La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les Systèmes d’Information Sémantiques S. Garlatti.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les Systèmes d’Information Sémantiques S. Garlatti."— Transcription de la présentation:

1 Les Systèmes d’Information Sémantiques S. Garlatti

2 PLAN Séance 1 : Problématique, Problème1 Séance 2 : Le web sémantique, Séance 3 : RDF / RDFS, les Ontologies, Séance 4 : OWL, SKOS, SIOC, FOAF Séance 5 : Linked Data ou Web of Data, Le langage Sparql Cours 6 : Le web sémantique & social en Action

3 Problématique Hypothèses Systèmes d'information (SI) -Accessibles sur Internet et/ou Intranet -A l’aide d'un navigateur Architecture distribuées fondée sur l’architecture du Web Appelés « Sémantiques » parce que fondés sur les principes du Web Sémantique

4 Problématique Enjeu principal des SI Réutilisation, partage et échange des données -sur internet / Intranet -Par les machines (automatiquement)

5 Problématique Internet / Intranet Technologie pour -Accéder à des informations non structurées, hétérogènes et distribuées -L’accès à l’information et à des sources de connaissance devient essentiel L’importance d’Internet est due : -Aux services qu’il nous fournis: IRC, ICQ, Chat, , News groups, FTP, WWW, E-commerce, B2B, B2C, etc.

6 Problématique WWW : succès fondé sur sa simplicité, MAIS ! Développé pour des lecteurs humains -Les données actuelles sont principalement organisées et structurées pour être simple à transmettre et être présentées à des humains –HTML et PDF sont principalement des langages de présentation de données » Triple X : ne dit rien sur le titre sauf pour des humains -Internet est de plus en plus utilisé par des machines – search engines, robots, etc.

7 Problématique Problèmes Accéder, traiter l’information, extraire et interpréter l’information -La majorité des données sur le web est sous une forme qui ne permet pas de l’utiliser à grande échelle. -Pas de système global de publication de données permettant aux machines et aux humains de les traiter –Évènements sportifs, météo, guides TV, guides cinéma, etc. sont présentés par de nombreux sites Web, mais presque tous au format HTML (structure logique + présentation)‏ –Comment trouver et extraire l’information pertinente pour différents services

8 Problématique Problèmes Entrave la recherche, l’extraction, la maintenance et la génération d’information Actuellement, pas d’accès réel au contenu des documents -Contenu et Information pas accessible ni interprétable par des machines

9 Semantic Web in Actionpage 9 Problématique Problèmes Qualité de la recherche d’information -Comment la machine peut-elle savoir que les résultats de la recherche sont pertinents ? Réutilisation des contenus de sites web -Comment peut-on réutiliser les contenus de sites web ?

10 Semantic Web in Actionpage 10 Problématique Recherche d’information de type Google Polysémie Nombre de résultats très important Requête : « directeur » « André Chomette » Intention : On ne veut que le site de Telecom Bretagne ! résultats : toutes les pages qui contiennent ces deux termes ou l’un des deux

11 Problématique Comment donner du sens aux Données

12 Problématique Comment attribuons-nous du sens aux données ? Que voyez-vous ?

13 Problématique Que voyez-vous ?

14 Problématique Que voyez-vous ?

15 Problématique Que voyez-vous ?

16 Problématique Que voyez-vous ?

17 Problématique Que voyez-vous ?

18 Problématique Que voyez-vous ?

19 Problématique Que voyez-vous ?

20 Problématique Que voyez-vous ?

21 Problématique Shotokan-ryu Goju-ryu Wado-ryu Shito-ryu Shorin-ryu Que voyez-vous ?

22 Problématique

23 Pour Donner du sens aux données Nous utilisons nos connaissances dans des domaines spécifiques pour identifier / reconnaître ces données Connaissances partagées par des communautés

24 page 24 Problématique Donner du sens aux informations Description du site Telecom Bretagne -Forme générale d’une description –Des phrases de type : Sujet Verbe Complément -Exemple –Telecom Bretagne a pour directeur André Chomette –Telecom Bretagne est une grande école française –Telecom Bretagne a pour site web

25 page 25 Problématique Donner du sens aux informations Compréhension de ces phrases -Différents contextes : différents termes –« a pour directeur », « président », « Dean », … -Interprétation commune liée à des connaissances communes –Utilisation de vocabulaires standards partagés par tous ! –Chaque vocabulaire détermine un sens unique aux verbes, aux catégories de sujets et de compléments

26 page 26 Problématique Plus formellement, ou presque Telecom Bretagne dbpprop:president André Chomette (en)dbpprop:president Telecom Bretagne dbpprop:type French Grande Ecole (en)dbpprop:type Telecom Bretagne dbpprop:website Questions French Grande Ecole dont André Chomette est président ? -?Grande_Ecole dbpprop:president André Chomette (en)dbpprop:president -?Grande_Ecole dbpprop:type French Grande Ecole (en)dbpprop:type

27 Problématique Site Dbpedia -Wikipedia + indexation sémantique C3%A9rieure_des_t%C3%A9l%C3%A9communications _de_Bretagne

28 Semantic Web in Actionpage 28 Le Web sémantique Objectifs Réutilisation, partage, échange des données Automatisation ou semi-automatisation de certains services en réutilisant les données Moyens Les données sont décrites / indexées de tel sorte que les contenus – sens et sémantique - du web soient « interprétables » par les machines.

29 Le Web sémantique Les données doivent être encodées de tel sorte que les contenus – sens et sémantique - du web soient plus « compréhensibles » pour les machines, ou en d’autres termes par des algorithmes.

30 Le Web sémantique

31 Tim Berners-Lee Première vision du « Semantic Web » -Accès automatique à l’information fondé sur une sémantique des données interprétable par l’ordinateur et des heuristiques utilisant celle-ci. -Une sémantique explicite des données, associée à des théories sur des domaines (ontologies), permettra l’accès à de nouveaux services sur Internet

32 Le Web sémantique Point clé de l’automatisation ou de la semi- automatisation -Recherche d’information pertinentes : Rappel et Précision Recherche d’information précise -Réutilisation, partage, échange et composition possible des informations retrouvées -Mais aussi, capacité à concevoir certaines « opérations » automatiquement Donc pas de services élaborés possible : pas d’automatisation ou semi-automatisation de certains services ou tâches -Comment assurer le B2B, B2C “automatiquement” –Exemple: voyage complexe avec réservation,

33 Architecture du SW Le SW nécessite Une architecture partagée par tous pour échanger des ressources sur Internet Des standards pour -Les ontologies et mécanismes d’inférence associés -La sémantique explicite des ressources ou méta données sémantiques liées à des ontologies -Le format des ressources ou documents -L’adressage des ressources ou documents

34 Architecture du SW

35

36 Niveau Adressage /Nommage : URI URI : Uniform Resource Identifier (RFC 2396)‏ Un simple identifieur Web -Chacun peut en créer – décentralisé - -Ressource avec une URI  être sur le Web URL: ftp, gopher, http, internet mail, etc. (normalisée)‏ -1 Protocole, 1 machine, 1 chemin URN : URI persistente W3C maintient une liste des schémas d’URI

37 Niveau Syntaxique: XML XML : eXtensible Markup Language -Sélection d’un sous-ensemble de SGML simple à implanter, mais néanmoins extensible : chacun défini ses propres balises Séparation de la présentation et du contenu XML a été conçu pour décrire des données Les balises XML ne sont pas prédéfinis. Vous devez définir vos propres balises XML utilise un Document Type Definition (DTD) or an XML Schéma pour un « modèle » des données

38 Niveau Syntaxique: XML XML n’est pas un remplacement d’HTML -HTML a été conçu pour afficher des données et se concentre surtout sur leur présentation (taille, couleur, etc.) XML a été conçu pour décrire des données et se concentre sur la structure de ces données. XML a été conçu pour assurer l’interopérabilité XML et HTML sont complémentaire -XSL / XSLT transforme XML en HTML

39 Niveau Syntaxique: XML Propriétés de XML Indépendant des logiciels et matériels Infrastructure des échanges de données structurées Interopérabilité : conçu pour décrire des données, les stocker, les transporter et les échanger et les partager –XML DTD: une DTD défini les éléments constitutifs d’un documents. Il défini la structure syntaxique (un arbre) d’un document type à l’aide d’une grammaire. –Il permet donc à toute application de vérifier la conformité d’un document à la DTD –Et donc de manipuler et transformer celui-ci lorsqu’il est conforme à cette DTD.

40 Niveau Syntaxique: XML XML peut être utilisé pour créer de nouveaux langages -XML est le prère de WAP et WML (Wireless Markup Language). -MATHML, etc.

41 Niveau Syntaxique : XML ]> Tove Jani Reminder Don't forget me this weekend

42 Niveau Syntaxique: XML Empire Burlesque Bob Dylan USA Columbia Hide your heart Bonnie Tyler UK CBSRecords

43 Niveau Syntaxique: XML Réutilisation des ressources/documents Le même contenu peut apparaître de manières différentes dans différents contextes indépendamment des plate formes -Différents média : papier, en ligne, -Différentes tailles : manuels, rapports -La présentation peut être adaptée/personnalisée aux préférences de l’utilisateur -Présentations standardisées peuvent être réalisées : entreprises, universités, mairies, etc.

44 Niveau Syntaxique: XML XML Ne contient aucune sémantique formelle pour l’ordinateur Ce sont les humains qui donnent un sens, une sémantique, aux balises et leur contenu pas les machines « La sémantique »est un domaine qui étudie comment les symboles se référent aux objets « Note » ne référence rien pour une machine, la référence est uniquement faite dans l’esprit des lecteur humains -  D’où RDF pour la sémantique

45 Niveau sémantique : RDF/RDFS RDF – Resource Description Framework RDFS – Resource Description Framework Schema RDF/RDFS a été créé pour le traitement des métadonnées Ce sont des langages de description de métadonnées au niveau sémantique Fournit l’interopérabilité – au niveau sémantique - entre applications pour l’échange, le partage et la réutilisation d’informations non interprétable pour la machine

46 Niveau sémantique : RDF/RDFS RDF/RDFS provient principalement des communautés De standardisation du Web Des bibliothèques Des documents structurés Représentation de connaissances Programmation orientée objets et langages de modélisation, Etc.

47 Niveau sémantique : RDF/RDFS Langages Interprétables par une machine Un langage peut être compris (interprété) par une machine si et seulement si ce langage possède une sémantique formelle. -Le langage doit se référencer à un modèle sous-jacent. En logique, le sens est fondé sur une théorie des modèles qui associe, entre autres, une valeur de vérité à chaque formule bien formée. -Elle permet donc de « relier » les formules aux objets du monde modélisé.

48 Niveau sémantique : RDF/RDFS Logique Théorie axiomatique -Un langage et des formules bien formées -Des axiomes, des règles d’inférences -A, (A  B)  -- B -Des théorèmes: formules bien formées déduites des axiomes et règles d’inférences Théorie des modèles -Interprétation, Formules vraies/fausses -Formules valides

49 Niveau sémantique : RDF/RDFS Théorème  Formule valide Une démonstrateur automatique de théorèmes est un algorithme qui « respecte les axiomes et règles d’inférences » Il « respecte aussi le principe ci-dessus » Les opérations de la machine « respecte la sémantique formelle »

50 Niveau sémantique : RDF/RDFS Calcul des prédicats Théorie axiomatique : des prédicats Théorie des modèles : des relations Le web sémantique Importe l’idée d’une sémantique formelle dans le monde du WWW (point de vue logico-linguistique). RDF/RDFS propose un langage adéquat à l’implantation de métadonnées sémantiques associées aux ressources.

51 Niveau sémantique: RDF/RDFS RDF est Un simple modèle relationnel -Une déclaration RDF est constituée d’un triplet « Objet, Attribut, Valeur », dont chaque membre peut être un littéral ou une ressource web -Ce triplet peut être interprété comme le tuple suivant : -« Sujet, Prédicat, Objet » ou encore Prédicat (Sujet, Objet)‏ Exemple

52 Le modèle de données RDF est formellement défini par: Un ensemble appelé Ressources. Un ensemble appelé Littéraux Un sous-ensemble de Ressources appelées Propriétés. Un ensemble appelé Déclarations, dont chaque élément est un triplet (prédicat, sujet, objet) « prédicat » est une propriété (membre de Propriétés), « sujet » est une ressource (membre de Ressources) « objet » est soit une ressource soit un littéral (membre de Littéraux). Niveau sémantique: RDF/RDFS

53 Le modèle de données RDF N’est pas une sérialisation d’un arbre syntaxique XML, ou les branches devraient être présentées dans l’ordre spécifié par une DTD XML. Le modèle de données RDF est un ensemble de triplet !!!!!!!!!! C’est un graphe orienté

54 Niveau sémantique: RDF/RDFS {creator, [http://www.w3.org/Home/Lassila], "Ora Lassila"}

55 Niveau sémantique: RDF/RDFS

56

57 Niveau sémantique: RDF/RDFS RDF Schéma RDF ne permet pas de spécifier le vocabulaire utilisé dans une description RDF, comme par exemple : « author », « music », « creator », etc. C’est-à-dire définir la « sémantique » des propriétés RDF Schéma est une extension de RDF avec laquelle il et possible de -Décrire les concepts utilisés dans des déclarations RDF -Un ensemble de contraintes sur les objets et les valeurs du triplet.

58 Niveau sémantique: RDF/RDFS RDF Schema Pourrait être vu comme un modèle orienté objet pour le WWW -« rdfs:Class » & « rdfs:SubClass » définissent la hiérarchie des classes -« rdf:type » défini les instances d’une classe -« rdf:domain » & « rdf:range » défini des contraintes sur les types de ressources

59 Niveau sémantique: RDF/RDFS

60 Mais, RDF schéma définie les propriétés en terme de classes de ressources auxquelles elles s’appliquent au lieu de définir les classes en terme de propriétés que les instances possèdent. -Par exemple, on définit la propriété « eg:author » avec pour « domain » « eg:Document » et avec un « range » de « eg:Person », tandis qu’un système classique orienté objet aurait défini une classe « eg:Book « avec un attribut appelé « eg:author » de type « eg:Person ». -En utilisant une approche RDF, il est facile pour les autres de définir des propriétés additionnelles avec un « domain » de « eg:Document » or un « range » « eg:Person ».

61 Niveau sémantique : RDF/RDFS On peut le faire sans avoir besoin de redéfinir la description originale de ces classes. Un des avantages de cette approche centrée propriété est qu’il est très facile à chacun de dire ce qu’ils veulent au sujet d’une ressource. C’est l’un des principes de l’architecture du Web [BERNERS-LEE98]. Sinon, il serait nécessaire de définir une nouvelle propriétés dans une classe et de la partager avec les autres !!!!! Il permet de combiner des méta descriptions dans différentes partie du Web en un seul graphe !!!!!!

62 Le niveau sémantique: RDF/RDFS une collection d’alternativesrdf:Alt une collection ordonnéerdf:Seq une collection non ordonnéerdf:Bag représente l’ensemble des Conteneurs. rdfs:Container la classe de RDF déclarationsrdf:Statement la classe littéral represente les valeurs de type littéral rdfs:Literal le concept de propriétérdf:Property le concept de Classerdfs:Class la classe Ressource.rdfs:Resource CommentaireNom de la classe

63 Niveau sémantique: RDF/RDFS

64

65 RDFS est limité en termes de pouvoir d’expression Il est souvent nécessaire de pouvoir exprimer des contraintes supplémentaires -Cardinalités min et Max, contraintes entre propriétés, etc. Les ontologies dans le cadre du Web sémantique sont des extensions de RDFS.

66 Niveau sémantique: les Ontologies Langages logiques : formalismes typiques Logiques de descriptions -Loom, FaCT, Racer, Jena, … Logiques de frames -Ontobroker, Florid, XSB, KAON… Graphes conceptuels -Prolog+CG, Corese, etc. RDF / RDF Schéma -Sesame, RQL, TRIPLE, SiLRi, …

67 Niveau sémantique: les Ontologies OWL site du W3C Semantic Web AS Web Sémantique, rapport final -http://rtp- doc.enssib.fr/basedoc/rapports/ASWebSemantique2003.pdfhttp://rtp- doc.enssib.fr/basedoc/rapports/ASWebSemantique2003.pdf

68 Niveau sémantique: les Ontologies Ontologies

69 Niveau sémantique: les Ontologies Les outils/environnements Les logiques de descriptions : -http://dl.kr.org/http://dl.kr.org/ -http://www.ida.liu.se/labs/iislab/people/patla/DL/http://www.ida.liu.se/labs/iislab/people/patla/DL/ Les graphes conceptuels : -http://www.cs.uah.edu/~delugach/CG/ ;http://www.cs.uah.edu/~delugach/CG/ -http://www.jfsowa.com/cg/ ;http://www.jfsowa.com/cg/

70 Niveau sémantique: les Ontologies Les outils/environnements Les Frames Logic –http://www.informatik.uni-freiburg.de/~dbis/Publications/95/flogic- jacm.htmlhttp://www.informatik.uni-freiburg.de/~dbis/Publications/95/flogic- jacm.html –http://www.cs.sunysb.edu/~kifer/dood/papers.htmlhttp://www.cs.sunysb.edu/~kifer/dood/papers.html –http://www.ontoprise.de/members/angele/pubs/ontologyhandbook.pdfhttp://www.ontoprise.de/members/angele/pubs/ontologyhandbook.pdf

71 Ontology Web Langage OWL C’est une version modifiée de DAML (Darpa) + OIL (Europe)‏ Conçu pour des applications qui traitent le contenu, pas uniquement la présentation des informations Une extension de RDFS, muni d’une sémantique formelle Constitué de trois langages -OWL Lite -OWL DL -OWL Full

72 Ontology Web Langage OWL Lite Classification hiérarchie + contraintes simples OWL DL Pouvoir d’expression supérieur, avec complétude (toutes les conclusions sont calculables) et décidabilité C’est une logique de description (DL)‏ OWL Full Expressivité maximale, pas de garantie sur les résultats de calculs

73 Ontology Web Langage Toute ontologie OWL Lite valide est une ontologie OWL DL valide Toute ontologie OWL DL valide est une ontologie OWL Full valide Toute conclusion valide de OWL Lite est une conclusion valide de OWL DL Toute conclusion valide de OWL DL est une conclusion valide de OWL Full

74 Ontology Web Langage Exemples x x


Télécharger ppt "Les Systèmes d’Information Sémantiques S. Garlatti."

Présentations similaires


Annonces Google