La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La souffrance au travail n’épargne pas les médecins Madeleine Estryn-Behar*, Clémentine Fry, Max-André Doppia, Gérard Machet, Dominique Muster *Praticien.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La souffrance au travail n’épargne pas les médecins Madeleine Estryn-Behar*, Clémentine Fry, Max-André Doppia, Gérard Machet, Dominique Muster *Praticien."— Transcription de la présentation:

1 La souffrance au travail n’épargne pas les médecins Madeleine Estryn-Behar*, Clémentine Fry, Max-André Doppia, Gérard Machet, Dominique Muster *Praticien hospitalier en médecine du travail, épidémiologiste, docteur en ergonomie, Hôtel-Dieu, AP-HP, Place du Parvis Notre Dame Paris, France. European Union 5th framework QLK6-CT ANMTEPH : Ministère de la Santé 22 septembre 2010

2 Enquête longitudinale 623 institutions dont 56 en France En 2003 : répondants dans10 pays européens dont en France Taux de réponse 51,4% En 2004 : répondants dans 8 pays européens dont en France Entre les deux recueil de questionnaires de soignants partis de leur établissement Échantillon initial: médecins ont rempli en ligne dont 47,1% de femmes dont anesthésie réanimation 19,1% ; médecine incluant les urgentistes 42,2% ) Échantillon représentatif: Pour éviter les biais, médecins ont été tirés au sort parmi la totalité de la base selon les quotas, permettant de correspondre aux caractéristiques démographiques de la population des médecins salariés français (Drees):  Sexe : 42,5% de femmes.  Age : 8,2% < 35 ans, 33,8% ans. 34,5% ans et 23,6% 55 ans et plus  Régions: Distribution correspondant à celles des 23 régions  Spécialités: Distribution correspondant à celles des spécialités (anesthésie réanimation 16,3% ; médecine incluant les urgentistes 38,5% )

3 Resultas : Hygiène de vie Près de la moitié des médecins ne pratiquent pas de sport, pas même mensuellement ( ns F/H) N = % fument occasionnellement 15.3% fument chaque jour (ns F/M) Pause repas les jours de travail p<0.05 Femmes Hommes Tous les j 56,9% 49,7% Parfois 15,1% 15,8% Jamais 27,9% 34,5% Parts de Fruits ou légumes par jour p<0.001 Femmes Hommes 4 ou plus / jour 46,0% 35,1% 0 à 3 / jour 54,0% 64,9%

4 Résultats : caractéristiques socio-demographiques Score de conflits travail/famille (p<0.001) p<0.001 N= La vie professionnelle a été un obstacle pour avoir des enfants (p<0.001) 17,7% des femmes médecins salariées de 55 ans ou plus n’ont pas eu d’enfants 5,8% des hommes médecins salariées de 55 ans ou plus n’ont pas eu d’enfants

5 Score de burnout = épuisement professionnel lié au travail (Copenhagen Burnout Inventory = CBI) Vous sentez-vous fatigué(e)? Vous arrive-t-il d'être épuisé(e) physiquement? Vous arrive-t-il d'être épuisé(e) émotionnellement? Vous arrive-t-il de penser : "Je n'en peux plus"? Vous sentez-vous exténué(e)? Vous arrive-t-il de vous sentir faible et prédisposé(e) à être malade? Jamais/presque jamais  1 Rarement  2 Quelques fois  3 Souvent  4 Toujours  5 Score : moyenne des six items alpha de Cronbach 0,88 Elevé ≥3

6 Pourcentage de soignants avec un score élevé de burnout (CBI) Paramédicaux

7 Score de burnout (= épuisement émotionel) lié au travail avec les patients A quelle fréquence... - Trouvez-vous difficile de travailler avec des patients ? - Trouvez-vous frustrant de travailler avec des patients ? - Travailler avec des patients vous vide-t-il de votre énergie ? - Avez-vous l'impression de donner d'avantage que vous ne recevez lorsque vous travaillez avec des patients ? - Êtes-vous fatigué de travailler avec des patients ? - Vous demandez-vous parfois combien de temps vous allez être capable de continuer à travailler avec des patients ? Jamais/presque jamais  1 Rarement  2 Quelques fois  3 Souvent  4 Toujours  5 Score : moyenne des six items alpha de Cronbach 0,85 Elevé ≥3

8 Pourcentage de soignants avec un score élevé de burnout lié au travail avec les patients Paramédicaux France 2003

9 Pourcentage de médecins avec un score élevé de burnout lié aux patients (P-CBI) Un fonctionnement en équipe pluridisciplinaire Un travail supervisé (psy, groupe de parole…) N=

10 Pourcentage d’infirmiers avec un score élevé de burnout lié aux patients (P-CBI) Un fonctionnement en équipe pluridisciplinaire Un travail supervisé (psy, groupe de parole…) N=

11 Intention d’abandonner la profession (IAP) au moins une fois par mois parmi les soignants Paramédicaux N=39 898N= Médecins ,4%

12 Intention d’abandonner la profession Intention de quitter le public pour le privé Démarches pour changer de secteur Démarches entreprises Non, mais j’y pense N= N= N= Différences non significatives entre médecins de l’échantillon représentatif ( MER) et médecins anesthésistes réanimateurs (MAR) Différences significatives entre MER et MUR

13 Score de qualité du travail d’équipe en France (Cronbach’s alpha =.78) Pourcentage ayant une forte insatisfaction pour chaque variable du score soignants FR CHU Médecins. du soutien psychologique reçu au travail 66,1% 63,9% 67,2%. de l’utilisation de vos compétences 36,4% 37,5% 46,3%. de vos possibilités de donner à vos patients la qualité des soins dont ils ont besoins 49,5% 41,2% 48,0%. de vos perspectives professionnelles 37,4% 36,3% 44,9% A quelle fréquence. devez vous réaliser des tâches pour lesquelles vous n’êtes pas suffisamment qualifiés? 23,5% 30,8% ( 38,0%). recevez-vous des informations, importantes pour votre travail, insuffisamment ou trop tard? 39,3% 34,6% ( 50,1%) Dans votre service, y a-t-il des opportunités de discuter des questions professionnelles pour vous importantes? Non ou brièvement 58,0% 62,7% 57,0%

14 Score de qualité du travail d’équipe

15 Burnout et qualité du travail d’équipe Qualité élevée moyenne faible Burnout

16 Liens de l’IAP et des démarches pour changer avec la qualité du travail d’équipe Pourcentage de médecins ayant une intention fréquente d’abandonner leur profession selon leur score de qualité du travail d’équipe p<0,001 N= N= Pourcentage de médecins ayant entrepris des démarches pour changer de lieu ou de mode d’exercice selon leur score de qualité du travail d’équipe p<0,01

17 Intention d’abandonner sa profession et burnout 10,8 % de soignants paramédicaux sans burnout pensent abandonner leur métier 27,4 % de soignants paramédicaux avec burnout pensent abandonner leur métier Pour les médecins sans burnout 10,3% versus 27,6% avec burnout % avec fréquente intention d’abandonner Parmi les soignants avec un score faible de burnout Parmi les soignants avec un score élevé de burnout

18 Score de charge émotionnelle (score validé en rapport avec la confrontation à la mort, la maladie la douleur, les agressions) Tous les paramédicaux y sont majoritairement confrontés avec une intensité très voisine selon les pays. Les médecins y sont confrontés de façon similaire

19 Mais les conditions du travail d’équipe diffèrent 1. Insatisfaction des transmissions entre équipes successives Paramédicaux 2003 Figure 1

20 Insatisfaction du soutien psychologique Paramédicaux 2003 Médecins ,2% Insatisfaits Très insatisfaits

21 Burnout et soutien psychologique au travail 17,5 % de soignants souffrant de burnout lorsqu’ils sont satisfaits 40,7 % de soignants souffrant de burnout lorsqu’ils sont insatisfaits Pour les médecins 25% souffrent de burnout lorsqu’ils sont satisfaits du soutien psychologiques reçu au travail versus 51,7% lorsqu’ils en sont insatisfaits Satisfaits du soutien psychologique Insatisfaits du soutien psy % avec un score de burnout élevé

22 Insatisfaction des possibilités de donner aux patients la qualité des soins dont ils ont besoin Paramédicaux 2003 Médecins ,9% Insatisfaits Très insatisfaits

23 Burnout et satisfaction de la qualité des soins 21,3 % de soignants souffrant de burnout lorsqu’ils sont satisfaits 36,3 % de soignants souffrant de burnout lorsqu’ils sont insatisfaits Pour les médecins 52,4%souffrent de burnout quand la qualité des soins est insatisfaisante versus 34,3% lorsqu’elle est satisfaisante selon eux Satisfaits de la qualité des soins Insatisfaits de la qualité des soins % avec un score de burnout élevé

24 Pourcentage de soignants souffrant de burnout selon qu’ils craignent ou non de faire des erreurs 19,1% de soignants paramédicaux souffrent de burnout lorsqu’ils craignent peu l’erreur 31,4 % de soignants paramédicaux souffrent lorsqu’ils craignent souvent les erreurs Pour les médecins 31% souffrent de burnout quand ils craignent peu les erreurs versus 50,5% lorsqu’ils les craignent souvent % avec un score de burnout élevé

25 Pourcentage de soignants souffrant de burnout en lien avec l’incertitude sur les traitements à entreprendre 21,8 % de soignants souffrant de burnout lorsqu’ils ont peu d’incertitude 39,4 % de soignants souffrant de burnout lorsqu’ils sont très incertains Pour les médecins 37,2% souffrent de burnout quand ils ont un score d’incertitude faible versus 46,9% lorsque ce score est élevé Paramédicaux : faible incertitude forte incertitude % avec un score de burnout élevé

26 Infirmiers, IDE spécialisés et médecins disant fréquemment ne pas savoir ce qui peut être dit aux patients sur leur traitement et leur état 2003

27 Avez-vous assez de temps pour parler aux patients ? Paramédicaux 2003 Médecins % Rarement Jamais

28 Groupes de parole p<0,001 Médecins comme paramédicaux souhaitent participer à des réunions avec une personne formée aux aspects psychologiques

29 Perturbé(e) par l'augmentation des tâches administrative en France p<0,001 Les médecins et IDE déclarent le plus être perturbé(e)s par l’augmentation des tâches administratives. Ce sont aussi eux qui déclarent le plus de crainte des erreurs.

30 Pourcentage de soignants souffrant de burnout en lien avec le score de demande quantitative au travail 13,3 % de soignants avec burnout s’ils ont une demande quantitative basse 21,8 % de soignants avec burnout s’ils ont une demande quantitative moyenne 40,8 % de soignants avec burnout s’ils ont une demande quantitative élevée Paraméd : basse moyenne élevée % avec un score de burnout élevé

31 Burnout et soutien des supérieurs 24 % de soignants souffrent de burnout lorsque soutien élevé 28,8 % de soignants souffrent de burnout lorsque soutien moyen 38,8 % de soignants souffrent de burnout lorsque soutien faible Pour les médecins 36.2% souffrent de burnout lorsqu’ils ont un soutien des supérieur élevé, 41.6%lorsque ce soutien est moyen et 47,7% lorsqu’il est faible Paramédicaux : élevé moyen faible % avec un score de burnout élevé

32 Violence de la part des patients ou des familles au moins chaque mois ? 2003 Médecins ,5%

33 Burnout et violence des patients ou des familles Pourcentage de soignants avec burnout Nombre de soignants exposes a la violence

34 Deux fois plus de violence quand l’information circule mal L’exposition aux épisodes violents augmente avec l’in satisfaction concernant la circulation de l’information (Europe) Satisfaction des transmissions Incertitude sur les traitements Interruptions fréquentesOrdres contradictoires Violence mensuelle +

35 Pourcentage de soignants déclarant être harçelés par leurs supérieurs Paramédicaux 2003

36 Conflit travail / famille Score = moyenne des réponses de « pas du tout d’accord » à « tout à fait d’accord » - Les exigences de mon travail interfèrent régulièrement avec ma vie familiale et ma vie personnelle. - Fréquemment, le temps que me prend mon travail rend difficile la réalisation de mes responsabilités familiales. - Souvent, les choses que je veux faire à la maison ne peuvent être réalisées en raison des exigences de mon travail. - Les tensions créées par mon travail rendent souvent difficiles l’accomplissement de mes obligations familiales. - En raison de mes activités professionnelles, je dois faire des changements réguliers dans mes activités familiales et personnelles. Soignants de l’échantillon représentatif SER Soignants en anesth. Réa. SAR Soignants aux urgences SUR Médecins de l’échantillon représentatif MER Médecins anesth. réa. MAR Médecins urgentistes MUR Faible39,2%32,8%36,1%23,5%17,9%13.8% Moyen33,7%35,5%35,8%33,2%30,0%36.1% Elevé27,1%31,7%28,1%43,3%52,1%50.1% N p<0,001 Paramédicaux France 2003 Médecins 2008 p<0,001

37 Burnout et conflit entre vie de travail et vie de famille 14,6 % de soignants souffrent de burnout lorsque conflit faible 29,8 % de soignants souffrent de burnout lorsque conflit moyen 49,0 % de soignants souffrent de burnout lorsque conflit élevé Pour les médecins 8,8% souffrent de burnout lorsqu’ils ont un faible score de conflit travail / famille et 28,9% lorsque ce soutien est moyen et 62,3% lorsqu’il est élevé Paramédicaux : bas moyen élevé

38 Quelle influence avez-vous dans la planification de vos horaires? 2003

39 Score de conflit travail / famille des médecins selon la durée hebdomadaire de travail Score de conflit travail / famille parmi les hommes médecins p<0.001 p<0.001 N= Score de conflit travail / famille parmi les femmes médecins p<0.001 N=

40 Organisation du travail et aménagement de l’espace de travail IDE et AS Médecins Violence mensuelle ou plus 39,1% 27,5% Crainte fréquente de commettre des erreurs 44,7% 59,6% Insatisfaits des transmissions 56,5% 38,0% Espace de travail adapté : - Oui, bien adapté 39,6% 45,9% - Non, exigu ou mal reparti 40,7% 27,8% - Non, les 2 difficultés 19,7% 26,2%

41 Rôle respectif des facteurs liés au Burnout (CBI) parmi les médecins salariés Total (N = 1485) Femmes (N=746) Hommes (N=989) Adj. OR p 95% CI Adj. OR p Adj. OR p Conflits trav./famille moyens 2,30 *** 1,56- 3,37 1,63 * 3,00 *** Conflits trav./famille élevés 4,45 *** 3,04- 6,51 4,42 ***4,18 *** Demande quantitative élevée 3,18 *** 1,77-5,74 5,55 *** 1,54 ** Faible qualité travail d’équipe 2,09 *** 1,52-2,88 1,80 ** 2,57 *** Relations équipe tendues 1,63 *** 1,24-2,14 Fréquent harcèlement des sup. 1,69 * Crainte de faire des erreurs 1,89 *** 1,47-2,44 1,83 *** 1,77 *** Faible influence au travail 1,88 *** Rare pause repas jours trav. 1,78 *** Relat. Tendues av. administr. 1,31 * 1,02-1,68 1,63 ** Faible satisfaction salaire 1,29 * 1,01-1,65 1,42 * Absence de sport 1,63 ** Sexe Femmes /Hommes 2,02 *** 1,58-2,59 Age > 45 ans 0,65 **

42 Paramédicaux (n = ) Médecins (n=1 485) Conflits travail/famille élevéx 3,66*** x 4,45 *** Demande quantitative élevée x 2,87 *** x 3,18 *** Faible qualité travail d’équipe x 1,87 *** x 2,09 *** Aides soignants/ Infirmiers x 2,12 *** Crainte des erreurs x 1,78 *** x 1,89 *** Fréquente exposition violence x 1,63 *** Fréquent harcèlement sup. x 1,58 *** Relations tendues eq. soignantex 1,14 *** x 1,63 *** Relations tendues administration x 1,15 *** x 1,31 * Seul(e) avec enfant(s) x 1,51 *** Insatisfaction salaire x 1,23*** x 1,29 * x = le burnout est multiplié par… en présence de ce facteur après prise en compte des autres ainsi que le sexe et l’âge (odds ratios ajustés) Rôle respectif des facteurs liés au Burnout (CBI) parmi les paramédicaux européens et les médecins français

43 Rôle respectif des facteurs liés à l’intention d’abandonner parmi les médecins salariés Total (N=1531) Adj. OR p 95% CI Faible qualité travail d’équipe 3.92 *** Burnout élevé (Patient B) 2.31 *** Burnout élevé (General B) 1.43 * Pas de formation continue 12m * Relat. Tendues av. administr ** Crainte de faire des erreurs 1.61 ** Faible satisfaction salaire 1.33 ns(0.06) Propos. poste ds les soins 1.59 ** Propos. poste hors des soins 2.08** Age 55 ans ou ** Sexe ns

44 Influence de chaque facteur dans une analyse multivariée sur l’intention de quitter la profession Soignants européens NEXT Soignants Français NEXT Médecins Français SEMAT 2003 n= n= n= n= Faible qualité tr. équipex 6,32x 5,04 x 4,51 x 3,92 2. Burnoutx 2,19x 2,30 x 4,28 x 1,43 3. Troubles psycho. Ou burnout lié aux patients x 1,68x 1,50 ns x 2,31 B. lié aux patients 4. Faibles possib. dévelopx 1,48x 1,52 ns x 1,90 0 j. formation 5. Conflits travail/famillex 1,44x 1,69 X 1,75 ns 6. TMSx 1,19ns 7. Ancienneté ou âge >15 ans x 2,1 ≥ 55ans X 3,27 8. Crainte des erreursnsx 1,61 9. Mauvaise qual. sommeilnsx 1, Relat tendues administrnsx 1, Insatisfaction salairensx 1, Propos. poste hors soinsx 2,08 * odds ratios ajustés pour chaque facteur, après prise en compte des autres ainsi que du sexe

45 Les observations ergonomiques de journées complètes permettent de comprendre les déterminants des différences entre travail théorique et travail réel La démarche participative permet de faire des propositions consensuelles qui améliorent le travail d’une profession sans dégrader celui de l’autre NB : disparition quasi générale de la visite ensemble IDE et médecin 1. L’organisation du travail et les distances limitent le temps dans les chambres

46 Cardio matin Cardio ap-midi Ortho matin Ortho ap-midi Méd. ap-midi Pneum ap-midi Gastro ap-midi Chambres Nb Chambres 1 h 471 h 353 h 252 h 091 h 562 h 251 h 59 Chambres % 22,9%20,0%45,2%27,9%20,7%31,5%23,8% Poste Nb Poste % 4,9%12,2%9,0%10,0%7,0%11,2%3,8% Bureaux Nb Bureaux % 57,4%53,5%26,2%42,2%41,1%31,1%53,1% Couloirs Nb Couloirs % 8,5%4,0%6,8%5,6%8,0%6,6%13,4% Temps dans les différents lieux d’infirmières de CHG en 2008

47 Cardio matin Ortho matin Ortho ap- midi Méd. matin Méd. ap- midi Pneum ap-midi Mater matin NéoN. matin Chambres Nb Chambres 4 h 303 h 324 h 374 h 042 h 444 h 263 h 353 h 36 Chambres % 58,7%54,5%59,1%64,2%42,0%59,1%48,0%44% Poste Nb Poste % 1,1%1,8%1,1%1,8%5,0%2,0%7,0%4,0% Bureaux Nb Bureaux % 16,7%6,4%12,5%6,0%9,0%12,2%8,0%3,0% Couloirs Nb Couloirs % 10,2%4,6%10,1%10,2%28,0%6,1%5,0%24% Temps dans les différents lieux d’aides-soignantes de CHG

48 CardioGastroPneumoMéd.Gyn-0.Chir visOrtho Durée poste 11 h1510 h453 h38 + cours 7 h2810 h9 h5511 h Chambres Nb Chambres 2h072h190h341h550h230h040h10 Chambres % 18,8%21,6%15,7%25,7%3,9%0,7%1,5% Bur. IDE Nb (SF)11 Bur. IDE % 12,9%27,6%43,5%3,8%4,6%0,6%0,2% Bur. Med. Nb Bur. Med. % 5,0%3,9%0,4%49,3%15,9%11,0%7,0% Consult. ou Exam spe.Nb Cons. ou Ex.% 37,0%34,6%8,3%06,2%26,5%23,5% Bloc op. Nb 916 Bloc op. % 30,5%33,9%26,5% Réunion % 22,6%16,7% Couloirs Nb Couloirs % 5,2%2,5%12,0%8,0%7,5%1,3%4,5% Temps dans les différents lieux de médecins de CHG en 2008

49 2. Le temps pris par la saisie et la recherche d’informations et de matériel et la préparation des soins(soins indirects) réduisent le temps dans les chambres pour les soins directs L’approvisionnement, la circulation de l’information et les logiciels utilisés peuvent être améliorés

50 IDEP matin Pneumo Médecin Pneumo IDE Gastro Médecin Gastro IDE ap.midi Médecin Médecine Médecin néonat Soins relationnels 7,6%22,0%19,6%30,6%11,5% 18,1%18,3% Soins tech. Dir./ ex clin. 17,0 %2,8%14,6%23,7%11,5% 5,4%14,8% Soins base dir. 1,1%0,4%1,6%04,2% 0 Soins indirects 21,5%015,1%013,0% 0 Hygiène 4,8%NR2,8% 2,0% 1,5% Écriture 13,7%29,2%32,0%16,7%27,2% 27,4%43,6% Trans. orale 25,0%29,2%18,5%31,6% 12% 6,3% 4,9% Concertation 5,0% 32,8% Déplacements longs 2,6%12,1%7,9%8,0% 4,9%10,1% Pause concertation 6,5%5,0%3,1%12,5% 8,3% 4,9% + autre 4,6% Ecriture, soins indirects et déplacements en CHG en 2008

51 AS 7 h 15 – 14 h 15 IDE 6 h 50 – 14 h 40 IDE 7 h – 15 h IDE 21 h 23 – 7 h 14 Cadre 8 h 35 – 17 h 20 Interne 8 h 35 – 19 h 28 Soins relationnels3,2%0,8%10,1%2,6%6,9%+ 9,4% Tour des chambres 13,4% Soins tech. Dir.1,2%17,8%12,0%7,5% 2,2% Exam. clin Soins base dir.21,3%0,4%1,5%1,1% Soins indirects17,4%21,8%15,1%19,3% Hygiène10,5%7,0%3,9%1,2% Écriture2,2%4,7%12,5%10,4%16,2% 20,1% Trans. orale13,4%15,1%2,6%4,4% 6,3% Concertation4,2%8,8%11,1%45,9% 36,7% Déplacements8,8%5,3%17,4%1,5%3,1% 6,1% Pause concertation 15,9%10,6%9,5%34,6%6,9% 8,8% Autres3,9%12,1% tutorat 10,5%7,5% 1,2%+ 4,7% enseign. aux externes Ecriture, soins indirects et déplacements en hématologie CHU en 2007

52 3. Les interruptions sont nombreuses et prennent un grand pourcentage du temps de travail Importance de réduire les interruptions pour la prévention des erreurs et évènements indésirables La qualité des transmissions est primordiale

53 Cardio matin Cardio ap-midi Méd. matin Méd. ap-midi Pneum ap-midi Gastro ap-midi % du temps de travail 9,0 %18,5 %24,3%15,2%7%12,8 % Nombre Transmission prise de poste 11 min38 min10 min9 min23 mn12 min Transmission fin de poste 12 min20 min8 min28 min15mn37min Interruptions et problèmes dans le travail d’infirmières de CHG en 2008 Les transmissions ne sont pas sectorisées et concernent un grand nombre de malades. L’IDE partante expose, les autres parlent très peu

54 Cardio matin Ortho matin Ortho ap- midi Méd. matin Méd. ap- midi Pneum ap- midi Gastro ap- midi % du temps de travail pour interruptions 15 %14,6 %19,3 %5,5%7,2%6,1%14,7 % Nombre Transmission prise de poste 16 min9min14 min10 min15 min35 mn0 Transmission fin de poste 6 min16 min08 min17 min30 mn0 Interruptions et problèmes dans le travail d’aides- soignantes de CHG en 2008

55 Cardio matin Méd. ap- midi Pneum ap-midi Gastro ap-midi % du temps de travail pour interruptions 13,1 %14,8%13,8%14,8% Nombre Interruptions et problèmes dans le travail de médecins de CHG en 2008

56 4. Le manque de coordination entre les différents professionnels fait perdre du temps aux autres au détriment du temps disponible auprès des patients Le manque de discussion pluridisciplinaire ne permet pas de « métaboliser » les évènements difficiles

57 Cardio matin Méd. matin Méd. ap- midi Pneum ap-midi Gastro ap-midi Patients16,9%5,8%7,4%18%11,0 % Familles1,9%0,4%2,5%5%4,4 % Collectif sans médecin 9,6%6,4%5,6%10%15,6 % Médecin(s)4,9%6,6%2,5%8%20,6 % Cadre 1%1,0 % IDE2,3%1,2%5,9%3%2,2 % AS1,7%0,6%2,5%2%1,8 % EI1,4%12,2%4%7,0 % Autres1,2%1,1%0,1%1%8,4% Téléphone3,2%2,4%4,9%2% Sans échange66,9%63,3%67,6%46%28,0 % Echanges parlés (% du temps ) d’infirmières de CHG en 2008

58 Cardio matin Ortho. Ap. midi Méd. matin Méd. ap- midi Pneum ap-midi Gastro ap-midi Techniq. Patients29,8%32,7%30,1%4,5%24,3%5,4% Familles0,4%3,5% 0,4%3,5%3,0% Collectif sans médecin 7,2%8,2%2,4%10,5%14,1%0,6% Médecin(s)1,1%0,4%0,9%1,5%0,4%1,0% Cadre2,0% 1,7% IDE6,5%5,5%9,5%1,1%0,4%8,9% AS15,4%14,7%26,8%2,6%41,1%1,3% EI1,5%0,8% Autres7,6%2,7%1,1%0,4%3,5% Téléphone0,2% 4,3% Sans échange31,8%34,2%23,9%78,4%14,5%72,0% Échanges parlés (% du temps ) d’aide-soignantes en 2008

59 CardioOrtho.Méd.PneumGastro. Patients25,9%6,1%11,8%21,1%14,3% Familles4,4% 1,6%4,1% 3,9% Collectif avec paramédicaux 5,9% 3,6 %0,5%3,0% Médecin(s)8,9%5,5%17,4%6,4%12,6% Cadre2,2% 0,3% IDE4,9%2,3%7,8%10,6%23,7% AS 0,7%1,4%6,4% EI Autres8,5%18,4% dt Clin 6,0%11,1%6,1% Téléphone1,9% 4,9%6,4%7,1% Sans échange47,4%66,7%39,0%38,4%35,6% Échanges parlés (% du temps ) de médecins en 2008

60 6. L’organisation est tributaire de l’espace

61 Réanimateur : difficulté pour se concentrer et écrire Circulation info écrite : 27% du temps + 1% dictée du courrier = 2h41, avec seulement 71 min de cette activité dans un bureau au calme. Pic à 72.2 dB durant la dictée Tous les courriers, les dossiers, ont été dictés rédigés ou lus au niveau du plan de travail dans un brouhaha constant, l’esprit toujours en prise avec l’environnement direct, (s’interrompt, répond, même si il n’est pas censé écouter), entre le bruit des alarmes des scopes, et celui de l’alarme incendie les couvrant tous, la circulation de l’équipe, et des malades en lits, durant les entrées ou les mutations La sortie de la patiente du 4 s’est faite au niveau de la banque, avec dB de niveau sonore moyen équivalent enregistré sur 4 heures.

62 Réa CHG 2009 : L’éclairage des boxes est très insuffisant pour des soins précis et urgents alors que 500 lux sont nécessaire pour lire et 1000 lux pour prélever En Lux (artificiel) BOX 1BOX 2BOX 3BOX 4BOX 5BOX 6BOX 7BOX 8 Plan trav (146) 48 (104) 62 (94) 45 (95) Lit (170) Moniteur (200)

63 Le travail assis est rare et les postures pénibles fréquentes Réanim 1 24h Réanim 2 24h IDE 1IDE 2AS Horaire observé 8h20- 18h30 7h h 45 7h30- 20h16 7h45- 20h15 % temps en postures très pénibles 2%1%27%8%5% Nombre de postures très pénibles % de temps en postures pénibles 6%5%20%14%4% Nombre de postures pénibles % de temps debout 55%35% 58%71% Nombre de fois debout % de temps assis 38%60%20%19%20% Nombre de fois posture assise %

64 Redonner du temps au soin et à la concertation dans l'équipe C ’est possible par : la réduction des temps de déplacements (pour rechercher l'information, le matériel, pour aller en consultation dans un autre bâtiment…) la réduction des interruptions, qui peuvent occuper plus du tiers de la journée de travail l'allègement de la pénibilité physique, cause de bien des arrêts de travail un dimensionnement des locaux approprié (au travail réel, au nombre d'intervenants simultanés…) la facilitation d’échanges longs et riches, et la réduction des échanges brefs de consignes souvent mal interprétées

65 Augmenter le temps de permanence dans les chambres et ainsi amélioration de la prise en charge des patients par : Réduction des temps de déplacement, et d’interruption Partage des informations des différents professionnels, intervenant auprès des mêmes malades, complet et peu interrompu Equilibre entre temps réservé à la traçabilité des actes et temps réservé aux soins Facilitation de la préparation des soins et l’évacuation des retours sales Rationalisation des réserves (meilleure conception des locaux de préparation de soins, des réserves, d’évacuation des retours sales). Proximités logiques entre les locaux où se déroulent les différentes activités des médecins (examens cliniques, suivi des dossiers des résultats et des prescriptions, examens nécessitant un équipement spécifique, consultations, blocs opératoires…).

66 Rendre plus aisé, par les aménagements et l’organisation, la mise en œuvre de la prise en charge globale et pluridisciplinaire des patients Sectorisation de la prise en charge pluridisciplinaire d’un groupe de malades  pour améliorer la connaissance globale des informations relatives à cette prise en charge  pour valoriser l’approche multidisciplinaire de cette prise en charge au cours d’échanges réguliers  pour promouvoir l’éducation du patient comme partenaire de santé  pour accompagner l’aspect psychologique et émotionnel de cette prise en charge de la personne, dans tous les stades de la maladie et en fin de vie Formations et réunions au niveau du pôle  pour comprendre les protocoles et les organisations, les discuter, les évaluer Développer les fonctions de soignant référent, tuteur avec décharge d’1/3 de patients pour encadrer étudiants et nouveaux.La polyvalence n’est envisageable que pour le pool de remplacement qui peut être au niveau du pôle Rapprocher les consultations des hospitalisations de la même spécialité, maintenir les secrétariats de spécialité

67 La salle de détente proche est une nécessité pour réduire le stress La recherche de pauses non interrompues et coupées des besoins du service est un mythe. En l’absence de salle de détente proche les soignants utilisent tout lieu proche plus ou moins compatible Le besoin d’échanges devant des évènements émotionnellement lourds ou des risques d’évènements violents sont fréquents et impromptus. Leur facilitation est indispensable pour réduire le burnout et souder les équipes pour une meilleure attention aux besoins des patients et familles. Un lieu proche permet ces moments de debriefing tout en restant disponibles pour répondre aux besoins des patients et familles. Il facilite la pluridisciplinarité car actuellement les pauses sont prises de façon catégorielle (entre AS ou entre IDE).


Télécharger ppt "La souffrance au travail n’épargne pas les médecins Madeleine Estryn-Behar*, Clémentine Fry, Max-André Doppia, Gérard Machet, Dominique Muster *Praticien."

Présentations similaires


Annonces Google