La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le transfert de graphie: contribution à une approche psychanalytique du créole dans la littérature et la poésie réunionnaises contemporaines, entre identité.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le transfert de graphie: contribution à une approche psychanalytique du créole dans la littérature et la poésie réunionnaises contemporaines, entre identité."— Transcription de la présentation:

1 Le transfert de graphie: contribution à une approche psychanalytique du créole dans la littérature et la poésie réunionnaises contemporaines, entre identité et patrimonialisation Christian PETIT Docteur en psychologie ESPÉ- Laboratoire Icare EA 4549 Université de La Réunion

2 Une (im)pertinence: La psychanalyse, depuis Freud, a accompli un rapprochement fécond entre l’art et la fonction créatrice de la mémoire Art Fonction créatrice de la mémoire dans sa fonction d’embellissement

3 L’Art : processus de sublimation des pulsions sexuelles ART Ou comme expressions de l’identité Ou comme transfigur ation de l’origine …selon les mêmes procédés que ceux de la mémoire dans sa fonction créative et d’embellissement !

4 Le point de départ de la recherche:

5 Processus psychiques de La Création en créole de La Littérature & de la Poésie réunionnaises Les pratiques scripturales: La ? de la TRACE ÉCRITE (Derrida J., 1968), de la TRACE ÉCRITE en CRÉOLE et des processus psychiques qui lui sont liés. Le concept psychanalytique de «LALANGUE » (Lacan, 1973) appliqué à la langue créole en tant qu’une langue n’est comparable à aucune autre langue et qu’elle soit investie comme un véritable objet d’amour!

6 La Langue ne doit pas être comprise comme un système purement instrumental, linguistique, fonctionnel et utilitaire mais comme pouvant se constituer comme un objet d’amour investi pulsionnellement (ou affectivement) par le sujet qui parle ou qui écrit! Il s’agit de reconnaître la légitimité de toute la dimension d’amour de l’investissement pulsionnel de Lalangue réunionnaise, par LaLangue réunionnaise et dans LaLangue réunionnaise!

7 Aspects pulsionnels de l’amour de LALANGUE qui se développent précocément chez l’enfant au moment de l’apprentissage du langage et que l’on retrouve aussi bien au niveau de l’émission de la parole qu’à celui de sa rétention. C’est dire que l’enfant apprend d’autant mieux à parler puis à écrire et se déploie d’autant mieux dans le langage qu’il tire un plaisir pulsionnel de la parole dans LALANGUE maternelle!

8 L’hypothèse de la recherche Hypothèse inédite. L’écrit en créole fonctionne d’un point de vue psychique comme Paradigme d’un effet de transfert au sens psychanalytique du terme: Effet singulier que j’ai nommé Transfert de graphie de la langue créole réunionnaise.

9 Transfert de graphie: Concept qui vise à saisir les processus psychiques intimes constitutifs de la relation du sujet humain à l’écriture et à la lecture (orale, subvocale ou silencieuse) d’un texte écrit en créole, quel que soit le modèle de graphie rencontré.

10 Rappel: Le concept de transfert (Ferenczi S., 1909, Freud S., 1912) Terme introduit progressivement pour désigner la relation psychique où se joue la problématique des enjeux affectifs qui s’élaborent dans une cure psychanalytique. Dès 1909, Ferenczi observe que le transfert existe dans toutes les relations humaines: médecin-malade, professeur-élève, patron- employé…Dans l’analyse, le patient place inconsciemment le thérapeute en position parentale.

11 Freud pour sa part, recense le transfert positif, nourri de tendresse et d’amour, le transfert négatif, porteur de sentiments hostiles, agressifs, de haine voire de rejet. A cela, s’ajoutent les transferts mixtes, qui reproduisent les affects ambivalents, les fantasmes (aussi bien comme défense psychique contre la réalité et les angoisses que comme manifestation des pulsions) produits par l’enfant à l’égard des parents.

12 Le transfert, tel que Freud l’a mis en évidence, caractérise cette métamorphose originale de la vie psychique qui réactive chez le sujet humain des affects, des fantasmes et des signifiants d’amour et de haine tels qu’il a pu les vivre aux premiers moments de son existence. Le transfert est ce processus psychique qui fonde, régit et sous-tend la relation psychothérapeutique entre l’analysant et son thérapeute, ce dernier ayant pour but de parvenir à interpréter les divers matériaux du transfert… et du contre-transfert!

13 Le transfert de graphie de la langue réunionnaise Ne concerne pas la relation entre deux êtres mais il désigne le lien singulier qui s’établit entre un lecteur/rédacteur et un objet graphique investi pulsionnellement: la trace, (diversement) écrite, de la langue créole. C’est précisément ce subtil mouvement psychique transférentiel que cette recherche a l’ambition d’étudier à travers l’analyse des diverses représentations que les écrivains et poètes réunionnais contemporains élaborent à ce niveau.

14 La problématique de la recherche S’articule autour de la ? de savoir ce que signifie, pour un poète ou un écrivain réunionnais, le fait d’écrire en créole, et selon telle ou telle graphie. Etudier ce que révèle ce transfert de graphie de la langue réunionnaise à propos de sa propre calligraphie inconsciente de sujet écrivant, Et des liens avec les diverses constructions de l’identité à La Réunion.

15 La méthodologie de la recherche Enquête par questionnaire (Javeau, 2012) portant sur les 4 modèles de graphie créole répertoriés (Prudent, Tupin & Wharton, 2005):Étymologique, Lékritir 77, 1983-KWZ et Tangol Entretiens exploratoires non-directifs effectués auprès d’une dizaine de jeunes poètes et écrivains réunionnais qui publient des nouvelles, bandes dessinées, poèmes, contes et légendes

16 En particulier ceux qui ont participé au concours annuel du Pri LanKréol (Conseil Régional et CCEE de La Réunion) qui existe depuis Quelques pionniers: Daniel Honoré, Axel Gauvin, Patrice Treuthardt, Carpanin Marimoutou… Ces entretiens audio-enregistrés sont retranscrits et soumis aux critères d’une analyse thématique de contenu (Bardin, 1977) ainsi qu’à ceux du modèle de l’anthropologie psychanalytique de la Ternarité Symbolique Imaginaire Réel:

17 Ternarité S.I.R. Renvoie à l’univers des signes, des symboles, du langage, du discours, de la parole, à toutes significations qui déterminent et structurent l’être humain consciemment ou inconsciemment, selon les organisateurs psychanalytiques de la sexuation Symbolique Structure l’ensemble des phénomènes liés à la construction du Moi: narcissisme, illusion, leurre, séduction, aliénation, relation spéculaire et scopique à l’autre et à son image érotisée, fusion pulsionnelle avec le corps de la mère. Imaginaire Réel Désigne l’ensemble des phénomènes et des événements, connus ou inconnus qui arrivent de manière brève ou continue. Catégorie qui contient 2 pôles: L’un, homogène, connaissable: le Réel biologique, géologique, technique, linguistique.. L’autre, hétérogène, insaisissable, imprévisible et impossible à symboliser. (Lacan, 1974) -Absolu ontologique, être-en-soi échappant à la perception et à la représentation Réel Désigne l’ensemble des phénomènes et des événements, connus ou inconnus qui arrivent de manière brève ou continue. Catégorie qui contient 2 pôles: L’un, homogène, connaissable: le Réel biologique, géologique, technique, linguistique.. L’autre, hétérogène, insaisissable, imprévisible et impossible à symboliser. (Lacan, 1974) -Absolu ontologique, être-en-soi échappant à la perception et à la représentation

18 Ternarité S.I.R. & Transfert de graphie Renvoie à l’univers symbolique et psychique du langage, du discours, des signifiants, de la parole écrite en créole. Il prend en compte la dimension originale, singulière, signifiante de chaque poète, écrivain et de l’identification symbolique qui la sous-tend. Symbolique Concerne le concept de LALANGUE (Milner, 1978). Imaginarisation de la graphie comme objet d’amour, Projection imaginaire sur la graphie comme objet érotisé, libidinal et sensuel. Imaginaire Réel Catégorie qui contient 2 pôles: L’un, homogène, connaissable: le Réel technique, linguistique, graphique (étymologique, Lékritir 77, 1983-KWZ, Tangol 2001) L’autre, hétérogène, insaisissable, imprévisible, caché, indicible, impossible à symboliser…et pourtant « symboligène » ! - échappant à la perception et à la représentation ordinaires Réel Catégorie qui contient 2 pôles: L’un, homogène, connaissable: le Réel technique, linguistique, graphique (étymologique, Lékritir 77, 1983-KWZ, Tangol 2001) L’autre, hétérogène, insaisissable, imprévisible, caché, indicible, impossible à symboliser…et pourtant « symboligène » ! - échappant à la perception et à la représentation ordinaires

19 Résultats de la recherche

20 20 Néna une part d’expression originale, spontanée, kan mi ékri un mot an kréol mais pratiquement jamais en graphie étymologique (D.H.) Mi hésite parfois dans le choix de la graphie pour certains mots (P.Th.) Mes 1ers écrits en créole se caractérisaient par un Refus de la graphie 77 car incompréhensible, hermétique (D.H.) Actuellement, mi ékri plutôt dans la graphie Tangol 2001 mais i ariv a mwin de ne pas suiv telle ou telle diretiv de la grafi 2001 (D.H.) Offrir au lecteur une graphie en créole accessible, aisée (D.H.) Lé pa évident pou un moune ke lé pa habitué la graphie de lire SHOUSHOU pou comprendre CHOUCHOU (P.Th.) Si mi ékri « guitare », mi sens pas mwin kapab supprime le U pou ékri « gitar » (P.Th.) Majoritairement, mi utilise la graphie 77 mais il fo reconnaître ke premier début, kan nou la komans ékri an kréol, nous la plante à nous (P.Th.)

21 21 La graphie « mwin » la été plutôt bien acceptée! (A.G.) Ma graphie en LANKRÉOL est un compromis tendance majoritaire « Tangol » (A.G.) I fo absolument supprime tant ke nou pe l’homographie, autant que lé acceptab pou de moune et aboutir ainsi à une langue polynomique, c’est-à- dire accepter la variété comme cela existe déjà dans la langue corse (A.G.) Aboutir à une solution de co- alphabétisation du français et du créole (A.G.) I Fo ke nou ariv à un degré d’acceptabilité et de respect des mécanismes d’apprentissage de la lecture (A.G.) Nou achemine à nou vers une synthèse des 3 graphies (A.G.) Fo Fé attention car la manièr ékri i pe être un frein à la création: si ou réfléchis à la graphie au moment ou lé en train écrire, ou perde en même temps l’énergie créatrice (A.G.)

22 22 ifo suiv l’évolution du Kréol de manière raisonnée à condition de rester dans un cadre objectif (A.G.) Lorsk l’étymologie lé nécessaire, i fo employe a li (A.G.) Parvenir à une graphie la plus transparente possible, avec une correspondance graphème/phonème (A.G.) Actuellement, nou assiste à une francisation de la Lankréol ki risk de dénaturer voire détruire la Lankréol (A.G.) Aboutir à une solution graphique ki bouskul pa de moune (A.G.) I fo nou tient compte de 2 facteurs: l’absence d’une standardisation de la Lankréol et son évolution très rapide (A.G.) Exemples d’homographie: sa fanm la, un bon fanm sa » « Ma a fé sa » (passé accompli) et « ma fé sa » (futur) (A.G.) Né na un va et vient permanent entre l’usage du créole et l’effort de proposition d’une construction scientifique de la langue (A.G.)

23 23 Avec le poème NARLGON LALAN, j’étais arrivé au bout de qq ch. Je me suis dit que je n’écrierai jamais plus en créole parce que je ne voyais pas ce que je pouvais dire d’autre par rapport à tout ce que je pouvais faire comme travail sur la LanKréol (C.M.) Kan Mi ékri an kréol, mi travaille à partir de la graphie 77 ke mi aménaj an Tangol poue des raisons d’aisance de lecture, de lisibilité ou encore d’esthétique (C.M.) Lorsk mi ve donne à un personnage de mon roman une origine sociale déterminée, mi fé koz à li soit an kréol basilectal, (« dimans »), soit an kréol acrolectal (« dimansh »)(C.M.) Kan Mi ékri an kréol, mwin la besoin parfois de jouer sur l’ambiguïté de la graphie par rapport à la phonologie (C.N.) Mi ékri an kréol aussi selon une démarche de LITTÉRATION, ce processus d’acquisition et de perfectionnement de la Langue écrite dans lequel chacun peut se situer et se resituer, à un moment de sa vie (C.M.)

24 24 Pendant ma premère période de création an Fonnker, le choix de la graphie KWZ l’est devenu évident pou mwin (J.J.I.) Mi situe à mwin dans un medley 77/83/2001 (N.S.) Mi rende à mwin compte qu’aujourd’hui, mwin lé ankor parfois coincé entre l’ancienne graphie 83 et la nouvelle, Tangol (N.S.) Mi pose par ékri sans pose à mwin la ? De la graphie (j.J.i.) Nécessité d’une graphie simplifiée et compréhensible pour le plus grand nombre (N.S.) Mi évolue vers une écriture an kréol qui s’exprime dans une sorte de souplesse et d’élasticité dans l’emploi formel de la graphie (J.J.I.) Mwin lé pa attaché de manière rigide à telle ou telle écriture an kréol car un excès de technicité de la structure graphique i tue la créativité ( (J.J.I.) I fo nou évite l’écueil du « shoushou » pour « chouchou » (N.S.)

25 25 Nout travail d’écrivain, c’est un travail sur la matérialité de la Langue pour faire connaître le Trésor des mots créoles (C.H.) Écrire en créole, c’est un besoin (C.H.) Si mi ékri le mot « danse », mi utilise les mêmes lettres qu’en français (C.H.) Quand mi ékri, mi rédige naturellement en graphie phonologique (C.H.) Mwin la jamais utilise le bann KWZ, la graphie que lé le plus éloigné du français (C.H.) Kan mi ékri, mi garde la syntaxe kréol en évitant de franciser: « mi sa va Lékol » plutôt que « mi sa va à Lékol » (C.H.) Dans une nouvelle, mi attache à mwin employe la marque du féminin dans les pronoms possessifs: « la regard à EL » au lieu de « la regard à Li » (C.H.)

26 26 Mwin la stabilise à mwin kom sa, sans soumèt a mwin à une graphie en vogue (D.) Mi pose pa mwin le problème de la graphie ke lé plutôt d’ordre idéologik (D.) Mi retrouv pa mwin dans la graphie des trémas (ë), ke lé sans esthétique (D.) Mi ékri an « K » an « W »: « mounwar », « ginyé » (D.) Les trémas (Ë) i chargent visuellement la graphie (D.) C’est pou sa mi ékri an doublant certaines consonnes: « tann mounn » (D.) Dan mes tex, néna une sonorité, un son ki kol avek sak mi pense (D.)

27 27 En français, le plaisir d’écrire lé plus intellectuel; lé dificil pou mwin d’avoir de l’émotion en écrivant en français (A.G.) Le français est une langue distante, rigide, assez ferme, qui ne touche pas les réunionnais de la vie quotidienne (D.H.) Dans la pratique de l’écriture an kréol, né na une part d’expression spontanée, personnelle, originale de la graphie selon l’inspiration poétique mais pratiquement jamais en écriture étymologique (D.H.) Mi ékri pou aide les camarades réfléchi par zot mèm (D.H.) Ékrir an kréol, c’est kom faire jaillir des petites flammes, des petites étincelles destinées à mettre en valeur la culture réunionnaise (D.H.) Écrire en créole i prend pou mwin une dimension viscérale, affective (A.G.) C’est le sentiment d’être un acteur de la culture réunionnaise (D.H.) Mi ékri an kréol pou partage les idées avek les rényioné ki lire pa an français (D.H.)

28 28 En français, le plaisir d’écrire lé plus intellectuel; lé dificil pou mwin d’avoir de l’émotion en écrivant en français (A.G.)..mais mi touche des registres supplémentaires an kréol ke lé inexprimables an français (A.G.) Dans l’expression écrite, né na des aspects ke lé pareil an F & an K. I Fo accepter ke ou né na 2 cultures, la culture française et la culture réunionnaise… (A.G.) Kan Mi ékri an kréol, mi exprim des sentiments plus intenses qu’en français (A.G.) Ékrir an kréol, c’est kom aventure à ou sur des « Terres inconnues », ou ressens dans out for intérieur ke ou viv un moment privilégié de création (A.G.) Écrire en créole i prend pou mwin une dimension viscérale, affective (A.G.) Ou deviens momentanément maman & papa pou la LanKréol, ou viv en même temps la maternité et la paternité (A.G.) Si la solution lé originale an kréol, ou na l’impression ke ou lé davantage créateur ke lorske ou exprim a ou an français (A.G.)

29 29 NARLGON LALAN est un poème que je dis en chantant, en dansant: je suis comme un acteur de bal tamoul déguisé en femme (C.M.) Kan mi ékri an kréol, mi sens à mwin un porteur de la poésie réunionnaise, de la LanKréol (P.Th.) Na in l’expression Mwin la retrouvé : « l’entourage pintades »: regroupement significatif (observée en éthologie) de pintades en posture de solidarité, de défense face à une menace, un danger (P.Th.) Il y a eu cette période de création d’écriture en créole plus intime..(C.M.) Puis a surgi la remontée de la dimension « malbar » de mon histoire pour aboutir à un recueil de poèmes: NARLGON LALAN (2002,éd. K’AN sur têt (C.M.) Mwin té ve déconstruire cette image d’une lankréol liée à l’intimité, aux échanges (C.M.) …le désir d’exprimer des choses évidentes pou mwin mais ke lavé jamais été dites et qui concernaient les images de mon enfance(C.M..) Après ma période initiale d’écriture militante, mwin la rent’ dans un rapport très charnel avek la lankréol, avec une recherche de textualité, de musicalité, de littération (C.M.)

30 30 Le rapport K/F la jamais été un problème pou mwin, mi aime toutes les langues (N.S.) La fallu a mwin plusieurs années d’apprentissage empirique et de pratique pou maîtrise l’ékri an Kréol (N.S.) Mon 1 er acte d’écriture en créole était un Fonnkèr destiné à ma sœur alors partie faire ses études en France : (N.S.) Mwin la investi à mwin dans la traduction an kréol de 3 albums de Tintin: Fler Lotus bleu(2011), Zarlor Rakam Le rouge(2012) et Vol 714 pou Sydney (2013) (N.S.) Mi ressens une fierté ékri an kréol, pour moi-même et pour ma famille ke la dékouv lékritur kréol avek mon bann textes. Le kréol c’est une langue ke les gens lé pa tro habitué ékri (N.S.) Mwin lé an akor avek moi même kan mi ékri an kréol, davantage ke lorsk mi ékri an français et pourtant mwin la jamais eu de rejet du français car nous appartient à un monde qui nécessite une adaptation (N.S.) Mwin la créé une ligne tee-shirts ZÉKLi, qui diffuse des expressions imagées en créole (N.S.) Mwin la investi LÉKRI an Kréol en développant un côté militant afin de défendre une langue trop longtemps dévalorisée, minorée et discréditée (N.S.)

31 31 L’ékri an kréol, une manière d’exprimer mon for intérieur dans un souci de transmission à l’être aimé(J.J.I.) Ma rencontre avek l’ékritur kréol i komans avek un recueil de poèmes Danyel WARO (GAFOURN, 1987) ke ma la eu la chance tomb dessus (J.J.I.) L’écriture en créole est un moyen d’expression de ma sensibilité, de mon être (J.J.I.) L’ékritur an kréol lé une ouverture d’un chemin vers moi-même, lé une possibilité de découverte et de recherche de la vie intérieure (J.J.I.) ékri an kréol navé pou mwin un effet thérapeutique: té i fallait ke des choses i sortent; le travail an kréol la permis à mwin de recentre à mwin (J.J.I.) La rencontre avec une femme qui faisait du HAÏKU (forme de créativité japonaise très codifiée) la serv à mwin d’exprimer des émotions et favoriser la création écrite en créole (J.J.I.) Mwin la rencontre Sully ANDOCHE et son approche des contes créoles. Mwin la suiv son stage RAKONTER ZISTOIR (2008) (J.J.I.) Mon processus d’ékritur an kréol lé particulier: lé lié à mes 1ers contacts avek la l’apprentissage du français à l’école: mwin la appris déconstruire les phrases pou contourne mes lacunes (J.J.I.)

32 32..Mwin la rédige un texte an kréol: « Nounou i paye pa cheveu » ki dékri ce processus de rupture, de libération, de retour aux sources de ma vraie nature.. (J.J.I.) Ce choix de la graphie KWZ est à rapprocher d’une décision de changement de LOOK Capillaire (J.J.I.) Dan SWIFÉ (2009), mi aborde des thèmes délicats, ke lé korias, ke lé pa politikman korek. ( la grossesse précoce…) (J.J.I.) I devenait alors évident ke navé ke la graphie KWZ ki pouvait convenir à mwin: c’est une graphie ki adhère, ki accroche, ki pik!(J.J.I.)...Avek KWZ, mwin té ve exprime une forme de rupture, ke la rende a mwin plus libre, une possibilité d’expression d’une liberté plus profonde qu’en français (J.J.I.) Alors, mwin la parti Koifeur, mwin la arèt le défrisage, mwin la retrouv mon cheveu naturel, konyé, frisé. Koméla, mi aime à mwin bien kom milé an naturel! Ekri an kréol, la bouleverse énormément de choses en moi ! (J.J.I.) Alors, mwin la parti Koifeur, mwin la arèt le défrisage, mwin la retrouv mon cheveu naturel, konyé, frisé. Koméla, mi aime à mwin bien kom milé an naturel! Ekri an kréol, la bouleverse énormément de choses en moi ! (J.J.I.) Ékri an KWZ LA PERMIS à mwin repous les barrières, les carcans, les préjugés, les conditionnements.. (J.J.I.) Depuis l’enfance, navé une pratik courante dan ma famille ke té i fé ke mon cheveu té défrisé, plaké, tiré, ramassé en chignon. Sa té i donn à mwin mal de tête, des irritations du cuir chevelu… (J.J.I.)

33 33..et même si ma maman lé partie en 2006, mi continue avek el ce procédé de création et de relation privilégiée (C.H.) Kan ou ékri an kréol, ou exprim kosa ou lévraiment! Lé plus profond, plus vrai, plus authentique! Mi rent vraiment au fonn mon coeur (C.H.) La découverte d’un liv « CEMIN BRACANOT » de Daniel Honoré, sa liv-là lété une révélation pou mwin: mwin la rende à mwin compte…(C.H.)..la manièr exprim a li i correspond bien à ma sensibilité. Sa liv-là lé fort!Mi ressens un tas de trucs ke lété profond en moi-même! Mi retrouv a mwin dann ce liv-là (C.H.) Ékrir an kréol sé kom un l’héritage. Lé importan car sé nout langue maternelle. Kan mwin la ékri un texte an kréol, après, mwin lé soulagé (C.H.) …c’est pou sa même mwin la ékri un texte LAMOUR (pri Koudpous LanKréol 2012) pou rend hommage à ma maman. ÉKRIR AN KRÉOL, c’est une passion, un plaisir (C.H.) Ékrir an Kréol, c’est le seul kado mon monmon la donne à mwin à part la vie.!.(C.H.) Pou trouv un lexpression kréol i sonne bien, mi ferme les yeux, mi essaye entende koman mon monmon i diré sa, pou voir si lé typikman kréol. San koz ensemble réellement nout 2 el, mi imagine en pensées koman elle i diré le bann mots..(C.H.)

34 34 C’est un doulèr, un baba, na un fonnkèr, un fonn chagrin, un Lamour (D.) Dans mes textes, néna une sonorité, un son ke i kol avek sak mi pense. C’est pou sa mi ékri en doublant certaines consonnes: tann mounn (D.) Mon acte fondateur d’ ÉKRI AN KRÉOL i remonte a une expérience de groupe dans un Atelier d’écriture ZAZAKEL (D.) Kan mi ékri an kréol, c’est une retrouvaille avek moi-même, les souvenirs heureux de mon enfance, c’est renouer avec des images: la kaze Gran Mère, lodèr kan, lodèr bonbon banane, lodèr jacques mûrs, lodèr kafé grillé,…. (D.) ….C’est le goût mang vert avek piman i brûl la bouche, un takon lodèr fleurs partou dans la kour, lodèr de l’eau kan Mémé té i aroz la ter sek (D.) Kan mi ékri an kréol, mi sens à mwin interpelé en tant ke kréol, en tant ke noir, en tant ke poète, en tant ke poète rényioné. La négritude -mwin la lire Aimé Césaire- c’est un concept ke la donn a mwin des repères mais pas d’identification. Ki sa mi lé? Mwin lé ni noir, ni blan, mwin lé un « bounty » (D.) Ékrir an kréol, ce sont aussi des rencontres avec des chansons: Alain PETERS, Gilbert POUNIA …(D.) Ékri an kréol c’est kom un maloya: na un son, un résonans, un vibrasion, i travaye à ou, i bouskul à ou, i fouye out corps, un nafèr i monte dousman, i sorte trankilman, (D.)

35 35 … qui permet de dépasser le complexe d’infériorité dans lequel l’idéologie du pouvoir politique de l’époque avait enfermé la culture réunionnaise (D.H.) ÉKRIR AN KRÉOL, c’était pour combler un vide existentiel, suite à ma démission du PCR (D.H.) Ékrir an kréol, c’est aller à la recherche de la parole des Anciens, (Proverbes réunionnais,1982) ÉCOUTER LES ZISTOIR LONTAN (KROYANS, 1994), Légendes créoles, 1997) Contes créoles, 2003)… (D.H.) La LanKréol, un support symbolik ki permet à nou de prendre conscience ke nou néna une Kultur riche..(D.H.) C’est permettre l’Affirmation de soi, c’est apporter qq ch de valorisant aux réunionnais (D.H.) Lorsk ou ékri an kréol, ou lé dan l’élévation (A.G.) L’idéologie, pou mwin, la jamais pris le dessus sur la création littéraire car si ou laisse l’idéologie dominer ou, li va kraz des morceaux de ou même (A.G.) Ékrir an kréol i permé à mwin tend’ vers une harmonie, un équilibre intérieur, une quiétude. (A.G.)

36 36 Si ou la trouv un gayar solution an kréol, ou ressens une véritable jubilation (A.G.) C’est un sentiment esthétique ki permet d’exprimer totalement out l’idée. Si i balance bien an kréol, mi ressens une exaltation, une joie (A.G.) Si la solution lé originale an kréol, ou na l’impression ke ou lé davantage créateur ke lorsk ou exprim à ou an français (A.G.) Ou ariv parfois d’émettre une production originale dans le double sens: d’inédit an kréol, et dan out ékritur à ou, dan out style personnel (A.G.) Si au cours de la création, le zafèr i résiste, si l’inspiration i vien pa an kréol, mi pass par le dictionnaire synonymes pou relans le processus créatif (A.G.) Né na aussi une dimension de défense, ou deviens le défenseur de la lankréol, ou donne à la Lankréol sa légitimité pou démaye la Lankréol (A.G.) I Fo suiv l’évolution de la lanKréol de manière symbolique à condition de rester dans un cadre objectif et structuré. La création Lofis LaLanKréol la été une étape symbolik très forte (A.G.) Ou ressens en même temps une grande fierté doublé d’un sentiment d’esthétique car mwin la gaign exprim à mwin dans mon identité première (A.G.)

37 37 La lettre « K » dans la lanKréol, c’est mon let préférée! Mi retrouv a mwin dans ce let-là Son forme lé gayar, lé esthétik;(P.Th.) En tant ke poète, mon rôle, c’est travaye su la Lankréol, su le mot, su l’expresssion (P.Th.) Kan mi lé an kréasion poétik, mwin lé posé; le mot i vien soit an français, soit an kréol; si le projet lé an kréol, mi prends in proverbe, in zimaj, in dicton ou bien un mot i sonne bien ou ke lé pa souvent utilisé (P.Th.) Na in l’expression ke mwin la retrouvé ki appartient au patrimoine kréol: « Lentourage pintades » (P.Th.) Le premier jet, sa ki ariv lé facile, après, mi revien dessus. Si mi trouv ke le mot lé bien, mi malaxe, mi travaye le mot (P.Th.) Le « K » an kréol c’est mon Lidentité! C’est pou sa mwin la ékri « KOMPLIMAN POU MON K » (2000, Le Port, éd. LOUKANOU) (P.Th.) Le « K » i exprime pou mwin une voie d’expression, une voie de libération, un chemin d’accès à une partie authentique de mon être. La point un ot’let’ke va produire autant d’effet positif su mwin! Bientôt, en 2015, mi sa publi « KOMPLÉMAN POU MON K » (P.Th.)..ou alors, mi essaye trouv un mot plus esthétique, plus traditionnel, plus approprié (P.Th.)

38 38 Ce qui importe, c’est d’exprimer ce qui parle en moi (C.M.) Je disais à l’époque, quand j’étais sûr de moi - avec une pointe de mégalomanie- que mon objectif était d’apporter une littérature à la LanKréol, une langue de plus à la littérature du monde…(C.M.) Ce qui a déclenché le désir d’écriture, c’est la rencontre des textes d’Aimé Césaire et de Boris Gamaleya (C.M.) NARLGON LALAN est un poème qui met en scène ce que pourrait vouloir dire une créolisation lorsqu’il s’agit d’un texte même si ce texte est entièrement rédigé en créole! J’étais arrivé au bout de qq ch. C’est pourquoi après ce texte, je me suis dis que je n’écrierai jamais plus en créole parce que je ne voyais pas ce que que je pouvais dire d’autre par rapport à tout ce que je pouvais faire comme travail sur la lankréol (C.M.) NARLGON LALAN,( 2002) est un poème centré entièrement sur la langue, un texte écrit pour être performé (C.M.) Kan mi ékri an kréol, mi attache pa mwin savoir pou ki sa mi ékri. Na poin de priorité, ni de destinataire(C.M.) Kan mi ékri, mi lé le réceptacle de tout ce qui n’a pas été entendu, le réceptacle de la créativité qui n’a pas été élaborée. Mi ressens aucune dichotomie entre le français et le kréol, les 2 langues i fonktionne pou mwin en parfaite égalité symbolique (C.M.) NARLGON LALAN est un texte écrit à la fois pour être dit, coopté, bégayé, déchiré…(C.M.)

39 39 C’est une recherche perpétuelle ki rapproche à mwin des expressions de ma véritable nature et ki recentre à mwin sur l’authenticité (J.J.I.) i signifie ma nature authentique, c’est plus mwin! C’est mon identité naturelle et profonde (N.S.) Ékrir an kréol, c’est une forme d’accomplissement (N.S.) Lé plus gayar ékri an kréol kan français car en écrivant an Kréol, nou lé des précurseurs (N.S.) Mi pense an kréol dans ma tête. Na des gens ki pensent d’abord an français ce ke zot i ve ékri an kréol (N.S.) Mi situe a mwin dans le sens de la transmission (J.J.I.) C’est une thérapeutique ki permé à mwin fé la lumière sur ma propre intériorité. C’est une manière accomplir a mwin, une manière épanouir à mwin dans l’humilité et le respect. (J.J.I.) Ékrir an kréol, c’est une recherche de rigueur des mots, de construction d’une parole, de challenge ki prokur à mwin de l’enthousiasme (J.J.I.)

40 40 Kan mwin la fini mon travail d’écriture an kréol, mwin lé content parsk mwin la gaign exprime mes émotions kom mwin té i ve, et d’une autre manière qu’en français (C.H.) Afin de recenser la richesse des expressions et des mots en créoles, mwin la ékri « ZARLORLOMO », un dictionnaire des synonymes créoles qui va paraître en 2015 (C.H.) «BISES ET BISES BIS, DALONAJ ET CHAMAYAJ » (2010), ce texte a eu le 1 er Prix RFO du Livre, ce fût la 1 ère fois qu’un liv ékri an Kréol a été récompensé (C.H.) Ainsi, pou dire « mourir » nou néna: KAS KUYÈR, TÈNE FANAL, PÈT LOF,… (C.H.) …VIR LA MOK, PASS’BOR, KINÉ, OUBLI RESPIRÉ, SHAP LUMAYE, KASS FOURCHÈT, DÉSHARMÉ, MOUYE GONI, PASS LOT BOR (C.H.) Mi ékri aussi pou perfectionne la LanKréol, pou démontrer ke c’est une langue subtile, raffinée, pleine de nuances (C.H.) Le français, une langue ke mi aime bien mais avek lakel mi ariv pa retranscrire vraiment mon ressenti (C.H.) Kan mi Ékri an kréol, néna une recherche de vocabulaire, des mots de la tradition, du patrimoine de la LanKréol ke mi réintroduis dans mes écrits (C.H.)

41 41 La 1 ère fois mi ékri pou un concours, mi remporte le Prix! Et pas n’importe kel Prix: le Prix « Mention spéciale du Jury ». La saisi à mwin! Kel sens, kel valeur donner à cette écriture qui pourtant la remporte un prix? (D.) Na 2, 3 i prétend ke zot i ékri pou venge à zot du français. A mwin, mi koné pa tro si mi ékri pou sa (C.H.) C’est quand mwin la quitte le lycée ke mwin la komans ékri an kréol. Avant, mwin té bloké, akoz de la pression du français tout au long de la scolarité (C.H.) Mi ékri pou privilégier la LanKréol, Lan ke la été souvent krazé (C.H.) Mi ékri an kréol pou mont de moune ke nout Lan lé riche, ke lé kapab exprime un univers subtil kapab amène à nou au-delà du monde ordinaire (C.H.) Mi recherche à mwin à travers l’ékri an Kréol. Ékrir an kréol, est-ce un engagement? Est-ce ke Mi lé un poète engagé? Sa Mi Koné pa! (D.) Je me cherche en écriture et je me (re)trouve en écrivant en créole (D.) En écrivant en créole, mwin la pose à mwin la ? Kisa MI lé? Mi lé Noir? Mi Lé Blanc?Mi lé en recherche de mon identité (D.)

42 Synthèse S.I.R. & Transfert de graphie La lettre « K » c’est mon l’identité. Kompliman pou mon K (P.Th.) ZARLORLOMO, Le Trésor de La LanKréol (C.H.) NARLGON LALAN poème écrit pour être performé (C.M.) La lettre « K » c’est mon l’identité. Kompliman pou mon K (P.Th.) ZARLORLOMO, Le Trésor de La LanKréol (C.H.) NARLGON LALAN poème écrit pour être performé (C.M.) Symbolique Identification à la graphie KWZ, ki adhère, ki akrosh, ki pik (J.J.I.) identification à la maman, garante imaginaire de l’authenticité du Trésor de La LanKréol (C.H.) NARLGON LALAN poème écrit pour être dansé Identification à la graphie KWZ, ki adhère, ki akrosh, ki pik (J.J.I.) identification à la maman, garante imaginaire de l’authenticité du Trésor de La LanKréol (C.H.) NARLGON LALAN poème écrit pour être dansé Imaginaire Réel homogène: offrir au lecteur une graphie en créole simplifiée, compréhensible. Aucun écrivain écrit en étymologie. Réel hétérogène: chaque écrivain a un style graphique unique, original, singulier. Difficulté à gérer la variation de La LanKréol. Absence de standardisation, évolution rapide, francisation de La LanKréol. L’insaisissable du Réel de La LANKréol (NARLGON LALAN) Ne pas laisser le Réel de la graphie de LaLanKréol prendre le pas sur la création Réel homogène: offrir au lecteur une graphie en créole simplifiée, compréhensible. Aucun écrivain écrit en étymologie. Réel hétérogène: chaque écrivain a un style graphique unique, original, singulier. Difficulté à gérer la variation de La LanKréol. Absence de standardisation, évolution rapide, francisation de La LanKréol. L’insaisissable du Réel de La LANKréol (NARLGON LALAN) Ne pas laisser le Réel de la graphie de LaLanKréol prendre le pas sur la création

43 Transfert de graphie LanKréol Symbolique La ? de l’identité La ? de l’origine conflit/coopération KréoL/Français Symbolique La ? de l’identité La ? de l’origine conflit/coopération KréoL/Français Réel hétérogène & Réel homogène Réel hétérogène & Réel homogène Imaginaire Tendance à une Surimaginarisation LalanKréol, objet d’amour pulsionnel « Langue originaire » Imaginaire Tendance à une Surimaginarisation LalanKréol, objet d’amour pulsionnel « Langue originaire »

44 Pour conclure La Manièr ÉKRi i MANK PA NOU ! La grande diversité d’expression graphique des poètes et écrivains interrogés qui dépassent largement le cadre des modèles officiels de graphie, chacun ayant abouti à une originalité graphique qui le caractérise, à un style graphique singulier qui rend compte d’un aspect important de la pertinence concrète du mécanisme psychique du transfert de graphie de la langue réunionnaise

45 Cette étude montre à ce propos la quasi absence de l’investissement et donc de Transfert de la graphie étymologisante comme mode d’expression scripturale chez les poètes et écrivains réunionnais interviewés. Ainsi, l’emploi de la graphie étymologique demeure exceptionnel, rarement dans un but esthétique mais plutôt pragmatique, fonctionnel, afin de faciliter la lecture de la langue réunionnaise. Ce qui n’exclut pas la présence larvée d’un rapport de conflit/coopération entre la langue française et LaLangue Kréol.

46 De sorte que par rapport à cette fonction de l’origine comme déterminante de la vie psychique, même si elle est soutenue, entretenue et maintenue dans son inertie par les avatars de la symbolisation -c’est-à-dire par les différents refoulements propres à la vie personnelle de chaque sujet humain qui vont particulariser sa fonction de symbolisation dans son sens le plus large- cette étude sur le transfert de graphie montre un fort engouement pour l’écrit en créole de la part des poètes et des écrivains réunionnais, qui remplissent pleinement leur mission de sublimation d’une relation du sujet avec cette origine!

47 Les résultats confirment l’importance des manifestations du processus psychique du transfert de graphie de La Lankréol -et sa pertinence théorique- chez les écrivains et poètes réunionnais, notamment sur le versant de cet investissement pulsionnel de la langue écrite comme objet d’amour, Comme affirmation d’une singularité existentielle et esthétique valorisantes.

48 Le concept de transfert de graphie est à placer dans le vaste champ de l’activité artistique, de l’investigation intellectuelle et de la création. En tant que tel, le concept de transfert de graphie appartient bien à un champ qui peut être considéré comme celui de l’identification esthétique et donc de l’identification narcissique.

49 Ce travail permet de comprendre que cet engouement des écrivains réunionnais pour l’écrit dans LALANGUE réunionnaise se situe bien à mi-chemin entre un processus de patrimonialisation, gage d’une reconnaissance symbolique d’une langue et d’un questionnement sur l’identité à partir des représentations sur l’origine. IL permet de rappeler que l’écriture, c’est ce qui fait trace de la parole pour le sujet humain. C’est pourquoi même l’aspect le plus superficiel d’une forme propre à un mode de production – l’écriture- peut faire surgir la question de l’identité!

50 Il confirme que certaines représentations de l’identité réunionnaise sont directement liées à ce processus de transfert de graphie de Lalangue créole à partir de la création poétique et littéraire et de cette esthétisation profonde du champ culturel dont on peut dire qu’elles sont particulièrement dynamiques à La Réunion!

51 Ce que révèle enfin cette recherche sur le concept du transfert de graphie de LaLangue kréol, à travers le repérage de cette pluralité indéfinie d’expressions graphiques chez ces écrivains réunionnais, c’est bien la trace de leur calligraphie inconsciente qui se déploie entre deux pôles: Celui d’une recherche d’un pur effet de contournement, de subversion des lois de Lalangue et donc d’expression de la singularité créatrice et identificatoire d’un sujet écrivant; D’autre part, celui de la recherche d’une soumission ou pour le moins d’un compromis à l’égard de LaLangue, et donc d’expression d’une tentative d’homogénéisation voire de préstandardisation douce visant à favoriser l’identification esthétique!

52 Merci Zot tout !!!


Télécharger ppt "Le transfert de graphie: contribution à une approche psychanalytique du créole dans la littérature et la poésie réunionnaises contemporaines, entre identité."

Présentations similaires


Annonces Google