La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Etty Hillesum à l’occasion de sa naissance il y a cent ans Temple du Bas, Neuchâtel, le 1er septembre 2014, Pierre Bühler.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Etty Hillesum à l’occasion de sa naissance il y a cent ans Temple du Bas, Neuchâtel, le 1er septembre 2014, Pierre Bühler."— Transcription de la présentation:

1 Etty Hillesum à l’occasion de sa naissance il y a cent ans Temple du Bas, Neuchâtel, le 1er septembre 2014, Pierre Bühler

2 Plan de l’exposé 1)Qui est Etty Hillesum? Sa vie, sa famille, ses connaissances, son évolution 2)Ses écrits, et comment les aborder – plusieurs perspectives possibles 3)Enjeux théologiques, spirituels et existentiels de sa démarche

3 1) Quelques dates importantes née le 15 janvier 1914 à Middelburg, Pays-Bas, dans une famille juive lycée à Deventer 1932: Amsterdam: études de droit, puis études des langues slaves (lecture de Dostoïevski; leçons privées de russe) mars 1937: emménage chez Han Wegerif mai 1940: occupation all. des Pays-Bas; mesures anti-juives (début des «temps d’effroi»)

4 3 févr. 1941: première rencontre avec Julius Spier ( ) («nouvelle naissance») 8 mars 1941: début du journal thérapie, puis collaborations en «chiropsychologie» lectures: Rilke; Dostoïevski; Jung; Bible (Ancien et Nouveau Testament); Maître Eckart; Augustin

5 juin 1942: premières déportations massives de Juifs des Pay- Bas; installation des camps de transit 15 juill. 1942: Etty Hillesum commence un travail administratif au Conseil juif à Amsterdam 30 juill. 1942: début du travail d’assistance sociale au camp de transit de Westerbork août 1942-sept. 1943: travail à Westerbork, interrompu par des séjours à Amsterdam (pour raisons de santé) – lettres 15 sept. 1942: mort de Julius Spier 12 oct. 1942: dernière note du journal conservé («On voudrait être un baume sur tant de plaies») 6 juin 1943: départ définitif pour Westerbork 7 sept. 1943: déportation à Auschwitz, avec ses parents et son frère Mischa 30 nov. 1943: date de décès selon la Croix-Rouge

6 Son dernier témoignage Christine, j’ouvre la Bible au hasard et trouve ceci: «Le Seigneur est ma chambre haute.» Je suis assise sur mon sac à dos, au milieu d’un wagon de marchandises bondé. Papa, maman et Mischa sont quelques wagons plus loin. Ce départ est tout de même venu à l’improviste. Ordre subit de La Haye, spécialement pour nous. Nous avons quitté ce camp en chantant, père et mère très calmes et courageux, Mischa également. […] Un au revoir de nous quatre, Etty

7 2) Ses écrits, et comment les aborder dix cahiers de journal (env. 730 p.) – 71 lettres (env. 160 p.) / éditions partielles – éditions complètes vivre – lire – écrire – penser: une seule et même réalité une «oeuvre ouverte»: plusieurs perspectives de lecture possibles

8 perspectives de lecture possibles Intellectuelle: sa manière de lire ses auteurs (Dostoïvski; Rilke, Jung, la Bible, etc.) littéraire: comment devenir écrivain psychologique: travail sur soi et ses rapports à autrui; développement de la personnalité sociale: l’émancipation de la femme historique: sa manière de percevoir les événements de la Shoah théologique et spirituelle: assumer les défis de l’existence en dialogue avec Dieu

9 3) Enjeux théologiques, spirituels et existentiels de sa démarche a) Au point de départ: l’ambivalence «L’ambivalence, chez moi, est une calamité.» (p. 93) «Il est bien difficile de vivre en bonne intelligence avec Dieu et avec son bas-ventre.» (p. 120) b) «La fille qui ne savait pas s’agenouiller» (p. 218) «La fille qui ne savait pas s’agenouiller, mais a fini par l’apprendre, sur le rude tapis de sisal d’une salle de bains un peu fouillis» (p. 222) «on dirait que le geste de l’agenouillement est modelé dans tout mon corps, je le sens parfois dans tout mon corps. Parfois, […], il me vient un besoin irrépressible de m’agenouiller, la tête inclinée bien bas, le visage enfoui dans les mains» (p. 451) c) A quel Dieu s’adresse la prière?

10 un Dieu de faiblesse - comparaison Dietrich Bonhoeffer, arrêté par la Gestapo, écrit de sa cellule dans une lettre du 16 juillet 1944 : « Dieu nous fait savoir qu’il nous faut vivre comme des êtres qui parviennent à vivre sans Dieu. Le Dieu qui est avec nous est celui qui nous abandonne (Mc 15, 34). […] Dieu, sur la croix, se laisse chasser du monde. Dieu est impuissant et faible dans le monde, et ainsi seulement il est avec nous et nous aide. Mt 8, 17 indique clairement que le Christ ne nous aide pas par sa toute-puissance, mais par sa faiblesse et sa souffrance ! » D. BONHOEFFER, Résistance et soumission, Genève, Labor et Fides, 2006, p Etty Hillesum, dans une note de journal du 12 juillet 1942 : « Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne puis rien garantir d’avance. Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider – et, ce faisant, nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte. Un peu de toi en nous, mon Dieu. » (p )

11 d) Ecouter au-dedans («hineinhorchen») «Hineinhorchen, écouter au-dedans, je voudrais disposer d’un verbe hollandais pour dire la même chose. De fait, ma vie n’est qu’une perpétuelle écoute au-dedans de moi-même, des autres, de Dieu. Et quand je dis que j’écoute au-dedans, en réalité c’est plutôt Dieu en moi qui est à l’écoute. […]. Dieu écoute Dieu.» (p. 719) e)Elargir la vie – en intégrant la mort «L’éventualité de la mort est intégrée à ma vie; regarder la mort en face et accepter cette mort, cet anéantissement, toute forme d’anéantissement, comme partie intégrante de la vie, c’est élargir cette vie. […] Cela peut paraître presque paradoxal: en excluant la mort de sa vie on se prive d’une vie complète, et en l’y accueillant on élargit et enrichit sa vie.» (p. 646)

12 f) Ne pas se soucier du lendemain (Matthieu 6) «Encore une fois, je note pour mon propre usage: Matthieu 6, 34: Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. – Il faut les éliminer quotidiennement comme des puces, les mille petits soucis que nous inspirent les jours à venir […] Notre unique obligation morale, c’est de défricher en nous- mêmes de vastes clairières de paix et de les étendre de proche en proche, jusqu’à ce que cette paix irradie vers les autres. Et plus il y a de paix dans les êtres, plus il y en aura aussi dans ce monde en ébullition.» (p ) g) Spiritualité et éthique «Ce matin, j’ai lu un moment Maître Eckart, puis j’ai nettoyé des W.-C.» (lettre, p. 791)

13 - l’amour, contre la haine (1 Corinthiens 13) - «aimez vos ennemis» (Mathieu 5, 44) h) La vie est belle pourtant! «C’est comme une petite vague qui remonte toujours en moi et me réchauffe, même après les moments les plus difficiles: comme la vie est belle pourtant! C’est un sentiment inexplicable. Il ne trouve pas non plus le moindre appui dans la réalité que nous vivons en ce moment.» (p. 736) i) Une théologie de la création «J’ai accueilli avec joie l’intuition de la beauté, en dépit de tout, du monde créé par Dieu.» (p. 61) «Mon Dieu, je te remercie de m’avoir faite comme je suis.» (p. 258)

14 «Quand je pense aux visages des soldats en uniforme vert de l’escorte armée, mon Dieu, ces visages! Je les ai examinés l’un après l’autre, dissimulée dans mon poste d’observation, derrière une fenêtre. Jamais rien ne m’a tant épouvantée que ces visages. Je me suis posé des questions sur cette parole qui est le fil conducteur de ma vie: Et Dieu créa l’homme à son image [Genèse 1, 27]. Oui, cette parole a connu chez moi une matinée difficile.» (lettre, p. 903)

15 En guise de conclusion: non pas une sainte, mais une témoin «Je devrais brandir ce frêle stylo comme un marteau et les mots devraient être autant de coups de maillet pour parler de notre destinée et pour raconter un épisode de l’histoire comme il n’y en a encore jamais eu. […] Il faudra bien tout de même quelques survivants pour se faire un jour les chroniqueurs de cette époque. J’aimerais être, moi aussi, une petite chroniqueuse parmi eux.» (p )


Télécharger ppt "Etty Hillesum à l’occasion de sa naissance il y a cent ans Temple du Bas, Neuchâtel, le 1er septembre 2014, Pierre Bühler."

Présentations similaires


Annonces Google