La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

L’alimentation méditerranéenne Place des fruits et légumes Consommation, effets santé et stratégies de recherche et d’innovation Agora des Sciences, 22.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "L’alimentation méditerranéenne Place des fruits et légumes Consommation, effets santé et stratégies de recherche et d’innovation Agora des Sciences, 22."— Transcription de la présentation:

1 L’alimentation méditerranéenne Place des fruits et légumes Consommation, effets santé et stratégies de recherche et d’innovation Agora des Sciences, 22 Février 2007 M J Amiot-Carlin UMR INSERM/INRA/Université de la Méditerranée

2 Alimentation Méditerranéenne Un modèle de consommation reconnu bénéfique pour notre santé

3 Alimentation(s) Méditerranéenne(s) Faible consommation de viandes rouges (mouton) Faible consommation de lipides animaux Faible- modérée consommation de vin aux repas (habituel en Europe du sud) Apport énergétique modéré Consommation fréquente de volailles, poissons Grande utilisation d’ail, oignons et plantes aromatiques Forte consommation de légumes secs, légumes, fruits, noix, céréales Modérée-forte consommation d’huile d’olive

4 Alimentation méditerranéenne traditionnelle

5 La consommation d’une alimentation de type méditerranéen est associée à une réduction des accidents et de la mortalité cardiovasculaires (Keys, 1970 ; Martinez-Gonzales, 2002 ; Trichopoulou, 2003, 2005) Alimentation méditerranéenne et Alimentation méditerranéenne et maladies cardiovasculaires Données épidémiologiques

6 L’Etude Médi-RIVAGE Marseille OBJECTIF Etudier l’effet de l’alimentation méditerranéenne versus un régime pauvre en lipides (prudente), sur des facteurs de risque cardiovasculaires chez des adultes à risque (prévention primaire). Vincent,… Lairon, Pub Health Nutr, 2004 ; Vincent,… Lairon, Am J Clin Nutr, 2005

7 Etude Médi-RIVAGE Sujets, protocole et méthodes Recrutement des volontaires avec au moins un critère : Cholesterol total mmol/L non traité93% Triglycérides mmol/L non traité 46% Glucose mmol/L non traité 11% IMC> 2735% Pressuresang.S:140 to 180 D:90 to 10521% Tabagisme≥ 5 cigarettes/jour Sédentaritéprofession/loisir Histoire familiale un parent direct n = 212; hommes (41%) et femmes (59%); moyenne âge: 51 ans, Randomisés en 2 groupes avec 2 régimes différents. Suivi pendant 3, 6 et 12 mois. Vincent,… Lairon, Pub Health Nutr, 2004

8  Les deux régimes améliorent le statut métabolique : IMC, cholestérol plasma, cholestérol LDL, triglycérides, insulinémie  Le régime méditerranéen exacerbe les effets : Cholestérol plasma, cholestérol LDL Triglycérides Etude Médi-RIVAGE Changements après 3moisConclusion Ces données supportent le concept : Une alimentation de type méditerranéen est particulièrement efficace pour améliorer des paramètres métaboliques qui sont des facteurs de risque des maladies cardiovasculaires Vincent,… Lairon, Am J Clin Nutr, 2005

9 Evolution du régime méditerranéen au régime occidental Occid Document fourni par Martine PADILLA CIHEAM/IAM Source : FAO/AGROSTAT

10 * Consommation apparente = production - exportation + importation - industrie - retrait INSEE Consommation apparente de1970-à 2000 Un décalage entre l’image positive des fruits et la consommation

11 Etude INCA ( ) étude transversale sur un échantillon représentatif de la population de 1985 adultes de 15 ans et plus et de 1018 enfants de 3 à 14 ans Catégorie \âge et plusEnsemble Fruits77,3108,8164,2206,0134,2 Jus de fruits et sodas200,2106,853,752,299,8 Compotes et fruits cuits8,510,212,012,410,7 Légumes (hors pdt)93,9116,4146,4128,5122,5 Pomme de terre et dérivés68,660,163,464,863,2 Soupes44,156,6110,9162,386,4 En g/j

12 Données SU.VI.MAX ( ) étude longitudinale sur sujets recrutés au niveau national. Collecte des données alimentaires sur 24 h tous les deux mois. hommes ans fruits 211 g/j légumes 119 g/j femmes ans fruits 187 g/j légumes 113g/j Petits consommateurs de fruits hommes 64% femmes 55% Petits consommateurs de légumes homme 72 % femmes 64% EPIC et SU.VI.MAX : pas de gradient Nord Sud en France

13  Gradient Nord/Sud marqué (EPIC) Suède 112 kg/p/an Finlande 130 kg/p/an Italie 268 kg/p/an Espagne 270 kg/p/an Grèce 344kg/p/an Consommation en France par rapport à celle des pays Européens consommation fruits et légumes hors pomme de terre France 150 kg/p/an

14 D’après Source : Sécodip / et tableaux CTIFL Évolution, entre 1990 et 2002, des quantités achetées des fruits les plus consommés (Qa/P/an)

15 Pour les 12 autres légumes (Radis à Petit pois) Evolution des quantités achetées de 24 légumes entre 1990 et 2002 Pour les 12 légumes les plus consommés (Tomate à Concombre- QA kg/P/an)

16 Evolution des quantités achetées de produits transformés

17 Évolution de la 4ème gamme en France (GMS) Source : linéairre n°143 Déc99 et AC Nielsen pour les années 2001/2002 Une forte augmentation de la consommation des produits prêts à consommer

18 Handicaps de la consommation des fruits et légumes Standardisation sur des critères techniques comme le calibre la fermeté (tenue à l’étal) et couleurStandardisation sur des critères techniques comme le calibre la fermeté (tenue à l’étal) et couleur Peu d’innovationPeu d’innovation - par rapport à d’autres produits alimentaires comme les produits lactés - 2 produits sur 3 en 2004 mis sur le marché a une connotation santé Manque de praticitéManque de praticité légumes exigeant du temps de préparation produits difficile à emmener (peu adapté au nomadisme) Manque d’informations - état de denrées brutes sans emballages vecteurs d’informationsManque d’informations - état de denrées brutes sans emballages vecteurs d’informations Le prixLe prix

19 Effets sur la santé des Fruits et Légumes Vague porteuse: PNNS et végétal Effets sur la santé des Fruits et Légumes  Études épidémiologiques (plus de 200) Convergentes vers un effet protecteur des fruits et légumes vis-à-vis des maladies dégénératives

20 Ce que l’on sait sur les effets santé des fruits et légumes Un effet protecteur vis-à-vis des maladies cardiovasculaires mis en évidence par comparaison entre forts consommateurs et faibles consommateurs Si on compile 9 analyses, le risque apparait diminué de 4% par portion supplémentaire de fruits et de légumes par jour et de 7 % pour les fruits

21 Effet sur les cancers SiteEffet EstomacProtecteur Voies aéro-digestives supérieures Protecteur possible Colon-rectumEffet global non significatif mais effet protecteur des legumes-feuilles PoumonEffet protecteur avec les fruits, pas avec les légume SeinPas d’effet protecteur demontré ProstateEffet de la consommation de tomates? À confirmer

22 Effets des fruits et légumes sur les performances cognitives associées au contenu en vitamines antioxydantes trop peu d’études pour conclure mais actions prometteuses

23 Effet de satiété montré dans plusieurs études d’intervention Modification de la densité nutritionnelle (obésité) (Darmon et al, J Am Diet Assoc, 2005,105 : ) Caractère antioxydant (cancer, maladies cardiovasculaires, maladies neuro-dégénératives) Amélioration de la sensibilité à l’insuline (syndrome métabolique, diabète) (Coyne et al, Am j Clin Nutr, 2005,82, ) Régulation des lipides (maladies cardiovasculaires): > 4 portions (Djoussé et al, Am J Clin Nutr, 2004, 79(2), )) Quels sont les principaux effets des fruits et légumes?

24 Protection de la cellule endothéliale Effet anti-inflammatoire (maladies cardiovasculaires, pathologies inflammatoires) (Watzl et al, Am J Clin nutr, 2005, 82, ) Effet sur la densité osseuse chez les adolescentes : 3 portions de fruits et légumes (Tylavsky et al, Am j clin Nutr, 2004, 79 :311-7) Effet sur les fonctions cognitives (Commenges Eur J Epidemiol 2000, 16 :357-6) Et aussi…

25 Les fruits et légumes : un assemblage complexe Matrice peu énergétique Minéraux Acides organiques Antioxydants Vitamines Grande diversité de micronutriments Sucres Arômes fibres

26 Environnement Mode de vie Cigarettes Alimentation Régime riche en lipides … Sources d’oxydants Défenses antioxydantes Systèmes de détoxification endogènes Fruits et légumes céréaleshuiles.... Les fruits et légumes apportent à l’homme des éléments protecteurs bénéfiques pour sa santé Systèmes de détoxification endogènes Vitamine E Vitamine C CaroténoïdesPolyphénols…. Défenses antioxydantes

27 Vitamine C (fruits frais-agrumes-kiwi-petits fruits rouges….) intervient dans différents métabolismes Le métabolisme du collagène Le métabolisme du fer (favorise son absorption sous forme réduite) Le métabolisme immunitaire …. Des fonctions physiologiques diverses La vitamine K (légumes feuilles) principalement impliquée dans les protéines impliquées dans le phénomène de coagulation (prothrombine, facteur II, VII, IX et X) Dans le métabolisme du calcium en facilitant sa fixation sur l’ostéocalcine La vitamine B9 (légumes feuilles) Relation très forte avec l’homocystéine …

28 Vitamines Noms chimiques Contribution des fruits et légumes fruits et légumes A Rétinol, bêta carotène % DCholécalciférol, ergocalciférol- ETocophérols15-22 % KPhylloquinone, ménaquinone, ménadionelégumes>> B1B1 Thiamine17-24 % B2B2 Riboflavine ~ 10 % PP or B 3 Acide nicotinique ou nicotinamide ~ 10 % B5B5 Acide pantothéniqueLégumineuses B6B6 Pyridoxine, pyridoxal20-22 % B8B8 BiotineLégumineuses B9B9B9B9 Acide folique et dérivés-polyglutamates > 50% > 50% B 12 Cobalamines- CAcide ascorbique et déhydroascorbique70% FV - PDT 22%

29 Micronutriments (non essentiels) Polyphénols (tannins, flavonols, pigments anthocyaniques…) Pigments lipophiles (caroténoides: Lycopène, lutéine….) Composés soufrés Phytostérols

30 Effets sur la santé Stratégies de recherche Aliments et nutriments. Effets sur les grandes fonctions  Biodisponibilité des nutriments. Etude des mécanismes d’absorption des micronutriments et leur métabolisme.  Effets des nutriments sur la croissance, le vieillissement et les processus dégénératifs dans leur ensemble.  Nutrigénétique (facteurs génétiques influençant les effets) et Nutrigénomique (effets des nutriments sur l’expression génique)

31 Innovations Accessibilité et Praticité (prêt à l’emploi-le packaging) Répondre aux modes de vie des consommateurs –Prêts à consommer (lieux de travail, nomadisme y compris chez soi) Équilibre nutritionnel respecté Proche du frais Couple Goût/nutrition indissociable Stratégies de recherche dans l’évolution des fruits et légumes en post-récolte –Emballages Nouveaux emballages (« intelligents »)  Préserver les qualités organoleptiques et nutritionnelles Attention  produits porteurs de naturalité et emballages (sécurité)

32 Innovation Saveur/Flaveur notion de mûr à point mûr dans x jours  important de définir la qualité optimale des fruits en fonction de la variété, de la date de récolte, des conditions de post-récolte

33 Innovation-Diversité/modernité Nouvelle variété ARIANE (gène Vf) Généalogie complexe récolte époque Golden Bel attrait (lenticelles marquées, russet pédonculaire, rouge brillant) TB qualité gustative : riche en sucre et en acide TB conservation sensible race 6, résistant race 7 Pb : sensibilité au puceron cendré Yves Lespinasse, INRA centre d’Angers

34 Sécurité : variétés résistantes /pratiques culturales/agriculture plus respectueuse de l’environnement/ Analyser l’effet du milieu et des pratiques culturales dans l’élaboration des différentes composantes de la qualité Etudier la trajectoire d’évolution des produits (croissance et maturation) jusqu’à la récolte, sous le contrôle de facteurs génétiques, environnementaux et culturaux. Se doter d’outils d’intervention (choix variétal, pratiques culturales optimisées) conduisant à des produits au potentiel « optimal »

35 Evolution de la qualité nutritionnelle Conditions de culture (variété …) Conservation Procédés technologiques Packaging Conservation Pratiques culinaires Consommation

36 MicroconstituantsAugmentationSimilaireDiminution Caroténoïdes553 Vitamine C Polyphénols941 Comparaison AB et AC au niveau du contenu en divers microconstituants (nombre d’études concernant les fruits et légumes, huile d’olive) Agriculture biologique versus conventionnelle Tendance dans les fruits et légumes issus de l’AB à accumuler des polyphénols et de la vitamine C (balance N/C) M.J. Amiot, issu du rapport AFSSA, 2003

37 Pathologiesmicronutriments Produits végétaux Facteurs de variation MCV ostéoporose cancersfolates caroténoides composés soufrés flavonoides raisins pommes Brassicae Allium tomates olives extraits procédés environnement variétés Des approches multiples

38 Valeurs porteuses pour une augmentation de la consommation en fruits et nouveaux enjeux AxesTendances PlaisirDiversité – Sophistication-Fun SantéMaintien en bonne santé Naturalité -Végétal FormeMinceur- bien-être PraticitéFacilité à manipuler Gain de temps Nomadisme EthiqueCitoyenneté -Ecologie Environnement, Agriculture et Alimentation

39 pratiques (prêts à l’emploi, emballages ) sécurisants (qualité « prouvée ») savoureux (petit plaisir : dessert, apéritif, chaque jour) Fruits et Légumes de nouveaux enjeux... Programme National Nutrition Santé « pour une mobilisation de tous les acteurs » accessibles (grignotage hors domicile, approvisionnement facile) nouveaux (découverte)

40 Merci de votre attention….


Télécharger ppt "L’alimentation méditerranéenne Place des fruits et légumes Consommation, effets santé et stratégies de recherche et d’innovation Agora des Sciences, 22."

Présentations similaires


Annonces Google