La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

I] La libéralisation des marchés et ses enjeux macroéconomiques A. Le processus de mondialisation, les théories à l’épreuve des faits.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "I] La libéralisation des marchés et ses enjeux macroéconomiques A. Le processus de mondialisation, les théories à l’épreuve des faits."— Transcription de la présentation:

1 I] La libéralisation des marchés et ses enjeux macroéconomiques A. Le processus de mondialisation, les théories à l’épreuve des faits

2 Introduction Les mercantilistes (XVème – XVIème siècles) appréhendaient le commerce international sous un angle belliqueux (jeu à somme nulle). Conquêtes, empires et protectionnisme étatisé. Ce sont les libéraux qui appréhenderont le commerce sous son aspect positif.

3 Selon Daniel Cohen, la mondialisation s’apparente à une large diffusion géographique des échanges ; (La mondialisation et ses ennemis, 2004) Elle est donc ancienne sur le plan géopolitique, mais récente sous son aspect libéral. Ce qui a surtout changé c’est l’accélération des communications renforçant l’idée d’un « Village planétaire » (Mac Luhan)

4 La mondialisation est-elle un mythe ?

5 1] Une mondialisation de l’économie plutôt libérale … a) Une régulation marchande… : - Juillet 1944 : Bretton Woods (mise en place d’un système monétaire et commercial sur des principes libre-échangistes) ; - Octobre 1947 : Conférence de la Havane qui crée les accords du GATT, dont l’ambition est de limiter les barrières douanières selon les principes libéraux développés depuis A. Smith, D. Ricardo, Hecksher-Ohlin- Samuelson (HOS) ;

6 Le commerce est un jeu à somme positive dont les participants sortent gagnants (Cf. Ricardo et l’abolition des corn laws) ; 1976 : Conférence de la Jamaïque met en place un système de changes flottants confirmant une libéralisation des marchés financiers. Les différents cycles de négociation (dont le dernier est le Doha Round depuis 2001) vont libéraliser de plus en plus de secteurs de l’économie (notamment les services).

7 1995 : l’OMC repose sur des principes libéraux proches de ceux d’un Etat- gendarme. L’ORD (organisme de règlement des différends), qui est son organe central, fait bien office d’un arbitre dont le seul rôle est de faire respecter les règles du jeu libérales.

8 b) Une réalité libérale

9 1947 : Création GATT 1956 : Genève Round 1962 : Dillon Round 1967 : Kennedy Round 1979 : Tokyo Round 1994 : Uruguay Round 2001 : Doha Round Baisse de 95 % des tarifs douaniers

10 La part des échanges ont été x par 2 en 30 ans.

11 Les flux d’IDE ont été multipliés par 7 entre 1990 et 2000

12 Les pays qui ont participé aux échanges internationaux ont connu des croissances supérieures aux pays plus fermés.

13 La régionalisation des économies (UE, Mercosur, ALENA,…) s’effectue bien sur un mode libéral… … car elle va plus loin dans le libre- échange que ce qui existe déjà.

14 Part des exportation intrarégionales dans les exportations totales en % Source : Banque Mondiale UEALENAMercosur

15 2] …mais un libéralisme à géométrie variable a) Une théorie libérale pas toujours respectée…

16 Commerce intra-zone : les pays riches commercent surtout entre eux (Cf. Union Européenne). Commerce intra-branche : contrairement à l’idée de DIT, les pays s’échangent des produits plutôt similaires. Inégalités des richesses : les 500 premières fortunes mondiales équivalent à celles des 1,5 milliard les plus modestes.

17 La Triade (USA, UE, Japon), à elle seule, représente : - 70 % du PIB mondial, - 79 % des IDE, - 92 % de la capitalisation boursière, - alors que son poids démographique n’est que de 13 %du total mondial !

18 b)… qui s’accompagne de mesures protectionnistes persistantes. Aux barrières tarifaires ont succédé de nombreuses barrières non tarifaires : Protectionnisme gris au Japon ; Foreign sales corporations et arsenal juridique aux USA (Loi Helms – Burton – d’Amato ou Art. 301).

19 Certaines de ces mesures reprennent à leur compte la théorie du protectionnisme offensif développée par Paul Krugman, notamment dans l’aéronautique avec Boeing ; D’autres mesures, concernant la protection des pays en développement (comme ce fut le cas pour la banane), reprennent au contraire les éléments théoriques développés par F. List au 19ème siècle. C’est ce que l’on a appelé un protectionnisme défensif.

20 A la lumière de ce travail, nous pouvons donc dire que la mondialisation s’est globalement développée à partir de bases libérales, mêmes si de nombreuses pratiques protectionnistes tendent à persister. Cf. « patriotisme économique » en France.


Télécharger ppt "I] La libéralisation des marchés et ses enjeux macroéconomiques A. Le processus de mondialisation, les théories à l’épreuve des faits."

Présentations similaires


Annonces Google