La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les trois chefs d’État alliés : Roosevelt, Staline et Churchill, réunis en conférence à Téhéran fin no- vembre 1943, décident de l’ouverture d’un second.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les trois chefs d’État alliés : Roosevelt, Staline et Churchill, réunis en conférence à Téhéran fin no- vembre 1943, décident de l’ouverture d’un second."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Les trois chefs d’État alliés : Roosevelt, Staline et Churchill, réunis en conférence à Téhéran fin no- vembre 1943, décident de l’ouverture d’un second front en France sous la forme de deux opérations Les trois chefs d’État alliés : Roosevelt, Staline et Churchill, réunis en conférence à Téhéran fin no- vembre 1943, décident de l’ouverture d’un second front en France sous la forme de deux opérations : Overlord en Normandie qui doit ouvrir la route principale vers l’Allemagne ; Anvil, rebaptisée Dragoon, doit immédiate- ment la suivre en Provence.

4 Fixer des troupes ennemies, Disposer de ports de Marseille et de Toulon, Protéger ensuite le flanc droit de l’ar- mée américaine opérant en Normandie Protéger ensuite le flanc droit de l’ar- mée américaine opérant en Normandie. Le jour J a été fixé au 15 août août 1944

5 Situation au 15 août 1944

6 Celui-ci présente de sérieux obstacles à un assaut : A l’Ouest de Marseille, le terrain (delta du Rhône, Camargue) ne se prête pas au déploiement des unités blindées ; A l’Est, les plages favorables sont étroites et dominées par les massifs des Maures et de l’Esterel ; Le réseau routier étroit et peu maillé empêche les débouchés vers l’arrière pays ; Deux rocades parallèles au littoral présentent toutefois un intérêt non négligeable : - La RN 7 au Nord par Fréjus et Aix-en-Provence, - Au Sud, l’axe St Tropez, Hyères et Toulon.

7

8 LES ALLEMANDS

9 Un total de combattants, constitue la 19ème armée commandée par le général Wiese Celle-ci est articulée en 3 Corps d’armée : Celle-ci est articulée en 3 Corps d’armée : - Le 4e à Montpellier, - le 85e à Avignon, - le 62e à Draguignan. Elle totalise 8 divisions dont l’une est aux prises avec les maquis des Alpes. La 11e panzerdivision, stationnée sur la rive droite du Rhône, à hauteur d’Avignon, est également sus- ceptible d’intervenir.

10 A ces unités s’ajoutent de nombreux éléments de réserve générale : vingt bataillons de l’ Ost Legion,vingt bataillons de l’ Ost Legion, trois régiments de la Luftwaffe,trois régiments de la Luftwaffe, deux brigades de la Kriegsmarine,deux brigades de la Kriegsmarine, un régiment de canons d’assaut,un régiment de canons d’assaut, une DCA nombreuse et puissante,une DCA nombreuse et puissante, de multiples garnisons d’ouvrages d’artillerie côtière, en particulier autour de Toulon et de Marseille.de multiples garnisons d’ouvrages d’artillerie côtière, en particulier autour de Toulon et de Marseille. 45 batteries côtières,150 canons d’un calibre égal ou supérieur à 75 mm entre Agay et Cavalaire.45 batteries côtières,150 canons d’un calibre égal ou supérieur à 75 mm entre Agay et Cavalaire.

11 Le mur du Sud est une ligne à peu près continue d’ouvrages bétonnés, de positions fortifiées, complétées par des obstacles passifs et des champs de mines très nombreux. Dans la zone choisie par le commandement allié pour le débarquement, c’est le 62e CA du général Neuling, dont le PC est à Draguignan, qui subira le choc. Ses trois divisions sont établies : - La 148e de Menton à Anthéor, PC à Grasse ; - La 242e d’Anthéor à Sanary, PC à Besse ; - La 244e, dont l’état-major à Aubagne, a en charge le terrain de Sanary à Port de Bouc.

12 En Provence et dans la vallée du Rhône, il n’y a guère plus de 260 appareils opérationnels, dont 120 chasseurs et 110 bombardiers. En fonction de l’autonomie de vol vers la zone de débarque- ment, il n’y a en réalité que 195 appareils disponibles à Salon de Provence et à Cuers. Elle dispose de trois ports : - La Spezia, Gènes et Toulon où elle entretient : - 8 sous-marins, - 6 torpilleurs, - 30 vedettes rapides.

13 xxx 85 xxx 62 xxx 4 xx 11 DRAGUIGNAN LE DISPOSIITF ALLEMAND

14 combattants dont des forces françaises, 600 bateaux de transport, péniches, 250 navires de guerre dont 10 porte-avions, appareils de chasse et de bombardement

15

16 7 Gal PATCH Force « Alpha » Gal O’DANIEL GigaroLa Douane Pampelonne GNAF Cne de C. MARCHE Force « Rosie » Pointe de l’Esquillon SSF Cel WALKERS Force « Stika » Îles d’Hyères GCA LC BOUVET Force « Roméo » Rayol - Canadel Force « Delta » Gal EAGLES GaronnetteLa Nartelle AnthéorDramontFréjus 36 Gal DAHLQUIST Force « Camel » 1ABTF (GB) 465 Gal FREDERICK Force « Rugby » Le Muy; Le Mitan, La Motte 6 Gal TRUSCOTT Force « Kodak »

17 B Gal DE LATTRE UNITÉS DE RÉSERVE GÉNÉRALE 5e DB Gal DE VERNEJOUL 9e DIC Gal MAGNAN 4e DMM Gal SEVEZ 2e DIM Gal DODY 1e DFL Gal BROSSET 3e DIA Gal DE MONSABERT 1e DB Gal TOUZET DU VIGIER GTM Gal GUILLAUME GCA Lt C BOUVETLt C GAMBIEZ BC InfanterieArtillerie 64e RAA 66e RAA 65e RAARACAOF RACL Arme blindée 1er SAR 2e SAR Génie Ponts Lourds PREMIÈREARMÉEFRANÇAISE PREMIÈRE ARMÉE FRANÇAISE

18 CHRONOLOGIE DES BOMBARDEMENTS AÉRIENS Phase 1 : du 28 avril au 5 août Bombardement de Toulon, destruction des gares, terrains d'aviation et ouvrages d'art sorties et tonnes de bombes larguées. Phase 2 : du 5 au 15 août Bombardement des batteries côtières, des stations radar et ponts sur le Rhône sorties avec tonnes de bombes larguées. Phase 3 : 15 août e 4 h 00 à 8 h 00 Bombardement des plages de débarquement et des batteries côtières 160 bombardiers par km de plage 1 tonne de bombes tous les 20 m Phase 4 : les 15 et 16 août Appui direct des troupes débarquées, en particulier dans la zone de Fréjus Les forces aériennes ont la maîtrise absolue et infligent aux ouvrages d'art, aux défenses ennemies des dégâts irréparables

19 Agay Viaduc d’Anthéor St Tropez

20

21 Conquérir une tête de plage de 70 km de long (de Cavalaire à Anthéor) et de 30 km de profondeur. La Kodak force (6ème CA US) doit s’emparer des massifs des Maures et de l’Esterel et aménager une ligne de retranche- ment léger de campagne appelée « blue line » Blue line

22 Une des deux tourelles de 340 mm du cap Cépet Portée 35 km – Cadence de tir : 8 coups/minute

23 Faire débarquer à J+1 les éléments avancés de l’armée B de façon à permettre à celle-ci de prendre position sur la ligne bleue pour relever les unités du 6ème CA US. Cette grande unité se déploiera vers le Nord et le Nord- Ouest avec pour mission de s’emparer de Grenoble tout en couvrant le flanc droit des Français. Ces derniers devront réduire la poche de Toulon et marcher ensuite sur Marseille

24 Ligne bleue Grasse Draguignan Cannes La Motte Le Muy Le Luc Ste Maxime St Tropez Cogolin Plan de la Tour Cavalaire Hyères Brignoles Cuers Fréjus La Môle Toulon Marseille Carnoules

25

26 Début août commence un encagement du futur champ de bataille visant : LesLes défenses côtières en priorité ; zones de desserrement de l’arrière pays ; LeLe futur tracé de la ligne bleue. Ces actions baptisées « Nutmeg » se traduisent par le largage de tonnes de bombes dont 360 sur la presqu’île de St Mandrier

27 Du 5 au 9 août, celles-ci complètent les bombarde- ments dans le but d’intoxiquer les services de rensei- gnements allemands pour : Créer un climat d’insécurité ;Créer un climat d’insécurité ; obliger les commandements territoriaux à une veille constante ;obliger les commandements territoriaux à une veille constante ; Une simulation de préparation d’attaque entre Nice et Cannes et un largage de mannequins parachutistes à la Ciotat eurent lieu dans la nuit de J-1 à J. Ces gesticulations ont amené le général Neuling à croire que le débarquement aurait lieu dans la région de Marseille.

28

29

30

31

32 01 h 0003 h 3004 h 3009h 30 Groupe Naval d’Assaut Français Groupe Français de Commandos d’Afrique Commandos Américains et Canadiens

33 Effectif : 67 hommes commandés par le Capitaine de Corvette Marche Mission Mission : débarquer à minuit sur la pointe de l'Esquillon pour opérer des destructions sur les RN 98 et 7 et protéger le flanc droit de la zone d'assaut. Pertes Pertes : 11 tués, 23 blessés et 33 prisonniers (dont 10 évadés)

34

35 Effectif Effectif : 700 hommes commandés par le Lieutenant Colonel Bouvet. Mission Mission : Débarquer dans la zone du Cap Nègre durant la nuit du 14 au 15 août. Détruire les défenses du Cap Nègre. Bloquer la route côtière aux abords du Cap Nègre. S'emparer des hauteurs situées à 3 km 200 au Nord du Cap Nègre. Flanc garder à l'Ouest les grandes unités alliées durant leur assaut. Scénario : Envoi de deux baliseurs sur la plage du Rayol Débarquer deux groupes pour neutraliser les défenses Est et Ouest de la plage du Rayol Envoi d’un commando de 70 hommes pour neutraliser la batterie du Cap Nègre Débarquer la totalité du restant du groupe de commandos sur la plage du Rayol. Pertes :12 tués, 50 blessés

36

37

38 Le cimetière militaire du Rayol Canadel

39

40 Capacité 27 hommes de troupe et 3 hommes d’équipage

41 Capacité 25 hommes avec équipement ou une « Jeep » avec armement lourd ou un canon Capacité 15 hommes avec équipement ou une « Jeep » avec armement lourd ou un canon de 75 et ses servants

42

43 DRAGUIGNAN CANNES Fréjus GRASSE TOULON Hyères Ste Maxime St TropezCogolin Le Muy La Motte Le Luc Plan de la Tour Gonfaron Brignoles La Môle MARSEILLE La Ciotat Cavalaire Cuers Fayence 1 stick disparu en mer à l’Est de St Tropez 2 Compagnies du 509e bton et 4 batteries du 463e à St Tropez 3/517 dans la région de Fayence La majeure partie de la 1ère ABTF est larguée sur les zones prévues

44

45 Ainsi, à la fin du jour J+1 la division avait plus que rempli sa mission. Elle tenait sept agglomérations, avait fait prisonniers et avait réduit à néant tout mouvement et toute défense ennemie dans une région qui s’étendait bien au-delà des prévisions les plus optimistes de la 7ème Armée. L’opération avait nécessité 987 sorties aériennes, pour transporter soldats, 221 jeeps, 213 pièces d’artillerie et tonnes de matériels avec l’aide de 407 planeurs. On devait déplorer 600 tués et 1600 blessés.

46

47

48

49

50 Landing Ship Infantry (LSI) Navire de débarquement d’infanterie Capacité : 12 L.C.A., hommes Landing Ship Tank (LST) Navire de débarquement de chars Capacité : 15 chars lourds ou 25 moyens, 14 camions et 168 hommes

51 Landing Craft Infantry (LCI) Capacité : 188 hommes ou 75 tonnes de matériel Landing Craft Tank (LCT) Capacité : 5 chars de 30 tonnes ou 4 de 40 ou 3 de 50

52 Landing Craft Assault (LCA) Capacité : 35 hommes équipés Landing Craft, Vehicle Personnel (LCVP) Capacité : 35 hommes équipés ou un véhicule avec équipage Rubbers Boat Canot pneumatique Capacité : 10 hommes équipés

53 ALPHA DELTA CAMEL PLAGES D’ASSAUT

54

55

56 17/8 Gonfaron La Garde Freinet Carcès Le Luc 16/8 18/8 19/8 17/8 19/8 La percée du Combat Command n° 1 Général Sudre 2e Cuirassiers 3e Bton de Zouaves 1/68e RAA 1 cie du Génie 8/3e RCA (Reco) 2/9e RCA (TD)

57 Prévisions Réalisation Toulon04 septembre 28 août Marseille25 septembre 28 août Rhône30 septembre 24 août Grenoble15 octobre 22 août Lyon15 novembre 02 septembre L’ordre de repli, donné le 20 août aux unités allemandes, à l’exception des garnisons de Toulon et de Marseille, a grandement facilité la progression des unités alliées et leur a permis d‘atteindre leurs objectifs avec une avance considérable sur le calendrier prévu.

58

59 1 100 combattants des U.S.A. ont payé de leur vie leur participation aux opérations du débarquement de Provence dont 861 sont enterrés au cimetière « Rhône » de Draguignan

60 3 077 combattants de l’Armée Française tués lors des combats reposent au cimetière de Luynes.

61 464 autres sont inhumés à Boulouris

62


Télécharger ppt "Les trois chefs d’État alliés : Roosevelt, Staline et Churchill, réunis en conférence à Téhéran fin no- vembre 1943, décident de l’ouverture d’un second."

Présentations similaires


Annonces Google