La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Sondage 2014 auprès des finissants en génie - Rapport sur le Québec Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada Mai 2014.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Sondage 2014 auprès des finissants en génie - Rapport sur le Québec Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada Mai 2014."— Transcription de la présentation:

1 Sondage 2014 auprès des finissants en génie - Rapport sur le Québec Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada Mai 2014

2 QUÉBEC Table des matières Objectifs de recherche3 Méthodologie4 Points saillants5 Résumé6 Plans d’avenir10 Intention de faire une demande de permis19 Connaissance du permis d’exercice30 Connaissance de l’Ordre des ingénieurs du Québec 36 Connaissance de la Loi sur les ingénieurs du Québec 39 Outil d’orientation de carrière42 Données démographiques47 Analyse supplémentaire : Impact sur l’intention de faire carrière en génie et de faire une demande de permis Participation à des séminaires de l’OIQ52 Connaissance de la Loi sur les ingénieurs55 Connaissance du permis d’ingénieur et des rôles58 Connaissance des responsabilités des organisations61 2

3 QUÉBEC Objectifs de recherche 3 Cette recherche a pour objectif de comprendre les raisons qui motivent les diplômés* des programmes de génie des universités du Québec agréés par le Bureau d’agrément à faire une demande de permis ou non. Pour atteindre cet objectif, la recherche tente d’obtenir les renseignements suivants :  les plans de carrière ou de formation des finissants en génie;  le pourcentage de finissants qui a l’intention de faire carrière en génie et le pourcentage qui a l’intention de faire une demande de permis;  le niveau de connaissance des finissants en génie quant à la Loi sur les ingénieurs de leur province. * Dans le présent rapport, l’emploi du masculin pour désigner des personnes n’a d’autres fins que celle d’alléger le texte.

4 QUÉBEC Méthodologie  Le sondage a été réalisé en ligne auprès des finissants en génie entre le 27 janvier et le 14 mars  On a demandé à toutes les facultés de génie des universités qui offrent des programmes agréés par le Bureau d’agrément de participer à l’étude et d’envoyer le sondage en ligne à tous les finissants inscrits à leurs programmes de génie.  Le lien donnant accès au sondage en ligne a été envoyé à chacune des universités et celles-ci ont été invitées à envoyer ce lien à tous les étudiants admissibles le 27 janvier  Le sondage a été offert en français et en anglais.  Au total, 39 universités ont participé à la recherche et étudiants ont répondu au sondage. En ce qui concerne le Québec, 9 universités ont participé à la recherche et un total de n=328 étudiants a répondu au sondage.  La marge d’erreur de cette étude (n=328) est de ± 5,4 %, 19 fois sur 20. 4

5 QUÉBEC Points saillants Comparativement à 2013, le nombre d’étudiants qui ont l’intention de faire carrière en génie a diminué. Même si les intentions demeurent fortes à cet égard, il faut toutefois en signaler la diminution et la surveiller de près.  Bien que la vaste majorité des étudiants continuent d’indiquer qu’ils ont absolument ou probablement l’intention de faire carrière en génie (93 % par rapport à 97 % en 2013), le nombre d’étudiants qui en ont absolument l’intention a diminué (56 % par rapport à 68 % en 2013).  Les deux tiers des finissants (66 %) ont l’intention d’entrer sur le marché du travail immédiatement après avoir obtenu leur baccalauréat en génie, ce qui représente une baisse par rapport à 2013 (76 %), tandis qu’ils sont plus nombreux à vouloir poursuivre leurs études (24 % par rapport à 18 % en 2013.).  La proportion d’étudiants qui avaient absolument l’intention de faire carrière en génie quand ils ont commencé leurs études a diminué comparativement à 2013 (52 % par rapport à 62 %), tandis que le nombre d’étudiants qui en avaient probablement l’intention a augmenté (38 % par rapport à 26 %). Cependant, on constate que les étudiants possèdent un meilleur niveau de connaissance à l’égard de la profession d’ingénieur que l’année dernière. Comparativement à 2013, ils sont plus nombreux à connaître certains aspects de la profession. Par exemple :  Plus de neuf étudiants sur dix savent qu’un permis est nécessaire pour utiliser le titre « ingénieur » (95 % par rapport à 90 % en 2013).  En ce qui concerne les responsabilités des organisations, les étudiants sont plus nombreux à savoir que c’est le Bureau d’agrément qui agrée les programmes universitaires de formation en génie (77 % par rapport à 67 % en 2013). 5

6 QUÉBEC Résumé Intentions futures : Poursuivre des études ou trouver un emploi  Les deux tiers des finissants (66 %) indiquent avoir l’intention d’entrer sur le marché du travail après avoir obtenu leur baccalauréat en génie, tandis que le quart (24 %) envisagent de poursuivre leurs études.  Parmi ceux qui prévoient poursuivre leurs études, la vaste majorité indique vouloir obtenir un diplôme de cycles supérieurs en génie (79 %), tandis que moins d’un sur dix envisage de poursuivre des études de cycles supérieurs dans une discipline autre que le génie (7 %), de MBA (5 %) ou dans une autre discipline (4 %).  Parmi ceux qui prévoient poursuivre leurs études, les trois quarts ont l’intention d’étudier au Québec (73 %), un sur dix pense partir à l’étranger (12 %) et 4 % envisagent d’aller en Ontario. Intentions futures : Faire carrière en génie  Plus de neuf étudiants sur dix (93 %) disent qu’ils sont susceptibles de faire carrière en génie. Parmi ce groupe, plus de la moitié fera (56 %) absolument carrière en génie, tandis que quatre sur dix (38 %) le feront probablement. Un peu moins d’un étudiant sur dix ne fera probablement pas (6 %) ou absolument pas (1 %) carrière en génie.  La principale raison de ne pas vouloir faire carrière en génie est que leurs attentes étaient différentes par rapport à la pratique du génie (64 %). Viennent ensuite de meilleures possibilités d’emploi dans une autre discipline (14 %) et une meilleure rémunération dans une autre discipline (14 %).  Neuf étudiants sur dix (90 %), soit la vaste majorité d’entre eux, disent qu’au début de leurs études leur objectif était d’exercer le génie. La moitié des étudiants avaient absolument l’intention de faire carrière en génie au début de leurs études (52 %), tandis que quatre sur dix en avaient probablement l’intention (38 %). 6

7 QUÉBEC Résumé (suite) Intentions futures : Faire carrière en génie (suite)  Neuf étudiants sur dix (91 %) qui ont l’intention de faire carrière en génie après avoir obtenu leur diplôme disent qu’ils en avaient absolument (54 %) ou probablement (37 %) l’intention au début de leurs études.  Parmi ceux qui n’ont pas l’intention de faire carrière en génie, les trois quarts (77 %) indiquent qu’ils avaient absolument (27 %) ou probablement (50 %) l’intention de faire carrière en génie au début de leurs études, tandis que le quart indique n’en avoir jamais eu l’intention (23 %). Intentions futures : Faire une demande de permis d’exercice  Plus de la moitié de tous les étudiants (53 %) indiquent qu’ils ont absolument l’intention de faire une demande de permis d’exercice, tandis que le quart (27 %) le fera probablement. Environ un étudiant sur dix ne fera probablement pas ou absolument pas de demande de permis (13 %) ou est incertain (8 %).  Parmi ceux qui prévoient faire carrière en génie, plus de la moitié des étudiants (56 %) disent avoir absolument l’intention de faire une demande de permis et 27 % le feront probablement.  Parmi ceux qui n’ont pas l’intention de faire immédiatement une demande de permis, sept étudiants sur dix indiquent qu’ils vont probablement ou absolument faire une demande de permis un jour (68 %), tandis que le quart n’envisage pas de faire une demande un jour (27 %).  Les raisons de ne jamais avoir l’intention de faire une demande de permis le plus souvent mentionnées sont qu’un permis n’est pas nécessaire pour leurs plans de carrière (46 %), un manque d’intérêt (18 %), l’intention de suivre un autre cheminement de carrière (18 %) et le désir de travailler à l’étranger (18 %).  Parmi ceux qui n’ont pas l’intention de faire une demande de permis, pratiquement la moitié des étudiants (47 %) ont changé d’idée après avoir appris qu’il était nécessaire pour pouvoir exercer le génie et ont indiqué qu’ils feront probablement ou absolument une demande de permis. 7

8 QUÉBEC Résumé (suite) Intentions futures : Faire une demande de permis d’exercice (suite)  Parmi les étudiants qui ont l’intention de faire une demande de permis, la grande majorité prévoit le faire dans les douze mois qui suivent l’obtention de leur diplôme (76 %). Parmi ce groupe, six étudiants sur dix prévoient le faire dans les six mois (59 %). Un étudiant sur dix envisage d’attendre un an avant de faire une demande (8 %) et pratiquement deux sur dix sont incertains (17 %).  Parmi les étudiants qui prévoient attendre au moins un an avant de faire une demande de permis ou qui sont incertains, une large majorité (69 %) indique comme raison le désir d’acquérir l’expérience requise.  Lorsqu’ils apprennent qu’en déposant une demande de permis dans les six mois qui suivent l’obtention de leur diplôme, ils peuvent être exemptés des frais de cotisation à titre d’ingénieur junior la première année, plus de huit étudiants sur dix (85 %) qui avaient l’intention d’attendre plus de six mois pour faire une demande indiquent maintenant qu’ils feront très probablement (52 %) ou assez probablement (33 %) une demande dans ce délai. Connaissance de la profession d’ingénieur  Pratiquement tous les étudiants savent que le génie est réglementé par des lois et des règlements. Seuls quelques étudiants sont incertains (4 %).  Les niveaux de connaissance qu’ont les étudiants de la Loi sur les ingénieurs de leur province sont divers. Trois étudiants sur dix disent la connaître assez bien (29 %), la moitié indique la connaître un peu (50 %), tandis qu’un faible pourcentage la connaît très bien (4 %). Plus d’un étudiant sur dix dit avoir déjà entendu parler de la Loi, mais ne rien savoir à son sujet (15 %) et seulement 2 % n’en ont jamais entendu parler.  La vaste majorité des étudiants savent qu’un permis est nécessaire pour utiliser le titre « ingénieur » (95 %) et pour réaliser des travaux d’ingénierie de façon autonome (90 %). Six étudiants sur dix savent qu’un permis n’est pas nécessaire pour réaliser des travaux d’ingénierie sous la direction d’un ingénieur titulaire de permis (60 %). 8

9 QUÉBEC Résumé (suite) Connaissance de la profession d’ingénieur (suite)  Neuf étudiants sur dix savent que c’est l’OIQ qui est responsable de délivrer les permis d’exercice (88 %) et huit sur dix savent qu’il est également responsable de réglementer l’exercice du génie (81 %). Par ailleurs, près de huit étudiants sur dix savent que le Bureau d’agrément est l’organisation qui agrée les programmes universitaires de formation en génie (77 %).  Les étudiants sont plus hésitants quant à l’organisation qui délivre les permis aux entreprises qui offrent des services d’ingénierie. Seulement un peu plus de la moitié croit que c’est l’OIQ (52 %), tandis que le tiers pense que c’est le Bureau d’agrément (35 %) et le quart ne le sait pas (23 %). Utilité d’un outil d’orientation de carrière  Près de neuf étudiants sur dix (86 %), soit la vaste majorité d’entre eux, pensent qu’il aurait été très utile (53 %) ou assez utile (33 %), au secondaire ou au CÉGEP, d’avoir un outil pour les aider à savoir s’ils avaient le profil pour faire des études en génie.  La même proportion d’étudiants (86 %) pense qu’un outil d’orientation de carrière serait utile. Parmi eux, la moitié indique qu’il serait très utile (52 %) et le tiers qu’il serait assez utile (34 %).  La plupart des étudiants pensent qu’un outil d’orientation serait plus utile en 3 e année (44 %), trois sur dix pensent qu’il serait plus utile en 2 e année (28 %) et un sur dix indique la 1 re année (13 %) ou la 4 e année (16 %).  Seulement 3 % des étudiants indiquent connaître le programme Cap sur la carrière d’Ingénieurs Canada. 9

10 Plans d’avenir 10

11 QUÉBEC Intentions d’études Plans après l’obtention du diplôme 11 Q12. Lequel des énoncés suivants reflète le mieux vos projets immédiats? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Q13. Lequel des énoncés suivants décrit le mieux les études que vous désirez poursuivre? Base : Les participants qui ont répondu « Poursuivre mes études » à la Q12, 2013 (n=130); 2014 (n=77) Plans actuels après l’obtention du diplôme  Les deux tiers des étudiants ont l’intention d’entrer sur le marché du travail après avoir obtenu leur diplôme, ce qui est moins élevé qu’en 2013, tandis qu’un quart d’entre eux prévoit poursuivre leurs études, soit une proportion plus élevée qu’en  Parmi les étudiants qui prévoient poursuivre leurs études, huit sur dix prévoient faire des études de cycles supérieurs en génie, tandis que moins d’un sur dix prévoit poursuivre des études de cycles supérieurs dans une autre discipline que le génie, des études de MBA, ou des études dans une autre discipline.  Les deux tiers des étudiants ont l’intention d’entrer sur le marché du travail après avoir obtenu leur diplôme, ce qui est moins élevé qu’en 2013, tandis qu’un quart d’entre eux prévoit poursuivre leurs études, soit une proportion plus élevée qu’en  Parmi les étudiants qui prévoient poursuivre leurs études, huit sur dix prévoient faire des études de cycles supérieurs en génie, tandis que moins d’un sur dix prévoit poursuivre des études de cycles supérieurs dans une autre discipline que le génie, des études de MBA, ou des études dans une autre discipline. Entrer sur le marché du travail (n=217) (n=562) Poursuivre des études (n=77) (n=132) Ne sait pas / incertain(e) (n=27) (n=35) Études de cycles supérieurs en génie (n=61) (n=90) Études de cycles supérieurs dans une discipline autre que le génie (n=5) Études de MBA (n=4) (n=11) Études dans une autre discipline (n=3) (n=8) Ne sait pas / incertain(e) (n=4) (n=14)

12 QUÉBEC Lieu des études supérieures projetées 12 Q13B. Où projetez-vous poursuivre ces études? Base : Poursuivre mes études après l’obtention de mon diplôme (n=130); 2014 (n=77) Lieu des études projetées  Parmi les étudiants qui projettent de poursuivre leurs études, les trois quarts ont l’intention d’étudier au Québec, un sur dix prévoit étudier à l’extérieur du Canada et 4 % pensent étudier en Ontario. Québec (n=56) (n=106) À l’extérieur du Canada (n=9) (n=11) Ontario (n=3 ) ( n=4) Colombie-Britannique (n=1) Ne sait pas / incertain(e) (n=8) (n=9)

13 QUÉBEC Intention de faire carrière en génie 13 Q14. Une fois que vous aurez terminé toutes vos études, prévoyez-vous faire carrière dans le domaine du génie? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Non (2 cotes inférieures) Prévoyez-vous faire carrière dans le domaine du génie?  Plus de neuf étudiants sur dix ont l’intention de faire carrière en génie après avoir obtenu leur diplôme.  Par rapport à 2013, la proportion d’étudiants qui feront absolument carrière en génie a diminué et la proportion de ceux qui ont probablement l’intention ou n’ont probablement pas l’intention de faire carrière en génie a augmenté.  Plus de neuf étudiants sur dix ont l’intention de faire carrière en génie après avoir obtenu leur diplôme.  Par rapport à 2013, la proportion d’étudiants qui feront absolument carrière en génie a diminué et la proportion de ceux qui ont probablement l’intention ou n’ont probablement pas l’intention de faire carrière en génie a augmenté : 93 % (n=306) 2013 : 97 % (n=717) 2014 : 7 % (n=22) 2013 : 3 % (n=23) Oui, absolument (n=183) (n=505) Oui, probablement (n=123) (n=212) Non, probablement pas (n=20) (n=23) Non, absolument pas (n=2) (n=0) Oui (2 cotes supérieures)

14 QUÉBEC Raisons de ne pas faire carrière en génie 14 Q16. Quelle est la principale raison expliquant votre choix de ne pas faire carrière en génie? Base : Les participants qui ont répondu « Non (absolument pas / probablement pas) à la Q14, 2013 n=26; 2014 (n=22) Raisons de ne pas faire carrière en génie  La principale raison expliquant le choix de ne pas faire carrière en génie est que leurs attentes étaient différentes par rapport à la pratique du génie. Viennent ensuite de meilleures possibilités d’emploi dans une autre discipline et une meilleure rémunération dans une autre discipline. J’avais des attentes différentes par rapport à la pratique du génie (n=10) ( n=11) Meilleures possibilités d’emploi dans une autre discipline (n=3) (n=4) Meilleure rémunération dans une autre discipline (n=3) Je m’intéresse à d’autres choses (n=2) (n=1) Pour acquérir d’autres compétences / être multidisciplinaire (n=1) (n=2) Autre (n=3) (n=1)

15 QUÉBEC Carrière envisagée dans un autre domaine que le génie  Parmi ceux qui n’ont pas l’intention de faire carrière en génie, les principaux choix de carrière sont la médecine, la gestion ou la planification, les technologies de l’information et l’éducation.  Les étudiants sont plus nombreux à donner d’autres réponses qu’en  Parmi ceux qui n’ont pas l’intention de faire carrière en génie, les principaux choix de carrière sont la médecine, la gestion ou la planification, les technologies de l’information et l’éducation.  Les étudiants sont plus nombreux à donner d’autres réponses qu’en Q17. Quel genre de carrière envisagez-vous de mener? Base : Les participants qui ont répondu « Non (absolument pas / probablement pas) » à la Q14,2013 (n=26); 2014 (n=22) Carrière envisagée dans un autre domaine (ne prévoit pas faire carrière en génie) Comme les répondants pouvaient donner plusieurs réponses, il est possible que le total dépasse 100 %. Médecine (n=2) ( n=4) Gestion / Planification (NET) (n=1) (n=3) TI / technologie de l’information (NET) (n=1) Éducation (n=1) (n=2) Autres réponses (n=15) (n=2) Ne sait pas / incertain(e) (n=2)

16 QUÉBEC Plans de carrière au début des études 16 Q18. Est-ce que vous projetiez d'exercer le génie lorsque vous avez commencé vos études? Base : Tous les répondants (n=743); 2014 (n=328) Est-ce que vous projetiez d’exercer le génie lorsque vous avez commencé vos études? 2014 : 90 % (n=295) 2013 : 88 % (n=652) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 10 % (n=33) 2013 : 12 % (n=91) Non (2 cotes inférieures) Oui, absolument (n=170) (n=462) Oui, probablement (n=125) (n=190) Non, probablement pas (n=22) (n=64) Non, absolument pas (n=11) (n=27)  Neuf étudiants sur dix indiquent qu’au début de leurs études leur objectif était d’exercer le génie. Parmi eux, la moitié indique qu’ils en avaient absolument l’intention, tandis que quatre sur dix indiquent que c’était probable.  Par rapport à 2013, les étudiants sont moins susceptibles d’indiquer qu’ils avaient absolument l’intention de faire carrière en génie au début de leurs études, tandis qu’ils sont plus nombreux à indiquer que c’était probable.  Neuf étudiants sur dix indiquent qu’au début de leurs études leur objectif était d’exercer le génie. Parmi eux, la moitié indique qu’ils en avaient absolument l’intention, tandis que quatre sur dix indiquent que c’était probable.  Par rapport à 2013, les étudiants sont moins susceptibles d’indiquer qu’ils avaient absolument l’intention de faire carrière en génie au début de leurs études, tandis qu’ils sont plus nombreux à indiquer que c’était probable.

17 QUÉBEC Intentions de carrière actuelles et antérieures (parmi les étudiants qui ont l’intention de faire carrière en génie) 17 Q18. Est-ce que vous projetiez d'exercer le génie lorsque vous avez commencé vos études? Base : Les étudiants du Québec qui ont commencé leurs études avec l’intention de faire carrière en génie, 2013 (n=717); 2014 (n=306) Oui, absolument (n=164) (n=455) Oui, probablement (n=114) (n=177) Non, probablement pas (n=17) (n=58) Non, absolument pas (n=11) (n=27) 2014 : 91 % (n=278) 2013 : 88 % (n=632) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 9 % (n=28) 2013 : 12 % (n=85) Non (2 cotes inférieures)  Neuf étudiants sur dix qui ont commencé leurs études avec l’intention de faire carrière en génie indiquent avoir absolument ou probablement l’intention de faire carrière en génie.  Pa rapport à 2013, les étudiants sont moins nombreux à indiquer qu’ils avaient absolument prévu de faire carrière en génie lorsqu’ils ont commencé leurs études, tandis qu’ils sont plus nombreux à indiquer que c’était probable.  Neuf étudiants sur dix qui ont commencé leurs études avec l’intention de faire carrière en génie indiquent avoir absolument ou probablement l’intention de faire carrière en génie.  Pa rapport à 2013, les étudiants sont moins nombreux à indiquer qu’ils avaient absolument prévu de faire carrière en génie lorsqu’ils ont commencé leurs études, tandis qu’ils sont plus nombreux à indiquer que c’était probable.

18 QUÉBEC Intentions de carrière actuelles et antérieures (parmi les étudiants qui n’ont pas l’intention de faire carrière en génie) 18 Q18. Est-ce que vous projetiez d'exercer le génie lorsque vous avez commencé vos études ? Base : Les étudiants du Québec qui ne projetaient pas de faire carrière en génie au début de leurs études, 2013(n=26); 2014 (n=22) Oui, absolument (n=6) (n=7) Oui, probablement (n=11) (n=13) Non, probablement pas (n=5) (n=6) Non, absolument pas (n=0) (n=0) 2014 : 77 % (n=17) 2013 : 77 % (n=20) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 23 % (n=5) 2013 : 23 % (n=6) Non (2 cotes inférieures)  Parmi ceux qui ne projetaient pas de faire carrière dans le domaine du génie au début de leurs études, les trois quarts indiquent vouloir absolument ou probablement faire carrière en génie, tandis que le quart n’en a pas l’intention.

19 Intention quant à la demande de permis d’exercice 19

20 QUÉBEC Intention de faire une demande de permis 20 Q21. Allez-vous faire une demande de permis d’exercice (ing.)? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Allez-vous faire une demande de permis d’exercice? Non (2 cotes inférieures) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 80 % (n=262) 2013 : 84 % (n=626) 2014 : 13 % (n=41) 2013 : 11 % (n=80) Oui, absolument (n=175) (n=442) Oui, probablement (n=87) (n=184) Non, probablement pas (n=25) (n=54) Non, absolument pas (n=16) (n=26) Ne sait pas / incertain(e) (n=25) (n=37)  Parmi la vaste majorité des étudiants, soit huit sur dix, qui ont l’intention de faire une demande de permis, la moitié le fera absolument et le quart le fera probablement. Environ un étudiant sur dix n’a pas l’intention de faire une demande de permis ou ne le sait pas.

21 QUÉBEC Intention de faire une demande de permis - Faire carrière en génie 21 Q21. Allez-vous faire une demande de permis d’exercice (ing.)? Base : Les répondants qui envisagent de faire carrière dans le domaine du génie, 2013 (n=717); 2014 (n=306) Allez-vous faire une demande de permis d’exercice? Oui, absolument (n=172) (n=440) Oui, probablement (n=83) (n=177) Non, probablement pas (n=18) (n=42) Non, absolument pas (n=15) (n=24) Ne sait pas / incertain(e) (n=18) (n=34) 2014 : 83 % (n=255) 2013 : 86 % (n=617) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 11 % (n=33) 2013 : 9 % (n=66) Non (2 cotes inférieures)  Parmi les étudiants qui projettent de faire carrière en génie, plus de la moitié indique qu’ils feront absolument une demande de permis, tandis que près de trois sur dix le feront probablement. Environ un sur dix n’en fera probablement ou absolument pas la demande ou ne le sait pas.

22 QUÉBEC Intention de faire un jour une demande de permis 22 Q22. Envisagez-vous un jour de faire une demande de permis d’exercice (ing.)? Base : Les participants qui ont répondu « Non » à la Q21, 2013 (n=71); 2014 (n=41) Envisagez-vous un jour de faire une demande de permis d’exercice?  Parmi les étudiants qui n’envisagent pas de faire une demande de permis, sept sur dix indiquent qu’ils en feront absolument ou probablement la demande un jour, tandis que le quart n’envisage pas de faire de demande un jour. Non (2 cotes inférieures) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 68 % (n=28) 2013 : 56 % (n=45) 2014 : 27 % (n=11) 2013 : 33 % (n=26) Oui, absolument (n=17) (n=24) Oui, probablement (n=11) (n=21) Non, probablement pas (n=11) (n=21) Non, absolument pas (n=5) Ne sait pas / incertain(e) (n=2) (n=9)

23 QUÉBEC Raisons de ne pas faire une demande de permis 23 Q23. Pourquoi n’envisagez-vous pas de faire une demande de permis d’exercice (ing.)? Base : Les répondants qui n’envisagent pas de faire une demande de permis, 2013 (n=26); 2014 (n=11) Pourquoi n’envisagez-vous pas de faire une demande de permis d’exercice ? Inutile (pour mes plans/objectifs de carrière) (n=5) (n=4) Aucun intérêt (pour une carrière en génie) (n=2) (n=10) Je préfère suivre un autre cheminement de carrière (n=2) Je travaillerai à l’étranger (n=2) (n=3) Pour faire carrière en informatique (ingénieur / développeur) (n=1) (n=7) Autre (n=1)  Parmi le groupe d’étudiants qui ne prévoient jamais faire une demande de permis, les raisons mentionnées le plus souvent sont le fait que le permis n’est pas nécessaire pour leurs plans de carrière, le manque d’intérêt pour une carrière en génie, l’intention de suivre un autre cheminement de carrière ou le désir de travailler à l’étranger.

24 QUÉBEC Intérêt après avoir appris qu’il faut un permis (ing.) pour pouvoir exercer le génie 24 Q24. Étant donné qu’il faut détenir un permis d’exercice pour pouvoir se déclarer légalement ingénieur ou exercer comme ingénieur, prévoyez-vous faire une demande de permis d’exercice (ing.)? Base : Les répondants qui ne prévoient pas faire une demande de permis ou qui sont incertains, 2013 (n=72); 2014 (n=38) Étant donné qu’il faut détenir un permis pour pouvoir exercer le génie, prévoyez-vous en faire la demande? Non (2 cotes inférieures) Oui (2 cotes supérieures) 2014 : 47 % (n=18) 2013 : 31 % (n=22) 2014 : 32 % (n=12) 2013 : 39 % (n=28) Oui, absolument (n=4) (n=8) Oui, probablement (n=14) (n=14) Non, probablement pas (n=11) (n=20) Non, absolument pas (n=1) (n=8) Ne sait pas / incertain(e) (n=8) (n=22)  Une fois qu’on leur a dit qu’il fallait détenir un permis pour pouvoir exercer la profession d’ingénieur, presque la moitié des étudiants indiquent qu’ils feront absolument ou probablement une demande de permis, tandis que le tiers ne le fera absolument ou probablement pas et deux sur dix sont incertains.  Les étudiants sont plus susceptibles d’avoir l’intention de faire probablement une demande de permis qu’en  Une fois qu’on leur a dit qu’il fallait détenir un permis pour pouvoir exercer la profession d’ingénieur, presque la moitié des étudiants indiquent qu’ils feront absolument ou probablement une demande de permis, tandis que le tiers ne le fera absolument ou probablement pas et deux sur dix sont incertains.  Les étudiants sont plus susceptibles d’avoir l’intention de faire probablement une demande de permis qu’en 2013.

25 QUÉBEC Délais quant à la demande de permis 25 Quand prévoyez-vous faire une demande de permis? Q27. Quand prévoyez-vous faire une demande de permis d’exercice? Base : Les répondants qui prévoient faire une demande de permis, 2013 (n=693); 2014 (n=308) Dans les six mois qui suivent l’obtention de mon diplôme (n=183) (n=439) Dans les douze mois qui suivent l’obtention de mon diplôme (n=51) (n=122) Plus d’un an après l’obtention de mon diplôme (n=23) (n=52) Ne sait pas / incertain(e) (n=51) (n=80)  La majorité des étudiants, soit six sur dix, qui ont l’intention de faire une demande de permis prévoient le faire dans les six mois qui suivent l’obtention de leur diplôme, tandis que deux sur dix prévoient faire une demande dans les douze mois qui suivent l’obtention de leur diplôme ou sont incertains. Un étudiant sur dix prévoit le faire plus d’un an après avoir obtenu son diplôme : 76 % (n=234) 2013 : 81 % (n=561)

26 QUÉBEC Raisons de l’attente avant de faire une demande de permis 26 Q28. Pourquoi désirez-vous attendre plus d’un an avant de faire votre demande de permis d’exercice? Base : Les répondants qui font une demande de permis plus d’un an après l’obtention de leur diplôme ou qui ne savent pas s’ils vont faire une demande ou en sont incertains, 2013 (n=132); 2014 (n=74) Les réponses totalisant moins de 2 % ne sont pas représentées. Pourquoi désirez-vous attendre plus d’un an avant de faire votre demande de permis? Je veux acquérir l’expérience nécessaire avant de faire ma demande (n=51) (n=95) Je veux obtenir un diplôme d’études supérieures (n=9) Je ne suis pas certain(e) que ce soit nécessaire dans le domaine de travail que j’ai choisi (n=4) (n=9) Je suis incertain(e) de mon plan de carrière (n=3) Je veux poursuivre d’autres études / parfaire ma formation (n=3) (n=5) Autre (n=3) (n=1)  Parmi les étudiants qui prévoient attendre au moins un an avant de faire une demande de permis ou qui sont incertains, sept sur dix donnent comme raison le désir d’acquérir l’expérience requise

27 QUÉBEC Feriez-vous une demande de permis dans les six mois si vous pouviez être exempté des frais de cotisation à titre d’ingénieur stagiaire pour la première année? Impact de l’exemption des frais de cotisation à titre d’ingénieur stagiaire sur la probabilité de faire une demande de permis dans les six mois 27 Q29. Si vous saviez qu’en déposant une demande de permis dans les six mois qui suivent l’obtention de votre diplôme, vous pourriez être exempté des frais d’ouverture de dossier et de la cotisation pour la première année à titre d’ingénieur stagiaire ou junior, dans quelle mesure serait-il probable que vous fassiez une demande de permis dans ce délai de six mois? Base : Les répondants qui sont incertains ou qui ont l’intention de faire une demande de permis plus de six mois après avoir obtenu leur diplôme, 2013 (n=254); 2014 (n=125) Probable (2 cotes supérieures) Improbable (2 cotes inférieures) 2014 : 85 % (n=106) 2013 : 87 % (n=222) x 2014 : 9 % (n=11) 2013 : 7 % (n=18) x Très probable (n=65) (n=126) Assez probable (n=41) (n=96) Assez improbable (n=11) (n=12) Très improbable (n=6) Ne sait pas / incertain(e) (n=8) (n=14)  Lorsqu’ils apprennent qu’il est possible d’être exempté des frais de cotisation pour la première année à titre d’ingénieur stagiaire s’ils font une demande de permis dans les six mois qui suivent l’obtention de leur diplôme, plus de huit étudiants sur dix qui prévoyaient au départ attendre plus de six mois pour faire une demande disent maintenant qu’il est très probable ou assez probable qu’ils fassent une demande dans ce délai.

28 QUÉBEC Pays envisagé pour la demande de permis 28 Q25. Dans quel pays ou quelle région prévoyez-vous faire une demande de permis d’exercice? Base : Les répondants qui prévoient faire une demande de permis d’exercice, 2013 (n=693); 2014 (n=308) À l’étranger Dans quel pays ou quelle région prévoyez-vous faire une demande de permis d’exercice Comme les répondants pouvaient donner plusieurs réponses, il est possible que le total dépasse 100 % : 14 % (n=44) 2013 : 16 % (n=109) Canada (n=305) (n=686) É.-U. (n=55) (n=107) Europe (n=34) (n=75) Asie (n=10) (n=34) Autre (n=9) (n=22)  Pratiquement la totalité des étudiants qui ont l’intention de faire une demande de permis d’exercice prévoit le faire au Canada. Deux sur dix envisagent de faire une demande aux États-Unis et un plus petit nombre pense le faire à l’étranger.

29 QUÉBEC Province envisagée pour la demande de permis 29 Q26. Dans quelles provinces ou quels territoires prévoyez-vous faire demande de permis d’exercice? Base : Les répondants qui prévoient faire une demande de permis au Canada, 2013 (n=686); 2014 (n=305) Québec (n=268) (n=643) Ontario (n=77) (n=139) Alberta (n=43) (n=69) Colombie-Britannique (n=38) (n=74) Saskatchewan (n=7) (n=12) Nouvelle-Écosse (n=7) (n=12) Nouveau-Brunswick (n=7) (n=11) Terre-Neuve-et-Labrador (n=7) (n=13) Île-du-Prince-Édouard (n=5) (n=6) Manitoba (n=4) (n=10) Yukon/ Territoires du Nord-Ouest / Nunavut (n=4) (n=10) Ne sait pas / incertain(e) (n=13) (n=16)  Parmi les étudiants qui ont l’intention de faire une demande de permis d’exercice, neuf sur dix prévoient le faire au Québec, un quart envisage de faire une demande en Ontario et plus d’un sur dix pense le faire en Alberta ou en Colombie­-Britannique.  Les étudiants sont moins susceptibles de faire une demande de permis au Québec qu’en  Parmi les étudiants qui ont l’intention de faire une demande de permis d’exercice, neuf sur dix prévoient le faire au Québec, un quart envisage de faire une demande en Ontario et plus d’un sur dix pense le faire en Alberta ou en Colombie­-Britannique.  Les étudiants sont moins susceptibles de faire une demande de permis au Québec qu’en 2013.

30 Connaissance du permis d’exercice 30

31 QUÉBEC Réglementation du génie 31 Q5. D’après vous, est-ce que la pratique professionnelle du génie est encadrée par des lois et des règlements? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) La pratique professionnelle du génie est-elle encadrée par des lois et des règlements? Oui (n=314) (n=709) Non (n=2) (n=14) Ne sait pas / incertain(e) (n=12) (n=20)  Pratiquement tous les étudiants savent que le génie est réglementé par des lois et des règlements, tandis que 4 % sont incertains.

32 QUÉBEC Nécessité du permis au sein de la profession 32 Q8. D’après vous, est-il nécessaire de détenir un permis d’ingénieur pour... Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Est-il nécessaire de détenir un permis pour pouvoir : Utiliser le titre « ingénieur » Réaliser des travaux d’ingénierie de façon autonome Réaliser des travaux d’ingénierie sous la direction d’un ingénieur titulaire de permis  Pratiquement tous les étudiants savent qu’un permis est nécessaire pour utiliser le titre « ingénieur » (95 %), tandis que neuf sur dix savent qu’un permis est nécessaire pour réaliser des travaux d’ingénierie de façon autonome et six sur dix qu’il n’est pas nécessaire pour réaliser des travaux d’ingénierie sous la direction d’un ingénieur titulaire de permis.  Les étudiants sont plus susceptibles qu’en 2013 de savoir qu’un permis est nécessaire pour utiliser le titre « ingénieur ».  Pratiquement tous les étudiants savent qu’un permis est nécessaire pour utiliser le titre « ingénieur » (95 %), tandis que neuf sur dix savent qu’un permis est nécessaire pour réaliser des travaux d’ingénierie de façon autonome et six sur dix qu’il n’est pas nécessaire pour réaliser des travaux d’ingénierie sous la direction d’un ingénieur titulaire de permis.  Les étudiants sont plus susceptibles qu’en 2013 de savoir qu’un permis est nécessaire pour utiliser le titre « ingénieur ».

33 QUÉBEC Connaissance du permis d’ingénieur et des rôles 33 Q8. D’après vous, est-il nécessaire de détenir un permis d’ingénieur pour... Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Niveau de connaissance des fonctions ou des actes nécessitant un permis Élevé/Moyen (2 cotes supérieures) Limité/Nul (2 cotes inférieures) 2014 : 94 % (n=308) 2013 : 93 % (n=689) 2014 : 6 % (n=20) 2013 : 7 % (n=54) x Élevé (n=166) (n=328) Moyen (n=142) (n=361) Limité (n=19) (n=43) Nul (n=1) (n=11) * Définition des niveaux de connaissance Élevé : Tous exacts (3) à la Q8 Moyen : 2 exacts à la Q8 Limité : 1 exact à la Q8 Nul : Zéro (0) exact à la Q8  Plus de neuf finissants sur dix ont au moins un niveau de connaissance moyen des rôles pour lesquels il est nécessaire de détenir un permis pour pouvoir exécuter légalement des fonctions ou des actes au sein de la profession et la moitié d’entre eux avaient répondu correctement aux trois questions, ce qui représente, sur le plan statistique, une augmentation importante par rapport à Moins d’un finissant sur dix possède une connaissance limitée sur le sujet.

34 QUÉBEC Responsabilités des organisations 34 Quelles organisations sont responsables des activités ou procédures suivantes? Q9. Veuillez choisir l’organisation ou les organisations qui sont responsables des différentes activités ou procédures énumérées ci-dessous. Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Délivre les permis d’exercice du génie Réglemente l’exercice du génie Défend les intérêts de la profession d’ingénieur Délivre les permis aux entreprises d’ingénierie Agrée les programmes de génie  Neuf étudiants sur dix, soit la vaste majorité d’entre eux, savent que c’est l’OIQ qui est responsable de délivrer les permis d’exercice du génie, tandis que huit étudiants sur dix savent que c’est également l’OIQ qui est responsable de réglementer l’exercice du génie. Les trois quarts des étudiants savent que le Bureau d’agrément est l’organisation responsable d’agréer les programmes de génie offerts par les universités, ce qui représente une proportion plus élevée qu’en Les étudiants sont plus hésitants en ce qui concerne l’organisation responsable de délivrer les permis aux entreprises qui offrent des services d’ingénierie; la moitié pense que cette responsabilité revient à l’OIQ, tandis que le tiers pense que c’est le Bureau d’agrément qui s’en charge. Un quart des étudiants ne le sait pas.

35 QUÉBEC Connaissance des responsabilités des organisations 35 Niveau de connaissance des responsabilités des organisations au sein de la profession d’ingénieur Élevé/Moyen (2 cotes supérieures) Limité/Nul (2 cotes inférieures) 2014 : 91 % (n=298) 2013 : 87 % (n=644) x 2014 : 10 % (n=30) 2013 : 14 % (n=99) x Élevé (n=128) (n=226) Moyen (n=170) (n=418) Limité (n=18) (n=65) Nul (n=12) (n=34) Définition des niveaux de connaissance Élevé : Tous exacts à la Q9 (4) Moyen : 2 ou 3 exacts à la Q9 Limité : 1 exact à la Q9 Nul : Tous inexacts (0) à la Q9 Q9. Veuillez choisir l’organisation ou les organisations qui sont responsables des différentes activités ou procédures énumérées ci-dessous. Base : Tous les répondants, 2013 (n=743; 2014 (n=328)  Neuf étudiants sur dix ont au moins un niveau de connaissance moyen en ce qui concerne les responsabilités des organisations en matière d’activités ou de procédures liées à la profession d’ingénieur. Parmi eux, quatre étudiants sur dix ont une connaissance élevée des responsabilités des organisations, ce qui représente une proportion plus élevée qu’en Un étudiant sur dix a un niveau de connaissance limité ou n’a aucune connaissance sur le sujet.

36 36 Participation à des séminaires de l’OIQ et connaissance du programme de membre étudiant

37 QUÉBEC Participation à un séminaire de l’OIQ 37 Q11. Avez-vous déjà assisté à un atelier, un séminaire ou un exposé donné par un représentant de votre ordre provincial? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Avez-vous déjà assisté à un séminaire de l’OIQ? Oui (n=154) (n=236) Non (n=168) (n=488) Ne sait pas / incertain(e) (n=6) (n=19)  Près de la moitié des étudiants indiquent avoir déjà assisté à un séminaire ou un atelier donné par un représentant de l’OIQ, ce qui représente une proportion plus élevée qu’en 2013.

38 QUÉBEC Connaissance de la Section étudiante de l’OIQ 38 Q32. Lequel des énoncés suivants décrit le mieux dans quelle mesure vous connaissez le programme de membre étudiant de l’OIQ? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Connaissance (3 cotes supérieures) 2014 : 71 % (n=232) 2013 : 78 % (n=579) Actuellement membre (n=110) (n=370) En a entendu parler et aimerait en faire partie (n=83) (n=142) En a entendu parler, mais ne souhaite pas en faire partie (n=39) (n=67) N’en a jamais entendu parler (n=96) (n=164)  Sept étudiants sur dix, soit la majorité d’entre eux, connaissent la Section étudiante de l’OIQ, ce qui représente une proportion moins élevée qu’en Parmi eux, un tiers est actuellement membre, un quart aimerait en faire partie et un sur dix en a entendu parler, mais ne souhaite pas en faire partie.

39 39 Loi sur les ingénieurs du Québec

40 QUÉBEC Loi sur les ingénieurs du Québec 40 Q6. La pratique du génie est réglementée par la Loi sur les ingénieurs du Québec. Lequel des énoncés suivants décrit le mieux dans quelle mesure vous connaissez cette Loi? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Connaissance (3 cotes supérieures) Dans quelle mesure connaissez-vous la Loi sur les ingénieurs du Québec? 2014 : 83 % (n=273) 2013 : 84 % (n=625) x Très bien (n=13) (n=26) Assez bien (n=95) (n=269) Un peu (n=165) (n=330) En a entendu parler, mais ne connaît rien à son sujet (n=48) (n=102) N’en a jamais entendu parler (n=7) (n=16)  Plus de huit étudiants sur dix, soit la vaste majorité d’entre eux, indiquent connaître la Loi sur les ingénieurs du Québec. Trois étudiants sur dix indiquent connaître assez bien la Loi, ce qui représente une proportion moins élevée qu’en 2013, la moitié la connaît un peu et très peu d’étudiants la connaissent très bien. Plus d’un étudiant sur dix a entendu parler de la Loi sur les ingénieurs du Québec, mais ne connaît rien à son sujet et seulement 2 % des étudiants n’en ont jamais entendu parler.

41 QUÉBEC Loi sur les ingénieurs du Québec 41 Q7. Comment avez-vous entendu parler de la Loi sur les ingénieurs du Québec pour la première fois? Base : Les répondants qui connaissent la Loi, 2013 (n=625); 2014 (n=273) Les réponses totalisant moins de 5 % ne sont pas représentées : 72 % (n=196) 2013 : 77 % (n=480) Professeur ou cours à l’université Dans un cours sur le droit et l’éthique à l’université (n=141) (n=342) Par un professeur ou un autre membre du personnel de l’université (n=55) (n=138) Par un parent ou un ami (n=21) (n=50) Par un représentant de l’OIQ (n=23) (n=38) Par un ingénieur (n=17) (n=32)  La plupart des étudiants continuent d’indiquer qu’ils ont entendu parler de la Loi sur les ingénieurs du Québec dans un cours sur le droit et l’éthique à l’université ou par un professeur ou un autre membre du personnel de l’université. Comment avez-vous entendu parler de la Loi sur les ingénieurs du Québec pour la première fois?

42 Outil d’orientation de carrière 42

43 QUÉBEC 43 Q33E. Est-ce qu’il aurait été utile, au secondaire ou au CÉGEP, d’avoir un outil pour vous aider à savoir si vous aviez le profil pour faire des études en génie et mener avec succès une carrière dans ce domaine? Base : 2014 n=328 (n=42) (n=175)(n=108)(n=26)(n=19) Utile (2 cotes supérieures) 14 % (n=45) Inutile (2 cotes inférieures) 86 % (n=283) Utilité d’un outil d’orientation de carrière au secondaire ou au CÉGEP  Près de neuf étudiants sur dix, soit la vaste majorité d’entre eux, pensent qu’il aurait été utile, au secondaire ou au CÉGEP, d’avoir un outil pour les aider à savoir s’ils avaient le profil pou faire des études en génie.

44 QUÉBEC Utilité d’un outil d’orientation de carrière à l’université 44 Q17a. Est-ce qu’un outil pour vous aider à décider vers quel genre de carrière vous diriger – par exemple, le génie-conseil, l’ingénierie technique, l’ingénierie commerciale, la gestion de projets, le milieu universitaire, etc., vous serait utile? Base : Tous les répondants, 2014 (n=328) (n=172)(n=110)(n=36)(n=10)  Presque neuf étudiants sur dix pensent qu’un outil d’orientation de carrière aurait été utile. La moitié d’entre eux pense qu’un tel outil aurait été très utile. Utile (2 cotes supérieures) Inutile (2 cotes inférieures) 86 % (n=282) 14 % (n=46)

45 QUÉBEC Outil d’orientation de carrière – Q17b. Selon vous, à quelle étape de votre formation en génie ce genre d’outil d’orientation de carrière serait le plus utile? Base : Tous les répondants, 2014 (n=328) (n=42)(n=91)(n=114) (n=51)  Plus de quatre étudiants sur dix estiment qu’un outil d’orientation de carrière aurait été plus utile en 3 e année. Ils sont trois sur dix à penser qu’un tel outil aurait été plus utile en 2 e année, et plus d’un sur dix indique la 1 re année ou la 4 e année.

46 QUÉBEC Connaissance du programme Cap sur la carrière 46 Q17c. Savez-vous qu’Ingénieurs Canada a mis au point un nouveau programme intitulé Cap sur la carrière qui comprend un outil capable d’évaluer vos chances de succès dans le domaine du génie? Base : Tous les répondants, 2014 (n=328) (n=10) (n=318)  Seulement 3 % des étudiants connaissent le programme Cap sur la carrière d’Ingénieurs Canada.

47 Données démographiques 47

48 QUÉBEC Expérience de travail acquise avant l’obtention du diplôme 48 Q33 Avez-vous acquis de l’expérience de travail en génie avant l’obtention de votre diplôme? Base : Les répondants qui ont fait une demande de permis ou qui sont incertains (n=26) (n=17)(n=4) (n=5)  Les deux tiers des étudiants indiquent avoir acquis de l’expérience de travail avant d’obtenir leur diplôme. Deux étudiants sur dix ne sont pas certains de l’admissibilité de l’expérience acquise et plus d’un sur dix n’en a pas.

49 QUÉBEC Parent (n=78) (n=141) Autre membre de la famille (n=49) (n=92) Ami ou connaissance (n=26) (n=72) Professeur (n=16) (n=60) Conseiller d’orientation (n=7) (n=10) Incitation à faire des études en génie 49 Les réponses totalisant moins de 5 % ne sont pas représentées Oui % Q33B. D’après vous, y a-t-il une personne ou un modèle de rôle en particulier qui vous a incité à faire des études en génie? Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Q33C. Quel est ou était votre lien avec cette personne (ou ces personnes)? Base : Les répondants qui ont été incités par quelqu’un à faire des études en génie, 2013 (n=305 )2014 n=132 Q33D. Veuillez indiquer le sexe de chacune des personnes indiquées. Base : Les répondants qui ont été incités par quelqu’un à faire des études en génie.  Quatre étudiants sur dix ont été incités par quelqu’un à faire des études en génie.  Parmi ceux qui y ont été encouragés, six étudiants sur dix l’ont été par un parent, près de quatre étudiants sur dix par un autre membre de la famille, deux sur dix par un ami ou une connaissance et un sur dix par un professeur.  Ce sont majoritairement des hommes qui ont incité les étudiants à faire des études en génie.  Quatre étudiants sur dix ont été incités par quelqu’un à faire des études en génie.  Parmi ceux qui y ont été encouragés, six étudiants sur dix l’ont été par un parent, près de quatre étudiants sur dix par un autre membre de la famille, deux sur dix par un ami ou une connaissance et un sur dix par un professeur.  Ce sont majoritairement des hommes qui ont incité les étudiants à faire des études en génie.

50 QUÉBEC Résidence permanente 50 Q34. Nous désirons connaître votre lieu de résidence à des fins statistiques seulement. Veuillez sélectionner l’énoncé qui correspond le mieux à votre statut actuel. Base : Tous les répondants, 2013 n=796; 2014 (n=328) Q35. Vous étudiez dans une université du Québec, mais votre lieu de résidence principale est situé dans une autre province ou un autre territoire. Veuillez sélectionner votre province ou territoire de résidence. Base : Les répondants qui ne résident pas en permanence au Québec, 2013 (n=31); 2014 (n=20) Résident d’une autre province ou d’un autre territoire : Mon lieu de résidence principale est le Québec (n=274) (n=661) J’étudie dans une université du Québec, mais mon lieu de résidence principal est situé dans une autre province ou un autre territoire (n=20) (n=31) Je suis un étudiant étranger qui étudie dans une université du Québec (n=34) (n=51) Ontario (n=13) (n=19) Colombie-Britannique (n=4) (n=8) Alberta (n=2) (n=3) Yukon (n=1)  Près de huit étudiants sur dix, soit moins qu’en 2013, résident en permanence dans la province où ils étudient. Un étudiant sur dix vient de l’étranger et moins d’un sur dix réside dans une autre province ou un autre territoire.  Parmi ceux dont la résidence est située dans une autre province, la majorité vient de l’Ontario, suivi de la Colombie- Britannique et de l’Alberta.  Près de huit étudiants sur dix, soit moins qu’en 2013, résident en permanence dans la province où ils étudient. Un étudiant sur dix vient de l’étranger et moins d’un sur dix réside dans une autre province ou un autre territoire.  Parmi ceux dont la résidence est située dans une autre province, la majorité vient de l’Ontario, suivi de la Colombie- Britannique et de l’Alberta.

51 QUÉBEC Disciplines du génie 51 Q3/Q3B. Veuillez indiquer la discipline de votre programme d’études en génie en sélectionnant l’une des options ci-dessous. Base : Tous les répondants, 2013 (n=743); 2014 (n=328) Les réponses totalisant moins de 5 % ne sont pas représentées. Génie mécanique (n=85) (n=196) Génie civil (n=58) (n=79) Génie électrique (n=51) (n=110) Génie chimique (n=34) (n=42) Génie informatique (n=16) (n=53) Génie industriel (n=15)  Les disciplines les plus populaires sont toujours le génie mécanique, le génie civil, le génie électrique et le génie chimique.  Comparativement à 2013, les étudiants sont plus nombreux à choisir des programmes de génie civil ou de génie chimique.  Les disciplines les plus populaires sont toujours le génie mécanique, le génie civil, le génie électrique et le génie chimique.  Comparativement à 2013, les étudiants sont plus nombreux à choisir des programmes de génie civil ou de génie chimique.

52 52 Impact de la participation à un atelier ou un séminaire donné par l’OIQ

53 QUÉBEC Participation à un atelier ou un séminaire de l’OIQ et intention de faire carrière en génie 53 A ASSISTÉ À UN ATELIER OU UN SÉMINAIRE DE L’OIQ N’A ASSISTÉ À AUCUN ATELIER OU SÉMINAIRE DE L’OIQ AB Oui, absolument 72 % 57 %67 %55 % Oui, probablement 26 % 38 % 29 % 38 % Non, probablement pas 2 % 5 % 4 % 7 % Non, absolument pas 1 % 0 % 1 % 2111 Oui, 2 cotes supérieures 98 % 94 % 96 % 93 % Non, 2 cotes inférieures 3 % 6 % 4 % 7 % Intention de faire carrière dans le domaine du génie  Dans l’ensemble, les intentions de faire carrière dans le domaine du génie sont les mêmes, que les étudiants aient assisté ou non à un atelier ou un séminaire donné par l’OIQ.  Comparativement à 2013, les étudiants sont moins nombreux à avoir absolument l’intention de faire carrière en génie et plus nombreux à en avoir probablement l’intention, qu’ils aient assisté ou non à un atelier ou un séminaire de l’OIQ.  Dans l’ensemble, les intentions de faire carrière dans le domaine du génie sont les mêmes, que les étudiants aient assisté ou non à un atelier ou un séminaire donné par l’OIQ.  Comparativement à 2013, les étudiants sont moins nombreux à avoir absolument l’intention de faire carrière en génie et plus nombreux à en avoir probablement l’intention, qu’ils aient assisté ou non à un atelier ou un séminaire de l’OIQ.

54 QUÉBEC Participation à un atelier ou un séminaire de l’OIQ et intention de faire une demande de permis 54 A ASSISTÉ À UN ATELIER OU UN SÉMINAIRE DE L’OIQ N’A ASSISTÉ À AUCUN ATELIER OU SÉMINAIRE DE L’OIQ AB Oui, absolument 71 % B53 %55 %52 % Oui, probablement 16 %28 %28 % A26 % Non, probablement pas 7 %5 %8 %10 % Non, absolument pas 3 %6 %5 %4 % Ne sait pas / incertain(e) 5 %8 %5 %8 % Oui, 2 cotes supérieures 84 %81 %83 %78 % Non, 2 cotes inférieures 11 % 12 %14 % Intention de faire une demande de permis d’exercice  Dans l’ensemble, les intentions de faire une demande de permis d’exercice sont les mêmes, que les étudiants aient assisté ou non à un atelier ou un séminaire de l’OIQ.  Comparativement à 2013, les étudiants qui ont assisté à un atelier ou un séminaire sont moins nombreux à avoir absolument l’intention de faire une demande de permis et plus nombreux à en avoir probablement l’intention.  Dans l’ensemble, les intentions de faire une demande de permis d’exercice sont les mêmes, que les étudiants aient assisté ou non à un atelier ou un séminaire de l’OIQ.  Comparativement à 2013, les étudiants qui ont assisté à un atelier ou un séminaire sont moins nombreux à avoir absolument l’intention de faire une demande de permis et plus nombreux à en avoir probablement l’intention.

55 55 Impact de la connaissance de la Loi sur les ingénieurs du Québec

56 QUÉBEC Connaissance de la Loi sur les ingénieurs du Québec et intention de faire carrière en génie TRÈS BIEN / ASSEZ BIEN UN PEU RIEN / N’EN A JAMAIS ENTENDU PARLER ABC Oui, absolument 74 % BC 65 % C 66 % 54 %59 %44 % Oui, probablement 24 % 26 %30 %41 % A34 %49 % A Non, probablement pas 2 % 7 %3 %5 %7 % Non, définitivement pas -2 % Oui, 2 cotes supérieures 98 %91 %97 %95 %93 % Non, 2 cotes inférieures 2 %9 %3 %5 %7 % Intention de faire carrière dans le domaine du génie  Plus les étudiants ont un niveau de connaissance élevé de la Loi sur les ingénieurs, plus ils sont susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie.  Comparativement à 2013, les étudiants qui connaissent très bien ou assez bien la Loi sont moins susceptibles d’avoir l’intention de faire carrière en génie et ceux qui connaissent un peu la Loi sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie.  Plus les étudiants ont un niveau de connaissance élevé de la Loi sur les ingénieurs, plus ils sont susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie.  Comparativement à 2013, les étudiants qui connaissent très bien ou assez bien la Loi sont moins susceptibles d’avoir l’intention de faire carrière en génie et ceux qui connaissent un peu la Loi sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie.

57 QUÉBEC Connaissance de la Loi sur les ingénieurs du Québec et intention de faire une demande de permis d’exercice 57 TRÈS BIEN / ASSEZ BIENUN PEU RIEN / N’EN A JAMAIS ENTENDU PARLER ABC Oui, absolument 67 % BC54 %58 % C53 %61 %53 % Oui, probablement 23 %27 %25 %26 %28 %29 % Non, probablement pas 3 %9 %8 % A7 %15 % AB6 % Non, absolument pas 3 %4 %3 %6 % Ne sait pas / incertain(e) 4 %7 %6 %9 %4 %7 % Oui, 2 cotes supérieures 89 % C81 %83 % C79 %75 %82 % Non, 2 cotes inférieures 6 %13 %11 % A13 %21 % AB11 % Intention de faire une demande de permis d’exercice  Dans l’ensemble, les intentions de faire une demande de permis d’exercice sont les mêmes, peu importe le niveau de connaissance qu’ont les étudiants de la Loi sur les ingénieurs.  Comparativement à 2013, les étudiants qui connaissent très bien ou assez bien la Loi sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire une demande de permis.  Dans l’ensemble, les intentions de faire une demande de permis d’exercice sont les mêmes, peu importe le niveau de connaissance qu’ont les étudiants de la Loi sur les ingénieurs.  Comparativement à 2013, les étudiants qui connaissent très bien ou assez bien la Loi sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire une demande de permis.

58 Impact de la connaissance du permis d’ingénieur et des rôles 58

59 QUÉBEC 59 Intention de faire carrière dans le domaine du génie CONNAISSANCE ÉLEVÉE CONNAISSANCE MOYENNE CONNAISSANCE LIMITÉE AUCUNE CONNAISSANCE ABCD Oui, absolument 67 % D59 %71 % D51 %58 % 36 %100 % Oui, probablement 29 %35 %25 %41 %40 %37 %64 % AB Non, probablement pas 4 %6 %2 %6 %2 %5 % Non, absolument pas --1 % Oui, 2 cotes supérieures 96 %94 %97 %92 %98 %95 %100 % Non, 2 cotes inférieures 4 %6 %3 %8 %2 %5 % * Définition des niveaux de connaissance Élevé : Tous exacts (3) à la Q8 Moyen : 2 exacts à la Q8 Limité : 1 exact à la Q8 Nul : Zéro (0) exact à la Q8  Dans l’ensemble, la connaissance des rôles dans l’exercice de la profession et des exigences en matière de permis n’influence pas l’intention de faire carrière dans le domaine du génie.  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance moyen du permis d’ingénieur et des rôles sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie qu’en  Dans l’ensemble, la connaissance des rôles dans l’exercice de la profession et des exigences en matière de permis n’influence pas l’intention de faire carrière dans le domaine du génie.  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance moyen du permis d’ingénieur et des rôles sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie qu’en Connaissance du permis d’ingénieur et des rôles et intention de faire carrière en génie

60 QUÉBEC Connaissance du permis d’exercice et des rôles et intention de faire une demande de permis d’exercice 60 Intention de faire une demande de permis d’exercice CONNAISSANCE ÉLEVÉE CONNAISSANCE MOYENNE CONNAISSANCE LIMITÉE AUCUNE CONNAISSANCE ABCD Oui, absolument 60 % D50 %62 % CD61 % A44 %21 %18 %100 % Oui, probablement 26 %27 %22 %25 %33 %37 %55 % AB Non, probablement pas 6 %7 %8 % 12 %16 % Non, absolument pas 4 %7 %3 %2 % 11 % Oui, 2 cotes supérieures 85 %77 %84 %86 %77 %58 %73 %100 % Non, 2 cotes inférieures 10 %13 %11 %10 %14 %26 % * Définition des niveaux de connaissance Élevé : Tous exacts (3) à la Q8 Moyen : 2 exacts à la Q8 Limité : 1 exact à la Q8 Nul : Zéro (0) exact à la Q8  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance moyen des rôles dans l’exercice de la profession et des exigences en matière de permis sont beaucoup plus susceptibles d’avoir l’intention de faire une demande de permis que ceux qui ont un niveau de connaissance élevé.  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance élevé du permis d’exercice et des rôles sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire une demande de permis qu’en  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance moyen des rôles dans l’exercice de la profession et des exigences en matière de permis sont beaucoup plus susceptibles d’avoir l’intention de faire une demande de permis que ceux qui ont un niveau de connaissance élevé.  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance élevé du permis d’exercice et des rôles sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire une demande de permis qu’en 2013.

61 Impact de la connaissance des responsabilités des organisations 61

62 QUÉBEC 62 CONNAISSANCE ÉLEVÉE CONNAISSANCE MOYENNE CONNAISSANCE LIMITÉE AUCUNE CONNAISSANCE ABCD Oui, absolument 69 % D56 %69 % D57 %66 %56 %50 %42 % Oui, probablement 28 %34 %27 %40 %32 %44 %38 %33 % Non, probablement pas 2 %10 % B3 %2 % -9 % A25 % Non, absolument pas 0 %- 1 %--3 % Oui, 2 cotes supérieures 97 %90 %97 %97 % A98 %100 %88 %75 % Non, 2 cotes inférieures 3 %10 % B3 %4 %2 %-12 %25 % Intention de faire carrière dans le domaine du génie Définition des niveaux de connaissance Élevé : Tous exacts à la Q9 (4) Moyen : 2 ou 3 exacts à la Q9 Limité : 1 exact à la Q9 Nul : Tous inexacts (0) à la Q9 Connaissance des responsabilités des organisations et intention de faire carrière en génie  Dans l’ensemble, la connaissance des responsabilités respectives des organisations n’a pas beaucoup d’impact sur l’intention de faire carrière en génie.  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance élevé ou moyen des responsabilités des organisations sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie qu’en  Dans l’ensemble, la connaissance des responsabilités respectives des organisations n’a pas beaucoup d’impact sur l’intention de faire carrière en génie.  Les étudiants qui ont un niveau de connaissance élevé ou moyen des responsabilités des organisations sont moins susceptibles d’avoir absolument l’intention de faire carrière en génie qu’en 2013.

63 QUÉBEC Connaissance des responsabilités des organisations et intention de faire une demande de permis d’exercice 63 Intention de faire une demande de permis d’exercice CONNAISSANCE ÉLEVÉE CONNAISSANCE MOYENNE CONNAISSANCE LIMITÉE AUCUNE CONNAISSANCE ABCD Oui, absolument 61 % D58 %60 % D52 %69 % D50 %21 %33 % Oui, probablement 23 %24 % 27 %28 %39 %41 % AB25 % Non, probablement pas 8 %7 % 9 %--15 %8 % Non, absolument pas 3 %4 % 7 %--6 % Oui, 2 cotes supérieures 85 % D82 %84 % D79 %97 % ABD90 %62 %58 % Non, 2 cotes inférieures 12 %11 % 15 %--21 %8 % Définition des niveaux de connaissance Élevé : Tous exacts à la Q9 (4) Moyen : 2ou 3 exacts à la Q9 Limité : 1 exact à la Q9 Nul : Tous inexacts (0) à la Q9  Dans l’ensemble, la connaissance des responsabilités respectives des organisations influence peu l’intention de faire une demande de permis d’exercice.

64 Mai 2014 Ipsos Reid Public Affairs 160 Bloor Street East, Suite 300 Toronto (Ontario) Canada M4W 1B9 Sandra Guiry, vice-présidente Téléphone : Courriel : Michael Howell, vice-président associé Téléphone : Courriel :


Télécharger ppt "Sondage 2014 auprès des finissants en génie - Rapport sur le Québec Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada Mai 2014."

Présentations similaires


Annonces Google