La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Toxicologie chimique et physiologie

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Toxicologie chimique et physiologie"— Transcription de la présentation:

1 Toxicologie chimique et physiologie
1

2 Instituts nationaux américains de santé, Bibliothèse nationale de médecine (NIH/NLM) en line Cours de toxicologie I. Données de base II. Toxicocinétique III. Toxicologie cellulaire 2

3 Physiologie simplifiée
3

4 Éléments principaux de la cellule
Tous les organismes sont constitués de cellules : (eucaryotes, procaryotes) Membrane cellulaire – régule l'entrée Cytoplasme – atmosphère liquide de la cellule Mitochondrie – production d'énergie – ATP Noyau – ADN – gènes, division cellulaire Golgi – fonction de sécrétion Lysosome – fonction de digestion 4

5 Dans l'organisme… Les cellules se combinent pour former des tissus qui sont spécialisés - conjonctif, nerf, muscle Les tissus se combinent pour former des organes qui peuvent remplir des fonctions complexes Les organes se combinent pour former des systèmes, par exemple le système respiratoire, reproducteur, nerveux, circulatoire 5

6 Voies d'exposition *Principale voie d'exposition Zone de respiration
Inhalation* Absorption Ingestion Injection *Principale voie d'exposition Yeux 6

7 Système respiratoire 7

8 8

9 Les poumons Mécanismes de défense
Les cils Le mucus piège la poussière et les impuretés. De petits poils (les cils) battent avec un mouvement de va-et-vient dans les voies aériennes pour déplacer le mucus et le poussière vers le haut où ils peuvent être expulsés en toussant. Macrophages Cellules mobiles spéciales qui mangent les toxines dans les voies respiratoires et les poumons. Conditions requises : – Apport régulier en air avec O2 – Voies respiratoires ouvertes et dégagées. 9

10 Zone des échanges gazeux
Environ 70 mètres carrés – la surface de service d'un court de tennis. Se compose d'un conduit alvéolaire et d'alvéoles avec un tensioactif qui les maintient ouvertes. Contact étroit avec les capillaires pour échanger l'O2 contre du CO2 et expirer les autres gaz/vapeurs. 10

11 Problèmes respiratoires fréquents
Bronchite chronique Emphysème Voie aérienne normale Bronchite chronique Alvéole saine Emphysème Inflammation des cellules Voie respiratoire étroite et bouchée Destruction de l'élasticité normale Difficultés d'expiration de l'air, pression sur les voies respiratoires Toux excessive 11

12 Voies d'exposition Inhalation (poumons)
Voie la plus importante en cas d'exposition à des gaz, des vapeurs, des brouillards et des aérosols. Influencée par le rythme respiratoire, la concentration et la durée. Facteurs clés pour les gaz et les vapeurs : solubilité et réactivité Facteurs clés pour les aérosols : taille des particules et solubilité taille respirable : 0,1 mm à 10 mm < à 5 mm atteignent la région alvéolaire 12

13 Pénétration des aérosols
dans les poumons Taille (microns) Dépôt en % > à % dans les voies respiratoires supérieures 10 à % dans les voies supérieures, 0+ dans les alvéoles 5,0 à % dans les voies supérieures, 50 % dans les alvéoles 0,1 à 5, dans les voies supérieures, 90+ dans les alvéoles 13

14 Réponse potentielle transportés vers les organes cibles - systémique
Lésion du tissu pulmonaire Point de transfert direct vers la circulation sanguine transportés vers les organes cibles - systémique Réactions : Irritation des voies respiratoires rétrécissement des voies aériennes infection ou accumulation de liquide (œdème) sensibilisation réaction allergique, pneumopathie chronique fibrose carcinogénèse 14

15 Certains effets de produits chimiques sur les poumons
Irritations – brouillards acides (HCl) Œdème – phosgène (COCl2) Emphysème – fumée (en particulier le tabac) Fibrose – dioxyde de silicium (SiO2) Cancer – amiante (mésothéliome) 15 15

16 Agent asphyxiant / suffocant
Physique – dilue l'oxygène dans l'air jusqu'à moins de 10 %, gaz non-irritants – méthane, N2, CO2, Fréon® Chimique – déplace l'oxygène sur l'hémoglobine – cyanure, monoxyde de carbone 16

17 Voies d'exposition Dépend du lieu de contact
Absorption cutanée Dépend du lieu de contact température (vasodilatation) épaisseur, flux sanguin Dépend de l'état de la peau intégrité ; pH Fonction du temps (durée) Propriétés de la toxine concentration réactivité solubilité (dans la graisse/l'eau) taille moléculaire 17

18 Épaisseur de la peau 18

19 Peau                                                   19

20 Les yeux 20

21 Voies d'exposition Ingestion (bouche)
Rare, mais la contamination peut être = à une prise action mucocilliaire des voies respiratoires Estomac  Appareil digestif  circulation sanguine Absorbé - lésion systémique Foie, reins ; processus de détoxification Inflammation cirrhose - fibrose du foie tumeurs malignes Facteurs : état physique, durée 21

22 Voies d'exposition Injection Directement dans la circulation sanguine
"objets pointus et coupants", aiguilles, verrerie cassée ponction ou blessures cutanées Neutralise les mécanismes de protection Habituellement rare sur le lieu de travail principalement associée aux pathogènes transmis par le sang (installations biomédicales) particulièrement dangereuse dans le secteur de la santé 22

23 Toxicologie chimique 23

24 Monde des produits chimiques
Univers des produits chimiques > 5 millions Stocks industriels ~ Réglementés au lieu de travail ~ 600 24

25 Poisons – effets indésirables des substances sur les systèmes vivants.
Toxicologie Poisons – effets indésirables des substances sur les systèmes vivants. « Toutes les substances sont des poisons ; il n'en existe aucune qui ne soit pas un poison. La bonne dose différencie un poison d'un remède... » – Paracelse ( ) Toxicologie des produits chimiques – Effets indésirables potentiels et contrôle des produits chimiques au lieu de travail. 25

26 Terminologie Substances toxiques Toxines Substances qui produisent des effets biologiques indésirables de toute nature Peuvent être de nature chimique ou physique Les effets peuvent être de divers types (aigu, chronique, etc.) Protéines spécifiques produites par des organismes vivants (toxine de champignon ou toxine tétanique) La plupart présente des effets immédiats Substances toxiques qui provoquent une mort ou une maladie immédiate lorsqu'elles sont rencontrées en très petites quantités Poisons

27 (Toxicité) X (Exposition) = Risque
Concepts de base Toxicité – capacité de provoquer des lésions Danger – dommages potentiels associés à une substance spécifique dans des conditions d'exposition potentielle Risque – la probabilité ou la possibilité que des dommages surviendront dans des conditions réelles (Toxicité) X (Exposition) = Risque 27

28 Concepts de base Tous les produits chimiques ont la faculté d'être toxiques Tous les produits chimiques agissent dans le corps selon les principes de chimie, physique et biologie Les produits chimiques naturels ne sont pas inoffensifs par nature Les produits chimiques synthétiques ne sont pas dangereux par nature 28

29 C'est la dose qui fait le poison
Substance chimique Dose bénéfique Dose toxique Aspirine 300 à 1000 mg 1000 à mg Vitamine A 500 unités/dose unités/dose Oxygène 20 % dans l'air 50 à 100 % dans l'air 29

30 Dose létale Agent DL50 (mg/kg) Alcool éthylique 7060
Chlorure de sodium 3000 Naphthalène 1760 Sulfate ferreux 1500 Aspirine 1000 Formaldéhyde 800 Ammoniac 350 Bromhydrate de dextrométhorphane 350 Caféine 192 Phénobarbital 150 Maléate de chlorphéniramine 118 DDT 100 Sulfate de strychnine 2 Nicotine 1 Dioxine 0,0001 Toxine botulinique 0,00001 30

31 Il n'existe pas de substances inoffensives.
Seulement des façons inoffensives d'utiliser les substances. 31

32 Toxicologie des produits chimiques
C'est l'étude de l'effet des produits chimiques sur le corps. Pharmacocinétique C'est l'étude de l'effet du corps sur les produits chimiques. 32

33 Études de toxicité Déterminent l'effet toxique – effet local, organe cible, effet systémique, effets aigus et chroniques. Déterminent la dose toxique – identifient la dose qui produira un effet toxique donné. 33

34 Facteurs influençant la toxicité
Concentration de la toxine Durée et fréquence d'exposition Voies d'exposition Facteurs environnementaux — température, humidité, pression atmosphérique Combinaisons de produits chimiques (difficiles et coûteuses à tester) 34

35 Facteurs influençant la toxicité
Âge Sexe et état hormonal Constitution génétique État de santé — présence d'une maladie ou de stress Nutrition Mode de vie 35

36 Hypothèses des tests de toxicité
Les effets observés chez les animaux s'appliquent aux humains Des doses élevées sont nécessaires chez les animaux pour prédire des risques potentiels sur les humains 36

37 Voies d'exposition aux produits chimiques
Professionnelle Inhalation Dermique/oculaire Ingestion Expérimentale Sous-cutanée Gavage/intra-péritonéale/intraveineuse 37

38 Durée d'exposition Aiguë 1 à 5 jours Subchronique 14 à 90 jours
Chronique mois à toute la vie 38

39 Concepts de base La dose et la réponse peuvent être mesurées
L'importance de la réponse dépend de la dose Toutes les interactions toxiques suivent la relation dose-réponse 39

40 Relation dose-réponse
Une augmentation de la dose s'accompagne d'une augmentation du nombre de personnes affectées et/ou d'une augmentation de l'intensité de l'effet : par ex., mortalité ; cancer ; dépression respiratoire ; pathologie hépatique Dose = (Concentration) x (Temps) 40

41 Relation dose-réponse
Cette relation est unique pour chaque substance chimique Effet 5 50 100 DL5 DL50 Seuil (DSEO : Dose Sans Effet Observable) Dose (mg/kg) 41

42 Pente de la courbe de la relation dose-réponse
Détermine le compromis entre l'efficacité et la toxicité d'un médicament. De faibles doses peuvent être efficaces sans générer de toxicité. Plus de patients peuvent tirer avantage des doses plus élevées. Compensé par la probabilité plus élevée de survenue de la toxicité ou de la mort. La pente est importante pour comparer la toxicité de diverses substances. Dans certains cas, un légère augmentation de la dose provoque un augmentation importante de la réponse. Dans d'autres cas, une augmentation bien plus importante de la dose est nécessaire pour provoquer la même augmentation de la réponse. 42

43 Termes subchronique et chronique
DSENO dose sans effet nocif observé PFDENO plus faible dose avec effet nocif observé DMT dose maximale tolérée DRf dose de référence = dose quotidienne inoffensive pour presque tous les individus 43

44 Concept de seuil Dose sans effet (nocif) observé (DSEO)(DSENO)
– plus forte dose dans une expérience qui n'a pas généré d'effet observable. Plus faible dose avec effet (nocif) observé (PFDEO)(PFDENO) – plus faible dose qui a généré un effet nocif observable. 44

45 Relation dose-réponse
Concept fondamental en toxicologie Relation entre le degré d'exposition (dose) et l'importance de l'effet (réponse) Sert de base pour évaluer la toxicité relative d'une substance chimique 45

46 Dose et dosage La dose représente une quantité (mg, ml)
Le dosage inclut une fréquence (10 mg, 4 fois/jour) Dose d'exposition – quantité administrée Dose absorbée – quantité réelle absorbée 46

47 Termes de dose et réponse
DTmin – Dose toxique faible - la plus faible pour avoir un effet DL – Dose létale à 10 % - dose qui provoque la mort chez % de la population testée DL – Dose létale à 50 % - dose qui provoque la mort chez % de la population testée CTmin – Concentration toxique la plus faible - utilisée pour exprimer la concentration toxique par inhalation CL – Concentration létale à 10 % - dose qui provoque la mort chez 10 % de la population testée –par inhalation CL50 – Concentration létale à 50 % - dose qui provoque la mort chez 50 % de la population testée par inhalation 47

48 Unités des concentrations
Masse par volume mg/m3 (milligrammes par mètre cube) mg/m3 (microgrammes par mètre cube) ng/m3 (nanogrammes par mètre cube) PPM : Parties d'une substance par million de parties d'air 1 minute en 2 ans PPB : Parties d'une substance par milliard de parties d'air 1 seconde en 32 ans PPT : Parties d'une substance par billion de parties d'air 1 seconde en 320 siècles (1 siècle = 100 ans) 48

49 Unité Équivalents-grammes Forme exp.
Kilogramme (kg) Gramme (g) Milligramme (mg) Microgramme (μg) Nanogramme (ng) Picogramme (pg) Femtogramme (fg) 1000,0 g 1,0 g 0,001 g 0,000 001 g 0,000 000 001 g 0,000 000 000 001 g 0,000 000 000 000 001g 103 g 1 g 10-3 g 10-6 g 10-9 g 10-12 g 10-15 g 49

50 Unités des doses Masse par poids ou surface du sujet :
Quantité par unité de masse (mg/kg) Quantité par unité de surface de la surface cutanée (mg/m2) 50

51 Pharmacocinétique Vitesse :
d'absorption (incorporation) – la substance chimique pénètre de distribution (transport) – diffusion/stockage de métabolisme (biotransformation) – traitement d'excrétion – élimination 51

52 Se fait par ajout de molécule d'oxygène sous forme
Métabolisme Un des fonctions du métabolisme est de rendre la substance chimique plus soluble dans l'eau de façon à pouvoir être excrétée. Se fait par ajout de molécule d'oxygène sous forme de -OH, =O, -COOH, ou par conjugaison avec le glutathion, le sulfonate, la glycine, etc. Certaines substances chimiques ne sont pas directement cancérigènes mais sont métabolisées en composés intermédiaires, par exemple en époxydes, qui sont très cancérigènes. 52

53 C'est la raison pour laquelle les tatouages restent en place!
Métabolisme (suite) Les substances chimiques non métabolisées sont stockées dans le corps (par exemple) : Les substances liposolubles dans les adipocytes Les métaux se lient à des protéines (hémosidérine) Les poussières se déposent à la surface des poumons C'est la raison pour laquelle les tatouages restent en place! 53

54 Métabolites Xylène (C6H4(CH3)2) neurodépresseur, irritant
Benzène (C6H6) cancérigène phénol, acide S-phénylmercapturique dans l'urine Toluène neurodépresseur acide hippurique dans l'urine Ethylbenzène irritant, dermite acide mandélique dans l'urine Xylène (C6H4(CH3)2) neurodépresseur, irritant acide méthyl-hippurique dans l'urine Styrène dermite acide mandélique dans l'urine 54

55 Interaction des substances chimiques
Effet additif L'effet combiné de 2 substances chimiques est égal à la somme de chaque agent seul…(2 + 3 = 5) Effet synergique L'effet combiné de 2 substances chimiques est supérieur à la somme de chaque agent seul…(2 + 3 = 20) 55

56 Interaction des substances chimiques
Potentialisation Une substance qui n'a pas d'effet toxique sur un certain organe ou système peut rendre une autre substance chimique plus toxique lorsqu'elle lui est ajoutée...(0 + 2 = 10) Antagonisme 2 substances chimiques, lorsqu'elles sont administrées ensemble, interfèrent avec les actions de chacune ou l'une interfère avec l'action de l'autre...(4 + 6 = 8) 56

57 Lieu des effets Locaux Systémiques
Effets qui ont lieu au niveau du premier contact entre le système biologique et la substance toxique Ingestion de substances caustiques Inhalation de substances irritantes Systémiques Nécessitent l'absorption et la distribution de la substance toxique en un lieu, distant du point d'entrée, où les effets sont produits ; la plupart des substances produisent des effets systémiques CCl4 a un effet sur le foie 57

58 Organes cibles pour les substances chimiques
Toxines systémiques - ont un effet sur le corps entier ou de nombreux organes plutôt que sur un site spécifique, par exemple KCN affecte pratiquement chaque cellule ou organe dans le corps en interférant avec l'aptitude des cellules à utiliser l'oxygène. Substances toxiques - peuvent également affecter seulement des tissus ou des organes spécifiques tout en ne causant aucun dommage au corps dans son ensemble. Ces sites spécifiques sont connus sous le nom d'organes cibles. Benzène - substance toxique pour un organe spécifique, particulièrement toxique à l'encontre du système hématopoïétiques. Plomb - a trois organes cibles (système nerveux central, reins et système hématopoïétique). 58

59 Évaluation de la toxicité Dose pour une personne
Toxicité comparative Évaluation de la toxicité Dose pour une personne de 70 kg (154 livres) Super toxique < 5 mg/kg (un soupçon, < gouttes) Extrêmement toxique à 50 mg/kg (7 gouttes à 1 cuillerée à café) Très toxique à 500 mg/kg (1 cuillerée à café à 30 g) Moyennement toxique ,5 à 5 g/kg (30 g à 500 g) Légèrement toxique à 15 g/kg (500 g à 1 kg) Pratiquement non-toxique > 15 g/kg (> 1 kg) 59

60 Organes cibles Organes affectés sélectivement par un agent nocif :
– Poumons (pneumotoxicité) Sang (hématotoxicité) Foie (hépatotoxicité) Reins (néphrotoxicité) Système nerveux (neurotoxicité) Système immunitaire (immunotoxicité) Embryons/foetus (toxicité pour la reproduction et le développement) 60

61 Effets sur les organes cibles
Toxines Organe cible Signes et Symptômes Exemples HÉPATOTOXINE FOIE JAUNISSE CCl4 NÉPHROTOXINES REINS OEDEME HYDROCARBURES HALOGÉNÉS NEUROTOXINES SNC COMPORTEMENT DE NARCOSE MERCURE SYSTÈME HÉMATOPOÏÉTIQUE HÉMOGLOBINE CYANOSE CO, CS2 AGENTS PULMONAIRES TISSU PULMONAIRE TOUX, OPPRESSION RESPIRATOIRE SILICE, AMIANTE TOXINES REPRODUCTIVES SYSTÈME REPRODUCTEUR MALFORMATIONS CONGÉNITALES PLOMB AGENTS CUTANÉS PEAU ÉRUPTIONS CUTANÉES ; IRRITATION CÉTONE SUBSTANCES DANGEREUSES POUR LES YEUX YEUX CONJONCTIVITE SOLVANTS ORGANIQUES 61

62 Organes cibles Maladies du foie
Stéatose hépatique – tétrachlorure de carbone Cirrhose – éthanol Cancer du foie – chlorure de vinyle et solvants/pesticides chlorés 62

63 Organes cibles Peau Barrière protectrice enveloppant le corps (surface d'environ 2 m2). Aide à maintenir la température, empêche l'entrée des substances solubles dans l'eau, site d'excrétion, activités sensorielles, revêtement protecteur. 63

64 Organes cibles Activités sensorielles
Récepteurs de chaleur, du toucher et de la douleur Irritation/corrosion Sensibilisation/allergie (système immunitaire) Phototoxicité (lumière directe, coup de soleil) Photoallergie (lumière + substance chimique) 64 64

65 Organes cibles Maladies de la peau
Sensibilisation – allergie à une substance chimique TDI – toluène – 2,4-diisocyanate Acné des huiles, des hydrocarbures et du goudron de houille - chloroacné PCB-biphényles polychlorés Dermite de contact – solvants liposolubles Leucodermie (dépigmentation) – H202 Alopécie (perte des cheveux) – thallium 65

66 Organes cibles Troubles de la reproduction et du développement
Préoccupation pour la spermatogénèse, l'état hormonal, la toxicité maternelle et la toxicité fœtale ou embryonnaire. 66

67 Organes cibles Spermatogénèse Détruit rarement les testicules.
Bloque en général le développement du sperme. EGME (éther monoéthylique d'éthylène glycol) Complètement réversible après la fin de l'exposition. 67

68 Organes cibles Effets sur le développement :
Létalité – résorptions/mortinaissances Toxicité – effets sur le poids du corps/le comportement Tératogénicité – malformations (thalidomide) Développement retardé/anomalies structurelles/variations 68

69 Tératogénicité Type spécifique de toxicité sur le développement Dérivée du grec – formation de monstres par exemple, la thalidomide 69

70 Organes cibles Toxicité maternelle : Raréfaction de l'oxygène
Apport de nutriments Plomb ou autres métaux 70

71 Organes cibles Toxicité maternelle :
les ovaires sont mieux protégées que les testicules. Ce n'est donc pas la toxicité mais les changements dans la régulation hormonale qui sont perturbants Modulation endocrinienne, DDT et oeufs de rapace, ovulation, gestation 71

72 Organes cibles Système nerveux :
Dépression du SNC – de nombreux solvants organiques Inhibition de la cholinestérase – pesticides organophosphorés et carbamates Vitesse de conduction nerveuse – gaine de myéline, destruction des nerfs périphériques – n–hexane 72

73 Organes cibles Système circulatoire : Hémoglobine – CN et CO
Érythrocytes – lyse ou empoisonnement au plomb Leucémie – benzène Bouchage artériel – cholestérol, HDL/LDL 73

74 Effets toxiques de substances chimiques spécifiques
74

75 Métaux 75

76 Arsenic (en détail) Existe sous forme élémentaire et aux états d'oxydation tri- et penta-valent, exploitation minière et fonte du cuivre Niveau de toxicité : RAs –X < As+5 < As+3 < AsH3 Absorption, distribution et excrétion Absorption variable : les sels solubles sont bien absorbés et les sels insolubles sont faiblement absorbés Distribution : foie et reins, poils et ongles Excrétion Excrétés dans l'urine Demi-vie d'environ 2 jours Mécanisme biochimique de la toxicité As+5 réagit avec les thiols, découple la production d'énergie As+3 découple la phosphorylation oxydative 76

77 Arsenic (en détail, suite)
E. Empoisonnement à l'arsenic Signes et symptômes précoces Diarrhée Pigmentation de la peau Hyperkératose Oedème des paupières inférieures, du visage et des chevilles Odeur d'ail de l'haleine Progression Dermite et kératose des paumes, de la plante des pieds – cancer de la peau Hypertrophie du foie Lésions rénales Neuropathie périphérique (les jambes plus que les bras – au contraire du plomb) Encéphalopathie Anémie aplasique, cancer de la peau et des poumons F. Arsine (AsH3) 1. Gaz 2. Hémolyse 77

78 Cadmium (résumé) A. Intoxication aiguë au cadmium
Oral – Effets GI Inhalation – l’irritation locale du système respiratoire B. Intoxication chronique au cadmium Reins - Organes les plus sensibles au cadmium Poumons Après inhalation Emphysème Cardiovasculaire – hypertension Os Testicules – sensibles après empoisonnement aigu , non sensibles après empoisonnement chronique Maladie Itai-itai (« maladie aïe-aïe ») 78 78

79 Plomb (Résumé) A. Intoxication aiguë au plomb
Rare B. Intoxication chronique au plomb inorganique (saturnisme) Effets gastrointestinaux Plus commune chez les adultes Désignée sous le nom de colique de plomb, souvent les symptômes que le patient souhaite traiter C. Intoxication au plomb organique SNC : insomnies, cauchemars, irritabilité, anxiété, anémie, reins Les gaz d'échappement de voiture sont organiques Paint (old), plumbers, US moonshine, pottery glazing (old), water pipes (old), was in gasoline, Initially in liver & kidneys, 79 79

80 Plomb (Résumé) Intoxication chronique au mercure Effets sur le SNC :
Vapeurs de mercure (mercure élémentaire) : en grande partie neuropsychiatriques : dépression, irritabilité, timidité, insomnie, instabilité émotionnelle, perte de mémoire, confusion, transpiration excessive, rougeurs incontrôlées (éréthisme) et tremblements Méthylmercure Paresthésie (sensations spontanées anormales, par ex. des picotements) Altération de la vue (diminution du champ visuel) Troubles auditifs Dysarthrie (trouble du langage) Ataxie (marche instable, coordination, perte du mouvement des muscles) Le foetus est extrêmement sensible Mercure inorganique : peu connu Reins : organes cibles de la toxicité du mercure organique a) Organomercuriels-toxicité foetale élevée 80 80

81 Autres métaux Aluminum
Faible toxicité, l'hydroxyde d'aluminium est antiacide Maladie de Shaver – par inhalation dans les usines – fibrose pulmonaire Antimoine : toxicité similaire à l'arsenic, haleine d'ail Béryllium Exploitation minière Bérylliose / granulome Chrome Nécessaire au métabolisme du glucose (trivalent) Le chrome hexavalent insoluble provoque le cancer des poumons par inhalation 81 81

82 Autres métaux E. Cobalt Cuivre Fluorure
Élément essentiel dans la vitamine B12 Polycythémie (augmentation du taux de globules rouges) Goitre Cardiomyopathie – buveurs de bière Cuivre Élément essentiel Maladie de Wilson (héréditaire, rétention du cuivre) Fièvre des fondeurs Fluorure Réduit les caries dentaires de 0,7 à 1,2 mg/l ou ppm Fluorose dentaire (décoloration et/ou piqûres) chez les enfants au-dessus de 2 ppm Os cassants aux concentrations plus élevées Décolore les feuilles Goiter-thyroid enlargement 82 82

83 Autres métaux H. Fer, Fe2O3 1. Acidose métabolique – mort des cellules par l'intermédiaire de l'hémosidérine I. Manganèse Pneumonite du manganique SNC : Maladie de Parkinson J. Fièvre des fondeurs – ZnO, MgO, CuO K. Nickel Dermite (gale du nickel, dermite du bijoutier) Nickel carbonyle (Ni[CO]4) – cancérigène, forte toxicité aiguë, pneumonite, leucocytose, température, délire Subsulfure de nickel – cancérigène chez les humains (nez) 83

84 Autres métaux L. Phosphore N. Argent
Utilisé dans les allumettes, les poisons pour rats, les feux d'artifice Troubles GI – le vomi peut être phosphorescent Lésions du foie – jaunisse Chronique – nécrose phosphorée du maxillaire (nécrose de l'os "maxillaire phosphoré", Alice Hamilton) M. Sélénium Essentiel (gluthation peroxydase) Excès chez le bétail – méningo-encéphalite ou sélénose chronique caractérisée par un manque de vitalité, la perte des poils, la stérilité, l'atrophie des sabots, la claudication et l'anémie Excès chez les humains – décoloration/pourriture des dents, éruptions de la peau, détresse GI, perte partielle des poils et des ongles, haleine d'ail Lésions du foie N. Argent Peau – argyrie (peau bleue) 84

85 Autres métaux O. Thallium P. Uranium Q. Zinc
Rodenticides, poison anti-fourmis (abandonnés dans de nombreux pays) Distribué comme le potassium, exploitation minière Irritation GI – aiguë Alopécie P. Uranium Lésions du foie Q. Zinc Essentiel Toxicité orale aiguë : vomissements, diarrhée, fièvre Inhalation : fièvre des fondeurs – fièvre 85

86 Solvants et vapeurs 86

87 Hydrocarbures halogénés
(faible inflammabilité, excellents solvants) Aiguë – dépression du SNC, perte des matières grasses de la peau, myocarde Chronique – foie, reins Chlorés – solvants (SNC/peau/cancer) CCl4-cancérigène, foie, reins Bromés – fumigants, solvants (SNC/peau) Fluorés – réfrigérants (couche d'ozone/myocarde) 87

88 La structure a un effet sur l'activité
Utiles mais dangereux – c'est-à-dire coupables par association, par ex. C4F8 Isomère à chaîne ramifiée – létal à 0,5 ppm Isomère linéaire – létal à ppm en 4 heures Isomère cyclique – essentiellement non- toxique 88 88

89 Hydrocarbures aromatiques
Benzène – dépression du SNC, leucémie Toluène – dépression du SNC (renifleurs de colle) Styrène – dermite, dépression du SNC Hydrocarbures poly-aromatiques – dioxine, PCB, biphényles – foie/thyroïde/peau Nitrobenzène – SNC, jaunisse (effet sur le foie), méthémoglobine – lèvres et ongles de la main bleus Phénol – effets sur le SNC, le foie, les reins et la peau (facilement absorbé à travers la peau) 89

90 Alcools aliphatiques Méthanol – alcool déshydrogénase- cécité- traiter à l'éthanol Éthanol – dépression du SNC, syndrome d'alcoolisme foetal, cirrhose du foie Isopropanol – dépression du SNC, gastrite 90

91 Éthers de glycol Éther monométhylique d'éthylène glycol (EGME) CH3OCH2CH2OH 1. Perturbe le développement du sperme 2. Toxine nuisible au développement – tube neural aux jours 7 et 8 ; doigts/pattes aux jours 10 et 11 effets, cerveau, foie et reins Éther monoéthylique d'éthylène glycol (EGEE) CH3CH2OCH2CH2OH Dégénérescence testiculaire Toxines nuisibles à la reproduction/au développement, mais moins grave Éther monométhylique de propylène glycol (PGME) – N'est pas une toxine nuisible à la reproduction/au développement 91

92 Cétones Acétone (diméthyl cétone) – effets sur le SNC, la peau
Méthyléthylcétone – effets sur le SNC, la peau, la reproduction et le développement Méthylbutylcétone – effets sur le SNC et le système nerveux périphérique 92

93 Pesticides Organophosphates – inhibiteurs de la cholinestérase ; parathion, dursban, dichlorvos, Composés organochlorés – SNC ; DDT, aldrine, chlordécone, mirex Carbamates – inhibiteurs réversibles de la cholinestérase ; sevin Chlorophénoxy – Foie, reins, SNC ; 2,4-D, agent orange, 2,4,5-T Pyréthrines – effets sur le SNC ; resméthrine 93


Télécharger ppt "Toxicologie chimique et physiologie"

Présentations similaires


Annonces Google