La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PROFESSEURS EXPATRIES de physique-chimie, de science de la vie et de la Terre AEFE 10 juillet 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PROFESSEURS EXPATRIES de physique-chimie, de science de la vie et de la Terre AEFE 10 juillet 2009."— Transcription de la présentation:

1 PROFESSEURS EXPATRIES de physique-chimie, de science de la vie et de la Terre AEFE 10 juillet 2009

2 Programme A. Tour de table de présentation B. Le réseau des établissements et l’AEFE Le réseau des établissements et l’AEFELe réseau des établissements et l’AEFE C. Le baccalauréat et l’orientation des élèves Le baccalauréat et l’orientation des élèvesLe baccalauréat et l’orientation des élèves D. Témoignages d’expériences dans le réseau Témoignages d’expériences dans le réseauTémoignages d’expériences dans le réseau E. Mission d’un professeur expatrié Mission d’un professeur expatriéMission d’un professeur expatrié F. Les priorités des disciplines scientifiques Les priorités des disciplines scientifiquesLes priorités des disciplines scientifiques 1. Au collège 2. Au lycée 3. L’évaluation des élèves 4. Les adaptations de programme 5. Les actions de promotion des sciences

3 A. Tour de table Vous, votre parcours…Vos questions En 2009 recrutement pour le secondaire de : –6 professeurs expatriés en physique-chimie dont 1 CP –4 professeurs expatriés en sciences de la vie et de la Terre En dans le réseau : –65 professeurs expatriés en physique-chimie sur 340 titulaires –67 professeurs expatriés en sciences de la vie et de la Terre sur 300 titulaires

4 B. Les établissements français à l’étranger et l’AEFE

5 Le réseau des établissements d’enseignement français de l’étranger Près de 430 établissements à programmes français homologués par le ministère de l’Education nationale dans plus de 135 pays –180 établissements conventionnés –74 établissements en gestion directe (EGD) –196 établissements homologués Le plus important réseau scolaire au monde par son extension géographique et les effectifs scolarisés

6

7 Les statuts des établissements Qu’est-ce que l’homologation ? –L’homologation est accordée par le ministère d’Education nationale (DGESCO) en accord avec le ministère des Affaires étrangères et européennes, –Elle garantit que l’enseignement dispensé est conforme aux programmes officiels, prépare les élèves aux examens français (brevet, baccalauréat) et respecte les objectifs pédagogiques et les règles d’organisation en vigueur en France

8 Les établissements du réseau de l’AEFE, EGD et conventionnés Les établissements en gestion directe (EGD) sont des services déconcentrés de l’agence Les établissements conventionnés sont des établissements gérés par des associations de droit privé français ou étranger qui ont passé avec l’AEFE un accord portant notamment sur les conditions d’affectation et de rémunération des agents titulaires, sur l’attribution de subventions et sur les relations avec l’agence. Ils entretiennent avec elle un dialogue de gestion La tutelle qu’exercent les ambassades est fonction de la nature de l’établissement. Les postes sont étroitement associés par l’AEFE aux décisions concernant les établissements en gestion directe. S’agissant des établissements conventionnés, l’ambassadeur et/ou son conseiller de coopération et d’action culturelle (COCAC) sont membres de droit des conseils de gestion.

9 Les élèves élèves élèves fréquentent le réseau des 450 établissements homologués le réseau AEFE, dont sont scolarisés dans le réseau AEFE, dont – Français – Nationaux – Etrangers tiers Les effectifs sont en augmentation constante ( à la rentrée 2006)

10 Les personnels Plus de 6286 personnels titulaires de l’Education nationale –1263 expatriés dont 680 enseignants 2 nd degré –5023 dont 2855 enseignants 2 nd degré –5023 résidents dont 2855 enseignants 2 nd degré Les établissements emploient environ personnels recrutés localement

11 L’AEFE son statut ses missions ses interventions ses moyens ses services centraux ses priorités pédagogiques

12 L’AEFE Son statut Établissement public national à caractère administratif créé en 1990, placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes. Elle anime la majeure partie du réseau d’enseignement français à l’étranger

13 L’AEFE Ses missions Assurer à l’étranger la continuité du service public d’éducation au bénéfice des enfants des familles françaises résidant à l’étranger Contribuer, par la scolarisation des élèves étrangers, à l’action culturelle extérieure de la France et au rayonnement de la langue française Participer à la coopération éducative en entretenant avec la culture, la langue et le tissu éducatif des pays d’accueil des relations privilégiées

14 L’AEFE Ses interventions Gérer l’ensemble des concours humains et financiers apportés par l’Etat au fonctionnement des établissements scolaires français à l’étranger Recruter, affecter, rémunérer les personnels enseignants et d’encadrement titulaires de l’Education nationale Assurer la formation continue des personnels Allouer aux établissements des subventions de fonctionnement, d’investissement, d’équipement et d’appui pédagogique Apporter une aide à la scolarisation sous forme de bourses scolaires à des enfants français inscrits au registre consulaire des Français établis hors de France Proposer des bourses d’excellence aux plus brillants des élèves étrangers désireux de poursuivre leurs études supérieures en France Mettre en œuvre une politique immobilière (rénovation du patrimoine, construction de nouveaux établissements …)

15 L’AEFE Ses moyens Le financement du réseau Le dispositif repose sur un principe de cofinancement (posé par la loi portant création de l’agence) à la fois public et privé : –Un subvention annuelle du ministère de tutelle de l’ordre de 330 M€ –La contribution des familles et dans une moindre mesure des pays d’accueil

16 L’AEFE Ses moyens Les bourses scolaires Une priorité de l’agence De 1994 à 2006, + 55% de dossiers examinés ( demandes en 2006), + 39% de demandes satisfaites ( attributions) 25% des élèves français en bénéficient chaque année, 8000 familles à 100% Dotation budgétaire annuelle consacrée à l’aide à la scolarisation = 10% du budget de l’agence : 45M€ (X2 en 10 ans, progression moyenne de l’ordre de 3,20% par an)

17 L’AEFE Ses moyens Les bourses d’excellence Attribuées aux meilleurs élèves étrangers désireux de poursuivre leurs études supérieures en France Attribution sur critères scolaires ou financiers, subordonnée à l’obtention d’une mention « bien » ou « très bien » au baccalauréat et à l’inscription en classe préparatoire ou 1 er cycle universitaire Près de 200 étudiants par an en bénéficient, originaires de plus de 50 pays Budget total de 2,5M€ L’agence va par ailleurs gérer l’attribution des bourses major jusqu’à présent prises en charge par la DGCID. Le budget global du programme s’élèvera à 6,5M€

18 L’AEFE Ses services centraux Plus de 130 personnels, répartis pour moitié à Paris et pour moitié à Nantes Corps d’origine des agents : ministère de l’Education nationale (38%), ministère des Affaires étrangères (33%), ministère des Finances (12%)

19 L’AEFE L’organisation des services centraux A Paris –Direction, secrétariat général –Service pédagogique –Service du budget et de la rémunération –Service des bourses scolaires –Secteurs géographiques chargés de la coordination de l’action des établissements regroupés par zones (Afrique, Amérique, Asie, Europe, Maghreb-Machrek) –Service orientation, enseignement supérieur, bourses d’excellence –Service immobilier –Cellule audit-conseil des établissements conventionnés –Service informatique –Service de la communication –Centre des archives et de la documentation

20 L’AEFE L’organisation des services centraux A Paris –Direction, secrétariat général –Service pédagogique –Service du budget et de la rémunération –Service des bourses scolaires –Secteurs géographiques chargés de la coordination de l’action des établissements regroupés par zones (Afrique, Amérique, Asie, Europe, Maghreb-Machrek) –Service orientation, enseignement supérieur, bourses d’excellence –Service immobilier –Cellule audit-conseil des établissements conventionnés –Service informatique –Service de la communication –Centre des archives et de la documentation Service pédagogique Chef de service JOSETTE LE COQ 1 adjointe 1 er degré Michelle Gazal 7 IA-IPR Anglais : S Blavignac Français: C.Perrot Histoire-Géographie : M Heron Mathématiques: M. Bovani Physique-chimie : M.B.Mauhourat Espagnol : Mme Pollo S V T : P. Jauzein 1 secrétaire 1 gestionnaire Formation continue Marlène Celie 1 adjointe 2d degré Nadège Balduci 1 responsable examens Joelle Feral

21 A Nantes –Agence comptable –Service des personnels exerçant à l’étranger –Service des affaires juridiques et générales –Bureau des voyages et missions –Service informatique (chargé de la conception et de la réalisation de logiciels spécifiques et des réseaux) L’AEFE L’organisation des services centraux

22 Excellence des résultats  pourcentage de réussite aux examens brevet : proche de 100% bac : 94 % 1- Le maintien de la qualité de l'enseignement, dans le cadre des orientations définies par le MENESR La maîtrise de la langue française  dispositifs pour la maîtrise du français langue de scolarisation  dispositifs pour la maîtrise du français langue de scolarisation L’AEFE L’AEFE Ses priorités pédagogiques

23 Aménagement des programmes 2- Ouverture au pays d'accueil Apprentissage de la langue du pays d’accueil L’AEFE L’AEFE Ses priorités pédagogiques

24 3- Développement d’une politique des langues au service du plurilinguisme  Apprentissage d'une langue dès la petite section  Introduction d'une autre langue à partir du CE2  Développement d’un enseignement en langue étrangère (DNL, EMILE)  Classes bilingues L’AEFE L’AEFE Ses priorités pédagogiques

25  Éviter les sorties du système avant le baccalauréat  Préparer les élèves à l’enseignement supérieur  Contribuer à la mobilité internationale des étudiants 4- Aide à l'orientation et promotion de l’enseignement supérieur L’AEFE L’AEFE Ses priorités pédagogiques

26 C. Les résultats au baccalauréat et l’orientation des élèves après le baccalauréat

27 27 Les résultats au baccalauréat 2008 Selon la nationalité

28 28 Les résultats au baccalauréat 2008 Selon l’origine géographique

29 29 Les résultats au baccalauréat 2008 Selon la série

30 30 L’orientation après le baccalauréat Le pays d’accueil

31 31 Orientation après le baccalauréat Les filières choisies en France

32 Orientation après le baccalauréat Les classes préparatoires aux grandes écoles Orientation après le baccalauréat Les classes préparatoires aux grandes écoles dossiers déposés pour candidats  7,2 dossiers/candidats (4,9 en F) propositions  proposition 66% inscriptions fermes soit 387 désistements => désistement = 25% (23% en F)

33 D. Témoignages d’expériences dans le réseau

34 1. Mission générale 2. Mission dans l’établissement 3. Les rapports E. Missions d’un professeur expatrié

35 1. Mission générale L’établissement dans lequel vous exercerez, ne constitue nullement une enclave de souveraineté française, tant sur les plans juridique que politique. Votre liberté d’expression professionnelle et syndicale continue d’être assurée. De manière réciproque, vous restez soumis au devoir de réserve et de discrétion caractérisant un agent public de droit français en fonction à l’étranger.

36 1. Mission générale La mission pour laquelle vous avez fait acte de candidature s’inscrit dans un ensemble d’actions qui constituent, sous l’autorité de l’Ambassadeur de France, la politique culturelle, éducative et de coopération que la France mène dans votre pays de résidence. En qualité d’agent de l’Etat, vous êtes partie prenante directement et au travers de vos représentants de la réflexion à conduire sur l’ensemble des relations et des échanges qu’implique cette politique.

37 1. Mission générale Votre attention est également attirée sur la spécificité de l’établissement où vous êtes appelé(e) à exercer. Il est possible qu’il accueille, outre de jeunes Français, une majorité d’élèves étrangers dont la langue française n’est pas la langue maternelle. Votre attention est également attirée sur la spécificité de l’établissement où vous êtes appelé(e) à exercer. Il est possible qu’il accueille, outre de jeunes Français, une majorité d’élèves étrangers dont la langue française n’est pas la langue maternelle. En outre, les familles participent généralement par le versement de droit de scolarité à son financement. Cet établissement, soumis d’abord au droit local ne peut être appréhendé comme un établissement de France. Vous saurez mesurer avec soin et prudence, ses caractères originaux et les prendre en considération.

38 1. Mission générale En raison de votre position, vous serez considéré(e) et perçu(e) par nos interlocuteurs comme un représentant de la France et de sa culture, aussi bien que de son savoir faire en matière d’éducation. Vos actes et propos seront ainsi susceptibles de prendre une signification et d’avoir un retentissement dépassant la simple expression d’un individu.

39 2. Mission dans l’établissement Animation de l’équipe –diffuser les textes de référence existants et, au fur et à mesure de leur parution, les programmes d’enseignement, les documents d’accompagnement et les textes de cadrage de l’AEFE et de l’Inspection Générale…; –engager une réflexion d’équipe et d’établissement sur le rôle pédagogique des activités expérimentales dans l’enseignement des sciences, sur l’acquisition des compétences scientifiques, expérimentales et transversales par les élèves, en liaison avec le socle commun de compétences au collège, par exemple ; sur la culture scientifique avec la composante historique, l’actualité scientifique, l’ancrage dans le quotidien et l’ouverture sur le pays d’accueil ; sur l’évaluation afin de diversifier la nature des travaux d’élèves évalués et de proposer des contrôles communs à tous les niveaux du cursus ; sur l’organisation et le contenu de séances d’aide à la réussite des élèves, en particulier de ceux ayant le projet de poursuite d’étude dans la filière scientifique ; sur la continuité des enseignements de sciences entre l’école et le collège, avec les professeurs d’école et en particulier ceux du cycle 3.

40 2. Mission dans l’établissement - état des lieux des conditions matérielles de l’enseignement de la discipline, voire des sciences dans l’établissement (existence de salles spécifiques, équipement, utilisation de salles informatiques…); - expertise au service de votre chef d’établissement en vue de l’amélioration de ces conditions et du développement de l’utilisation des TIC; - proposition d’une politique d’enrichissement des fonds documentaires du CDI en ouvrages ou productions multimedia scientifiques, pédagogiques et didactiques.

41 2. Mission dans l’établissement –Formation des collègues recrutés locaux, voire des résidents –Tutelle des stagiaires lauréats de concours

42 2. Mission dans l’établissement –Participation à l’écriture et à la mise en œuvre du projet d’établissement –Participation à la réflexion sur la formation continue

43 2. Mission dans l’établissement - animations culturelles et scientifiques au sein du lycée - rayonnement des sciences et de la technologie dans et hors de l’établissement

44 3. Les rapports 1. Fin du premier trimestre 2007 État des lieux de l’enseignement de votre discipline État des lieux de l’enseignement de votre discipline 2. Fin de chaque année scolaire Rapport d’activité annuelle : ce qui a été fait, ce qui est à faire…ce qui est prévu pour l’année suivante… Rapport d’activité annuelle : ce qui a été fait, ce qui est à faire…ce qui est prévu pour l’année suivante…

45 F. Priorités des disciplines scientifiques et technologiques 1. Au collège 2. Au lycée 3. Evaluation des élèves Adaptation des programmes en fonction du contexte (double certification) ou des poursuites d’études des élèves 4. Adaptation des programmes en fonction du contexte (double certification) ou des poursuites d’études des élèves 5. Actions de promotion des sciences

46 1. Collège Loi d’orientation et socle commun Nouveaux programmes Outils de travail en langue étrangère Enseignement intégré de sciences et technologie

47 Faire acquérir un socle commun de connaissances et de compétences (loi du 23 avril 2005) extrait Article 9 : « une culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté » 7 compétences du socle : 7 compétences du socle : – –La maîtrise de la langue française – –La pratique d’une langue vivante étrangère – –Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique – –La maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication (TIC) – –La culture humaniste – –Les compétences sociales et civiques – –L’autonomie et l’initiative Attirer davantage vers les sciences –Augmentation de 15% de la proportion d’étudiants suivant une formation supérieure scientifique hors formations de santé –Augmentation de 20 % de la proportion du nombre de filles dans les séries scientifiques générales et technologiques La loi d’orientation 2005

48 Evaluation des compétences du socle Sur Eduscol –Grilles de référence : outils d’évaluation des connaissances, capacités et attitudes En cours d’élaboration –Livret de compétences à venir Accompagnement à mettre en place en fonction des besoins –Études surveillées –Tutorat –Accès aux livres, à l’Internet –PPRE : projet personnalisé de réussite éducative

49 Les nouveaux programmes Pourquoi ? Assurer une continuité école – collège : de la MAP, au PRESTE et à la démarche d’investigation Accroître la motivation des élèves : démarche d’investigation, Donner davantage de sens aux contenus et aux savoirs : thèmes de convergence, liens entre disciplines S’appuyer davantage sur les représentations et les acquis des élèves ; proposer des situations didactiques pour lever les obstacles

50 Les nouveaux programmes de collège Fin de la mise en oeuvre programmes de collège publiés au BO d’août 2008 : : mise en œuvre en 3 ème  : une année sans nouveau programme….Sauf histoire des arts histoire des artshistoire des arts Diplôme national du Brevet : –nécessité d’avoir le B2i et le niveau A2 en LV1 –Autres épreuves écrites en 2010 ???

51 L’enseignement intégré de sciences et technologie au collège Expérimentation en 6 ème en dans 30 collèges 2 collèges du réseau proposent l’EIST Souhait d’accroître le nombre d’équipes engagées dans cette expérimentaion Un site

52 Outils de travail en langue étrangère Une exigence des programmes Contribuer avant tout à la maîtrise de la langue française Utiliser documents et ressources en langue du pays d’accueil Proposer des textes, vignettes, vidéo, des sites Internet….en Anglais, Espagnol ou Allemand selon contexte local et les LV étudiées par les élèves Equiper le CDI en ouvrages scientifiques et technologiques en langue étrangère

53 2. Lycée Les objectifs de l’enseignement des sciences au lycée Une classe charnière : la classe de seconde Une classe charnière : la classe de seconde Un équipement en matériel scientifique, technologique et informatique hétérogène dans le réseau

54 Les objectifs de l’enseignement des sciences au lycée Fournir une représentation cohérente de chaque discipline scientifique et de la démarche du scientifique ; Étudier les grands principes gouvernant la structure et l’évolution des systèmes physiques, chimiques et biologiques; Acquérir un double regard, macroscopique et microscopique ; Aborder la dimension sociale et culturelle ; Approcher quelques éléments d’histoire des sciences ; Développer le questionnement et la pratique expérimentale. Favoriser l’orientation vers des filières scientifiques ;

55 Une classe charnière : la classe de seconde Une transition collège-lycée favorisée dans les établissements du réseau Une motivation pour les sciences à développer: le quotidien, le questionnement….avant les concepts ! Une progressivité dans les exigences au niveau de l’évaluation tout au long de l’année tout au long de l’annéetout au long de l’année Un accompagnement spécifique des élèves à projets scientifiques

56 L’équipement des laboratoires Des guides d’équipement à disposition Un inventaire à faire Des projets pluriannuels d’équipement à proposer au chef d’établissement et au comité de gestion Des coûts d’achat plus importants qu’en métropole, mais des possibilités d’achat de matériel local à explorer Des stratégies pédagogiques à adapter à l’équipement

57 3. L’évaluation La trilogie de l’évaluation La trilogie de l’évaluation La différents travaux d’élèves, support de l’évaluation sommative La construction des contrôles écrits L’harmonisation au sein de l’équipe L’évaluation des capacités expérimentales

58 La trilogie de l’évaluation Au cours des différentes étapes de l'enseignement avec comme objectifs : - faire un diagnostic de ce que connaissent les élèves au début d’une nouvelle partie du programme : c’est l’évaluation diagnostique ; - vérifier en cours d’enseignement la compréhension des élèves pour éventuellement modifier sa propre stratégie : c’est l’évaluation formative ; - communiquer aux élèves les critères de réussite pour les entraîner à l’évaluation en fin de formation : c’est l’évaluation formatrice ; - noter en fin d’enseignement : c’est l’évaluation sommative.

59 La trilogie de l’évaluation Avant l’enseignement Evaluation diagnostique Pendant l’enseignement Evaluation formative/ formatrice Après l’enseignement Evaluation sommative

60 Les différents travaux d’élèves Diversifier les activités des élèves et les travaux, pris comme support à l’évaluation : –Interrogation de cours –Contrôles écrits –Examens blancs –Compte rendu de travaux pratiques –Capacités expérimentales –Cahier –Recherches documentaires –Exposés –Affiche –Débat –….

61 Les contrôles écrits Aider l’élève à préparer les évaluations Le stress de l'élève avant le contrôle En lui indiquant les critères d’évaluation et les compétences exigibles (fiche de synthèse) En lui indiquant les critères d’évaluation et les compétences exigibles (fiche de synthèse) En organisant des phases d’évaluation formative et en procédant à des remédiations En organisant des phases d’évaluation formative et en procédant à des remédiations Ai-je appris ce qu'il fallait ?... Que peut-on me demander ? Que dois-je savoir faire ? Que dois-je retenir ? Ai-je le niveau ?

62 Partie BO Chapitre Plan du cours Activités Tp Exercices Mot clés Je dois être capable Livre élève A la fin Au fur et à mesure Au début Dès que la compétence a été introduite Un exemple de fiche de synthèse d’un chapitre

63 Les contrôles écrits Construire les contrôles –Se limiter aux strictes compétences exigibles inscrites dans le BO ; –Diversifier les compétences évaluées; –Veiller à une progressivité dans les difficultés et à une longueur raisonnable; –Avoir une proportion raisonnable de savoirs, de savoir-faire disciplinaires ou transversaux et de démarche scientifique… Corriger les copies –Apposer des annotations encourageantes –Donner quelques conseils pour remédier

64 Travail en équipe autour de l’évaluation –harmonisation des pratiques en matière d’évaluation au sein de l’équipe disciplinaire; entre équipes de professeurs de sciences –réflexion sur la construction des contrôles et la diversification des compétences évaluées ; –organisation de contrôles communs ; –élaboration d’un calendrier des contrôles écrits avec l’équipe pédagogique d’une classe; –…..

65 Les compétences communes aux sciences expérimentales S’informer : observer, saisir des données, exploiter un document ; Raisonner, classer, mettre en relation ; Adopter une démarche expérimentale, faire preuve d’esprit critique pour résoudre un problème scientifique ; Réaliser des manipulations : montages, mesures, élevages, cultures…; Utiliser des objets divers (voir BO, compétences en italique) ; Communiquer oralement et par écrit : maîtrise vocabulaire scientifique, schéma narratif, schéma argumentatif.

66 Leurs acquisitions –Quand ? Depuis le collège … Lors des séances de TP au lycée –Lesquelles ? Compétences expérimentales Compétences expérimentales en chimie Compétences expérimentales Compétences expérimentales Compétences expérimentales en physique Compétences expérimentales Compétences expérimentales Compétences expérimentales en SVT Compétences expérimentales - Comment ? Élaborer une progression des apprentissages dans l ’équipe Fournir la grille des compétences aux élèves Utiliser des fiches techniques communes dans toutes les classes pour tous les appareils Les capacités expérimentales

67 Leurs révisions Ne pas utiliser la banque nationale de sujets –Comment ? Donner l’adresse du site Eduscol En chimie par exemple : Communiquer l’adresse du site d’Aix- Marseille : Où se trouvent les fiches 3D : les fiches 3D : Les animations flash Les animations flash : Les animations flash Les vidéos sonorisées : Les vidéos sonorisées : Les capacités expérimentales

68 Leurs évaluations Ne jamais utiliser la banque nationale de sujets –Quand ? Plusieurs fois dans l’année depuis la classe de cinquième afin que l’évaluation globale des élèves comporte toujours une composante expérimentale comme au baccalauréat –Comment ? Banque de sujets : –Collège : site de l’académie de Créteil –Seconde et première S: site de l’académie d’Orléans-Tours Modalités –Pendant les TP (autoévaluation, seul ou avec un collègue…) –Lors des contrôles écrits –Lors de séances spécifiques –… Les capacités expérimentales

69  en fonction du contexte local : illustrer les thèmes avec des exemples pris dans le pays d’accueil, en SVT notamment  en fonction des certifications passées par les élèves : double certification dans plusieurs pays  en fonction des différentes poursuites d’études des élèves : s’informer, entre autres, sur l’enseignement de sa discipline dans le pays d’accueil 4. L’adaptation des programmes

70  Option « culture et démarches scientifiques »  Option « culture et démarches scientifiques »  Ateliers scientifiques, IRD, INSERM  Fête de la science, semaine de la science  Olympiades (chimie, géosciences, physique…)  Rallye scientifique  Conférences  Expositions  …. 5. Les actions de promotion des sciences

71  Projets  Site internet  Espace numérique de travail  Forum de discussion  Mutualisation de documents  Groupes de travail  Informations  Professeurs ressources en PC pour leur zone  …. 6. L’animation pédagogique du réseau

72 Sitographie Site de l’Agence, avec annuaires, textes de référence… Site de l’Agence, avec annuaires, textes de référence… Site du ministère des affaires étrangères, regroupant des renseignements pratiques sur les différents pays Site du ministère des affaires étrangères, regroupant des renseignements pratiques sur les différents pays Site de l’éducation nationale Site de l’éducation nationale Site de l’Education nationale, référençant tous les textess officiels Site de l’Education nationale, référençant tous les textess officiels Site de l’Education nationale, centré sur l’utilisation pédagogique des TICE Site de l’Education nationale, centré sur l’utilisation pédagogique des TICE Site de l’association des professeurs de physique-chimie Site de l’association des professeurs de physique-chimie Société française de chimie Société française de physique Société française de physique Site de l’association des professeurs de biologie géologie Site de l’association des professeurs de biologie géologie Sites académiques dont la partie pédagogique regroupe des exemples d’activités, documents divers… souvent conçus par les enseignants et validés par l’inspection. (voir en particulier Lille pour une liste de logiciels gratuits, Amiens pour un téléchargement de Geoplan-Geospace, Versailles, La Réunion…) Sites académiques dont la partie pédagogique regroupe des exemples d’activités, documents divers… souvent conçus par les enseignants et validés par l’inspection. (voir en particulier Lille pour une liste de logiciels gratuits, Amiens pour un téléchargement de Geoplan-Geospace, Versailles, La Réunion…)

73 Excellente mission à vous Mes coordonnées marie-

74 G. Les secteurs géographiques Afrique : Amérique Asie, Océan indien, Océanie : Europe Maghreb-Machrek


Télécharger ppt "PROFESSEURS EXPATRIES de physique-chimie, de science de la vie et de la Terre AEFE 10 juillet 2009."

Présentations similaires


Annonces Google