La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dominique Buffet Ministère de la Région Wallonne

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dominique Buffet Ministère de la Région Wallonne"— Transcription de la présentation:

1 Les critères d'interopérabilité de l’information géographique de traçabilité
Dominique Buffet Ministère de la Région Wallonne Centre de Recherches Agronomiques Biométrie, Gestion des données et Agrométéorologie

2 Schéma de vie de l’Information
Utilisateurs STANDARDS - Langages (XML, RDF, GML…) - Formats (PDF, SVG…) - Échanges (EDIFACT…) - Protocoles (http, FTP, SMTP..) - etc. Applications Interfaces STANDARDS POSSIBILITES TECHNOLOGIQUES Internationaux (ISO) Européens (CEN) Nationaux Consortium SPECIFICATIONS Catalogues CEN OpenGIS Dublin Core AgroEDI etc. QUI PORTENT SUR Schéma de vie de toute information. Cycle compliqué car il fait intervenir : plusieurs acteurs, plusieurs sources, pluseiurs type de données, plusieurs traitements possibles plusieurs cheminements Plusieurs utilisateurs Nécessité d’être connecté (BIND) de se faire comprendre (REQUEST), de trouver (FIND) et de comprendre (PUBLISH) Il est donc impératif de se rattacher à des standards et des spécifications faites et/ou en cours d’éditions. La bonne ou la mauvaise nouvelle, c’est qu’il existe un très grand nombre de standards qui sont spécifiques, qui n’interviennent qu’à certains stades du cycle et pour couronner le tout qui sont issues d’organismes différents qui peuvent être internationaux, européens, nationaux et ou issus de consortium. Dans le cadre du projet GeoTraceAgri, vient s’ajouter le faite que l’on dispose d’information de Traçabilité, de l’Information Géographique et de l’Information combinée Géo+Traçabilité. Nous allons essayer de clarifier tout ceci. - Meta-données - Encodage - Classification - Catalogue - Systèmes de Référence - etc. DONNEES PROPREMENT DITES Interfaces Bases de données internes Bases de données externes

3 PLAN DE L’EXPOSE Information Géographique (contraintes)
Information de Traçabilité (contraintes) Information de GéoTraçabilité (contraintes) Interopérabilité pour les Systèmes d’Information à Référence Spatiale (SIRS) Interopérabilité pour le Système d’Information de GéoTraçabilité (SIGTA) Au cours de cet exposé nous allons voir en premier lieu les contraintes (en terme d’intéropérabilité) du caractère Géographiques de l’Information, les contraintes lorsqu’il s’agit d’information de traçabilité et ce que cela implique lorsque nous combinons ces deux caractères pour en faire de l’Information de GéoTaçabilité. A partir de ces observations ferons un état de l’art de ce qui existe en terme d’Interopérabilité et ce qui n’existe pas pour terminer sur sur les critères d’intéropérabilité qui devrons être pris en compte dans un système d’Information de GéoTraçabilité. C’est le rôle du workgroup SIG constitué par la Section Biométrie du CRA, le CIRAD, l’Ulaval et Callisoft en collaboration avec les autres partenaire du projet GTA.

4 INFORMATION GEOGRAPHIQUE
= donnée thématique + composante spatiale localisée Composante spatiale constituée par : forme simple (point, ligne, polygone) forme complexe (composition) Composante spatiale ratachée soit : à une référence géographique implicite (adresse, code postal, région agricole…) à une référence géographique explicite (latitude et longitude, X Y Z) L’ajout d’une composante spatiale à l’information signifie qu’aux données thématiques (pH, date et quantité dépandage…), des objets de nature « spatiale » y sont associés. Ces objets peuvent avoir des formes simple (point, ligne, polygone) ou une forme complexe (composition de formes simples). Si ces objets spatiaux correspondent à des lieux ou à des éléments précis à la surface de la terre (c-à-d géoréferencé), on parle d’objets géographiques et par extension on qualifie le tout d’information géographique. Ainsi une information géographique au sens large (information géoréférencée) contient une information thématique qui est ratachée soit à une référence géographique implicite (adresse, code postal, région agricole…) dite aussi indirecte Soit à une référence géographique explicite (latitude et longitude, coordonnées cartésienne X, Y, Z dans une projection donnée) qualifié de directe. (source: ESRI)

5 INFORMATION GEOGRAPHIQUE
Contrainte géographique => Géoréférencement (type de projection + datum) Contrainte cartographique => Unité spatiale de référence = parcelle, cadastre… Contrainte format Données géographiques Données vectorielles Données rasters Données sémantiques Types de données (binaires, entiers, décimaux) Chaque logiciel SIG utilise généralement un format « propriétaire »

6 TRACABILITE Norme ISO 8402 (1995)
« l’aptitude à retrouver l’historique, l’utilisation ou la localisation d’une entité (par exemple, un végétal, un animal, une denrée alimentaire) au moyen d’identifications enregistrées ». Règlement Européen (178/2002 – 28/01/2002) « la capacité à retracer, à travers toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution, le cheminement des denrées alimentaires, des aliments pour animaux, des animaux producteurs de denrées alimentaires et de toute autre substance destinée à être incorporée dans des denrées alimentaires ou les aliments pour animaux ». traçabilité = C'est un mot magique Il rassure les consommateurs, conforte les entreprises et régit les filières. Mais sa définition est suffisamment vaste pour que chacun y mette ce qui lui plaît : informations sur la provenance des produits, suivi logistique, données sur la qualité... Au sens de la norme ISO 8402, la traçabilité est « l’aptitude à retrouver l’historique, l’utilisation ou la localisation d’une entité (par exemple, un végétal, un animal, une denrée alimentaire) au moyen d’identifications enregistrées ». Le règlement européen n° 178/2002 précise cette définition générale dans le cadre de la sécurité alimentaire. La traçabilité y est définie comme " la capacité à retracer, à travers toutes les étapes de la production, de la transformation et de la distribution, le cheminement des denrées alimentaires, des aliments pour animaux, des animaux producteurs de denrées alimentaires et de toute autre substance destinée à être incorporée dans des denrées alimentaires ou les aliments pour animaux ". Ces obligations sur la traçabilité (article 18 du règlement CE) seront d’application à partir du 1 er janvier (Source FilAlim.com)

7 TRACABILITE Traçabilité sur la logistique du produit
Traçabilité sur le contenu du produit PRODUCTEUR CONSOMMATEUR A B C D E F Traçabilité descendante Traçabilité ascendante Cette définition rappelle que la traçabilité implique la juxtaposition de deux forme de traçabilité : la traçabilité sur la logistique du produit la traçabilité sur le contenu du produit : La première permet de suivre l’histoire d’un produit dans l’espace et dans le temps, alors que la seconde permet de donner toutes les informations concernant la vie du produit. La traçabilité complète exige donc un flux de produits accompagnés d’un flux de données!!! Il est alors important dans un système de traçabilité de faciliter un bon transfert de l’information entre les différents acteurs. Les données stockées ou échangées étant définies par les acteurs et en fonction des spécificités de chaque filière. L’agriculteur est le premier acteur de cette longue chaîne de traçabilité. Il est donc primordial que l’information de traçabilité ne soit pas qu’un simple enregistrement mais qu’elle puisse être valorisée dès le premier maillon de cette chaîne. Mais souvent, ces enregistrements ne sont pas compatibles ou en tout cas pas standardisés pour être transmis. A l’inverse, ces informations ne peuvent être pleinement valorisées au niveau même de l’exploitation, via de l’information provenant de systèmes extérieurs à l’exploitation (données météorologiques, images satellitaires) faute d’échanges standardisés. Dans la traçabilité courante, l’agriculteur est souvent un fournisseur d’informations ; dans la GéoTraçabilité, il devient également receveur (continuum de l’amont à l’aval et inversement).

8 L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE DE TRACABILITE - GeoTraceAgri
Contraintes au sein d’un maillon de la chaîne Système d'Information de Traçabilité Interopérabilité Système d'Information Spatiale le projet GéoTraceAgri fait intervenir trois types de données : l’information de traçabilité proprement dite (ex : données culturales), l’information géographique (ex : le parcellaire) ainsi qu’une information combinée que l’on qualifiera d’information de GéoTraçabilité (ex : indicateurs de traçabilité géographique).

9 L’INFORMATION GEOGRAPHIQUE DE TRACABILITE - GeoTraceAgri
Contraintes au sein de la chaîne Système d'Information de Traçabilité Système d'Information Spatiale Système d'Information de Traçabilité Système d'Information Spatiale Système d'Information de Traçabilité Système d'Information Spatiale Système d'Information de Traçabilité Système d'Information Spatiale Interopérabilité

10 Standardisation INTEROPERABILITE
Traduit la capacité d’un système d’information à fonctionner avec d’autres. Elle vise à développer des architecture et des outils pour l’échange et la valorisation des données. L’échange des données = 3 composantes (les 3 C) Le transport des données (Communication) Le format des données (Contenant) La valeur des données (Contenu) Standardisation L’Interopérabilité d’un système d’information traduit sa capacité à fonctionner avec d’autre en d’autres termes elle vise à développer des architecture et des outils pour l’échange de données informatisé L’échange de données informatisé met en œuvre 3 composantes que l’on peut appeler « les 3C » : le transport des données (la communication des données), le format des données (le contenant de ces données) et la valeur des données (le contenu de ces données). Ces exigences en matière d’architecture d’un système de traçabilité géographique mettent en relief la nécessité de standardiser le format, le contenu et la communication des données échangées. Standards = model établit par une autorité, un client ou un consortium. Concerne le niveau technique et sémantique de l’interopérabilité (ETeMII). L’objectif de notre groupe de travail est de définir des « critères d’interopérabilité », sous-entendu les règles minimales à respecter pour la mise en place d’un système de traçabilité géographique opérationnel.

11 SYSTEME INFORMATION => EDI : Electronic Data Interchange
Internationaux : ISO 191xx : International Standardisation Organisation UN/EDIFACT Régionaux : CEN : Comité Européen de Normalisation Consortium : AgroEDI ASDAC … Les standards liées au système d’information généraux reposent principalement sur les normes d’échange de l’Information informatisée (EDI) EDIFACT: Electronic Data Interchange For Administration, Commerce and Transport A.S.D.A.C. : est un processus d’échange automatique et électronique de données structurées et normalisées entre des applications informatiques du secteur agricole Je ne développerai, pas au cours de cet exposé, les différents standards et spécifications liés à l’échange des données parce que: Ma collègue Emmanuelle vous en a parlé juste avant moi et surtout parce que ces derniers sont bien développés, reconnus et répandus A l’INVERSE des standards pour l’information géographique. Toutefois il est important de ne pas négliger cet aspect, puisque ces derniers évoluent quand même, je pense par exemple à l’EDIFACT qui deviendra XML-EDIFACT et EDI en ebXML.

12 SYSTEME INFORMATION SPATIALE
Internationaux : ISO/TC211 W3C Industriel : OGC : OpenGIS Consortium Régionaux / Consortium : CEN : Comité Européen de Normalisation EuroGeographics OTAN : Organisation du Traité de l’Atlantique Nord FGDC : Federal Geographic Data Committee Il existe un très grand nombre d’activité sur la standardisation de l’information géographique qui peuvent être également répartis en 3 groupes: Internationnaux: qui fournissent des objectifs de standards et des spécifications pour l’implémenation de ces derniers Industriel : Consortium qui fournisse des spécifications techniques Nationaux/RégionauxCommunauté qui définissent des pratiques communes, le contenu et l’intéraction entre les différents groupe

13 SYSTEME INFORMATION SPATIALE
Il existe beaucoup d’initiatives pour la création d’Infrastructures de Données Spatiales (SDI) aux niveaux régional et national. Ce sont en général les distributeur nationaux (ex: IGN Belgique) qui sont les initiateurs car ils constituent les piliers de la distribution de l’information géographique. Au vue de cette carte issue du projet INSPIRE (IST-UE), la plus part des initiatives suivent les spécifications proposées par l’ISO/TC211 et le consortium OpenGIS. (Source projet INSPIRE – 03/10/2002)

14 CRITERES D’INTEROPERABILITE REFERENTIELS
L’information doit être rattachée à une entité cartographique sans aucune ambiguïté. (=> schéma de référence spatial) Autant l’identifiant d’un lot peut être multiple en fonction du producteur, de la filière…, autant le référentiel géomatique doit être unique.

15 CRITERES D’INTEROPERABILITE REFERENTIELS
L’information géographique doit être géoréférencé en utilisant un référentiel géographique. (=> Schéma de référence géographique) Existence d’un protocole de transformation d’un système de géoréférencement vers le système géographique. (=>schéma de conversion). On vient de voir que le choix d’un référentiel spatial était primordial pour la GéoTraçabilité. Il en sera de même pour le type de positionnement dans l’espace (Non-projeté ou Projeté, mais alors qu’elle projection et quelle Datum sachant qu’il n’existe pas actuellement d’un référentiel européen standard. Ex : projection cylindrique de Mercartor

16 CRITERES D’INTEROPERABILITE
Référentiels Spatial => Parcelles déclarées pour la PAC ? Land Parcel Identification System (LPIS)? Géographique => European Coordinate Reference Systems ETRS-89 ?

17 CRITERES D’INTEROPERABILITE STANDARDS
L’échange d’Informations entre les différents acteurs nécessite une structure commune de l’information. La représentation de l’information (et surtout l’information spatiale) ne doit pas varier d’un système à un autre. L’information géographique et attributaire doit être exportable/importable dans un format « Open » (pas un format propriétaire).

18 CRITERES D’INTEROPERABILITE STANDARDS
=> XML et GML eXtensible Markup Language Geography Markup Language <cityMember> <River> <gml:description>The river that runs through Cambridge.</gml:description> <gml:name>Cam</gml:name> <gml:centerLineOf> <gml:LineString srsName="http://www.opengis.net/gml/srs/epsg.xml#4326"> <gml:coord><gml:X>0</gml:X><gml:Y>50</gml:Y></gml:coord> <gml:coord><gml:X>70</gml:X><gml:Y>60</gml:Y></gml:coord> <gml:coord><gml:X>100</gml:X><gml:Y>50</gml:Y></gml:coord> </gml:LineString> </gml:centerLineOf> </River> </cityMember> Transport de l’information. Schéma de language. Un modèle de stockage pour lier de l’informations issus de serveurs.

19 CRITERES D’INTEROPERABILITE
Référentiels Spatial => Parcelles déclarées pour la PAC ? Land Parcel Identification System (LPIS)? Géographique => European Coordinate Reference Systems ETRS-89 ? Normes / Standards Spécifications ? OGC – ISO/TC211 – CEN ? XML-EDIFACT, ASDAC… ? Il est important de se pancher sur les normes/standards des différents pays de l’Union Européenne, mais également entre les deux système d’Information (SITA et SIRS) aui feront partie intégrante du Système de GéoTraçabilité.

20 CRITERES D’INTEROPERABILITE CATALOGUES
L’information doit être rigoureusement et uniformément documentée en fonction des filières. (=> Métadonnées) L’information qui se trouve dans les systèmes extérieurs doit être répertoriée et décrite. Les descriptions des équations, des unités… de référence doivent être définies et accessibles par tous. Enfin, la grande interopérabilité du système de GéoTraceAgri reposera sur la constitution de catalogues/dictionnaire pour le contenu, le contenant (Meta-données) et pour les référentiels pour que les différents partie du système puisse se parler. (ex. à partir d’un numéro de lot, pouvoir retrouver le numéro de la parcelle et vice-versa)

21 CRITERES D’INTEROPERABILITE
Référentiels Spatial => Parcelles déclarées pour la PAC ? Land Parcel Identification System (LPIS)? Géographique => European Coordinate Reference Systems ETRS-89 ? Normes / Standards OGC – ISO/TC211 – CEN ? XML-EDIFACT, ASDAC… ? Catalogues ISO 191xx ? Dublin Core (standard de métadonnées) ? => Etroitement liée aux fillières

22 CRITERES D’INTEROPERABILITE
Groupe de travail SIG du projet GeoTraceAgri. Ces critères portent sur : le transport de l’information (représentation + protocoles de communication des données), l’accès aux données (interfaces des bases de données), le format des données, la description des données (catalogues), la valeur des données (données de références…), les référentiels spatiaux, géographiques et sémantiques. Un des rôles du groupe de travail SIG du projet GéoTraceAgri est de définir les critères d’interopérabilité et l’infrastructure du système de traçabilité géographique. Ces critères porteront sur : le transport de l’information (la représentation et les protocoles de communication des données), l’accès aux données (l’interface des bases de données), le format des données, la description des données (constitution des catalogues décrivant ces données), la valeur des données (données de références…) et le choix des référentiels spatiaux, géographiques et sémantiques. 1ère Journée Européenne sur l'Interopérabilité des données géographiques (BRGM Orléans - 7 avril 2003)


Télécharger ppt "Dominique Buffet Ministère de la Région Wallonne"

Présentations similaires


Annonces Google