La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Étude complémentaire des risques venant de la plate forme chimique de Pont de Claix Diffusion d’un nuage toxique par vent faible ou nul et étendue des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Étude complémentaire des risques venant de la plate forme chimique de Pont de Claix Diffusion d’un nuage toxique par vent faible ou nul et étendue des."— Transcription de la présentation:

1 1 Étude complémentaire des risques venant de la plate forme chimique de Pont de Claix Diffusion d’un nuage toxique par vent faible ou nul et étendue des zones à risques. Confinement : efficacité, recommandations. Avril 2008 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix AR2PC 13 allée du Clos des Pierres Claix Site Internet :

2 2 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Si vous souhaitez poser des questions, merci de repérer les numéros de diapos correspondantes Si vous découvrez cette présentation sous pps, vous pouvez naviguer d’une diapo à l’autre en vous servant des flèches de votre clavier : vers le bas = en avant, vers le haut = en arrière. Vous pouvez aussi sauter vers une diapo particulière en tapant son numéro puis entrée. Sous ppt, cliquez préalablement sur diaporama / visionner le diaporama

3 3 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Sommaire 4 Risques annoncés par l’industriel et prévention associée 17 Étude complémentaire des risques potentiels aux faibles vitesses de vent 38 Étude complémentaire des protections nécessaires face à ces risques : confinement 66 Étude complémentaire des risques potentiels quand le vent s’annule 74 Propositions. Ajustements. Incertitudes. 85 Annexe : Comparaison avec le logiciel ALOHA 99 Résumé et amorce de conclusion N° diapos

4 4 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Première partie : risques annoncés par l’industriel et prévention associée remarque : la couleur bleue indique qu’il s’agit de données provenant de divers documents extérieurs, utilisés ici après éventuelle modification de présentation, ou calculs intermédiaires, ou transcription dans le système d’unités internationales.

5 5 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Risques annoncés par l’industriel dans le rapport soumis à enquête publique en 2002 dans le cas éventuel du rejet accidentel le plus pénalisant de 1.3 tonne de phosgène en 3 minutes : 1 % de décès à 2.7 km = limite de la zone Z1 dommages irréversibles sur la santé jusqu’à 6.4 km = limite de la zone Z2 Conformément aux recommandations des services de l’État (DRIRE), l es distances limites à risques ont été calculées par vent de 3 m/s en régime d’inversion des températures atmosphériques. Ces calculs ont été effectués par l’industriel à l’aide du logiciel de dispersion du CEA, et du logiciel PAMPA, l’un des 55 logiciels de diffusion atmosphérique cités en [N], où il est indiqué que la précision des résultats que l’on obtiendra avec les modèles de type gaussien ou intégral peut être de l’ordre d’un facteur 10 sur les concentrations et d’un facteur 3 sur les distances.

6 6 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix La Drire et ses moyens Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement Le Préfet s’appuie sur la Drire pour évaluer les risques et effectuer les contrôles industriels, avant de donner les autorisations de fonctionnement. Mais les moyens de la Drire sont limités : seulement 6 inspecteurs en 2002 (une dizaine en 2007) affectés au contrôle de 29 sites Seveso seuil haut en Isère. Conséquences : La Drire ne peut que satisfaire aux directives générales du ministère, et n’a pas assez de disponibilité pour approfondir le cas particulier de la cuvette grenobloise. La Drire doit le plus souvent se contenter de faire confiance aux calculs et aux contrôles des industriels eux-mêmes.

7 7 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Consignes en cas d’alerte par la sirène : d’après le DICRIM de Claix (2003) Rejoindre le bâtiment le plus proche si le nuage toxique vient vers vous, fuir selon un axe perpendiculaire au vent S’y confiner : boucher les entrées d’air (portes, fenêtres, aérations), arrêter ventilation et climatisation. écouter la radio (102.8) ne pas chercher à rejoindre les membres de sa famille ne pas téléphoner se laver en cas d’irritation et si possible, se changer ne sortir qu’en fin d’alerte ou sur ordre d’évacuation

8 8 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix La prévention est-elle adaptée aux risques ? sirène inaudible dans la plus grande partie de la zone à risques consignes succinctes (et pas toujours adéquates) information de la population insuffisante : des réunions d’informations sont organisées obligatoirement tous les 5 ans, mais touchent à peine 2% du public. Les Mairies « peuvent » organiser des réunions supplémentaires. Comment les nouveaux arrivants sont-ils mis au courant ? peu de logements pré-confinés dans la zone à risques

9 9 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Le , suite à l’enquête publique, le Préfet de l’Isère a autorisé Rhodia Intermédiaires à augmenter la production de TDI et de HDI sans exiger que la prévention soit adaptée aux risques annoncés

10 10 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Comment expliquer cette autorisation du Préfet ? Parce que la nouvelle installation est plus sûre que la précédente : –il n’y a plus de stockage massif de phosgène, car maintenant il est fabriqué juste avant d’être utilisé. –La réaction s’effectue maintenant dans une enceinte étanche sous dépression, résistant à la pression et aux séismes. Il n’y aurait donc pas lieu de remettre en question les précédentes autorisations d’exploiter. Parce que, comme l’affirme l’industriel dans le rapport soumis à enquête publique en 2002, « les calculs ont été effectués avec les hypothèses extrêmement maximalistes par rapport à la réalité, notamment du point de vue des conditions de dispersion atmosphérique : –effet de pré-dilution de la fuite dans les structures de l’atelier –dispersion dans un espace libre d’obstacles –direction et vitesse du vent constantes, ce qui n’est jamais le cas –calcul avec réflexion sur le sol. » Parce qu’il n’y a jamais eu de décès à l’extérieur du site de Pont de Claix suite à un rejet toxique, et que la probabilité d’un tel accident est communément considérée comme très faible, voire quasi-nulle

11 11 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Comment expliquer l’accord des communes concernées ? tous les conseils municipaux des communes de l’agglomération grenobloise concernées ont donné leur accord à l’augmentation de la production de phosgène, sans doute pour les mêmes raisons que ci- dessus probablement aussi parce que l’augmentation de production favorise les emplois et les ressources financières de l’agglomération et parce que, se considérant incompétentes pour évaluer les risques, elles font confiance à l’industriel et à l’administration (Préfet, DRIRE) mais leur accord était souvent assorti de recommandations sont-elles prises en compte ? une seule exception : par délibération du , les élus municipaux de Seyssinet ont refusé à l’unanimité en raison du principe de précaution, parce que l’hôpital ne peut soigner que 20 intoxiqués par le phosgène.

12 12 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Un doute : Les calculs ont-ils été effectués « avec les hypothèses extrêmement maximalistes par rapport à la réalité, notamment du point de vue des conditions de dispersion atmosphérique » ?

13 13 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Une réalité incontestable : Un rejet de gaz toxique est d’autant plus dangereux que le vent est plus faible, car alors il est moins dilué et moins vite dispersé. Or la vitesse du vent à Grenoble est souvent plus faible que 3 m/s. Par exemple, elle ne dépasse pas 1 m/s –20 à 25 % du temps au CENG, site le plus venté de l’agglomération grenobloise –près de 70% du temps sur le site Athanor d’incinération des ordures ménagères à La Tronche (mesures de Juillet 2002 à Octobre 2005) Conditions d’étude « extrêmement maximalistes » ? Oui et non.

14 14 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

15 15 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Pourquoi les études de risques sont-elles limitées aux vents de 3m/s ? Les logiciels de calculs de diffusion atmosphérique, tout comme les mesures sur maquettes hydrauliques, sont reconnus comme peu précis aux faibles vitesses de vent. Est-ce pour ces raisons que l’état et ses services (DRIRE) recommandent de faire les calculs par vent de 3 et 5 m/s ? Nota : la Métro a commandé une étude détaillée à propos de la dispersion des émissions de l'incinérateur de La Tronche. Les prestataires de cette étude (cabinet allemand) ont eu des difficultés liées à la spécificité du site (faible vitesse des vents) et ont développé un modèle adéquat.

16 16 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Des inconnues : Quels délais pour se confiner ? Si 1% de décès à 2.7 km par vent de 3m/s, –Quel pourcentage à 1 km, à 500 m, à 300 m ? –Quels risques par vents plus faibles ou nuls ? Quelle est l’efficacité d’un confinement ? Où est-il nécessaire et avec quelles performances ? Face à la sous-estimation des risques et à ces inconnues, une étude complémentaire était plus que souhaitable.

17 17 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Deuxième partie : étude complémentaire des risques potentiels aux faibles vitesses de vent [A]Données [B]Modèle simple de diffusion atmosphérique [C]Concentrations et doses relatives [D]Hydrolyse du phosgène [E]Concentrations en phosgène 19

18 18 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [A] Données concernant les rejets accidentels possibles Remarquer les durées de rejets de 3 minutes ou presque 23

19 19 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [B] Notre modèle simple de diffusion atmosphérique élaboré pour effectuer cette étude complémentaire, utilisable aux faibles vitesses de vent, dédié aux cas d’inversions des températures atmosphériques, (situations particulièrement défavorables, mais qui ne sont pas les pires) simple et de bon sens, capable de donner un bon ordre de grandeur des concentrations, des doses, des distances limites à risques.

20 20 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Validité de notre modèle simple : Le logiciel ALOHA permet de valider les résultats obtenus à l’aide de notre modèle simple de diffusion atmosphérique : Dans son rapport d’évaluation (INERIS-DRA N° Nov. 2006), l’INERIS conclue : « Le modèle ALOHA dans son domaine d’application permet d’évaluer rapidement un évènement en situation d’urgence en donnant des ordres de grandeur acceptables pour le terme source et la dispersion atmosphérique associée. … En conclusion, il ressort que le logiciel pourrait être intégré comme un des outils de simulation des phénomènes dangereux. » Notre modèle simple de diffusion atmosphérique est cohérent avec ALOHA dans les cas où il est possible de faire des comparaisons. Toutefois, ce logiciel ALOHA présente des limites au delà desquelles il est nécessaire de rechercher les niveaux de risques encourus. Notre modèle simple permet les calculs au delà des limitations d’ALOHA, en particulier aux vitesses de vent inférieures à 1 m/s, aux durées supérieures à 1 heure et aux distances supérieures à 10 km.

21 21 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Modèle simple de diffusion atmosphérique (1) Hypothèses : la fuite de gaz toxique est supposée constante pendant 3 minutes l’ensemble du nuage toxique reste contenu dans un volume délimité, que l’on appelle aussi nappe, ou volume de dilution voldil voldil s’éloigne de la source poussé par le vent, avec une vitesse radiale égale à la vitesse du vent

22 22 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Modèle simple de diffusion atmosphérique (2) Hypothèses (suite) : à un moment donné, la concentration de gaz toxique est homogène dans ce volume au cours de la propagation, il y a conservation de la quantité totale de gaz toxique contenue dans voldil (cette hypothèse pessimiste est aussi utilisée par l’industriel) la direction et la vitesse du vent sont stationnaires et uniformes dans la zone de propagation

23 23 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Modèle simple de diffusion atmosphérique (3) Nota : à grande distance par vent faible, la « longueur » est plus courte que la « largeur » 26

24 24 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Modèle simple de diffusion atmosphérique (4) Hypothèse sur la hauteur h du volume de dilution voldil nos calculs, comme ceux de l’industriel, sont effectués dans le cas défavorable d’inversion des températures atmosphériques, qui se produit 15 à 20 % du temps à Grenoble cette inversion empêche les gaz toxiques de se diluer au dessus de la limite d’inversion la hauteur h de voldil est donc limitée et supposée constante nous la choisissons égale à 30 mètres, soit le double de la hauteur du point où se produirait la fuite

25 25 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Modèle simple de diffusion atmosphérique (5) Hypothèses sur l'angle alpha d'ouverture du panache à la vitesse de vent de 3 m/s, nous choisissons alpha = 0.35 radians (soit 20 degrés) –pour que le produit [alpha(0.35) x h(30)] soit tel que le modèle simple de diffusion et les calculs de l'industriel donnent les mêmes résultats –pour que cet angle d'ouverture du panache soit assez vraisemblable pour un vent de 3m/s (cohérent avec les observations) –augmenter alpha et diminuer h dans le même rapport ne change ni le volume de dilution, ni la concentration, ni les distances limites à risques Plus le vent est faible, plus il change facilement de direction, et plus alpha est grand. A partir de valeurs observées, nous retenons la loi approximative : Alpha (radians) = 0.62 x (vitesse du vent(m/s))

26 26 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Grenoble Vent 3 m/s alpha = 0.35 radian Limite Z2 = 6.4 km = effets irréversibles Limite Z1 = 2.7 km = 1% décès Vent 0.5 m/s alpha = 0.9 radian Limite Z1 = 6.8 km Echirolles Angles alpha et Distances limites à risques en fonction de la vitesse du vent Progression du nuage contaminé pendant les 3 premières minutes, puis positions 6, 9, 12, minutes après le début du rejet ---> 28

27 27 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Modèle simple de diffusion atmosphérique (7) largeur de voldil = d (distance à la source) x alpha (radian) longueur de voldil cette longueur est égale à la distance parcourue par le vent à la vitesse v pendant la durée de la fuite. Pour une fuite de 3 min : longueur = v (m/s) x 180 (s) D’où le volume de dilution voldil : voldil = hauteur h x largeur x longueur voldil = 30 x (d x 0.62 x v – 0.52 ) x ( v x 180) voldil augmente en s’éloignant de la source proportionnellement à d

28 28 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [C] Concentrations et doses relatives (1) Le gaz toxique est supposé émis pendant 3 minutes. Tout se passe comme si, sous le vent, une personne non confinée était exposée pendant 3 minutes, quelles que soient sa distance à la source et la vitesse du vent (excepté par vent nul). Il est pratique de définir une échelle de concentrations relatives Cr proportionnelle à la concentration de toxique dans l'air, normalisée à 1 pour une concentration pouvant entraîner 1% de décès après une exposition de 3 minutes. On définit de même une échelle de doses relatives Dr normalisée à 1 pour une dose pouvant entraîner 1% de décès. 30

29 29 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Concentrations et doses relatives (2) Seuil de l' Effet Létal (SEL) entraînant 1% de décès : Celui du phosgène varie entre {150 ppm x minute} si l’exposition dure 1 min et {60 ppm x min} si elle dure 30 min ou plus d’après INERIS Nous choisissons la valeur conservative de {60 ppm x min} kg de phosgène peuvent se dissiper accidentellement à l'atmosphère. Diluée d'une manière homogène à la concentration de 20 ppm, cette quantité occuperait un volume volsel d'environ m3, (sachant que 1 ppm = 4 mg/m3) dans lequel le Seuil de l’Effet Létal (SEL) serait atteint en 3 minutes. Seuil des Effets Irréversibles sur la santé (SEI) : Il est de {30 ppm x minutes} soit 10 ppm pendant 3 min (valable jusqu ’ à une durée d’exposition de une heure) Nota : - La valeur limite d’exposition pour les travailleurs est de 0.1 ppm pendant 8 heures. - Le seuil d’exposition IDLH (Immediately Dangerous to Life and Health) = 2 ppm selon ATSDR (Agency for Toxic Substances and Disease Registry) (USA)

30 30 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Concentrations et doses relatives (3) Si la concentration relative Cr ou la Dose relative Dr = 1  1% de décès (soit 20 ppm de phosgène qui donnent 60 ppm.min en 3min) = 0.5  effets irréversibles sur la santé (soit 10 ppm de phosgène qui donnent 30 ppm.min en 3min) = 5  50% de décès (valeur admise par les chimistes) (soit 100 ppm de phosgène qui donnent 300 ppm.min en 3min) 35

31 31 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Concentrations et doses relatives (4) Concentration relative Cr = volsel/voldil Cr = / (h*(d*0.62*v –0.52 )*(v*180)) Cr diminue en s’éloignant de la source (en 1/d) hypothèse : par temps sec sans hydrolyse du phosgène

32 32 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [D] Hydrolyse du phosgène = décomposition sur l’eau de l’atmosphère ou du sol La cinétique de cette réaction dépend de la pression de vapeur d’eau atmosphérique dépend sans doute aussi de la température Peut être caractérisée par sa demie-vie T 1/2

33 33 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Loi régissant la cinétique de l’hydrolyse du phosgène : t = temps ppe = pression partielle d'eau cp = concentration de phosgène au cours du temps en un endroit donné cpo = concentration de phosgène au même endroit sans hydrolyse cp/cpo = exp(- f(température)*ppe*t ) cp/cpo = exp(- Ln2*t / T 1/2 )

34 34 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [E] Concentrations en phosgène calculées par le modèle simple et reportées sur les 3 graphiques suivants en fonction de la distance et de la vitesse du vent pour 3 valeurs de demie-vie du phosgène : –infinie (= temps sec, sans hydrolyse) –5 heures (avec hydrolyse) –1 heure (avec hydrolyse plus rapide)

35 35 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Concentrations possibles en Phosgène (ppm) en fonction de la distance (km) et de la vitesse du vent (m/s) (dans une zone et à un moment particuliers, mais pas partout à la fois) Concentrations ppm phosgène Vitesse du vent (m/s) Concentration (ppm) = 20 x / (vit x 180 x Dist. x 0.62 x (vit ) x 30) Hors confinement. Fuite : 1.3 tonne en 3 minutes Points d'ajustement du modèle simple de diffusion sur les résultats des calculs de l’industriel Z1Z2 Distances limites à risques par vent de 0.5 m/s Limite 1% de décès si 3 min d ’exposition Limite effets irréversibles sur la santé si 3 min d ’exposition Limite 50% de décès si 3 min d ’exposition Distance à la source (km) Sans hydrolyse (temps sec) Z1Z2 > ou = 50% de décès jusqu’à 1.2km par vent de 0.5 m/s

36 36 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

37 37 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

38 38 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Troisième partie : étude complémentaire du confinement pour faire face à ces risques

39 39 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Étude complémentaire du confinement [1] Délais pour se confiner [2] Renouvellement d'air ou « Changement d'Air par Heure » (CAH) dans un local confiné [3] Choix du local servant au confinement renforcé [4] Concentrations à l’Intérieur (Ci) d'un local confiné. [5] Délai de Fin d'Alerte et Doses sous confinement [6] Performances minimales des confinements CAH10max

40 40 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Etude complémentaire du confinement [1] Délais pour se confiner délai pour que l’accident de rejet soit constaté par le responsable + délai pour en apprécier la gravité + délai pour décider de déclencher la sirène de la Plate-forme + délai pour répercuter l’alerte aux Mairies voisines (sirène de Claix...) + délai pour comprendre le sens de la sirène (si on l’entend : à l’intérieur des appartements ? à longue distance ? en cas de surdité ?) + pour une personne hors de chez elle, délai pour entrer (chez l’inconnu le plus proche, s’il accepte de rompre son confinement !) + délai pour fermer la ventilation (comment faire là où les VMC n’ont pas d’interrupteur ?) + délai pour obstruer les bouches d’aération, tour de porte et fenêtre(s) avec de l’adhésif large (comment font les personnes à mobilité réduite ? Et celles qui n’ont pas d’adhésifs ? Et les adhésifs qui collent sur eux-mêmes, ou qui collent aux ciseaux...) = au total, combien de minutes (dans le meilleur des cas, pour les personnes en bonne santé, informées et entraînées par des exercices d’alerte ?)

41 41 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Délais entre le début du rejet de gaz et l’arrivée du nuage toxique selon la distance à la source (délais = distance / vitesse du vent)

42 42 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix délais pour se protéger ou se confiner entre le début du rejet de gaz et l’arrivée du nuage toxique Exemple tiré de ce tableau : par vent de 5 m/s à 500 mètres du point de fuite (habitations proches), on dispose de moins de 2 minutes pour se protéger ou se confiner (concentration relative 4.3, proche de 50% de décès). A faible vitesse de vent, les concentrations sont plus fortes, mais on dispose de plus de temps pour se protéger

43 43 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Si l'on ne peut pas se confiner, faut-il fuir, évacuer ? A pieds ? Par vent de l'ordre de 1 à 5 m/s (≈ 4 à ≈ 18 km/h), le pire serait de marcher ou de courir en s'éloignant de Pont de Claix. Ce réflexe normal pourrait être fatal : la fatigue accélère la respiration et donc la dose inhalée, et surtout la personne se déplace dans le même sens et à peu près à la même vitesse que le volume d'air contaminé, augmentant sa durée de présence dans la contamination.

44 44 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Si l'on ne peut pas se confiner, faut-il fuir, évacuer ? Certaines consignes (DICRIM de Claix) recommandent de sortir du panache en s'éloignant perpendiculairement à la direction du vent. Cela pourrait être une mauvaise solution, surtout par vent faible et à longue distance. Il pourrait être préférable de rester sur place, sans se fatiguer, et utiliser un absorbant chimique (voir diapo 79). Fuir En voiture ? C’est probablement impossible dans les délais requis compte tenu des encombrements aggravés par la panique. De plus, le confinement n'y est pas satisfaisant (voir diapo 48) - L’évacuation d’une agglomération comme celle de Grenoble est impossible dans les délais (voir les études canadiennes).

45 45 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix En moyenne, CAH a pour valeur 0.5 pour un logement peu ventilé 1 pour un logement normalement ventilé 2 s'il est très ventilé Etude complémentaire du confinement à retenir. [2] Changement d’air par heure CAH Le Renouvellement d'Air dans un local est caractérisé par le taux de Changement d'Air par Heure appelé ici CAH. Il dépend de la perméabilité du local à l'air extérieur, de l'efficacité de la ventilation mécanique, et des conditions de température et de vent. Par définition, CAH = 1 si un volume d’air extérieur égal au volume du local y entre en une heure.

46 46 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

47 47 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Fuites et changements d’air par heure (suite 2) Relation déduite de la définition de CAH : CAH = Q (m3/h) / Volume du local (m3)

48 48 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix CAH10 varie en moyenne de 0.5 à 3.7 en passant d’un logement collectif en structure lourde (béton et isolation extérieure) à un logement individuel en structure légère. Fuites et changements d’air par heure (suite 3) Dans une voiture à l'arrêt, par vent de 0.5 à 5 m/s, CAH varie de 0.5 à 9. On déduit : CAH10 ≈ 9 dans une voiture fermée Une voiture fermée ne protège guère mieux qu’une décapotable ! Les performances du confinement d’un local - ventilation stoppée et bouches d'air obstruées - peuvent être caractérisées par la valeur de CAH sous une différence de pression test de 10 Pascal entre l’intérieur et l’extérieur du local, appelée CAH10. Nous proposons une relation complémentaire approchée, déduite des formules précédentes, utile pour connaître les ordres de grandeur : CAH10 ≈ Surface de Fuite (cm2) / volume du local (m3) à retenir.

49 49 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

50 50 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [3] Choix du local servant au confinement renforcé Local de 1 m 2 mini à 1.5 m 2 par occupant, 2.5 m 3 à 3.6 m 3 par occupant, avec le minimum de contact avec l'extérieur, à une seule porte, avec peu ou pas d'ouvertures, si possible sans ouverture côté source. Eviter la double exposition (ouvertures sur 2 côtés différents de la pièce) et les grandes hauteurs sous plafond. Local sans appareil à combustion, sans conduit de fumée, à parois peu perméables à l'air, avec peu de traversées de parois (électricité, plomberie, chauffage, ventilation), sans coffre de volet roulant s'il n'est pas totalement extérieur. Local avec prise de courant et point lumineux, point d'eau (ou prévoir bouteilles d'eau), entrées et sorties d'air obturables, clapet anti- retour sur l'extraction. Etude complémentaire du confinement Et depuis l’explosion AZF à Toulouse, vitrages incassables s’il y a risque d’explosion simultanée.

51 51 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix voir diapo 75 Remarquer les faibles performances de CAH10 fixées contractuellement (1, 0.8, 0.5) au regard des contraintes nécessaires pour les obtenir et des valeurs de CAH10 (de 0.5 à 3.7) existant naturellement dans les locaux ordinaires sans pré-confinement

52 52 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [4] Concentrations à l'intérieur (Ci) d'un local confiné. Pendant les 3 minutes de présence du nuage contaminé à l'extérieur du local, en choisissant l'origine du temps à l'arrivée du nuage toxique, l'évolution au cours du temps de la concentration de toxique dans le local confiné, caractérisé par CAH, obéit à la loi Ci = Ce x (1-exp(-CAH x t)) t en heures ; Ce = concentration à l’extérieur Après 3 minutes, quand le nuage extérieur s'est retiré, la concentration du toxique qui a réussi à entrer à l'intérieur va diminuer progressivement selon la loi. Ci = Ce x (1-exp(-CAH x (3/60)) x exp(-CAH x (t-3/60)). Étude complémentaire du confinement

53 53 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Dose à l’intérieur (Di) d'un local confiné. La dose à l'intérieur Di est calculée en fonction du temps de séjour dans le local confiné par intégration des équations ci-dessus. Graphique suivant : Evolution des concentrations Ci et des doses Di à l’intérieur d’un local confiné où CAH = 0.01, 0.1 ou 1. Les valeurs à l’intérieur sont comparées aux valeurs extérieures, dans le cas « théorique » de la présence du toxique pendant une heure à l’extérieur. Rappelons que CAH est proche de 1 en moyenne dans les locaux sans autre confinement que l’arrêt de la ventilation et la fermeture des portes, des fenêtres et des bouches d’aération.

54 54 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Si CAH=0.01, après une heure en présence du nuage toxique, un volume de nuage égal à 1% du volume du local y est entré. Ci est très proche de 0.01Ce. Ensuite Ci diminue de 1% par heure. Si CAH=0.1, après une heure en présence du nuage toxique, un volume de nuage égal à 10% du volume du local y est entré. Ci est proche de 0.1 Ce. Ensuite Ci diminue de 10% par heure Si CAH=1, après une heure en présence du nuage toxique, un volume de nuage égal à 100% du volume du local y est entré. Ci = 0.7Ce et non pas = 1Ce, car l’air contaminé qui entre se mélange à l’air du local, et ce qui sort pendant cette 1re heure contient de plus en plus de toxique. Ensuite, la diminution de Ci est assez rapide.

55 55 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Graphique suivant : Évolution au cours du temps des Concentrations relatives Cri et des Doses relatives Dri à l’Intérieur du local confiné en fonction de CAH dans le cas d’un rejet pendant 3 minutes par exemple pour une Concentration relative extérieure Cre = 10 Il est aisé de transposer à toute autre valeur de Cre, car Cri et Dri sont proportionnelles à Cre.

56 56 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Le nuage toxique n’est présent à l’extérieur du local confiné que pendant 3 min. Les concentrations à l’intérieur augmentent pendant 3 min et diminuent dès que le nuage s’est éloigné Les doses à l’intérieur continuent à augmenter quand le nuage s’est éloigné

57 57 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Graphique suivant : Même graphique que le précédent, en focalisant sur des échelles différentes de temps et de doses. Ce graphique est pertinent pour illustrer l’évolution des Doses Relatives à l’Intérieur Dri : Quelles que soient les valeurs de CAH, les doses Dri croissent toutes jusqu'à la même limite maximale Dre, Dose Relative à l’Extérieur sans protection, mais avec d'autant plus de retard que CAH est plus petit.

58 58 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix 1 h après le passage du nuage, dans un local où CAH=1 comme c’est le cas dans la moyenne des logements non confinés, la dose est à peine plus faible (68%) qu’au dehors. On est très peu protégé dans un local où le confinement n’est ni amélioré ni renforcé si on doit y rester une heure après le passage du nuage toxique ! Si CAH = 0.5, la dose est peu réduite : 40% de la dose au dehors. Avec les recommandations draconiennes du CETE (dias 50 et 51) pour obtenir un « confinement renforcé », on devrait obtenir (et on a besoin d’obtenir) un CAH10 beaucoup plus performant que 0.5. Toutes les doses atteignent la même limite maximale égale à la dose à l’extérieur

59 59 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Étude complémentaire du confinement [5] Délai de fin d’alerte et Doses sous confinement Les équations illustrées par les graphiques précédents montrent que si une personne reste dans un local confiné et contaminé assez longtemps pour que la contamination en soit complètement sortie, elle respire au total la même quantité de toxique que si elle était restée à l'extérieur au même endroit sans protection. Un confinement ne sert qu'à retarder l'inhalation de toxique. Il n'est utile que si on s'en échappe le plus tôt possible après l'éloignement du nuage toxique. Suite à un rejet de faible durée, l'essentiel de la dose est inhalé non pas pendant la présence du nuage autour du local confiné, mais pendant l'attente de fin d'alerte. Il est donc impératif d'être prévenu au plus tôt de la fin d'alerte.

60 60 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Croyant bien faire, le pire serait de continuer à améliorer le confinement après le passage du nuage contaminé, ce qui risque fort de se produire - si les riverains sont incommodés par les odeurs toxiques - et si, dans l’affolement, ils appliquent alors la consigne de boucher les entrées d’air ! En effet, le peu de contamination qui serait entré dans le local aurait plus de mal à en sortir. La dose inhalée à l'intérieur pourrait être supérieure à celle à l'extérieur ! Un confinement doit donc être réalisé le plus rapidement possible, avant l'arrivée du nuage, et ne plus être amélioré ensuite.

61 61 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Graphique suivant : durées maximales sous confinement en cas de rejet de 1.3 tonne de phosgène en 3 minutes en fonction de Cre et de CAH pour ne pas dépasser la dose Dri = 0.5 seuil des effets irréversibles sur la santé.

62 62 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Durée maximale sous confinement pour ne pas s'exposer à des effets irréversibles sur la santé (dose relative = 0.5) en fonction de la concentration relative extérieure et du Changement d'Air par Heure (CAH) Concentration relative extérieure durée (minutes) 2 CAH 1 CAH 0.5 CAH 0.2 CAH 0.1 CAH0.05 CAH 0.02 CAH fuite pendant 3 minutes

63 63 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Délai de Fin d'Alerte durée écoulée entre la fin de la présence du gaz toxique à l'extérieur du local confiné et le moment de l'annonce de la fin d'alerte Pour déterminer le niveau minimal CAH10 de performance du confinement à l’intérieur duquel la dose relative 0.5 n’est pas dépassée, on a besoin d’évaluer le temps nécessaire pour que les autorités s’assurent qu’il n’y a plus de danger et puissent donner l’ordre de sortie. En effet, il ne faut pas attendre que le nuage se soit éloigné de l'ensemble de l'agglomération pour donner cet ordre à proximité du point d'émission, surtout par vent faible ! Cela nécessite l’organisation d’une gestion de la fin d'alerte quartier par quartier, à des moments différents. On peut estimer que pour avoir le temps de faire ces contrôles adéquats dans les différents quartiers, le Délai de Fin d'Alerte serait d'une heure environ ou davantage.

64 64 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix pour un délai de Fin d'Alerte = 1h, pour deux valeurs de la hauteur sous plafond hp du local confiné, pour deux valeurs de l'écart de température interne-externe dT, en fonction de la distance et de la vitesse du vent. sous une différence de pression test égale à 10 Pascals entre l'intérieur et l'extérieur du local, pour ne pas dépasser le seuil des effets irréversibles sur la santé (Dri = 0.5) dans le cas de l'accident maximal phosgène par vent faible Etude complémentaire du confinement : [6] Performances minimales du confinement CAH10max Voir réseau de courbes graphique suivant

65 65 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Performances minimales du confinement d'un local CAH10 max Changement d'Air par Heure maxi sous 10 Pascal pour ne pas dépasser la Dose relative = 0.5 (effets irréversibles sur la santé) CAH10 maxi 0°C 0.5m/s 0°C 1m/s 0°C 3m/s 30°C hp2.5m 0.5m/s 30°C hp2.5m 1m/s 30°C hp2.5m 3m/s 30°C hp4m 0.5m/s 30°C hp4m 1m/s 30°C hp4m 3m/s dT=0°C vent=0.5m/s dT=30°C vent=0.5m/s hp=2.5m dT=30°C vent=1m/s hp=2.5m dT=30°C vent=3m/s hp=4m dT=0°C vent=3m/s dT=30°C vent=0.5m/s hp=4m dT=30°C vent=1m/s hp=4m Fuite 1.3 tonne de phosgène en 3 minutes. Délai de fin d'alerte supposé = 1 heure. dT=0°C vent=1m/s dT=30°C vent=3m/s hp=2.5m Distance à la source (km) Courbe des valeurs de CAH10 les plus exigeantes par vent de 0.5 m/s Dans cette zone, jusqu’à près de 4 km de la source, CAH10 devrait être plus performant que ce que propose le confinement renforcé (0.5). Valeur moyenne de CAH10=1 ventilation arrêtée et bouches d’air obstruées. En dessous de cette ligne, un pré-confinement est indispensable.

66 66 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Quatrième partie : étude complémentaire des risques potentiels quand le vent s’annule. 72

67 67 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Par beau temps, notamment en régime anticyclonique, l'air descend la vallée le matin, s'immobilise environ une heure vers midi, remonte l'après midi, s'immobilise à nouveau 8 heures (en moyenne) la nuit, et peut recommencer ainsi plusieurs jours de suite. On parle de brise de vallée ou de phénomène de "reverses". Si le rejet de gaz toxique a lieu dans ces conditions, le nuage contaminé peut stagner plusieurs heures au même endroit.

68 68 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix 1) Si le rejet a lieu le matin (entre 6 et 12 heures environ) Pendant 0 à 6 heures environ, selon l'heure à laquelle se produit l'accident, le vent de vallée descend vers Grenoble et la nappe de contamination avec lui. Il pourrait parcourir une distance comprise entre 0 et 20 km environ en supposant par exemple une vitesse de vent de 1 m/s. Puis le vent devient nul pendant une heure environ (reverse de midi). Là où la nappe stagne, entre Pont de Claix et 20 km vers le Nord, les doses hors confinement et sous confinement sont beaucoup plus grandes que par vent faible.

69 69 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix 2) Si le rejet a lieu l'après midi (entre 13 et 22 h. environ) : Pendant 0 à 9 heures environ, selon l'heure à laquelle se produit l'accident, le vent de vallée remonte vers le Sud, et la nappe de contamination avec. Il pourrait parcourir entre 0 et 30 km environ en supposant par exemple une vitesse de vent de 1 m/s. Puis le vent devient nul pendant huit heures environ (reverse de nuit). A l'endroit où le nuage s'est arrêté (entre Pont de Claix et 30 km environ au Sud), les doses seraient encore plus élevées. Remarque 1 : pendant 8-10 heures de confinement, l'air devient irrespirable si le volume par personne se limite aux recommandations données plus haut.

70 70 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Remarque 2 : Seuil olfactif du phosgène Il se peut que la concentration soit de 0.4 à 1.5 ppm de phosgène pendant une à plusieurs heures, conduisant à une dose pouvant être très supérieure à 30 ppm*mn (seuil des effets irréversibles sur la santé). Or le seuil olfactif du phosgène est compris entre 0.4 et 1.5 ppm. Son odeur banale (douce, mal identifiable, pomme pourrie, foin fraîchement coupé, foin moisi) est difficile à percevoir, d'autant plus que la progression de la concentration est lente sous confinement, et que l'on est de moins en moins sensible à une odeur au cours du temps. Le seuil d'irritation est de 3 ppm. L'odeur ne permet pas de prévenir le danger. Rappel : - la valeur limite d’exposition pour les travailleurs est de 0.1 ppm pendant 8 heures. - Seuil d’exposition IDLH (Immediately Dangerous to Life and Health) = 2 ppm selon ATSDR (Agency for Toxic Substances and Disease Registry) (USA)

71 71 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Graphique suivant : CAH10max en cas de reverses pour ne pas dépasser le seuil des effets irréversibles sur la santé (Dri = 0.5) dans les cas de reverses de midi et de nuit en fonction de la distance et du délai de fin d'alerte pour une hauteur du local confiné de 4m (salle de classe), pour un écart de température interne-externe de 30°C (en hiver, quand il fait –10°C), pour une vitesse du vent de 1m/s entre les reverses (d’autres vitesses conduiraient à des valeurs différentes) par temps sec : les calculs ne prennent pas en compte la vitesse de décomposition du phosgène sur l'eau de l'atmosphère, du sol, des végétaux. Cet effet peut conduire à des incertitudes fortes dans le sens favorable.

72 72 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Performances minimales du confinement d'un local = CAH10max pour ne pas dépasser la dose relative = 0.5 (effets irréversibles sur la santé) pour un vent moyen de 1 m/s entre les reverses en fonction du Délai de Fin d'Alerte et de la distance (km) CAH10max 0h 1h 2h 0h 1h 4h Délai de Fin d'alerte Au Nord de Pont de Claix reverse de midi pendant 1 heure Au Sud de Pont de Claix reverse de nuit pendant 8 heures Fuite 1.3 tonne de phosgène en 3 minutes. Hauteur sous plafond du local 4 m. Ecart de température intérieur-extérieur =30°C Distance à la source (km) Niveaux de confinements quasi-irréalisables techniquement et financièrement Confinement renforcé nécessaire et possible

73 73 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Par vent nul ou quasi-nul Il est tout à fait probable que la nappe ne stagne pas strictement au même endroit pendant 1 à 8 heures, ce qui limite la dose. Sur la figure précédente, les valeurs de CAH10max nécessaires pour se protéger de la reverse de nuit seraient donc trop pessimistes ; elles pourraient être environ 10 fois moins sévères. Par contre, si la nappe se déplace « lentement », elle peut couvrir un secteur pendant 10, 20 ou 30 minutes, voire davantage, et aller ensuite agresser tour à tour des quartiers différents, ce qui multiplie le nombre de victimes là où les pré-confinements sont inadaptés ou inexistants, d’autant plus que la nappe reste « coicée » dans la cuvette grenobloise entre collines et montagnes. C’est ce qui s’est passé à Bhopal : le gaz toxique dense, restant au ras du sol la nuit, a fait 20 à morts et personnes contaminées.

74 74 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Propositions Ajustements Incertitudes.

75 75 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Comment réaliser les protections nécessaires ? En arrêtant la ventilation et en "scotchant" porte et fenêtre, il est possible d'obtenir un confinement tel que CAH10 ≈ 1 ou un peu mieux, qui correspondrait à une surface de fuite d’environ 30 cm2 ou un peu moins, dans une salle de volume de 30 m3 rappel : CAH10 ≈ surface de fuite (cm2) / volume (m3) Il est difficile d'admettre que les confinements "amélioré" et "renforcé", coûteux, préconisés plus haut (diapos 50 et 51), ne permettent pas d’obtenir des CAH10 meilleurs que 0.8 et 0.5. (24 et 15 cm2 de fuite pour 30 m3). Selon nous, on peut espérer que CAH10 se rapproche de 0.1 au lieu de 0.8 avec un confinement amélioré (fuite 3 cm2 dans une salle de 30 m3) CAH10 se rapproche de 0.01 au lieu de 0.5 avec un confinement renforcé (fuite 0.3 cm2 dans une salle de 30 m3)

76 76 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Comment parvenir aux niveaux ultimes de protection jusqu'à CAH10max = à ou équivalent ? (correspondant à une fuite de 3 à 0.3 mm2 dans une pièce de 30 m3 ! ) - Des pré-confinements « exceptionnels » avec des CAH10 compris entre 0.01 et sont quasi-irréalisables tant techniquement que financièrement. - Il faut alors compléter les pré-confinements « améliorés ou renforcés » par d’autres moyens à étudier et à expérimenter, indispensables pour gagner le ou les ordres de grandeur de protection manquants.

77 77 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Propositions de moyens complémentaires de protection de réalisation aisée, rapide et économique, à utiliser en plus des confinements « améliorés » ou « renforcés » sous réserve de vérification et de faisabilité 1re proposition :

78 78 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Humidification abondante du local Dès les premières odeurs suspectes dans le local insuffisamment confiné, on pourrait projeter un brouillard d’eau avec un simple pulvérisateur de jardin de quelque litres. En effet, par réaction sur l'eau (hydrolyse), le phosgène se décompose (certes lentement) en gaz carbonique et acide chlorhydrique. Même si cet acide est toxique, il l'est environ 100 fois moins que le phosgène. Il pourrait de plus être partiellement entraîné par l’eau. Sans être aussi efficace qu’un rideau d’eau comme il en existe auprès des installations industrielles les plus dangereuses, on pourrait sans doute attendre une efficacité d’environ 90 %, sous réserve de vérification.

79 79 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix « Absorbant facial » La réaction de décomposition du phosgène en gaz carbonique et acide chlorhydrique est plutôt lente, mais elle est accélérée par du charbon actif mouillé. Un absorbant facial contenant par exemple du charbon actif mouillé, léger et peu encombrant, pourrait être déballé et appliqué contre le visage pour piéger les gaz toxiques dès la survenue des premières odeurs suspectes. Cet absorbant serait une amélioration du simple mouchoir mouillé. Une efficacité d’au moins 90% serait réalisable, pour un prix modique. Condition : que toute personne située dans la zone à risques soit munie en permanence de cet absorbant. 2ème proposition Avantage essentiel : ce serait pratiquement la seule protection possible pour les proches riverains surpris en dehors de chez eux, ou si comme à Toulouse, une explosion a volatilisé les vitres sur des km à la ronde. Il est irréaliste de préconiser les masques à gaz pour l’ensemble de la population, car ils sont encombrants, difficiles à adapter aux différentes morphologies et peu efficaces s’ils sont mal appliqués.

80 80 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix 3ème proposition : «Couvertures absorbantes» contenant par exemple du charbon actif mouillé, présentant une grande surface de contact pour capter les gaz toxiques, à déballer et à dérouler dans le local confiné contre porte et fenêtre. Elles seraient utiles surtout en cas de longue durée d'exposition en attendant la fin d’alerte. Avantage : contrairement au cas de l’absorbant facial, l’acide chlorhydrique, sous-produit de l’hydrolyse du phosgène, est fabriqué loin du visage. Une efficacité d’au moins 90 % serait possible. Remarque : Les efficacités de ces 3 propositions ne peuvent sans doute pas se cumuler entièrement, à moins que l’acide chlorhydrique formé ne soit lui-même piégé par les absorbants

81 81 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Ajustements Des coefficients d'ajustements sont à appliquer au cas particulier retenu ci-dessus, pour transposer les doses et les CAH10max aux autres cas.

82 82 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

83 83 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Phosgène et autres toxiques Le risque maximal phosgène de Rhodia n'est pas le seul : il y a aussi le phosgène d'Isochem, le Chlore liquéfié et gazeux de Chloralp, l'acide Chlorhydrique gazeux de Rhodia, l'ammoniac de Chloralp.... Ces autres rejets possibles induisent des zones limites à risques et des confinements presque aussi contraignants que le phosgène de Rhodia. Tout risque considéré comme «plausible industriellement» devrait être réévalué à la lumière de cette étude complémentaire, de même que les risques dus aux transports par canalisations, wagons ou camions.

84 84 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Incertitudes

85 85 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Annexe : Comparaisons entre les calculs effectués par le modèle simple et par le logiciel ALOHA

86 86 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Logiciel ALOHA de calcul de dispersion atmosphérique : Logiciel USA téléchargeable gratuit. différents modes de calculs des concentrations : –avec ou sans inversion des températures atmosphériques –choix par Aloha d’après les conditions atmosphériques (ensoleillement, humidité relative, vent) : dispersion gaussienne ou écoulement de gaz lourd 6 degrés de stabilité atmosphérique (A à F) Ses limites : - pas de calculs des doses - incertitudes si faibles vitesses de vent, atmosphère stable, proximité de la source. - calculs limités à 1 heure, à 10 km, et à des vents d’au moins 1 m/s. Sa précision : il donne des ordres de grandeurs acceptables pour la dispersion atmosphérique selon INERIS-DRA N° de Nov

87 87 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Doses en divers points particuliers déduites de courbes de concentrations La dose (ppm x minutes) est la grandeur recherchée. En un point particulier, après un rejet de 1.3 tonne de phosgène en 3 minutes, la dose peut être calculée en intégrant la courbe des concentrations en fonction du temps donnée par Aloha. Au lieu d’intégrer laborieusement et maintes fois de telles courbes, il est plus simple de supposer un rejet continu au même débit de phosgène, et de considérer qu’en un point donné la concentration maximale à l’équilibre n’est présente que pendant 3 minutes. On obtient effectivement la même dose. Sur les graphique suivants, les concentrations correspondent à un rejet continu au même débit.

88 88 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Remarque : Le pic Aloha à mi-hauteur est assez large : 240 mètres environ à 2800 mètres de la source avec vent de 3 m/s.

89 89 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix

90 90 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Ensemble du nuage contaminé et quantité de phosgène rejetée Le volume du nuage contaminé (en m3) calculé par Aloha peut être défini par une longueur (en mètres) dans l’axe du vent, équivalente à sa vitesse (m/s) multipliée par 180 secondes (3 minutes), une largeur dans le sens perpendiculaire au vent définie par les courbes précédentes, et une hauteur limite égale à la hauteur d’inversion des températures, soit 30 mètres dans ces cas particuliers A chaque distance particulière à la source, l’intégration des ppm selon les 3 dimensions de ce volume (ppm x m3) permet de retrouver la quantité totale de phosgène émise (hypothèse : pas de perte de phosgène par hydrolyse), et de conforter ainsi les résultats obtenus. Les écarts entre les intégrales Modèle Simple et Aloha sont faibles (40%). Ils correspondent aux différences entre les surfaces sous les courbes des figures précédentes. Ces écarts pourraient s’expliquer – par l’inhomogénéité (inconnue) de la répartition des concentrations verticales dans Aloha, contrairement au modèle simple qui suppose une répartition homogène dans tout le volume, –et par le gradient vertical des vitesses de vent utilisées dans Aloha (plus faibles au sol que la vitesse de référence à 10 m de hauteur, et plus fortes en altitude).

91 91 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Dose maximale et dose moyenne Sur la perpendiculaire à l’axe du vent, les doses déduites des calculs ALOHA présentent une forme gaussienne (cf. diapos 88 et 89). Dans l’axe du vent, dans les deux cas particuliers précédents, les doses maximales ALOHA sont respectivement 2.8 et 4.5 fois supérieures aux doses moyennes calculées par le modèle simple Il est plus que probable que la dose maximale réelle dans l’axe du vent se situe entre les deux : –environ deux fois plus faible que ce que prédit ALOHA pour tenir compte des battements du vent qui ne manquent jamais de se produire (cf. mise en garde dans la notice Aloha, reprise dans le rapport soumis à enquête publique) –environ deux fois plus forte que ce que prédit le modèle simple, qui doit être corrigé dans le sens pessimiste, car les doses dans l’axe sont évidemment plus élevées que sur les bords.

92 92 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix La concentration maximale réelle dans l’axe du vent se situe entre deux courbes : plus faible que ce que prédit ALOHA pour tenir compte des battements du vent, plus forte que ce que prédit le modèle simple, car les valeurs dans l’axe sont évidemment plus élevées que sur les bords. La courbe modèle simple à 3m/s a été calée sur les valeurs données par l’industriel, qui ne sont pas « extrêmement maximalistes » comme on peut le voir ici et sur les diapos suivantes.

93 93 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Calculs Aloha par vent de 3 m/s : on peut distinguer les distances à partir desquelles le nuage contaminé est limité par la hauteur d’inversion des températures : avant 300 m de la source si la hauteur d’inversion est de 30 m (loi sensiblement en 1/d comme pour le modèle simple), vers 1.5 km si la hauteur d’inversion est de 100 m, au delà de 10 km si la hauteur est de 300 m. A proche distance, les concentrations ne dépendent pas de la hauteur d’inversion.

94 94 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Même graphique que le précédent, en ajoutant la dispersion selon le mode gaz lourd, encore plus pénalisante à faible distance (en dessous de 1.5 km), avec risques plus grands dans les points bas et dans les rues transversales où le gaz peut stagner

95 95 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Aloha par vent de 1m/s : les calculs étant limités à 1 heure, les courbes ne peuvent pas être prolongées au delà d’environ 3 km. La hauteur d’inversion de 30 m est atteinte avant 300m.

96 96 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Calculs Aloha par vent de 1m/s. Sont ajoutées au graphique précédent : - la dispersion en mode gaz lourd, ici aussi la plus pénalisante à faible distance - les concentrations en rase campagne, environ 2 x plus fortes qu’en ville (Sauf indication contraire, tous les calculs Aloha ont été faits « en ville »).

97 97 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Comparaison entre calculs par le modèle simple et par ALOHA En régime d’inversion des températures atmosphériques, hors mode gaz lourd, pour les vitesses de vent de 1 et 3 m/s, le modèle simple et Aloha sont en bon accord si –on divise par 2 environ les concentrations maximales Aloha dans l’axe du vent pour tenir compte des inévitables battements de ce vent, et si –on multiplie par 2 environ les concentrations moyennées du modèle simple pour passer d’un niveau moyen à un niveau normalement plus élevé dans l’axe. Et sachant que, si on se réfère à Aloha, à moins d’environ 1.5 kilomètre de la source, le modèle simple sous-estime les concentrations jusqu’à un facteur 3 à 3 m/s et jusqu’à 5 à 1m/s : –tant que le nuage contaminé n’a pas atteint la hauteur d’inversion, –ou si la dispersion se produit en « mode gaz lourd » comme le préconise Aloha

98 98 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Comparaison entre Aloha et modèle simple : précision Aloha calcule la forme gaussienne des concentrations Aloha met en garde sur le manque de précision –à proximité de la source –par vent faible (=1 m/s) –par temps stable (inversion des températures) Le modèle simple utilise une équation élémentaire, et se limite à des moyennes. Sa précision pourrait s’évaluer en considérant Aloha comme référence. Il donnerait alors des résultats aussi fiables qu’Aloha, à environ un facteur 2 près dans les cas comparables traités, à condition de multiplier les concentrations : –par 2 pour passer du niveau moyen au niveau normal plus élevé dans l’axe du vent, –par jusqu’à 3 ou 5 à moins de 1.5 km de la source pour les hauteurs d’inversions nettement supérieures à 30 mètres, ou s’il y a dispersion en « mode gaz lourd » comme le prévoit Aloha. Les incertitudes présentées sur la diapo 84 ne sont pas réduites pour autant.

99 99 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Résumé et amorce de conclusion

100 100 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Situation actuelle et insuffisances des protections Suite au rejet éventuel de 1.3 tonne de phosgène de Rhodia en 3 minutes (cas le plus pénalisant), les précautions ne sont pas suffisantes pour protéger les populations de l’agglomération grenobloise face aux risques « reconnus » par vent de 3 m/s, à savoir 1% de décès à 2.7 km de la plate-forme chimique de Pont de Claix. A proche distance et par vents moyens ou forts, les délais sont trop courts pour se confiner. Les proches riverains ne sont pas protégés. Les calculs de dispersion atmosphériques effectués selon les directives de la DRIRE ne couvrent pas les situations les plus défavorables, en particulier par vents plus faibles ou nuls qui représenteraient plus de 60 % des cas.

101 101 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Limite de la zone à risque mortel Pour évaluer les ordres de grandeur des risques en fonction de la distance à la source, par vents faibles ou nuls, nous avons utilisé en particulier le logiciel de diffusion atmosphérique ALOHA (qui donne des ordres de grandeurs acceptables pour la dispersion atmosphérique selon INERIS-DRA N° [M]) ainsi qu'un modèle simple de diffusion atmosphérique. Ces évaluations montrent qu’aux faibles vitesses de vent et surtout lorsque le vent devient nul, la limite de la zone à risque mortel pourrait couvrir la plus grande partie de l’agglomération grenobloise. Il est donc nécessaire de prévoir des protections plus performantes.

102 102 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Confinement et protections Il est recommandé de se confiner dans un local en arrêtant la ventilation et en obstruant les bouches d’aérations. Cependant, la protection y est très faible, la dose n’étant réduite que d’environ 30% en moyenne si on reste une heure sous confinement après l’arrivée d’un nuage toxique suite à un rejet de 3 minutes. L’essentiel de la dose est inhalé non pas pendant la présence du nuage autour du local confiné, mais en attendant le signal de fin d’alerte. Un confinement ne sert qu’à retarder l’inhalation d’un toxique. Il faut en sortir au plus tôt. La fin d’alerte doit être donnée dès que possible. Les confinements « améliorés » et « renforcés » devraient permettre des protections environ 10 à 100 fois supérieures, mais néanmoins insuffisantes dans les cas les plus graves. D’autres moyens, tels les absorbants que nous proposons, peu coûteux, pourraient améliorer la protection.

103 103 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Précision des calculs effectués par le modèle simple de diffusion atmosphérique Cette précision pourrait s’évaluer en se référant au modèle Aloha utilisé aux USA. Le modèle simple donnerait alors des résultats aussi fiables qu’Aloha, à environ un facteur 2 près dans les cas comparables traités, à condition d’augmenter les doses évaluées par le modèle simple –en les multipliant par 2, car le modèle simple donne les doses moyennes dans un large secteur sous le vent, et non pas la valeur la plus probable dans l’axe du vent ; –en les multipliant en outre par 3 à 5 à moins de 1.5 km de la source, lorsque les hauteurs d’inversions des températures atmosphériques sont nettement supérieures à 30 mètres, ou s’il y a dispersion en « mode gaz lourd » comme le prévoit Aloha.

104 104 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Ajustements et incertitudes Des coefficients d’ajustements permettent de passer du cas particulier de l’accident maximal prévisible (phosgène de Rhodia) aux autres cas : –Le phosgène d'Isochem, le chlore liquéfié et gazeux de Chloralp, l'acide chlorhydrique gazeux de Rhodia et l'ammoniac de Chloralp présentent des risques environ 50% plus faibles, ce qui est peu au regard des incertitudes. –D’autres coefficients d’ajustement ont été évalués pour tenir compte des conditions météorologiques et des principaux paramètres qui peuvent améliorer ou aggraver la situation Les incertitudes peuvent être grandes, jusqu’à peut-être un facteur 10 environ dans un sens et dans l'autre, liées aux hypothèses météo, au comportement du phosgène et au modèle de diffusion (que ce soit le modèle simple, le logiciel ALOHA ou un autre). Il est donc illusoire de figer avec précision les limites des zones à risques ainsi que les performances minimales des confinements en fonction de la distance. La prudence s’impose.

105 105 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Poursuivre les études Nous n’avons pas réussi à connaître les cinétiques d'hydrolyse du phosgène en fonction du degré hygrométrique et de la température de l'atmosphère ; elles permettraient de réduire en partie les incertitudes et de déterminer dans quelle mesure l'humidification du local confiné pourrait diminuer la dose inhalée. Pour infirmer ou améliorer les résultats de cette étude complémentaire, qui peut comporter des erreurs, il est nécessaire que soient effectués des calculs plus poussés et des mesures approfondies des vents et des gradients de températures à Grenoble et alentours, avec une attention particulière aux inversions de températures et aux vents très faibles ou quasi-nuls, surtout en hiver. Ce travail est évidemment hors de portée de notre association.

106 106 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Prendre les décisions appropriées ? Si tout ou partie des résultats de cette étude complémentaire étaient avérés, il faudrait : Pré-confiner les logements dans les zones à risques Etudier, expérimenter et mettre en œuvre des moyens complémentaires de protection, comme par exemple ceux que nous proposons Organiser des équipes aptes à mesurer la contamination sur le terrain et à donner rapidement et efficacement le signal de fin d'alerte dans les quartiers Remettre en chantier les normes de calculs de risques en vigueur à la DRIRE, pour tenir compte des vents faibles ou nuls et du cas particulier de la cuvette grenobloise Revoir les consignes, l'information, les moyens et exercices d'alerte, les plans de secours Continuer et accentuer la diminution des risques à la source : procédés alternatifs moins dangereux, quantités limitées, qualité et entretien des installations, personnel compétent, fidélisé, en nombre suffisant, et former parfaitement les sous-traitants.

107 107 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix [A] Rapport de la société Rhodia Intermédiaires soumis à enquête publique en 2002 dans les communes de l'agglomération grenobloises, disponible dans les mairies concernées. [B] Plan Particulier d'Intervention, Plate-forme chimique de Pont de Claix. Préfecture de l'Isère [C] Mesures des vents et températures de l'air sur le pylône météorologique du Centre d'Etudes Nucléaires de Grenoble (CENG) au cours de l'année [D] INERIS – [E] CETE Lyon : Guide pour servir au confinement. Recherche et aménagement d'un local adapté. [F] Conseil National de Recherches Canada. Institut de Recherches en construction. RSB 83Ventilation des maisons 4_F.html 4_F.html CBD 25 – F Fuites d'air autour des fenêtres CBD 245 F Ventilation mécanique et pression d'air dans les maisons CBD 23 F Fuites d'air dans les bâtiments [G] Guide toxicologique pour les urgences en santé environnementale de l'Institut National de santé publique du Québec (Mars 04) : Section A - 8 Evacuation et confinement. [H] Catalogue CAMIF 2005 [J] Société ALDES Grenoble [K] ATSDR, Agency for Toxic Substances and Disease Registry (USA) [L] Departement of Health. USA. [M] Examen de l’utilisation du logiciel ALOHA-CAMEO en situation d’urgence INERIS-DRA N° Nov [N] Références.

108 108 Association des Riverains de la Plate-forme Chimique de Pont de Claix Résumé des principaux titres 4 Risques annoncés par l’industriel et prévention existante 17 Risques potentiels aux faibles vitesses de vent. 23 Modèle simple de diffusion 35 Concentrations 39 Protections nécessaires face à ces risques : confinement 41 Délais pour se confiner 45 Renouvellement d'air ou « Changement d'Air par Heure » (CAH) dans un local confiné 50 Choix et aménagements du local servant au confinement 63 Délai de Fin d'Alerte et Doses sous confinement 65 Performances minimales des confinements CAH10max 66 Risques potentiels quand le vent s’annule. Doses et 72 CAH10max 74 Propositions. Ajustements. Incertitudes. 85 Comparaison avec le logiciel ALOHA 99 Résumé et amorce de conclusion Merci de votre attention. Vous avez la parole …...


Télécharger ppt "1 Étude complémentaire des risques venant de la plate forme chimique de Pont de Claix Diffusion d’un nuage toxique par vent faible ou nul et étendue des."

Présentations similaires


Annonces Google