La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

COMMENT OPTIMISER LE DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L’UTÉRUS ? REVUE NARRATIVE DE LA LITTÉRATURE Yannick RUELLE 1, Aline HURTAUD 2, Andréa LOB 3, Jean-Sébastien.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "COMMENT OPTIMISER LE DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L’UTÉRUS ? REVUE NARRATIVE DE LA LITTÉRATURE Yannick RUELLE 1, Aline HURTAUD 2, Andréa LOB 3, Jean-Sébastien."— Transcription de la présentation:

1 COMMENT OPTIMISER LE DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L’UTÉRUS ? REVUE NARRATIVE DE LA LITTÉRATURE Yannick RUELLE 1, Aline HURTAUD 2, Andréa LOB 3, Jean-Sébastien CADWALLADER 4, Hélène VAILLANT-ROUSSEL 5 1 Département universitaire de médecine générale – UFR Paris-13 - Bobigny 2 Département universitaire de médecine générale – UFR Reims 3 Département universitaire de médecine générale – UFR Grenoble 4 Département universitaire de médecine générale – UFR Tours 5 Département universitaire de médecine générale – UFR Clermont-Ferrand Congrès de la Médecine Générale France 04 avril 2014, Paris exercer 2013;107:

2 CONFLITS D’INTÉRÊTS Yannick RUELLE déclare avoir été rémunéré en par la Haute autorité de santé en tant que membre du groupe de travail sur les recommandations relatives au dépistage du cancer du col de l’utérus. Aline HURTAUD, Andréa LOB, Jean-Sébastien CADWALLADER et Hélène VAILLANT-ROUSSEL déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts concernant les données publiées dans cet article. RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

3 CANCER DU COL & DÉPISTAGE Histoire naturelle bien connue Dépistage par frottis cervico-utérin (FCU) Infection persistante à HPVDéveloppé depuis 1928 Lésions pré-cancéreuses Cancer invasif cas en 2011 (6,4 pour ) décès (1,7 pour ) 10 à 20 ans Examen cytologique Pas d’essai contrôlé randomisé Lien fort entre FCU et baisse de morbi-mortalité RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

4 ÉTAT DES LIEUX DU DÉPISTAGE RecommandationsLe dépistage en France De 25 à 65 ans 2 frottis à 1 an d’intervalle puis tous les 3 ans Taux couverture = 56,6 % 45,7 % entre 20 et 24 ans 34,9 % entre 65 et 69 ans De ans à au moins 60 ans Tous les 3-5 ans France 1990, 1994, 2010 Europe 2003, 2008 Dépistage organisé France 2010 Intervalle > 3,5 ans = 41,6 % Intervalle < 2,5 ans = 40,6 % Dépistage organisé 4 départements depuis les années 90 9 départements depuis 2010 RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

5 QUESTION DE RECHERCHE Pertinence des recommandations françaises ? FCU sur lames ? Phase liquide ? Test HPV ? RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

6 REVUE NARRATIVE DE LA LITTÉRATURE Références bibliographiques pertinentes de la recommandation HAS 2010 « young adult »[Filter] « aged »[Filter] « interval »[Title/Abstract] « conventional pap smear »[Title/Abstract] « liquid-based cytology »[Title/Abstract] « HPV test »[Title/Abstract] Publications entre 10/2008 et 04/2013 Cochrane, Embase et Medline uterine cervical neoplasm cancer, uterine cervical cancer, cervix cancer screening AND Sélection Titre Abstract Infos pertinentes Consensus entre les 3 investigateurs 3 recommandations internationales 5 méta-analyses 12 revues systématiques ou narratives de la littérature 22 articles originaux RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

7 QUAND DÉPISTER ? Avant 25 ans ? Grande variabilité des recommandations internationales Avant 20 ans : Luxembourg Avant 25 ans : USA, Islande, Danemark, Suède 30 ans : Pays-Bas, Finlande, Estonie Caractéristiques infection HPV Fréquente (50 % des ans) Clairance (50 % à 6 mois et 90 % à 2 ans) Régression fréquente des lésions 65 % des CIN 2 en 18 mois Évolution rare des lésions CIN 2  CIN 3 : 18 % en 18 mois CIN3  cancer : 1,5 % avant 25 ans Faible corrélation cyto-histologique 50 % des HSIL = CIN 2 ou 3 Après 65 ans ? Recommandations plus uniformes Après 65 ans : Canada France : uniquement si pas de dépistage avant Frottis anormaux 2 à 2,5 % = même taux que plus jeune ASC-US dans 44,8 à 67 % des cas ASC-US  95,9 % histologie normale Étude française (Meyer et al.) 2,15 % des femmes répondant à l’arrêt du FCU = résultat anormal Cancer ou haut grade 46,77 % de résultats antérieurs dont 87 % des FCU normaux RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

8 À QUEL RYTHME DÉPISTER ? Variabilité des recommandations 3 ans : moitié des pays européens + USA quand FCU seul 5 ans : la plupart des autres + USA quand FCU et test HPV combiné Étude suédoise (Andrae et al.) Réduction significative du risque de CCU chez des femmes dépistées avec un intervalle de 5 ans par rapport à des femmes non dépistées ou dépistées moins fréquemment (OR = 2,52 ; IC95 = 2,19-2,91) RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

9 MODÈLES MATHÉMATIQUES PRÉDICTIFS D’après Kulasingam et al. RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

10 QUEL TEST UTILISER ? > OR = 2,25 (IC95 = 2,06-2,44) = Spécificité ASC-US OR = 0,91 (IC95 = 0,84-0,98) Sensibilité CIN 1 1,68(IC95 = 1,40-2,02) VPP CIN 2 0,58 (IC95 = 0,44-0,77) Test HPV ? Trois stratégies Test HPV seul Test HPV puis frottis si positif (Pays-Bas) Test HPV combiné au frottis (USA) Sensibilité meilleure (vs FCU seul) CIN2+ (63-98 % vs %) CIN3+ (86-97 % vs %) Spécificité équivalente HPV seul < FCU seul HPV + FCU = FCU seul (CIN 2+ et 3+) HPV + FCU > FCU seul (après 35 ans) RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

11 COHÉRENCE DES RECOMMANDATIONS Sur le type test Gain d’efficience attendu avec test HPV (baisse fréquence) MAIS dépistage non organisé en France Sur l’âge de début Évolution lente des lésions pré-cancéreuses Sur l’âge de fin Cancers chez des femmes n’ayant pas eu de dépistage avant 65 ans Sur la stratégie globale Cohérence avec les recommandations internationales Parmi les plus optimales dans les modèles prédictifs RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

12 DÉPISTAGE INDIVIDUEL ? Avant 25 ans ? Rapport sexuel avant 14 ans ? RR cancer = 2,05 (IC95 = 1,54-2,73) Plus de 2 partenaires sexuels ? RR cancer = 2,89 (IC95 = 2,25-3,71) Après 65 ans ? Chez les femmes non dépistées avant Plus souvent ? FCU annuel Infection VIH Immunodépression Distilbène® Pas plus d’infertilité Anxiété Femmes jeunes et lésions de bas grade Effets indésirables ? Accouchements prématurés OR = 1,81 (IC 95 = 1,18-2,16) Poids naissance < 2,5 kg OR = 1,6 (IC95 = 1,01–2,52) Conisation plus large chez la femme plus jeune RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

13 COMMENT AMÉLIORER LE DÉPISTAGE ? Organiser le dépistage Meilleur taux de couverture Meilleur suivi Baisse des frottis surnuméraires Amélioration des bases de données Coordonner par le MG Recommandation de 2010 & Obligation de la convention médicale Meilleur taux de participation quand invitation par le MG (Hermens et al.) Développer les voies de recherche Sur les facteurs de risque de carcinogenèse avant 25 ans Sur l’implémentation du test HPV (dans les départements organisés) RUELLE Y, HURTAUD A, LOB A, CADWALLADER JS, VAILLANT-ROUSSEL H. CMGF 2014, PARIS

14 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "COMMENT OPTIMISER LE DÉPISTAGE DU CANCER DU COL DE L’UTÉRUS ? REVUE NARRATIVE DE LA LITTÉRATURE Yannick RUELLE 1, Aline HURTAUD 2, Andréa LOB 3, Jean-Sébastien."

Présentations similaires


Annonces Google