessite transport. Public âgé (mobilité réduite – besoins de santé) Personnes âgées à domicile en milieu rural, Personnes âgées en EHPAD. Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

54 Réponse TELEHPAD 54 Une réponse télémédecine d’accessibilité aux soins pour : les résidents des EHPAD, la population locale autour des EHPAD. en s’appuyant sur le maillage de proximité des EHPAD. Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

55 EHPAD Costarmoricains 55 Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

56 56

57 Organisation de la réponse 57 Démarche partenariale La télémédecine est avant tout de la coopération professionnelle et territoriale S’appuyer sur les acquis et l’expérience Apport de l’expérience TELEGERIA et en particulier du Dr ESPINOZA (1.800 sessions de telemedecine dans 25 spécialités Du démonstrateur au déploiement Un principe largement éprouvé dans de nombreux projets : commencer petit même si on veut voir grand Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

58 Description des 13 acteurs 58 Porteur de projet Mutualité Française Côtes d’Armor Gestionnaire d’établissement de santé dans le secteur sanitaire (SSR gériatrique) et médico-social (11 EHPAD sur le département) Partenaires Etablissements hospitaliers généraux CH Yves LE FOLL – Saint-Brieuc CH René PLEVEN – Dinan Etablissements hospitaliers psychiatriques (ESPIC) CHS St JEAN DE DIEU – Léhon (Dinan) CHS BON SAUVEUR – Bégard Acteurs libéraux (institutionnels) URPS Médecins libéraux Bretagne Conseil de l’Ordre des Médecins Région Bretagne Assurances maladie et complémentaires CPAM 22 MSA Armorique Fédération Nationale de la Mutualité Française Autres acteurs UNA fédération départementale de maintien à domicile Laboratoire de Génie Industriel de l’ECP (Ecole Centrale Paris) pour l’évaluation médico-économique EHESP Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

59 59 Etablissements et partenariats établis 5 EHPAD (3 mutualistes – 1 associatif – 1 public), Des généralistes de proximité autour des établissements, Des Hébergements temporaires EHPAD = spécificité à observer, 1 SSR Mutualiste polyvalent et PAPD, 2 Hôpitaux Publics de St Brieuc et Dinan, 2 Hôpitaux psychiatriques de Bégard et Dinan. Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

60 2 - Déploiement et mise en œuvre 60 Analyse des besoins: quelles spécialités? Modélisation Préparation du déploiement Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

61 61 Les objectifs de TELEHPAD : aménagement rural 1. Mission de coordination en EHPAD, 2. Avis spécialisé pour des patients âgés en EHPAD, 3. Avis spécialisé pour la population de proximité, 4. Intégration d’EHPAD public et privés, 5. Optimiser le parcours hébergement temporaire. Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

62 Priorités médicales 62 Spécialités liées à l’analyse des besoins : Ecoute des acteurs en EHPAD, mais surtout écoute des professionnels locaux (médecins traitants). Spécialités liées à la population : En priorité une population âgée, à mobilité réduite, Sans exclure une réponse de proximité tous publics. Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

63 Spécialités: premier périmètre 63 La gériatrie La psychiatrie Le suivi des plaies, la dermatologie La cardiologie Les urgences (SAMU) Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

64 64 Les usages TELEHPAD perspectives Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

65 Préparation du déploiement 65 Approche technique Connexion au réseau BIPS Préparation des stations des EHPAD Modélisation des salles de « téléconsultation » Préparation des usages Formulaires Formation des professionnels Accompagnement au changement Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

66 66 Intégration au sein du réseau télésanté Bretagne Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

67

68

69 69 Ergonomie côté spécialiste, station individuelle

70 70 « Ergonomie mobilité », vers le domicile..

71 3 – Evaluation médico-économique 71 Enjeu de reproductibilité Il n’y a pas d’expérimentation sans mesure, sans évaluation Volonté de reproductibilité en Bretagne, mais aussi dans d’autres territoires Du démonstrateur à « l’industrialisation » La logique de commencer petit, faire ses preuves Déployer largement dans une approche prouvée Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

72 3 – Evaluation médico-économique 72 Soutien méthodologique Laboratoire de Génie industriel de l’Ecole Centrale de Paris Camille JEAN, Doctorant, Thèse sur l’évaluation médico- économique TELEMEDECINE Forte implication de la CPAM 22 et MSA Mobilisation sur les données statistiques Définition des zones de références Suivi pluri-annuel…y compris avec une démarche T0 (avant la Télémédecine) Evaluation détaillée Démarche de terrain avec zone témoin (avec ou sans Télémedecine) Evaluation de l'efficience de la mise en place de la télémédecine sur un territoire Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

73 Description du projet Telehpad 73 TELEHPAD - 05/2014

74 Création d’une matrice ECP : Modèle économique durable entre les acteurs de TELEHPAD Méthode utilisée : FFM (Financial Flow Modelling) avec le solde des marges calculé de la phase de montée en puissance à la phase de maturité pour chacune des parties prenantes 74

75 coût-utilité Perspective collective (tous financeurs et toute la population étudiée) Un canton ( personnes) et un canton témoin similaire, trois ensembles populationnels par canton : (résidents, +75 ans, tous) Avant / après sur le canton cible et avec / sans entre les deux cantons similaires Période mensuelle sur 5 ans Actualisation de 4% par an (selon la HAS) Données recueillies à partir des bases de données des CPAM et des Hôpitaux Résultats multicritères Tous les coûts impliqués (matériel, mise en place du projet, maintenance, production de soins) 1.La méthode d’évaluation économique 2.La perspective sur les coûts et sur les résultats 3.La population d’analyse 4.Les interventions à comparer 5.L’horizon temporel 6.L’actualisation des coûts 7.La synthèse des données 8.Les critères de résultat 9.Les critère de coûts 75 Efficience du projet TELEHPAD Respect des préconisations HAS Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

76 Résultats comparatif canton de Broons : TELEMEDECINE sur les 3 EHPAD du canton canton de Saint-Nicolas-du-Pélem : pas de TELEMEDECINE 76 Efficience du projet TELEHPAD Définition du canton témoin : modulation des distances accès Hôpitaux

77 Consultations Nombre et caractérisation complète : type de consultation, spécialité, lieux de la consultation, second recours, type de remboursement, parcours coordonné ou non, etc… Transports Nombre et caractérisation (Ambulance, VSL ou Taxi) Hospitalisations Nombre d’hospitalisations et leur durée, nombre de transformation des hospitalisations non programmées vers des hospitalisations programmées Urgences Nombre et caractérisation Puis modulation par des analyses qualitatives 77 Efficience du projet TELEHPAD Définition des indicateurs… en cohérence avec les objectifs Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

78 78 HAS: Formaliser les étapes du déploiement Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

79 79 Contacts Laurent LECLERE Directeur Général Dr Pierre ESPINOZA Expert Télémédecine Alan ENTEM Chargé de mission Journée ARS Bretagne 27 juin 2014

80 80 Merci de votre attention

81 81 Le télémédecine dans les établissements médicosociaux Le projet PROMETTED pour la prise en charge des enfants atteints d’autisme Christine CALINAUD, Chargée de projets SI Santé et Innovations, ARS Ile-De-France, Jean-Christian SOVRANO, Adjoint au Directeur du Pôle médico-social, ARS Ile-De-France, Dr Catherine DOYEN, Praticien Hospitalier, Centre Hospitalier de St Anne.

82 PROgramme MEdical de Télépsychiatrie pour enfants et adolescents présentant un TED PROMETTED ARS Ile de France: C. Calinaud Centre Hospitalier Sainte Anne: C. Bez, N. François, F. Toux CREDAT: Dr Y. Contejean, Dr C. Doyen PEDIATED: Pr M. Speranza, Dr M.J Oreve IME Eclair, IME Chambourcy, IME Le Reverdi, IME Notre Ecole, Uni Teds D-Sisif, GCS Ile de France ARS juin 2014

83 Projet PROMETTED Rationnel Médical et Scientifique en Télépsychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent Difficultés d’accès aux soins pour les populations rurales Pénurie de psychiatres Diagnostics réalisés par des non spécialistes Méconnaissance des diagnostics comorbides Méconnaissance de la vulnérabilité psychosociale Problèmes médicaux autour de la surmédication. ARS juin 2014 Siemer C.P. et al. Child Adolesc. Psychiatric Clinic N. Am., 2011, 20:

84 Projet PROMETTED Présentation du projet o Mise en place d’une solution de télémédecine au sein de structures médico- sociales accueillant des sujets avec autisme et autres Troubles Envahissants du Développement. o Objectifs : o Réduire la difficulté engendrée par l’éloignement géographique o Développer d’autres complémentarités o Le projet pilote se situe dans le champ de : o La téléconsultation (Art R ) o La télé expertise o Il s’appuie sur la plateforme régionale de télémédecine ORTIF ARS juin 2014

85 Projet PROMETTED Les partenaires du projet

86 Projet PROMETTED Les grandes étapes du projet - méthodologie o Constitution d’un comité de pilotage (réunions trimestrielles) animé par le chef de projet et le coordinateur médical, o Constitution d’un comité scientifique animé par le coordinateur médical, o Rédaction du projet médical par le comité scientifique, o Elaboration des protocoles de prise en charge, o Spécification, mise en place et validation de la solution technique : plateforme et matériels, o Paramétrage des télédossiers et protocoles d’échanges, o Rédaction du modèle médico-économique en partenariat avec l’URCECO et l’ARS, o Réalisation de tests de télédossiers et visioconférences, o Rédaction des contrats et conventions ARS – établissements partenaires. o Démarrage de l’activité dans les deux CH et dans deux structures médico-sociales pilotes, o Validation de l’organisation et de la plateforme d’échanges, o Installations techniques dans les trois autres structures, o Démarrage de l’activité dans les trois autres structures. ARS juin 2014

87 Projet PROMETTED Algorithme 1 PRISE DE RENDEZ-VOUS 7 JOURS AVANT LA TELECONSULTATION TELECONSULTATION ADMISSION 1 ANAMNESE MEDICALE TELECONSULTATION ADMISSION2 ADI-R et autres instruments TELECONSULTATION ADMISSION 3 RESTITUTION AUX FAMILLES TELESTAFF Projet Personnalisé TELECONSULTATION SUIVI 1 EVALUATION TELESTAFF Adaptation du Projet Personnalisé TELECONSULTATION SUIVI 2 RESTITUTION AUX FAMILLES

88 Projet PROMETTED Macro planning de déploiement o 4 février 2014 : Réunion de lancement en présence de tous les partenaires et de l’ARS. Validation du projet médical et présentation de la plateforme de télémédecine. o 1 er trimestre 2014 : o Rédaction des protocoles de prise en charge par un comité scientifique constitué de professionnels de santé des différentes structures, et animé par le coordinateur médical du CHSA. o Etat des lieux technique des structures, et identification des besoins en matériel et infrastructure à mettre en place (DSI). o Réunion avec l’URCECO pour préparer l’étude médico-économique et identifier les données à recueillir. o 2 ème trimestre 2014: o validation des protocoles médicaux par le COPIL. o Installation technique de la plateforme de télémédecine (DSI/fournisseur). o Paramétrages des formulaires et des protocoles d’échanges (PS/DSI). o 3 ème trimestre 2014 : o Installation du matériel de téléconsultation dans les structures : CHSA, CH de Versailles, 2 structures médico-sociales pilotes (DSI/fournisseur). o Tests de fonctionnement de la solution (DSI/PS/fournisseur). o Rédaction des conventions avec les partenaires et avec l’ARS. o 4 ème trimestre 2014: o Démarrage en production des sites pilotes octobre-novembre o Démarrage de la télémédecine avec les 3 autres structures 1 er trimestre ARS juin 2104

89 Merci de votre attention

90 RAPPEL DU CONTEXTE Une démarche entreprise dans le secteur des personnes âgées en perte d’autonomie et des EHPAD Des problématiques similaires au champ des personnes âgées L’accès au diagnostic et aux soins courants des personnes en situation de polyhandicap et d’autisme est difficilement garanti en Ile-de- France, et induit des parcours de soins fragmentés La nécessité d’étayer les besoins par une étude lancée par l’ARS au premier semestre 2013 permettant de nourrir le contenu de l’appel à projets

91 DEMARCHE Lancement d’un appel à projets en direction des établissements pour personnes en situation de handicap au mois de juillet 2013 conformément aux orientations du schéma d’organisation médico- sociale et du Programme régional de Télémédecine en cible deux types de publics : -Des personnes poly handicapées -Des personnes avec autisme et autres TED une étude exploratoire pour identifier les besoins des structures (internat – externat), les conditions organisationnelles requises au développement d’une offre de télémédecine -Menée par MADOPA

92 CALENDRIER Financement : 1 million d’euros – FIR 2013 Calendrier :  Février à avril 2013 : étude exploratoire Madopa  13 mai 2013: réunion de restitution aux professionnels  14 mai – 3 juin 2013 : rédaction du cahier des charges  3 juin – 26 juin 2013 : recueil avis du COSSIS  3 juillet 2013: publication de l’appel à projets  7 octobre 2013 : Clôture du dépôt des candidatures  8 octobre au 28 octobre 2013 : instruction des dossiers  7 novembre 2013 : Commission de sélection  Du 18 novembre au 5 décembre 2013 : élaboration des documents d’attribution du FIR

93 2 projets retenus 1 prestation de conseil Le projet porté par le CESAP, sur le champs du polyhandicap, en étroit partenariat avec les services de l’AP-HP, lancé en janvier 2014; Le projet porté par le Centre Hospitalier Sainte-Anne, et plus particulièrement son Centre de Diagnostic et d’Evaluation Autisme (CDEA), en partenariat avec le CDEA du Centre Hospitalier de Versailles et des structures médico-sociales accueillant des personnes avec autisme et TED Une prestation d’accompagnement en vue de l’élaboration d’un projet de télémédecine portant sur les investigations somatiques des adolescents et adultes avec autisme et autres TED

94 3 ème projet Télémédecine & Handicap Objectif : téléconsultation et téléexpertise concernant l’investigation somatique des adolescents et adultes avec autisme (problèmes somatiques génèrent des troubles du comportements sévères) un projet coordonné par le Centre de Ressources Autisme IF Un site expert : l’Etablissement Public Spécialisé Barthélémy Durand, dont le Centre de la douleur en santé mentale Des établissements médico-sociaux pour adultes avec autisme > Le projet doit être soumis à l’ARS début juillet 2014

95 PERSPECTIVES Evaluation médico-économique des nouvelles organisations permises par les solutions de télémédecine déployées - avec recueil de la satisfaction des patients / des familles - et recueil de la satisfaction des professionnels des institutions / des hôpitaux experts Modalités de règlement des télé-consultations Diffusion plus large de la télémédecine au bénéfice de cette population de patients suivant les enseignements des 3 projets pilotes > développement des usages AVEC les utilisateurs

96 Merci de votre attention CHSA Hébergeur de données de Santé

97 97 Bon appétit… reprise à 14 h 00


Télécharger ppt "XX/XX/XX 27 juin 2014 Journée régionale des systèmes d’information partagés et de la télémédecine."

Présentations similaires


Annonces Google