La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES Dr Ndèye Arame WADE Dr Diane Ghislaine MANTO F. DES Radiologie/ Imagerie médicale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES Dr Ndèye Arame WADE Dr Diane Ghislaine MANTO F. DES Radiologie/ Imagerie médicale."— Transcription de la présentation:

1 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES Dr Ndèye Arame WADE Dr Diane Ghislaine MANTO F. DES Radiologie/ Imagerie médicale

2 OBJECTIFS  Décrire les images radiologiques des tumeurs bénignes osseuses.  Citer les différentes techniques d’exploration des tumeurs osseuses bénignes.  Avoir une approche diagnostique radiographique des tumeurs osseuses bénignes.

3 PLAN  INTRODUCTION  CLASSIFICATION  MOYENS D’EXPLORATION  ASPECTS RADIOLOGIQUES  CONCLUSION

4 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES INTRODUCTION

5  TB: prolifération bénigne des cellules osseuses  Intérêt: apport radiographique important dans le diagnostic des tumeurs osseuses, en particulier de la radiographie standard

6 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES RAPPELS

7

8 DONNEES CLINIQUES  Age  Circonstance de découverte Fortuite Traumatique Douleurs++ Tuméfaction  Signes cliniques tableau traumatique ou inflammatoire

9 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES CLASSIFICATION

10  Atteinte des différentes lignées cellulaires: ostéogénique, chondrogénique, fibreuse, vasculaire…  les lésions « pseudo-tumorales » de présentation clinique et radiologique très évocatrice d’une tumeur.

11 CLASSIFICATION OrigineTumeurs bénignes/ pseudotumeurs OstéogéniqueOstéome ostéoïde ++ Ostéome Ostéoblastome Ilôt condensant bénin ChondrogéniqueOstéochondrome +++ Chondrome + Chondroblastome Fibrome chondromyxoïde Fibreuse Lacune fibreuse corticale +++ Fibrome non ossifiant ++ Desmoïde périosté Dysplasie fibreuse

12 CLASSIFICATION OrigineTumeurs bénignes/ pseudotumeurs HématologiqueGranulome éosinophile ++ (Histyocytose Langerhansienne ) InconnueTumeur à cellules géantes Kyste osseux essentiel + Kyste osseux anévrysmal VasculaireHémangiome AutresKyste dermoïde ou épidermoïde +

13 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES MODALITES D’EXPLORATION

14  RADIOGRAPHIE STANDARD  SCANNER  IRM  SCINTIGRAPHIE

15 RADIOGRAPHIE STANDARD  Excellent examen de débrouillage  lésion bénigne/ lésion maligne  Permet parfois le diagnostic étiologique  Clichés d’excellente qualité.  Clichés centrés, incidences orthogonales.

16 CRITERES A ANALYSER  Localisation  Taille  Nature de la lésion : ostéolytique ou ostéocondensante ou mixte  Matrice  Etat de la corticale  Réaction périostée  Extension aux tissus mous  Etat de l’os voisin et à distance

17  LOCALISATION:  Le type d’os atteint: os long, court ou plat  Siège dans le plan longitudinal: Épiphyse Métaphyse Diaphyse  Siège dans le plan axial: cortical, intra spongieux, cortico- médullaire ou juxta cortical.

18

19 Position / plan axialTumeurs bénignes/ pseudotumeurs Centrale Kyste osseux essentiel Enchondrome Ostéoblastome ExcentréeTumeur à cellules géantes Chondrome fibromyxoïde Kyste anévrysmal Ostéoblastome CorticaleLacune fibreuse corticale Ostéome ostéoïde Kyste anévrysmal Ostéoblastome Juxta corticale ou Para ostéaleOstéochondrome Chondrome Kyste anévrysmal

20 Granulome eosinophile TCG hémangiome Lipome Dysplasie fibreuse Ostéome ostéoide ostéoblastome Kyste anevrysmal ostéochondrome Kyste essentiel

21 Nature de la lésion : 1- Ostéolyse Critères de LODWICK. Tumeurs bénignes/ pseudotumeurs Ostéolyse géographique type IA Kyste osseux essentiel Kyste osseux anévrysmal Lacune corticale fibreuse Dysplasie fibreuse Chondrome Chondroblastome Fibrome chondromyxoïde Granulome éosinophile Ostéolyse géographique type IB Kyste osseux essentiel Kyste osseux anévrysmal Lacune corticale fibreuse Dysplasie fibreuse Chondrome Fibrome chondromyxoïde Granulome éosinophile Tumeur à cellules géantes Ostéolyse géographique type IC Granulome éosinophile

22 Ostéolyse: Type IA : ostéolyse avec condensation marginale. Type I.B. : ostéolyse aux contours nets, non condensés à l'emporte-pièce.

23 Nature de la lésion  2-Ostéocondensation: -Présence d'un stroma tumoral calcifié (ilôts condensants bénins, ostéome ostéoïde, ostéome )  3-Processus mixte: -ostéolyse géographique entourée d'une plage de condensation plus ou moins étendue. - une lésion lentement progressive (ostéome ostéoïde, ostéoblastome,).

24 La réaction périostée:  Apparait mieux au scanner ou sur d’excellents clichées radiographiques Réactions périostées en rapport avec tumeur bénigne

25 Réaction périostéeTumeurs bénignes/ pseudotumeurs Unilamellaire épaisse Ostéome ostéoïde Granulome éosinophile Ostéomyélite Plurilamellaire ou unilamellaire fine Granulome éosinophile Tumeur maligne Hémopathie Hématome sous-périosté Ostéomyélite Appositions spiculaires Tumeur maligne Ostéomyélite Cal hypertrophique Discontinue Tumeur maligne Granulome éosinophile Hématome sous-périosté Ostéomyélite

26 CRITERES A ANALYSER  En faveur de la bénignité : -Petite taille < 3cm -Limites nettes -Liseré de condensation périphérique -Intégrité des corticales -Pas d’envahissement des parties molles

27 CRITERES A ANALYSER  Au terme de l’analyse,3 possibilités: - Lésion d'allure bénigne certaine. -Lésion d'allure agressive. -Diagnostic hésitant.

28 SCANNER  Analyse le périoste et la matrice osseuse  La matrice:  Etudie la densité  L’aspect des lésions.  Degré de vascularisation  Guide les gestes thérapeutiques

29 L’aspect des lésions  Lésions homogènes ou avec quelques cloisons de refend.  Aspect en verre dépoli, de densité supérieure à 100 UH.  Plages de forte densité nuageuse typiques des matrices osseuses.  Zones de forte condensation correspondant à de l'os compact (îlots condensants bénins, ostéomes, métastases ostéocondensantes).

30 - calcifications en "pop corn" -arciformes ou annulaires, - calcifications granulaires du cartilage hyalin ; - calcifications floconneuses - calcifications annulaires et arciformes des tumeurs cartilagineuses Matrices cartilagineusesSuivant le degré de maturité:

31

32 IRM  Non systématique  En complément  Difficulté diagnostique ou opératoire (pédicule vasculo-nerveux, plaque de croissance)  T1 - T1 annulation du signal de la graisse,+gado -T2

33 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE  Elle recherche deux informations :  Normo ou hyper fixation de la lésion  Existence d’autres foyers d’hyperfixation  Si une hyperfixation : lésion bénigne (kyste anévrysmal par exemple) ou une tumeur maligne,  la normofixation, écarter l’hypothèse d’une tumeur maligne.

34

35 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES ASPECTS RADIOLOGIQUES

36 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES DIAPHYSAIRES

37 OSTEOME OSTEOIDE  Fréquence : 12% des TB  Age et sexe : ans ; 3H/F  Clinique : douleur ++ nocturne, sensible aux salicylés, scoliose raide et douloureuse.  Siège : - Diaphyse d’os long (fémur et tibia)+++ - Rachis (arc postérieur)  Histologie : Nidus central très vascularisé avec réaction ostéocondensante environnante.

38 OSTEOME OSTEOIDE  ASPECT RADIOLOGIQUE: Petite lacune (nidus) bien limitée, homogène, ronde ou ovalaire, entourée d’une zone d’ostéocondensation (réactionnelle) à bords flous. Parfois calcifications au sein du nidus.

39 TDM : détection nidus  Nidus: petite zone hypodense arrondie  calcifications punctiformes++  ostéocondensation réactionnelle de la corticale.

40 TDM : détection nidus Injection de PDC:  rehaussement intense nidus (hypervasculaire)  Parfois: infiltration oedémateuse musculaire ou médullaire.  TDM: utile repérage préopératoire et guidage résection percutanée

41 IRM  Nidus : signal variable  HypoST1, HyperST2 ou  HypoS T1, hypoS T2 Injection de gadolinium :  caractère hypervascularisé du nidus  Sclérose périphérique réactionnelle: HypoS T1 et T2  OEdème périlésionnel: HypoS T1, hyperS T2

42 OSTEOME OSTEOIDE  Diagnostic différentiel: - L’ostéoblastome - L’abcés de Brodie - L’ostéomyélite chronique - Les arthropathies: arthrite, algodystrophie ou un processus infectieux

43 RESECTION PERCUTANEE

44 DYSPLASIE FIBREUSE  Déformation: incurvation antérieure du tibia ou du péroné ou fracture pathologique  Age: <10 ans  Pas d’atteinte des parties molles  Pas de réaction périostée  Evolution lente, régression spontanée  transformation en + de 10 ans en adamantinome des os longs

45 DYSPLASIE FIBREUSE  Côtes, face (maxillaires), crâne (os frontal, sphénoïde et ethmoïde), fémur  Lacune intracorticale associant des zones pseudokystiques et des remaniements en verre dépoli

46 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES METAPHYSAIRES

47 LACUNE CORTICALE METAPHYSAIRE ( CORTICAL DEFECT)  très fréquente  enfant ++  asymptomatique.  Siège: métaphyse des os longs.  Aspect radiologique: lacune homogène, corticale, < 1cm

48 FIBROME NON OSSIFIANT Proche du cortical défect mais :  Sujet plus âgé  Taille plus grande  aspect plutôt trabéculaire.

49 FIBROME CHONDROMYXOIDE  Tumeur cartilagineuse très rare  Age : 2 ème et 3 ème décennie  Siège : Métaphyse d'un os long du membre inférieur, genou, main, pieds, bassin.

50 FIBROME CHONDROMYXOIDE  Signes radiologiques :  Ostéolyse géographique arrondie ou polylobée,  cernée d'un liseré dense  contenant des cloisons osseuses,  Et rarement des calcifications ;  Excentrée et Souffle la corticale

51 OSTEOBLASTOME  "ostéome ostéoïde géant" sup à 2 cm.  Age: 2eme et 3eme décennies.  Sexe : 2H / 1F.  Clinique : moins douloureux que l'ostéome ostéoïde et la scoliose est plus rare.  Siège : -Rachis (arc postérieur, lombaire ++) -fémur -tibia -humérus (diaphyse ou métaphyse) -voûte du crâne -face - mandibule -mains et pieds.

52 OSTEOBLASTOME  Rachis : ostéolyse ou condensation.  lorsque la lésion souffle la corticale, le scanner ++  Cémentoblastome : lésion ossifiée entourée d'un halo radiotransparent (mandibule).  Voûte du crâne : lacune contenant une calcification centrale.

53 OSTEOBLASTOME

54 CHONDROME/ENCHONDROME  Histologie : TB tissus cartilagineux  Fréquence : 12 % des tumeurs bénignes  Age et sexe : ans, 1H/F  Siège : -Mains ( métacarpo-phalangienne)++ -métaphyses des os longs - pieds -cotes.  Clinique : asymptomatique ou tuméfaction ou fracture pathologique.

55 CHONDROME/ ENCHONDROME  Aspect radiologique:  lacune centro-osseuse,  Arrondie  bien limitée, <5cm,  lobulée ou cernée par un liseré dense.  peut souffler la corticale.  TDM: calcifications

56 EXOSTOSE/ OSTEOCHONDROME  Histologie : tissus osseux mature en continuité avec l’os sain recouvert d’1 coiffe cartilagineuse.  Age sexe : enfant, 1H/F  Siège : - métaphyse des os longs -ceintures – côtes -vertèbre (arc antérieur).  Clinique : asymptomatique, tuméfaction, douleur.  Peut être pédiculée ou sessile.  risque de dégénérescence plus important +++.

57 EXOSTOSE/ OSTEOCHONDROME Aspect radiologique:  Excroissance osseuse  en continuité avec le reste de l’os  surmontée d’une coiffe cartilagineuse radiotransparente  Présence de calcifications de type cartilagineux.

58 KYSTE OSSEUX SOLITAIRE - Kyste à paroi fine contenant un liquide clair ou hémorragique -Fréquente : Enfant Asymptomatique, parfois fracture pathologique. - Siège aux métaphyses des os longs (humérus+).

59 KYSTE OSSEUX SOLITAIRE  ASPECT RADIOLOGIQUE:  Ostéolyse avec des cloisons  localisation: métaphysaire, centrale. au contact du cartilage de conjugaison.  Parfois soufflure corticale  pas de réaction périostée.  C.A.T : standard suffisant car aspect typique

60 KYSTE ANEVRYSMAL  Plusieurs cavités communicantes de contenu sanguin.  Fréquence : 1O% des TB  Age et sexe : ans, 1H/1F  Clinique : douleur modérée  Siège : tous les os surtout - Métaphyse des os longs - Rachis (arc postérieur)

61 KYSTE ANEVRYSMAL ASPECT RADIOLOGIQUE  Ostéolyse avec des cloisons et soufflant la corticale.  TDM et IRM : - Niveau liquide /liquide  CAT : Bilan plus complet(TDM et/ou IRM) avec biopsie.

62 .T1 T1+ gado T2

63

64 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES EPIPHYSAIRES

65 CHONDROBLASTOME  Tumeur cartilagineuse rare  Age : 5 et 25 ans.  Sexe: 2H / 1F.  Siège: épiphysaire et métaphyso-épiphysaire  Clinique évocatrice: Très inflammatoire: douleurs para-articulaires, sourdes, nocturnes et diurnes

66 CHONDROBLASTOME  Signes radiologiques:  Lacune bien limitée,  cernée d'un fin liseré dense,  contient des calcifications.  peut souffler la corticale.

67  La TDM analyse:  les calcifications intralésionnelles,  l'état des corticales amincies  Le siège de la tumeur par rapport au cartilage de croissance.

68 TUMEUR A CELLULES GEANTES  Tumeur à agressivité locale avec potentiel de dégénérescence maligne. Problème de récidive. Age : ans Clinique : douleur, tuméfaction Siège : métaphyso-épiphysaire des os longs +++ (tous les os).

69 TUMEUR A CELLULES GEANTES ASPECT RADIOLOGIQUE : - Standard:  Ostéolyse à limites nettes parfois floues.  cloisonnée, excentrée, soufflant la corticale. -TDM et IRM:  Recherche de signes de malignité.  Bilan avant biopsie et traitement chirurgical.

70 IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES AUTRES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES

71 OSTEOME  Prolifération de tissu osseux dense normal.  Age et sexe : tous les âges : ans, 2H/F  Asymptomatique,  Siège : - Sinus (frontal, ethmoïdal…) - Os de la voûte du crâne : frontal

72 OSTEOME Aspect Radiologique  Opacité bien limitée,  Dense  Homogène  ronde ou polylobée,  Taille < 2cm.

73 ANGIOME  Lésion vasculaire bénigne : tumeur ou malformation?  fréquente, ans, 1H/2F  Siège: Rachis +++  Clinique : asymptomatique parfois tuméfaction et signes compressifs (forme agressive).

74 ANGIOME Aspect radiologique: Standard: vertèbre d’aspect déminéralisé et trabéculé « grillagé ». TDM et IRM : Forme agressive : extension endocanalaire.

75 GRANULOME ÉOSINOPHILE  Siège : -crâne, extrémités proximales fémur et humérus bassin, rachis, côtes et diaphyses os longs ++ -tout le squelette+.  Aspect radiologique est très variable, réalisant une image lytique parfois associée à une réaction périostée en lamelles. Au rachis, l’image de vertebra plana est typique.

76 CONCLUSION  De simples radiographies suffisent au diagnostic de certaines tumeurs osseuses bénignes (exostose, kyste osseux essentiel) ailleurs l’imagerie devra être complétée.  Si au terme de ce bilan le diagnostic n’est pas établi une biopsie devra être réalisée, aucun traitement ne devant être entrepris sans connaître la nature de la tumeur.

77 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES BENIGNES Dr Ndèye Arame WADE Dr Diane Ghislaine MANTO F. DES Radiologie/ Imagerie médicale."

Présentations similaires


Annonces Google