La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le rapport médical fait état d’une dépression Quelques trouvailles psychopathologiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le rapport médical fait état d’une dépression Quelques trouvailles psychopathologiques."— Transcription de la présentation:

1 Le rapport médical fait état d’une dépression Quelques trouvailles psychopathologiques

2 Dépression

3

4 Critères CIM-10 de dépression Psychomotricité ralentie Thymie triste, abattue Sommeil perturbé, réveils précoces Inappétence, perte de poids Troubles de l’attention et de la concentration Anhédonie Aboulie Sentiment de culpabilité Mauvaise image de soi Perte de la vision de l’avenir Idéations suicidaires Fatigabilité

5 Position dépressive Nous sommes tous des animaux, mais des animaux très complexes B.F. Skinner,

6

7

8

9

10

11 Vignette clinique: Madame D, 61 ans Née aux USA, en CH depuis l’âge de 17 ans (père ingénieur) Ecole internationale puis formation de secrétaire, diplôme à 20 ans Parcours de secrétaire de direction (Esso, Lilly, Sanofi) A 26 ans, choriocarcinome métastatique, traité au MTX. Guérie A 58 ans, mise en AT sur opération de la main (tunnel carpien, doigt à ressort et Dupuytren). Reprise prof considérée comme exigible à 100% par le spécialiste.

12 Ne parvient pas à reprendre le travail. Apparition d’attaques de panique, impossibilité de s’adapter aux changements dans la routine et oublis. Suivi psychiatrique. D: tr dépressif récurrent, anxiété généralisée et personnalité dépendante. Tests de la mémoire: difficultés de mémoire de travail et de l’attention, compatible avec une problématique thymique bien connue ainsi qu’avec la médication. MMS 24/30 Echelle de démence de Mattia 140/144 TTT Efexor et Stilnox

13 Mari: 22 ans de vie commune, chef comptable. Le couple vit à Genève, possédant une maison à Frangy 3 années qui suivent: erreurs inhabituelles (lettre), négligence et début d’une consommation d’alcool. Les travaux ménagers n’avancent pas (lave un mur toute la journée). Conflit conjugal, le mari invitant son épouse à vivre dans la résidence secondaire. Pas d’aide à domicile. Méd ttt voit sa patiente 1x/3 mois, psy 1x/mois, ne s’occupe pas du contexte psycho-social.

14 Status Dame amaigrie, (a perdu 14 kg en 8 mois), désorientée. Vocabulaire pauvre. Echolalie, persévérations. Désinhibée (vie intime), ne semble pas souffrante. Indifférente au rejet de son mari. Discours: perd le fil, difficultés d’élocution (caillou dans la bouche) légère dysarthrie. Stéréotypies. Lacunes dans l’anamnèse. Peu de signes dépressifs: appétit anarchique, mange en général froid. Troubles de l’attention et de la concentration, fatigabilité. Neuro-imagerie: atrophie cortico-sous-corticale relativement marquée. Désinhibition comportementale, apathie, inertie, perte de l’empathie, persévération et trouble du comportement alimentaire (hyperoralité).

15 Diagnostic: détérioration cognitive, à possible composante fronto-temporale.

16

17 Monsieur TE, 36 ans Né en Bosnie, en Suisse depuis ème demande à l’AI, d’abord RE puis MOP Pas de formation. A 19 ans, en 1992, perd le pied D après avoir sauté sur une mine. Amputation au couteau de cuisine et mise en place d’une prothèse avec du carton, des copeaux de bois et de la colle. En Suisse, amputation selon Burgues. CT 100% dans activité adaptée.

18 Père malade psychiatrique, s’est pendu lorsque l’assuré avait 7 ans Fratrie de 5 enfants, dont l’un est décédé dans la petite-enfance; frère aîné au bénéfice d’une rente AI. Assuré: 8 ans de scolarité, avec difficultés d’apprentissage ; n’a jamais vraiment pu lire ni écrire, même dans sa langue Exerce quelques brefs postes comme journalier. Un an de travail en Serbie (connaissances) sur un chantier. Déserte au service militaire, sur refus de tuer (guerre en Croatie). En Suisse, stages occupationnels qui n’ont jamais duré plus de 3 mois. Depuis 5 ans à l’aide sociale.

19 Développement social déficitaire: isolé de ses camarades à l’école, n’a pas eu d’ami. Soutenu par son frère aîné, qui l’a hébergé à Yverdon à l’arrivée en Suisse. Il y a 6 ans, méd TTT propose un suivi psychiatrique. Diagnostics: symptômes réactionnels (déstabilisation suite à un séjour au Pays…) puis, les 2 dernières années, trouble dépressif récurrent, actuel moyen à sévère, anxiété généralisée et PTSD. Marié, épouse n’a jamais travaillé (refus de prestations AI), 3 enfants. Vie quotidienne: au domicile, devant la TV. Vie sociale restreinte aux membres de la famille.

20 Plaintes: accepterait n’importe quel travail. Rumine son triste sort. Se sent différent des autres. Status: vient avec son épouse, conduit par des proches. Marche avec une canne anglaise, boiterie importante (exa rhumato ne révèle pas de signe de non-organicité) Désorienté: mélange son vécu en Bosnie avec l’actualité. Sauts chronologiques. Fait tout ce qu’il peut pour collaborer. Langage fait de phrases simples, au vocabulaire pauvre, mal maîtrisé, à la logique défectueuse. Mémoire très variable. Réactions émotionnelles inadéquates (parathymie). S’effondre à la confrontation. Troubles praxiques (maladroit, gestes peu précis). Pas de signe de psychose, même signes négatifs.

21 Signes dépressifs: thymie peu expressive, souffrante. Appétit faible avec désintérêt pour la nourriture. Sommeil: peut ruminer toute la nuit si angoisses. Attention et concentration déficitaires. Avenir: demande à travailler. Image de soi: est déçu de lui-même. Résumé: Tableau clinique déficitaire ayant débuté dans l’enfance, constitué de troubles praxiques, d’une réduction des performances intellectuelles et de difficultés à établir des liens sociaux.

22 Diagnostic: trouble envahissant du développement, probablement de type dyspraxie. Hypothèse: syndrome désintégratif?

23

24 Monsieur BP 34 ans, formation universitaire commerciale. Vit en France. Février 2009: épisode dépressif. Se sent observé par des caméras au domicile. Son ordinateur aurait été piraté, notamment par son père. Débute un suivi psychiatrique. Diagnostic de dépression, prescription de citalopram dès septembre Novembre 2009: en mission divine, se sent en devoir d’aider tous les misérables. Se baigne dans les fontaines pour se purifier, se déleste de ses clés (caniveau), reste 3 jours dans la rue, se rendant dans les banlieues défavorisées pour rassembler les âmes en peine à qui il promet le salut.

25 Récupéré par les pompiers, il est hospitalisé. TTT Tégrétol et Risperdal. 5 mois d’hospitalisation, sans claire amélioration. Status: labilité de l’humeur, avec alternance entre phases hautes de type hypomane et dépressives. Comorbidités (alcool, cocaïne, conduites à risque) Diagnostic: trouble affectif bipolaire de type I (ou III) Décompensation maniaque sous TTT antidépresseur. DD: trouble schizo-affectif. Δ Tégrétol (carbamazépine) est un inducteur enzymatique (Cyp 3A4), alors que le Risperdal est métabolisé par le Cyp 3A4 (Chin Eap). Passage à Dépakine avec psychothérapie pour troubles bipolaires. 4 ans de stabilité. Travaille à 100%. Conclusion: avant de prescrire un antidépresseur, toujours vérifier qu’il n’y a pas de bipolarité.

26

27 Merci de votre attention Sanja Vecerina Av de la Gare Lausanne


Télécharger ppt "Le rapport médical fait état d’une dépression Quelques trouvailles psychopathologiques."

Présentations similaires


Annonces Google