La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Vous aviez eu un diaporama sur les échassiers d’Europe, voici maintenant nos rapaces. Mais là encore, je suis absolument certaine que vous avez la plupart.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Vous aviez eu un diaporama sur les échassiers d’Europe, voici maintenant nos rapaces. Mais là encore, je suis absolument certaine que vous avez la plupart."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Vous aviez eu un diaporama sur les échassiers d’Europe, voici maintenant nos rapaces. Mais là encore, je suis absolument certaine que vous avez la plupart de ces magnifiques oiseaux chez vous… Le vol majestueux d’un groupe de grands rapaces dans le ciel au-dessus de nos têtes est toujours un grand spectacle. Et un soir un oiseau de nuit que je n’ai pas identifié est passé à me frôler, dans le jardin comme un éclair blanc, sans un bruit, sans un déplacement d’air… Impressionnant ! Vu la taille, je pense que c’était un grand duc, car il y en a dans le bois pas très loin de mon ancien jardin… Ici, vous n’avez que des oiseaux immobiles… Mais admirez tout de même !!!

4

5 L’aigle royal Ce seigneur des cimes mesure 82 centimètres de hauteur, et 2 mètres d’envergure ! La femelle est plus grande que le mâle, mais ils ont même teinte. Ils sont répandus dans toute l’Europe. Les adultes sont sédentaires. Seuls les jeunes vont errer à l’automne et se manifestent souvent dans les plaines, voire près des grandes villes. L’aigle royal bâtit son aire sur une paroi rocheuse inaccessible, ou parfois sur un arbre, et la garde durant plusieurs années. Mais, sur son territoire, auquel il reste fidèle, il installe souvent plusieurs aires, qu’il occupe alternativement. La femelle pond 2 œufs qu’elle couve 45 jours, parfois remplacée par le mâle pour qu’elle se détende un peu. Le mâle apporte la nourriture au petits, la remettant au début à la femelle qui les nourrit, puis, quelques jours plus tard, les nourrissant directement. Après 71 à 81 jours les aiglons prennent leur envol, mais restent un certain temps avec leurs parents. L’aigle royal chasse marmottes, lièvres et petits rapaces. Les aiglons se nourrissent d’amphibiens, de reptiles et de gros insectes. L’aigle royal peut vivre 90 ans.

6

7 Le vautour fauve Les endroits découverts, secs et empierrés des versants de montagne, et les falaises abruptes sont habités par ce puissant rapace. Il habite l’Espagne, le sud-ouest de la France (c’est-à-dire chez nous, Messieurs-Dames !) et la partie sud-est du continent. Vers février-mars, il construit son aire dans une anfractuosité de rocher inaccessible, à l’aide de branches qu’il casse souvent lui-même avec son bec. La femelle pond un seul œuf, et les parents couvent à tour de rôle de 48 à 52 jours. Les jeunes restent au nid 80 jours. Les parents les nourrissent d’aliments prédigérés au jabot. Le vautour fauve se nourrit de cadavres de gros mammifères dont il déchire d’abord les entrailles, puis la chair et même la peau avec son gros bec. Souvent, il fait si bonne chère qu’il est incapable de s’envoler et reste là de longues heures, à se reposer et digérer. En cas de danger, il vomit les aliments pour prendre son vol. Il a une hauteur de 1 m, une envergure de 2 m 40, et vit très vieux. Un vautour en captivité a vécu 118 ans ! (en captivité, quelle horreur !).

8

9 Le vautour moine Il habite les régions montagneuses d’Espagne, de Sicile et du sud-est de l’Europe. Vers la mi-février, il construit son nid sur un arbre, avec des branches qu’il casse avec son bec, et le tapisse des restes de ses proies, peau et poils. (je suppose qu’on doit le repérer à l’odeur !) Les parents couvent alternativement un œuf unique pendant 55 jours. À l’éclosion, le petit a une fort grosse tête. Il voit dès le premier jour, mais ses pattes, terminées par des doigts encore maladroits, ne se dévelop- peront que plus tard. Ses plumes de contour commencent à pousser un mois après l’éclosion et il leur faudra encore un mois pour atteindre leur taille normale. Il est nourri par les parents à partir du jabot, et reste au nid de 90 à 120 jours, avant de tenter son premier envol. Le vautour moine se nourrit de charognes de gros animaux. Il ne chasse qu’exceptionnellement reptiles ou amphibiens. Mais un programme de réinsertion mis en place dans plusieurs régions donne un si bon résultat que les charognes ne sont plus suffisantes, et que les bandes de vautours commencent à s’attaquer à vaches ou brebis vivantes…

10

11 La buse variable C’est un des rapaces les plus répandus en Europe. Elle affectionne les bois, tant en plaine qu’en montagne, de préférence près de prairies ou de champs. Elle reste sur son territoire toute l’année, sauf celles qui sont au nord de l’Europe, qui émigrent vers le sud-ouest en hiver. En avril, elle construit un nid qu’elle installe sur un grand arbre. Elle emploie des branches, et rembourre l’intérieur de feuilles, de mousses, de poils… Elle retouche constamment les bords avec des brindilles, même pendant la couvaison. Les deux partenaires couvent alternativement pendant 28 à 31 jours (2 à 4 œufs). Au début, la femelle élève les petits toute seule, leur distribuant les proies amenées par le mâle, qui ne commence à les nourrir directement que plus tard. Les petits quittent le nid au bout de 41 à 49 jours, et leurs parents continuent à les nourrir pendant 4 semaines environ. La buse variable se nourrit essentiellement de rats et d’autres rongeurs.

12

13 Épervier d’Europe C’est le plus petit des oiseaux rapaces (28 à 38 cm, envergure 60 cm à 80 cm). Il est répandu dans toute l’Europe. Il vit surtout dans les petits bois, préférant les sapinières. Fin août ou septembre, beaucoup émigrent vers le sud-ouest, jusqu’en mars-avril. Le mâle arrive d’abord et choisit son territoire. La femelle le rejoint ensuite. Il bâtit son nid de préférence sur un conifère, à l’aide de branches sèches, et le tapisse de poils. La femelle couve seule de 4 à 6 œufs, et le mâle lui apporte la nourriture, qu’il dépose toujours au même endroit près du nid. Elle commence à couver dès la première ponte. Les petits éclosent donc au fur et à mesure, et le dernier devient souvent la proie des aînés, surtout lorsque la nourriture vient à manquer. Le mâle déplume les proies qu’il remet à la femelle pour nourrir les petits (surtout des petits oiseaux) et elle les leur dépèce. Après 2 semaines les petits savent dépecer les proies alors le mâle commence à leur en apporter. Ils quittent le nid 26 à 31 jours après l’éclosion.

14

15 Le milan royal Le milan rouge ou milan royal est un bel oiseau de proie, répandu dans les régions tièdes d’Europe. Dans les pays du sud, ils sont parfois très nombreux. Dans les régions nordiques, par contre, il constitue une rareté. En Angleterre et autour de la Méditerranée, ils sont sédentaires. Ailleurs, ils s’envolent fin août pour hiverner en Europe du Sud et en Afrique du Nord. Ils sont alors en vols de 50 à 200 têtes, chassent ensemble et passent la nuit dans les forêts. Ils reviennent dans leur aire de nidification, (surtout dans les plaines près de l’eau) vers mars-avril. Ils construisent leur nid sur les arbres les plus hauts, et les garnissent de paille, de chiffons, de papiers, de bouts de cuir, etc. Le nid a près d’un mètre de diamètre. Souvent aussi le milan s’appro- prie le nid d’un autre oiseau de proie ou d’un héron. La femelle pond de 2 à 4 œufs qu’elle couve presque seule pendant 28 à 30 jours. Les petits restent dans le nid de 40 à 54 jours. Longueur : 62 cm. Envergure : 145 à 155 cm.

16

17 Le busard cendré On le rencontre dans toute l’Europe, sauf au nord, mais il n’est pas très répandu. Il est migrateur et s’envole en août-septembre vers l’Afrique tropicale et l’Afrique du Sud. Il revient de ces lointains hivernages fin avril-début mai. Il habite les prairies marécageuses, les tourbières sèches ou les grandes étendues de roseaux. Peu après son retour, il se livre à de remarquables vols nuptiaux. Il bâtit son nid à terre avec des branchettes et des tiges de roseaux. La femelle pond 4 à 5 œufs, qu’elle couve seule 28 ou 29 jours. Le mâle la nourrit. Il apportera aussi la nourriture aux petits. Après avoir partiellement dépecé sa proie, il la remet à la femelle qui nourrit les petits. Au bout de 6 semaines, la femelle commence aussi à chasser. Quand les petits sont capables de déchiqueter eux-mêmes la proie, le mâle la leur donne directement. La nourriture se compose de petits mammifères, de hérissons et d’œufs d’oiseaux, parfois aussi de petits oiseaux et de gros insectes comme criquets et courtilières. Il se repose à terre. Jamais il ne passe la nuit sur un arbre. Longueur : 42 cm 5. Envergure : 109 cm (dimorphisme)

18

19 Le faucon pèlerin Tel une flèche, le faucon pèlerin s’élance pour saisir sa proie. Ce beau rapace, répandu dans toute l’Europe, se nourrit surtout de pigeons ! En effet, il fréquente les villes, surtout les mois d’hiver. Mais, à la période de nidification, il chasse également d’autres oiseaux et, parfois, même un petit mammifère. Pour construire son nid, il recherche les terrains dégagés, les rochers se dressant en milieu de forêt et offrant une vue générale, les falaises rocheuses en bord de mer, et… mais oui ! et les clochers élevés des villes. Notre-Dame de Paris en abrite dans ses tours. Ils ont les pigeons sur place !!! Souvent aussi, il s’installe dans le nid abandonné d’un autre rapace, notamment en région montagneuse. Dans un nid à peine rembourré, la femelle pond 3 ou 4 oeufs, qu’elle couve pratiquement seule, pendant 29 jours. Le mâle rapporte de la nourriture, mais la remet à la femelle qui le dépèce et le leur partage. Il la remettra direc- tement aux oisillons, au bout de 3 semaines, lorsqu’ils sauront la dépecer eux-mêmes. Les petits quittent le nid dans les 40 jours. Longueur : 43 cm. Envergure du mâle : 86 à 108 cm., de la femelle : 104 à 114 cm.

20

21 Le faucon crécerelle Comme suspendu au-dessus de la plaine, un petit rapace voltige haut dans le ciel : c’est le faucon crécerelle. De ses yeux perçants, il observe le sol, épiant sa proie. Dès qu’un rongeur imprudent quitte son terrier, l’oiseau se laisse tomber sur lui et enfonce dans son corps ses griffes acérées. Il se nourrit aussi de sauterelles et de divers insectes, et appartient de la sorte aux animaux les plus utiles. Fin avril ou début mai, il construit son nid sur une cornique rocheuse, dans un vieux nid de corneilles, un trou d’arbre où un nichoir. La femelle couve seule 5 à 7 œufs, pendant 30 jours. Les jeunes, qui naissent recouverts d’un épais duvet, sont nourris durant les premiers jours par le mâle, ensuite par les deux parents. Ils quittent le nid à l’âge de un mois environ, et restent auprès de leurs parents jusqu’à l’automne. En hiver, les faucons crécerelles d’Europe du Nord et Nord-Est migrent vers l’Europe méridionale et l’Afrique du Nord. L’espèce vit également en Asie et en Afrique. Longueur : 32 à 35 cm.

22

23 La chouette effraie Elle aime les lieux habités, qu’elle préfère aux falaises, son habitat d’origine. Elle s’installe volontiers dans les granges, les greniers et les pigeonniers, mais aussi dans les clochers ou des coins obscurs de vieilles ruines. La nuit, sa voix rauque a déjà effrayé plus d’un passant solitaire. Elle reste généralement fidèle à sa patrie pendant l’hiver, mais on a déjà vu, par temps de gel, lorsque la nourriture vient à manquer, des migrations par troupes entières. Ce rapace habite tous les continents. Lorsque la nourriture abonde, elle peut élever 3 couvées par an. Elle se nourrit de souris, rats, chauves- souris, moineaux et amphibiens, et d’insectes. Les œufs, généralement déposés à même le sol, sont couvés 30 jours par la femelle, que le mâle nourrit durant ce temps. Le nourrissage des jeunes est assuré par les deux parents. Les jeunes quittent le nid après une période variable, de 52 à 86 jours. Dès qu’ils sont aptes à voler, ils se dispersent dans les environs. Longueur : 34 cm.

24

25 Le hibou grand-duc C’est le plus grand des hiboux européens. Il est répandu dans toute l’Europe, sauf dans la partie occidentale. En certains lieux, il est assez abondant. Sa population s’est accrue,car il jouit d’une protection absolue. Sédentaire ou erratique, on le trouve en plaine comme en montagne. En mars-avril, il construit un nid simple, pas ou peu garni, sur une cornique rocheuse, la muraille d’un vieux château ou à même le sol. La femelle pond 2 à 4 œufs, qu’elle couve seule durant 32 à 37 jours, tandis que le mâle lui porte de la nourriture qu’il dépose à proximité du nid. Une fois nés, les petits jouissent de soins particuliers de la part de la mère, qui les protège de la pluie ou des rayons trop chauds du soleil. Un mois, voire deux mois après, les jeunes quittent le nid, mais se tiennent à proximité. À l’âge de 3 mois, ils savent parfaitement voler. Le territoire du grand-duc peut s’étendre jusqu’à 15 km du nid. Il chasse des vertébrés, qui peuvent atteindre la taille d’un jeune renard, et des insectes. Il vole silencieusement assez près du sol. Longueur : 67 cm. Envergure : 160 à 166 cm.

26 Illustrations et documents : « Oiseaux des Pays d’Europe », des éditions Gründ. Ce livre m’a été aimablement prêté par Jeanine Oustaloup que je remercie. Musique : Bach, Concerto pour 2 violons, Yehudi Menuhin Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix


Télécharger ppt "Vous aviez eu un diaporama sur les échassiers d’Europe, voici maintenant nos rapaces. Mais là encore, je suis absolument certaine que vous avez la plupart."

Présentations similaires


Annonces Google