La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Superviser dans une posture ontologique Symposium sur la supervision en counseling Sessions 201-301 Congrès AIOSP-OCCQ Jimmy Ratté, Ph.D., Université Laval,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Superviser dans une posture ontologique Symposium sur la supervision en counseling Sessions 201-301 Congrès AIOSP-OCCQ Jimmy Ratté, Ph.D., Université Laval,"— Transcription de la présentation:

1 Superviser dans une posture ontologique Symposium sur la supervision en counseling Sessions Congrès AIOSP-OCCQ Jimmy Ratté, Ph.D., Université Laval, Québec Mercredi le 4 juin 2014

2 Connaissances théoriques Dimension technique L’efficacité: Effets rapides Satisfaction des clients Amoindrissement des symptômes Adhérence du client au modèle de santé ou au modèle prédéterminé d’orientation Formateur/superviseur: un mentor, qui sanctionne la compétence La compétence attendue

3 Vécu subjectif des stagiaires Sentiment de ne pas être compétents Difficulté à comprendre l’aidé et ce qu’il cherche Manquent des mots justes pour parler au client Mêlés dans les construits théoriques Misère à transposer leurs connaissances en rapport réel avec l’aidé Complications dans le dilemme ouverture/défenses

4 Postures de formateurs Posture A  États d’impuissance modifiables avec la compétence (pas toujours vérifié dans la pratique)  L’acquisition d’expérience réduira l’inconfort  Accent sur les construits théoriques et modèles cliniques  Enseignement/Modeling Posture B  Le métier s’apprend davantage dans des lieux de déroute  L’inconfort est le matériau privilégié d’apprentissage  Posture qui fait de la place à la personne de l’aidé et au vécu relationnel  Apprendre à accueillir avec son être; jeux de rôle

5 La posture ontologique Appropriation du vécu en rapport avec l’autre Je-aidant Tu-aidé (Buber, 1970; Ratté et cols, 2008) « Se recevoir » dans le rapport d’aide (Hamann, 2013) L’autre existe alors comme singularité Recadrage de l’instrumentation (Schneider, 2003) Présence à soiet à l’autre

6 Présence et instrumentation Présence dans les techniques d’entrevue … dans la passation d’outils psychométriques et le retour sur les résultats Sortie de la moralisation et de la normalisation L’aidant est un apprenant de lui-même, accompagnant une personne qui se cherche Déploiement interdépendant de leurs existences Phénomène paradoxal de transformation dans l’accès à soi (Hamann, 2013; Ratté, 2009)

7 Superviser dans cette position Invitation du superviseur au supervisé à consentir au sentiment indésirable Reconnaissance de son vécu ontique par le stagiaire Invitation à une résonnance existentielle avec le client Écoute au-delà des projections et des théorisations

8 Dialogue fictif de supervision Supervisé A parlant d’une cliente Je n’arrive pas à placer un mot. Quand j’essaie d’intervenir, elle me coupe la parole et revient sur son point de vue. Elle me contredit aussi. J’ai bien essayé de la ramener à elle-même mais elle revient continuellement à des accusations envers son patron, son mari, et envers moi aussi, m’accusant de ne pas la croire. Je me sens complètement impuissant et je dois avouer que j’avais envie que la rencontre finisse au plus vite; mais le temps semblait passer si lentement…

9 Superviseur Parle nous davantage de ton sentiment d’impuissance. Elle te coupe la parole, t’accuse de ne pas la croire. Il s’agit d’une rencontre difficile pour toi. Supervisé A Ce serait difficile pour n’importe qui. C’est une vraie Trouble de Personnalité Limite cette femme-là! Supervisée B Elle te dérange beaucoup on dirait. Je t’ai vu quand tu sortais de cette entrevue et tu avais l’air bouleversé. Supervisé A J’aurais voulu t’y voir. Elle n’est vraiment pas évidente.

10 Superviseur Cette cliente te touche vraiment et elle te fait te sentir dépassé. Essaie de rester présent à ce qu’elle éveille en toi et parles-nous autour de ça. On verra ensuite sur ce qu’on peut dire d’elle. Supervisé A Eeee on est pas là pour moi, mais pour elle. Je ne comprends pas pourquoi je devrais parler de moi, même si c’est en lien avec ce qu’elle éveille en moi. Superviseur C’est aussi probablement difficile pour elle de s’ouvrir. Mais ici, il s’agit d’abord de toi et de ce qu’éveille en toi la manière dont elle se rend inaccessible. Supervisée C Tu te défends et nous fait nous sentir impuissants à t’aider tout comme elle…

11 Superviseur … mais c’est une ouverture de ta part de nous parler de ton impuissance avec elle. Parles-nous en encore. Supervisé A J’ai peur d’avoir l’air ridicule en vous parlant. Je déteste être placé dans cette position; ça vous donne trop de pouvoir sur moi. Et je n’ai pas plus de prise sur elle. Superviseur D’accord. Maintenant que tu peux habiter un peu ta peur de nous donner du pouvoir sur toi et celle aussi de ne pas en avoir sur ta cliente, dis-nous comment tu comprends son attitude défensive. Supervisé A Elle a peur. Elle craint que je la perce à nu et fait tout pour m’embrouiller.

12 Supervisée B C’est important ça. Je suis beaucoup touchée car c’est une peur que je connais. Je fais ça moi aussi quand j’ai peur, je parle beaucoup. Superviseur Que feras-tu maintenant que tu as compris qu’elle a peur et que c’est pour ça qu’elle ne te laisse pas parler et te contredit quand tu avances quelque chose. Supervisé A Je pense que je vais l’écouter davantage, même si elle parle beaucoup, et que je serai plus sensible à sa crainte. Superviseur Très bien. Je suis certain qu’elle se sentira davantage reçue. Tu pourras aussi lui dire que tu la sens craintive quand tu percevras que c’est possible. Supervisé A D’accord.

13 Retour sur le dialogue Rapport Je-Cela: cliente objet de science; jugement Accueil par le superviseur de l’impuissance vécue par l’aidant; support/confrontation de l’équipe Invitation du supervisé A à s’approprier son vécu Il connecte avec lui-même : rapport Je-Tu Résonnance existentielle avec la cliente État de crise à résoudre > accueil plus sensible

14 Le client sous ce regard Lieux fondamentaux de l’expérience humaine repérés Perception plus juste et nuancée du client par le supervisé Résistance et désir de se rejoindre = des interfaces au plan expérientiel Ouverture et résistances: lieux à accueillir et sources de sens

15 Ancrages épistémologiques Philosophes de l’altérité (Husserl, Heidegger, Buber) Proches parents comme posture de recherche : la phénoménologie, l’herméneutique, la recherche coopérative expérientielle (McLeod, 2001). Ancrages dans la subjectivité, l’expérientiel ( experiencing ), les subjectivités mises en relation (Rogers, 1985; Reason et Heron, 1986, 1998; Hamann, 2013) Précurseurs et proches parents cf. posture dans le rapport d’aide : Socrate > Kierkegaard > Heidegger >Buber > Rogers > Bugental > Friedman > May > Schneider

16 Conclusion 1/2: Le survenant L’altérité : l’autre en soi; l’autre comme singularité Accent sur le sujet « aidant » et les conditions d’accueil Approche « de l’essence » du discours et être touché Place à l’inattendu, à l’indésirable, à l’intolérable Posture Je-Tu toujours à reprendre Au-delà de la posture de l’expert: le Passeur (Ratté et cols, 2008, 2010)

17 Conclusion 2/2: Le surprenant Expériences du supervisé et du client reçues > écho existentiel pour les personnes en présence Ontique > méta-ontique > ontologique (Craig, 2008) Le changement du client/évolution du stagiaire : processus sans fin de découverte de soi et de mouvement paradoxal dans l’accès à soi tel que c’est Apprenant du rapport d’aide > >> chercheur ontologique (Deshaies, 2013)

18 Représentation symbolique


Télécharger ppt "Superviser dans une posture ontologique Symposium sur la supervision en counseling Sessions 201-301 Congrès AIOSP-OCCQ Jimmy Ratté, Ph.D., Université Laval,"

Présentations similaires


Annonces Google