La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le fonctionnement et les résultats des grands troupeaux laitiers.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le fonctionnement et les résultats des grands troupeaux laitiers."— Transcription de la présentation:

1 Le fonctionnement et les résultats des grands troupeaux laitiers.
L’expérience des grands bassins laitiers mondiaux. Jean-Luc REUILLON Benoit RUBIN.

2 Les questions sur les grands troupeaux:
Quelle importance ont-ils dans le pays ? Quelles spécificités par rapport à un troupeau « moyen » ? Comment s’est réalisé l’agrandissement ? Résultats économiques comparés Atouts et limites Enseignements pour les systèmes laitiers français. Données mobilisées: Traitement de la base de données IFCN Données macroéconomiques (rapports IFCN) Questionnaire aux partenaires des pays étudiés

3 Troupeaux moyens Vs Grands troupeaux
Choix des pays. Troupeaux moyens Vs Grands troupeaux Danemark Vs vaches Allemagne (Nord) Vs vaches Pays bas: 85 Vs 180 vaches République Tchèque 80 Vs 730 vaches Royaume Uni: Vs vaches Italie (Lombardie) 40-90 Vs vaches USA (Wisconsin) 80 Vs 500 vaches VL (CA) Nouvelle Zélande 390 Vs 1100 vaches La notion de grand troupeau est relative à chaque pays.

4 Avec la participation de :
Susanne CLAUSEN KCA Danemark Judith KUHL Allemagne (IFCN) Michel de HAAN Wageningen Pays bas Alberto MENGHI CRPA Italie Mark TOPLIFF DAIRY CO Royaume Uni Iveta BOSKOVA UZEI République tchèque John HAUSER consultant Australie Tom KRIEGL USA (Université Wisconsin) Nicola SHALBOT (Massey Université NZ et Fonterra)

5 Qui ont bien voulu répondre à un questionnaire portant sur :
Les spécificités des grands troupeaux laitiers dans leur pays par rapport aux fermes moyennes. Leurs trajectoires d’agrandissement. Les forces/faiblesses/opportunités/menaces sur ces exploitations.

6 Importance des troupeaux de plus de 100 vaches dans chacun des pays étudiés.
Exploitations de plus de 100 vaches laitières Allemagne Danemark Pays bas Grande Bretagne Italie République Tchèque Nouvelle Zélande USA % des exploitations en 2012*. 10% 70% 25% 33% 15% 50% 95% 30% % des vaches en 2012. 40% 88% 45% 72% 60% 90% 98% 85% * Rapports IFCN 2009 et 2012 Évolution de la proportion

7

8 Allemagne (Nord) Présence historique des GT en Allemagne de l’Est.
Apparition dans l’Ouest dans les années 1980. Evolution par étape conjointement de la taille des troupeaux et des surfaces. Intensification modérée (limitations environnementales). En parallèle, plus récemment, développement de production d’énergie sur les fermes.

9 Danemark Agrandissement rapide après les années 1990 principalement avec des prêts hypothécaires. Favorisé par des taux d’intérêts bas, libéralisation du marché des quotas, forte hausse du prix du foncier.

10 Pays-Bas Agrandissement progressif sauf si installation d’un fils.
Délégation du travail sur les surfaces. Automatisation.

11 Grande Bretagne Une histoire ancienne de grandes exploitations dans un contexte de déclin de la production laitière et de déplacement du lait vers l’ouest. 17 troupeaux de plus de 1000 vaches.

12 Italie (Lombardie) Diminution importante du nombre de fermes et agrandissements dans les années (date d’application et de libéralisation des quotas). Les contraintes règlementaires et la concurrence sur le foncier poussent les petites fermes à arrêter. Concentration dans le nord (vallée du Pô). Terres très chères (75000 €/ha environ). Photo archives CRPA

13 République Tchèque Fermes familiales et anciennes coopératives « soviétiques » (années 50). Grandes fermes employant beaucoup de travailleurs (salaires bas) quelquefois étrangers. Manager salarié. Majorité des terres louées. Modernisation avec aides UE.

14 USA (Wisconsin) Avant Vaches en moyenne dans les fermes lait du Wisconsin, depuis fermes entre 200 et 500 vaches (+ tardivement qu’ailleurs aux USA). Certaines très grandes fermes sont financées grâce à des investisseurs hors agriculture (assurances, fonds de pension…). La performance économique repose principalement sur la capacité du propriétaire de passer du rôle d’éleveur à celui de gérant de salariés. Sa motivation de passer du statut d’éleveur à celui d’agri-manager.

15 Nouvelle Zélande Grandes fermes laitières dans l’Ile du Sud (Canterbury) à la place des ovins et de cultures de vente. Ceci a été rendu possible par l’irrigation. Apparition de fermes avec bâtiments et achats de concentré (migrants UE) mais majorité 100% herbe. Contraintes environnementales croissantes (Nitrates). Dans les grands troupeaux, travail = principalement traite => grande productivité du travail (150 vaches/travailleur). Main-d’œuvre: migrants d’ Europe, Asie Amérique du Sud.

16 Synthèse : Le travail dans les grands troupeaux
L’agrandissement des troupeaux se fait en général avec plus de salariés et quelquefois des « managers ». Allemagne Danemark Pays-bas Grande Bretagne Italie République Tchèque Nouvelle Zélande USA Dimension des grands troupeaux (Nbre de vaches) 120 à 150 240 à 320 180 300 à 400 100 à 200 700 1100 500 Main d’œuvre? Salariat Délégation et un peu de salariat Sociétés familiales Salariés Salariés logé sur la ferme Qui gère? Agriculteur Agriculteur + salariés responsables d’un secteur + banques Famille + entreprisessur les surfaces Agriculteur ou salarié (manager) Manager salarié Associés Agriculteur -> gérant de salariés

17 Synthèse : Bâtiments et équipements
Peu de différence dans les types de bâtiments. Pour la traite plus de salle de traite rotatives que de robots. Le financement des grands troupeaux est essentiellement bancaire à part en Nouvelle Zélande ou des investisseurs privés entrent parfois dans le capital. (=) pas de différence entre moyens et grands troupeaux Allemagne Danemark Pays bas Grande Bretagne Italie République Tchèque Nouvelle Zélande USA Dimension des grands troupeaux (Nbre de vaches) 120 à 150 240 à 320 180 300 à 400 100 à 200 700 1100 500 Bâtiments = (stabul) + de stabulation Stabulation libre Quelques systèmes avec bâtiments apparaissent Equipements Robots = Salle de traite 2*6 => 2*12 Rotos ou salles de traite (2*12). Moins de robots Salle de traite EPI et rotos + de salle de traite et quelques robots Salle de traites Herring-bones -> Rotos Salle de traite EPI

18 Synthèse : Conduites techniques
En général abandon ou diminution du pâturage. Recherche de plus d’intensification dans les limites des règles environnementales. Irrigation en Nouvelle Zélande. (=) pas de différence entre moyens et grands troupeaux Allemagne Danemark Pays bas Grande Bretagne Italie République Tchèque Nouvelle Zélande USA Dimension des grands troupeaux (Nbre de vaches) 120 à 150 240 à 320 180 300 à 400 100 à 200 700 1100 500 Surfaces chargement + élevé et + de cultures de vente Maïs, herbe et céréales (=) Production de lait par ha élevée. 80% d’herbe, 20% de maïs (=) Plus de maïs Maïs , luzerne, prairies permanentes et céréales Plus diversifiées (cultures de vente et/ou viande) Irrigation 12TMS/ha -> 15,5 3 VL/ha -> 3,7 Abandon des céréales Alimentation Plus de concentré (+1kg) et arrêt du pâturage Arrêt du pâturage Moins de pâturage et plus de maïs et concentrés Moins de pâturage et plus de stocks = Moins de pâturage + d ’alimentation achetée Troupeau +300kg de lait/VL Vêlages + groupés Augmentation du rendement laitier Taux de réforme + élevé

19 Prix du lait : Des primes liées au volume en Allemagne, Grande-Bretagne, République Tchèque et USA.

20 Les atouts des grands troupeaux dans leur pays selon les partenaires de l’IFCN.
All Dk PB GB IT RT NZ USA Conditions de vie et de travail X Capacités de négociation Efficacité du travail Economies d’échelle Prix du lait Revenu du travail Revenu du capital Emploi de salariés facilité Conditions de survie de la ferme Profiter des nouvelles technologies

21 Les limites des grands troupeaux dans leur pays selon les partenaires de l’IFCN.
All Dk PB GB IT RT NZ USA Compétence pour gérer des salariés X Fragilité à la conjoncture (Plus faible marge, et plus de charges courantes) Endettement, dépendances des banques Acceptabilité par le voisinage Besoin en capitaux Santé animale Difficulté de trouver des salariés Gestion des effluents Impact environnemental

22 Les opportunités des grands troupeaux dans leur pays selon les partenaires IFCN.
All Dk PB GB IT RT NZ USA Fin des quotas laitiers X Demande mondiale de lait Apports extérieurs de capitaux Possibilité de profiter d’une bonne conjoncture économique Meilleur accès au marché Irrigation Technologies pour résoudre les impacts environnementaux Influence politique

23 Les menaces sur les grands troupeaux dans leur pays selon les partenaires IFCN.
All Dk PB GB IT RT NZ USA Acceptabilité sociale (bien-être animal, environnement…) X Contraintes environnementales Volatilité des prix (fragilité) Terres louées

24 Coût de production de l’atelier
Mesurer les performances économiques. Méthode de calcul de la rémunération du travail total par 1000 L de lait vendu. Unité : € / 1000 litres de lait commercialisés Rémunération du travail permise par le produit 50 € 100 € 150 € 200 € 250 € 300 € 350 € 400 € 450 € Charges courantes Amortissements Charges Rémunération du capital propre foncier et financier Rémunération du travail exploitant et salarié. Produits de l'atelier Produits Produits joints de l’atelier Aides (couplées et non couplées) Prix de vente du produit principal Coût de production de l’atelier

25 Exemple 75 * 400 = 30 000 €/UMO 400 300 80 * 300 = 24000 €/UMO 75 80
Réseaux d’élevage 2012 Lait de plaine 75 * 400 = €/UMO 20 élevages de plus de 100 vaches. 400 75 170 élevages de moins de 100 vaches 80 300 80 * 300 = 24000 €/UMO

26 DK,US,NZ NL,IT, DE UK, CZ Rémun. €/1000L = lait/UMO +

27 A retenir: Plus de salariés dans les grands troupeaux (le fermier devient manager d’employés et quelquefois même délègue cette tâche). L’avantage « économique » des grands troupeaux laitiers repose plus sur une productivité du travail supérieure que sur une meilleure rémunération par unité de lait produite. Cette productivité du travail accrue est permise par: une plus grande spécialisation (des productions et des tâches) un appel plus important à l’automatisation une délégation de la production alimentaire (entreprises dans le Nord de l’UE ou achats aux US) et/ou une délégation de l’élevage des génisses limite à environ 100 VL (Australie-US) à 150 VL (Nz) par travailleur.

28 Enseignements pour les systèmes laitiers français (1/2).
Dans le monde des très grands troupeaux fonctionnent et obtiennent de bons résultats économiques Une plus grande fragilité économique (mais « too big to fail ? ») Il n’est pas pertinent d’envisager d’économies de charges (par 1000 litres de lait) Les investissements par 1000 litres ne sont pas moins élevés Les volumes de lait produit, plus importants/UMO peuvent permettre de dégager un revenu supplémentaire (avec une bonne maitrise technique) Les effets de seuils et ruptures sont difficiles à mettre en évidence. L’agrandissement des troupeaux génère des évolutions progressives de conduite (alimentation, équipements).

29 Enseignements pour les systèmes laitiers français (2/2).
Le facteur clé de réussite : la capacité à gérer des hommes. L’agriculteur change de « statut social »: éleveur => « agri manager » Des formes nouvelles de transmission (et de portage) du capital sont à envisager Le grand défi pour les grandes fermes à travers le monde semble être aussi leur acceptabilité sociale (image, bien-être animal, effluents…).

30 Merci pour votre attention.

31

32

33

34


Télécharger ppt "Le fonctionnement et les résultats des grands troupeaux laitiers."

Présentations similaires


Annonces Google