La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CAT DEVANT UN ARRET CARDIORESPIRATO IRE HICHAM HEBBACHE Externe en Médecine « module urgence » Service de chirurgie orthopédique b (COB) chu douéra HICHAM.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CAT DEVANT UN ARRET CARDIORESPIRATO IRE HICHAM HEBBACHE Externe en Médecine « module urgence » Service de chirurgie orthopédique b (COB) chu douéra HICHAM."— Transcription de la présentation:

1 CAT DEVANT UN ARRET CARDIORESPIRATO IRE HICHAM HEBBACHE Externe en Médecine « module urgence » Service de chirurgie orthopédique b (COB) chu douéra HICHAM HEBBACHE Externe en Médecine « module urgence » Service de chirurgie orthopédique b (COB) chu douéra

2 PLAN DE TD I. INTRODUCTION II. DEFINITION III. CONFIRMATION CLINIQUE DU DIAGNOSTIQUE IV. - CONSEQUENCES V. - ETIOLOGIES VI. - CAT VII. Traitement VIII.- SITUATIONS PARTICULIERES IX. - CONCLUSION

3 I.INTRODUCTION / épidémiologie L’ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE EST L’URGENCE ABSOLUE L’ARRET CARDIO-CIRCULATOIRE EST L’URGENCE ABSOLUE -ARRET CARDIAQUE INOPINE(MORT SUBITE ) RESTE UN PROBLEME MAJEUR DE SANTE PUBLIQUE DANS LES PAYS INDUSTRIALISES: -ARRET CARDIAQUE INOPINE(MORT SUBITE ) RESTE UN PROBLEME MAJEUR DE SANTE PUBLIQUE DANS LES PAYS INDUSTRIALISES: DECES/ANS EN FRANCE DONT 50% D’ORIGINE CORONARIENNE DECES/ANS EN FRANCE DONT 50% D’ORIGINE CORONARIENNE -AGE MOYEN:67 ANS -AGE MOYEN:67 ANS ¾ SURVIENNENT A DOMICILE ¾ SURVIENNENT A DOMICILE -PREDOMINANCE MASCULINE -PREDOMINANCE MASCULINE Seul 21% font TV,FV le reste des asystolie Seul 21% font TV,FV le reste des asystolie -SURVIE IMMEDIATE : 14% et 2,5% DE SURVIE A 1 MOIS -SURVIE IMMEDIATE : 14% et 2,5% DE SURVIE A 1 MOIS

4 OBJECTIF : L’AMELIORATION DE LA PRISE EN CHARGE PORTANT SUR LE ROLE DES TEMOINS ET LA RAPIDITE D’INTERVENTION EST NECESSAIRE,

5 II.DEFINITION C’est une inneficacite cardio-circulatoire spontanée et irréversible en l’absence de réanimation secondaire a l’arrét d’une contractilité myocardique efficace durant au moins 60 secondes. C’est une inneficacite cardio-circulatoire spontanée et irréversible en l’absence de réanimation secondaire a l’arrét d’une contractilité myocardique efficace durant au moins 60 secondes. Un ACR se définit cliniquement par : un état de mort apparente avec abolition des pouls fémoraux et carotidiens, hypotonie généralisée, perte des urines et de selle fréquente et absence de ventilation spontané Un ACR se définit cliniquement par : un état de mort apparente avec abolition des pouls fémoraux et carotidiens, hypotonie généralisée, perte des urines et de selle fréquente et absence de ventilation spontané

6  Le Diagnostic de l’ACR est clinique, L’ arrêt cardiaque est affirme par l’absence de pouls a la palpation carotidienne ou fémorale.Absence de mvt de ventilation suffisant pour affirmer l’arret circulatoire.Coma, aréactivité (plus convulsion).Apnée ou gasps.Mydriase bilatérale :tardivement III.DIAGNOSTIC

7 IV.Confirmation de ACR

8 Pour le public et pour les sauveteurs : La reconnaissance de l’AC est simple et repose sur l’absence de signes de vie : victime inconsciente, ne bougeant pas, ne réagissant pas et ne respirant pas ou respirant de façon franchement anormale (gasps Pour le public et pour les sauveteurs : La reconnaissance de l’AC est simple et repose sur l’absence de signes de vie : victime inconsciente, ne bougeant pas, ne réagissant pas et ne respirant pas ou respirant de façon franchement anormale (gasps professionnels de santé : La reconnaissance de l’AC repose sur : absence de signe de vie et l’absence de signes de circulation (absence de pouls à la palpation carotidienne ou fémorale). Absence de mouvements de ventilation suffisants pour affirmer l’arrêt circulatoire. COMA aréactivité (+ Convulsion). Apnée ou GASP Mydriase bilatérale : Tardivement. La reconnaissance de l’AC doit être rapide (environ 10 secondes). Elle impose le déclenchement des secours par une alerte au 15 (Samu) et le début de la réanimation cardiopulmonaire (RCP).

9 V.CONSEQUENCES  RESPIRATOIRES: ARRET RESPIRATOIRE SUIT L’ARRET CIRCULATOIRE 20 A 60 SEC  ANOXIE PUIS ACIDOSE PRIMAIRE : DEGATS VISCERAUX DEFINITIFS ( cerveau < 3 mn, surtt le cortex )

10 IV.ETIOLOGIES I. CAUSES RESPIRATIRES: II. -CAUSES CARDIAQUES: III. -CIRCULATOIRES IV. -NEUROLOGIQUES V. CAUSES REVERSIBLES

11 Fausses routes très fréquentes chez l’enfant. Fausses routes très fréquentes chez l’enfant. Décompensation aiguës d’une insuffisance respiratoire chronique, Décompensation aiguës d’une insuffisance respiratoire chronique, Etat de mal asthmatique, Etat de mal asthmatique, OAP asphyxiant. OAP asphyxiant. Inhalation du liquide gastrique. Inhalation du liquide gastrique. Overdose. Overdose. PNO bilatérale PNO bilatérale

12 Physique : hypothermie ; électrocution. Physique : hypothermie ; électrocution. Métabolique : hyperkaliémie; hypocalcémie; acidose. Métabolique : hyperkaliémie; hypocalcémie; acidose. Médicamenteuses : Digitaliques, antiarythmiques, antidépresseurs (Tricycliques). Médicamenteuses : Digitaliques, antiarythmiques, antidépresseurs (Tricycliques). Tamponnade cardiaque. Tamponnade cardiaque. Troubles du rythme cardiaque...troubles de conduction auriculo-ventriculaire – coronarien +++ Troubles du rythme cardiaque...troubles de conduction auriculo-ventriculaire – coronarien +++ Dysplasie arythmogène du VD Dysplasie arythmogène du VD Tous les etats de chocs Tous les etats de chocs Embolie pulmonaire engendrant uneincompétance de VD Embolie pulmonaire engendrant uneincompétance de VD

13 Etat de mal épileptique Etat de mal épileptique

14 Hypoxie Hypoxie Hypovolémie Hypovolémie Hypo/Hyper-kaliémie métabolique Hypo/Hyper-kaliémie métabolique Hypothermie Hypothermie Thrombose (coronarienne ou pulmonaire) Thrombose (coronarienne ou pulmonaire) PNO suffocant PNO suffocant Tamponnade Tamponnade Intoxication Intoxication Infarctus myocardique. Infarctus myocardique.

15 La conduite à tenir A : Aspiration des sécrétions oropharyngées et trachéales. A : Aspiration des sécrétions oropharyngées et trachéales. C : poursuivre MCE C : poursuivre MCE B : Ventilation artificielle à l’Oxygène pur Manuelle ou Mécanique B : Ventilation artificielle à l’Oxygène pur Manuelle ou Mécanique Abord Veineux : central ou périphérique ou osseux SSI 9‰. Abord Veineux : central ou périphérique ou osseux SSI 9‰. Brancher le Cardioscope « scope » Brancher le Cardioscope « scope » A : Aspiration des sécrétions oropharyngées et trachéales. A : Aspiration des sécrétions oropharyngées et trachéales. C : poursuivre MCE C : poursuivre MCE B : Ventilation artificielle à l’Oxygène pur Manuelle ou Mécanique B : Ventilation artificielle à l’Oxygène pur Manuelle ou Mécanique Abord Veineux : central ou périphérique ou osseux SSI 9‰. Abord Veineux : central ou périphérique ou osseux SSI 9‰. Brancher le Cardioscope « scope » Brancher le Cardioscope « scope »  Arrivée de l’équipe de Réanimation Réanimation médicale Réanimation médicale  Arrivée de l’équipe de Réanimation Réanimation médicale Réanimation médicale Heure. Heure. Appeler.14 Appeler.14 Patient allongé sur le dos, plan dur. Patient allongé sur le dos, plan dur. Violent coup de poing sternal. Violent coup de poing sternal. A : Airway : libérer les VAS. A : Airway : libérer les VAS. C : Circulation : MCE : 100 comprs/mn C : Circulation : MCE : 100 comprs/mn B : Breathing : ventilation artificielle : B : Breathing : ventilation artificielle : *Bouche à Bouche *Bouche à Bouche Heure. Heure. Appeler.14 Appeler.14 Patient allongé sur le dos, plan dur. Patient allongé sur le dos, plan dur. Violent coup de poing sternal. Violent coup de poing sternal. A : Airway : libérer les VAS. A : Airway : libérer les VAS. C : Circulation : MCE : 100 comprs/mn C : Circulation : MCE : 100 comprs/mn B : Breathing : ventilation artificielle : B : Breathing : ventilation artificielle : *Bouche à Bouche *Bouche à Bouche  En Dehors d’un milieu Hospitalier : Réanimation de base Réanimation de base  En Dehors d’un milieu Hospitalier : Réanimation de base Réanimation de base

16 La conduite à tenir/chaine de survie

17 Patient en décubitus dorsal Patient en décubitus dorsal L’ouverture des voies aériennes supérieures (VAS) doit se faire par la bascule de la tête en arrière et par élévation du menton L’ouverture des voies aériennes supérieures (VAS) doit se faire par la bascule de la tête en arrière et par élévation du menton « tète en hyper-extension » « tète en hyper-extension » Subluxation du mandibule Subluxation du mandibule Seule la présence d’un corps étranger visible dans l’oropharynx impose la désobstruction des voies aériennes par la méthode des doigts en crochet. Seule la présence d’un corps étranger visible dans l’oropharynx impose la désobstruction des voies aériennes par la méthode des doigts en crochet. Lever l’obstruction des VAS. Lever l’obstruction des VAS. corps étranger: Manœuvre de Heimliche. corps étranger: Manœuvre de Heimliche. Ouvrir la bouche. Ouvrir la bouche. Nettoyer index – oropharynx. Nettoyer index – oropharynx. Retiré la dentier Retiré la dentier Ouvrir la filière laryngée. Ouvrir la filière laryngée.

18

19

20 10-12 insufflations par le bouche à bouche (nez du patient obstrué ) insufflations par le bouche à bouche (nez du patient obstrué )

21

22 Technique: Pour réaliser un massage cardiaque externe (MCE),la victime étant couché sur un plan dur, on posera le talon de la main du sauveteur est placé sur la partie inferieure du sternum, l’autre main étant appuyée sur la 1 ere,la décompression est passive Technique: Pour réaliser un massage cardiaque externe (MCE),la victime étant couché sur un plan dur, on posera le talon de la main du sauveteur est placé sur la partie inferieure du sternum, l’autre main étant appuyée sur la 1 ere,la décompression est passive La fréquence efficace est de 100 b/min en assurant une dépression sternale de 4 à 5 cm. La fréquence efficace est de 100 b/min en assurant une dépression sternale de 4 à 5 cm. Lors de la décompression, les talons des mains doivent être soulevés légèrement du thorax. Lors de la décompression, les talons des mains doivent être soulevés légèrement du thorax. Le massage cardiaque doit être synchronisé à la ventilation Le massage cardiaque doit être synchronisé à la ventilation  pour 1 intervenant 30 massages puis 2 ventilations  Pour 2 intervenant15massages puis 1 ventilations Un massage cardiaque correctement réalisé génère une PA de mmhg ce qui suffisant pour éviter une ischémie cérébrale irréversible Vidéo01acr\01 - Arrأھt Cardiorespiratoire_ Diagnostic.mov acr\01 - Arrأھt Cardiorespiratoire_ Diagnostic.movacr\01 - Arrأھt Cardiorespiratoire_ Diagnostic.mov 02acr\Rأ©animation Cardiopulmonaire De Base.mov 02acr\Rأ©animation Cardiopulmonaire De Base.movacr\Rأ©animation Cardiopulmonaire De Base.movacr\Rأ©animation Cardiopulmonaire De Base.mov

23 avec le talon de la paume de la main uniquement et les bras doivent être tendus et verrouillés

24  - A : Aspiration des secrétions oropharyngées et trachéales  -B : Ventilation Artificielle à l’Oxygène pur Manuelle ou Mécanique: _O xygene administre le plus rapidement possible _O xygene administre le plus rapidement possible _ventilation:/ intubation endotracheale _ventilation:/ intubation endotracheale Ou:/ MASQUE FACIAL et canule de Guedel Ou:/ MASQUE FACIAL et canule de Guedel Ou /MASQUE LARYNGE Ou /MASQUE LARYNGE RELIEE à UN respirateur automatique RELIEE à UN respirateur automatique  - C : poursuivre MCE Abord Veineux: central ou périphérique ou osseux SSI 9‰. Abord Veineux: central ou périphérique ou osseux SSI 9‰. Brancher le Cardioscope «le pose d’un SCOP » ce qui permet de mettre en place un traitement en urgence Brancher le Cardioscope «le pose d’un SCOP » ce qui permet de mettre en place un traitement en urgence

25 NB: aucune indication à l’alcanisation : NB: aucune indication à l’alcanisation : l’alcanisation systémique dans l’ACR est abandonnée,peut engendrer une inhibition de la libération d’o2 au tissus,alcalose respiratoire, inhibition des catécholamines injectées simultanément,injectées Les seules indication sont: hyperkaliémie, ACR prolongé, acidose métabolique, intoxication a certains (NIVAQUINE,TRICYCLIQUE……)

26 Respirateur manuel

27 Défibrillateur semi-automatique

28 V.TRAITEMENT  Après le pose d’un scope ou réalisation un ECG 1. Si ASYSTOLIE : tracé plat ou pas de pouls le CEE est inutile le CEE est inutile ADRENALINE en IV 1mg (en augmente les doses si besoin « échec » jusqu’au 5mg) ADRENALINE en IV 1mg (en augmente les doses si besoin « échec » jusqu’au 5mg) Permet de passer le patient en TV ou FV qui seras en suite défibrillée  En l’absence de voie veineuse :il sera administré par instillation endotracheal

29 V.TRAITEMENT Si TV ou FV : désorganisation complète de l’activité électromécanique du cœur Si TV ou FV : désorganisation complète de l’activité électromécanique du cœur le traitement repose sur:  CHOC ELECTRIQUE EXTERNE CEE D:\acr\03 - Dأ ©fibrillation.mov : 03 chocs successifs sans intervalle en cas d’ échec j bipahsique ; 360jmonopahasique. D:\acr\03 - Dأ ©fibrillation.movD:\acr\03 - Dأ ©fibrillation.mov  Si échec: ADRENALINE + nouvelles série CEE  Si nouvelle échec : une perfusion de XYLOCAINE 1,5mg/Kg en bolus, CORDARONE 300mg, ou CHLORURE DE magnésium 1-2mg en bolus + nouvelle série de choc

30  TACHYCARDIE : CEE Qlq soit son origine une tachycardie rapide s’accompagnant d’ arrêt circulatoire doit être choquée  BAV complet : ISUPREL : 05 ampoules dans 250 cc de CG5% en goute a goute puis pose d’une sonde d’entrainement électrocystolique  BRADYCARDIE SINUSALE : ATROPINE 1mg en IV relayé isuprel ou de l’adrénaline en cas d’inefficacité, ou stimulation externe par patch, puis pose d’une sonde d’entrainement électrocystolique si besoin pose de voies veineuses périphériques pose de voies veineuses périphériques  +/- ALCALINISATION en cas hyperkaliémie /acidose métabolique /arrêt 20>mn/intox –tricycliques, nivaquine  Correction secondaire d’éventuels troubles hydroélectriques V.TRAITEMENT

31  THROMBOLYSE : en cas d’embolie pulmonaire avérée ou suspecté, la thrombolyse ne contre indique pas la RCP, mais doit faire prolonger celle-ci pdt 60-90mn Solutés de perfusion: le SSI 9% est utilisé comme vecteur de médicaments en IV au cours de la RCP Solutés de perfusion: le SSI 9% est utilisé comme vecteur de médicaments en IV au cours de la RCP Une expansion volumique n’est indiquée que lorsque l’AC est associé à une hypovolémie Une expansion volumique n’est indiquée que lorsque l’AC est associé à une hypovolémie  Vidéo de réanimationacr\Réanimation Spأ©cialisأ©e.mov spéciale: réanimationacr\Réanimation Spأ©cialisأ©e.movréanimationacr\Réanimation Spأ©cialisأ©e.mov V.TRAITEMENT

32 Algorithme de R médicalisé Applique l’algorithme de RCP de base et/ou de DAE RCP 30 : 2 Mettre en place L’ECG défibrillateur ANALYSER LE RYTHME CARDIAQUE RythmeChoquable FV/TV sans pouls Réalisation 1 choc j biphasique ou équi 360 j monophasique Reprendre immédia RCP ( 30:2) RCP ( 30:2) jusqu’à 2mn (f (reprise jusqu’à 2mn (f (reprise activité circulatoire) activité circulatoire) Rythme Non Choquable (RSP,Asystolies) Reprendreimmédi RCP (30:2) Pdt 2mn REA Médicalisée pdt RCP -Contrôler les VA et ventiler en O 2 pur -Mettre en place un abord VX. - Vérifie la position et contact des éléctrodes. -TRT éventuel d’1 cause réversible. -réaliser les Cp thora en continu des que VA sont contrôle. - Injecter ADRE 1mg toutes 3-5mm. -Envisager 1 antiarythmi (cardorome 300m) et TRT spécifique. - Monnitorer et adapter : - CO 2 expirer - T°,Glycémie, électrolytes

33 EVOLUTION/ PRONOSTIC EVOLUTION: si reprise d’une activité cardiaque =bilan étiologique en urgence : EVOLUTION: si reprise d’une activité cardiaque =bilan étiologique en urgence :  Ionogramme sanguin /ECG/coronarographie systématique/ETT/scanner  PRONOSTIC : Sequelles neurologiques 50% Sequelles neurologiques 50% Mortalité 80% Mortalité 80%

34 VI1. SITUATIONS PARTICULIERES A. PRISE EN CHARGE DE L’A.C INTRA- HOSPITALIER --- D.A.E : --- D.A.E : --- EQUIPE SPECIFIQUE MEDICALISEE --- EQUIPE SPECIFIQUE MEDICALISEE --- Tout MEDECIN DISPONIBLE doit être sollicité (appel de tt médecin) --- Tout MEDECIN DISPONIBLE doit être sollicité (appel de tt médecin) --- Ventillation Artificielle --- Ventillation Artificielle --- Compressions Thoraciques en continu. --- Compressions Thoraciques en continu.

35 VI. SITUATIONS PARTICULIERES B. NOYADES -Débuter par 5 INSUFFLATIONS - Stabilisation du rachis non systématique( - Stabilisation du rachis non systématique( Elle est réservée à des circonstances évocatrices de traumatisme du rachis (plongeon, sport de glisse, signes neurologiques) et en cas d’intoxication alcoolique. La compression abdominale n’est pas indiquée en cas de noyade.

36 VI. SITUATIONS PARTICULIERES C. HYPOYHERMIE ACCIDENTELLE En cas d’hypothermie, la RCP doit être poursuivie jusqu’au réchauffement de la victime. Le diagnostic d’AC est difficile. La victime peut bénéficier d’un réchauffement invasif. Tant que la T° corporelle est < à 30°C : L’administration de médicaments doit être limitée ; En cas d’AC par FV, la tentative de CEE doit être limitée à 1 essai

37 VI. SITUATIONS PARTICULIERES D/ A C ET GROSSESSE - Incidence dans les pays industrialises 1/30000 Accouchements - à partir 20sem  Surélévation la fesse droit pour favoriser le retour veineux;utérus récliné vers la gauche de 15° -  Cp th + haut - Compression cricoïdienne jusqu’a intubation - DAE même règles - IOT : « + précoce - IOT : « L’intubation orotrachéale » + précoce - PC fœtal est f(rapidité de RCP)

38 VI. SITUATIONS PARTICULIERES E/ A C ET TRAUMATISME E/ A C ET TRAUMATISME - PE c du traumatisme vient en complément de RCP - survies des traumatises environ 2 % - PC est meilleur pour après un traumatisme thoracique pénétrant qu’ aprés un traumatisme fermé====thoracotomie de sauvetage si transport – de 15mn - CAUSES curables à l’origine d’un AC : PNO compressif PNO compressif Désamorçage hV3 de pompe cardiaque Désamorçage hV3 de pompe cardiaque tamponnade = Hémopéricarde tamponnade = Hémopéricarde Choc vagale ou spinale Choc vagale ou spinale

39 VI1. SITUATIONS PARTICULIERES F/ A C ET INTOXICATION o o Il n’existe pas d’ACR d’origines toxique de spécificités o o La perfusion de bicarbonate est recommandés o o Utilisation des antidotes: intoxi par IC ou bB =recours au chlorure de calcium,glucagon,insuline o o La ventilation est la meilleur TRT en cas d’ACR du aux opiacés

40 VI1. SITUATIONS PARTICULIERES G/ A C PAR ELECTROCUTION - Courant haut voltage même domestique - causes de AC = FV parfois ASYSTOLIE = anoxie / tétanisation des muscles respiratoire = anoxie / tétanisation des muscles respiratoire - priorité CEE + alcalinisation en cas de brulures électrothermique

41 §§CHOSE A NE PAS FAIRE §§ Donner du sérum glucosé Remplir sauf dans un AC due a un état de choc hypo volumique Défibriller sans Gel ou sans Lubrifiant Donner autres médicaments par voie ENDOTRACHEAL. Luxer une tète traumatique Conclure a un ASYSYTOLIE sur un seul tracé ECG Coup de poing sternal chez qlq’un qui présente des pouls perceptible.

42 X.CONCLUSION La reconnaissance de la réalité d’un arret cardio- circulatoire et un geste d’urgence qui doit être connu de tout médecin.De sa précocité dépendront directement les possibilités d’entreprendre avec efficacité les gestes de réanimation et de préserver la vie de la victime. Les gestes de réanimation ne sont pas spécifiques de l’espèce humain,,,,,,,,, vidéo :C:\Users\HICHAM HEBBACHE\Desktop\RCP par un chat.mp4 C:\Users\HICHAM HEBBACHE\Desktop\RCP par un chat.mp4C:\Users\HICHAM HEBBACHE\Desktop\RCP par un chat.mp4

43 XI.REFERENCES  cours de  cours de DR : LALOUI-H MAÎTRE ASSISTANTE EN ANESTHESIE REANIMATION EHS DOUERA  Livre : cardiologie vasculaire,collection ECN « KB »

44

45


Télécharger ppt "CAT DEVANT UN ARRET CARDIORESPIRATO IRE HICHAM HEBBACHE Externe en Médecine « module urgence » Service de chirurgie orthopédique b (COB) chu douéra HICHAM."

Présentations similaires


Annonces Google