La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

II. Athènes au Ve siècle av. J.C. A. Athènes est une démocratie B. Athènes est une cité puissante C. Athènes est un centre culturel.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "II. Athènes au Ve siècle av. J.C. A. Athènes est une démocratie B. Athènes est une cité puissante C. Athènes est un centre culturel."— Transcription de la présentation:

1 II. Athènes au Ve siècle av. J.C. A. Athènes est une démocratie B. Athènes est une cité puissante C. Athènes est un centre culturel

2 Athènes est une cité grecque située en Attique, au bord de la mer Egée. Athènes Attique

3 A. Athènes est une démocratie

4 1. Le pouvoir change de mains

5 VIIIe siècle avant J.C. VIIe siècle avant J.C. Ve siècle avant J.C. Qui défend la cité ? A quelle catégorie sociale appartiennent les combattants ? Qui a donc le pouvoir dans la cité ? Les cavaliers Les riches L’oligarchie Les hoplites La « classe moyenne » ( entre les riches et les pauvres) Les rameurs ( et les hoplites) Le peuple ( dont les pauvres) La démocratie

6 VIIIe siècle avant J.C.VIIe siècle avant J.C.Ve siècle avant J.C. Qui défend la cité ? A quelle catégorie sociale appartiennent les combattants ? Qui a donc le pouvoir dans la cité ? Les cavaliers Les riches L’oligarchie Les hoplites La « classe moyenne » ( entre les riches et les pauvres) Les rameurs ( et les hoplites) Le peuple ( dont les pauvres) La démocratie Les riches possèdent les chevaux. Cela leur donne l’avantage à la guerre  ce sont eux qui ont donc le pouvoir à Athènes A partir du VIIe siècle av. J.C., la manière de combattre évolue : les petits paysans défendent leur cité comme hoplites Les pauvres comme rameurs. Ils ont l’avantage à la guerre  ils ont donc le pouvoir à Athènes Le citoyen est celui qui défend sa cité.

7 2. Le fonctionnement de la démocratie

8 Les citoyens ( personnes) Nés d’une mère et d’un père athénien Eux seuls ont des droits politiques Participent 4 fois par an L’Assemblée des citoyens ou Ecclésia: vote les lois Décide de la paix et de la guerre Vote l’ostracisme * Tire au sort Le tribunal ou Héliée : Rend la justice Tire au sort Le conseil ou Boulé: Prépa re les lois * Ostracisme : un vote qui condamne à l’exil un citoyen dangereux pour la démocratie élit 10 stratèges : commandent l’armée ( ex. Périclès Les non-citoyens ( environ personnes) Les métèques (étrangers ) -Libres -Mais sans droits politiques Les femmes et enfants de citoyens : -Libres -Mais sans droits politiques Les esclaves : -Non libres - n’ont aucun droit Les instruments de la politique graphique

9 Etre citoyen, c’est avoir des devoirs dans les domaines : Politique : participer à l’ecclésia; voter les lois… Militaire : défendre sa cité Judiciaire : possibilité d’ être juge Religieux: participer aux fêtes en l’honneur des dieux de la cité Athènes est le 1 er Etat dans l’Histoire à mettre en place une démocratie mais celle-ci est incomplète car peu d’habitants sont citoyens.

10 3. Les lieux de la vie des citoyens

11 Athènes est une cité grecque située en Attique, au bord de la mer Egée. Athènes Attique

12 Acropole Port de commerce Vin, huile, céramique Blé, bois, métaux Le Pirée Athènes Port de guerre Longs Murs

13 AGORA PNYX ACROPOLE CERAMIQUE Lieu de réunion de l’Ecclesia Place entourée de bâtiments publics ( tribunal, bouleteurion, bâtiment des stratèges) Lieu de culte d’Athena

14

15 B. Athènes est une cité puissante

16 Récit de la bataille de Marathon 490 av. J.C. Les Athéniens se préparaient au combat. Après les sacrifices, les dieux leur semblaient favorables. Ils chargèrent les barbares en courant. Huit stades ( 178m) au moins séparaient les deux armées. Quand les Perses les virent arriver au pas de course, ils se préparèrent à soutenir le choc. A leur petit nombre, à cette manière d’attaquer en courant, ils les jugèrent atteint d’une folie qui allait les perdre, d’autant plus qu’ils n’avaient ni cavalerie ni archers. Bien groupés, les Athéniens assaillirent les Perses et combattirent avec une bravoure admirable. Au centre, les Barbares l’emportèrent mais ils furent enfoncer sur leurs ailes. Menacés d’encerclement, ils s’enfuirent. Les Athéniens les poursuivirent et les taillèrent en pièces jusque sur le rivage. D’après Hérodote ( historien grec), Histoires, Ve siècle av. J.C. 1.Quels sont les deux camps qui s’opposent ? 2.Où à lieu le combat ? 3.Comment l’auteur appelle-t-il les adversaires des Athéniens ? 4.Quelle technique de combat et quelle qualité permettent aux Athéniens de perdre leurs adversaires ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

17 Récit de la bataille de Marathon 490 av. J.C. Les Athéniens se préparaient au combat. Après les sacrifices, les dieux leur semblaient favorables. Ils chargèrent les barbares en courant. Huit stades ( 178m) au moins séparaient les deux armées. Quand les Perses les virent arriver au pas de course, ils se préparèrent à soutenir le choc. A leur petit nombre, à cette manière d’attaquer en courant, ils les jugèrent atteint d’une folie qui allait les perdre, d’autant plus qu’ils n’avaient ni cavalerie ni archers. Bien groupés, les Athéniens assaillirent les Perses et combattirent avec une bravoure admirable. Au centre, les Barbares l’emportèrent mais ils furent enfoncer sur leurs ailes. Menacés d’encerclement, ils s’enfuirent. Les Athéniens les poursuivirent et les taillèrent en pièces jusque sur le rivage. D’après Hérodote ( historien grec), Histoires, Ve siècle av. J.C. 1.Quels sont les deux camps qui s’opposent ? 2.Où à lieu le combat ? 3.Comment l’auteur appelle-t-il les adversaires des Athéniens ? 4.Quelle technique de combat et quelle qualité permettent aux Athéniens de perdre leurs adversaires ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

18 Récit de la bataille de Marathon 490 av. J.C. Les Athéniens se préparaient au combat. Après les sacrifices, les dieux leur semblaient favorables. Ils chargèrent les barbares en courant. Huit stades ( 178m) au moins séparaient les deux armées. Quand les Perses les virent arriver au pas de course, ils se préparèrent à soutenir le choc. A leur petit nombre, à cette manière d’attaquer en courant, ils les jugèrent atteint d’une folie qui allait les perdre, d’autant plus qu’ils n’avaient ni cavalerie ni archers. Bien groupés, les Athéniens assaillirent les Perses et combattirent avec une bravoure admirable. Au centre, les Barbares l’emportèrent mais ils furent enfoncer sur leurs ailes. Menacés d’encerclement, ils s’enfuirent. Les Athéniens les poursuivirent et les taillèrent en pièces jusque sur le rivage. D’après Hérodote ( historien grec), Histoires, Ve siècle av. J.C. 1.Quels sont les deux camps qui s’opposent ? 2.Où à lieu le combat ? 3.Comment l’auteur appelle-t-il les adversaires des Athéniens ? 4.Quelle technique de combat et quelle qualité permettent aux Athéniens de perdre leurs adversaires ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

19 Récit de la bataille de Marathon 490 av. J.C. Les Athéniens se préparaient au combat. Après les sacrifices, les dieux leur semblaient favorables. Ils chargèrent les barbares en courant. Huit stades ( 178m) au moins séparaient les deux armées. Quand les Perses les virent arriver au pas de course, ils se préparèrent à soutenir le choc. A leur petit nombre, à cette manière d’attaquer en courant, ils les jugèrent atteint d’une folie qui allait les perdre, d’autant plus qu’ils n’avaient ni cavalerie ni archers. Bien groupés, les Athéniens assaillirent les Perses et combattirent avec une bravoure admirable. Au centre, les Barbares l’emportèrent mais ils furent enfoncer sur leurs ailes. Menacés d’encerclement, ils s’enfuirent. Les Athéniens les poursuivirent et les taillèrent en pièces jusque sur le rivage. D’après Hérodote ( historien grec), Histoires, Ve siècle av. J.C. 1.Quels sont les deux camps qui s’opposent ? 2.Où à lieu le combat ? 3.Comment l’auteur appelle-t-il les adversaires des Athéniens ? 4.Quelle technique de combat et quelle qualité permettent aux Athéniens de perdre leurs adversaires ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

20 Récit de la bataille de Marathon 490 av. J.C. Les Athéniens se préparaient au combat. Après les sacrifices, les dieux leur semblaient favorables. Ils chargèrent les barbares en courant. Huit stades ( 178m) au moins séparaient les deux armées. Quand les Perses les virent arriver au pas de course, ils se préparèrent à soutenir le choc. A leur petit nombre, à cette manière d’attaquer en courant, ils les jugèrent atteint d’une folie qui allait les perdre, d’autant plus qu’ils n’avaient ni cavalerie ni archers. Bien groupés, les Athéniens assaillirent les Perses et combattirent avec une bravoure admirable. Au centre, les Barbares l’emportèrent mais ils furent enfoncer sur leurs ailes. Menacés d’encerclement, ils s’enfuirent. Les Athéniens les poursuivirent et les taillèrent en pièces jusque sur le rivage. D’après Hérodote ( historien grec), Histoires, Ve siècle av. J.C. 1.Quels sont les deux camps qui s’opposent ? 2.Où à lieu le combat ? 3.Comment l’auteur appelle-t-il les adversaires des Athéniens ? 4.Quelle technique de combat et quelle qualité permettent aux Athéniens de perdre leurs adversaires ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

21 Récit de la bataille de Marathon 490 av. J.C. Les Athéniens se préparaient au combat. Après les sacrifices, les dieux leur semblaient favorables. Ils chargèrent les barbares en courant. Huit stades ( 178m) au moins séparaient les deux armées. Quand les Perses les virent arriver au pas de course, ils se préparèrent à soutenir le choc. A leur petit nombre, à cette manière d’attaquer en courant, ils les jugèrent atteint d’une folie qui allait les perdre, d’autant plus qu’ils n’avaient ni cavalerie ni archers. Bien groupés, les Athéniens assaillirent les Perses et combattirent avec une bravoure admirable. Au centre, les Barbares l’emportèrent mais ils furent enfoncer sur leurs ailes. Menacés d’encerclement, ils s’enfuirent. Les Athéniens les poursuivirent et les taillèrent en pièces jusque sur le rivage. D’après Hérodote ( historien grec), Histoires, Ve siècle av. J.C. 1.Quels sont les deux camps qui s’opposent ? 2.Où à lieu le combat ? 3.Comment l’auteur appelle-t-il les adversaires des Athéniens ? 4.Quelle technique de combat et quelle qualité permettent aux Athéniens de perdre leurs adversaires ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ? LES HOPLITES

22 La bataille de Salamine ( 480 av. JC.) Les rames bruyantes des Grecs frappent l’eau profonde en cadence et l’on entend une longue clameur : « Enfants de la Grèce, délivrez la patrie ! Délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des dieux de votre père et les tombeaux de vos aïeux ! » Aussitôt, vaisseau contre vaisseau les proues de bronze se heurtent. Un navire grec a donné le signal de l’abordage. Les nombreux vaisseaux perses affluent et résistent d’abord, mais ils s’entassent dans une passe étroite. Les trières grecques les encerclent adroitement, les frappent, les éventrent. La mer disparaît sous un amas d’épaves, tandis qu’une fuite désordonnée emporte à toutes rames ce qui reste de la flotte barbare. D’après la tragédie d’Eschyle, Les Perses, 472 av. J.C. 1.Pour quelle raison les Grecs combattent-ils ? 2.Contre quel adversaire les Grecs combattent-ils ? 3.Où la bataille a-t-elle lieu ? 4.Comment les bateaux grecs parviennent-ils à vaincre la flotte ennemie ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

23 La bataille de Salamine ( 480 av. JC.) Les rames bruyantes des Grecs frappent l’eau profonde en cadence et l’on entend une longue clameur : « Enfants de la Grèce, délivrez la patrie ! Délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des dieux de votre père et les tombeaux de vos aïeux ! » Aussitôt, vaisseau contre vaisseau les proues de bronze se heurtent. Un navire grec a donné le signal de l’abordage. Les nombreux vaisseaux perses affluent et résistent d’abord, mais ils s’entassent dans une passe étroite. Les trières grecques les encerclent adroitement, les frappent, les éventrent. La mer disparaît sous un amas d’épaves, tandis qu’une fuite désordonnée emporte à toutes rames ce qui reste de la flotte barbare. D’après la tragédie d’Eschyle, Les Perses, 472 av. J.C. 1.Pour quelle raison les Grecs combattent-ils ? 2.Contre quel adversaire les Grecs combattent-ils ? 3.Où la bataille a-t-elle lieu ? 4.Comment les bateaux grecs parviennent-ils à vaincre la flotte ennemie ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

24 La bataille de Salamine ( 480 av. JC.) Les rames bruyantes des Grecs frappent l’eau profonde en cadence et l’on entend une longue clameur : « Enfants de la Grèce, délivrez la patrie ! Délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des dieux de votre père et les tombeaux de vos aïeux ! » Aussitôt, vaisseau contre vaisseau les proues de bronze se heurtent. Un navire grec a donné le signal de l’abordage. Les nombreux vaisseaux perses affluent et résistent d’abord, mais ils s’entassent dans une passe étroite. Les trières grecques les encerclent adroitement, les frappent, les éventrent. La mer disparaît sous un amas d’épaves, tandis qu’une fuite désordonnée emporte à toutes rames ce qui reste de la flotte barbare. D’après la tragédie d’Eschyle, Les Perses, 472 av. J.C. 1.Pour quelle raison les Grecs combattent-ils ? 2.Contre quel adversaire les Grecs combattent-ils ? 3.Où la bataille a-t-elle lieu ? 4.Comment les bateaux grecs parviennent-ils à vaincre la flotte ennemie ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

25 La bataille de Salamine ( 480 av. JC.) Les rames bruyantes des Grecs frappent l’eau profonde en cadence et l’on entend une longue clameur : « Enfants de la Grèce, délivrez la patrie ! Délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des dieux de votre père et les tombeaux de vos aïeux ! » Aussitôt, vaisseau contre vaisseau les proues de bronze se heurtent. Un navire grec a donné le signal de l’abordage. Les nombreux vaisseaux perses affluent et résistent d’abord, mais ils s’entassent dans une passe étroite. Les trières grecques les encerclent adroitement, les frappent, les éventrent. La mer disparaît sous un amas d’épaves, tandis qu’une fuite désordonnée emporte à toutes rames ce qui reste de la flotte barbare. D’après la tragédie d’Eschyle, Les Perses, 472 av. J.C. 1.Pour quelle raison les Grecs combattent-ils ? 2.Contre quel adversaire les Grecs combattent-ils ? 3.Où la bataille a-t-elle lieu ? 4.Comment les bateaux grecs parviennent-ils à vaincre la flotte ennemie ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

26 La bataille de Salamine ( 480 av. JC.) Les rames bruyantes des Grecs frappent l’eau profonde en cadence et l’on entend une longue clameur : « Enfants de la Grèce, délivrez la patrie ! Délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des dieux de votre père et les tombeaux de vos aïeux ! » Aussitôt, vaisseau contre vaisseau les proues de bronze se heurtent. Un navire grec a donné le signal de l’abordage. Les nombreux vaisseaux perses affluent et résistent d’abord, mais ils s’entassent dans une passe étroite. Les trières grecques les encerclent adroitement, les frappent, les éventrent. La mer disparaît sous un amas d’épaves, tandis qu’une fuite désordonnée emporte à toutes rames ce qui reste de la flotte barbare. D’après la tragédie d’Eschyle, Les Perses, 472 av. J.C. 1.Pour quelle raison les Grecs combattent-ils ? 2.Contre quel adversaire les Grecs combattent-ils ? 3.Où la bataille a-t-elle lieu ? 4.Comment les bateaux grecs parviennent-ils à vaincre la flotte ennemie ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ?

27 La bataille de Salamine ( 480 av. JC.) Les rames bruyantes des Grecs frappent l’eau profonde en cadence et l’on entend une longue clameur : « Enfants de la Grèce, délivrez la patrie ! Délivrez vos enfants et vos femmes, les sanctuaires des dieux de votre père et les tombeaux de vos aïeux ! » Aussitôt, vaisseau contre vaisseau les proues de bronze se heurtent. Un navire grec a donné le signal de l’abordage. Les nombreux vaisseaux perses affluent et résistent d’abord, mais ils s’entassent dans une passe étroite. Les trières grecques les encerclent adroitement, les frappent, les éventrent. La mer disparaît sous un amas d’épaves, tandis qu’une fuite désordonnée emporte à toutes rames ce qui reste de la flotte barbare. D’après la tragédie d’Eschyle, Les Perses, 472 av. J.C. 1.Pour quelle raison les Grecs combattent-ils ? 2.Contre quel adversaire les Grecs combattent-ils ? 3.Où la bataille a-t-elle lieu ? 4.Comment les bateaux grecs parviennent-ils à vaincre la flotte ennemie ? 5.De quel type de combattants est formée l’armée grecque ? LES RAMEURS

28 Au début du Ve s. av. J.C., la Grèce est attaquée par les Perses ( ou Mèdes) pour étendre leur immense empire : ce sont les guerres médiques ( Marathon et Salamine = victoires grecques). Athènes joue un rôle important dans la lutte contre les « Barbares ». Elle organise alors la Ligue de Délos ( alliance de cités grecques pour se défendre contre une possible invasion perse). Durant le Ve s. av. J.C., Athènes est puissante au combat grâce : - ses hoplites ( soldats citoyens armés d’un bouclier et d’une lance) - ses trières ( bateaux de guerre à trois rangs de rameurs) Elle arrive donc à bâtir un empire autour de la mer Egée. A la fin du Ve s. av. J.C., Sparte et d’autres cités grecques se révoltent contre cette domination d’Athènes. C’est la guerre du Péloponnèse qui aboutit à la fin de la puissance athénienne.

29 C. Athènes est un centre culturel

30 La méthode historique de Thucydide « j’ai cherché à rapporter les faits exacts ; je n’ai raconté que ceux dont j’ai été moi-même spectateur ou sur lesquels je me suis procuré des renseignements précis d’une entière exactitude. J’ai eu de la peine à y parvenir parce que ceux qui ont assisté aux évènements ne les rapportent pas tous de la même manière. Peut-être mes récits, qui ne sont pas des fables, perdront-ils de leur intérêt; il me suffit qu’ils soient trouvés utiles par celui qui voudra se faire une juste idée des choses passées. » D’après Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, fin Ve s. av. J.C. 1.Qui est l’auteur et quand écrit-il ? 2.Comment l’auteur procède-t-il pour rapporter des faits exacts ? 3.Quelle difficulté rencontre-t-il ? 4.Quelle est l’utilité de ces récits ? 5.Quelle différence relèves-tu entre les récits de Thucydide et d’Homère ?

31 La méthode historique de Thucydide « j’ai cherché à rapporter les faits exacts ; je n’ai raconté que ceux dont j’ai été moi-même spectateur ou sur lesquels je me suis procuré des renseignements précis d’une entière exactitude. J’ai eu de la peine à y parvenir parce que ceux qui ont assisté aux évènements ne les rapportent pas tous de la même manière. Peut-être mes récits, qui ne sont pas des fables, perdront-ils de leur intérêt; il me suffit qu’ils soient trouvés utiles par celui qui voudra se faire une juste idée des choses passées. » D’après Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, fin Ve s. av. J.C. 1.Qui est l’auteur et quand écrit-il ? 2.Comment l’auteur procède-t-il pour rapporter des faits exacts ? 3.Quelle difficulté rencontre-t-il ? 4.Quelle est l’utilité de ces récits ? 5.Quelle différence relèves-tu entre les récits de Thucydide et d’Homère ?

32 La méthode historique de Thucydide « j’ai cherché à rapporter les faits exacts ; je n’ai raconté que ceux dont j’ai été moi-même spectateur ou sur lesquels je me suis procuré des renseignements précis d’une entière exactitude. J’ai eu de la peine à y parvenir parce que ceux qui ont assisté aux évènements ne les rapportent pas tous de la même manière. Peut-être mes récits, qui ne sont pas des fables, perdront-ils de leur intérêt; il me suffit qu’ils soient trouvés utiles par celui qui voudra se faire une juste idée des choses passées. » D’après Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, fin Ve s. av. J.C. 1.Qui est l’auteur et quand écrit-il ? 2.Comment l’auteur procède-t-il pour rapporter des faits exacts ? 3.Quelle difficulté rencontre-t-il ? 4.Quelle est l’utilité de ces récits ? 5.Quelle différence relèves-tu entre les récits de Thucydide et d’Homère ?

33 La méthode historique de Thucydide « j’ai cherché à rapporter les faits exacts ; je n’ai raconté que ceux dont j’ai été moi-même spectateur ou sur lesquels je me suis procuré des renseignements précis d’une entière exactitude. J’ai eu de la peine à y parvenir parce que ceux qui ont assisté aux évènements ne les rapportent pas tous de la même manière. Peut-être mes récits, qui ne sont pas des fables, perdront-ils de leur intérêt; il me suffit qu’ils soient trouvés utiles par celui qui voudra se faire une juste idée des choses passées. » D’après Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, fin Ve s. av. J.C. 1.Qui est l’auteur et quand écrit-il ? 2.Comment l’auteur procède-t-il pour rapporter des faits exacts ? 3.Quelle difficulté rencontre-t-il ? 4.Quelle est l’utilité de ces récits ? 5.Quelle différence relèves-tu entre les récits de Thucydide et d’Homère ?

34 La méthode historique de Thucydide « j’ai cherché à rapporter les faits exacts ; je n’ai raconté que ceux dont j’ai été moi-même spectateur ou sur lesquels je me suis procuré des renseignements précis d’une entière exactitude. J’ai eu de la peine à y parvenir parce que ceux qui ont assisté aux évènements ne les rapportent pas tous de la même manière. Peut-être mes récits, qui ne sont pas des fables, perdront-ils de leur intérêt; il me suffit qu’ils soient trouvés utiles par celui qui voudra se faire une juste idée des choses passées. » D’après Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, fin Ve s. av. J.C. 1.Qui est l’auteur et quand écrit-il ? 2.Comment l’auteur procède-t-il pour rapporter des faits exacts ? 3.Quelle difficulté rencontre-t-il ? 4.Quelle est l’utilité de ces récits ? 5.Quelle différence relèves-tu entre les récits de Thucydide et d’Homère ?

35 La méthode historique de Thucydide « j’ai cherché à rapporter les faits exacts ; je n’ai raconté que ceux dont j’ai été moi-même spectateur ou sur lesquels je me suis procuré des renseignements précis d’une entière exactitude. J’ai eu de la peine à y parvenir parce que ceux qui ont assisté aux évènements ne les rapportent pas tous de la même manière. Peut-être mes récits, qui ne sont pas des fables, perdront-ils de leur intérêt; il me suffit qu’ils soient trouvés utiles par celui qui voudra se faire une juste idée des choses passées. » D’après Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, fin Ve s. av. J.C. 1.Qui est l’auteur et quand écrit-il ? 2.Comment l’auteur procède-t-il pour rapporter des faits exacts ? 3.Quelle difficulté rencontre-t-il ? 4.Quelle est l’utilité de ces récits ? 5.Quelle différence relèves-tu entre les récits de Thucydide et d’Homère ? Le combat d’Achille contre Hector « Achille, balançant la javeline, la lança devant lui. L’illustre Hector la vit et l’évita. La javeline vola par- dessus-lui et se planta dans le sol. Athéna la saisit, l’enleva et la rendit à Achille sans qu’Hector s’en aperçût.. Tout le corps d’Hector était protégé par les armes dont il avait dépouillé Patrocle après l’avoir tué. Un seul point se laissait voir : celui où la clavicule sépare l’épaule du cou. Ce fut là qu’Achille lança sa javeline. Hector mourut » Homère, d’après l’Iliade Chez Thucydide, refus du mythe comme explication de l’Histoire

36

37 1.Qui assiste au spectacle ? 2.Pourquoi un autel est-il présent au centre du théâtre ? 3.Quel est le rôle du chœur? 4.Où les acteurs jouent-ils ? 5.Qui sont les acteurs et que portent-ils ?

38 1.Qui assiste au spectacle ? 2.Pourquoi un autel est-il présent au centre du théâtre ? 3.Quel est le rôle du chœur? 4.Où les acteurs jouent-ils ? 5.Qui sont les acteurs et que portent-ils ? LES CITOYENS

39 1.Qui assiste au spectacle ? 2.Pourquoi un autel est-il présent au centre du théâtre ? 3.Quel est le rôle du chœur? 4.Où les acteurs jouent-ils ? 5.Qui sont les acteurs et que portent-ils ? LE THEATRE EST DEDIE AU DIEU DIONYSOS

40 1.Qui assiste au spectacle ? 2.Pourquoi un autel est-il présent au centre du théâtre ? 3.Quel est le rôle du chœur? 4.Où les acteurs jouent-ils ? 5.Qui sont les acteurs et que portent-ils ? GROUPE QUI COMMENTE L’ACTION DE LA PIECE

41 1.Qui assiste au spectacle ? 2.Pourquoi un autel est-il présent au centre du théâtre ? 3.Quel est le rôle du chœur? 4.Où les acteurs jouent-ils ? 5.Qui sont les acteurs et que portent-ils ? SUR L’AVANT SCENE

42 1.Qui assiste au spectacle ? 2.Pourquoi un autel est-il présent au centre du théâtre ? 3.Quel est le rôle du chœur? 4.Où les acteurs jouent-ils ? 5.Qui sont les acteurs et que portent-ils ? CE SONT UNIQUEMENT DES HOMMES QUI PORTENT UN MASQUE EN RAPPORT AVEC LEUR PERSONNAGE

43 Athènes est « l’école de la Grèce ». Elle est en effet un modèle pour les autres cités grecques dans les domaines : de la pensée : les grands historiens ( Thucydide) et philosophes ( Réflexion sur l’Homme et le monde par Socrate et Platon) sont athéniens du théâtre grâce à ses auteurs de tragédie ( Eschyle) et de comédie ( Aristophane) des arts ( Le Parthénon, sculptures, céramiques)

44 Le vote de la loi sur la colline de la Pnyx au Ve siècle av. J.C. La Pnyx

45 L’Acropole L’Acropole est une des collines d’Athènes qui devint à partir du VIe siècle un espace sacré dédié aux dieux et plus particulièrement à Athèna, déesse poliade, déesse protectrice de la cité. L’espace aménagé mesure 270 m dans sa plus grande longueur, 156 m dans sa plus grande largeur Le Parthenon L’Erechteion, temple dédié à Athéna et à Poséidon Les Propylées: l’entrée de l’Acropole Le Temple d’Athéna Niké, Athéna victorieuse

46

47

48 Les instruments politiques des citoyens La clepsydre est une horloge à eau qui permet de mesurer le temps de parole Musée de l’Agora. Athènesclepsydre Une machine à tirer au sort, utilisée pour attribuer certaines magistratures aux citoyens Marbre du Ive siècle Musée de l’Agora. Athènes Les jetons fournis aux héliastes, membres de l’Héliée. une tige pleine signifie l’acquitement, une creuse, la condamnation. Le vote est confidentiel Musée de l’Agora. AthènesHéliée Un « ostrakon » est un morceau de céramique sur lequel un citoyen peut inscrire le nom d’une personne qu’il souhaite bannir. Si la majorité des citoyens se prononce, le personne est ostracisé, c’est à dire qu’elle doit quitter, sans jugement, le territoire athénien Musée de l’Agora. Athènes Une scène de vote. Coupe attique du Ve siècle. Musée des beaux arts de Dijon

49 PERICLES : -Élu stratège plus de 30 fois de 462 à 429 av. J.C. - Un des principaux dirigeants d’Athènes au Ve siècle av. J.C.

50

51

52

53

54

55


Télécharger ppt "II. Athènes au Ve siècle av. J.C. A. Athènes est une démocratie B. Athènes est une cité puissante C. Athènes est un centre culturel."

Présentations similaires


Annonces Google