La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LE CINEMA D’ANIMATION. Les lanternes magiques du 17°siècle : des images peintes sur plaques de verres mise en rotation donnaient l’impression de bouger.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LE CINEMA D’ANIMATION. Les lanternes magiques du 17°siècle : des images peintes sur plaques de verres mise en rotation donnaient l’impression de bouger."— Transcription de la présentation:

1 LE CINEMA D’ANIMATION

2 Les lanternes magiques du 17°siècle : des images peintes sur plaques de verres mise en rotation donnaient l’impression de bouger. Apparition de la photographie en 1824, l’étude du mouvement se perfectionne En 1878, Muybridge décompose le galop d’un cheval en une suite de clichés Le 28 octobre 1892 est une date historique, Emile Reynaud, invente le praxinoscope, on sort de l’animation cyclique (Dessins peint à la main sur bande) le 28 décembre 1895, naissance du cinématographe Lumière, le dessin animé n’a plus qu’à suivre les perfectionnements du cinéma C’est un opérateur Catalan Segundo De Chomon qui découvre le principe de la prise de vue image par image. Il suffit d’arrêter la caméra entre deux prises et de changer un objet ou un acteur pour un autre. Evolution technique

3

4

5

6 Les précurseurs Segundo De Chomon El Hotel Electrico (1905), film d’objets animés Stuart Blanton l’hotel hanté (1906) film d’objets animés Emile Cohl fantasmagories (1908) premier dessin animé de l’histoire du cinéma, il réalisera plus de 300 courts métrages de 1908 à 1923 avec des techniques différentes, dessin, papiers découpés, objets animés, marionnettes. Windsor Mc Kay Gertie le dinosaure (1909), dessin animé, c’est en Amérique que le dessin animé passera du stade de bricolage à celui de grosse industrie, avec l’apparition du travail à la chaîne.

7 En 1914 apparait l’usage de cellulos transparent, enfin on peut séparer les dessins du décor fixe.

8 Les précurseurs Les premières stars du cartoon apparaissent Max et Dave Fleisher inventent Koko le Clown (1916), dans out of the inkwell, ils mêlent déjà prise de vue réelle et animation. Ils sont les inventeurs de Betty Boop et les adaptateurs de Popeye. Pat Sullivan et Otto Messmer, dans feline folies (1919) apparait pour la première fois à l’écran Felix le Chat. Dix ans plus tard, le chat est détrôné par une souris, Mickey Mouse vient de naître et apparait pour la première fois à l’écran dans Steamboat Willie (1928), premier film d’animation sonore. L’auteur n’est autre que Walt Disney, s’ouvre alors une nouvelle ère pour le dessin animé qui atteindra des sommets de popularité avec Blanche Neige et les sept nains, premier long métrage de dessins animés (1937)

9 Le cartoon hollywoodien Walt Disney s’impose vite comme un géant du film d’animation, les studios vont alors réagir, les années trente seront l’âge d’or du cartoon hollywoodien. La Warner révèle d’immense animateurs tel Friz Freleng le papa de Porky pig, Sylvestre le chat et la panthère rose, Bob Clampett le papa de titi, Chuck jones le créateur de Bip Bip et le coyote. A la MGM se rencontre William Hanna et Joe Barbera, les créateurs de Tom et Jerry. Chez Universal Walter Lantz lance Woody Woodpecker. En 1940, A wild Hare marque la rencontre d’un des rois du cartoon, le lapin Bugs Bunny avec un animateur de génie Frederick Bean Avery dit Tex Avery. Tex Avery c’est l’anti Disney par excellence, chez lui-même les héroïnes de conte de fée sont sexy. De ses créations ont retiendra l’écureuil fou et Droopy.

10 L’animation Japonaise 1913: un certain Seitaro Kitayama fait des expériences à l’encre de chine sur papiers et voit ainsi naitre un véritable studio qui produit jusqu’à 6 court métrage d’animation par an. 1956: l’animation japonaise passe au niveau industriel, le premier long métrage d’animation japonaise, le serpent blanc de Taiji Yabushita (1958). Les années 50 : Osamu Tezuka, père du manga moderne, créateur d’Astro boy, et d’un chef d’œuvre de l’animation japonaise Kimba, le lion blanc. les années 70: l’animation japonaise devient synonyme de mauvaise qualité, avec un graphisme bâclé et facile, des histoires mièvres et niaises, produisant majoritairement des séries télés. les années 80: le film d’animation japonais retrouve ses lettres de noblesse avec pour chef de fil, Hayao Miayazaki.

11 Le situation en Europe En Europe on n’a pas les moyens des américains, les longs métrages sont plus rares.

12 En France Le premier français à relever ce défi s’appelle Paul Grimault avec la bergère et le ramoneur (1953). Disciple de Grimault, Jean-François Laguionie débute dans les années 60 et deviendra un des maîtres du papier découpé avec la demoiselle et le violoniste (1965) En 1973 sort sur les écrans la planète sauvage de René Laloux avec des dessins de Roland Topor, sorte de films de science fiction philosophique. En 1988, Kirikou devient la mascotte du cinéma d’animation français dans Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot, son succès est internationale et marque aussi la fin du monopole Disney.

13 En Angleterre En 1975 deux amis Peter Lord et David Spoxtron décident de se lancer dans l’animation, ils créent les studios Aardman, en 1985, Nick Park vient frapper à leur porte, il réalisera plusieurs films publicitaires, il crée ensuite Wallace et Gromit qu’on voit pour la première fois à l’écran dans une grande excursion, s’en suit l’avis des animaux (1990) sans Wallace et Gromit et à nouveau avec Wallace et Gromit un mauvais pantalon (1994), rasés de près (1996). Avec déjà plusieurs prix pour ses films précédent la consécration et le succès est total avec Chicken Run (2000) réalisé en collaboration avec Peter Lord.

14 En Europe de L’est La dureté des régimes de l’est va longtemps freiner l’expansion de ses productions, on y retrouve un gout pour la satire et l’absurde, avec des productions plus modeste et plus proche du film d’auteur. Ce sont les pays de l’Est qui vont s’imposer comme les plus doués pour les films de marionnette, et particulièrement la Tchécoslovaquie avec un artiste exceptionnelle : Jri Trnka. Jan Svankmajer fait de l’animation et nom du dessin animé, il pratique la prise de vue réelle, il sculpte des objets les triture les déchire, passionné par la matière, les étoffes, la limaille de fer, les copeaux de bois, la glaise, il opère des mélanges bizarres et fait grincer les assemblages les plus inattendus. Possibilités du dialogue (1982) Parmi les contemporains on citera également le Russe Garri Bardine, cet homme là peut tout animer

15 Différentes techniques 1. Le dessin animé Film réalisé à partir de la succession de dessins filmés image par images et donnant l’apparence de mouvement. 2. L’objet animé Première forme de cinéma image par image en trois dimensions posant tout les problèmes de l’animation par mouvement arrêté. Le mouvement arrêté consiste à disposer objet ou personnage dans une position donnée, à prendre l’image, à les replacer ou à les déformer pour prendre une autre image. 3.L’image de synthèse Début des années 80 arrivent les nouvelles images. Le terme désigne ces images artificielles, numérisé dictée à un ordinateur qui les visualise sur écran. On découvre un nouveau mot : pixel (de picture element), désignant le plus petit élément graphique auquel peut se réduire une image. Une image est donc composée de plusieurs pixels ou points. Le principe est en théorie tout simple, quand il a digéré les coordonnées de chacun de ses pixels, l’ordinateur les redistribue à volonté. Toutes les transformations deviennent possibles. Les seules limites sont celle de l’imagination humaine, et la puissance de l’ordinateur.


Télécharger ppt "LE CINEMA D’ANIMATION. Les lanternes magiques du 17°siècle : des images peintes sur plaques de verres mise en rotation donnaient l’impression de bouger."

Présentations similaires


Annonces Google