La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’ESAIP Une école lasallienne à la fois héritière d’une tradition et innovatrice, insérée dans une histoire et dans un réseau national et international.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’ESAIP Une école lasallienne à la fois héritière d’une tradition et innovatrice, insérée dans une histoire et dans un réseau national et international."— Transcription de la présentation:

1

2 L’ESAIP Une école lasallienne à la fois héritière d’une tradition et innovatrice, insérée dans une histoire et dans un réseau national et international

3 Le réseau lasallien Français. 124 œuvres d’éducation élèves étudiants 67 écoles, 94 collèges 55 LEGT 48 lycées professionnels 13 centres de formation d’apprentis 20 antennes scolaires mobiles Une ONG: (EDDE) Education et Développement

4 L’enseignement supérieur 148 sections de BTS y compris en CFA 33 sections préparatoires aux Grandes Ecoles 2 Ecoles d’ingénieurs 4 écoles d’ingénieurs partenaires 1 institut supérieur de formation d’enseignants 19 centres de formation continue 2 institutions d’aide à l’insertion

5 Un réseau international avec 1 million d’élèves et étudiants dans un millier de centres éducatifs dont 72 universités Europe 17 pays Océanie 4 pays Afrique 20 pays Asie 16 pays Amérique 21 pays

6 Ici et ailleurs, en France et dans le Monde, l’école lasallienne est le fruit d’une communauté d’éducateurs qui veulent répondre aux besoins de formation et de promotion des jeunes

7 Le projet fondateur de l’ESAIP Né d’une réflexion entre le Lycée Technique de La Baronnerie et le monde de l’entreprise. Le but : permettre aux diplômés de l’enseignement technique d’envisager un meilleur développement de carrière. Le projet est conçu comme un moyen de promotion sociale autant que d’épanouissement personnel en développant les compétences techniques, scientifiques et humaines. L’ouverture internationale est au cœur du dispositif de formation.

8 Inséré dans une histoire 1988 : création de l’Institut ISAIP 1989 : premiers contrats de partenariats avec des écoles en Espagne et en Allemagne 1992: Partenariat avec l’Institut Montéclair 1994 : reconnaissance de l’ISAIP par l’Etat 1995: ouverture de la formation Bac+5 en « Sécurité-Environnement –Prévention » 1996 : Ouverture effective de sites associés 1997: l’ISAIP est associée à l’UCO et habilitée à délivrer le titre d’ingénieur diplômé

9 Une histoire… 1998 : Ouverture officielle de l’ESAIP Obtention du Diplôme Universitaire Bac+5 « Sécurité-environnement- Prévention » 1999 : intégration de l’option « sécurité Environnement prévention » 2000: constructions importantes 2001 : Intégration d’étudiants déficients visuels à la formation « Chefs de Projet International en Informatique et Réseaux …..

10 La mission et le caractère éducatif d’un établissement lasallien d’enseignement supérieur trouvent leurs fondements dans l’esprit, les intuitions pédagogiques et spirituelles, les valeurs promues par Jean-Baptiste de La Salle

11 Pour le réseau lasallien,tout a commencé à Reims en... Pour le réseau lasallien,tout a commencé à Reims en...

12 Jean-Baptiste de La Salle Règne de Louis XIV

13 J.B. de La Salle est l’aîné de onze enfants dont quatre mourront en bas âge. J.B. de La Salle est l’aîné de onze enfants dont quatre mourront en bas âge.

14 Son père est magistrat, sa mère appartient à une famille noble, les Moët de Brouillet. Alors qu’il a 20 ans, ses parents meurent à 9 mois d’intervalle. Il se charge alors de la tutelle de ses frères et sœurs

15 Docteur en théologie, il est ordonné prêtre dans la cathédrale de Reims en 1678

16 une rencontre fortuite va bouleverser le cours de son existence…

17 Un matin de mars 1679, il rencontre Adrien Nyel, économe de l’hôpital général de Rouen, venu à Reims pour y fonder des écoles gratuites pour les garçons pauvres.

18 Jean-Baptiste porte le plus grand soin à la formation des maîtres et les réunit souvent chez lui. Grâce au soutien de M. de La Salle qui a 28 ans, une première école ouvre en avril 1679 plusieurs suivront… En juin 1682, il quitte la maison familiale et va faire communauté les maîtres

19 Lors de l’été 1683, il se démet de sa responsabilité ecclésiale Au cours de l ’hiver de cette même année, alors que la famine sévit en France, il vend son patrimoine contre nourriture et vêtements qu ’il distribue aux pauvres.

20 En 1686, Jean Baptiste réunit ses douze principaux disciples et les invite à délibérer entre eux de l’organisation et de l’avenir de leur groupe. Il les laisse libre de décider. Les maitres décident de transformer leur groupe en une communauté de frères. Avec J.B. de La Salle, ils fondent la communauté des Frères des Écoles Chrétiennes. Ils élisent J.B. comme Supérieur.

21 Une triple finalité Instruire, évangéliserSocialiser, éduquer Préparer l’insertion professionnelle

22 M En 1688, M. de La Salle accepte de répondre à une demande d’ouverture d’école à Paris. Mais il se heurte à l’opposition tenace de la confrérie des Maitres Ecrivains

23 De nombreuses menaces pèsent sur l’œuvre naissante A Paris, les autres écoles, jalouses de son succès lui intentent des procès. A Reims, le « Séminaire de Maîtres pour la campagne » disparaît. La moitié des frères quittent la communauté Il n’y a pratiquement pas d’arrivée de nouveaux. Jean-Baptiste de La Salle est gravement malade, celui qu’il préparait pour prendre sa succession meurt.

24 Le 21 novembre 1691, par vœu d’association, Jean-Baptiste lie sa responsabilité à celle de deux frères pour fonder son œuvre « jusqu’au dernier des vivants ». En 1694, ils seront douze à s’associer.

25 Une communauté bâtie sur 3 piliers FoiServiceFraternité

26 Après observation, expérimentation, évaluation, des méthodes et des programmes sont mis au point. L’enseignement devient simultané et se fait en français. Des moyens sont mis en place pour lutter contre les deux fléaux de l’époque: les châtiments corporels et l’absentéisme. Avec les maîtres il rédige la « Conduite des Ecoles qui servira de guide pédagogique pour les écoles pendant plus d’ un siècle et demi.

27 De La Salle accueille prioritairement des enfants pauvres qui ne peuvent pas avoir accès à l’école.. Il accueille aussi dans une gratuité absolue, les enfants d ’artisans et de bourgeois. Son école veut être un lieu de mixité sociale.

28 Une diversité d’oeuvres A côté des «écoles élémentaires» pour les pauvres, - une école pour les matelots à Calais - des cours du soir pour les apprentis - des écoles dominicales pour ceux qui travaillent - une école pour les réfugiés irlandais à Paris - une école professionnelle à Paris - un pensionnat pour les délinquants à Rouen - une école pour les fils de commerçants ….

29 « Qu’ils instruisent avec toute l’application possible tous les écoliers dont ils sont chargés; qu’ils n’en négligent aucun et que l’application qu’ils ont soit égale envers tous et plus grande même à l’égard des plus ignorants et des plus négligents » J.B. de La Salle

30 De 1691 à 1712, les obstacles seront nombreux et terribles. Opposition des maîtres, des curés, des évêques. Pillage des écoles. Procès, condamnations... En 1704, les « maîtres écrivains » de Paris exigent la fermeture des écoles des Frères. Après un procès éprouvant en 1712 M. de La Salle, âgé de 61 ans quitte Paris et finit par se retirer à Parménie, près de Grenoble.

31 Jean-Baptiste de La Salle - doute de lui-même - doute de ses frères - doute de Dieu

32 Il y trouvera le soutien fraternel de sœur Louise, sainte villageoise qui accueille les pélerins en quête de prière et de paix. En 1714, une demande de ses frères lui parvient pour reprendre la direction de la communauté

33 De 1714 à 1719, malgré les infirmités qui le torturent et l ’affaiblissent, Jean-Baptiste se dévoue corps et âme aux Écoles. Il visite les communautés, rédige plusieurs ouvrages… En 1717, il réussit enfin à convaincre les Frères de lui choisir un successeur. Il meurt à Rouen en 1719

34 Les Frères sont alors au nombre d ’une centaine, répartis de Calais à Marseille, en 22 communautés

35 Aujourd’hui Les écoles Lasalliennes en France c’est établissements Jeunes Professeurs AUJOURD’HUI Aujourd’hui…

36 L’école lasallienne : une vision de l’éducation - Un droit pour tous - Un style éducatif centré sur la personne prise dans toutes ses dimensions. - Une attention particuliere pour ceux qui ont plus de difficultés dans leur cheminement personnel. - L’excellence. - La compréhension critique des réalités. - La promotion du sens de la justice de la solidarité et de la fraternité dans les relations.

37 Aujourd’hui dans le monde 250 millions d’enfants ne savent pas ni lire ni écrire Dans les 123 pays aux plus faibles revenus, 200 millions de ans n’ont pas achevé leur scolarité primaire Sans redémarrage de la machine à scolariser, sur 100 enfants aujourd’hui non scolarisés, 47 ne mettront jamais les pieds dans une école. Dans les pays développés 160 millions d’adultes n’ont pas de qualifications nécessaires pour postuler à un emploi ou lire un journal.


Télécharger ppt "L’ESAIP Une école lasallienne à la fois héritière d’une tradition et innovatrice, insérée dans une histoire et dans un réseau national et international."

Présentations similaires


Annonces Google