La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Définitions Intrinsèques cointrinsèques. TD3 voyelles valeurs de Fo, durée et intensité intrinsèques et cointrinsèques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Définitions Intrinsèques cointrinsèques. TD3 voyelles valeurs de Fo, durée et intensité intrinsèques et cointrinsèques."— Transcription de la présentation:

1 TD3 voyelles valeurs de Fo, durée et intensité intrinsèques et cointrinsèques

2 définitions Intrinsèques cointrinsèques

3 renseignements Locuteur(s) Conditions d’enregistrements Corpus
Logiciels Etc.

4 exemple : Locuteur : x (22 ans, française)
Lieu : chambre sourde de l’ILPGA Support : minidisque Numérisation : salle Mac (logiciel Soundforge) Découpage Audacity et Praat TD 1 S2 Douville Mathilde 4

5 Corpus exemple Je dis i comme dans titi Je dis é comme dans pépé
Je dis e comme dans tête Je dis a comme dans patte Je dis _ comme dans pou Je dis o comme dans beau Je dis à comme dans bol Je dis ² comme dans pâte Je dis u comme dans pull Je dis œ comme dans peureux Je dis ( comme dans boeuf Je dis & comme dans pan Je dis ç comme dans pont Je dis " comme dans brin Je dis è comme dans brun TD 1 S2 Douville Mathilde 5

6 Plan possible Enregistrement, découpage et but Valeurs intrinsèques
Locuteur, lieu, support, numérisation, découpage Valeurs intrinsèques Corpus Spectrogramme Calcul automatique des formants avec Praat Triangles vocaliques Analyse des résultats - Commentaires Valeurs cointrinsèques Contexte 1 : Voisé / sourd Contexte 2 : Labiale, dentale, vélaire Contexte 3 : Orale/nasale Comparaison des valeurs des formants Conclusion 6

7 Résultats: intrinsèque

8 Spectrogramme des voyelles hors contexte
Cliquez pour entendre les voyelles TD 1 S2 Douville Mathilde 8

9 Triangle F1 F2 vocalique avec praat
Cliquez sur les haut-parleurs pour entendre les voyelles TD 1 S2 Douville Mathilde 9

10 Voyelles isolées 1) Fo intrinsèques 2) intensité intrinsèques

11 Voyelles en contexte: influence du voisement
pVpVpV, versus bVbVbV V= a, i, u Influence du voisement de la consonne sur Fo, durée et intensité Ride versus rite, rade versus ratte Influence du voisement sur la durée de la voyelle qui précède

12 Exemple md

13 Valeurs cointrisèques Contexte Voisé / sourd
Corpus C1V1C2V2C3V3 Analyse des valeurs de V2 tatata / dadada tititi / dididi tututu / dududu tantantan / dandandan Voyelle Contexte f1 f2 f3 f4 f0 Intensite (dB) Duree (ms) a t 702 1676 3015 4336 252 76 77 d 1722 2957 3653 226 71 106 i 329 2190 2601 3469 266 84 290 2407 3137 3668 257 79 75 u 385 1512 2772 3785 304 68 312 1399 2865 3800 277 78 an 606 810 3218 4186 267 73 99 685 801 3135 3990 262 83 94 TD 1 S2 Douville Mathilde 13

14 Valeurs cointrisèques des formants Contexte Voisé / sourd
D’après ces résultats, nous n’observons aucune régularité qui pourrait nous permettre de conclure que le contexte voisé ou non joue un rôle sur les formants. TD 1 S2 Douville Mathilde 14

15 Valeurs cointrisèques de la F0 Contexte Voisé / sourd
Nous observons ici, une F0 systématiquement plus élevée en contexte non voisé. Théoriquement, c’est le résultat que nous attendions. phoneme contexte F0 a neutre 226 t 252 d i Neutre 278 266 257 u 265 304 277 an 267 262 TD 1 S2 Douville Mathilde 15

16 Valeurs cointrisèques de la durée Contexte Voisé / sourd
On aurait pu émettre l’hypothèse que le contexte du voisement jouerait un rôle concernant la durée des phonèmes. Par exemple, en anglais, les phonèmes vocaliques sont systématiquement plus long en contextes voisés, qu’en contextes sourds et la longueur de la voyelle est même une condition nécessaire et suffisante pour distinguer les phonèmes consonantiques voisé, des non voisés. Or ici, on ne remarque aucune variation régulière qui permette de faire une conclusion, quelle qu’elle soit. phoneme contexte duree a t 77 d 106 i 84 75 u 68 78 an 99 94 TD 1 S2 Douville Mathilde 16

17 Valeurs cointrisèques de l’intensité Contexte Voisé / sourd
Ici, on remarque que dans 3 cas sur 4, l’intensité est plus élevée en contexte voisé qu’en contexte non-voisé. Si l’on compare ces résultats par rapport au contexte neutre (voyelle hors contexte), on observera que l’intensité est plus faible qu’en contexte. phoneme Contexte intensite a neutre 69 t 76 d 71 i 68 79 u 66 78 an 72 73 83 TD 1 S2 Douville Mathilde 17

18 Valeurs cointrisèques Contexte Labiale / Dentale / Vélaire
Corpus C1V1C2V2C3V3 , Analyse des valeurs de V2 papapa / tatata / kakaka pipipi / tititi / kikiki pupupu / tututu / kukuku panpanpan / tantantan / kankankan phonème Contexte f1 f2 f3 f4 f0 intensite duree a p 798 1360 2884 4142 268 86 66 t 702 1676 3015 4336 252 76 77 k 809 1708 2859 4066 286 80 85 i 387 2260 3331 3852 328 78 329 2190 2601 3469 266 84 2577 3699 4220 88 u 317 866 2816 3561 288 95 385 1512 2772 3785 304 71 68 246 878 2823 3826 72 74 an 687 800 3136 3996 262 83 94 606 810 3218 4186 267 73 99 741 977 2978 3567 258 79 TD 1 S2 Douville Mathilde 18

19 Valeurs cointrisèques des formants Contexte Labial / Dental / Vélaire
D’après la loi de perturbation des formants en fonction des constrictions, que nous avons étudiée au premier semestre, nous aurions dû observer ceci : Contexte labial : F1, F2 et F3  bas, dû à la constriction des lèvres. Contexte dental : F1  bas F2 et F3  élevés. Contexte vélaire : F1 et F3  bas F2  haut Ici nous n’observons pas de régularités nette. Néanmoins, on retrouve quelques caractéristiques attendues. Globalement, le F1 est assez bas dans es différents contextes. Dans 3 cas sur 4, le F2 est plus élevé en contexte dental ainsi qu’en contexte vélaire. En ce qui concerne F3, pour les voyelles a et an, on observe les résultats attendus, alors que pour i, on observe le contraire. TD 1 S2 Douville Mathilde 19 19

20 Valeurs cointrisèques de la F0 Contexte Labial / Dental / Vélaire
En ce qui concerne les variation de la F0, nous n’observons aucune régularité, hormis le fait que dans 3 cas sur 4, la F0 en contexte vélaire est plus faible qu’en contexte dental. phoneme Contexte f0 a p 268 t 252 k 286 i 328 266 u 288 304 an 262 267 258 TD 1 S2 Douville Mathilde 20

21 Valeurs cointrisèques de l’intensité Contexte Labiale / Dentale / Vélaire
En ce qui concerne les variation de l’intensité, nous observons une régularité en fonction du contexte. En dehors des mesures de la voyelle i, en contexte labial, l’intensité est plus élevée que dans les autres contextes ; et elle est plus élevée en contexte vélaire qu’en contexte dental. phonème Contexte intensité a p 86 t 76 k 80 i u 78 71 72 an 83 73 79 TD 1 S2 Douville Mathilde 21

22 Valeurs cointrisèques de la durée Contexte Labiale / Dentale / Vélaire
L’observation des mesures concernant la durée des phonèmes vocaliques en fonction du contexte ne nous permet pas de faire de conclusion quelle qu’elle soit, car aucune régularité n’apparaît. phoneme Contexte Duree (ms) a p 66 t 77 k 85 i 78 84 88 u 95 68 74 an 94 99 79 TD 1 S2 Douville Mathilde 22

23 Valeurs cointrisèques Contexte oral / nasal
Corpus C1V1C2V2C3V3 , Analyse des valeurs de V2 nanana / dadada ninini / dididi nununu / dududu nan nan nan / dandandan phoneme Contexte f1 f2 f3 f4 f0 intensite duree a d 702 1722 2957 3653 226 71 106 n 490 1644 3019 3507 237 75 111 i 290 2407 3137 3668 257 79 484 1055 2693 3695 287 73 72 u 312 1399 2865 3800 277 78 394 1573 2780 3749 308 100 an 685 801 3135 3990 262 83 94 761 934 3476 3849 258 80 87 TD 1 S2 Douville Mathilde 23

24 Valeurs cointrisèques des formants Contexte oral / nasal
D’après ces résultats, nous n’observons aucune régularité qui pourrait nous permettre de conclure que le contexte oral ou nasal joue un rôle sur les formants du point de vue de leurs valeurs. TD 1 S2 Douville Mathilde 24

25 Valeurs cointrisèques de la F0 Contexte oral / nasal
On remarque qu’en contexte nasal la F0 est plus élevée qu’en contexte oral. Mais rien ne prouve que cela soit significatif. Ce peut-être une caractéristique propre à ce locuteur. phoneme Contexte f0 a neutre 226 n 237 d i 278 287 257 u 265 308 277 an 258 262 TD 1 S2 Douville Mathilde 25

26 Valeurs cointrisèques de l’intensité Contexte oral / nasal
On remarque que dans 3 cas sur 4, l’intensité est plus élevée en contexte oral qu’en contexte nasal. Par rapport au contexte neutre, on remarque que l’intensité est plus important en contexte consonantique. Mais ces observations ne nous permettent pas d’effectuer de conclusion valable. phoneme Contexte intensite a neutre 69 n 75 d 71 i 68 73 79 u 66 78 an 72 80 83 TD 1 S2 Douville Mathilde 26

27 Valeurs cointrisèques de la durée Contexte oral / nasal
En ce qui concerne l’influence éventuelle de la nasalité sur la durée de la voyelle, il ne nous est pas possible de conclure quoi que ce soit, car dans la moitié des cas, la voyelle est plus longue en contexte nasal, et dans l’autre moitié elle est plus courte. phoneme Contexte duree a n 111 d 106 i 72 75 u 100 78 an 87 94 TD 1 S2 Douville Mathilde 27

28 Conclusion A partir de l’observation des résultats obtenus, il semble qu’il existe quelques corrélations entre le contexte dans lequel sont produites les voyelles et les valeurs des formants, de la F0, de l’intensité et la durée des voyelles. Mais il n’est pas possible de conclure objectivement à partir de si peu de données. Il serait intéressant d’effectuer des mesures à partir de plusieurs locuteurs. Car l’observation de ces résultats nous à déjà permis de dégager certains aspects et certaines hypothèses de l’impact du contexte consonantique sur les voyelles. Il nous est donc possible d’affirmer en conclusion que le contexte d’apparition des voyelles influence les formants, la F0, l’intensité et la durée. Mais l’échantillon étant trop petit nous ne pouvons pas en conclure plus. TD 1 S2 Douville Mathilde 28


Télécharger ppt "Définitions Intrinsèques cointrinsèques. TD3 voyelles valeurs de Fo, durée et intensité intrinsèques et cointrinsèques."

Présentations similaires


Annonces Google