La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE: ASPECT NORMAL, VARIANTES ET PATHOLOGIE Dr Succès DOBIAN Dr PAPA Samba DIA DES radiologie/Imagérie Médicale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IRM DE LA MOELLE OSSEUSE: ASPECT NORMAL, VARIANTES ET PATHOLOGIE Dr Succès DOBIAN Dr PAPA Samba DIA DES radiologie/Imagérie Médicale."— Transcription de la présentation:

1 IRM DE LA MOELLE OSSEUSE: ASPECT NORMAL, VARIANTES ET PATHOLOGIE Dr Succès DOBIAN Dr PAPA Samba DIA DES radiologie/Imagérie Médicale

2 OBJECTIFS Décrire l’aspect normal de la moelle osseuse en IRM Identifier les variantes normales de la moelle Décrire l’aspect IRM des principaux syndromes dans la pathologie de la moelle osseuse

3 PLAN INTRODUCTION I.RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSEcomposition distribution en fonction de l’âge et du sexe II. IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE III. VARIANTES IV. ASPECTS PATHOLOGIQUES CONCLUSION

4 INTRODUCTION La moelle osseuse = système en équilibre dans lequel adipocytes vivent en symbiose avec cellules hématopoïétiques. images en pondération T1 reflètent au mieux cet équilibre, vu l’importance de la graisse dans la genèse du signal sur ces images.

5 INTRODUCTION composition et distribution, variables au cours des âges : responsables d’importantes variations de l’aspect des os en IRM. La compréhension et la reconnaissance de ces variations sont un pré requis à l’interprétation de l’image IRM de la moelle osseuse pathologique.

6 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE

7 COMPOSITION Moelle osseuse: cellules sanguines + adipocytes(gras)  Moelle rouge: 60% + 40%  Moelle jaune : 95% + 5% T1 meilleur contraste

8 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE

9 Distribution en fonction de l’âge

10 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE Distribution en fonction de l’âge Moelle rouge partout à la naissance Puis conversion graisseuse au niveau des apophyses

11 Distribution en fonction de l’âge Entre ans Conversion graisseuse Diaphyse I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE

12 Distribution en fonction de l’âge Adolescence Métaphyse inférieure I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE

13 Distribution en fonction de l’âge Adulte Métaphyse supérieure

14 Conversion graisseuse centrifuge Distribution en fonction de l’âge I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE

15 Squelette: conversion graisseuse ascendante

16 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE Squelette: conversion graisseuse ascendante Apophyse et épiphyses <1an

17 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE Squelette: conversion graisseuse ascendante Conversion ascendante Coude et genoux Crâne: exclusivement graisseux, plus marqué: os frontaux, occipitaux et pariétal Possibilité de prédominance de la moelle jaune autour des veines basilaires des vertèbres 10ans

18 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE Squelette: conversion graisseuse ascendante Métaphyses supérieures de l’humérus et du fémur adulte

19 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE Squelette: conversion graisseuse ascendante Moelle rouge: squelette axial, appendiculaire proximal, métaphyse sup de l’humérus et du fémur

20 I. RAPPELS SUR LA MOELLE OSSEUSE Distribution selon le sexe La conversion est quasiment complète aux environs de 35 ans chez les hommes chez les femmes la partie proximale du fémur contient de la moelle rouge jusqu'à l’âge de 55 ans environ. Des modifications similaires en fonction de l’âge et du sexe sont observées dans le territoire proximal de l’humérus

21 II. IRM NORMALE DE LA MOELLE OSSEUSE

22 II. IRM DE LA MOELLE OSSEUSE NORMALE Signal IRM de la moelle osseuse : éléments constitutifs principaux la graisse l’eau moindre mesure, la matrice minéralisée La proportion variable de chacun de ces éléments et leur distribution plus ou moins intriquée, sont responsables des caractéristiques de signal de la moelle rouge et jaune

23 II. IRM DE LA MOELLE OSSEUSE NORMALE A.LA MOELLE JAUNE écho de spin pondérées T1, le signal de la moelle jaune élevé = graisse sous-cutanée. Intermédiaire séquences conventionnelles pondérées T2 élevée sur les séquences rapides pondérées T2

24 II. IRM DE LA MOELLE OSSEUSE NORMALE A.LA MOELLE JAUNE signal faible sur les séquences en suppression de la graisse variable en fonction de la quantité du réseau trabéculaire sur les séquences en écho de gradient pas de modification de l’intensité du signal après injection de gadolinium sur les séquences en écho de spin

25 II. IRM DE LA MOELLE OSSEUSE NORMALE B. LA MOELLE ROUGE écho de spin pondérées T1: intensité intermédiaire, plus faible que celui de la moelle jaune plus élevé que celui des muscles et des disques intervertébraux normaux

26 II. IRM DE LA MOELLE OSSEUSE NORMALE B. LA MOELLE ROUGE SE T2: La moelle rouge a un signal faible à intermédiaire (généralement plus faible que celui de la graisse) suppression du signal de la graisse: signal intermédiaire à élevé (plus élevé que celui de la moelle jaune). En écho de gradient, l’intensité du signal dépend étroitement de paramètres techniques

27 Coupe coronale en écho de spin pondérée T1 de la hanche d’un homme de 37 ans. La zone de signal intermédiaire dans le col fémoral correspond probablement à de la moelle hématopoïétique normale.

28 Coupe identique en écho de spin pondérée T2. La différence de signal entre les épiphyses et la moelle rouge adjacente a quasiment disparu. Le signal de la moelle rouge est discrètement inférieur à celui de la moelle jaune

29 Coupes sagittales en écho de spin pondérées T1 de la cheville et du pied chez un enfant âgé de 5 ans

30 Coupe sagittale en écho de spin pondérée T1 du fémur d’une fille de 10 ans montrant la prédominance de la conversion graisseuse dans le territoire diaphysaire (flèches).

31 écho de spin pondérée T1 de la colonne lombaire d’une femme de 31 ans montrant la prédominance de la conversion graisseuse autour des veines basilaires des corps vertébraux (flèches).

32 . Dès la troisième décennie, la conversion graisseuse de la moelle rouge du col fémoral est généralement plus prononcée chez les hommes que chez les femmes Signal intermédiaire femme de 31 ans (A) homme de 34 ans (B). seule la partie inféro- interne du col (flèche) contient de la moelle rouge

33 III. VARIANTES

34 III. 1. MOELLE ROUGE  ilôts de moelle rouge - périphérique -Principalement sous corticale

35 III. VARIANTES III. 1. MOELLE ROUGE  ilôts de moelle rouge - Quantité de moelle rouge a une distribution variable mais symétrique

36 III. VARIANTES III.2. MOELLE JAUNE  canaux veineux centraux du corps vertébral, arc postérieurs  Hypersignal T1 franc

37 III. VARIANTES III. 3. lésions guéries Involution graisseuse T1 hypersignal franc

38 III. VARIANTES III.4. LES REMANIEMENTS DEGENERATIFS MODIC II

39 III. VARIANTES III. 5. HETEROGENICITE PHYSIOLOGIQUE DE LA MOELLE En T1, un aspect hétérogène lié à la présence de zones de signal élevé au sein des territoires de moelle rouge est fréquent secondaire à une distribution hétérogène de la conversion graisseuse de la moelle rouge. Cette hétérogénéité est sans signification clinique

40

41 IV. ASPECTS PATHOLOGIQUES

42 RECONVERSION MÉDULLAIRE INFILTRATION OU REMPLACEMENT MÉDULLAIRE DÉPLÉTION MÉDULLAIRE OEDÈME MÉDULLAIRE NECROSE MÉDULLAIRE

43 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES

44 L’IRM :large éventail de modifications focales ou diffuses du signal de la moelle osseuse. classification selon la catégorie de maladies auxquelles elles appartiennent: traumatique, néoplasique, infectieuse ou inflammatoire...).

45 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES RECONVERSION MÉDULLAIRE Processus par lequel la moelle jaune progressivement en moelle rouge (à l’inverse de la conversion physiologique ). La reconversion se développe à partir du squelette axial où la cellularité médullaire augmente.

46 Etiologies : anémies chroniques, maladies cardiaques cyanogènes, circonstances où il existe une infiltration du squelette axial. RECONVERSION DE LA MOELLE DESCENDANTE RECONVERSION DE LA MOELLE DESCENDANTE

47 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES INFILTRATION OU REMPLACEMENT MÉDULLAIRE Utilisés de façon indistinctes Caractérisé par l’occupation de la cavité médullaire par des cellules ou une substance interstitielle anormale dans le contexte des affections néoplasiques ou infectieuses. se développent essentiellement dans les territoires qui contiennent du tissu hématopoïétique

48 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES DÉPLÉTION MÉDULLAIRE situation opposée à l’infiltration cellulaire. caractérisée par une diminution de la proportion de cellules hématopoïétiques en faveur d’une augmentation de la proportion des adipocytes

49 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES OEDÈME MÉDULLAIRE augmentation de liquide interstitiel dans la moelle probablement par l’intermédiaire d’une hyperémie.

50 MECANISMES PHYSIOPATHOLOGIQUES ISCHEMIE MÉDULLAIRE caractérisée par la mort des cellules osseuses et médullaires en association avec des modifications réactionnelles de la moelle adjacente. En territoire contenant de la moelle jaune, ne s’accompagne que tardivement de modifications de signal du tissu nécrotique. À l’opposé, en territoire de moelle rouge, l’ischémie est souvent associée à de l’oedème médullaire.

51 Classification des lésions médullaires selon leur mécanisme de développement

52 ASPECTS IRM

53 RECONVERSION MÉDULLAIRE T1 : femme de 45 ans,signal faible de la métaphyse T1: même patiente, signal hétérogène. Tête du fémur et grand trochanter: zones linéaires juxta corticales de faible signal

54 INFILTRALTION OU REMPLACEMENT MÉDULLAIRE La moelle osseuse normale est remplacée par des cellules pathologiques de la lignée sanguine ou par des cellules tumorales hypo signal en SE T l hyper signal en SE T2 hypo signal en SE T l avec hyper signal en SE T2

55 INFILTRATION OU REMPLACEMENT MÉDULLAIRE Sur les autres séquences, l’intensité du signal et le type de rehaussement après injection gadolinium varient et reflètent le type de modification tissulaire tel que fibrose, hémorragie, nécrose ou abcès Infiltration: diffuse ou focal

56 INFILTRATION OU REMPLACEMENT MÉDULLAIRE SE T1 SE T2

57 INFILTRATION OU REMPLACEMENT MÉDULLAIRE T1: patiente âgée de 67 ans. anémique mégaloblastique Le signal diffusément réduit. Le signal diffusément réduit. T1 du rachis obtenue 1 an plus tard, après correction de l’anémie.

58 CAUSES FRÉQUENTES D’INFILTRATION MÉDULLAIRE.

59 CAUSES FRÉQUENTES DE REMPLACEMENT MÉDULLAIRE.

60 DEPLETION MÉDULLAIRE C’est une lésion élémentaire de la moelle rouge caractérisée Echo de spin pondérée T1: - hypersignal / à la moelle rouge adjacente - identique ou quasiment identique à celui de la graisse extraosseuse Cette altération de signal reflète une augmentation de la quantité relative en graisse avec une diminution du contenu en eau

61 DÉPLÉTION MÉDULLAIRE Déplétion médullaire focale SE T1 patiente de 67 ans. Une vertèbre de forme trapézoïdale en hypersignal qui contraste par rapport à la moelle vertébrale adjacente, plus cellulaire. L’involution graisseuse focale pourrait être en rapport avec un antécédent de fracture.

62 DÉPLÉTION MÉDULLAIRE Déplétion médullaire régionale SE T1 d’une patiente atteinte d’un cancer mammaire Hypersignal: territoire irradié et témoignant d’une involution graisseuse de la moelle rouge. Le signal faible suite à la stimulation de la moelle rouge résiduelle.

63 DÉPLÉTION MÉDULLAIRE Déplétion médullaire diffuse T1 patiente de 26 ans atteinte d’un lupus érythémateux disséminé et traitée par corticoïdes depuis 12 ans. Le signal de la moelle anormalement élevé. La corticothérapie au long cours est associée à une involution adipeuse de la moelle rouge.

64 OEDEME Algodystrophie, fissures, tassements par insuffisance osseuse ou les contusions. un hypo signal modéré SE TI hyper signal en SET2. L’œdème se traduit par un hypo signal modéré en SE TI et un hyper signal en SET2. Limites floues. La labilité des images est un critère évolutif essentiel.

65 OEDEME SE T1 SE T2

66 NECROSE Au stade de début, l'aspect n'est pas spécifique. Après plusieurs semaines, il apparaît un cerne périphérique linéaire en hypo signal dans les deux séquences. Parfois une bande d'hypersignal borde en T2 la bande d'hyposignal.

67 NECROSE

68 NECROSE SE T1SE T2

69 NECROSE Ostéonécrose débutante du condyle externe en écho de spin T1 sur une coupe coronale

70 CONCLUSION IRM sensible mais peu spécifique L'interprétation du signal médullaire n'est pas toujours univoque (Hypo T1 / Hyper T2 ) les syndromes peuvent être diversement associés Données cliniques et biologiques indispensables

71 REFERENCES 1.B BOULET, C CARAMELLA, D COUANET, F BIDAULT, C BALLEYGUIER, C DROMAIN Approche diagnostique de la moelle osseuse en IRM JFR Technique et généralités, 2 e partie 2. B Vande Berg, J Malghem, F Lecouvet, B Maldague Imagerie par résonance magnétique de la moelleosseuse normale et anormale ENCYCLOPÉDIE MÉDICO-CHIRURGICALE E-10

72 MERCI DE VOTRE ATTENTION!


Télécharger ppt "IRM DE LA MOELLE OSSEUSE: ASPECT NORMAL, VARIANTES ET PATHOLOGIE Dr Succès DOBIAN Dr PAPA Samba DIA DES radiologie/Imagérie Médicale."

Présentations similaires


Annonces Google