La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES ACTES DES APOTRES Actes 14, 7-20; 17,16-34 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque L'Hermès de Praxitèle, musée d’OlympieZeus, musée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES ACTES DES APOTRES Actes 14, 7-20; 17,16-34 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque L'Hermès de Praxitèle, musée d’OlympieZeus, musée."— Transcription de la présentation:

1 LES ACTES DES APOTRES Actes 14, 7-20; 17,16-34 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque L'Hermès de Praxitèle, musée d’OlympieZeus, musée d’Olympie

2  Comprendre la vision de Luc – Lecture historico-narrative La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Comment répondre aux questions  Confronter la vision de Luc avec ma vision – Trouver quelques mots clés dans la lecture qui sont en rapport avec la question posée  Comment vivre aujourd’hui la vision de Luc – Utiliser son expérience pour donner des exemples

3 Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur Adapter l’annonce de la Bonne Nouvelle à la culture dans laquelle elle est proclamée sans pour autant l’affadir La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque OBJECTIFS DE LA FICHE n°7

4  ZEUS Zeus est le roi des dieux dans la mythologie grecque Il règne sur le Ciel et a pour symbole l’aigle et l’éclair Fils de Cronos et de Rhéa, il est marié à sa sœur Héra Il est le père de plusieurs dieux et de très nombreux héros. La théogonie la plus consistante est celle recueillie par Hésiode (VIIIe siècle av JC), contemporain d’Homère qui a sa part d'invention. Zeus est apparenté à Jupiter dans la mythologie romaine. On retrouve également des divinités semblables dans d'autres panthéons : Taranis chez les Gaulois, Thor et Odin chez les Scandinaves. Le tragédien grec Eschyle écrivait : « Zeus est l’éther, Zeus est la terre, Zeus est le ciel, oui, Zeus est tout ce qu’il y a au-dessus de tout. » La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur

5 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur  HERMES Dans la mythologie grecque, Hermès est une des divinités de l’Olympe. Fils de Zeus, il naît « pour être le tourment des hommes mortels et des Dieux immortels Il est le dieu du commerce, le gardien des routes et des carrefours, des voyageurs, des voleurs, qui guide les héros, de la chance, le conducteur des âmes aux Enfers, le messager des dieux (plus particulièrement de Zeus), et l'inventeur des poids et des mesures. Il correspond au Mercure dans la mythologie des Romains.

6 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur Luc donne un reflet particulier au passage par Lystres. Il commence par le récit de la guérison d’un impotent, qui n’est pas sans rappeler celui de la Belle Porte par Pierre au chapitre 3 :Luc a sans aucun doute cherché ce rappel avec l’insistance sur le regard, et sur l’attitude de l’impotent une fois guéri qui se relève d’un bond et marche (3,8 et 14,10). Le récit rapproche Paul de Pierre. On ne peut ensuite que s’étonner, après une telle entrée en matière, de voir Barnabé, concurrent de Matthias pour remplacer Juda, être comparé à Zeus, revenir au premier plan, en repassant avant Paul. On sent que Luc s’appuie sur une tradition reçue, qu’il cherche à justifier, par exemple en expliquant que le second rôle joué par Paul n’en était pas vraiment un, qu’il était dû au fait que Paul avait la parole. Un premier plan que l’apôtre n’acquerra en fait qu’avec le deuxième voyage, Barnabé n’étant d’ailleurs plus là pour lui faire de l’ombre.  Le Contexte

7 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur  La mission à Lystres 1- Comme le Christ, Paul fait des miracles et comme le Christ qui n’a pas été reconnu par les siens malgré ses miracles les observateurs ne reconnaissent pas l’aspect christologique de cette guérison 2- Le discours devient aristotélicien, Paul et Barnabé font référence à la nature, le message évangélique devient audible car il est culturellement en phase avec les idées du peuple à convertir 3- Mais devant la faiblesse du discours, les contradicteurs juifs retournent l’opinion générale Conclusion : ECHEC DE L’EVANGELISATION

8 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur  Dialogue La mission suppose le dialogue. Aujourd’hui, chez les Chrétiens ce n’est pas si évident que ça, en particulier chez les intégristes il n’est pas question de dialoguer ; quand on a la vérité on ne dialogue pas on proclame la vérité. Le dialogue suppose l’idée de se dire « je n’ai pas l’ensemble de la vérité et il faut que je me tourne vers les autres, c’est dans le dialogue que moi-même je vais faire des progrès». Pour beaucoup la mission c’est aussi la transmission, transmettre ce que nous-mêmes avons reçu, ce qui n’est pas faux, mais ce n’est pas pareil de transmettre et de dialoguer ; en catéchèse on transmet plus que l’on ne dialogue avec les enfants. Tout le monde n’est pas prêt à dialoguer, même ceux qui proclament la bonne nouvelle ne discutent pas ; on raconte ce que l’on a vécu et on espère que l’autre sera convaincu de la bonne nouvelle Le dialogue, même si on en parle beaucoup, n’est pas une activité naturelle, même dans la théorie. Le dialogue fait poser beaucoup de questions..

9 Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque  Dialogue – nécessité dangereuse Le dialogue est aussi une activité dangereuse, quand on dialogue on risque de se perdre Dans le dialogue si l’on n’a pas chevillé au corps, au cœur et à l’âme cette liaison entre le dynamisme de l’esprit et l’action on risque de perdre notre âme, de se perdre dans la réalité avec toutes les meilleures raisons ; « avec la vie que je mène comment voulez-vous que je prie » On perd cet enracinement qu’il y a en nous et alors on devient extrêmement fragile et le dialogue à ce moment là est difficile d’où la réaction de certains « moi je vis et je prie à côté, le lien qu’il y a entre les deux je ne veux pas le savoir».

10 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur  Qu’est-ce que le dialogue ? Essayer de faire dire à l’autre ce que je pense moi. Ce n’est pas un dialogue, c’est un enseignement intelligent. c’est l’apologétique Faire preuve d’’inculturation. C’est la manière d’entrer dans une culture pour présenter la foi chrétienne de telle manière que ce soit accepté par cette culture. Le missionnaire doit comprendre les coutumes, les liens de parentés pour essayer d’entrer dans cette culture pour présenter comme il faut la foi chrétienne L’inculturation est un passage obligé. Quand on nous dit que le message de Jésus est rejeté il faut se demander si par hasard ce n’est pas le messager qui est rejeté. Pour dialoguer il faut se connaitre soi-même ; Le dialogue est une approche de l’autre qui me permet d’entrer en rapport avec lui.

11 c La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Accepter la confrontation avec la culture païenne et lui reconnaitre sa valeur Pourquoi dialoguer puisque j’ai l’évangile, je suis chrétien, je suis dans l’église, j’ai fait mon caté La réponse se trouve au paragraphe 75 de « Evanglii Nutiandi » c’est que l’Esprit me précède, l’Esprit est déjà là chez l’autre et pourquoi je vais dialoguer parce l’autre aussi est évangélisé par l’Esprit : Pierre et Corneille-Philippe et l’Eunuque si l’Esprit travaille en lui je vais découvrir quelque chose que l’Esprit qui est en lui va m’apprendre à moi il n’y aura jamais d’évangélisation possible sans l’action de l’Esprit Saint, sur Jésus de Nazareth l’Esprit descend au moment du baptême lorsque la voix du père dit : « tu es mon fils bien aimé tu as toute ma faveur » Les Apôtres ont bien été envoyés le jour de l’ascension mais ils ont été s’enfermés aussitôt au cénacle, ce n’est qu’après avoir reçu l’Esprit Saint qu’ils vont partir en mission

12 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Adapter l’annonce de la Bonne Nouvelle à la culture dans laquelle elle est proclamée sans pour autant l’affadir Paul discute avec des Juifs de la diaspora dans la synagogue d’Athènes mais aussi sur l’Agora avec les passants divers (En Grèce antique, l'Agora désigne le lieu de rassemblement, le marché de la cité. C'est une composante essentielle du concept de la société, à tel point qu’Aristote traitera les barbares de non-civilisés car ils n'ont point d‘Agora) Mais il discute aussi avec les philosophes grecs : épicuriens et stoïciens Epicuriens et Stoïciens: L'Épicurisme est une école philosophique fondée à Athènes par Epicure en 306 av. J.-C. L'épicurisme est axé sur la recherche d'un bonheur et d'une sagesse dont le but ultime est l'atteinte de la tranquillité de l’âme résultant de la modération et de l’harmonie de l’existence. Le Stoïcisme est une école concurrente fondée en 301 av. J.-C par Epictète dont le but est la recherche de l’absence de passion, l'absence de passion est un état acquis grâce à la méditation et un travail sur soi L'Aréopage était à Athènes la « colline d‘Arès», située à l'ouest de l’Acropole ; c'était aussi le nom du conseil qui s'y réunissait.‘

13 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Adapter l’annonce de la Bonne Nouvelle à la culture dans laquelle elle est proclamée sans pour autant l’affadir Paul discourt avec tous et finit par une plaidoirie devant l’Aréopage, il s’est adapté à la situation, il ne provoque pas les esprits par des guérisons miraculeuses, il s’engage dans le débat philosophique dont les Grecs sont friands à cette époque. Il fait preuve d’inculturation Il réussit PRESQUE sa mission La résurrection reste le dernier maillon à faire accepter Mais cet ultime étage de la conversion est dans les esprits et va entrainer pour chacun un moment de méditation personnelle Paul n’est pas lapidé et certains se convertissent  Discours à l’Aréopage

14 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Adapter l’annonce de la Bonne Nouvelle à la culture dans laquelle elle est proclamée sans pour autant l’affadir  Comment l’Eglise est rentrée en dialogue au cours de l’histoire à partir du bas Moyen-âge on a imposé l’église militante (l’assemblée des fidèles sur la terre) qui se distincte de l’église triomphante (constituée par les fidèles qui sont déjà au ciel) Il manquait l’église pérégrinante (qui chemine). L’église pérégrinante c’est le Christ ressuscité qui reste présent dans le monde par son esprit. Si on supprime l’église pérégrinante, l’église de la terre va se constituer en véritable société en attendant l’arrivée définitive du Royaume Après le concile de Vatican II, Maurice Vidal (cette église que je cherche à comprendre) dit que pour la première fois de son histoire, l’église catholique a pris acte officiellement du fait que comme Jésus elle n’est pas intemporelle, qu’elle ne surplombe pas l’histoire des hommes et des cultures mais qu’elle y est pleinement immergée, compagnon de route de l’humanité.

15 c La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque Adapter l’annonce de la Bonne Nouvelle à la culture dans laquelle elle est proclamée sans pour autant l’affadir Que l’homme soit à l’image du Christ est la base de la mission Si nous sommes créés à l’image de Dieu alors toutes les religions se valent, tous les moyens pour aller vers Dieu sont valables qu’on soit bouddhiste, musulman. L’église est plus orgueilleuse, plus prétentieuse en disant non le seul moyen d’aller vers Dieu, c’est le Christ et ceci pour tous les hommes d’où l’importance de la mission. Si l’on continue St Paul lui aussi dit : nous sommes le corps du Christ (Ep5- 30) et surtout en Ep 2-10 : Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d'avance, afin que nous les pratiquions. Il y a un projet dès le départ de la part de Dieu de nous créer à l’image de ce Christ pour que nous pratiquions de bonnes œuvres.


Télécharger ppt "LES ACTES DES APOTRES Actes 14, 7-20; 17,16-34 La rencontre de la Bonne Nouvelle avec la culture grecque L'Hermès de Praxitèle, musée d’OlympieZeus, musée."

Présentations similaires


Annonces Google