La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Pôle des Technologies Médicales Etudes qualitatives Juin 2011 – Par Senior Strategic.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Pôle des Technologies Médicales Etudes qualitatives Juin 2011 – Par Senior Strategic."— Transcription de la présentation:

1 Pôle des Technologies Médicales Etudes qualitatives Juin 2011 – Par Senior Strategic

2 Interviewés Interviews face à face – 50 minutes en moyenne 30 personnes de 60 à 80 ans. 15 personnes de 61 à 68 ans (8 femmes, 7 hommes) 15 personnes de 70 à 78 ans (11 femmes, 4 hommes) 5 n'utilisant pas d'orthèse Ajout de 7 personnes pour complèter certains points 26 ont déjà utilisé des orthèses ou des bas de contention. 14 orthèses 12 bas de contention Réunion avec l'équipe de PTM (définition des éléments savoir) Interviews Avril 2011 Réunion rendu intermédiaire (ajout d'éléments à savoir) Interviews Juin 2011

3 Orthèses Juin 2011 – Par Senior Strategic

4 Les orthèses Une orthèse est un appareillage qui : - compense une fonction absente ou déficitaire, - assiste une structure articulaire ou musculaire, - stabilise un segment corporel pendant une phase de réadaptation ou de repos. Les orthèses peuvent avoir différents pouvoirs d'actions : Immobilisation de reposLors d'un interdiction de mobilisation, lorsque la mobilisation est douloureuse. mobilisation statiquePour mettre le membre dans une position qu'il ne sait pas prendre et l'y garder. Lorsqu'il faut prévenir ou corriger des déformations. mobilisation dynamique Place le membre dans une position qu'il ne sait pas prendre mais en laissant la possibilité au membre de réaliser le mouvement opposé restriction Soit de mobilité, qui évite une hyper-mobilité, soit de plan, limite les axes de l'articulation et empêche la mobilité anormale. compression Empêche l'épaississement des cicatrices et force le réalignement des fibroblastes. fonctionnalité Bloque l'articulation proximale pour permettre la mobilisation de l'articulation distale.

5 Types d'orthèses utilisées par les interviewés 100% des interviewés qui portent une orthèse dans un besoin curatif. Ils n'auraient pas pensé à les utiliser de manière préventive essentiellement en raison d'un manque de connaissance des bénéfices des orthèses. A noter que ce manque d'information est cité par plusieurs études. Quels types d'orthèses portent les interviewés ? Immobilisation de repos : 4 interviewés Mobilisation statique : 3 interviewés Mobilisation dynamique : 5 interviewés Compression : 2 interviewés Quelles zones du corps sont concernées ? Epaule : 2 interviewés (1 post-opératoire épaule, 1 entorse) Membre inférieur : 5 interviewés (2 opérations, 1 entorse, 1 rupture de ligaments, 1 arthrite mains) Genoux : 4 interviewés (1 opération, 1 arthrose, 1 lésions ligamentaires, 1 lésions du ligament croisé antérieur du genou) Cheville : 3 interviewés (2 entorses de la cheville, 1 laxité chronique) 4 portent ou ont porté des orthèses sur mesure.

6 La prescription médicale est prioritaire 12 par prescription médicale. 2 en achat direct (grands sportifs) Les plus âgés sont plus succeptibles de faire appel à un médecin. (peur, manque de connaissances...) L'esthétique (couleur) influence 1/6 des personnes lors de l'achat. Raisons pour le passage par une prescription médicale CSP+ déclarent 3 principales raisons - Les orthèses sont perçues comme importantes : les Seniors CSP+ interviewés indiquent la peur d'une mauvaise utilisation et d'un impact sur la santé. - Ils ne connaissent pas le produit - Le prix élevé pousse 5 des CSP+ à passer par une prescription médicale. CSP- déclarent 2 principales raisons - Ils ne connaissent pas le produit - Le prix n'est pas cité par les CSP-

7 Autres explications pour la prescription Sportifs Les sportifs ont une plus grande connaissance des orthèses et de l'importance de les positionner correctement. Moins Sportifs Plus grande peur d'une mauvaise manipulation. Veulent être rassurés par un médecin. D'une manière générale, l'orthèse est perçue comme un outil médical qui « nécessite l'avis d'un professionnel »

8 CSP : une influence La CSP (catégorie socio-professionnelle) semble être un facteur explicatif. Les orthèses sont plutôt portées par les CSP- (9 sur 14) Les bas de contention par les CSP+ (8 sur 12) Explications analysées lors de l'étude. CSP+ = ces personnes ont davantage accès à l'information et ont une plus grande connaissance de l'existence des bas de contention. CSP- = ces personnes présentent plus de problèmes de santé.

9 Influence du passé sportif Les sportifs Les sportifs sont plus concernés par les orthèses. Ce sont ceux qui les connaissent le mieux, les ayant déjà vues portées par d'autres sportifs. Les sportifs sont ceux qui ont le plus sollicité le corps et ont pris le plus de risques (5 d'entre eux ont eu une blessure liée à la pratique sportive) Les non-sportifs Une partie (7/11) connait leur existence mais n'en n'ont jamais vu or des commerces.

10 Perception du caractère médical des orthèses La perception du caractère médical des orthèses semble plus ou moins importante en fonction de la zone physique du corps. Le plus médical Cou, dos, pied : nécessité d'un médecin Le moins médical Coude, avant bras. (4 personnes disent que la prochaine fois, elles seraient susceptibles d'aller directement en Pharmacie).

11 Connaissance des orthèses La connaissance des orthèses dépend du type d'orthèses Les orthèses de type «immobilisation de repos » des membres inférieurs (comme les mains) sont les plus connues. Les moins connus sont : Orthèses plantaires Orthèses de type « mobilisation dynamique » Les orthèses les plus utilisées et les plus courantes sont logiquement les plus connues.

12 La communication sur les bénéfices Les interviewés ne connaissent pas tous les bénéfices des orthèses. Cependant, l'achat se fait par prescription médicale. L'explication de l'utilisation des orthèses les plus compliquées C'est un point souvent mis en avant par les interviews. Les orthèses sont en général « jugées faciles à mettre » mais difficiles à positionner correctement. Le contrôle du bon positionnement des orthèses C'est un élément jugé comme très important mais aucun n'avait vraiment pris conscience de la vraie importance de la pause sauf si le médecin leur a indiqué avec insistance. Ils ont des difficultés à savoir comment ajuster certaines orthèses avec différents degrés de tension « Pouvoir poser une orthèse plus facilement sur la main opposée à la directrice ». Les orthèses des avants bras sont jugées difficiles à mettre seul. Que faut-il améliorer ?

13 Lisibilité des packagings et des explications Les packagings sont jugés assez peu lisibles. Les Seniors ont tendance à lire plus en détail ces informations pour souvent se rassurer sur le bon achat. La notice d'explication est jugée moyennement compréhensible. Avoir plus de détails est demandé. L'ouverture des packagings est jugée facile même si plusieurs utilisent des ciseaux ou un couteaux pour l'ouvrir. Ce n'est pas un facteur décisif car l'achat se fait par prescription. Référencement de plus de marques chez les pharmaciens. Les orthèses ont une forte notion médicale et les interviewés hésitent fortement à utiliser une marque non recommandée par le médecin. Que faut-il améliorer ?

14 Parcours d'achat Parcours moyen utilisé pour acheter une orthèse 1/ Problème de santé La source de l'achat d'une orthèse est un problème de santé. A ce stade, seuls deux interviewés avaient pensé au port éventuel d'une orthèse. 2/ Médecin ou opération (et pour 60% d'entre eux un spécialiste - orthésiste) Dans 12 cas sur 14, il s'agit d'une prescription médicale. (Certains médecins sont perçus comme incompétents 3/ Pharmacie Seules 4 personnes sont allés dans un magasin d'appareils médicals sur les conseils de la pharmacie. Critiques : “Le pharmacien n'a pas les orthèses en stock“ ou « pas la marque demandée par le médecin”.

15 Si ces produits ne sont plus remboursés ? Tous disent qu'ils auraient quand même utilisé une orthèse. L'ensemble (sauf 2) des porteurs ont obtenu une prescription médicale par un professionnel de santé. Si les orthèses ne sont plus remboursées, 4/5 des interviewés demanderaient aux médecins si l'orthèse peut-être remplacée par un autre produit. L'analyse indique une notion de tangibilité qui détermine l'importance du port d'une orthèse. La tangibilité est plus forte si - forte perception médicale - forte perception du bénéfice - type d'orthèses

16 Convaincus de l'efficacité D'une manière générale, les interviewés sont convaincus de l'efficacité des orthèses notamment des types « mobilisation statique » et surtout « immobilisation de repos ». Mais, ils sont moins convaincus dans le type « mobilisation dynamique ». La manière de présenter du professionnel de santé et du pharmacien est très importante à ce stade.

17 Image des orthèses L'image des orthèses n'est pas reliée à un aspect de vieillissement mais un à soucis de santé. Une partie exprime même une sorte de fiereté à porter une orthèse. Un orthèse peut montrer le coté « actif » voire sportif de la personne. Les personnes parlent volontier de leurs difficultés concernant une orthèse. Les 2 (63 et 65 ans) qui ne sont pas passés par un médecin, se sont renseignés sur Internet et auprès d'amis sportifs. Ils avaient dans leur entourage des personnes ayant déjà utilisé ce genre de produits

18 Usage : le port des orthèses Jeunes Seniors Grands Seniors Baby boomers 65 ans Valeurs et préoccupations Hédonisme, liberté, individualisme, libre pensée, nostalgie, jeunesse Utilitarisme, ordre, statut social, bénévolat, innovation, vision globale Religion, respect de l’autorité, histoire, tradition, rationalisme Sécurité, camaraderie, complicité entre amis Personnes ont tendance à refuser leur vieillissement Personnes ont tendance à accepter la douleur comme normale

19 Usage : le port des orthèses Le port des orthèses est plus respecté dans le cas d'une opération. Nécessité médicale perçue Durée du port de l'orthèse Fort respect des recommantations du port Maladie chronique essentiellement (arthrite) - lassitude du port de l'orthèse - facteur générationnel : les personnes plus âgées acceptent plus facilement de supporter une douleur Respect « ponctuel » des recommantations du port Très peu de respect du port

20 Challenges pour le secteur Conjuguer confort, bénéfice santé et praticité Confort PraticitéBénéfice Santé

21 Bas de contention Juin 2011 – Par Senior Strategic

22 w Types de bas de contention utilisées 100% dans un mode curatif. Ils n'auraient pas penser à les utiliser en mode préventif Quatre classes Insuffisances veineuses modérées (classes 1 et 2) : 7 interviewés Insuffisances veineuses évoluées (classe 3 et 4) : 9 interviewés Bas de contention pour utilisation sportive : 2 interviewés (utilisation pour la récupération et la baisse des douleurs)

23 w Type d'achat 13 par prescription médicale. 4 en achat direct (2 sportifs + 1 personne) Raison pour le passage par une prescription médicale Essentiellement parce que le port d'un bas de contention n'est pas un but mais une solution liée à un problème de santé plus important pas toujours identifié seul par le futur porteur. “C'est le médecin qui me les a prescrits”

24 w Parcours d'achat Parcours 1/ Problème de santé : douleurs dans les jambes souvent. 2/ Médecins 3/ Pharmacie (ou commerce spécialisé) Aucun n'est allé dans un autre commerce que la pharmacie.

25 w Image des bas de contention Chez les plus jeunes Seniors : image de vieillesse avant d'être médicale. Chez les plus de 75 ans, la référence médicale est forte. Besoin des jeunes Seniors : santé, confort, esthétique Jeunes Seniors Grands Seniors Baby boomers 65 ans Référence à la vieillesse Référence à la santé

26 w Connaissance des bas de contention Les bas de contention sont connus de l'ensemble des femmes et de seulement un quart des interviewés hommes. L'image chez les jeunes Seniors est négative. « j'ai eu la réaction horrifiée typique d'une femme, se disant qu'à 60 ans j'allais devoir renoncer à vie aux jupes et à la féminité pour ressembler à une mémé »

27 w Le problème avec les bas, c'est de les enfiler. “Les premières fois, j'ai mis plus de 20 minutes, j'étais en nage et épuisée”. Tous les interviewés ont rencontré des difficultés pour enfiler les bas même avec des conseils du phamaciens. Certains utilisent des gants ou des systèmes pour mettre en place les bas. Les systèmes ont tendance à abimer les bas. Proposer des bas plus faciles à enfiler Proposer la visite d'une infirmière pour une démonstration

28 w Grosses difficultés de port Grosses difficultés pour supporter certains bas de contention “Les premiers bas que l'on m'a prescrits étaient comme la majorité avec une bordure de type auto-fixante siliconée. En deux jours j'ai fait une réaction allergique intense”. Grosses difficultés pour enfiler les bas “J'ai dû me raser les jambes pour pouvoir enfiler les bas” (Homme 66 ans) Des bas avec des formes non proportionnées “Mes bas ont des pieds beaucoup trop courts et trop serrés”

29 w L'esthétique est problématique Les bas trop courts qui empêchent de mettre des jupes “Les bas que l'on vous prescrit vont en général jusqu'à mi- cuisse, sachant que j'ai pu tester les mi-bas qui s'arrêtent sous le genou” “Il faudrait des bas que je puisse mettre dessus pour être plus sexy” “Les bas sont horriblement épais et tout sauf naturels” Le bas de contention “Elegance” sur Mediven est peut-être une piste de réflexion : Des bas de contention à la même esthétique que des bas normaux Les bas avec des motifs sont demandés par une partie des jeunes mais pas une priorité.

30 w Usages 4 personnes disent ne pas porter leurs bas de contention tout le temps qu'ils le devraient pour des raisons d'inconfort & 1 personne par souci esthétique. Chez les 4 personnes, il se peut que les bas ne soient pas correctement adaptés à la jambe du porteur. 2 personnes font référence à une douleur comme un garot : risque d'amplification des symptômes. “Avec le recul, je comprends qu'il est important de prendre son temps pour trouver les bas qui nous conviennent”. 9/15 ont essayé les bas en pharmacie mais 7 estiment ne pas avoir passé assez de temps dans cette étape. Importance de mieux choisir ses bas de contention mais prise de conscience qu'après l'achat. Insister sur l'essai sinon ils changent de marques (surtout les jeunes)

31 w Usages Exceptée la personne avec une forme sévère de maladie veineuse, aucun n'utilise en permanence ses bas de contention (A noter qu'il n'est pas recommandé de les utiliser tout le temps) Ceux qui les portent depuis le plus longtemps ont tendance à les porter en cas de station immobile prolongée, en position assise ou debout et en cas de piétinement (shopping...) En moyenne ils changent de bas tous les 4 à 5 mois. (Les professionnels ont tendance à recommander tous les 3 mois en raison de la perte d'élasticité). Mais pour certaines maladies les bas semblent moins remboursés (sic 3 interviewés )

32 w Des chaussettes de récupération pour les sportifs Les personnes sportives utilisent aussi des chaussettes de récupération depuis de 3 ans (notamment Thuasne et BV). “je les mets après ma pratique de vélo”. “en tout cas chaussettes + douche froide sur les muscles, c'est efficace pour les crampes et la récupération” Objectif des sportifs : éviter la sensation de jambes lourdes, de crampes le lendemain. Ils sont très informés sur les différents types et les prix. “Un prix faible est synonyme de mauvaise qualité”. Avec l'expérience, ils quittent les pharmacies ou autres boutiques spécialisées pour se fournir chez Decathlon et GoSport. (Le nombre d'interviewés est trop faible pour tirer une conclusion sur ce point précis).

33 w Prix variable perçu comme élevé “Le prix des bas de contention varie d'une pharmacie à l'autre” Exemple de remboursement : bas de contention = 44 euros – 29 euros (ss+mutuelle) = 14 euros non remboursé. Il semble y avoir de très fortes disparités entre les types de bas, les lieux d'achat, les mutuelles... Les bas sont en général perçus comme chers. Meilleure lisibilité des prix et de son niveau de remboursement

34 Important chez les utilisateurs autre que la santé Jeunes Seniors Grands Seniors Baby boomers 65 ans Valeurs et préoccupations Hédonisme, liberté, individualisme, libre pensée, nostalgie, jeunesse Utilitarisme, ordre, statut social, bénévolat, innovation, vision globale Religion, respect de l’autorité, histoire, tradition, rationalisme Sécurité, camaraderie, complicité entre amis Efficacité Esthétique Facile à enfiler Efficacité Facile à enfiler Esthétique

35 Que faut-il améliorer ? L'esthétique : continuer à plaire Première demande des jeunes seniors qui veulent des bas de contention qui ressemblent à des bas normaux. Le besoin : continuer à plaire. Le confort : ne pas souffrir Le confort est demandé également fortement par les jeunes Seniors. Enfiler des bas facilement La mise en place des bas est un point de difficulté pour beaucoup d'utilisateurs. Une meilleur explication sur la procédure de nettoyage Les clients ont du mal à savoir à partir de quel moment changer de bas et comment les nettoyer.

36 Challenges pour le secteur Conjuguer l'efficacité thérapeutique, le confort et le style pour attirer les jeunes Seniors. Efficacité thérapeutique Boomers ConfortStyle Sportifs Seniors

37 Challenges pour le secteur Plus forte pression sur les prix de la part des Seniors et de l'arrivée de nouveaux entrants comme les laboratoires pharmaceutiques Un besoin de segmentation des offres pour répondre à plus de spécificité. Communiquer à destination des prescripteurs afin de les aider à offrir les produits les plus adaptés. Simplifier les critères de taille (qui sont différents d'un fabricant à l'autre) Communiquer à destination des sportifs Développer un produit entre les bas de contention et les chaussettes de récupération avec un autre nom.

38 Pôle des Technologies Médicales Avis des professionnels Juin 2011 – Par Senior Strategic

39 Professionnels interviewés - Association Française de Masseurs-Kiné du Sport (Franck LAGNIAUX) - Appamed (Philippe ROUARD) - Somfer (Alain Yelnik) - Fedmer (Pas voulu répondre) - Expert de la chute (Jacques Duchêne) - Interview de la rédactrice de l'étude EuroStaff - Groupe de pharmaciens : Pharmaciens Associés (Patrick Raymond) - 2 Médecins locaux(Grenoble & Lyon) - 2 pharmaciens locaux (Un remplaçant sur plusieurs pharmacie + un fixe à Lyon)

40 Bas de contention : les prescripteurs Recommandent-ils et prescrivent-ils des bas aux seniors ? - Si oui, dans quels cas de figure ? Se sentent-ils bien informés sur ces produits (gammes, actions thérapeutiques, etc.) ? - Si non, pourquoi ? (ne sont pas convaincu de leur utilité, ne sont pas assez informés, etc.) Dans l'étude, les prescripteurs sont convaincus de l'efficacité. D'après eux, c'est aussi le cas de leurs confrères. La seule réticence vient pour les personnes faibles ou très peu souples qui ont de grosses difficultés à enfiler les bas. Ils hésitent à recommander ce genre de produit. Ils disent être bien informés mais dans les faits ne connaissent en détail que 2 marques. Ils ont tendance à conseiller une marque qu'il connaissent.

41 Bas de contention : les prescripteurs Quels difficultés observent-ils dans l'utilisation de ces produits par les seniors ? La principale difficulté concerne la mise en place des bas qui est très difficile pour les Seniors dont la force musculaire diminue. Quels retours ont-ils de la part des seniors sur l'utilisation et l'efficacité de ces produits ? Les Seniors rencontrent des difficultés de mise en place des bas de contention et demandent si une autre marque ne serait pas plus pratique. D'une manière générale les Seniors expriment une amélioration au niveau du confort et de la lourdeur des jambes.

42 Bas de contention : les prescripteurs Selon eux, les produits du marché sont-ils adaptés aux seniors ? Sur le plan de la santé, la réponse est positive. Reste maintenant le problème de trouver le bon produit. Le prix est jugé élevé pour certains patients ce qui entraîne un sous équipement. Certains tailles de bas de contention ne sont pas adaptées. Pieds trop petits par exemple. Comment ces produits pourraient-ils être améliorés ? Simplifier les critères de taille qui évoluent d'une marque à l'autre ou même entre les différents types de bas. Mise en place facile est demandée mais ils pensent que c'est pas possible de faire mieux. Une notice plus détaillée (vidéo sur Internet) serait un avantage.

43 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Quels sont les produits les plus vendus* aux Seniors ? (types, marques, etc.) Les classes 2 et 3 sont les plus vendues. Les marques radiances : Radiante, Sigvaris, Varisma * chez les interviewés. Quelle est la part d'achat sur ordonnance ? Bas de contention : plus de 90% sur ordonnance lors des premiers achats. Ensuite, ce chiffre baisse à 70% pour les achats de bas de contention quand le prix ne dépasse pas 40 euros. Les chaussettes de récupération : moins de 10% sur ordonnance.

44 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Le médecin prescrit-il généralement un produit précis (marque, modèle) ou bien une typologie de produit ? Officiellement, c'est une typologie de produits. Mais les clients qui sont réguliers poussent le médecin à prescrire une autre marque qu'ils préfèrent. Les pharmaciens ont tendance à « pousser » les marques qu'ils préfèrent ou que leurs grossistes proposent.

45 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Les pharmaciens prennent-ils le temps d'expliquer aux clients seniors les modalités de pose et d'utilisation des produits ? Font- ils une démonstration ? La réponse est positive. Cependant, les Seniors interrogés sont plus négatifs et reprochent le manque de temps pour choisir les bas. C'est le même phénomène avec d'autres produits vendus pas les pharmaciens : les produits doivent d'être au maximum “autovendables”. La raison est le manque de temps. Se sentent-ils bien informés sur ces produits (gammes, actions thérapeutiques, etc.) ? La réponse est positive pour les marques les plus vendues. Cependant, ils rencontrent des difficultés avec les jeunes Seniors : ces derniers sont plus souvent connectés à Internet et lisent les forums. Ce qui aboutit à des différences d'opinions sur les usages des bas et des chaussettes de récupération.

46 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Quels difficultés observent-ils dans l'utilisation de ces produits par les seniors ? La principale remarque que les Seniors remontent aux pharmaciens est la difficulté pour enfiler les bas. Ensuite, les nouveaux clients se disent souvent gênés par le port des bas. Quels retours ont-ils de la part des seniors sur l'utilisation et l'efficacité de ces produits ? Les retours semblent bons. Mais plus de la moitié demande des renseignements sur d'autres marques. Le confort et la difficulté pour enfiler les bas sont les 2 motifs de renseignements.

47 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Comment ces produits pourraient-ils être améliorés ? Amélioration de la phase de vente en donnant plus d'informations aux nouveaux clients sur les différents types de bas, la mise en place (pour éviter que les clients reviennent voir le pharmacien) Amélioration des tailles des bas de contention Amélioration du confort Amélioration de la mise en place.

48 Professionnels interviewés - Association Française de Masseurs-Kiné du Sport (Franck LAGNIAUX) - Appamed (Philippe ROUARD) - Somfer (Alain Yelnik) - Fedmer (Pas voulu répondre) - Expert de la chute (Jacques Duchêne) - Interview de la rédactrice de l'étude EuroStaff - Groupe de pharmaciens : Pharmaciens Associés (Patrick Raymond) - 2 Médecins locaux(Grenoble & Lyon) - 2 pharmaciens locaux (Un remplaçant sur plusieurs pharmacie + un fixe à Lyon)

49 Orthèses : les prescripteurs Recommandent-ils et prescrivent-ils des orthèses aux seniors ? - Si oui, dans quels cas de figure ? Se sentent-ils bien informés sur ces produits (gammes, actions thérapeutiques, etc.) ? - Si non, pourquoi ? (ne sont pas convaincu de leur utilité, ne sont pas assez informés, etc.) La réponse est positive notamment en raison du nombre de chute plus important chez les Seniors. Les médecins généralistes semblent rencontrer des difficultés pour les cas spécifiques ou avec des orthèses sur mesure. Dans ces cas, ils orientent le client vers un spécialiste.

50 Orthèses : les prescripteurs Quels difficultés observent-ils dans l'utilisation de ces produits par les seniors ? Les difficultés sont rencontrées au début de l'utilisation. Les Seniors veulent être rassurés sur la bonne mise en place des orthèses. Une mauvaise taille est souvent un problème. Quels retours ont-ils de la part des seniors sur l'utilisation et l'efficacité de ces produits ? D'une manière générale, les retours sont positifs. Certains se plaignent de démangeaisons (non dit dans les interviews des Seniors). Certaines orthèses sont plus délicates à mettre en place et demandent un ajustement plus précis. Les Seniors veulent savoir si l'évolution est correcte dans le temps et ont tendance à aller voir le médecin plus souvent.

51 Orthèses : les prescripteurs Selon eux, les produits du marché sont-ils adaptés aux seniors ? La réponse est positive. Peut-être un marché pour des orthèses à destination des personnes atteintes d'arthrite. Comment ces produits pourraient-ils être améliorés ? Développer des orthèses pour la pratique sportive qui offrent l’efficacité d’une orthèse médicale (pour protéger au maximum l’articulation) tout en respectant la spécificité des mouvements et limitations liés au sport.

52 Orthèses : pharmaciens et grossistes Quels sont les produits les plus vendus* aux Seniors ? Les orthèses d'immobilisation de repos sont les plus vendues. Les types les plus vendus sont : ceintures lombaires, genouillères, chevillères, colliers cervicaux. De plus en plus d'orthèses plantaires chez les sujets âgés. * chez les interviewés. Quelle est la part d'achat sur ordonnance ? Dans plus de 90% des cas. Le remboursement de ces appareils orthopédiques par l'assurance maladie exige un passage chez le médecin. Les remboursements sont partiels et souvent le reste est pris en charge par la mutuelle. De nombreuses orthèses (en fonction de la pathologie sont prises en charge par la Sécurité Sociale au moins partiellement (autour de 70 % habituellement)

53 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Les pharmaciens prennent-ils le temps d'expliquer aux clients seniors les modalités de pose et d'utilisation des produits ? Font- ils une démonstration ? La réponse est positive. Le pharmacien aide à mettre l'orthèse. Cependant le patient souhaite que ce soit le médecin ou le spécialiste (orthésiste) que vérifie le bon positionnement. Se sentent-ils bien informés sur ces produits (gammes, actions thérapeutiques, etc.) ? La réponse est positive mais avec la grande variété de besoins, les connaissances sont limitées. En effet, il n’est pas rare qu’une seule orthèse d’une marque précise soit la seule réellement adaptée à un patient donné.

54 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Quels difficultés observent-ils dans l'utilisation de ces produits par les seniors ? Le contrôle de la mise en place de l'appareillage est le principal problème. Le patient n'est pas toujours en mesure de valider le bon positionnement. Quels retours ont-ils de la part des seniors sur l'utilisation et l'efficacité de ces produits ? La complexité de l’application d’appareillages peut poser des difficultés. “Qu’elles que soient les orthèses, de série ou sur mesure, une mauvaise application peut conduire à un appareillage inefficace” Le confort et la difficulté pour enfiler les bas sont les 2 motifs de renseignements.

55 Bas de contention : pharmaciens et grossistes Comment ces produits pourraient-ils être améliorés ? Segmenter les produits en fonction d'une plus grande variété de besoins. Par exemple, les ceintures de soutien abdominal ou lombaire de série se présentent avec des hauteurs dorsales variant de 21 à plus de 30 cm ou adaptées à des personnes de plus de 100 cm de tour de taille. La segmentation permet de produire en série des orthèses proches de celles faites sur mesure par les orthésistes. Développer des orthèses pour des pathologies liées au vieillissement.

56


Télécharger ppt "Pôle des Technologies Médicales Etudes qualitatives Juin 2011 – Par Senior Strategic."

Présentations similaires


Annonces Google