La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE EN FINISTERE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 17 septembre 2007 Présentation à l’attention des maires et des présidents d’EPCI.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE EN FINISTERE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 17 septembre 2007 Présentation à l’attention des maires et des présidents d’EPCI."— Transcription de la présentation:

1 L’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE EN FINISTERE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 17 septembre 2007 Présentation à l’attention des maires et des présidents d’EPCI du département Organisée dans le cadre de la Commission départementale de l’accueil des jeunes enfants Par les CAF et le Conseil général du Finistère

2 LA COMMISSION DEPARTEMENTALE DE L'ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

3 La Commission départementale de l'accueil des jeunes enfants (décret du 3 mai 2002) La Commission départementale de l'accueil des jeunes enfants (CDAJE) est : une instance de réflexion, de conseil, de proposition, d'appui et de suivi, pour les institutions et les organismes qui interviennent, au titre d'une compétence légale ou d'une démarche volontaire, dans le domaine de l'accueil des jeunes enfants.

4 Elle étudie toute question relative aux politiques en faveur de la petite enfance dans le département et fait des propositions dans le cadre des orientations nationales et locales dans le domaine de l'accueil des jeunes enfants, sur les mesures permettant de favoriser notamment : - La cohérence des politiques visant à améliorer l’accueil de la petite enfance, - Le développement des modes d'accueil et leur adaptation aux besoins et contraintes des parents (conciliation des temps familiaux et professionnels), - L'égalité d'accès aux modes d'accueil (prise en compte des différences culturelles, économiques, physiques,…), - La qualité de l'accueil ainsi que la mise en jeu de la complémentarité et de l’articulation des différents modes d’accueil.

5 La commission examine chaque année : - un rapport sur l'état des besoins et de l'offre d'accueil des enfants de moins de six ans, établi par les services du Conseil général et de la Caisse d‘Allocations Familiales (CAF), - ainsi qu’ un rapport du préfet sur les schémas de développement des services d'accueil des enfants de moins de six ans visés à l'article L du code de l'action sociale et des familles, adoptés par les communes du département. Elle est informée par le Président du Conseil général des réalisations de type expérimental visées à l'article R du code de la santé publique et en assure un suivi.

6 La Commission est présidée par le Président du Conseil général (représenté par Mme ADAM) et la vice-présidence est assurée par les Présidents des Caisses d‘Allocations Familiales (Mmes JESTIN et FROMAGEAU), alternativement. La composition de la Commission est fixée par un arrêté du Président du Conseil Général établi conformément au décret n° du 3 mai Le secrétariat est assuré par le Service de Protection Maternelle et Infantile (PMI) du Conseil général. Elle est dotée d'un règlement intérieur. La commission se réunit deux ou trois fois par an. Des commissions ou groupes de travail sont mis en place. Thèmes des groupes de travail de la première CDAJE : L'accueil des 2 – 4 ans, La pérennisation des structures d'accueil associatives.

7 Les membres de la CDAJE Le Président du Conseil général ou ses représentants et les services, Les Présidentes des CAF du Finistère pour les conseils d’administration des CAF et les services, Le Président de la caisse de Mutualité Sociale Agricole ou son représentant, Pour les services de l’état: - Le Directeur de la DDASS ou son représentant, - L’Inspecteur d’Académie ou son représentant, - Le Directeur départemental de Jeunesse et Sports ou son représentant, Des représentants des maires ou présidents d’EPCI, Des représentants d’associations ou organismes privés gestionnaires d’établissements et services d’accueil,

8 Des représentants des professionnels de l’accueil des jeunes enfants : - éducateurs de jeunes enfants, - auxiliaire de puériculture, - puéricultrices diplômées d’Etat, - assistantes maternelles, Le président de l’Union départementale des Associations Familiales ou son représentant, Des représentants des organisations syndicales de salariés interprofessionnelles, Pour les entreprises, des représentants des chambres consulaires, Des personnes qualifiées dans le domaine de l’accueil des jeunes enfants et de la conciliation de la vie familiale et de la vie professionnelle proposées par le Préfet.

9 ETAT DES LIEUX DE L’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE EN FINISTERE

10 Le taux de natalité en Finistère avoisine chaque année depuis trois ans 11,3 naissances en moyenne pour habitants. Les données des naissances domiciliées pour 2006 ne seront publiées par l’INSEE qu’après le 20 septembre 2007 et devraient avoisiner les naissances (contre en 2005 soit plus 5 %). Une natalité un peu supérieure aux années 2004 (9 963 naissances domiciliées) et 2003 (9 900 naissances) qui laisse présager des besoins en mode d’accueil un peu plus importants, principalement sur les grandes agglomérations et sur le secteur littoral du nord et du sud du département. Les 9 EPCI du Nord-Finistère sur les 26 du département, portés par les chiffres de BMO, représentent à elles seules 60 % des naissances et des enfants de moins de trois ans et offrent 65 % des places d’accueil du département.

11 Cette carte met en évidence le nombre de places d’accueil potentielles pour 100 enfants de moins de trois ans. Au niveau national, en 2005 (dernière étude parue) on trouve : 23 départements qui offrent de 18 à 36 places d’accueil pour 100 enfants de moins de 3 ans, 26 départements qui offrent de 36 à 44 places d’accueil pour 100 enfants de moins de 3 ans, 24 départements (dont le Finistère) qui offrent de 44 à 54 places d’accueil pour 100 enfants de moins de 3 ans, 23 départements qui offrent de 54 à 82 places d’accueil pour 100 enfants de moins de 3 ans.

12 Une donnée à pondérer pour le nombre de places totales d’accueil puisque l’on évalue à environ 20% le nombre de places indisponibles par rapport aux données des agréments, pour des assistantes maternelles qui font le choix momentané ou définitif de ne pas exercer. Cependant, il est à noter une forte augmentation sur ce mode d’accueil depuis le début des années 1990 puisque le nombre d’assistantes maternelles a doublé en un peu plus de 15 ans, grâce, entre autres, aux lois de 1992 et 2005 sur la professionnalisation de leur activité, renforcées en 2006 par de nouvelles dispositions sur leur formation avant l’accueil d’enfants.

13 Les RAM sont agréés pour 3 ans par les CAF avec avis du Conseil Général, sur la base d’un projet adapté aux dynamiques locales. Aujourd’hui, les RAM sont à majorité à gestion publique, gage de l’engagement des communes et EPCI sur l’accueil des enfants chez les assistantes maternelles. On compte un temps plein d’animateur de RAM pour environ 200 assistantes maternelles dans le département. Les temps de travail, parfois insuffisants, devront évoluer pour se rapprocher de la moyenne nationale de 1 pour 108 assistantes maternelles. Des projets sont en cours avec l’objectif d’une couverture territoriale totale. 214 communes, soit 79 %, bénéficient des services offerts par le relais assistantes maternelles sur le département ; il reste une bande centrale encore insuffisamment couverte.

14 Actuellement familles font appel et sont employeurs d’une assistante maternelle. La prestation CAF versée aux familles permet de les soutenir dans le choix d’un mode d’accueil individuel.

15 56 communes disposeront au 1 er octobre 2007 d’un établissement d’accueil collectif : 29 communes sont dotées d’un établissement d’accueil régulier (crèche ou multi-accueil), 16 communes sont dotées d’un établissement d’accueil occasionnel (halte-garderie), 11 communes sont au moins dotées d’un établissement d’accueil régulier (crèche ou multi-accueil) et d’un établissement d’accueil occasionnel (halte-garderie), pour 2712 places.

16 Seuls 4 EPCI sur les 26 du département ne disposent d’aucune place d’accueil collectif, sur un secteur principalement centré sur le centre Finistère : L’Aulne maritime, PLEYBEN, CHATEAUNEUF DU FAOU et le Yeun Elez, mais des projets sont en cours. Le fort investissement des CAF par les fonds d’investissement successifs a permis la création de 552 places nouvelles depuis l’année Les projets sont construits en tenant compte de l’existant et des besoins identifiés pour les familles sur chaque territoire.

17 Cette carte met bien en évidence des disparités sur les capacités d’accueil par EPCI avec des EPCI dotés en mode d’accueil qui offrent un service assez large (crèche, multi-accueil, halte-garderie) à leur population, les secteurs les moins urbains se concentrant encore sur de la halte-garderie (Presqu’île de CROZON, Haut pays Bigouden, Mont d’arrée, …). La distinction crèche/structure mixte s’explique par le fait qu’un certain nombre d’établissements sont considérés comme multi-accueil mais ont une autorisation d’ouverture pour X places en halte-garderieet X places en crèches. A contrario, des structures d’accueil régulier ne font aucun accueil occasionnel et ne peuvent donc se prévaloir de l’appellation multi- accueil. On retrouve ces structures principalement dans les agglomérations de BREST, QUIMPER et MORLAIX. Par ailleurs, on retrouve en rouge les crèches familiales qui représentent 452 places.

18 La garde à domicile est un dispositif globalement peu utilisé en comparaison des autres modes d’accueil, à peine 3% dans notre département. Des données qui pourraient néanmoins évoluer au regard de certaines expériences de dispositifs de garde à domicile initiées par des collectivités (commune de BREST, Communauté de Communes de CHATEAUNEUF-DU-FAOU, Pays et commune de MORLAIX). Par ailleurs, les dispositions de la loi Borloo sur les services aux particuliers permettent aujourd’hui à un certain nombre d’opérateurs d’obtenir un agrément qualité qui les autorise à faire de la garde à domicile d’enfants de moins de trois ans en mode prestataire ou mandataire, en relation directe avec les parents qui bénéficient de déductions fiscales et de la possibilité de recours aux chèques emplois service universel (CESU), voir d’une participation de leurs employeurs en complément. Actuellement dans le département, 15 associations ou structures privées bénéficient de cet agrément qualité.

19 Le cadre réglementaire de l’accueil de la petite enfance

20 Le rôle réglementaire du Conseil général est inscrit dans: le code de la santé Publique et le code de l’action sociale et des familles pour - l’autorisation d’ouverture (ou avis) concernant les établissements d’accueil de la petite enfance, y compris les accueils en centres de loisirs sans hébergement accueillant des enfants de moins de 6 ans, - l’agrément des assistants maternels et assistants familiaux, la formation initiale des assistants maternels, - le contrôle des établissements d’accueil collectif et des assistants maternels. Ces missions sont assurées par le service de Protection Maternelle et infantile (PMI).

21 Les Caisses d’Allocations Familiales du Finistère et la petite enfance

22 Une finalité concilier vie familiale et vie professionnelle Un objectif permettre le choix du mode de garde Des moyens des aides financières directes aux familles des aides financières pour les gestionnaires de service - en investissement, - en fonctionnement, Un soutien technique aux gestionnaires et porteurs de projets

23 DES AIDES FINANCIERES DIRECTES AUX FAMILLES (2006) La prime à la naissance Et la prime d’adoption € La prestation pour l’accueil du jeune enfant € - l’allocation de base - le complément de libre choix d’activité - le complément pour mode de garde (assistantes maternelles et aides à domicile)

24 DES AIDES FINANCIERES EN INVESTISSEMENT POUR LES GESTIONNAIRES DES SERVICES Depuis 2000 Cinq enveloppes successives 522 places supplémentaires créées € En 2008 Une sixième enveloppe Le plan d’aide à l’investissement pour la petite enfance (P.A.I.P.P.E)

25 DES AIDES FINANCIERES EN FONCTIONNEMENT POUR LES GESTIONNAIRES DES SERVICES (1) Les crèches et les haltes-garderies € (équipements multi-accueil pour les enfants de 0 à 6 ans) Les relais assistantes maternelles € (Service d’information et d’animation pour les assistantes maternelles et les familles) Les lieux d’accueil enfants/parents € (espaces neutres de rencontre entre parents avec leurs enfants) TOTAL € LES CONTRATS ENFANCES (dispositif de soutien des politiques locales des collectivités) € 105 Contrats pour 197 communes (1) Données financières 2006

26 LES CONSEILLERS TECHNIQUES Ils contribuent au développement d’offres de services et d’équipements sociaux. Ils participent à des diagnostics partagés des besoins sociaux. Ils apportent un soutien technique aux partenaires dans la définition de leur projet, en lien avec les services du Conseil général : - budgets prévisionnels, - fonctionnement des services, - aménagement des locaux. Ils contribuent à l’évaluation des résultats.

27

28

29

30

31

32

33

34 La politique volontariste du Conseil général Depuis 1991, le Conseil général mène une politique volontariste en faveur de l’accueil du jeune enfant, reconduite en janvier 2001 par l’adoption du Programme d’Orientation en faveur de la Petite Enfance (POPE) avec deux objectifs prioritaires : - favoriser l’adaptation des modes d’accueil aux besoins des parents, en veillant à une meilleure couverture du département à la fois pour l’accueil collectif et l’accueil chez les assistantes maternelles ; - développer la qualité de la prestation offerte par ces derniers.

35 Le bilan de ces 5 années est positif : Dans le département, le nombre de places d’accueil en collectif fin 2006 (y compris crèches familiales) est de (+10%) et de places potentielles (+ 20%) chez les assistantes maternelles. Le soutien financier du Conseil général aux structures a permis de développer le niveau de qualification des professionnels, d’arriver à des taux d’encadrement conformes à la législation sur les établissements d’accueil.

36 Quelques données financières Par l’intermédiaire du Programme d’Orientation en faveur de la Petite Enfance entre 2000 et 2006 Soutien aux modes d’accueil collectifs Investissement (hors matériel) € Autorisation de programme de € par an De 2000 à 2006 Accueil collectif régulier/occasionnel et maisons de l’enfance : € Accueil périscolaire : € Accueil loisirs sans hébergement : €

37 Dans ce contexte, le Conseil général, par son service de protection maternelle et infantile et l’équipe des modes d’accueil,accompagne les collectivités locales dans les projets de création de structure, par un soutien technique pour : - l’optimisation des espaces d’accueil, - la conformité de l’accueil au cadre réglementaire en matière d’encadrement, - un soutien aux projets pédagogiques, …

38 Fonctionnement € Accueil collectif régulier ou occasionnel et maisons de l’enfance : € Accueil périscolaire : €

39 Soutiens spécifiques € De 2001 à 2006 Accueil des enfants porteurs de handicaps € Associations d’assistantes maternelles € Soutien à l’accueil à domicile € Contrats enfance des communes € Formations des personnels des structures € Relais assistantes maternelles € Lieux d’accueil parents enfants, fédérations de soutien aux structures d’accueil associatives, associations d’accueil de dépannage €

40 Des évolutions récentes ● Mise en place d’instances, tels que : - la Commission départementale de l’accueil des jeunes enfants, ● - le contrat enfance départemental conclu avec les caisses d’allocations familiales s’inscrivant dans un partenariat large du Conseil général avec les CAF.

41 De nombreuses évolutions législatives : - loi relative aux assistantes maternelles de juin 2005, - créationde la prestation d’accueil du jeune enfant et de la prestation de service unique, - refonte du décret du 1 er août 2000 en février 2007, - contrats enfance/jeunesse des caisses d’allocations familiales.

42 Les évolutions des aides à l'investissement pour l'accueil des jeunes enfants un nouveau programme : le Programme d'Aide pour l'Accueil de la Petite Enfance

43 L'aide à l'investissement peut être versée pour : ● les établissements d’accueil collectif régulier (crèches ou multi- accueil), ● les établissements d’accueil collectif occasionnel (haltes-garderies) ; ● les maisons de l’enfance. Et pour les dépenses suivantes : ● la construction dans le cadre de la création d’une nouvelle structure, ● les extensions créatrices de places d’accueil (au moins le tiers de l’existant), ● les gros travaux de rénovation liés à la sécurité (avec dépôt de permis de construire). Le projet doit être réalisé (conditions cumulatives) : ● par une collectivité ou un établissement public ; ● pour les communes de moins de habitants, le projet, dans sa partie fonctionnement, devra faire l’objet d’une coopération intercommunale.

44 LES NOUVEAUX TAUX DE SUBVENTION Pour les établissements d'accueil régulier et/ou occasionnel le taux de subvention est de:  10 % de la dépense HT, avec un plafond de € Pour les haltes-garderies itinérantes et pour l’acquisition de l’espace mobile majoration de la subvention pour tenir compte de la spécificité de cet accueil. Le taux de subvention est de :  20 % d’une dépense de € maximum Pour les intercommunalités s’engageant dans la création de nouveaux équipements collectifs d’accueil,  10 % de la dépense HT avec un plafond de € + application du coefficient de solidarité dans tous les cas

45 Les maisons de l’enfance Une maison de l'enfance est une structure multifonction dédiée exclusivement aux activités et services en direction de la petite enfance avec trois fonctions dominantes obligatoires : ● un établissement d’accueil régulier et/ou occasionnel ; ● un centre de loisirs sans hébergement accueillant des enfants de moins de 6 ans ; ● un espace dédié aux activités d’un relais assistantes maternelles ou d’associations d’assistantes maternelles (bureau plus espace d’activités). et des fonctions annexes facultatives : ● un lieu d’accueil parents-enfants ; ● une ludothèque ; ● une crèche familiale ; ● un lieu de consultation de protection maternelle et infantile ; ● une salle de réunion pouvant accueillir au minimum 20 personnes et qui peut être utilisée par différents partenaires de l’enfance. Taux de subvention:  10 % de la dépense HT avec un plafond de € + application du coefficient de solidarité

46 Principales modifications par rapport au P.O.P.E Ne sont plus éligibles à des subventions : les constructions de garderies périscolaires, de centres de loisirs sans hébergement, Pour tous les établissements, le soutien concerne la création de nouvelles structures ou de places, NB : les travaux courants, les rénovations, les aménagements, le renouvellement de matériel ne sont plus subventionnés.

47 LES EVOLUTIONS POUR L’AIDE AU FONCTIONNEMENT

48 Recentrer les aides de ce programme sur les établissements d’accueil de la Petite Enfance : Financer à parité égale les établissements à gestion municipale et associative et prévoir une mise en place progressive des changements, Inciter les communes à prendre en compte les établissements associatifs et à mieux contribuer à leur financement, Favoriser les coopérations intercommunales, Introduire des critères sociaux dans les subventions de fonctionnement des établissements d’accueil,

49 Financer au même niveau les accueils réguliers (de type crèche) et les accueils occasionnels (type halte-garderie), mais moduler les financements en fonction de la durée d’ouverture dans la journée, la semaine, voire l’année, Préférer le financement à la place pour le mode de calcul de la participation financière, Ne pas être plus exigeant que la loi dans les exigences vis à vis des établissements, mais élargir la notion de qualité sur les critères : critères d’encadrement, participation des parents (déclinée dans le projet d’établissement et le projet pédagogique), locaux, projet pédagogique, gestion équilibrée.

50 Dans ce cadre, il pourrait être envisagé Une approche globale de l’offre d’accueil de la petite enfance sur un territoire au sens d’un lien avec la politique d’aménagement du territoire politique de contractualisation avec les EPCI et lien avec diagnostic en cours sur les équipements et services, politique de logement (logement privé et logement social) : inciter à la programmation d’équipements publics et de services pour accompagner la construction de nouveaux logements, politique économique : inciter les entreprises présentes sur des zones d’activités à créer un service d’accueil des très jeunes enfants éventuellement en se regroupant ou en sollicitant les collaborations des collectivités locales.

51 Une approche globale au sens d’une offre diversifiée de services à destination de l’accueil du petit enfant sur le même territoire : communes importantes, EPCI, groupements de communes, agglomération. La collectivité territoriale deviendrait l’interlocuteur unique du Conseil général. Pour ce faire une convention la lierait au Conseil général. En effet, il est proposé de ne plus verser une subvention à un gestionnaire associatif ou privé mais à la collectivité territoriale dont il relève. Cette dernière devra répartir les financements versés par le Conseil général entre les différents services présents sur le territoire. Le Conseil général reconnaîtrait financièrement l’effort consenti par ces collectivités pour répondre de manière quantitative et qualitative aux besoins d’accueil.

52 Plusieurs niveaux de réalisation correspondant à un niveau d’équipement plus ou moins complet permettant de prendre en compte les publics cibles du Conseil général :  femmes seules dans un parcours d’insertion,  familles à minima sociaux et bas revenus,  familles en recherche d’emploi ou d’accès à la formation,  familles fragiles par rapport à la parentalité,  familles dans une situation relevant de la Protection de l’Enfance,  familles ayant un enfant porteur de handicap. Les réponses pourraient être classiques mais aussi la prise en compte des horaires atypiques organisés à domicile ou en établissements, le développement des halte- garderies pour l’accueil occasionnel, à temps très partiel ou en urgence ou jardins d’enfants pour l’accueil des enfants de 2 ans. Le cas particulier des enfants porteurs de handicap sera traité en lien avec la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Chaque niveau de réalisation répondant à des besoins définis préalablement bénéficierait d’un « bonus » qui acterait le niveau d’équipement et la prise en compte des publics cibles du Conseil général.

53 Les nouvelles réglementations et les projets innovants

54 Le décret n° du 20/2/2007 relatif aux établissements et services d'accueil des enfants de moins de 6 ans a aussi formalisé la possibilité de créer des établissements accueillant simultanément neuf enfants au maximum dites “micro-crèches”

55 Le décret prévoit, la création, à titre expérimental, d’établissements accueillant au maximum 9 enfants simultanément et qui dérogent aux critères de qualification et d’encadrement. Les établissements accueillant simultanément neuf enfants au maximum « les micro-crèches »

56 Conditions Il doit y avoir un gestionnaire public ou de droit privé, Le Président du Conseil général donne une autorisation d’ouverture ou émet un avis, Le gestionnaire désigne une personne physique, distincte de celle accueillant les enfants, qui assure le suivi technique de l’établissement et l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre du projet d’accueil, Si cette personne n’est pas titulaire d’une qualification (médecin puéricultrice, EJE ou celles de la dérogation), le gestionnaire s’assure du concours d’une personne répondant à l’une de ces qualifications.

57 Les personnes accueillant les enfants dans ces établissements justifient :  d’une certification au moins de niveau V (CAP, BEP), attestant de compétences dans le champ de l’accueil des jeunes enfants et de deux années d’expérience professionnelle,  ou d’une expérience professionnelle de cinq ans comme assistant maternel. Deux personnes répondant à ces exigences sont présentes à tout moment lorsque le nombre d’enfant est supérieur à 3. Une personne gestionnaire de plusieurs établissements est tenue de désigner un directeur qualifié si la capacité globale est supérieure à 18 places

58 Conditions spécifiques Ces réalisations font l’objet d’une convention avec les principaux partenaires associés à l’expérimentation qui en définit la durée, les modalités de fonctionnement, d’évaluation et de validation. Ces conventions sont transmises au Ministère chargé de la famille qui assurent un suivi, l’évaluation et la diffusion des réalisations à titre expérimental.

59 L'accueil des enfants des bénéficiaires de minima sociaux Une obligation des structures d’accueil collectif fixée par  le décret n° du 23/12/2006 relatif à la CDAJE et à l'accueil des enfants de bénéficiaires de minima sociaux,  le décret n° du 20/2/2007 relatif aux établissements et services d'accueil des enfants de moins de 6 ans. Structures qui doivent dorénavant se doter d'un projet social qui doit préciser les conditions d' accueil des enfants de bénéficiaires de minima sociaux, … à raison d'un enfant pour 20 places par structure. Toutes les structures ont été invitées à nous faire remonter leurs modalités de mise en oeuvre de ces dispositions.

60 LA SOLVABILITE DES STRUCTURES D’ACCUEIL - CAS PRATIQUES - LE MEMENTO D’INDICATEURS

61

62

63

64


Télécharger ppt "L’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE EN FINISTERE ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES 17 septembre 2007 Présentation à l’attention des maires et des présidents d’EPCI."

Présentations similaires


Annonces Google