La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Le réseau interministériel de l’État JRES 2013 11 décembre 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Le réseau interministériel de l’État JRES 2013 11 décembre 2013."— Transcription de la présentation:

1 1 Le réseau interministériel de l’État JRES décembre 2013

2 2 Le contexte administratif La feuille de route du projet Architecture et point d’avancement Questions/réponses

3 3 Le contexte administratif

4 4 Le contexte administratif : le « numérique » interministériel  Février 2011: création de la direction interministérielle des systèmes d’information, rattachée au Secrétaire Général du Gouvernement : −« DSI groupe » de l’État −Elle a notamment en charge la conduite des opérations de mutualisation entre les administrations de l’État  Octobre 2012: création du secrétariat général de la modernisation de l’action publique −Regroupant l'ensemble des services en charge de la MAP : −La direction interministérielle de la modernisation de l’État (DIMAP) −La direction interministérielle des systèmes d’information et de communication (DISIC) −La mission Etalab −Placé sous l’autorité du Premier ministre, rattaché au secrétaire général du Gouvernement et mis à disposition de la ministre de la réforme de l’État.  Décembre 2012: création du service à compétence nationale « réseau interministériel de l’État », rattaché à la DISIC, qui a pour missions : −La conception et déploiement du réseau interministériel, −L’exploitation et maintien en conditions opérationnelles et de sécurité (en lien avec l’ANSSI) −La mise en œuvre des services communs associés au réseau, −La conduite des travaux nécessaires aux évolutions du réseau et des services associés.

5 5 Le contexte administratif : organisation du SGMAP et de la DISIC

6 6 La feuille de route du projet

7 7 La décision de création du réseau interministériel de l’État (RIE)  Le Conseil des ministres du 25 mai 2011 a décidé de la mise en place d’un « réseau interministériel sécurisé regroupant l’ensemble des réseaux des ministères et permettant la continuité de l’action gouvernementale en cas de dysfonctionnement grave d’Internet ». Le RIE remplacera l’ensemble des réseaux ministériels existants.  La création du RIE répond à deux enjeux majeurs : Mutualiser et optimiser les systèmes d’information de l’Etat dans un contexte de réorganisation de l’administration territoriale −Favoriser les échanges interministériels dans le cadre de l’ATE et dans la continuité des initiatives déjà menées en matière d’infrastructures (réseau AdER/SIGMA) et de services applicatifs (Chorus, ONP) −Garantir une continuité et une qualité de service −Maîtriser les coûts informatiques Sécuriser le système d’information de l’Etat −Protéger le patrimoine informationnel de l’Etat −Se prémunir des attaques, ciblées ou génériques −Préserver la confiance dans les données et applications de l’Etat

8 8 Le point de départ : les réseaux des administrations de l’État en 2013

9 9  17 réseaux indépendants, de tailles très inégales, avec chacun : −Son marché, son calendrier, ses opérateurs −Son architecture spécifique −Ses fonctions de pilotage, exploitation, supervision −Ses accès Internet, Partenaires, réseaux tiers −Son niveau de sécurisation propre  Un 18 e (AdER/SIGMA) pour leur permettre de communiquer (un peu) entre eux, et avec le réseau de la Communauté Européenne (sTESTA)  Des interconnexions ad hoc privatives entre certains réseaux, notamment liées aux réorganisations  Environ sites sur le territoire national (métropole, DOM et COM)

10 10 La cible : le réseau interministériel de l‘État

11 11 La cible : le réseau interministériel de l‘État  Le service à compétence nationale RIE constitue l’opérateur réseau unique des ministères et leur propose des services réseau natifs.  Il opère un cœur de réseau haut débit mutualisé sur une infrastructure privative. Le cœur porte toutes les interfaces externes ainsi que les échanges interministériels  Le RIE raccorde l’ensemble des sites ministériels, administrations centrales et déconcentrées, en métropole et dans les DOM-COM.  Les sites sont raccordés via les opérateurs nationaux, par plaques géographiques, et utilisent les services du cœur.  Le RIE apporte un socle commun d’architecture, exploitation, supervision et pilotage, ainsi qu’un socle de sécurité homogène  Il permettra progressivement le développement des offres de services ministérielles et interministérielles

12 12 Chiffres clés kms de fibre optique Cœur de réseau à 10 Gbit/s évolutif 12 points de collecte nationaux sites en métropole et DOM-COM Une quinzaine de SI ministériels transportés

13 13 Architecture et point d’avancement

14 14 Backbone - Points de présence (PIB) hébergés en datacenters ministériels Bordeaux Marseille Rennes Toulouse Lille Lyon Nantes Strasbourg Paris

15 15 Rappel de l’infrastructure optique existante de RENATER

16 16 FON - Tracé du backbone et points de présence (PIB) PIB Bordeaux PIB Marseille PIB Toulouse PIB Lyon 1 PIB Nantes PIB Rennes PIB Paris 1 PIB Paris 2 PIB Paris 3 PIB Paris 4 PIB Lyon 2 NR Toulouse NR Bordeaux NR Nantes NR Rennes NR Lyon 1 NR Lyon 2 NR Lille NR Caen NR Rouen NR Clermont PIB Lille PIB Rennes PIB Lyon 1 PIB Lyon 2 NR Paris 1 NR Paris 2 NR Montpellier FON supplémentaires NR Marseille 1 NR Marseille 2 PIB Lille FON RENATER NR Shelter PIB EXISTANT : NOUVEAU : NR Compiègne

17 17 Partenariat avec RENATER pour les FON et le transport niveau 1 FON Transmission Supervision du réseau fibre −Réseau constitué par des liens RIE s’appuyant sur RENATER −Réseau constitué par des liens RIE spécifiques s’appuyant sur des FON SFR −FON éclairées par RENATER, lambda privative(s) −NOC RENATER  Convention signée avec le GIP RENATER le 28 novembre 2012

18 18 Principe de raccordement d’un PIB à l’infrastructure optique RENATER

19 19 Architecture RIE – FON + Lambdas

20 20 Architecture L2/L3 du backbone

21 21 Services L2/L3 du RIE  Haute disponibilité et transparence aux cas de simple défaillance  Réseau sécurisé  Convergence rapide (<50ms)  Support IPv4/IPv6 Unicast/Multicast  Approche Multi-Services : −Mise en œuvre de services d’interconnexion de niveau 3 cloisonnés de bout en bout de type MPLS L3VPN −Mise en œuvre de service d’interconnexion niveau 2 P2P de type VPWS (point à point) −Mise en œuvre de service d’interconnexion niveau 2 MP2MP de type VPLS (multipoint/multipoint)  Support et mise en œuvre d’un service d’extranet inter-VPN filtré via des plates-formes de service  Gestion de la Qualité de Service hiérarchique (QoS)  Standardisation : évolutivité, complexité et facilité d’exploitation  Accès Internet

22 22 Raccordement des réseaux de collecte  En métropole, chaque communauté fait l’objet d’un marché subséquent de l’accord-cadre « collecte » qui référence les deux opérateurs nationaux  Chaque communauté raccorde ses sites au cœur de réseau (PIB) via l’opérateur de collecte retenu, par plaques géographiques (régions ou inter-régions)  La connexion physique d’un réseau de collecte opérateur aux PIB est réalisée lorsque cet opérateur est choisi pour la première fois dans le cadre d’un marché subséquent  Si l’interconnexion physique entre le réseau de collecte et le PIB existe déjà, seul un lien logique entre ce réseau de collecte et le PIB est créé  Deux types de raccordement possibles : −Raccordement L3 VPN −Raccordement L2 VPN  Les collectes spécifiques (DOM, COM et niveau 2 en Ile de France) font l’objet de marchés à bons de commande séparés, communs à l’ensemble des communautés

23 23 Répartition des plaques de collecte sur les PIB N°Régions 1 Ile de France (petite couronne + Paris) 2 Alsace Lorraine Champagne-Ardenne 3 Nord-pas-de calais Picardie 4 Haute-Normandie Basse-Normandie Centre 5 Bretagne Pays de la Loire 6 Aquitaine Limousin Poitou-Charentes 7 Midi-Pyrénées Languedoc-Roussillon 8 Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse 9Rhône-Alpes 10 Bourgogne Auvergne Franche-Comté 11Ile de France (Grande couronne)

24 24 Collecte et QoS hiérarchique  Mise en œuvre d’un mécanisme de shaping et de classes de service pour une entité logique −Une bande passante fixe est réservée pour chaque ministère et à l’intérieur de cette bande passante, des classes de services sont mises en œuvre.  Permet, sur une même interface physique, d’offrir des services différenciés pour chacun des VPN des ministères en appliquant une politique de QoS par ministère PORTE DE COLLECTE PIB INTERFACE1GE VLAN1000 VPN de collecte ministère X Engagement de service opérateur:200Mb/s shaping200Mb/s VLAN2000 VPN de collecte ministère Y Engagement de service opérateur:300Mb/s shaping300Mb/s RT VIDEO D1 D2 D3 Default RT VIDEO D1 D2 D3 Default Avec H-QOS PORTE DE COLLECTE PIB INTERFACE 1 GE (possibilité de shaping global) RT VIDEO D1 D2 D3 Default VPN Y VPN X VPN Y VPN X VPN Y VPN X VPN Y VPN X VPN Y VPN X VPN Y VPN X Sans H-QOS

25 25 AdER sur le RIE : le backbone vecteur des flux inter-communautés  Tous les échanges entre communautés ministérielles s’effectuent au niveau du cœur de réseau selon deux mécanismes principaux : –un mécanisme de filtrage mis en œuvre par défaut pour les échanges intercommunautaires, utilisant des plateformes de filtrage et d’analyse de flux (avec NAT source). –un mécanisme de routage pour les échanges ne nécessitant pas de filtrage, ou pour les flux ne pouvant être supportés par les plateformes de service (téléphonie ou visioconférence).  Des sondes de sécurité, fournies et exploitées par l’ANSSI, seront positionnées dans le cœur de réseau pour détecter les propagations d’attaques ou de malwares en analysant : –Les flux intercommunautaires au niveau des plateformes de services –Les flux échangés avec Internet au niveau des plateformes d’accès à Internet

26 26 Offre en partenariat avec l’UGAP pour les « partenaires » publics  Bénéficiaires : les services publics hors périmètre des marchés RIE (établissements publics sous tutelle, autorités indépendantes, collectivités territoriales…) ayant à communiquer de façon privative et maîtrisée avec les services de l’État utilisateurs du RIE  Via l’accord-cadre WAN de l’UGAP (printemps 2014)  Par inclusion d’unités d’œuvre dédiées au raccordement d’un site ou WAN « partenaire » au cœur de réseau RIE  Exigences similaires à celles portant sur la collecte RIE : gamme de raccordements, engagements de service, supervision RIE, livraison des flux dans des VPN dédiés sur des PIB…  Les flux partenaires sont traités en cœur de réseau (routage, NAT, inspection…) comme toute autre interface externe du RIE

27 27 Bilan des travaux 2013  Le déploiement du cœur de réseau s’est achevé à l’été : −Cœur haut débit construit sur l’infrastructure de RENATER −12 centres informatiques ministériels hébergent les principaux points de raccordement au cœur de réseau  Les premiers sites ministériels sont déployés pour validation technique d’ici fin 2013 : −deux départements pilotes : Pyrénées Atlantiques et Somme −trois régions pilotes : Champagne Ardennes, Auvergne et Haute Normandie  Le déploiement cible est engagé par périmètres ministériels : −Lancement du déploiement du premier périmètre en septembre 2013 −Environ 5000 sites relevant de 7 ministères −Cadence de déploiement cible à partir de mars 2014 (jusqu’à 150 sites/semaine) −Appel d’offres en cours pour le second périmètre −Environ 3300 sites, lancement début 2014

28 28 MERCI de votre attention Questions/réponses ?


Télécharger ppt "1 Le réseau interministériel de l’État JRES 2013 11 décembre 2013."

Présentations similaires


Annonces Google