La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TD 3 : HYDROLOGIE. 1. Hydrologie, Bassins versants de France Sens d’écoulement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TD 3 : HYDROLOGIE. 1. Hydrologie, Bassins versants de France Sens d’écoulement."— Transcription de la présentation:

1 TD 3 : HYDROLOGIE

2 1. Hydrologie, Bassins versants de France Sens d’écoulement

3 1. Hydrologie, Bassins versants de France Petit descriptif des principaux fleuves de France Seine : fleuve du bassin parisien de 776 km de longueur. La Seine draine un bassin d'environ km2. Elle prend sa source à 471 m d'altitude sur le plateau de Langres, près de Dijon. Elle coule vers le nord-ouest, et se jette dans la Manche au sud du Havre. Loire : fleuve le plus long de France de km. Son bassin couvre environ km2, soit un cinquième du territoire français. La Loire prend sa source dans l’est du Massif central, à m d’altitude. Elle coule vers le nord, et trouve son embouchure à St Nazaire. Régime irrégulier : crues au printemps et automne et faibles débits en été. Rhône : fleuve de France et de Suisse de 812 km. Son bassin est d'environ km2. Le Rhône prend sa source en Suisse, dans le glacier du Rhône, dans les Alpes, à une altitude de m environ. Il coule vers le sud-ouest. Le Rhône forme un delta avant de se jeter dans la mer Méditerranée. Garonne : principal fleuve du sud-ouest de la France, d'une longueur de 575 km (650 km avec la Gironde). Son bassin est d'environ km2. La Garonne se forme de plusieurs cours d'eau en Espagne, dans les Pyrénées, à environ m d'altitude. Le fleuve entre en France, après 50 km, dans le département de la Haute-Garonne. Il coule d'abord vers le nord et oblique vers le nord- est au pied du plateau de Lannemezan. Il se jette dans l‘Atlantique et a son embouchure en commun avec la Dordogne où les deux fleuves forment l’estuaire de la Gironde. Rhin : l’un des principaux fleuves d’Europe, d’une longueur de km. Naissant dans l’est de la Suisse, le Rhin coule vers le nord-ouest, traversant la France, l’Allemagne et les Pays-Bas, jusqu’à son embouchure au bord de la mer du Nord. Il draine un bassin d’environ km2.

4 1. Hydrologie, Bassins versants de France

5 Seine Loire Garonne Rhône Rhin Somme

6

7 Quelques lois expliquant la gestion de l’eau La loi du 16 décembre 1964 : première grande loi française sur l'eau, organise la gestion de l'eau autour des six grands bassins hydrographiques français, issus d'un découpage naturel selon les lignes de partage des eaux. Elle promeut, à l'intérieur de chaque bassin, la notion de "gestion globale de l'eau" dans l'intérêt de tous. Elle instaure aussi le principe du "pollueur-payeur", visant à préserver la qualité de l'eau. Au sein de chaque bassin, la gestion de l'eau est attribuée à une Agence de l'eau. La loi du 3 janvier 1992 prolonge et complète cette première loi en marquant un tournant important : l'eau devient "patrimoine commun de la nation". Sa protection, sa mise en valeur et le développement de sa ressource utilisable sont donc d'intérêt général. L’Union européenne (UE) établit un cadre communautaire pour la protection et la gestion des eaux. La directive-cadre du 23 octobre 2000 prévoit notamment l’identification et l’analyse des eaux européennes, recensées par bassin et district hydrographiques, ainsi que l’adoption de plans de gestion et de programmes de mesures appropriées à chaque masse d’eau. Elle établit un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau. 1. Hydrologie, Bassins versants de France

8 2. 1. Bilan hydrologique : Bassin versant de la Seine

9 Estimation du nombre de mailles : 170 mailles La superficie d’une maille est de 64 km 2. On en déduit la superficie du bassin versant : S = 170 * 64 = km 2 La valeur exacte du bassin versant calculée à partir de logiciels utilisant le Modèle Numérique de Terrain est de km Bilan hydrologique : Bassin versant de la Seine

10 Pour le débit moyen annuel à l’exutoire on prend en compte les eaux ruisselées sur le bassin versant ainsi que les eaux issues des nappes d’eaux souterraines. Les eaux infiltrées dans le sol alimentant les nappes souterraines seront évacuées en surface via des sources, et cela en moins d’un an. On appelle débit de base, le débit des rivières soutenu par l’apport des nappes d’eau souterraine → On suppose qu’il n’y a pas de stockage d’eau souterraine Bilan hydrologique : Bassin versant de la Seine

11 Carte des précipitations annuelles moyennes sur sur le bassin versant de la Seine (données Safran de Météo-France)

12 Bilan hydrologique fonctionne comme le bilan radiatif : Entrées = Sorties  Entrées : précipitations  Sorties : Evapotranspiration, ruissellement, infiltration Bilan : Précipitations (P) = Ruissellement(R) + Infiltration(I) + Evapotranspiration (ETR) ± Stockage (lac, eaux souterraines profondes) Auparavant on a vu qu’il n’y avait pas de stockage d’eau souterraine : Stockage = 0 De plus on a vu que Q = Ruissellement + infiltrations Donc on en déduit : Précipitations (P) = Q rivière_annuel + ETR Attention pour ce bilan l’unité est le mm On fera le bilan sur une année (ici l’année 2000) Bilan hydrologique : Bassin versant de la Seine

13 Hypothèse de départ : il n’y a pas de stockage d’eau souterraine. Or au niveau du Bassin Parisien, il existe des aquifères qui s’approfondissent et ne s’évacuent pas à l’exutoire, d’où une différence entre les calculs et les valeurs réelles. Au final, l’hypothèse n’est pas vraiment vérifiée pour le bassin versant de l’Yonne Bilan hydrologique : Bassin versant de la Seine

14 Eléments en mg/L Ca 2+ (mg/l) Cl - (mg/l) HCO 3 - (mg/l) K + (mg/l) Mg 2+ (mg/l) Na + (mg/l) NO 3 - (mg/l) PO 4 3- (mg/l) SO 4 2- (mg/l) Coef. pour transformer des mg/l en meq/l : Eléments en µeq/L Ca 2+ (  eq/l) Cl - (  eq/l) HCO 3 - (  eq/l) K + (  eq/l) Mg 2+ (  eq/l) Na + (  eq/l) NO 3 - (  eq/l) PO 4 3- (  eq/l) SO 4 2- (  eq/l) StationsAn Poses Monthereau Yonne Amont Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine

15 Somme des cations Somme des anions Différence cat-an % d'erreur Poses Montereau Yonne Amont

16 Bassin versant carbonaté à 200 km de la mer La présence de silice amorphe est due à la présence de craie (rognons de silex) dans les couches du bassin versant. Les sulfates correspondent à la présence d’un peu de gypse que l’on peut trouver dans les marnes et caillasses éocènes ou autres formations qui reposent sur la craie. Ca 2+ et HCO 3 - dus à la dissolution des carbonates. Na + et Cl - sont dus à la présence de sel dans les eaux de pluie a. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine

17 Bassin versant composé de roches cristallines à 500 km de la mer Dans les feldspaths présence de K +, Na + et Ca 2+ Dans le quartz présence de SiO 2 Dans les micas présence de Mg 2+ et SiO 2 Dans les précipitations présence de sel donc de Na + et Cl a. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine

18 Comparaison à la sortie des forêts et à la sortie des champs : plus de phosphates, de nitrates et de sulfates à la sortie des champs à cause de l’utilisation abondante d’engrais. Grande quantité de sulfates dans les eaux des égouts urbains due à l’activité anthropique (pollution par les produits chimiques) a. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine

19 3. 2. b. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine Yonne amont Evolution de la quantité des ions Na+ et Cl- d’aval en amont

20 3. 2. b. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine Evolution des nitrates, phosphates et sulfates d’amont en aval

21 3. 2. b. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine Evolution des carbonates d’amont en aval

22 En résumé : Station Yonne amont : bruit de fond, caractéristique des roches traversées (cristallines et carbonatées). Na+ provient de la roche cristalline et de l’atmosphère, Cl- provient de l’atmosphère. Très peu d’impacts anthropiques. Station Yonne aval : signature carbonatée, nitrates provenant des champs cultivés (surface agricole de plus en plus importante). Augmentation de NaCl car on se rapproche de la mer. Station de Poses : impact de la pollution de la ville de Paris et de sa banlieue, présence de phosphates, de nitrates et de sulfates. Présence de carbonates plus importante car bassin carbonaté b. Qualité de l’eau – Bassin versant de la Seine


Télécharger ppt "TD 3 : HYDROLOGIE. 1. Hydrologie, Bassins versants de France Sens d’écoulement."

Présentations similaires


Annonces Google