La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 MacroPsychanalyse de la crise financière de 2007 Vivien Levy-Garboua/Gérard Maarek© 22 novembre 2007.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 MacroPsychanalyse de la crise financière de 2007 Vivien Levy-Garboua/Gérard Maarek© 22 novembre 2007."— Transcription de la présentation:

1 1 MacroPsychanalyse de la crise financière de 2007 Vivien Levy-Garboua/Gérard Maarek© 22 novembre 2007

2 2 Plan de l’exposé Qu’est-ce que la MacroPsychanalyse ? Back to finance : les bulles La crise de 2007

3 3 Plan de l’exposé Qu’est-ce que la MacroPsychanalyse ? Back to finance : les Bulles La crise de 2007

4 4 Essai de définition La MacroPsychanalyse (*), une tentative de transposition du « modèle freudien » aux « groupes structurés » Analogie avec la macroéconomie En macroéconomie,depuis Keynes, on prête aux groupes sociaux le comportement d’un individu isolé. Notion d’agent représentatif ; les modèles macroéconomiques. (*) V. Levy-Garboua et G. Maarek : Macropsychanalyse, l’économie de l’Inconscient, Paris, PUF, Voir aussi

5 5 Les idées du Dr. Freud (H1) L’inconscient (H2) La pulsion, trait d’union entre le corps et l’âme. (H3) L’appareil psychique est structuré en « instances » distinctes. (H4) Tout se joue dès l’enfance. (H5) Le passage « micro-macro »

6 6 Quelques rappels Les instances freudiennes Conscient Pulsions Source Objet ÇaÇa Inconscient Réel Processus - primaire : principe du plaisir - secondaire : principe de réalité Moi Surmoi

7 7 Quelques utilisations de la problématique : Névrose : Conflit entre le ça et le Surmoi Psychose: Déconnexion de la réalité Clivage: - du moi - de l’objet Le cycle de l’enfant (M. Klein) : schizoparanoïde dépressif

8 8 Les « groupes structurés » GS : ensemble d’individus ayant entre eux des liens organiques, une permanence dans la relation. Le GS a une durée de vie qui dépasse celle de ses membres. C’est un ensemble renouvelé d’individus. Le GS se présente comme un ensemble structuré de programmes ou de rôles, ayant une finalité propre. Ses membres ont une conscience commune de leur appartenance au GS (affectio societatis). L’existence du GS se reflète aussi dans la conscience collective d’autres groupes humains. Le GS a une histoire qui prend ses racines dans une origine. Il existe un psychisme collectif du GS, structuré lui aussi en « instances »

9 9 Eros et Thanatos dans les groupes structurés Pulsion de vie = aptitude à la coopération, confiance, connivence, esprit d’équipe, loyauté, sincérité, etc., Pulsion de mort = agressivité, pulsion de destruction, compétition, antipathie, répulsion, haine, décomposition, désintégration, dissociation, morcellement.

10 10 Les quatre « pouvoirs » de la MacroPsychanalyse Le Professeur Le Prince Le Prêtre Le Producteur Conscient Inconscient

11 11 Le Producteur = le Ç a Instance qui accomplit les tâches (programmes/rôles) qui conditionnent la survie du GS dans son environnement. Le Prince = le Moi Assure la régulation d’ensemble de l’activité du GS. Le Prêtre = le Surmoi Son action oriente le comportement du GS en valorisant les programmes conformes et en sanctionnant les programmes déviants. Le Professeur = le Logos, le Principe de réalité [1][1] Cf. S. Freud, L’avenir d’une illusion, Paris, PUF, Les quatre « pouvoirs » de la MacroPsychanalyse

12 12 La MPA comme herméneutique On raisonne sur les états psychiques du groupe, en négligeant le rôle spécifique de tel ou tel individu. Ces états sont en petit nombre, de même que les dynamiques transformant ces états les uns dans les autres. On cherchera toujours à se ramener à des « figures » (pathologies) connues. La MPA, grille d’interprétation parmi d’autres (l’exemple de la « bulle Internet »).

13 13 Plan de l’exposé Qu’est-ce que la MacroPsychanalyse ? Back to finance : les Bulles La crise de 2007

14 14 Les filiations : des modèles complémentaires Economie : Homme rationnel Théorie économique Psychologie : Homme cognitif Neuroéconomie. Economie comportementale Psychanalyse : Homme freudien MacroPsychanalyse

15 15 La Finance comportementale Les postulats de rationalité revisités (Kahnemann et Tversky) Une multitude de modèles pour explorer 3 extensions : Les limites cognitivesL’interdépendanceLes émotions

16 16 Les comportements sont aussi dictés par les « émotions ». Interprétation psychanalytique Excès de confiance en soiSyndrome maniaque Excès d’optimismeSyndrome maniaque Excès de pessimismeSyndrome dépressif Self deception, wishful thinkingDissonance cognitive, déni du réel Actualisation hyperboliqueManque de self control Soumission aux pulsions Syndrome du « je vous l’avais bien dit »Syndrome « paranoïde » Syndrome du « J’ai manqué de chance »Syndrome « paranoïde » « Ambiguity aversion » : recours à une expertise extérieure. Identification à un tiers L’investisseur rationnel maximise l’espérance de l’utilité de sa richesse en fin de période. En réalité, ….

17 17 Les Marchés : La bulle Internet

18 18 Charles Kindleberger distingue 5 phases à tout cycle financier : Phase 1 : Le DéplacementEvènement « exogène »qui modifie le contexte, la perspective du marché. Phase 2 : Le BoomUn « objet » de spéculation apparaît. Phase 3 : L’euphoriePériode justifiant le terme de « mania ». Phase 4 : La « financial distress » Période d’angoisse, de confusion. Justifie le terme « panic ». Phase 5 : Le crashPériode de retournement brutal. Provoque en général une intervention (« lender of last resort »). ( * ) Charles P. Kindleberger : Manias, Panics and Crashes, basic books, Les Bulles financières selon Kindleberger ( * )

19 19 La Bulle comme phénomène de Groupe 1.Une bulle est le signe d’une croyance collective forte. L’éclatement de la bulle est la marque d’un changement de cette croyance. 2.Si les noise-traders (NT) sont peu nombreux ou dispersés, les investisseurs rationnels (IR) suffisent à les arbitrer. 3.La bulle ou l’éclatement d’une bulle nécessite par conséquent que les NT soient très nombreux et plutôt homogènes dans leur croyance, de sorte que l’intérêt des IR soit de les suivre 4.Il y a donc toujours un phénomène de Groupe dans les mouvements excessifs de la Bourse.

20 20 L’approche MPA (*) : la communauté financière comme « groupe structuré » Le Producteur : les hommes de marché, les commerciaux (sales men), le back- office, les analystes, etc. Le Prince : les dirigeants des intermédiaires financiers, les régulateurs nationaux et internationaux, ex. : l’AMF, la Commission bancaire, la SEC ou la FED, etc. Le Professeur : les économistes et les stratégistes, les théoriciens de la finance, etc. Le Prêtre : les autorités morales prônant la loyauté, la transparence, la référence aux fondamentaux, etc. Identifications aux « success stories » de grands banquiers ou de grands financiers. (*) MacroPsychAnalyse = MPA

21 21 La Bulle Internet GS = la communauté financière internationale Instances : Prince = Grands Argentiers du monde Prêtre = « Consciences » du marché Professeur = Universitaires Analystes Buy side Producteurs = Investisseurs / Analystes sell side Objet de désir = Les actions Internet Choc initial = révolution dot.com Croyance collective = nouvelle économie/changement de paradigme

22 22 Processus de révision des « croyances »(*) Phase maniaque Les informations confortent la « croyance ». Sa vraisemblance est surestimée. Excès de confiance. Complicité et rivalité des acteurs. Phase d’assimilation Quelques informations viennent contredire la « croyance ». L’investisseur censure ou minimise la portée de ces informations. Syndrome psychotique. Phase d’adaptation / accommodation Prise de conscience. L’investisseur abandonne la « croyance », pour un nouveau modèle. Fort sentiment de culpabilité. Recherche de « boucs émissaires ». Phase de normalisation La nouvelle « croyance » a peut-être surévalué l’importance de l’information nouvelle. On rentre à nouveau dans un cycle assimilation / adaptation (*) « croyance », ici synonyme de distribution de probabilités sur les Etats du Monde

23 23 Comparaison des deux approches Kindleberger VLG / GM Déplacement Boom Phase Maniaque Euphorie Phase d’assimilation (psychotique) Financial Distress Crash Phase d’adaptation (névrotique) / accommodation Phase de normalisation

24 24 Plan de l’exposé Qu’est-ce que la MacroPsychanalyse ? Back to finance : les Bulles La crise de 2007

25 25 La crise de 2007 : Economiquement limpide Les 4 crises : Sous-jacent «subprime» (1) Distribution (2) Valorisation (3) Propagation/Diffusion à d’autres « sous-jacents » (4)

26 26 Crise n°1 : le sous-jacent Quantitativement : Mds de USD Mds 300 Mds 150 Mds 15% 20% 50% vs 5-7% (normal) 50 Mds 100 Mds USD de pertes supplémentaires Prévisible / Prévue / Maîtrisable : Problèmes spécifiques : - les innovations/laxistes : teasers (2-28), soft covenants - l’aléa moral de la séparation Production/Distribution Fonds propres * Résultats nets * ________________ Mds USD 200 Mds USD * 25 plus grandes banques occidentales

27 27 Crise n°2 : la distribution Titrisation Fonds (hedges, OPCVM, etc.) Dérivés (CDO 2, CDO 3, etc.) « Conduits » (SIV, etc.) Problèmes spécifiques : - qui porte les risques ? «recherche subprime désespérement» - le fil à la patte des banques - la complexité

28 28 Crise n°3 : la valorisation Valorisation Ratings (alea moral ; tranches) Liquidité (produits otc. ; fonds dynamiques) Mark to model (variance, corrélation, risques extêmes) Quel modèle ?

29 29 Crise n°4 : la diffusion Private equity / LBO : repricing du risque Flight to quality : Government Bonds, titres émergents (?) Distressed sales : Immobilier, actifs liquides La trappe de liquidité : blocage des circuits interbancaires, malgré l’abondance de liquidité

30 30 La MacroPsychanalyse : qu’a-t-elle à dire ? 2001 vs 2007 : le même schéma La panique, forcément irrationnelle Le clivage, le dernier recours, et le surmoi faible La valorisation et le principe de réalité

31 vs 2007 : le même schéma Bulle Internet Crise de l’été 2007 Objet du désir :Titres Dot.com Immobilier Mythe :Nouvelle économie BRIC/taux bas Inflation faible Choc initial :Mauvais résultats ? Fonds Bear Stearns (Mars 2000) Phase maniaque :+ 100% (1996-9) + 60% (2003-7) Phase assimilation : ? Bouc Emissaire :Analystes/Commissaires Agences de rating/PDG aux comptes

32 32 La panique Effet de composition/Pyramide des dettes. Mais est-ce suffisant ? Si la crise du subprime ne justifie pas une « panique » comme celle d’Août 2007, pourquoi a-t-elle eu lieu ? l’ambivalence innnovation/crise : pulsion de vie/ pulsion de mort la culpabilité vis-à-vis de tout ce qui ne va pas : la crise comme châtiment souhaité/mérité La crise comme expression de l’inconscient du Groupe : la remise à plat nécessaire

33 33 Le clivage et l’aléa moral Les 2 clivages bonne mère/produit nouveau Clivage de l’objet mauvaise mère/côte toxique du produit commercial/innovation/profit Clivage du moi conformité/éthique/risque Il y a un moi qui sait et un moi qui ne veut pas savoir

34 34 La crise à tous les étages : banques et communauté financière Ventes vs Risques/Conformité Production vs Distribution « Silos » des organisations Choix du CEO/Comex en dernière instance (dernier moment) «Danser, tant que l’orchestre Joue » (Chuck Prince) Hedge Funds, Agences de Notation, Assureurs SIV, Conduits Défaillance des marchés : Coordination par les prix ne se fait pas. Banque Centrale aux US et en Europe. FSA/Bank of England/Trésor en Grande-Bretagne. Affaire Northern Rock. put Greenspan, Bernanke (1) Recherche d’efficacité → Spécialisation (2) Spécialisation → Clivage (3) Le Prince doit décider « en dernier ressort » : Clivage → Arbitrage (retour au principe de réalité) (4) Le Surmoi (Prêtre) faible : Retour au principe de réalité → Aléa moral Banques Communauté financière

35 35 L’enchaînement de la bulle Efficacité Spécialisation Clivage Prêteur en dernier ressort Aléa moral Bulle : phase d’accommodation, etc. (1)(2) (3) (4)

36 36 Valorisation : Le Principe de réalité Valorisation par modèles de produits complexes Comment valider les résultats de ces modèles ? A quelle réalité peut-on les confronter ? Quelle base réelle ont les croyances des opérateurs sur les marchés de gré à gré ? Défaillance du « professeur » ou psychose de la communauté financière ?


Télécharger ppt "1 MacroPsychanalyse de la crise financière de 2007 Vivien Levy-Garboua/Gérard Maarek© 22 novembre 2007."

Présentations similaires


Annonces Google