La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Guerre et propagande. Véra Moukhina, L’ouvrier et la Kolkhozienne, 1937, sculpture, moulage en acier inoxydable fer-chrome –nickel, Centre Panrusse des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Guerre et propagande. Véra Moukhina, L’ouvrier et la Kolkhozienne, 1937, sculpture, moulage en acier inoxydable fer-chrome –nickel, Centre Panrusse des."— Transcription de la présentation:

1 Guerre et propagande

2 Véra Moukhina, L’ouvrier et la Kolkhozienne, 1937, sculpture, moulage en acier inoxydable fer-chrome –nickel, Centre Panrusse des expositions, Moscou.

3 Arno Breker, Le porte flambeau et le porte glaive, 1939

4 Monuments aux morts (Choix libre)

5 Otto Dix, La guerre, , huile sur bois, 264 x 408 cm, Galerie Neue Meister de Dresde

6 Jacques TARDI, C’était la guerre des tranchées, 1993

7 OTTO DIX, La Tranchée, 1918, gouache sur papier, 41x39 cm HENRI BARBUSSE, Le Feu, 1916 En relation (considéré comme un seul objet d’étude)

8 Krzysztof Penderecki, Thrène à la mémoire des victimes d'Hiroshima, 1960, 8’37 min

9 CHARLIE CHAPLIN, Le Dictateur, 1940, film

10 Regard sur le Monde

11 Fresque du Palais National de México, Diego RIVERA, La conquète ou Arrivée de Hernán Cortés à Veracruz, 1951, tableau 11, mur est

12 Norman Rockwell, The Problem we all live with, 1964.

13 Billie Holyday, Strange Fruit, 1939 Southern trees bear a strange fruit Blood on the leaves and blood at the root Black body swinging in the Southern breeze Strange fruit hanging from the poplar trees Pastoral scene of the gallant South, The bulging eyes and the twisted mouth, Scent of magnolia sweet and fresh, Then the sudden smell of burning flesh! Here is fruit for the crows to pluck, For the rain to gather, for the wind to suck, For the sun to rot, for the trees to drop, Here is a strange and bitter crop.

14 BANKSY (Choix libre)

15 Mickey 3d, Respire, 2003 Il faut que tu respires Et ça c'est rien de le dire Tu vas pas mourir de rire Et c'est pas rien de le dire Il faut que tu respires C'est demain que tout empire Tu vas pas mourir de rire Et c'est pas rien de le dire Le pire dans cette histoire c'est qu'on est des esclaves Quelque part assassin ici bien incapable De regarder les arbres sans se sentir coupable A moitié défroqué cent pour cent misérable Alors voilà petit l'histoire de l'être humain C'est pas joli joli et j'connais pas la fin T'es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou Qu'on remplit tous les jours comme une fosse à purin Il faut que tu respires Et ça c'est rien de le dire Tu vas pas mourir de rire Et c'est pas rien de le dire Il faut que tu respires C'est demain que tout empire Tu vas pas mourir de rire Et ça c'est rien de le dire Il faut que tu respires Il faut que tu respires Approche-toi petit, écoute-moi gamin Je vais te raconter l'histoire de l'être humain Au début y'avait rien au début c'était bien La nature avançait y'avait pas de chemin Puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers Des coups de pied dans la gueule pour se faire respecter Des routes à sens unique il s'est mis à tracer Des flèches dans la plaine se sont multipliés Et tous les événements se sont vus maitriser En deux temps trois mouvements l'histoire était pliée C'est pas demain la veille qu'on fera marche arrière On a même commencé à polluer les déserts Il faut que tu respires Et ça c'est rien de le dire Tu vas pas mourir de rire Et c'est pas rien de le dire D'ici quelques années on aura bouffé la feuille Et tes petits enfants ils n'auront plus qu'un œil En plein milieu du front ils te demanderont Pourquoi toi t'en as deux et tu passeras pour un con Ils te diront comment t'as pu laisser faire ça T'auras beau te défendre leur expliquer tout bas C'est pas ma faute à moi c'est la faute aux anciens Mais y'aura plus personne pour te laver les mains Tu leur raconteras l'époque où tu pouvais Manger des fruits dans l'herbe allongé dans les prés Y'avait des animaux partout dans la forêt Au début du printemps les oiseaux revenaient

16 Hergé, Objectif Lune, 1953

17 Duane Hanson, Supermarket Lady, 1970

18 Autrefois pour faire sa cour Ils parlaient d'amour Pour mieux prouver leur ardeur Ils offraient son coeur Maintenant c'est plus pareil Ça change ça change Ils vous disent: mon cher ange Et vous glissent à l'oreille Ah! Gudule Viens m'embrasser Et je te donnerai Un frigidaire Un joli scoutaire Un atomivère Et du Dunlopillo Une cuisinière Avec un four en verre Des tas de couverts Et des pelles à gâteaux Une tourniquette Pour faire la vinaigrette Un bel aérateur Pour manger les odeurs Des draps qui chauffent Un pistolet à gauffres Un avion pour deux Et nous serons heureux Et si la belle Se montre encore cruelle Il la franque dehors Et il confie son sort Au frigidaire À l'efface-poussière À la cuisinière Au lit qu'est toujours fait Au chauffe-savates Au canon à patates À l'éventre-tomates À l'écorche-poulet Mais très très vite Il reçoit la visite D'une douce petite Qui lui offre son coeur Alors il flanche Et c'est votre revanche Car elle cassera Jusqu'à son dernier plat Car elle cassera Jusqu'à son dernier plat Car elle cassera Jusqu'à son dernier plat Autrefois s'il arrivait Que l'on se querelle Votre mari s'en allait Laissant la vaisselle Maintenant que voulez-vous La vie est si chère Il dit: rentre chez ta mère Et il se garde tout Ah! Gudule Excuse-toi Ou je reprends tout ça Mon frigidaire Mon armoire à cuillères Mon évier en ferre Et mon poêle à mazout Mon cire-godasses Mon repasse-limaces Mon tabouret à glace Et mon chasse-filous La tourniquette A faire la vinaigrette Le ratatine-ordures Et le coupe-friture BORIS VIAN, La Complainte du Progrès, 1956

19 Jean-Jacques Goldman, Les Choses, 2001 Plus de bien de mal, mais est-ce que ça passe à la télé Nobel ou scandale? on dit ´V.I.P´ Je prie les choses et les choses m´ont pris Elles me posent, elles me donnent un prix Je prie les choses, elles comblent ma vie C´est plus ´je pense´ mais ´j´ai´ donc je suis Des choses à mettre, à vendre, à soumettre Une femme objet qui présente bien Sans trône ou sceptre je me déteste Roi nu, je ne vaux rien Je prie les choses et les choses m´ont pris Elles me posent, elles me donnent un prix Je prie les choses, elles comblent ma vie C´est plus ´je pense´ mais ´j´ai´ donc je suis Un tatouage, un piercing, un bijou Je veux l´image, l´image et c´est tout Le bon ´langage´ les idées ´qu´il faut´ C´est tout ce que je vaux Si j´avais si j´avais ça Je serais ceci je serais cela Sans chose je n´existe pas Les regards glissent sur moi J´envie ce que les autres ont Je crève de ce que je n´ai pas Le bonheur est possession Les supermarchés mes temples à moi Dans mes uniformes, rien que des marques identifiées Les choses me donnent une identité Je prie les choses et les choses m´ont pris Elles me posent, elles me donnent un prix Je prie les choses, elles comblent ma vie C´est plus ´je pense´ mais ´j´ai´ donc je suis Des choses à mettre, à vendre, à soumettre Une femme objet qui présente bien Sans trône ou sceptre je me déteste Roi nu, je ne vaux rien J´ai le parfum de Jordan Je suis un peu lui dans ses chaussures J´achète pour être, je suis Quelqu´un dans cette voiture Une vie de flash en flash Clip et club et clop et fast food Fastoche speed ou calmant Mais fast, tout le temps zap le vide Et l´angoisse

20 Architecture

21 Philippe Ramette, Balcon à Hong Kong, 2001, photographie Steve Reich, City Life 1er mouvement -Check It out ~6', EN RELATION (considéré comme un objet d’étude)

22 André et jean POLAK, Atomium, 1958, Bruxelles

23 Le Bauhaus

24 Friedensreich Hundertwasser - Tour Kuchlbauer – Absensberg

25 ANTONI GAUDÍ, Casa Batlló, 1904 – 1906, Barcelone

26 Palais du Reichstag, Berlin


Télécharger ppt "Guerre et propagande. Véra Moukhina, L’ouvrier et la Kolkhozienne, 1937, sculpture, moulage en acier inoxydable fer-chrome –nickel, Centre Panrusse des."

Présentations similaires


Annonces Google