La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les crises climatique et énergétique Novembre 2011 Contacts:Alain GRANDJEAN.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les crises climatique et énergétique Novembre 2011 Contacts:Alain GRANDJEAN."— Transcription de la présentation:

1 Les crises climatique et énergétique Novembre 2011 Contacts:Alain GRANDJEAN

2 Le menu du jour  Le changement climatique  La nouvelle donne énergétique  Conséquences économiques et solutions 2

3 3 Un petit rappel : nous ne sommes pas seuls... Évolution démographique depuis le néolithique (découverte de l’agriculture). Source : Musée de l’Homme 2011 : 7 milliards… Début de la révolution industrielle : ≈ 0,5 milliard

4 Changements climatiques observés 4

5 La hausse des températures se poursuit (NASA GISS Janvier 2011).

6 Les différentes causes du changement climatique 6 CO 2 CH 4 … Soleil Aérosols Volcans Comparaison des diverses influences (naturelles et humaines) sur le climat à l’échelle du siècle Source : Hansen et al., Science, 2005

7 L’effet de serre : 15° de température en moyenne sur la planète ! 7 C’est l’effet de serre additionnel qui est dangereux! 7

8 5 degrés c’est un changement d’ère climatique! 8 Source : Atlas des mondialisations, Le Monde et La Vie, 2010 Dernière ère glacière ans av. JC D’immenses glaciers, épais de plusieurs km, recouvrent l’Amérique et l’Europe du nord. Le sol de la France est gelé en permanence, et inapte aux cultures. Homo sapiens passe à pied sec vers l’Amérique : la mer est plus basse de 120 mètres ! La température de l’Europe est plus basse de 8 à 10 °C mais celle des tropiques a peu varié. 5°C d’écart « seulement » avec aujourd’hui en moyenne mondiale

9 Les émissions futures dépendent de nous… 9

10 La tendance est au rouge ! 10 Source E Bard Collège de France

11 11 Des conséquences sévères pour l’humanité  Perte de productivité agricole et famines.  Réduction des surfaces émergées, augmentation des déserts ; accroissement massif des migrations climatiques.  Extension des maladies « tropicales ».  Intensification des cyclones et ouragans.  Aggravation des conflits.  Conséquences économiques.  Risques de « surprises ».

12 Emissions mondiales de gaz à effet de serre : 50 milliards de TCO2eq 12 Charbon Pétrole Gaz Energie Agriculture Déchets Agriculture Distribution par gaz à effet de serre en 2004 Distribution par sources Source : GIEC, 4 ème rapport d’évaluation, 2007

13 Pour stabiliser le climat (450ppm), il faut passer à 20 milliards de TCO2eq en Source: Meinshausen (2007) * Developing = UNFCCC hors Annexe 1 ** Developed = UNFCCC Annexe 1

14 Quelles émissions par personne ? Droit maximal à émettre si nous voulons diviser les émissions mondiales de CO 2 par 2, avec 6,5 milliards d’habitants Idem si nous voulons diviser les émissions mondiales de CO 2 par 3, avec 9 milliards d’habitants Emissions de CO2 par habitant (excepté déforestation) Facteur 4 : la France s’est engagée à diviser par 4 ses émissions de GES à horizon Tonnes équivalent CO2 0 14

15 Les émissions de GES d’un Français : 10,5teqCO 2

16 2 tonnes de CO 2 pour un français aujourd’hui c’est : Aller Retour Paris New York  7000 km en voiture soit 30km / jour ouvré sur une année (trajets domicile – travail)  1 an de chauffage gaz naturel d’un bureau de 45m2 Construction  7m2 de logement 80 kg de bœuf ou 1000 litres de lait ou  8 magazines par jour (1,8t/600g/365j) ou

17 Quand on prolonge les tendances, on s’éloigne de la cible… 17 Source: McKinsey Analysis Objectif en 2050, 2,2 t eq CO2 Émissions par habitant et par an, en t eq. CO2

18 18 x 2,7 d’ici 2050 (2% de croissance par an) x 2,7 d’ici 2050 (2% de croissance par an) 30% de mieux en 30 ans 10% de mieux en 35 ans « l’efficacité carbone de l’énergie » / 4 d’ici 2050 ? (- 3% / an) « l’efficacité carbone de l’énergie » / 4 d’ici 2050 ? (- 3% / an) « l’efficacité énergétique du PIB » / 2 d’ici 2050 ? (- 1,5% / an) « l’efficacité énergétique du PIB » / 2 d’ici 2050 ? (- 1,5% / an) YAKA ! : L’équation de Kaya X 1,5 d’ici 2050 / 2 d’ici 2050

19 Diviser par deux ou trois les émissions de CO2 ? 19 Décarbonisation ?? Evolution des émissions brutes et rapportées au PIB de 1970 à Source : GIEC, 4è rapport d’évaluation, mai 2007

20 Changer de trajectoire énergétique Quelle évolution à 2030 ? Scénario AIE Efficacité energétique = > 50% ! 20

21 Comment s’en sortir ? Sobriété – Efficacité – Substitution 21 Aujourd’hui Evolution tendancielle « Scramble » Cible « Blueprint » Sobriété Maîtriser, réduire la demande Efficacité Efficacité énergétique Progrès technologiques Substitution Nouvelles énergies et moins nouvelles…  La substitution des combustibles fossiles ne doit pas être la seule piste !

22 Le menu du jour  Le changement climatique  La nouvelle donne énergétique  Les conséquences économiques et les solutions 22

23 23 80% de notre consommation d’énergie émet du C02 Source: Schilling & al + Observatoire énergie + AIE + BP Statistical review 2010 Consommation mondiale d’énergie primaire en Mtep Mtep 232g CO 2 eq per kWh 416g CO 2 eq per kWh Les hydrocarbures, c’est plus de 80% de l’énergie primaire consommée ! X6 en 60 ans (deux générations) 282g CO 2 eq per kWh

24 24 Magique pétrole. 1 litre d’essence : 10 kwh 24

25 1 L ??? Un homme transforme kcal par jour, c’est le grand maximum restituable 25 3 kWh/jour 2500 kcal 1 cal = 4,18 J 1 kcal = 1,2 Wh 2500 kcal = 2,9 kWh chaleur « basse température » » x 3 10 kWh 7 kWh chaleur « haute température »

26 1 litre de pétrole = 10 jour.homme Cardio Crosstrainer 100 W 0,5 kWh/jour 0,1 W x 80% x 7 heures ≈ 0,5 kWh 1 L ??? 10 kWh 4-5 kWh mécanique 3,5 kWh électrique x 10 26

27 Consommation moyenne en tep/pers.an Consommation moyenne d’énergie par personne et par an en tonne équivalent pétrole (tep) En moyenne 2 tonne équivalent pétrole par personne et par an, 4 en France 22/08/2014Trophées HABITAT Paris Moyenne mondiale 1,8 tep/pers/an Source : Energy Outlook 2009, AIE – données 2007 France 4,2 tep/pers/an soit 10 litres de pétrole/jour/perso nne Pays du Golfe 11 Islande 15 Quatar 26 27

28 L’énergie transforme la vie de chacun de nous « Equivalent esclave » à la disposition de chaque Français de l’an Calcul de J.M.Jancovici,

29 Malgré l’atome nous sommes, en France, toujours aussi dépendants du pétrole 29 Bilan énergétique mondial 2004 Source : DGEMP, Bilan énergétique de l’année 2006 de la FranceSource : AIE 2006 Part de chaque énergie primaire en France en 2006

30 Consommation finale d’énergie en France : TWh 30Alain Grandjean19/10/11

31 Les découvertes de pétrole se réduisent 31 Evolution des découvertes annuelles de pétrole récupérable (2P) depuis Contrairement à une idée courante ces découvertes baissent très fortement depuis 1960, malgré des investissements en hausse Source : Exxon Mobil, 2002

32 Pour l’AIE le pétrole conventionnel pourrait bien avoir connu son pic en

33 Pétrole : quel risque de pénurie ? Le scénario physique vraisemblable Phase 1: Statu quo Phase 2: Retour des tensions Phase 3 : Thèse du Peak Oil confirmée 33

34 Pétrole : quel risque de pénurie ? Le scénario de prix vraisemblable Prix baril en US$ 2008 Courbe à terme actuelle Contexte économique déprimé - Lente réduction des capacités excédentaires – Déclin continu de la production en Mer du Nord et USA – Stocks au-dessus de la moyenne historique – Courbe à terme en contango – Réduction des investissements amont en particulier exploration Reprise économique mondiale dominée par l ’Asie – La demande pétrolière accélère - L ’Arabie Saoudite ne parvient pas à maintenir les capacités excédentaires annoncées – Le développement des réserves d ’Iraq est compensé par le déclin de la production en Mer du Nord, USA, Russie, Chine et Angola - Stocks au-dessous de la moyenne historique – Courbe à terme en légère backwardation – Nouvelle vague d ’investissements amont mais hausse des coûts de production - Regain d’intérêt pour les pétroles non-conventionnels Le déclin de la production conventionnelle non-OPEP accélère en dépit des augmentations de capacités massives au Brésil – L ’Arabie Saoudite ne peut porter sa production au-delà de 14 Mbj – Plusieurs pays OPEP (EAU, Koweït, Qatar, Algérie) font face au déclin de la production - La demande pétrolière mondiale et le secteur des transports sont fortement contraints – Courbe à terme en forte backwardation - Les compagnies pétrolières reconnaissent la rareté des réserves – Les constructeurs automobiles se concentrent sur les modèles hybrides – Les déséquilibres mondiaux commerciaux et monétaires s’amplifient 34

35 35 Source du graphique : EDF R&D, Revue de l’énergie, avril raffineries aujourd’hui (2 à 3 G$ pièce) - 2 unités CTL Vitesse de transition pour construire unités CTL ? Les projections d’EDF dans un scénario Business As Usual

36 36 Du charbon, il y en a partout Réserves de combustible fossile par nature (Source : BP Statistical Review, juin 2002). Les USA possèdent les premières réserves mondiales de charbon, la Russie les premières de gaz et les deuxièmes de charbon : un rapport avec controverses climatiques?

37 Le climat sauvé par la pénurie des énergies fossiles ? Pas si sûr /04/2010Démarche Bilan Carbone ≥ +6° +3,5° à +4,0° +2,4° à +2,8° Quelle augmentation de température pour quelle consommation des ressources restantes? Réserves prouvées Réserves ultimes Consommé ( ) Sources : Carbone 4 d’après GIEC, LEPII, BP, AIE

38 Le menu du jour  Le changement climatique  La nouvelle donne énergétique  Les conséquences économiques et les solutions 38

39 Et alors ? Quel est le problème ? Bof ! Il y en aura toujours assez !  cynisme, climatoscepticisme, climatojmenfoustisme, « techno- optimisme »….sont des problèmes ! AUX AUTRES 39

40 Pétrole et Croissance sont liés Corrélation entre la part de la facture pétrolière dans le PIB (courbe rouge) et la croissance économique (courbe noire) aux Etats-Unis. Source: Skrebowski 2010

41 L’enjeu énergétique en France 41 Pétrole gaz et charbon : 62 milliards d’euros (2010) 15% des importations et 120% du déficit commercial Un enjeu social majeur : 3,8 millions de ménages en situation de précarité énergétique Des besoins d’investissements considérables pour réduire la dépendance à l’énergie et au pétrole en particulier Alain Grandjean 19/10/11

42 42 Une nouvelle révolution  Il n’y a pas de vraie alternative à la réduction massive de nos consommations d’énergie.  Il faut donner un prix au “carbone” pour stopper le développement des énergies fossiles.  Un immense programme d’investissement s’impose pour réaliser la transition énergétique : 600 milliards dans les 10 ans pour la France

43 Faire émerger une nouvelle donne énergétique ? Comment découpler l’activité économique des émissions de gaz à effet de serre ?  Normes et règlements  Taxe carbone et prix de l’énergie  Quotas  Tarifications  Investissements publics dans la maîtrise de la demande 43

44 Pour réduire l’intensité énergétique : monter le prix ! Intensité énergétique en fonction du prix moyen de l’énergie Donner un prix aux émissions va conduire à mieux utiliser l’énergie 44

45 45 Le prix, on sait que ca marche ! Consommation aux 100 km des voitures neuves vendues dans divers pays de l’OCDE. Source: GIEC Prix du pétrole en $ constants (de 2004) depuis Source: BP Statistical Review, juin 2005

46 Dettes et croissance, le cercle vicieux  Les dettes privées et publiques explosent  Elles ont été souscrites en imaginant que la croissance se poursuivrait  Or cette croissance n’est pas durable et bute sur des contraintes mondiales de ressources et sur les besoins de croissance des pays émergents  Le risque est devenu très élevé d’un krash majeur en Europe  Nous devons simultanément empêcher ce krash et modifier en profondeur nos modèles économiques pour qu’ils deviennent durables (bas carbone et sobres en ressources)  Cela passe nécessairement par un grand programme d’investissements et une sortie progressive du consumérisme 46 Alain Grandjean

47 600 Milliards d’investissements sur 10 ans  Maîtrise de la demande d’énergie  Logements neufs (déficit de logements) et rénovation massive de l’existant  Technologies propres  Transports ferrés fret et voyageurs  Réseaux électriques (à rénover plus à moderniser pour ENR)  Transformation de l’agriculture (vers une agriculture durable et autonome en protéagineux)  Infrastructures biodiversité (corridors biologiques, haies, etc.)  Recherche et développement  Alain Grandjean

48 Financer un programme massif d’investissement ?  Les investissements envisagés ne sont en général pas assez rentables pour le secteur privé  Le secteur public semble ne plus avoir de marge de manœuvre Comment faire ?  Création d’une banque et d’une agence d’investissement  Financement de cette banque par création monétaire publique 48 Alain Grandjean

49 49 Les Etats changent les règles du jeu La Chine va s’engager, dans son 12ème plan, à réduire l’intensité carbone de son PIB (45% d’ici 2020) La Corée du Sud a lancé en 2009 un vrai plan de relance vert, de 36 milliards sur 3 ans (rail, voitures hybrides et électriques, logements verts…) Les USA investissent fortement dans l’efficacité énergétique, les smart grids et le CCS L’Union Européenne a lancé son paquet 3*20 en 2020 et les marchés de quotas La taxe carbone n’a pas dit son dernier mot


Télécharger ppt "Les crises climatique et énergétique Novembre 2011 Contacts:Alain GRANDJEAN."

Présentations similaires


Annonces Google