La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le cycle de l’eau et la gestion préventive des ressources en eau C. Mouvet LdE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le cycle de l’eau et la gestion préventive des ressources en eau C. Mouvet LdE."— Transcription de la présentation:

1 Le cycle de l’eau et la gestion préventive des ressources en eau C. Mouvet LdE

2 Colloque CFDT EauI 26 février 2008 Qu’est-ce que la ressource en eau ? EAU RESSOURCE USAGE Matière première « Mobiliser la ressource en eau » « Partager la ressource en eau » USAGE Activité humaine EAU RESSOURCE EAU Milieu Aquatique Environnement liquide « Protéger la ressource en eau » « Milieu récepteur »

3 Colloque CFDT EauI 36 février 2008 Premier volet La problématique QUANTITATIVE

4 Colloque CFDT EauI 46 février 2008 Quelques chiffres clés du cycle de l’eau Consommation moyenne /hab/an (ts usages) = 100 m 3 = 0, Mm 3 Eau sur la terre est en cycle fermé. Pas de perte, pas de création, que des transformations !

5 Colloque CFDT EauI 56 février 2008 Le cycle de l’eau n’est pas celui du pétrole Eau Potable Eau Usée Jours Heures Semaines Années CONSERVATIONCONSERVATION DELAMASSEDELAMASSE

6 Colloque CFDT EauI 66 février 2008 Millions d’années Pétrole Semaines Biomasse CO 2 Années Pétrole Le cycle de l’eau n’est pas celui du pétrole Biomasse Millions d’années

7 Colloque CFDT EauI 76 février 2008 La ressource en eau en France : globalement abondante  2 types de ressources en eau :  eau superficielle (rivières, lacs, canaux, barrages …)  eau souterraine (nappes alluviales, nappes superficielles, et nappes captives / profondes)  Réserves en eaux souterraines : milliards de m 3 (source BRGM)  Prélèvements annuels d ’eau : 33,1 milliards de m 3  énergie : 56 % (restitution directe après usage)  eau potable : 19 % (restitution quasi directe après usage)  irrigation : 14 % (restitution indirecte après usage)  industrie :11 % (restitution indirecte après usage)  Prélèvements en eau potable : 6 milliards de m 3 (source IFEN)  eau de surface : 40 % (rivières, lacs, canaux, barrages …)  eau souterraine : 60 % (nappes alluviales et nappes captives) « Restreindre l’ usage de l’eau potable n’est pas une fatalité, sous réserve de savoir anticiper » Source : agences de l'Eau - RNDE - Ifen, mars % 19 % 11 % 14 %

8 Colloque CFDT EauI 86 février 2008 Situation en France par rapport à l’Europe Source : IFEN

9 Colloque CFDT EauI 96 février 2008 Des situations locales nécessitant une gestion Les Zones de Répartition des Eaux = insuffisance chronique des ressources en eau par rapport aux besoins

10 Colloque CFDT EauI 106 février 2008 Prévenir ou guérir ? Il faut choisir… PREVENTIFCURATIF PROTECTIONDEPOLLUTION GESTION CONCERTEEINTERDICTION D’USAGE DEVELOPPEMENTRATIONNEMENT AGIR A LA SOURCETRAITER LES CONSEQUENCES ANALYSE DU RISQUE / ISO CONTRÔLE RENFORCE / NON CONFORMITE DEVELOPPEMENT DURABLEGESTION DE CRISE

11 Colloque CFDT EauI 116 février 2008 Gérer la ressource : pourquoi, comment ? La gestion de la ressource doit garantir  La pérennité des ressources en quantité et en qualité  La limitation des impacts sur les milieux  Dans une philosophie de gestion durable Pour les enjeux quantitatifs, les solutions existent, elles nécessitent la concertation entre les acteurs pour passer d’une logique de « cueillette » à celle d’une véritable gestion collective  Solutions réglementaires : Zones de Répartition des Eaux, SDAGE, SAGE  Solutions collectives : notamment contrôle de l’irrigation, droits d’eau  Développement des ressources : nombreuses solutions, dont gestion active des nappes Protéger les ressources  Protection réglementaire  Animer les actions préventives sur le bassin versant (réduction à la source)  Avoir une réflexion globale : milieu naturel et traitement. Ex : « zones humides » Réduire les impacts sur le milieu naturel  Traiter les effluents

12 Colloque CFDT EauI 126 février 2008 Solutions réglementaires : La nappe de l’Albien Règles définies par le SDAGE Seine Normandie  Formalisation et stabilisation des autorisations existantes de prélèvement (Total = 22 Mm3/an)  Niveau de nappe stabilisé, vocation d’alimentation de secours, règles pour la localisation des nouveaux ouvrages 

13 Colloque CFDT EauI 136 février 2008 Solutions de Gestion Collective : gestion volumétrique de la nappe de Beauce Prélèvements maximum : (Millions de m3/an) Agriculture : 450 Industrie : 80 Eau potable : 20

14 Colloque CFDT EauI 146 février 2008 Les Déclarations d’Utilité Publique (DUP) Périmètres de protection des captages  Immédiate : Aucune activité autorisée.  Rapprochée : Renforcement de la réglementation  Eloignée : Attention particulière des services de l’Etat. C’est un outil essentiel de prévention des pollutions accidentelles Ce n’est pas en général l’outil de prévention adapté contre les pollutions diffuses Les DUP sont un outil d’aménagement du territoire  Elles confirment la priorité donnée à l’eau potable  … mais l peut y avoir un conflit entre l’eau potable et les autres activités économiques Immédiate Rapprochée Eloignée Activité économique k€ / ha Agriculture : 1 (céréales) Eau : 1 à 20 Habitat :10 à Industrie : très élevé.

15 Colloque CFDT EauI 156 février 2008 Réduction de la demande en eau potable ? Les consommations d’eau potable sont déjà en diminution (- 1% / an)  Fort taux de comptage individuel  Appareils ménagers économes  Baisse des gros consommateurs  Tendance globale, modulée par les flux migratoires. L’accélération des économies d’eau est coûteuse pour le consommateur à court et long terme  Investissements par le particulier peuvent être lourds  Le prix du m 3 augmentera mécaniquement car frais fixes incompressibles Solution insuffisante lorsque la ressource est surexploitée Echantillon : Région Parisienne, Nord, Dijon, Bordeaux, Marseille

16 Colloque CFDT EauI 166 février 2008 Analyse sommaire coût/bénéfice de différentes solutions d’économie d’eau

17 Colloque CFDT EauI 176 février 2008 Les solutions de développement de la ressource Le transport d’eau (canaux, aqueducs)  Provence, alimentation de Paris, … Les retenues d’eau  Exemple : Cholet, barrage de Ribou sur la Moine La recharge des nappes souterraines  Exemples : Le Pecq, Aubergenville, Dunkerque, Lyon, Garonne. La réutilisation des eaux usées Le dessalement d’eau de mer

18 Colloque CFDT EauI 186 février 2008 La réalimentation des nappes Principe  A partir d’eau de surface (ou souterraine) excédentaire, après traitement éventuel, un dispositif d’injection (forage ou bassin d’infiltration) permet de recharger la nappe souterraine Avantages  Bénéficier de la disponibilité quantitative des eaux de surface  Utiliser les nappes souterraines comme réservoir de stockage (sécurité en cas de pollution des eaux de surface)  Qualité des eaux souterraines  Disponibilité des eaux souterraines (besoin de pointe, sécheresse).

19 Colloque CFDT EauI 196 février 2008 Second volet La problématique QUALITATIVE

20 Colloque CFDT EauI 206 février 2008 Bilan qualitatif des ressources en eau en France Environ 1/3 des masses d’eau atteindront probablement le bon état en 2015, 1/3 peuvent atteindre le bon état au prix d’une poursuite des efforts, et 1/3 atteindront difficilement le bon état (paramètres déclassant : NO 3, pesticides, rejets urbains, artificialisation des cours d’eau) Nitrates (données Ifen)  Eaux superficielles >2002 : 82 % des points de mesure, NO3 < 25 mg/L 16 % des points entre 25 et 50 mg/L 2 % > 50 mg/L  Eaux souterraines >2002 : 61 % des points de mesure < 25 mg/L 29 % entre 25 et 50 mg/L 10 % > 50 mg/L environ 1% > 100 mg/L

21 Colloque CFDT EauI 216 février 2008 Pesticides (données Ifen)  Eaux superficielles >4 % des points de mesures sans quantification des pesticides analysés >51 % des points sont en classe « bonne à très bonne » >39 % des points en classe « moyenne ou médiocre » >10 % en classe « mauvaise »  Eaux souterraines >2004 : pesticides quantifiés dans 61 % des points de surveillance >Pour les points de mesure où des pesticides sont quantifiés, 59 % seraient utilisables pour l’eau potable sans traitement, 41 % nécessiteraient un traitement pour la potabilisation, et 0,7 % serait inapte à la production d’eau potable. >La qualité de l’eau distribuée est bonne vis-à-vis des pesticides, 99 % des analyses réalisées étant conformes aux normes Bilan qualitatif des ressources en eau en France

22 Colloque CFDT EauI 226 février 2008 Réduction à la source des pollutions diffuses agricoles Un cadre nouveau : La Directive Cadre sur l’Eau :  objectifs ambitieux pour la qualité des masses d’eau en 2015 PDRH : le Plan de Développement Rural Hexagonal, 2007 – 2013  Au total 3 milliards d’euros sur les « M.A.E. »  Principe de « territorialisation » des actions. 9 e programmes des Agences de l’eau 2007 – 2012  Nouvelles lignes budgétaires « lutte contre les pollutions agricoles »  Financement de l’animation des bassins versants Rôle des collectivités locales en charge de l’eau potable  Ciblage des actions sur les bassins d’alimentation des captages

23 Colloque CFDT EauI 236 février 2008 La gestion préventive qualitative La réduction à la source des pollutions diffuses : l’approche bassins versants  Préventif plutôt que curatif, surtout à moyen/long terme >Question de principe >Argumentaire économique  Sanctuarisation des bassins versants (« Parc naturel hydrogéologique »)  La faisabilité de mesures préventives dépend des caractéristiques du BAC  Besoin d’accélérer la mise en œuvre ; producteur d’eau peut avoir un rôle technique et moteur  Problèmes financiers et administratifs (maîtrise d’ouvrage, implication des agriculteurs, règles d’octroi des aides par les agences de l’eau…)  Problème des temps de réponse (décennies) des systèmes aquifères

24 Colloque CFDT EauI 246 février 2008 Une méthode de gestion préventive qualitative Valoriser le pouvoir épurateur des zones humides : ingénierie écologique  Elimination de l’azote : phénomène complexe, qui peut varier >du tout au rien : élimination importante de N, ou bilan [entrées – sorties] négatif ! >entre ZH de même typologie : zones alluviales Garonne, Ill, Rhin, Seine : le taux d’élimination de l’azote varie de 46 à 140 kg/ha/an [travaux PNRZH] >pour un même milieu en fonction des saisons ou/et du niveau de la nappe sous-jacente [Weng].  Production d’oxyde nitreux (N 2 0, gaz à effet de serre) : à étudier, mais probablement négligeable par rapport aux dégagements à partir des sols agricoles  Elimination des pesticides : études à mener sur site réel et plusieurs cycles hydrologiques

25 Colloque CFDT EauI 256 février 2008 La variabilité des processus naturels Pouvoir épurateur des zones humides vis-à-vis de l’azote Adapté de Fisher & Acreman, Hydrology and Earth System Sciences, 2004 r 2 =

26 Colloque CFDT EauI 266 février 2008 Exemple de succès d’actions préventives

27 Colloque CFDT EauI 276 février 2008 Exemple de succès d’actions préventives

28 Colloque CFDT EauI 286 février 2008 Exemple de délai de réponse aux actions préventives qualitatives 72 mois de suivi – 135 échantillons Arrêt des applications d’atrazine Action volontariste des agriculteurs dès printemps 2000 ; arrêt des applications d’atrazine 6 ans après : aucune baisse notable malgré des années à forte recharge (2001 – 2003) Rôle du stock résiduel (ensemble de la zone non saturée), du temps de renouvellement de la nappe, et de la stratification de la nappe

29 Colloque CFDT EauI 296 février 2008 Entre préventif et curatif dur : la chimie verte, ex. le procédé Bi’Eau à Aubergenville Avant Bi’Eau Seine Usine eau potable Forages de production Recharge Artificielle Ammonium Fer Nitrates Risques de Pollution Forages de production Traitement Boues

30 Colloque CFDT EauI 306 février 2008 Avec Bi’Eau - Arrêt des pompages en Seine - Renforcement de la recharge artificielle - Réduction boues et traitements Seine Forages de production secondaire Usine eau potable Recharge Artificielle Forages de production primaire Entre préventif et curatif dur : la chimie verte, ex. le procédé Bi’Eau à Aubergenville

31 Colloque CFDT EauI 316 février 2008 Résultats de Bi’Eau à Aubergenville 2007

32 Colloque CFDT EauI 326 février 2008 Avant de conclure… L’eau virtuelle ????

33 Colloque CFDT EauI 336 février 2008 L’eau virtuelle Eau virtuelle = eau nécessaire pour la production de biomasse (p. ex. échangée entre pays) C’est aussi une mesure de l’emploi des terres arables. 1ha (~1 terrain de football) peut produire :  kg de bois,  600 kg de boeuf  … Il va y avoir concurrence entre production alimentaire, biocarburants, et écosystèmes (forêts primaires, biodiversité) Produits de la biomasse Teneur en eau virtuelle (L/kg = m 3 /tonne) Maraîchage200 – 400 Pommes de terre100 Maïs700 Blé1 000 Huile végétale5 000 Poulet4 100 Boeuf Lait800 Oeufs2 700 Diester5 000 Bois900

34 Colloque CFDT EauI 346 février 2008 Conclusions Cycle de l’eau = pas de perte d’eau (ni création) Aspects quantitatifs :  Ressources en eau en France sont largement suffisantes (quelques zones en déficit)  Des solutions existent ; collectives (concertation entre les acteurs : passer d’une logique de « cueillette » à celle d’une véritable gestion collective), plutôt qu’individuelles > Solutions réglementaires : Zones Répartition des Eaux, SDAGE, SAGE > Solutions techniques : développement des ressources, gestion active des nappes Pour les enjeux qualitatifs, le gestionnaire des ressources doit  Mener les démarches de protection réglementaire (DUP)  Animer les actions préventives sur le bassin versant  Avoir une réflexion globale : milieu naturel et traitement des rejets, « apprivoiser les zones humides »

35 Colloque CFDT EauI 356 février 2008

36 Colloque CFDT EauI 366 février 2008 Délégation de Service Public et Régie Les collectivités en régie utilisent beaucoup plus de ressources en eau de meilleure qualité initiale (eau souterraine), donc plus faciles à potabiliser que les collectivités en DSP

37 Colloque CFDT EauI 376 février 2008 Délégation de Service Public et Régie Le passage en régie s’accompagne plus souvent d’un maintien ou d’une augmentation des prix que d’une diminution des prix

38 Colloque CFDT EauI 386 février 2008 Prix de l’eau en France et ses composantes


Télécharger ppt "Le cycle de l’eau et la gestion préventive des ressources en eau C. Mouvet LdE."

Présentations similaires


Annonces Google