La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Présentation Pays Algérie UNDP High-level Workshop on Leadership for an Expanded Response to HIV/AIDS 29 September – 1 October, 2002 Sana’a, Yemen.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Présentation Pays Algérie UNDP High-level Workshop on Leadership for an Expanded Response to HIV/AIDS 29 September – 1 October, 2002 Sana’a, Yemen."— Transcription de la présentation:

1 Présentation Pays Algérie UNDP High-level Workshop on Leadership for an Expanded Response to HIV/AIDS 29 September – 1 October, 2002 Sana’a, Yemen

2 Contexte Général L'Afrique du Nord reste une zone peu touchée par l'épidémie, avec une progression apparemment plus réduite et plus lente. En Afrique du Nord et au Moyen Orient, les taux d'infection à VIH sont moins bien connus que dans les autres parties du monde; les attitudes généralement conservatrices de ces pays au niveau social et politique, empêchent souvent les pouvoirs publics de s'attaquer de façon directe à la question des comportements à risque. Dans ces pays l'estimation du nombre de personnes vivant avec le VIH serait de soit moins de 1% du total mondial. Cependant, la régression de certains indicateurs socio sanitaires et économiques mérite une attention particulière des responsables concernés, compte tenu de leur possible impact sur l'évolution du VIH/SIDA. L'Algérie, partie centrale de l'Afrique du Nord, d'une superficie de km2 compte sept frontières dont l'immense étendue constitue une contrainte majeure dans la surveillance des mouvements de population, L'Algérie est un pays soumis au risque d'introduction du VIH du fait qu'il est un carrefour de deux régions très touchées, l'Europe et l'Afrique Subsaharienne.

3 Situation épidémiologique algérienne L’Algérie est un pays africain à faible prévalence par l’infection à VIH/SIDA:(527 cas de SIDA et 1183 cas de séropositifs cumulés depuis le début de l’épidémie sont déclarés au 31 décembre Ces données ont été appuyées par différentes enquêtes chez des sujets atteints de tuberculose, chez des femmes enceintes et des donneurs de sang: - une enquête menée au Laboratoire National de Référence (LNR) en 1996 n’a retrouvé aucune séropositive sur femmes enceintes dépistées; - une enquête nationale menée sur 1460 tuberculeux en 1997 n’a également pas retrouvé de séropositif. - De 1992 à 1996, dans le CTS de Béni-Messous, 5 cas sur dons de sang ont été confirmés positifs (séroprévalence de 0.01 %). - Pour le Centre de Transfusion Sanguine (CTS) de Mustapha, de 1994 à 1996, la séroprévalence est de 0.06 % (3 cas sur dons).

4 Situation épidémiologique algérienne (suite) Une enquête par réseau sentinelle portant sur 1513 patients ayant consulté dans le privé pour IST de 1995 à 1997 ne retrouve aucun cas de séropositivité. Cependant, de par sa situation géographique (au confluent des zones les plus touchées par la pandémie du VIH/SIDA) et compte tenu de certains indices épidémiologiques (résultats des enquêtes de séro-surveillance sentinelle et analyse de la notification des cas de SIDA et des séropositifs), la vigilance est de rigueur. Par ailleurs, les infections sexuellement transmissibles (IST) représentent un problème de santé publique en Algérie. Elles constituent un indicateur de l’évolution de la situation épidémiologique compte tenu de leur rôle de co-facteur de l’infection à VIH.

5 Répartition des cas cumulés de sida selon l’âge et le sexe au 31 décembre 2001 Sexe Age MasculinFémininTotal% 0 – 14 ans – 19 ans – 49 ans > 50 ans Indéterminés Total % Source L.N.R - IPA - Sidi Fredj

6 Répartition des cas cumulés de SIDA selon le mode de contamination

7 Répartition des voies de transmission des cas de SIDA selon le lieu d’infection

8 Graphique 3 Evolution des cas de SIDA par année de 1985 au 31 décembre 2001 Source: LNR – IPA Sidi Fredj.

9 Evolution des cas de séropositivité de 1985 à 2001

10 Evolution du sex-ratio des séropositifs par année de 1987 à 2000

11 Situation épidémiologique algérienne ( suite) La séro-surveillance réalisée en 1998 a permis de tester les procédures opérationnelles et la méthodologie de ces enquêtes. Cependant, 1 cas de séropositivité avait déjà été constaté parmi 115 patients atteints d’IST dans la wilaya de Tamanrasset. En 2000, 2916 sujets ont été dépistés dont 1984 femmes enceintes, 793 IST et 139 travailleuses du sexe

12 Activités VIH/SIDA (PNLS) En 1988 L’élaboration du 1er programme à court terme en collaboration avec l’OMS comprenant des mesures d’urgence dans les domaines de la formation, la sécurité transfusionnelle et la surveillance épidémiologique. En 1989 La mise en place du Laboratoire National de Référence (LNR) et création d’un comité de lutte contre les MST /SIDA. En 1990 L’élaboration d’un plan à moyen terme de lutte contre les MST/ SIDA : PMT1 en collaboration avec l’OMS. 2001: Démarrage du Processus Planification Stratégique élaboration En 1991 Le contrôle du sang et des dons d’organes a été instauré. En 1994 Mise en place d’un programme à moyen terme 2 suite à un atelier national de consensus (PMT2) a couvert la période 1995/1999 et s’est vu prolonger jusqu’au 31 décembre En janvier 2000 Pour une meilleure maîtrise de la prochaine planification et tirer les leçons des actions menées par les différents acteurs, les Autorités nationales, de concert avec le groupe thématique ONUSIDA ont décidé une évaluation finale du PMT : - Finalisation et adoption du PPS -Préparation de la proposition algérienne pour le GFATM

13 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Statutairement les programmes de coopération du SNU se fondent sur le Plan National de développement du Gouvernement et les stratégies sectorielles et sous sectorielles subséquentes. A ce titre, ses appuies s’articulent autour du Plan Stratégique National pour la lutte contre les IST/VIH/SIDA (PPS), du Plan d’Action du Gouvernement, du Plan National de la santé et du Programme National de lutte contre la Pauvreté etc.… Le Programme de la Coordination résidente développe des activités qui: - assurent et renforcent la cohérence des activités opérationnelles du SNU en réponse aux besoins nationaux exprimés, - appuient les conditions de mise en œuvre du Plan cadre des Nations Unies pour le Développement (UNDAF) pour la période approuvé par les autorités nationales. Cet appui reçoit des contributions multiformes spécialisées des agences du Système des Nations Unies selon leurs domaines de compétence prioritaires, Il appuie la mobilisation de ressources pour les programmes de lutte contre le VIH/SIDA et le développement de partenariats :ex Réunion de concertattion de Tamanrasset en mai 2002, mobilisation de fonds bilatéraux pour des ONGs….etc.

14 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) Dans le cadre de son Programme Régional Afrique du Nord et Moyen Orient et de ses priorités, le PNUD soutient des activités pour : - la formulation de stratégies de développement sectorielles et sous sectorielles intégrant la problématique du VIH- SIDA; - le renforcement des capacités institutionnelles; - le développement de partenariats institutionnels ex : secteur public, privé et ONGS, de partenariats régionaux : ex Initiative de Tamanrasset….etc.

15 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Bureau International du Travail (BIT) Il intervient dans : la prévention et la réduction de l’impact du VIH/SIDA dans le monde du travail ; l’assistance au gouvernement et aux associations professionnels (employeurs et travailleurs) pour limiter la propagation du VIH/SIDA ; l’appui aux travailleurs contaminés et la l’appui à la lutte contre les stigmatisation des travailleurs infectés en milieu professionnel ; l ’évaluation de l’impact économique et social du VIH/SIDA dans le monde du travail

16 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) Il appuie la mise en œuvre de la Stratégie Nationale en matière de lutte contre les IST/VIH/SIDA à travers des actions pour des populations ciblées (femmes en age de procréer, jeunes adolescents et populations rurales). Il intervient dans : la formulation, préparation et mise en place d’outils de prévention et d’éducation ainsi que d’outils de suivi et de monitoring ; le renforcement du système de surveillance épidémiologique ; la conception de matériel de communication ; la formation dans le domaine de la prévention.

17 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Organisation Mondiale de la Santé (OMS) Au titre de son programme de coopération, l’OMS intervient dans : l’appui à la mise en oeuvre et au renforcement des programmes d’action de prévention ciblant de façon prioritaire la santé de la femme, des jeunes et des catégories démunis ; la formation des personnels de santé ; la mise au point de stratégies pour améliorer la santé des populations défavorisées ; la sécurité sanguine et technologie clinique.

18 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Programme des Nations Unies Pour la lutte contre le VIH/SIDA (ONUSIDA) Au niveau international ONUSIDA appuie l’Algérie depuis 1996 à travers l’allocation de fonds catalytiques pour initier des activités novatrices de prévention pour lutter efficacement contre l’épidémie. Cet appui est de l’ordre de Dollars pour deux ans. Cependant, il faut noter que ONUSIDA n’est pas un programme de financement mais d’appui technique. Au niveau du pays, ONUSIDA achemine son appui à travers des activités du Groupe Thématique ONUSIDA (GTO) qui, en Algérie, a été installé dés 1996 et qui regroupe actuellement 5 agences des Nations Unies (UNICEF, OMS, PNUD,FNUAP,BIT). Chaque agence assure la présidence du GTO en appliquant un système de rotation annuelle. ONUSIDA intervient également depuis 2000 à travers l’équipe inter pays ONUSIDA pour l’Afrique du Nord et le Moyen Orient dans toutes les activités de lutte contre les IST/VIH/SIDA de l’Algérie nécessitant un appui technique ou financier.

19 Activités VIH/SIDA/ ( suite) Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) A travers son Programme de Pays , l’UNICEF appuie : le développement d’instruments de suivi (enquêtes CAP) la mise en place de processus et d’outils pour le renforcement de la prévention du VIH/SIDA en milieu de jeunes la lutte contre la transmission mère/enfant.

20 Contributions moyennes du SNU Algérie dans la lutte contre le VIH/SIDA AGENCE DOMAINE D’INTERVENTION BUDGET ANNUEL MOYEN $US PNUD/ Coordination Résidente Réduction de l’impact socio économique des IST/VIH/SIDA et renforcement des capacités BIT Prévention des IST/VIH/SIDA en milieu de travail OMS Prévention et prise en charge des IST/VIH/SIDA UNICEF Prévention des IST/VIH/SIDA chez les femmes et les enfants FNUAP Intégration de la Prévention des IST/VIH/SIDA dans les des Programmes de Santé Reproductive et Sexuelle ONUSIDA Prévention des IST/VIH/SIDA

21 Rôle de la société civile algérienne dans la lutte contre le VIH/SIDA Le mouvement associatif a intégré le Programme National de Lutte contre le SIDA dans le cadre du PMT2 en Trois ONG ont participé à l’atelier de consensus et chacune avait présenté un programme à réaliser, il s’agissait d’une association des hémophiles, une association de jeunesse et du Croissant Rouge Algérien. Des actions spécifiques ont été réalisées lors de cette période, en particulier autour de la célébration de la journée mondiale. On note une évolution importante du mouvement associatif ces dernières années, outre la création d’ONG thématiques, une ONG d’aide et d’assistance aux PVVIH a été créée ainsi qu’une ONG de personnes vivant avec le VIH SIDA. Malgré l’intensification des activités des ONG en matière de lutte contre le SIDA, on ne dispose pas d’évaluation ou d’impact. Des contraintes d’ordre institutionnel et programmatique entravent le bon fonctionnement du mouvement associatif d’où la nécessité de renforcer ses capacités.

22 Rôle de la société civile algérienne dans la lutte contre le VIH/SIDA (suite) Les jeunes et les drogues : Plusieurs ONG s’occupent du problème du VIH/SIDA : Réalisation de supports didactiques Campagnes de prévention écoute et soutien aux personnes atteintes du SIDA Activités « spécial été » appelées « cap Prévention » Manifestations scientifiques Formation

23 Engagement Politique La prise de conscience s’est traduite par un engagement politique au plus haut niveau: : Adoption par le gouvernement du PMT2 –1996:Création de 4centres de référence et de prise en charge de l’infection VIH SIDA- 28 novembre 1999: Communication du Ministre de la Santé au Conseil du Gouvernement relative à l’adoption multisectorielle du Programme National de Lutte contre les IST/SIDA. En avril 2001: Participation du Président de la République au Sommet de l’OUA sur le VIH/SIDA, Tuberculose et les maladies émergentes à Abuja (Nigeria) et Adhésion de l’Algérie à la Déclaration Finale qui met en exergue la nécessité de lever toutes les contraintes pour l’accès au financement de la lutte contre le SIDA. - En 2000: Evaluation externe du processus du deuxième Plan à moyen Terme (PMT2), relève que le programme gouvernemental prend en charge l'épidémie avec quelques insuffisances dans la conception, la mobilisation des ressources et dans la coordination. - Mars 2001: le Ministère de la Santé et le Comité national de lutte contre les IST/SIDA en collaboration avec l'ONUSIDA initie le Processus de Planification Stratégique. - Décembre 2001:Création de 2 nouveaux centres de référence et élargissement du champ d’intervention des 4centres de référence existants avec affectation de fonds spécifiques- En 2002: Collaboration forte avec le SNU: Initiative Tamanrasset, Proposition pour le Fonds mondial, Adhésion aux objectifs du Programme régional du PNUD, etc…..


Télécharger ppt "Présentation Pays Algérie UNDP High-level Workshop on Leadership for an Expanded Response to HIV/AIDS 29 September – 1 October, 2002 Sana’a, Yemen."

Présentations similaires


Annonces Google