La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

MISE A NIVEAU DES CONNAISSANCES EN SECOURISME DES INTERVENANTS AU SEIN DU DEPARTEMENT DU RHÔNE DE KARATE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "MISE A NIVEAU DES CONNAISSANCES EN SECOURISME DES INTERVENANTS AU SEIN DU DEPARTEMENT DU RHÔNE DE KARATE."— Transcription de la présentation:

1 MISE A NIVEAU DES CONNAISSANCES EN SECOURISME DES INTERVENANTS AU SEIN DU DEPARTEMENT DU RHÔNE DE KARATE

2 27/03/20092

3 3

4  Première réanimation dans l’ancien testament par le prophète Elie (1 Rois ).  Hippocrate (les Aphorismes, 400 ans avant J.-C. ) «ceux qui souffrent de syncopes sévères et répétitives sans cause démontrée meurent subitement».  Mort subite chez le sportif : Pheidippides, bataille de Marathon.  Pour annoncer la victoire à Athènes, Φειδιππιδης, s'écroule après avoir parcouru plus de 200 km en deux jours, victime d’une mort subite. 27/03/20094

5  Les techniques de réanimation cardio-pulmonaire (RCP) actuelles ont été développées aux Etats-Unis par P. Safar, J. Jude et W. Kouwenhoven dans les années  En 1947 à Cleveland (Etats-Unis), C. Beck a pratiqué la première défibrillation interne.  Le défibrillateur externe portable est mis au point aux Etats-Unis entre 1955 et 1960 grâce aux travaux de P. Zoll et de B. Lown.  Le défibrillateur semi-automatique externe (DSAE) a été créé à Portland (Etats-Unis) par A. Diack et R. Rullman à la fin des années 70.  Finalement, le premier Service mobile de réanimation (SMUR) a été mis en place en 1965 à Belfast (Irlande du Nord) par F. Pantridge. 27/03/20095

6  En France, avec un peu de retard….  – 1991 : Etude expérimentale de DSA à Lyon  – 1998 : Décret autorisant le DSA aux personnes de secours non-médecins  – 2007 : utilisation DEA par tous… ………. 27/03/20096

7 7

8 8

9 Affection respiratoire 15 % Enfant Noyé Affection cardiaque 80 % Adulte IDM, Troubles rythme Divers 5 % 27/03/20099

10  Reconnaître les urgences qui peuvent nécessiter des gestes de RCP  Prévenir le plus rapidement possible les services de secours 27/03/200910

11 Vérifier la réactivité Signes de vie Libérer les VAS Vérifier la respiration (ignorer Gasps) 30 Massages cardiaques (au milieu de la poitrine) 30 Massages cardiaques (100 par minute) et 2 ventilations/30 MCE 27/03/200911

12 Vérifier la réactivité Signes de vie Libérer les VAS Vérifier la respiration (ignorer Gasps) 30 Massages cardiaques (au milieu de la poitrine) 30 Massages cardiaques (100 par minute) et 2 ventilations/30 MCE 27/03/200912

13  S’assurer de l’absence de danger  S’assurer de l’inconscience de la victime en la secouant légèrement  Si suspicion de traumatisme cervical  Signes de vie (conscience, réactivité, respiration normale) 27/03/200913

14  15  Après avoir vérifié la respiration 27/03/200914

15 Vérifier la réactivité Signes de vie Libérer les VAS Vérifier la respiration (ignorer Gasps) 30 Massages cardiaques (au milieu de la poitrine) 30 Massages cardiaques (100 par minute) et 2 ventilations/30 MCE 27/03/200915

16  Libérer les Voies Aériennes Supérieures  Chez le sujet inconscient la perte du tonus musculaire entraîne une chute de la langue et une obstruction par l’épiglotte 27/03/200916

17 Manœuvres d’ouverture des VAS  Positionner tête en arrière (Plat de la main placée sur le front fait pression en bas et arrière)  et lever le menton (deux doigts de l’autre main placés sous le menton soulèvent la mâchoire inférieure) 27/03/200917

18 Vérifier la réactivité Signes de vie Libérer les VAS Vérifier la respiration (ignorer Gasps) 30 Massages cardiaques (au milieu de la poitrine) 30 Massages cardiaques (100 par minute) et 2 ventilations/30 MCE 27/03/200918

19  Placer son oreille près de la bouche Entendre le bruit du souffle Sentir le flux d’air Voir se soulever la cage thoracique  Maximum 10 secondes 27/03/200919

20  Absence de mouvement respiratoire ou respiration inadéquate (gasp)  Respiration anormale, signes d’obstruction des VAS  Respiration satisfaisante Manœuvre de RCP Désobstruction des VAS Position de sécurité 27/03/200920

21  Empêche l’obstruction des VAS par la langue et l’épiglotte  Permet le drainage des secrétions 27/03/200921

22  Position la plus latérale possible avec la tête inclinée permettant l’écoulement de secrétions  Eviter une compression thoracique compromettant la respiration  Mobilisation latérale- dorsale facile et en sécurité (traumatisé)  Ne pas occasionner de séquelle 27/03/200922

23 Vérifier la réactivité Signes de vie Libérer les VAS Vérifier la respiration (ignorer Gasps) 30 Massages cardiaques (au milieu de la poitrine) 30 Massages cardiaques (100 par minute) et 2 ventilations/30 MCE 27/03/200923

24  Doute = massage cardiaque Plan dur …sol 27/03/200924

25  Application rythmique et en série d’une pression sur la moitié inférieure du sternum  Création d’un flux sanguin par compression cardiaque par majoration de la pression intrathoracique 27/03/200925

26 Partie inférieure du sternum (ligne mamelons) Ne pas appuyer les doigts 27/03/200926

27  Bloquer les épaules dans l’axe – bras tendus  Pression verticale  Enfoncement sternum 4-5 cm  Relâcher complètement la pression en gardant la position  Si possible se relayer 2 min 27/03/200927

28  Fréquence des compressions 100 par minute  Durée compression = durée décompression  Rapport compression-ventilation : 30/2  tant que la trachée n’est pas intubée 27/03/200928

29 Vérifier la réactivité Signes de vie Libérer les VAS Vérifier la respiration (ignorer Gasps) 30 Massages cardiaques (au milieu de la poitrine) 30 Massages cardiaques (100 par minute) et 2 ventilations/30 MCE 27/03/200929

30  Moyen sûr et efficace de fournir de l’oxygène (expiré) et une ventilation  Position tête en arrière et menton levé  Pincer les narines  Appliquer les lèvres autour de celles de la victime (étanchéité)  Vérifier les mouvements du thorax Bouche à bouche 27/03/200930

31  Nombre d’insufflations si RCP : cycle de 30 MCE et 2 VA 5 cycles en 2 minutes  Durée 1 seconde par insufflation  Volume 500 ml (6-7 ml/kg)  (diminuer le risque de dilatation gastrique et retour veineux) Bouche à bouche 27/03/200931

32 Si ventilation difficile ou impossible  Rechercher obstruction VAS  Repositionner la victime Bouche à bouche 27/03/200932

33 Si impossibilité d’ouvrir la bouche (trismus) Si blessure buccale importante Si impossibilité d’étanchéité  Position tête arrière avec bouche fermée  Expiration peut nécessiter ouverture buccale Bouche à nez (équivalent) 27/03/200933

34  Commencer par un cycle de 5 ventilations  Pour le public cycle de 30/2 (15/2 pour 2 sauveteurs expérimentés)  MCE Dépression thorax 1/3 de sa hauteur 27/03/200934

35  Importance du massage cardiaque  Masser vite et fort 100/min  (30 MCE/2 ventilations)  Interrompre le massage le moins longtemps possible (intubation, défibrillation…)  Accès rapide défibrillateur automatisé externe 27/03/200935

36 27/03/200936

37 27/03/200937

38 « Foé s'est pourtant écroulé seul, près du rond central, loin de l'action de jeu. Les yeux révulsés, les mâchoires serrées, il est resté inanimé sur le terrain ». 27/03/200938

39 Dans un premier temps, les secouristes lui ont débloqué la mâchoire pour lui empêcher d'avaler sa langue. Puis, six minutes plus tard, il a été évacué sur une civière et immédiatement placé sous assistance respiratoire par les pompiers. Il a rapidement été déterminé que son état de santé ne permettait pas de le transporter. Il a donc été placé en réanimation dans le bloc médical du stade Gerland, équipé de systèmes médicaux sophistiqués, comme le stipulait le cahier des charges de la Coupe du monde 1998 ». 27/03/200939

40 ILCOR International liaison commitee on resuscitation ERC European resuscitation council 27/03/200940

41  Origine Cardiovasculaire 95%  Troubles du rythme ventriculaire 88 %  Commotio Cordis (20 %) pour certains sports (Maron BJ)  Causes circulatoires (hypovolémique, rupture anévrysme)  Causes non cardiovasculaires (Asthme, dopage…) 27/03/200941

42  Prévient la dégradation de la FV en asystole  Augmente les chances de succès de la défibrillation 27/03/200942

43 Meilleur déterminant de survie Les chances de survie pour un patient en FV sans défibrillation diminuent de 7 à 10 % par minute Défibriller dans les 5 minutes 27/03/200943

44 Accès public aux défibrillateurs Évolution la plus importante depuis la RCP 27/03/200944

45 MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret no du 4 mai 2007 relatif à l’utilisation des défibrillateurs automatisés externes par des personnes non médecins et modifiant le code de la santé publique (dispositions réglementaires) « Art. R − Toute personne, même non médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe répondant aux caractéristiques définies à l’article R » 27/03/200945

46  Si arrêt prolongé (3-5 minutes) commencer par RCP pendant 2 min (5 cycles de 30/2)  Puis défibriller 1 choc (FV succès 90 %)  Reprendre 5 cycles de RCP 30/2 27/03/200946

47  Normalement, le cœur a une activité électrique régulière qui provoque 60 à 80 contractions des ventricules à la minute (rythme sinusal). Rythme cardiaque normal. régulier,. organisé,. uniforme. 27/03/200947

48  L’activité électrique régulière du cœur peut se désorganiser et devenir complètement irrégulière on parle de fibrillation ventriculaire. Le cœur bat toujours mais la circulation du sang n’est plus assuré. Rythme cardiaque anormal. irrégulier,. désorganisé,. désordonné. 27/03/200948

49  Après quelques minutes et sans traitement immédiat, le manque d’oxygène entraine un affaiblissement de l’activité du cœur, jusqu’à sa totale disparition : c’est l’ASYSTOLIE ou arrêt cardiaque complet Pas de rythme cardiaque 27/03/200949

50 Activité normale Activité irrégulière, désorganisée Pas d’activité 27/03/200950

51 27/03/200951

52 27/03/200952

53 arrêt FV 4 min8 min12 minsurvie 2 % défibrillation tardive RCP précoce + DSA tardive 8 % alerte immédiate + RCP précoce + DSA précoce 20 % alerte immédiate + RCP précoce + DSA précoce + soins spécialisés % alerteRCPDSAsoins spécialisés 27/03/200953

54 27/03/200954

55  La défibrillation consiste à délivrer un choc électrique instantané de haute énergie (jusqu'à 360 voir 400 joules représentant dans des conditions normales une tension de 3 à 4000 volts) de telle sorte que la décharge traverse le myocarde.  On réalise une sorte de remise à zéro électrique de toutes les cellules du coeur pour leur permettre de retrouver leur synchronisation initiale 27/03/200955

56  Composé d'un boîtier connecté à deux électrodes pré gélifiées, autocollantes.  Lorsque l'appareil est mis en marche, la manipulation est guidée par une voix de synthèse.  Dès que les électrodes sont branchées, le tracé est automatiquement analysé.  La voix conseille ou déconseille le choc électrique.  En l’absence de choc conseillé, La voix de synthèse conseille de contrôler la présence d'un pouls et, si nécessaire, de poursuivre la RCP.  Le DSA/DEA fonctionne avec une pile de lithium de grande autonomie et est rechargeable sur secteur. La plupart des appareils modernes délivrent des chocs bi phasiques (entre 130 J et 200 J). Le poids de l'appareil varie entre 0,5 et 2 kg et le prix actuel avoisine les 2000 €. synchronisation initiale 27/03/200956

57  les défibrillateurs entièrement automatiques, de part la conception de leur logiciel, imposent un temps plus long avant de délivrer le choc que les DSA. Le choc étant déclenché automatiquement par la machine, il faut laisser le temps aux personnes autour de la victime de réagir et de s'éloigner. Cette différence est de 10 secondes minimum. Dans certains cas elle peut aller jusqu'à 20 secondes 27/03/200957

58 27/03/200958

59 Connecteur pour les électrodes Etat de la batterie Ecran d’indications Haut-Parleur d’indications Bouton Marche/Arrêt Boutons de réglage Bouton de déclenchement du choc 27/03/200959

60 27/03/200960

61 27/03/200961

62 27/03/200962

63 Depuis juin 2004, la défibrillation est utilisable chez l'enfant de 1 à 8 ans (Circulaire du 28 juin 2004). Dans le cas des enfants, l'arrêt cardiaque n'est qu'exceptionnellement dû à une fibrillation ventriculaire (environ 1 ‰). Dans la plupart des cas, l'arrêt est consécutif à un manque de d'oxygène (noyade, étouffement, intoxication, apnée spontanée), les tissus cardiaques étant jeunes et sains. La pose des patch du DSA est la plupart du temps inutile et retarde les manœuvres de réanimation qui elles, ont une très grande efficacité. 27/03/200963

64 Il existe toutefois de rares cas où le cœur sera effectivement en fibrillation ventriculaire, notamment en cas de malformation cardiaque ou si l'arrêt cardiaque est dû à un choc électrique. La procédure d'intervention sur un enfant entre un et huit ans prend donc en compte cette particularité en demandant la pratique de la réanimation cardio- pulmonaire durant une minute avant, la pose d'un DSA à ondes bi phasiques), si le pouls n'a pas repris. 27/03/200964

65 On peut utiliser des électrodes spécifiques pour enfant, et les poser conformément aux indications du constructeur. À défaut, on utilisera des électrodes « adulte » qui seront placées, une sur la face avant du thorax et une dans le milieu du dos, entre les deux omoplates. 27/03/200965

66  Énergie délivrée  Onde biphasiques de faible énergie  Électrodes enfants  Accroissement de l’impédance  Dérivation du courant 27/03/200966

67 27/03/200967

68  enfants : moins de 1ans  pas d’utilisation dans un véhicule en mouvement 27/03/200968

69  timbre autocollant médicamenteux (patch) :  le retirer et essuyer la zone avant de coller l’électrode  stimulateur cardiaque ( sous la clavicule droite ) :  ne pas coller l’électrode au- dessus du boîtier  coller l’électrode environ 1 cm en dessous. 27/03/200969

70 éloigner les téléphones portables à plus de 3 m ne pas laisser la victime sur un élément métallique ne pas utiliser sous la pluie : mettre la victime à l’abri ne pas utiliser sur une victime mouillée : essuyer le thorax avant ne pas utiliser en atmosphère explosive 27/03/200970

71  Toujours prendre connaissance du guide de l’utilisateur  Ne jamais modifier le réglage interne du défibrillateur 27/03/200971


Télécharger ppt "MISE A NIVEAU DES CONNAISSANCES EN SECOURISME DES INTERVENANTS AU SEIN DU DEPARTEMENT DU RHÔNE DE KARATE."

Présentations similaires


Annonces Google