La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La formation à l'épreuve du numérique Enjeux et paradoxes du défi numérique vis-à-vis des rapports aux savoirs Quelques éclairages pragmatiques Olivier.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La formation à l'épreuve du numérique Enjeux et paradoxes du défi numérique vis-à-vis des rapports aux savoirs Quelques éclairages pragmatiques Olivier."— Transcription de la présentation:

1 La formation à l'épreuve du numérique Enjeux et paradoxes du défi numérique vis-à-vis des rapports aux savoirs Quelques éclairages pragmatiques Olivier Las Vergnas, Secrétaire général du réseau des Cités des métiers – Universcience, Président de l’Association-Française d’Astronomie Chercheur invité au CREF/AFA-UPX

2

3

4 Le réseau 20 ans après - juin 2013

5 3 éclairages liés à 3 champs à l’épreuve du numérique : 1.Les Cités des métiers 2.Les loisirs astronomiques 3.La place des savoirs des malades chroniques

6 Dans le contexte du double sens de l’apprentissage tout au long de la vie (1)selon le point de vue micro : la reconnaissance de l'apprenance "informelle" au fil de l'eau et des formations expérientielles (2) selon les points de vue méso et macro : la reconnaissance du fait que le droit à la formation n'est plus seulement qu'un droit "scolaire" ou universitaire pour les jeunes,

7 Les Cités des métiers face au numérique : Quels enjeux et quelles stratégies ?

8 20 ans de Cités des métiers à l’épreuve du numérique

9 1. offrir le mode d’emploi et le programme en ligne C’est aujourd’hui la première fonction des sites des Cités des métiers. Aucune structure ne peut s’en passer

10 SEINE - MARNE

11 CHILE

12 GENEVE

13 COTES D’ARMOR

14 La question est de savoir jusqu’où aller dans l’information donnée… On peut aider à savoir s’il est utile de venir grâce à des informations suffisamment précises Mais aussi aider à la préparation de sa venue

15 2. mémoriser les contenus des événements

16 Dans cette fonction d’archive, La question est surtout de savoir comment présenter les contenus et aussi comment les indexer. Faut-il les découper ? Faut-il tout garder ? Comment les actualiser ? Faut-il en faire des encyclopédies ?

17

18 3. mettre tout en ligne pour donner envie de venir

19 PORTA 22

20 Plutôt que d’avoir peur de la concurrence avec le web … Mieux vaut expliquer précisément la complémentarité aux internautes : Donner en ligne tout ce qui peut l’être (pour ceux qui sont loin, qui sont dans l’urgence… Et montrer l’intérêt de se rendre ensuite dans un lieu physique comme une cité des métiers pour rencontrer des conseillers et des personnes qui partagent les mêmes problèmes (dans des clubs, ateliers, forums)

21 Sur la cité en ligne, on trouve tous les évènements …

22 …mais aussi les contenus …

23 … et à chaque fois, on propose de venir sur place pour aller plus loin

24

25 CitéJob : le portail Cité des métiers sur son smart phone A la base la même idée que la Cité des métiers en ligne : CitéJob ouvre sur tout ce qui peut être accessible par smartphone, En faisant en complément le lien avec les offres physiques (sur place) Avec en plus la géolocalisation, un « espace perso », le lien avec les réseaux sociaux…

26 La complémentarité, c’est aussi l’évolution de l’offre sur place Pour offrir plus d’écoute et d’échanges (parcours d’ateliers, clubs, permanences hors les murs, nocturnes) Pour aider à découvrir et utiliser les outils en ligne (ateliers « trouver un emploi grâce à internet »)

27 Etape 5: ajouter une approche Living Lab

28 Les loisirs astronomiques face au numérique : Quels enjeux et quelles stratégies ? … la pratique en amateur

29 Les loisirs astronomiques à l’épreuve du numérique… Les amateurs… Les autodidactes… Les passions ordinaires et les passions cognitives…

30

31

32 Mais aussi dans d’autres sciences dites « à amateurs »

33 occultation-de-sylvia html … des résultats d’une résolution inédite (détermination de la forme de l’astéroïde Sylvia, janvier 2013)

34

35

36 Recueil d’observations spontanée - Toutes les réactions de sandrine beaupied, - jeudi 21 juillet 2011 Je suis veilleuse de nuit dans une maison de retraite. Cette nuit-là tout était calme dans la résidence, or vers 5h30, un gros «boum» nous a surpris, moi et ma collègue, c'est à peine si nous osions bouger, mon coeur a explosé tellement le bruit était fort. Après quelques secondes, nous avons repris nos esprits et nous sommes montés voir si tout allait bien car nous croyions qu'un de nos résidents s'était grièvement blessé, tout le monde dormait paisiblement et nous étions rassuré de voir que personne n'était blessé. Que d'interrogations avec ma collègue... C'est alors quand j'ai lu le journal de mercredi que j'ai été rassurée que ça n'était qu'un «phénomène» venant du ciel... de Guerzi 35, - jeudi 21 juillet 2011 A Trévérien. Vers 5h30 je somnolais sans m'endormir à cause de la lune qui s'obstinait à observer mon sommeil par le velux...et soudain, j'ai vu jaillir un grand éclair blanc ! J'ai d'abord pensé à un nuage qui quittait la face de la lune, mais l'éclair était trop puissant... j'ai ensuite songé aux phares d'une moissonneuse-batteuse, mais par le velux c'était vraiment trop haut... j'en ai déduit qu'il s'agissait d'un éclair isolé... et suis vite allée débrancher mon ordinateur ! de de st pierre de plesguen, - jeudi 21 juillet 2011 A 5h30 le 19 j'ai bien entendu une deflagration, mais je n'ai pas vu d'éclair ou lueur, mais la détonation a fait sursauter mes chiens. de Jérôme ( Saint Hilaire du Harcouêt ), - jeudi 21 juillet 2011 J'habite à saint-Hilaire du Harcouët et j'ai vu une intense source lumineuse vers l'ouest (à 8h pour nord à 12h), une boule plus brillante que la lune pendant 1/4 de seconde avant de disparaître directement vers le sol ou plus vers l'ouest en laissant une épaisse trainée lumineuse pendant un autre quart de seconde...oui ça a été très vite mais je n'ai entendu aucun bruit... Par contre j'aimerais bien en savoir plus sur la version de Tiphanie de Mordelles rapport à son histoire de boule lumineuse fixe pendant 3 min ?? de zold, - jeudi 21 juillet 2011 Je n'ai pas été témoin de la chose, mais à vous lire, le bruit, les couleurs ça me rappelle fortement toungouska tout ça. Le phénomène se présenterait-il chaque début de siècle ? de Guichen, - mercredi 20 juillet 2011 J'habite à Guichen, je partais pour le travail, j'ai d'abord vu un flash et après la boule de feu suivit d'une traîné. Pas entendue la détonation car j'étais dans la voiture mais vraiment surprenant et inoubliable. de douabin maxime, - mercredi 20 juillet 2011 Le matin alors que j'allais au travail j'ai vu une sorte d'éclair puis je me suis arrêté et au départ j'ai cru que c'était une fusée tirée par des jeunes et en voyant la rapidité de la chose je me suis dit que peut être c'était une météorite. de douabin maxime, - mercredi 20 juillet 2011 Le matin alors que j'allais au travail j'ai vu une sorte d'éclair puis je me suis arrêté et au départ j'ai cru que c'était une fusée tirée par des jeunes et en voyant la rapidité de la chose je me suis dit que peut être c'était une météorite. &msid= a8698b9d4e54209ed&ie=UTF8&ll= , &spn= , &s ource=embed france.fr/actu/actuDet_-Une-meteorite- a-t-elle-explose-dans-le-ciel-breton- _ _actu.Htm

37

38 En direct de la création du projet Vigie-Ciel d’astronomie participative (AFA, MNHN, UPCM, 2011) : trajectographie et géologie des météorites

39 Calcul distribué BOINC : HOME :

40 Partage de cerveaux et de données stronomersResourceKits/http://kepler.nasa.gov/education/amateurA stronomersResourceKits/ v1.pdfhttp://arxiv.org/PS_cache/arxiv/pdf/0910/ v1.pdf

41 Campagne concertée d’observations GLOBE AT NIGHT

42 Les savoirs expérientiels des malades face au numérique : Quels enjeux et quelles stratégies ?

43 Production et circulation des connaissances et savoirs liés aux sciences

44 Production des connaissances et savoirs liés à la fibromyalgie

45

46 Sur Zooniverse, un appel à contribution pour contribuer au dénombrement de cellules cancéreuses

47

48 Comparaison des répartitions des rôles entre un protocole EMB et une autoclinique Phase du projet de recherche Données initiales ou Observation induisant la recherche Invention manip ou protocole Emission de l’hypothèse de recherche Construction du dispositif expérimental Invention du Test à réaliser Collecte des observations Réalisation du Test Traitement des résultats et données Interprétation des résultats Conclusion scientifique Pub OHERIC (Giordan 1976) O1O2HE1E2RIC DiPHTeRIC (Carriou, 2002) DiPHTe1Te2RIC (1) Protocole de test du Minalcipran® pour la Fibro- myalgie ↓↓↓↓↑↓↓↓↓ Imposition d’un protocole professionnel Réalisé par chaque malade Imposition d’un protocole professionnel Pro Malade observant ses symptômes, collecteur de données personnelles Recherche d’une stratégie de soins Mise en place d’une stratégie de soins Malade se soignant rationnellement (dosage) Malade se soignant rationnellement (observation) Malade tirant des conclusions des effets constatés de ses soins (2) Caldi, auto- clinique de son épilepsie →↑↑↑↑↑↑↑↑ Utilisation de savoirs du domaine public Réalisé par l’auteur Grille T1 : comparaison de deux cliniques de maladies chroniques (1) protocole pharmaceutique classique (Minalcipran) et (2) protocole d’auto-clinique (journal de Caldi sur son épilepsie)

49 Phénoménologie pragmatique des malades et OHERIC : rôles potentiels des acteurs communautaires intermédiaires (ACI = associations de malades) Ethnométhode individuelle Malade observant ses symptômes, collecteur de données personnelles Recherche d’une stratégie de soins Mise en place d’une stratégie de soins Malade se soignant rationnellement (dosage) Malade se soignant rationnellement (observation) Malade tirant des conclusions des effets constatés de ses soins DEWEY (comment nous pensons) Existence d’une difficulté Définition de la difficulté Existence d’une solution suggérée ou explication possible Elaboration rationnelle d’une idée Concordance d’une idée (1) Concordance d’une idée (2) et élaboration d’une opinion … Comme solution Episode traité par automédication individuelle →↑↑↑↑↑↑↑ Utilisation de savoirs du domaine public Décidé par le malade Effet potentiel d’un ACI Repérage commun (et synchro- nisation) Problématisa- tion commune Formulation d’une hypothèse partagée Elaboration et application d’un protocole profane Adaptation concertée du protocole profane Mise en commun des observations et résultats Echanges sur les intrepréta- tions Formalisation d’une conclusion commune Transmi ssion entre pairs OHERIC O1O2HE1E2RIC DiPHTeRIC DiPHTe1Te2RIC Echelle d’un travail rationnel local ou groupal au sein d’un ACI Le travail dans un ACI peut permettre de faire le lien entre les expériences acquises via des phénoménologies pragmatiques et des protocoles d’evidence based medecine (OHERIC et Claude BERNARD) Echelle des savoirs expérientiels individuels Protocoles modélisables par OHERIC ↓↑ Phénoménologie pragmatique de chaque malade © Pour en savoir plus, voir la communication d’Olivier Las Vergnas à l’AREF

50 Dewey – OHERIC - EBM Echelle de la recherche scientifique mondiale Epistémologie de l’evidence based medicine ↓↑ Protocoles modélisables par OHERIC Echelle d’un travail rationnel local ou groupal au sein d’un ACI Le travail dans un ACI peut permettre de faire le lien entre les expériences acquises via des phénoménologies pragmatiques et des protocoles d’evidence based medecine (OHERIC et Claude BERNARD) Echelle des savoirs expérientiels individuels Protocoles modélisables par OHERIC ↓↑ Phénoménologie pragmatique de chaque malade Tableau T7 : Rôle des ACI comme développeur de protocoles OHERIC permettant la circulation de preuves entre phénoménologie pragmatique et evidence based medecine © Pour en savoir plus, voir la communication d’Olivier Las Vergnas à l’AREF

51 Et les co-chercheurs en position de médiateurs ? (recherches actions participatives non OHERIC) 1. Régime ACI-OHERIC 2. Régime Recherche action participative (Lewin, 1946) Echelle de la recherche scientifique mondiale Epistémologie de l’evidence based medicine ↓↑ Protocoles modélisables par OHERIC Epistémologie de l’ethnologie compréhensive ↓↑ Méthodes de recherche action participative Echelle d’un travail rationnel local ou groupal Le travail dans un ACI peut permettre de faire le lien entre les expériences acquises via des phénoménologies pragmatiques et des protocoles d’ evidence based medicine (OHERIC et Claude BERNARD) Association compréhensive des deux niveaux par des recherches actions participatives avec des co-chercheurs de type M Echelle des savoirs expérientiels individuels Protocoles modélisables par OHERIC ↓↑ Phénoménologie pragmatique de chaque malade Association en co-chercheurs de membres de la communauté ↓↑ Phénoménologie pragmatique de chaque membre de la communauté Tableau T8 : Comparaison de deux régimes de mise en relation entre production de connaissances innovantes à l’échelle de la recherche scientifique mondiale et phénoménologie pragmatique © Pour en savoir plus, voir la communication d’Olivier Las Vergnas à l’AREF

52 Alimentation de la médecine par des épistémologies complémentaires impliquant des malades co-chercheurs © Pour en savoir plus, voir la communication d’Olivier Las Vergnas à l’AREF

53 Le numérique ? de multiples avantages vis-à-vis des rapports aux savoirs 1. Des connaissances à la demande, 2. Tous les savoirs du monde, 3. Des sources multiples, 4. Des accès pour tous, 5. Des expériences facilitées, 6. La création à la portée de tous,

54 1. Des connaissances à la demande, mais pulvérisées Des savoirs sur mesure, en poudre, récupérés au format de Wikipédia, Et une confusion entre information et formation, Apprendre avec un dictionnaire n’est pas apprendre avec des programmes scolaires, c'est à dire un cadre structurant et socialisant (parce que normatif et partagé par tous) d'organisation des représentations du monde Si l'on n'apprend qu'une multiplicité de fragments, où, comment et pourquoi apprend-on à les cadrer et les interfacer ?

55 2. Tous les savoirs du monde, mais un désintérêt pour la calibration La disparition de la calibration empathique émetteur/récepteur dans les MOOCs Au sens où la consommation standardisée de morceaux de MOOCs se fera via des YouTube ou des iTunesU sans possibilité pour l'auteur ni pour le récepteur de se calibrer ni sur la problématique, ni sur les conceptions/pré-requis ni sur le contexte d'incorporation ou de situation (au sens de la cognitions et des savoirs situés) ; et ce malgré l'illusion de la socialisation virtuelle des "réseaux sociaux" ou de vague arborescence d'EAO, d'ailleurs le plus souvent absente des MOOCs

56 3. Des sources multiples, mais enchevêtrées Des points de vue d’origines multiples et des légitimités entremêlées, De multiples contributeurs, en particulier des non-académiques, des profanes, des usagers, des personnes qui expriment des opinions, qui recueillent et transmettent des "données", qui observent des "phénomènes" ou les commentent, qui racontent des phénoménologies pragmatiques, qui signet des blogs ou des billets de vulgarisation... mais peu de repères sur la validité de ces fragments ou de protocoles... Et d’ailleurs comment s'y reconnaitre aussi parmi certaines paroles qui se disent ou ont l'air officielles, académiques ?

57 4. Des accès pour tous, mais des facilités en trompe l’oeil Une apparente facilité d'accès aux biens communs des savoirs Une nouvelle économie de la formation, tout gratuit, mais beaucoup de facettes couteuses et donc par exemple un renforcement de l’héritage familial pour les jeunes...avec en plus de l'habitus cognitif de Bourdieu, l'effet de l'équipement et l'autorisation technologique de l'entourage User-friendly et omniprésence, mais pour ceux qui y ont accès tous les jours : Amplification des effets de l’environnement familial et technologique : L’ergnonomie réduit la fracture numérique mais peut-elle quelque chose contre l’illettrisme ? Et le jeu reste-t-il un jeu quand il est sérieux ? Dans quelle mesure est ce média qui fait le jeu (et le caractère ludique ?) ou le contexte de décision et d'autorégulation...

58 5. Des expériences facilitées, mais des causalités simulées Perte de la traçabilité des mécanismes et des causes Impossibilité de vérifier et de mettre à l'épreuve de l'expérience concrète des savoirs acquis via des simulateurs. Apprendre sur un simulateur qui permet de multiples essais-erreurs et qui coute moi cher en actes imparfaits, brise la traçabilité des mécanismes naturels (relations entre causes physiques et phénomènes naturels) en les remplaçant pas des analogies fabriquées et simulées. Si l'on apprend à faire une ponction lombaire sur un simulateur de patient, que ressent-on de la souffrance du patient et de la charge émotive du médecin qui pratique l'acte ?

59 6. La création à la portée de tous, mais par des automatismes Une trop grande facilité d'écrire sans comprendre par des copier/coller, La normalisation d'une appropriation non réflexive On peut être facilement l'auteur d'un texte que l'on n'a pas écrit, ou seulement écrit par bribes entrelardées de plagiat... Sans oublier un formatage par des allants de soi implicites, comme par exemple ceux qui résultent d'une automatisation des fonctions numériques et statistiques qui donnent un accès automatique à des test paramétriques susceptibles de renforcer la vison d'un monde obligatoirement mono-modal régi par une moyenne et des écarts- types, suivant une loi "normale", au sens de la loi de Gauss.

60 Merci à vous


Télécharger ppt "La formation à l'épreuve du numérique Enjeux et paradoxes du défi numérique vis-à-vis des rapports aux savoirs Quelques éclairages pragmatiques Olivier."

Présentations similaires


Annonces Google