La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« mutualisation des compétences pour une meilleure gestion du territoire avec la présentation du SADL au niveau de l’intercommunalité CPCD ». Présentation.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« mutualisation des compétences pour une meilleure gestion du territoire avec la présentation du SADL au niveau de l’intercommunalité CPCD ». Présentation."— Transcription de la présentation:

1 « mutualisation des compétences pour une meilleure gestion du territoire avec la présentation du SADL au niveau de l’intercommunalité CPCD ». Présentation du Comité de Pilotage des Communes du Diombougou

2 Avant la décentralisation, le développement local en région de Kayes et notamment au Diombougou relevait essentiellement des associations de développement.. Le Diombougou comptait sur son territoire plusieurs associations inter villageoises parmi lesquelles : Labankoniouma (8 villages engagés dans le domaine de la santé), ORDIK (Organisation Rurale pour le Développement Intégré de la Kolimbiné qui regroupe 8 villages), De la dynamique associative à la décentralisation :

3 Diama Djigui qui regroupe 4 villages, Endam Diombougou (11 villages),Benkadi qui regroupe 10 villages, AVD (association villageoise du Diombougou qui regroupait l’ensemble des villages de la contrée Diombougou). Cette donne a beaucoup facilité la mise en place des communes en ce sens que les villages qui travaillaient déjà ensemble ont dans la plupart des cas décidé de rester ensemble pour constituer une commune. De la dynamique associative à la décentralisation : (Suite)

4 En plus, une dynamique de synergie d’actions a vu le jour entre les équipes des projets ORDIK et Diama Djigui. C’est ainsi que ce sont les puisatiers de l’ORDIK qui réalisaient tous les puits du programme Diama Djigui et dans l’autre sens le camion de Diama Djigui ravitaillait tous les chantiers de l’ORDIK en matériaux. Les formations d’animateurs d’alphabétisation, de producteurs agricoles, gestionnaires de banques de céréales étaient organisées dans la même dynamique pendant les années 90 avec une ouverture à d’autres villages du Diombougou non couverts par les projets ORDIK et Diama Djigui. De la dynamique associative à la décentralisation (Suite)

5 En 1996, les 2 équipes techniques ont été quasiment fusionnées pour travailler à l’élaboration de projets à l’échelle du territoire Diombougou. Il était question dès ce moment de la mise en place d’un fonds de développement intercommunal, le processus de création de communes étant déjà amorcé. Le volet microcrédit qui a commencé par les villages des deux associations inter villageoises (ORDIK et Diama Djigui) avec l’appui de Jardins de Cocagne a progressivement été élargi à d’autres villages du Diombougou avant de connaître une certaine évolution qui a abouti au projet PASECA / CAMIDE en De la dynamique associative à la décentralisation (Suite)

6 Le Comité de Pilotage des Communes du Diombougou est une intercommunalité créée en 2000 soit une année après la création des communes rurales au Mali. Elle regroupe 6 communes des entités socio-historiques que sont le Diombougou et le Séro Diamanou. Cinq des six communes membres sont parmi les six communes pilotes du PAIDEL au Mali (PAIDEL 1 de 2003 – 2006). Le Diombougou et la décentralisation :

7 Grâce aux activités de restitution des missions de suivi du dispositif PAIDEL, chacun des ADL de même que les maires et présidents de cadres de concertation étaient informés sur l’ensemble des communes notamment, les activités d’animation, les documents produits, les aspects relationnels entre ADL et autres personnels de la Mairie. Le Diombougou et la décentralisation (Suite) Dès cette période, l’idée que l’ADL travaille en synergie avec le personnel communal notamment le Secrétaire Général a été proposée. C’est ainsi que dans certaines communes, les S.G prenaient part à toutes les activités du cadre de concertation..

8 Le Diombougou et la décentralisation (Suite) Lorsque l’accompagnement du PAIDEL a commencé à toucher aux intercommunalités (PAIDEL II : 2007 – 2009), l’idée de mutualiser les ressources dont les ADL a été promue au niveau du Diombougou. C’est ainsi que pour l’animation du territoire, 3 ADL ont été engagés cette fois ci par le CPCD et non les communes prises individuellement (pratique au moment du PAIDEL I). La répartition a été faite sur la base de nombreux critères parmi lesquels la taille des communes, le niveau d’avancement dans le cadre du PAIDEL, la personnalité de l’ADL et son niveau de connaissance du terrain, tout ça dans le but d’arriver à un certain équilibre en matière d’animation du territoire.

9 Le Diombougou et la décentralisation (Suite) Au finish, on est arrivé à la répartition suivante : un ADL pour Kolimbiné et Séro Diamanou, un ADL pour Maréna- Diombougou et Ségala et un ADL pour Koniakary et Marintoumania. En plus de ceux-ci, il y avait un Secrétaire Exécutif qui coordonnait leurs activités, organisait des missions groupées qui permettaient aux ADL de s’entraider dans les différentes communes en fonction des besoins et suivait les travaux de réalisation de projets intercommunaux tels que la construction des barrages de Séro et Djincoulou, le projet de renforcement de capacités des femmes.

10 Le Diombougou et la décentralisation : A la lumière des résultats obtenus de ces expériences déroulées et compte tenu des faibles moyens dont disposent les collectivités maliennes notamment les communes, le CPCD a opté pour la valorisation des ressources humaines pérennes que sont les secrétaires généraux en leur demandant de prendre en charge en plus de leurs tâches habituelles les activités d’animation du territoire. Ainsi, les six Secrétaires généraux vont désormais travailler en synergie avec le Secrétaire Exécutif pour la promotion du développement local dans les contrées Diombougou et Séro Diamanou.

11 LE DIOMBOUGOU ET LA DÉCENTRALISATION : Les services techniques déconcentrés de l’état sont également mobilisés en fonction des types d’activités (Ex : l’agent d’agriculture de Ségala pour les activités relevant de son domaine et les agents forestiers de Ségala et Diadioumbéra pour les activités de formation et toute activité pouvant favoriser une meilleure gestion des ressources naturelles).

12 La Place des migrants dans la conduite des programmes de développement Les migrants ont été toujours présents et ont joué un rôle remarquable à toutes les étapes. Toutes les associations précitées étaient organisées sur les deux espaces de la migration et les programmes se menaient en synergie d’actions entre les deux entités. C’est ainsi qu’il y avait : ORDIK Mali et ORDIK France, Diama Djigui Mali et Diama Djigui France, AVD Mali et AVD France.

13 La Place des migrants dans la conduite des programmes de développement Avec la décentralisation au Mali, il y a eu la création en France d’associations communales (entre 2002 et 2006) et association intercommunale (création de l’ACDS, équivalent du CPCD en France en 2007). En plus de la mobilisation de cofinancements pour les projets portés par le CPCD au Mali, l’ACDS initie et cherche des financements pour des projets validés par le CPCD et mis en œuvre par la suite par ce dernier. L’implication des secrétaires généraux dans le dispositif d’animation et de conduite du développement local sur le territoire permettra sans doute d’améliorer la communication avec les migrants (associations communales et intercommunale).

14 BESOINS D’APPUI : Pour arriver à maintenir la dynamique récemment enclenchée à travers une forte implication des Secrétaires Généraux dans le dispositif, le CPCD a besoin : De soutien financier lui permettant d’intéresser les S.G à travers le paiement de primes et de frais de déplacement + cofinancement de la concertation ; de financement de projets économiques pour les organisations féminines & les producteurs organisés et l’introduction du crédit solidaire à travers un fonds souple ;

15 BESOINS D’APPUI : D’actions de renforcement de capacités du personnel technique ; D’accompagnement des associations communales et intercommunales (ACDS) des migrants dans la recherche et l’animation de partenariats de coopération décentralisée d’appui technique et financier destinés au développement de filières (baobab, bétail –viande, oignon échalote).

16 LE CPCD VOUS REMERCIE DE VOTRE ATTENTION !!! LE CPCD VOUS REMERCIE DE VOTRE ATTENTION !!!


Télécharger ppt "« mutualisation des compétences pour une meilleure gestion du territoire avec la présentation du SADL au niveau de l’intercommunalité CPCD ». Présentation."

Présentations similaires


Annonces Google